Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Karine Peyronnie, Charles Goldblum & Bounleuam Sisoulath, éd., Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées

Marseille, IRASEC et IRD Éditions, collection « Objectifs Suds. Les Défis du développement », 2017, liste des sigles, acronymes et abréviations, illustrations, avec un cahier couleur de douze pages (24 photographies et plans), 358 p.
Jean Baffie
p. 217-221
Référence(s) :

Karine Peyronnie, Charles Goldblum & Bounleuam Sisoulath, éd., Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées, Marseille, IRASEC et IRD Éditions, collection « Objectifs Suds. Les Défis du développement », 2017, liste des sigles, acronymes et abréviations, illustrations, avec un cahier couleur de douze pages (24 photographies et plans), 358 p.

Texte intégral

1Dans ce livre particulièrement bien conçu, avec introduction et conclusion générale et des introductions spécifiques à chacune des trois parties, Karine Peyronnie et Charles Goldblum proposent des études de villes de la plupart des pays de ce que l’on appela l’Indochine puisque, si la Birmanie n’est l’objet d’aucune contribution, les chercheurs sollicités ont travaillé sur les trois anciens pays de l’Indochine française (Laos, Cambodge, Viêt Nam) ainsi que sur la Thaïlande, même si celle-ci se distingue des trois autres pays de multiples façons. L’ambiguïté est que le lecteur est incité à penser que les transitions dont il est question conduisent inexorablement à une situation « à la thaïlandaise » alors que l’histoire du royaume de Thaïlande est bien différente de celle des autres pays dont il est question. C’est bien une des difficultés de bien d’études comparatives puisque les différences (ici, concernant notamment les niveaux de développement économique, les régimes politiques, voire les orientations culturelles) sont largement gommées au profit de trajectoires similaires.

  • 1 L’exception est celle de Charles B. Mehl, expert en développement, dont la formation est plutôt cel (...)
  • 2 C’est d’autant plus étonnant après la publication en 2010 de Vientiane, architectures d’une capital (...)

2Les quinze auteurs sont à peu près tous architectes (six), urbanistes (cinq) et géographes (trois)1. Notons une apparente et étonnante pénurie de spécialistes du Laos, puisque K. Peyronnie cosigne les trois articles sur ce pays2. De même, il relève d’une certaine facilité de demander au couple Banasopit Mekvichai et Charles Mehl de signer deux des trois articles sur la Thaïlande.

  • 3 L’expression thaïe exacte n’étant pas donnée, il est difficile de deviner s’il s’agit des khet pokk (...)

3L’ouvrage comprend trois parties. La première aborde la question de la gouvernance urbaine dans des pays à forte centralisation héritée des régimes communistes à économie administrée qui s’ouvrent brusquement à l’initiative privée, étrangère en particulier. La solution trouvée semble être celle d’un urbanisme de projets. En outre, cette partie traite de la question de la planification urbaine. La contribution de K. Peyronnie et Bounleuam Sisoulath (p. 25-48) montre bien l’influence et les limites de l’aide étrangère dans le cas laotien. G. Fauvaud, géographe-urbaniste (p. 49-80), s’est, lui, attaché à montrer le rôle des autorités de Phnom Penh dans la production d’espaces résidentiels en développant notamment le très intéressant cas du projet du boeung (marécage) Kak. Dans le cas vietnamien, et particulièrement d’Hô Chi Minh-Ville, ville d’une dizaine de millions d’habitants, F. Quertamp (p. 81-108) insiste notamment sur les limites de la planification, de la recherche d’une plus large autonomie vis-à-vis du pouvoir central et l’usage abusif de la notion d’utilité publique. La dernière contribution, par Banasopit Mekvichai et Ch. Mehl, sur les « districts spéciaux3 » de Thaïlande (p. 109-134) est tout à fait intéressante mais un peu hors sujet, puisque, par exemple, les îles touristiques de Samui et de Chang sont concernées. Mais la présentation des cas de l’avenue Ratchadamnoen et de l’aéroport de Suvarnabhumi est éclairante.

  • 4 Précisons ici que le changement de nom en langue occidentale de Siam à Thaïlande (Thailand) n’est p (...)
  • 5 En 2012, il était fréquenté quotidiennement par environ mille personnes (Sirijittanon 2012).

4Dans la deuxième partie il est question des enjeux fonciers et précisément de la conversion des terres agricoles en espaces bâtis. Divers aspects sont développés comme les lois foncières, la redéfinition des périmètres administratifs, les expropriations « au nom de l’intérêt général », selon la formule consacrée mais particulièrement floue et souvent contestable, ainsi que les résistances à la « modernisation urbaine » qui en découlent. La contribution de Sèngdara Douangmyxay et K. Peyronnie (p. 141-165), principalement sur la conversion foncière en capital au Laos, est particulièrement éclairante, même si les auteurs s’éloignent parfois du cadre strictement urbain. A. Carrier, urbaniste de la Pnud, signe un article sur l’internalisation de la fabrique de Phnom Penh (p. 167-189), phénomène si avancé qu’elle conclut en annonçant la possibilité que le secteur privé puisse se substituer à la gouvernance publique (p. 187). Deux chercheurs canadiens, Cl. Musil et D. Labbé, proposent une étude d’opérations d’aménagement à Hanoi, Danang et Hô Chi Minh-Ville (p. 191-216) : ce sont ces contributeurs qui insistent sur la présence de zones grises et discutent de la notion d’intérêt public. La contribution suivante, sur la gestion foncière en Thaïlande4, à nouveau signée par Ch. Mehl et Banasopit Mekvichai, est plus décevante. D’abord, parce qu’elle est assez brève, avec moins de quinze pages de texte (p. 217-232). Les auteurs abordent un peu rapidement la question des espaces verts à Bangkok et, comme c’est presque toujours le cas, se lamentent sur le métrage carré disponible par habitant. Or, ils savent aussi bien que moi que de très nombreuses maisons urbaines (par exemple, dans les muban tchatsan ou villages de lotissements gardés) disposent de jardins privatifs – de dimensions très diverses, il est vrai –, que dans le quartier de Dusit, entre autres, les casernements de militaires disposent d’espaces verts, même s’il est réservé aux familles des soldats, qu’un des plus grands espaces verts de Bangkok est le cimetière du wat Don des Chinois teochius et hainanais, très ouvert et presque aussi fréquenté que le parc de Lumphini5, etc. Cela change notablement la donne.

  • 6 Quant à l’épicerie du petit centre commercial dont il est question, s’il s’agit du Villa Market Soi (...)

5Ch. Mehl et Banasopit Mekvichai évoquent également le quartier du soi Ari dans le district de Phaya Thai qu’ils disent bien connaître, peut-être pour y avoir vécu. Ils regrettent « le temps d’avant » où le quartier était vraiment populaire, avec un marché, de petits restaurants, une ambiance presque rurale. Or, il se trouve que j’ai habité près de huit mois au soi Ari 4, de novembre 2015 à juin 2016. Et mon sentiment est assez différent de celui des auteurs. Il y a bien un immense condo à l’angle du soi (mais il est plus cohérent avec l’évolution de la rue Phahon Yothin) avec des restaurants modernes en rez-de-chaussée, mais ils restent peu fréquentés et comme plaqués artificiellement dans un quartier qui reste populaire en dépit de l’arrivée des classes moyennes. Les commerces alimentaires et les restaurants de rue sont encore nombreux à l’entrée du soi, des deux côtés. Il s’agit peut-être également à ce niveau d’une transition en cours, mais elle semble bien loin d’aboutir et le terme est loin d’être écrit6.

  • 7 Ouverte en 1785, cette promenade royale fut par la suite rebaptisée « New Walk » (Potts, n.d.).

6D’autres précisions ou rectifications pourraient être proposées. Ainsi, l’avenue Ratchadamnoen de Bangkok, mentionnée page 218, avait pour modèles, outre les Champs Elysées, l’avenue Unter den Linden de Berlin et surtout la Queen’s Walk de Londres7, à laquelle elle doit son nom puisque ratchadamnoen renvoie à la langue royale avec le sens de se déplacer pour un prince ou un roi (Bunma 2514 : 1, 236-238).

7Enfin, la dernière partie regroupe des contributions sur ce qui est désigné comme « espaces sensibles et remarquables », à savoir précisément l’hydraulique urbain et les berges urbaines à Vientiane et Luang Prabang au Laos (par B. Sisoulath et K. Peyronnie), Siem Reap, la ville touristique à proximité d’Angkor (par A. Esposito) qui utilise d’intéressantes expressions comme « configuration urbaine incertaine » (p. 266-267) et « affaiblissement » ou « fragilisation d’une culture spatiale héritée » (p. 268-269), de nouveaux quartiers de Hanoi (par Bui To Uyen), la très touristique ville thaïlandaise de Chiang Mai (par Bundit Chulasai et Brian McGrath). Pour ce dernier cas, les auteurs auraient pu insister davantage sur l’intérêt de Chiang Mai comme ville de villégiature pour les Européens et les riches Thaïlandais en raison de son climat plus agréable à la saison chaude ainsi que sur sa bangkokisation plus récente avec augmentation du trafic automobile et de la pollution qui en a suivi.

  • 8 Gabriel Fauvaud mentionne en passant les pots-de-vin comme une des diverses contributions financièr (...)
  • 9 Bounleuam Sisoulath a soutenu en 2003 une thèse de géographie intitulée « Vientiane, stratégie de d (...)

8Si l’on doit faire une critique générale ne relevant pas du détail, comme précédemment, ce serait la trop grande prudence de plusieurs des auteurs lorsque, à l’évidence, le propos touche à des affaires ou des pratiques de pots-de-vin8, de dessous-de-table, etc. Le mot corruption n’est, sans doute à dessein, jamais utilisé. Il est question de « mécanismes informels d’acquisition », de « système parallèle » (p. 171), de « dynamiques infralégales de production urbaine » (p. 186), de « zones grises » (p. 194…), de « négociation infra-institutionnelle ou infralégales » (p. 333), d’« opacité » (p. 343), de « gouvernance « informelle » (p. 344). Certes, on peut comprendre ces euphémismes, ces précautions diplomatiques dans des projets de recherche impliquant de nombreux partenaires locaux, d’autant qu’un des trois éditeurs de l’ouvrage, Sisoulath Bounleuam, architecte, docteur de l’université Paris X9, professeur d’université, chercheur associé à une UMD de l’IRD, est également ministre adjoint des Travaux publics et des Transports du gouvernement laotien.

9En fait, peu de lecteurs ignorent que les quatre pays concernés sont plutôt mal classés dans les indices de corruption. En 2016, sur 176 pays évalués, le Cambodge figurait à la 156e place, le Laos à la 123e (voir Mottet 2017 : 337-229), le Viêt Nam à la 113e (voir Gédéon & Guillemot 2016 : 392-293) et la Thaïlande à la 101e (voir Baffie 2917 : 348-351). Dans ce dernier pays, lui bien ancré dans le libéralisme, la situation est loin d’être stabilisée puisqu’en 2014 il se plaçait à la 85e place, mais à la 102e l’année précédente (Baffie 2016 : 343).

  • 10 Cela aurait sans doute permis d’éviter quelques pléonasmes comme montagne du Doi Suthep ou rivière (...)
  • 11 Pour une liste moins longue (plus de quatre pages) certains sigles et acronymes bien connus auraien (...)

10Parmi les rares faiblesses de l’ouvrage, insistons sur l’absence d’une bibliographie commune, d’un glossaire des termes en langues vernaculaires10 et surtout d’un index, même si l’ouvrage comprend une liste des sigles, acronymes et abréviations11. Car, alors que l’ensemble est remarquablement charpenté avec une introduction générale des trois coéditeurs, des introductions spécifiques pour chacune des parties et une excellente conclusion signée de Charles Goldblum, celui qui n’est pas habitué à annoter ses livres perdra beaucoup de temps à retrouver une donnée ou un concept. Notons également que les données chiffrées commencent à être un peu anciennes. Ainsi le tableau 1 (p. 11) donne comme population – pour 2010 – 6,43 millions d’habitants pour le Laos, 14,95 millions pour la Cambodge, 88,25 millions pour le Viêt Nam et 63,87 millions pour la Thaïlande, alors que les deux dernières livraisons d’annuaires de référence bien connus donnent 6,918 et 7,146 millions pour le Laos, 15,827 et 15,940 millions pour le Cambodge, ce qui est peu différent, mais 94,191 et 94,444 millions pour le Viêt Nam et 67,541 et 68,147 millions pour la Thaïlande (Bost et al. 2017 ; Tran & Pesses 2017).

11Il est important, malgré les quelques imperfections relevées ici, de souligner l’intérêt de ce type de travail comparatif auquel le chercheur étudiant les villes d’Asie du Sud-Est ne manquera pas de se référer.

Haut de page

Bibliographie

BAFFIE, Jean, 2011, « Vientiane. Architectures d’une capitale, Traces, formes, structures, projets, Sophie Clément-Charpentier, Pierre Clément, Charles Goldblum, Bouleuan Sisoulath & Christian Taillard (éds) », Moussons, 18 : 168-170.

BAFFIE, Jean, 2016, « Thaïlande. L’armée au pouvoir : ordre précaire et économie ralentie », in L’Asie du Sud-Est 2016. Bilan, enjeux et perspectives, Abigaël Pesses, éd., Bangkok : IRASEC, p. 330-347.

BAFFIE, Jean, 2017, « Thaïlande. Fin d’un règne et consolidation d’un pouvoir autoritaire » in L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives, Claire Thi-Liên Tran & Abigaël Pesses, éd., Bangkok : IRASEC, p. 340-359.

BOST, François et al., 2017, Images économiques du monde 2017. Géopolitique, géoéconomie, Paris : Armand Colin.

BUNMA, Sakchai, 2014 (2557), Chotmaihet lao rueang thanon mueang bangkok [les rues de Bangkok] Bangkok : Samnak-ngan Yotha Krungthepmahanakhon, 2 vols.

CLéMENT-CHARPENTIER Sophie, Pierre CLéMENT, Charles GOLDBLUM, Bouleuan SISOULATH & Christian TAILLARD, éd., 2010, Vientiane. Architectures d’une capitale. Traces, Formes, Structures, Projets, Paris : Éditions Recherches/Ipraus, coll. « Les Cahiers de l’Iprauss. Architecture, urbanistique, société. »

GEDEON, Laurent & François GUILLEMOT, 2016 « Vietnam. Une reprise en main stratégique », L’Asie du Sud-Est 2016. Bilan, enjeux et perspectives, Abigaël Pesses, éd., Bangkok : IRASEC, p. 382-399.

KASETSIRI, Charnvit, 2005 (2548), Chak sayam pen thai. Nam nan samkhan chai ? (de Siam à Thaïlande. Pourquoi ce nom est-il important ?) Bangkok : Matichon-Sinlapa Watthanatham.

MOTTET, Eric, 2017, « Laos. Rééquilibrage régional et affirmation sur la scène internationale » in L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives, Claire Thi-Liên Tran & Abigaël Pesses, éd., Bangkok : IRASEC, p. 216-233.

POTTS, Graham, « New Walk in the nineteenth century » https://www.le.ac.uk/lahs/downloads/newwalkSmPagesfromvolumeXLIV-5.pdf

QUERTAMP, Fanny, 2016, « Hô Chi Minh-Ville » in Images économiques du monde 2017. Géopolitique, géoéconomie, François Bost et al., Paris. Armand Colin, p. 412-414.

SIRIJITTANON, Wiwat, 2012, « In Good Spirits. Wat Don Cemetery, Once Rife with Tales of Ghosts, is Today More Friendly and Scary », The Bangkok Post (31 octobre).

TRAN, Claire Thi-Liên & Abigaël PESSES, éd., 2017 L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives, Bangkok : IRASEC.

WRIGHT, Joseph J. Jr., 1991, The Balancing Act. A History of Modern Thailand, Bangkok : Asia Books.

Haut de page

Note de fin

1 L’exception est celle de Charles B. Mehl, expert en développement, dont la formation est plutôt celle d’un sociologue ruraliste. Mais ses deux contributions sont co-signées avec Mme Banasopit Mekvichai, architecte et ancienne vice-gouverneur de Bangkok.

2 C’est d’autant plus étonnant après la publication en 2010 de Vientiane, architectures d’une capitale (Clément-Charpentier at al.). Voir le compte-rendu que j’en ai donné dans Moussons (Baffie 2010).

3 L’expression thaïe exacte n’étant pas donnée, il est difficile de deviner s’il s’agit des khet pokkhrong phiset (districts administratifs spéciaux) ou des khet setthakit phiset (districts économiques spéciaux), car la simple expression de khet phiset (districts spéciaux) n’est pas répandue.

4 Précisons ici que le changement de nom en langue occidentale de Siam à Thaïlande (Thailand) n’est pas directement lié à l’instauration d’une monarchie constitutionnelle puisqu’il n’intervint que sept ans plus tard, le 24 juin 1939, en raison des orientations ultranationalistes du Premier ministre le colonel (puis maréchal) Phibul Songkhram. Ensuite, en 1945, apparemment à la demande des Anglais, le nom fut changé à nouveau en Siam (Wright 1991 : 156-157) avant de revenir définitivement à Thaïlande le 11 mai 1949. Notons que les milieux monarchistes ont toujours préféré Siam et que, depuis environ deux décennies, des intellectuels – surtout sino-thaïs – proposent de revenir à Siam : une pétition a été lancée à cette fin (Kasetsiri 2005).

5 En 2012, il était fréquenté quotidiennement par environ mille personnes (Sirijittanon 2012).

6 Quant à l’épicerie du petit centre commercial dont il est question, s’il s’agit du Villa Market Soi Ari, il est question ici d’un des meilleurs – sinon le meilleur – commerce de ce genre dans tout Bangkok.

7 Ouverte en 1785, cette promenade royale fut par la suite rebaptisée « New Walk » (Potts, n.d.).

8 Gabriel Fauvaud mentionne en passant les pots-de-vin comme une des diverses contributions financières entre la municipalité de Phnom Penh et la province, au même titre que les taxes (p. 68).

9 Bounleuam Sisoulath a soutenu en 2003 une thèse de géographie intitulée « Vientiane, stratégie de développement urbain : processus de l’urbanisation dans la capitale de la République Démocratique Populaire Lao » sous la direction de Christian Taillard et de Charles Goldblum.

10 Cela aurait sans doute permis d’éviter quelques pléonasmes comme montagne du Doi Suthep ou rivière Mae Ping (p. 312-313). Dans la seule page 313, il est écrit « la rivière Mae Ping », « la Mae Ping », « la Ping », et « la rivière Ping », les trois dernières formulations étant correctes. Cela aurait sans doute également permis de donner une meilleure traduction pour song thaew et rot daeng, « deux rangées » et « véhicules rouges », au lieu de « deux bancs » et « camion rouge » (p. 326), etc.

11 Pour une liste moins longue (plus de quatre pages) certains sigles et acronymes bien connus auraient pu être omis : Asean, OMC, ONG, ONU, UMR, Unesco… D’autant que, si l’Irasec est dans la liste, l’IRD, l’autre « maison d’éditions », n’y figure pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Karine Peyronnie, Charles Goldblum & Bounleuam Sisoulath, éd., Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées », Moussons, 30 | 2017, 217-221.

Référence électronique

Jean Baffie, « Karine Peyronnie, Charles Goldblum & Bounleuam Sisoulath, éd., Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4002

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chercheur associé à l’IrAsia, Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page