Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Claudine Salmon, éd., « Chinese Deathscapes in Insulindia », Archipel, n° 92,

2016, 214 p.
Jean Baffie
p. 221-225
Référence(s) :

Claudine Salmon, éd., « Chinese Deathscapes in Insulindia », Archipel, n° 92, 2016, 214 p.

Texte intégral

  • 1 Dans son bestseller intitulé Deathscape la romancière américaine Dana Marton (2012) a, semble-t-il (...)

1Je dois d’abord avouer ma surprise en découvrant le titre de ce volume spécial de la revue Archipel. En effet, deathscapes semble faire pendant au bioscapes que j’avais proposé en 2015 pour un numéro thématique de la revue Moussons. Utilisé en titre d’un volume rédigé essentiellement en langue française, cet anglicisme avait finalement été remplacé par l’expression « paysages biographiques », plus acceptable par les puristes mais nettement moins satisfaisante à mon sens (Baffie 2015)1.

2Claudine Salmon, qui a coordonné la publication de ce volume thématique de la revue Archipel, est, sans conteste, la meilleure spécialiste française des diasporas chinoises en Asie du Sud-Est, la partie du monde où elles sont en plus grand nombre et – économiquement et politiquement – les plus influentes. Historienne et sinologue, elle a, depuis son premier article, en 1965, publié sur la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, les Philippines, le Viêt Nam, le Bengale ancien et l’Asie du Sud-Est prise dans son ensemble.

  • 2 L’expression burial associations (associations pour les funérailles) a deux entrées renvoyant à l’a (...)

3Ce volume est l’aboutissement d’un atelier, organisé par Catherine Guéguen, Teresita Ang See et Claudine Salmon, à Manille le 5 août 2015, mais il est précisé que d’autres contributeurs furent sollicités par la suite. Ce fut une heureuse initiative sur un thème jusque-là très largement négligé. Ainsi, dans la Encyclopedia of the Chinese Overseas, publiée d’abord à Singapour en 1998, les mots cemetery ou graveyard ne figurent pas dans l’index2, même si l’on trouve la photo d’un cimetière chinois en France (Lynn 1998 : 65).

4L’ouvrage comprend une introduction et sept contributions.

5Dans sa brève introduction (p. 3-7), C. Salmon montre d’abord que le sujet n’a pas été totalement négligé par les historiens en donnant les références les plus importantes. Elle explique également les raisons pour lesquelles le cas de la cité-État de Singapour n’a pas été étudié : la « mort des cimetières » y a été systématiquement programmée et exécutée par les autorités et il n’y reste que le cimetière de Choa Chu Kang, pluriethnique et multiconfessionnel (p. 5).

6Entièrement formé en Malaisie, Danny Wong Tze Ken enseigne l’histoire de l’Indochine et de l’Asie du Sud-Est à la University of Malaya de Kuala Lumpur. Étudiant plus particulièrement les communautés hakka d’Asie du Sud-Est ainsi que les relations entre le Champa et le Viêt Nam, il fut notamment professeur invité à l’EHESS en 1998. Sa contribution (p. 9-21) traite de la présence chinoise en Malaisie aux xviie, xviiie et xixe siècles d’après quelques cimetières (Bukit China à Malacca, Bukit Datu à Terengganu, le cimetière cantonais du mont Erskine et quelques autres à Penang). La plus ancienne date trouvée pour une tombe chinoise en Malaisie (au Bukit China de Malacca) étant 1614 (p. 11), la deuxième datant de 1622 (p. 13-14), l’auteur conclut sur la pénurie des sources disponibles mais également sur la disparition vraisemblable de tombes plus anciennes. Une autre conclusion est à retenir est la preuve de la présence ancienne à Penang de Cantonais et de Hakkas (p. 21), alors que, jusqu’ici, les historiens proposaient – surtout pour les seconds – une arrivée beaucoup plus récente.

7Dans un chapitre nettement plus long (p. 23-61), incluant cinq plans, dix-sept photos, et un appendice, Claudine Salmon propose pour l’Indonésie un article équivalent, mais plus ambitieux puisque couvrant les xviie, xviiie, xixe et xxe siècles. L’auteur utilise un très grand nombre de sources – archives nationales hollandaises, récits de voyages en diverses langues européennes, périodiques en langues chinoise et indonésienne, ainsi que les rares recherches publiées – mais ne manque pas de faire référence aux nombreux articles qu’elle a elle-même déjà publiés sur le sujet et qui montrent bien à ceux qui l’ignoraient son degré d’expertise sur cette question (Salmon 1976, 1995, 2006 ; Salmon & Lombard 1975). Gageons que cette synthèse sera longtemps la grande référence sur la question.

  • 3 Des éléments biographiques sont donnés dans l’article de Vanni de Sequera (Sequera 2002)

8Plus particulièrement intéressé par les Chinois des Philippines, j’ai lu avec un grand profit l’article de Richard T. Chu et Teresita Ang See sur les cimetières chinois de Manille à l’époque espagnole (p. 63-90). Auteur de plusieurs livres sur les Chinois de Manille, Richard T. Chu, historien formé aux Philippines et aux États-Unis, donne aujourd’hui des cours sur l’histoire coloniale philippine et la diaspora chinoise à l’université du Massachusetts à Amherst. Quant à Teresita Ang See, « Tessy3 », elle contribua à l’établissement, en 1987, de la Kaisa Para Sa Kaunlaran, une fondation œuvrant pour une meilleure intégration des Sino-Philippins à la société philippine et qui, au fils des décennies, a produit de nombreux travaux sur les Chinois de ce pays, jusque-là relativement moins connus que ceux des pays voisins. En conclusion de cette contribution également bien documentée et illustrée (même si l’absence de plans est regrettable), il apparaît que dans le domaine des cimetières la domination des Hokkien – 85-90 % de la population chinoise du pays – est également incontestable.

9La contribution suivante (p. 91-110) traite également de l’époque coloniale, mais dans le cas de la Malaisie et en insistant davantage sur la gestion des cimetières chinois. Docteur en histoire de l’université australienne de Monash, spécialiste des Chinois de Malaisie et de l’histoire moderne et contemporaine de ce pays, Lee Kam Hing est enseignant à la University of Malaya de Kuala Lumpur. Il passe ici en revue les situations à Malacca, Singapour, Penang, et surtout Kuala Lumpur. Le reproche ici est que l’article n’est illustré que d’un plan – assez peu lisible – de l’ensemble de la ville de George Town, à Penang.

10L’article d’Erik Akpedonu sur la culture et l’identité des Tsinoy (les Sino-Philippins) est le plus illustré avec un cahier de 34 photographies couleur. Après une formation en architecture en Allemagne, E. Akpedonu a travaillé dans divers pays, dont la Malaisie. Aux Philippines depuis 2006, il est chercheur associé à l’université Ateneo de Manille. Très différente des précédentes, sa contribution passe en revue les styles architecturaux rencontrés dans le grand cimetière chinois de Manille pour conclure sur l’hybridité des styles qui reflète l’hybridité des croyances et des pratiques. Ma seule surprise a été de ne pas voir mentionné le style Art Nouveau, bien présent dans les carreaux de céramique des tombes des cimetières chinois de la rue Silom de Bangkok, qu’E. Akpedonu semble avoir visités.

11Ayant soutenu en 2007 une thèse de géographie à l’université Paris IV-Sorbonne sur « Les chinois de Manille (ancrages et évolutions socio-spatiales) », Catherine Guéguen, à partir de recherches de terrain dans quatre villes de la province de Luzon (Dagupan, San Fernando-La Union, Naga et Legazpi), donne une contribution doublement précieuse. L’auteur quitte en effet les capitales, les plus grandes villes ou celles ayant marqué l’histoire et elle parle de la période la plus contemporaine. Il faut seulement regretter la quasi-absence de références, pourtant bien utiles au lecteur même lorsqu’il s’agit d’entretiens sur le terrain.

12Le dernier article, de Claudine Salmon (p. 177-212), évoque également des transformations survenues lors des cinq ou six dernières décennies dans les trois pays étudiés, mais tout particulièrement en Malaisie et en Indonésie. Avec l’extension des villes, les cimetières anciens se retrouvent situés dans des secteurs trop centraux et convoités où la valeur du sol est élevée. Les municipalités essaient alors de fermer et de déplacer ces cimetières. Dans certains cas, la réponse a été de transformer ceux-ci en parcs patrimoniaux (heritage parks) et finalement en luxueux parcs mémoriaux (memorial parks), bien éloignés de ces « parkings de la mort » qu’évoque le romancier, poète et essayiste J. Cayrol (1968 : 135). C. Salmon commence par donner les biographies des entrepreneurs à l’origine des projets puis présente quatre de ces parcs, deux dans l’état de Selangor en Malaisie péninsulaire et deux dans l’île de Java en Indonésie. À partir de ces études de cas, l’auteur propose de considérer ces nouveaux types de cimetière comme des « miroirs des identités culturelles » (p. 194-198), ensuite d’examiner leurs cadres légaux (p. 198-200), enfin de les analyser du point de vue de leurs gestions et de leurs stratégies pour le marketing (p. 201-202).

  • 4 Je ne désespère pas de pouvoir terminer la note de recherche sur les cimetières chinois de Thaïland (...)

13Bien entendu, ce livre n’épuise pas le sujet. Dans la conclusion de son second article C. Salmon mentionne les États malais de Sabah et de Sarawak, qui ne sont pas étudiés dans ce numéro thématique. Mais, il serait urgent de publier un ouvrage équivalent sur l’Asie du Sud-Est continentale4. En outre, il se trouve des cimetières chinois dans bien d’autres pays. Plusieurs travaux existent par exemple sur les cimetières chinois d’Australie (Brumley, Liu & Zhao 1992, Kok 2006). Mais, on ne peut oublier qu’en dehors de l’Asie du Sud-Est, le rôle des populations chinoises est bien différent.

  • 5 À côté de publications anciennes et bien connues (Cayrol 1968, Pétonnet 1982), il faut signaler des (...)

14Aussi indispensable qu’il soit, le travail de l’historien ne suffit certes pas à saisir complètement le thème de recherche que constituent les cimetières chinois en Asie du Sud-Est. Les points de vue du sociologue, de l’ethnologue, de l’économiste, du juriste, de l’historien de l’art devraient être sollicités. Ces aspects sont parfois abordés ici, et avec bonheur, notamment par Erik Akpedonu, Catherine Guéguen et Claudine Salmon, tout particulièrement dans son second article, mais les approches ethnographique, anthropologique et sociologique – encore bien timides chez les chercheurs5 – auraient pu se révéler fructueuses. Les espaces verts étant rares dans certaines métropoles sud-est asiatiques, les cimetières chinois (mais également musulmans) peuvent éventuellement servir de substituts. Ainsi, à Bangkok, le cimetière du wat Don, dans le quartier de Yannawa-Ban Thawai, connu des Thaïs sous le nom de susan wat don (สุสานวัดดอน) et des Chinois sous le nom de yí shān tíng (义山亭) ou ngi sua teng (หงี่ซัวเต๊ง) selon la prononciation teochiu, est aujourd’hui un espace vert d’au moins 16 ha (32 à l’origine) et reçoit la visite quotidienne d’un millier de promeneurs et de joggeurs (Baffie 2016).

15Revenons pour terminer sur le support. Après la disparition – ou l’interruption, si l’on veut garder une dose d’optimisme, de la revue Aséanie – la revue Archipel reste (avec Moussons, et Péninsule) une des dernières revues française sur l’Asie du Sud-Est, mais surtout la plus ancienne et celle bénéficiant de la plus large notoriété, particulièrement à l’étranger. Malgré tout, cela ne signifie pas qu’elle ne soit pas fragile. Même si l’auteur de ce compte rendu eût souhaité un plus grand nombre de contributeurs français ou francophones, le volume ici évalué est d’une très grande valeur scientifique et fait honneur à la recherche française et la revue Archipel doit continuer à nous livrer de tels travaux.

Haut de page

Bibliographie

ALLAR, Mary-Lynn, 2011, « An Ethnographic Study of the Astor/Astor Park Cemetery », The Journal of Undergraduate Ethnography 1, 1 (printemps) : 18-42, http://undergraduateethnography.org/files/JUE_-_Mary-Lynn_Allar_0.pdf.

BAFFIE, Jean, 2015, « Bioscape ou paysage biographique du migrant asiatique. Parcours individuels et contextes sociaux », Moussons, 26 : 5-17.

BAFFIE, Jean 2016 « Parks for the Elites vs Parks for the People. Sociology and Politics of Green Spaces in Bangkok », conférence à l’University of Naples L’Orientale, Naples, 20-21 juin.

BRUMLEY, Linda, LIU Bingquan & ZHAO Xueru, 1992, Fading Links To China. Ballarat’s Chinese Gravestones and Associated Records 1854-1955, Département d’Histoire, université de Melbourne, http://arrow.latrobe.edu.au/store/3/4/5/5/1/public/brumley/brumley.htm.

CAYROL, Jean, éd., 1968, De l’espace humain, Paris : Édition du Seuil, coll. « Intuitions », chapitre « Les cimetières », p. 135-140.

COOK, Katherine, 2011, « Deathscapes : Memory, Heritage and Place in Cemetery History Hamilton », mémoire de master, McMaster University, https://macsphere.mcmaster.ca/handle/11375/10902?mode=simple.

FRANCIS Doris, Georgina NEOPHYTOU & Leonie KELLAHER, 2005, The Secret Cemetery, Oxford : Berg Publishers.

GUSMAN, Alessandro & Cristina VARGAS, s.d., « Body, Culture, and Place : Towards an Anthropology of the Cemetery » https://www.academia.edu/5744603/Body_Culture_and_Place_Towards_an_Anthropology_of_the_Cemetery.

HUNTER, Alistair, 2016, « Deathscapes in Diaspora : Contesting Space and Negotiating Home in Contexts of Post-Migration Diversity », Social & Cultural Geography, 17, 2 : 247-261.

KOK, Hu Jin, 2006, Chinese Cemeteries in Australia : Weldborough, Moorina, Gladstone, Branxholm and Lefroy all in North East Tasmania, Darwin in the Northern Territory and Broome in Western Australia, Bendigo, Vic. : Golden Dragon Museum.

LYNN, Pan, éd., 1998, The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Chinese Heritage Center, Singapour : Archipelago Press & Lanmark Book.

MARTON, Dana, 2012, Deathscape, « The Broslin Creek Series », CreateSpace Independent Publishing Platform.

PĖTONNET, Colette, 1982, « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, 22, 4 : 37-47.

SALMON, Claudine, 1976, « À propos de quelques tombes chinoises d’Indonésie », Archipel, 12 : 207-218.

SALMON, Claudine, 1995, « Le cimetière chinois de Kasunyatan (Banten Lama) – fin xviie-début xviiie s. », Archipel, 50 : 41-66.

SALMON, Claudine, 2006, « Women Status as Reflected in Chinese Epitaphs (16th-20th Centuries) in Insulinde », Archipel, 72 : 157-194.

SALMON, Claudine & Denys LOMBARD, 1975, « À propos de quelques stèles chinoises récemment trouvées à Banten (Java ouest) », Archipel, 9 : 99-127.

SEQUERA, Vanni de 2002 « Who’s afraid of Teresita Ang See » (21 juillet), www.philstar.com/starweek-magazine/169107/who%C2%92s-afraid-teresita-ang-see.

SOMERS HEIDHUES, Mary, 1998, « Indonesia », in The Encyclopedia of the Chinese Overseas Pan Lynn, éd., Chinese Heritage Center, Singapour : Archipelago Press & Lanmark Book, p. 151-168.

Haut de page

Note de fin

1 Dans son bestseller intitulé Deathscape la romancière américaine Dana Marton (2012) a, semble-t-il, voulu combiner les mots death et escape. Mais le terme semble aujourd’hui s’imposer pour certains chercheurs (voir Cook [2011], Hunter [2016]). Ainsi, pour l’étudiante en anthropologie Katherine Cook : « Deathscapes are mechanisms in the construction and negotiation of identity, heritage and attitudes towards death » (Cook 2011 : 14). Les 22 pages d’annexes de son mémoire (p. 140-162) intitulées « Digital reconstruction of temporal changes in Viewscape 12, Hamilton Cemetery » montrent bien plus concrètement ce qu’elle entend par deathscapes : elle présente la reconstitution du paysage des diverses allées du cimetière d’Hamilton (dans l’Ontario) sur un siècle, en 1875, 1900, 1925, 1950 et 1975.

2 L’expression burial associations (associations pour les funérailles) a deux entrées renvoyant à l’article consacré aux Chinois d’Indonésie (Somers Heidhues 1998 : 158, 166).

3 Des éléments biographiques sont donnés dans l’article de Vanni de Sequera (Sequera 2002)

4 Je ne désespère pas de pouvoir terminer la note de recherche sur les cimetières chinois de Thaïlande, commencée lors de mon dernier long séjour à Bangkok (2015-2016).

5 À côté de publications anciennes et bien connues (Cayrol 1968, Pétonnet 1982), il faut signaler des travaux de langue anglaise plus récents comme les articles de M.-L. Allard sur les États-Unis (Allard 2011), de A. Gusman et C. Vargas sur le Piémont italien (Gusman & Vargas s.d.), de A. Hunter sur les Sikhs d’Angleterre (Hunter 2016), le mémoire de master déjà mentionné de Katherine Cook sur le cimetière d’Hamilton dans l’Ontario au Canada (Cook 2011) et le livre de D. Francis, G. Neophytou, et L. Kellaher sur six cimetière de la région de Londres Francis, Neophytou & Kallaher 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Claudine Salmon, éd., « Chinese Deathscapes in Insulindia », Archipel, n° 92, », Moussons, 30 | 2017, 221-225.

Référence électronique

Jean Baffie, « Claudine Salmon, éd., « Chinese Deathscapes in Insulindia », Archipel, n° 92, », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4005

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chercheur associé à l’IrAsia, Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page