Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mandy Sadan, éd., War and Peace in the Borderlands of Myanmar : The Kachin Ceasefire, 1994-2011

Copenhague, NIAS Press, 2016, 517 p.
Jean-Louis Margolin
p. 228-229
Référence(s) :

Mandy Sadan, éd., War and Peace in the Borderlands of Myanmar : The Kachin Ceasefire, 1994-2011, Copenhague, NIAS Press, 2016, 517 p.

Texte intégral

1Ce livre, qui porte en apparence sur un thème limité, est en réalité très riche d’informations et de réflexions pour quiconque s’intéresse à la Birmanie contemporaine, à l’ethnicité et aux relations interethniques en Asie du Sud-Est, enfin à la difficile construction d’un État légitime dans cette partie du monde. Issus d’un séminaire tenu en 2013 à la School of Oriental and African Studies (Londres), la plupart des chapitres de l’ouvrage sont actualisés jusqu’en 2015. Le sommaire fait se côtoyer études académiques et témoignages d’acteurs kachin. Après l’introduction problématisée de Mandy Sadan, trois chapitres examinent l’alternance des périodes de guerre et de paix entre nationalistes kachin et armée birmane, sous les angles de l’histoire, de la politique et de l’économie. Deux chapitres reviennent sur les relations entre les Kachin de Birmanie et leurs proches parents de Chine, la minorité Jingpo du Yunnan (d’autres cousins, les Singhpo de l’Arunachal Pradesh, vivent en Inde). Les trois chapitres qui suivent évoquent la dimension culturelle et psychologique de l’engagement dans les organisations nationalistes, armées ou non. Ils soulignent la distance entre les explications données par les analystes académiques et celles des acteurs : crainte d’un génocide programmé ou au contraire millénarisme de ces nouveaux chrétiens (baptistes surtout) particulièrement fervents. Trois chapitres de témoignages, par des Kachin très engagés, font percevoir un conflit multiforme – dans l’État kachin, au niveau national (Rangoon surtout) et international (Thaïlande, États-Unis, Royaume-Uni, pays où vivent d’importantes communautés diasporiques). Quatre autres des 18 chapitres, particulièrement riches, portent sur des cas de luttes armées à base ethnique conduisant à des cessez-le-feu, chez les Palaung et les Karen de Birmanie, ainsi que sur divers peuples (Mizo en particulier) du Nord-Est de l’Inde. Comme les allusions aux zones frontalières de Chine (Yunnan) sont fort nombreuses, on peut dire que c’est tout le cœur de ce que James Scott a, dans un livre retentissant, dénommé Zomia, qui se trouve savamment analysé.

2Au-delà d’un foisonnement presque excessif d’informations parfois répétitives (plusieurs chapitres se recoupent en partie), quelques leçons d’importance peuvent être glanées dans l’ouvrage. D’abord, les caractères de ces conflits de longue durée (certains ont commencé en 1949 !), mais de basse intensité, qui opposent minorités rétives et gouvernement central durablement aux mains de l’armée : assez peu de morts ou de vrais affrontements, mais une vie sociale gangrenée par la militarisation, les emprisonnements, les mobilisations plus ou moins forcées des jeunes hommes, par les menaces croisées sur la population de la Tatmadaw (armée birmane) et de la guérilla, ou des deux à la fois pour ceux qui refuseraient de prendre parti ; une vie économique étouffée par les multiples prévarications (barrages routiers, « impôt révolutionnaire », autorisations à obtenir pour circuler) et les dangers physiques. Ensuite – c’est le thème central du livre –, les résultats très décevants des diverses phases de cessez-le-feu, certaines ayant pourtant été de longue durée (avec les Kachin, de 1994 à 2011 ; avec les Mizo – Mizoram indien –, depuis 1986). D’une part, ces cessez-le-feu ne s’accompagnent pas d’une vraie démobilisation, l’armée comme les guérillas étant en quelque sorte figées, l’arme au pied, dans les zones contrôlées au moment de l’accord. D’autre part, la pacification s’est partout accompagnée d’une explosion de l’affairisme, les grandes sociétés nationales ou étrangères (chinoises surtout en Birmanie) s’associant à une part des élites locales, y compris issues de la guérilla, pour mettre les abondantes ressources naturelles en coupe réglée. La population, souvent paupérisée, a tendance à se réfugier dans la drogue, la criminalité, l’hyper-religiosité ou à émigrer. Au point que la reprise des combats peut être considérée par beaucoup avec un véritable soulagement, le lien social communautaire se trouvant pour un temps renoué, et les mouvements politiques débarrassés des plus corrompus. Tout ceci conduit à éprouver un grand scepticisme quant aux récents accords de Panglong II (mai 2017) entre les nouvelles autorités birmanes et bon nombre de représentants des minorités ethniques : la méfiance est telle, et le sentiment d’un intérêt national commun si faible, qu’on peut se demander si, une fois de plus, il ne s’agira pas d’une trêve entre deux guerres.

3Il faut dire que le long demi-siècle de dictature militaire, marqué de brutalités dont l’ouvrage fournit bien des exemples, a aussi fait de la constitution fédérale de l’État une coquille vide. Ainsi, les minorités ne peuvent pas recevoir d’enseignement dans leurs langues, et le mépris pour ces « montagnards arriérés » a gagné une grande partie de la majorité Bamar. On envie chez les Kachin les droits culturels bien plus étendus de leurs cousins de Chine (on tâche d’en importer les grandes fêtes néo-traditionnelles), ainsi que la stabilité et la petite prospérité qui y règnent ! Au total, l’impression qu’on tire de la situation birmane est très sombre : un État failli, les abus incessants et impunis de ceux qui disposent du pouvoir des armes ou de celui de l’argent, et des mouvements politico-militaires à base ethnique qui peuvent difficilement apparaître comme des alternatives heureuses, tant ils sont gangrenés par la soif du pouvoir, un mysticisme ethno-religieux éloigné des réalités, et une tendance à opprimer, voire chasser les groupes ethniques plus petits et faibles qu’eux. La démocratisation en cours en Birmanie ne conduira-t-elle pas à une fragmentation encore plus accentuée du pays ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Margolin, « Mandy Sadan, éd., War and Peace in the Borderlands of Myanmar : The Kachin Ceasefire, 1994-2011 », Moussons, 30 | 2017, 228-229.

Référence électronique

Jean-Louis Margolin, « Mandy Sadan, éd., War and Peace in the Borderlands of Myanmar : The Kachin Ceasefire, 1994-2011 », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4009

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Margolin

Maître de conférences en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université et membre statutaire d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page