Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Serhat Ünaldi, Working towards the Monarchy. The Politics of Space in Downtown Bangkok

Honolulu, University of Hawai’I Press, 2016, index, illustrations (photo, plans, croquis), 267 p.
Jean Baffie
p. 229-232
Référence(s) :

Serhat Ünaldi, Working towards the Monarchy. The Politics of Space in Downtown Bangkok, Honolulu, University of Hawai’I Press, 2016, index, illustrations (photo, plans, croquis), 267 p.

Texte intégral

  • 1 Toutefois, en page 18, Ünaldi indique que ses dix-huit mois de terrain ont débuté dès 2007 !

1L’auteur de cet important ouvrage est un chercheur allemand, fils d’un architecte d’origine turque, qui, après un master à l’université de Leeds, a soutenu une thèse à l’université Humbolt de Berlin où il est actuellement chargé de cours. Serhat Ünaldi, présenté à la fois comme « Southeast Asian analyst » et comme journaliste, donne le détail de ses dix-huit mois de « terrain » à Bangkok en trois temps entre mai 2010 et août 2012 (p. 21)1. Il faut également souligner que la longue bibliographie de treize pages (très serrées) compte de très nombreuses références en langue thaïe, notamment d’articles publiés dans le mensuel d’histoire Sinlapa-Watthanatham (art et culture).

2Dès la première page, l’auteur nous explique qu’il avait d’abord uniquement prévu une recherche sur la « politique de l’espace au centre de la capitale thaïlandaise, mais que, comme à Bangkok, tous les chemins conduisent à la monarchie », il a finalement produit un travail sur les deux thèmes de la monarchie et de Bangkok. Le titre (Working towards the Monarchy) indique nettement la priorité, tandis que c’est le sous-titre (The Politics of Space in Downtown Bangkok), qui renvoie à la capitale. En revanche, la première partie sur la monarchie est distinctement plus courte (78 pages) que la seconde (108 pages). Peut-être aurait-il fallu développer chacune de ces deux parties pour en faire deux livres séparés, car, même si des liens peuvent être faits entre les deux thématiques, il s’agit tout de même d’analyses bien différentes. La première partie relève plus de la science politique voire du journalisme tandis que la seconde intéressera beaucoup l’historien et l’anthropologue urbain. Les divers chapitres semblent, pour la plupart, avoir été publiés auparavant sous forme d’articles dans des revues ou des ouvrages collectifs.

  • 2 Kershaw (1993) reprend l’expression « travailler vers le führer » prononcée à Berlin le 21 février (...)

3La nouvelle hypothèse développée dans la première partie est donc baptisée « Working towards the Monarchy » (travailler vers la monarchie). Elle doit manifestement beaucoup à Max Weber et Pierre Bourdieu, mais surtout à l’historien anglais Ian Kershaw, grand spécialiste de l’Allemagne nazie2. Ünaldi explique (p. 12) :

  • 3 Voir son article dans The Pacific Review (McCargo 2005).
  • 4 Voir à ce sujet le document WikiLeaks du 23 novembre 2009, classé « secret » (John 2009).
  • 5 À une seule occasion, un 2 décembre, le roi Bhumibol tenta d’insérer quelques plaisanteries dans so (...)
  • 6 Le charisme du fondateur du parti, le major-général Chamlong Srimuang, était, lui, incontestable, m (...)
  • 7 La Thaïlande est en effet coutumière de ces fever, ces enthousiasmes soudains pour une personne, un (...)

4Ce nouveau modèle semble avoir pour objectif de rivaliser avec celui, aujourd’hui encore très utilisé, de « network monarchy » (réseau monarchique) proposé par Duncan McCargo, politologue de l’université de Leeds, qui accorde une beaucoup plus grande importance au Conseil privé du roi, et surtout au général Prem Tinasulanonda, son président, et au roi Bhumibol lui-même (p. 51)3. Mais, si la notion de McCargo partait d’un contexte – les années 2001-2005 – où le roi était très actif en politique pour s’opposer au Premier ministre de l’époque, Thaksin Shinawatra, la situation changea radicalement avec l’effacement du roi pour raisons de santé et après le coup d’État de 2006 qui renversa Thaksin4. Mais, il est parfois difficile d’être convaincu par le modèle proposé par Ünaldi. Dans le cas du roi Bhumibol, la vénération dont il était l’objet tenait bien davantage d’une sacralité institutionnalisée, d’une vénération quasi-religieuse que d’un charisme personnel. Piètre orateur, le roi Bhumibol avait plus développé l’image d’un (saint) père bienveillant mais craint – son anniversaire était également le jour de la fête des pères – que celle d’un leader charismatique. Il donnait très peu d’entretiens et ses deux allocutions solennelles étaient généralement bien balisées et le plus souvent sans grande envolée lyrique5. Et que dire de la situation actuelle puisque le nouveau roi, Maha Vajiralongkorn, dépourvu, lui, à la fois de tout charisme et de tout prestige, semble plutôt compter sur la peur du crime de lèse-majesté pour décourager les critiques. L’apparition d’un « leader charismatique » concurrent du roi Bhumibol en la personne de Thaksin Shinawatra, Premier ministre de 2001 à 2006, mérite en revanche un examen plus approfondi. Ünaldi parle à ce propos de « Führerdemokratie » (p. 72-76). Mais il faut éviter de caricaturer l’ascension de Thaksin. Celui-ci n’avait pas fait preuve de qualités exceptionnelles au début de sa carrière politique en 1994, et notamment à la tête du parti Phalang Dharma à partir de 19966. Il connut même un cuisant échec aux élections législatives de 1996, ne remportant qu’un seul siège. Il doit sa popularité exceptionnelle auprès des plus pauvres aux propositions de son parti Thai Rak Thai, et tout particulièrement au programme de soins à 30 bahts pour chacun, à l’aide pour le développement des villages, à l’accès facilité à l’enseignement supérieur pour les enfants les plus modestes. L’enthousiasme suscité par Thaksin était donc explicable bien rationnellement. C’est peut-être pour cela que le palais en prit ombrage : ce n’était sans doute pas une simple « Thaksin fever7 ».

5C’est certainement cette première partie – notamment le développement intitulé « Trading Charisma : the Dangerous Bbusiness of King Bhumibol » (p. 69-72) – qui vaut à l’auteur une interdiction de retourner en Thaïlande.

6La seconde partie de l’ouvrage (p. 111-219) est moins novatrice, mais intéressera davantage l’historien et l’anthropologue étudiant Bangkok. Il s’agit de l’étude approfondie du quartier que Ünaldi nomme « Siam-Ratchaprasong », qui longe la rue Rama I, depuis le carrefour de Pathumwan à l’ouest à celui de Ratchaprasong à l’est. C’est ce travail, réalisé à partir de documents en langue thaïe et d’entretiens, qui constitue à mes yeux le principal intérêt de cette partie de l’ouvrage. Le lecteur y apprend beaucoup sur les palais de Phetchabun et de Sra Pathum, le monastère de Pathumwanaram, l’hôtel Siam Intercontinental, Siam Square, Siam Paragon, l’université Chulalongkorn, etc.

  • 8 Dans son prologue, S. Ünaldi parle d’une sorte de camp retranché, assiégé par l’armée, dans lequel (...)
  • 9 Et encore, ce sont surtout les touristes qui se livrent à cette marche d’une quinzaine de minutes, (...)
  • 10 Le Centre Commercial japonais Thai Daimaru, qui s’était installé à Ratchaprasong en 1964, ferma ses (...)
  • 11 S’adressant d’abord aux étudiants de l’université Chulalongkorn, Siam Square était alors surtout co (...)

7L’auteur, qui semble avoir commencé son terrain à Bangkok en mai 2010 (p. 21), lorsque les Chemises rouges, partisans de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, occupaient cet espace de Siam Square et de Ratchaprasong, a voulu d’abord étudier les liens entre cet espace central et la monarchie8. Cela est tout à fait éclairant. Mais, pour avoir à la même époque parcouru de long en large ce camp retranché, j’ai pu noter que le périmètre s’étendait bien au-delà, jusqu’à la rue Witthayu et au Parc de Lumphini. En outre, ce n’est que récemment que l’on peut réunir les secteurs de Siam et de Ratchaprasong grâce au passage aérien liant les stations de BTS (métro aérien) de Siam et de Chitlom9. Jusque dans les années 1990-2000, les deux quartiers étaient bien distincts et leurs heures de gloire semblaient derrière eux. Ratchaprasong avait été à la mode dans les années 1960-197010 et Siam Square dans les années 1970-198011. Le quartier n’était pas encore redevenu populaire en 1990 quand ouvrit le World Trade Centre de la famille Tejapaibul. D’où vraisemblablement son peu de succès.

  • 12 Voir le chapitre 6 « The Village of the poor confronts the state: The life of a protest » dans l’ou (...)

8Toutefois, si Ünaldi était remonté quelques décennies plus loin dans l’évolution politique de la Thaïlande, il aurait réalisé que l’occupation de Bangkok par des provinciaux en colère n’était pas exceptionnelle. Sans aller jusqu’aux années 1973-1976, il aurait gagné à évoquer l’affaire de l’Assemblée des pauvres (Samacha khon chon) au début de l’année 1997. Pendant plusieurs mois, un « village des pauvres » occupait un secteur du district de Dusit à proximité du palais du gouvernement et de celui du Parlement.12

  • 13 Cela constitue une brève mais utile actualisation de la thèse d’Alan R. Johnson soutenue en 2006 à (...)

9Cette partie se termine par une série d’études de cas très divers : le Centre de l’Art et de la Culture du carrefour de Pathumwan, le slum situé derrière le monastère de Pathumwanaram13, le commerce de rue, et les graffitis antimonarchistes. Il s’agit d’éclairages souvent intéressants, parfois tirés d’articles déjà publiés, même si le lien avec le propos principal n’est pas toujours manifeste.

10Les références de l’auteur sont intéressantes à relever. S’il mentionne plutôt fréquemment les philosophes et sociologues français à la mode dans les universités anglo-saxonnes (Baudrillard, Bourdieu, Foucault, de Certeau, Lefebvre) et s’il fait un réel usage de la notion d’habitus (10 pages cités en index). Mais, c’est Max Weber qui est l’inspirateur principal avec un usage immodéré – et pas toujours convaincant – du concept de charisme.

11La photo de couverture est assez sibylline. Elle montre un garde du centre commercial Siam Paragon empêchant quiconque de prendre l’escalier roulant pendant une visite de la princesse Sirindhorn. Elle fait cependant le lien entre les deux parties du livre : la monarchie et le quartier de Siam-Ratchaprasong.

Haut de page

Bibliographie

JOHN, Eric G., « Thailand : Circles of Influence inside the Institution of the Monarchy in King Bhumibol’s Twilight », https://wikileaks.org/plusd/cables/09BANGKOK2967_a.html.

JOHNSON, Alan R., 2006, « Leadership in a Bangkok Slum : An Ethnography of Thai Urban Poor in the Lang Wat Pathum Wanaram Community », university of Wale, http://www.thaicrc.com/collect/MIS/index/assoc/D4914.dir/4914.pdf.

KERSHAW, Ian, 1993, « Working Towards the Führer. Reflections on the Nature of the Hitler Dictatorship », Contemporary European History, 2, 2 : 103-118.

MCCARGO, Duncan, 2005, « Network monarchy and legitimacy crises in Thailand », The Pacific Review, 18, 4 : 499-519.

MCELLIGOTT, Anthony & Tim KIRK ,éd., 2003, Working Towards the Führer : Essays in Honour of Sir Ian Kershaw, Manchester : Manchester University Press.

MISSINGHAM, Bruce D., 2003, The Assembly of the Poor in Thailand. From Local Struggles to National Protest Movement, Chiang Mai : Silkworm Books.

Haut de page

Note de fin

1 Toutefois, en page 18, Ünaldi indique que ses dix-huit mois de terrain ont débuté dès 2007 !

2 Kershaw (1993) reprend l’expression « travailler vers le führer » prononcée à Berlin le 21 février 1934 par un politicien du parti Nazi, Werner Willikens (1893-1961). Un livre publié en 2004 en hommage à I. Kershaw n’a pas hésité à reprendre cette formule dans son titre ( McElligott & Kirk 2003).

3 Voir son article dans The Pacific Review (McCargo 2005).

4 Voir à ce sujet le document WikiLeaks du 23 novembre 2009, classé « secret » (John 2009).

5 À une seule occasion, un 2 décembre, le roi Bhumibol tenta d’insérer quelques plaisanteries dans son discours d’anniversaire. Malheureusement, personne n’osa en rire. La tentative ne fut pas renouvelée.

6 Le charisme du fondateur du parti, le major-général Chamlong Srimuang, était, lui, incontestable, même s’il fut d’une durée relativement courte. Thaksin, connu alors comme l’homme le plus riche du pays (après le roi vraisemblablement), fut ministre des Affaires étrangères en 1994, puis vice-Premier ministre dans deux gouvernements en 1996 et en 1997.

7 La Thaïlande est en effet coutumière de ces fever, ces enthousiasmes soudains pour une personne, un parti, voire un produit, lesquels ne durent au mieux que quelques années.

8 Dans son prologue, S. Ünaldi parle d’une sorte de camp retranché, assiégé par l’armée, dans lequel un étranger ne pouvait pénétrer. Mon souvenir est bien différent. Je logeais alors à l’hôtel Asia, tout proche, et j’ai pu m’y rendre quotidiennement sans difficulté ; aucun militaire ni membre du service d’ordre des Chemises rouges ne s’interposait.

9 Et encore, ce sont surtout les touristes qui se livrent à cette marche d’une quinzaine de minutes, qui reste éprouvante sous la chaleur de la journée.

10 Le Centre Commercial japonais Thai Daimaru, qui s’était installé à Ratchaprasong en 1964, ferma ses portes en 1989, tout comme l’agence de la banque Indosuez. Le secteur voisin de Gaysorn Road, qui avait été populaire pour ses bars et restaurants chez les GIs lors de la guerre du Viêt Nam, périclita au même moment.

11 S’adressant d’abord aux étudiants de l’université Chulalongkorn, Siam Square était alors surtout connu pour ses librairies, ses établissements de cours particuliers, la présence du British Council, ainsi que de quelques cinémas et restaurants.

12 Voir le chapitre 6 « The Village of the poor confronts the state: The life of a protest » dans l’ouvrage de Bruce D. Missingham (2003 : 121-171).

13 Cela constitue une brève mais utile actualisation de la thèse d’Alan R. Johnson soutenue en 2006 à l’université du Wales, même si ce missionnaire, alors installé en Thaïlande depuis une vingtaine d’années, étudie moins le lieu que le phénomène du leadership (Johnson 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Serhat Ünaldi, Working towards the Monarchy. The Politics of Space in Downtown Bangkok », Moussons, 30 | 2017, 229-232.

Référence électronique

Jean Baffie, « Serhat Ünaldi, Working towards the Monarchy. The Politics of Space in Downtown Bangkok », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4011

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chercheur associé à l’IrAsia, Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page