Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michael Sullivan, Cambodia Votes. Democracy, Authority and International Support for Elections 1993-2013

Copenhague, Nias Press, 2016, index, 341 p.
Bernard Formoso
p. 237-240
Référence(s) :

Michael Sullivan, Cambodia Votes. Democracy, Authority and International Support for Elections 1993-2013, Copenhague, Nias Press, 2016, index, 341 p.

Texte intégral

1Nombreuses sont les études historiques publiées au cours des deux dernières décennies sur l’évolution politique du Cambodge post-Khmers rouges. Le livre de Michael Sullivan innove néanmoins en s’intéressant plus particulièrement à la préparation et à la tenue des élections nationales et locales (Conseils de communes) au cours de la période qui va de la signature des accords de paix de Paris en 1991 jusqu’à 2013. L’auteur justifie son choix de plusieurs manières. Tout d’abord, l’expérience cambodgienne lui paraît unique dans le champ des transitions politiques et des études électorales. À la suite en effet de l’épisode khmer rouge qui avait fait table rase de toutes les institutions démocratiques et avait plongé le pays dans le chaos, l’Organisation des Nations unies (ONU) fit preuve d’une ingérence inédite dans la gestion des affaires intérieures d’un État membre, puisqu’elle imposa au Cambodge une administration extérieure de deux ans via l’United Nations Transitional Authority in Cambodia (UNTAC, 1991-1993). La mission explicite de cette autorité transitoire était de ramener le pays sur la voie de la prospérité, de la paix et de la démocratisation. Or si l’UNTAC échoua dans tous ces objectifs, le seul résultat tangible dont elle put se targuer fut le rétablissement du multipartisme et l’organisation réussie d’élections générales en 1993. Au vu des difficultés administratives rencontrées et de l’imbroglio politico-militaire des années 1990, agir sur les processus électoraux ultérieurs à grand renfort d’aide technique et de soutien financier devint dans l’optique des précepteurs internationaux le seul levier possible d’une acculturation démocratique du pays sur le long terme. Dès lors, explique Michael Sullivan, et en dépit de la critique de chercheurs schumpeteriens qui ne voient dans les élections qu’un simulacre masquant l’exercice réel du pouvoir, celles-ci devinrent une fin en soi pour l’United Nations Development Programme (UNDP), l’Union européenne et d’autres intervenants extérieurs. Il fallut attendre près de vingt ans pour que ces instances prennent acte du fait que l’aide financière et la caution politique qu’elles apportaient aux consultations électorales ne faisaient que consolider la mainmise du Parti du peuple cambodgien (PPC) sur le pouvoir, tant les manipulations, les intimidations et la violence qu’Hun Sen et ses affidés orchestraient à l’encontre de l’opposition se répétaient avec constance d’une consultation à l’autre. Ce constat conduit à l’autre intérêt de l’étude du cas cambodgien. Il apporte d’utiles éclairages sur les contradictions et incohérences inhérentes aux programmes internationaux de promotion de la démocratie, lorsqu’ils se heurtent à des régimes autoritaires qui jouent en apparence le jeu des élections multipartites tout en violant sans vergogne les principes d’équité de traitement des candidats et de liberté de choix des électeurs.

  • 1 Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif.

2La chronique minutieuse des élections parlementaires de 1993, 1998, 2003, 2008 et 2013, ainsi que des scrutins locaux de 2001, 2007 et 2012 que l’auteur conduit au fil des chapitres fournit une multitude d’exemples où l’ONU s’est trouvée en porte-à-faux entre son souci de promouvoir des modes de fonctionnement démocratiques et la peur d’interférer dans le jeu politique local au risque de raviver la situation antérieure de guerre civile. Méconnaissant les ressorts symboliques du pouvoir au sein de la société khmère, mettant l’accent sur les carences institutionnelles du pays au détriment des motivations des acteurs politiques et privilégiant le retour à la paix à tout prix, les instances onusiennes se sont montrées particulièrement conciliantes à l’égard de celui d’entre les chefs de partis qui leur paraissait le plus dirigiste, le plus tacticien et donc le mieux à même de mettre en ordre de marche l’appareil d’État. Leur attitude lors des élections de 1998 est très édifiante à cet égard. Sur la base des archives de l’UNTAC et de l’UNDP, Michael Sullivan révèle qu’en 1997 les partenaires internationaux refusèrent de qualifier de coup d’État l’assassinat commandité par Hun Sen de la plupart des dirigeants du Funcinpec1, le parti qui était pourtant majoritaire depuis le scrutin de 1993. Ils financèrent généreusement les élections organisées l’année suivante, tout en sachant pertinemment que le climat de peur engendré par le coup de force en fausserait irrémédiablement les résultats. Enfin, ils se félicitèrent de l’issue du vote et de l’ascendant désormais pris par le PPC sur la conduite des affaires, tant ils étaient frustrés par la situation antérieure de conflit larvé entre les partenaires de la coalition Funcipec-PPC et par l’inertie qu’elle créait. Leur soutien à l’autoritarisme d’Hun Sen se renforça même au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, car ils y voyaient un gage de sécurité sur le plan régional. Autrement dit, les calculs relevant de la géopolitique importaient plus dans leur perspective que les atteintes aux droits de l’homme et à la liberté d’expression dont le régime était coutumier.

3L’auteur établit une corrélation entre les succès électoraux du PPC dans les années 2000 et la forte croissance économique que connut le pays au cours de la période. La stabilité politique garantie par un régime fort rassurait non seulement les partenaires de l’aide multilatérale, mais aussi les investisseurs étrangers, asiatiques notamment, qui multiplièrent les joint venture avec la famille d’Hun Sen et les entrepreneurs locaux participant de sa clientèle. Cependant, si la population améliora globalement son niveau de vie au cours de la période, les écarts de revenus s’accrurent spectaculairement entre les ploutocrates du PPC et l’écrasante majorité de la population. Le fait qu’en l’espace de quelques annes près d’un demi-million de Cambodgiens aient été chassés de leurs terres au profit de plantations, d’activités de forestage et de programmes immobiliers qui servaient directement les intérêts de cette élite sensibilisa l’opinion publique au pillage en cours des richesses nationales et au mépris que les puissants affichaient à l’encontre des plus vulnérables. Cette prise de conscience, l’essor local des NTIC qui offraient une information alternative aux médias officiels tenus par le régime et l’évolution du corps électoral au profit d’une jeunesse qui n’avait pas connu la guerre sont autant de facteurs dont la combinaison explique, selon l’auteur, le brusque renversement de tendance observé lors des élections de 2013. Le Parti du sauvetage national (PCSN) de Sam Rainsy, principale force de l’opposition, engrangea alors des gains notables en termes de votes et de sièges au parlement. Dans ces conditions, le PPC, qui peine à renouveler son logiciel politique, ne dut son maintien au pouvoir qu’aux manipulations électorales dont il est coutumier et à la réforme constitutionnelle qu’il avait imposée en 2006, lui permettant de gouverner avec une majorité parlementaire simple et non plus des deux tiers, comme cela était requis auparavant.

4Bien que l’étude de Michael Sullivan ne couvre pas les développements postérieurs à 2013, le renouvellement des conseils de commune en 2017 a confirmé le recul électoral du PPC, puisque celui-ci n’a devancé le parti de Sam Rainsy que de 500 000 voix et a dû lui céder la direction de 467 conseils de communes. Si la dynamique se maintient, les élections parlementaires de 2018 pourraient bien tourner à l’avantage de l’opposition, sauf si bien sûr Hun Sen tente un coup de force analogue à celui de 1997 en éliminant physiquement ses adversaires. Ce dont il a déjà publiquement agité la menace !

5L’un des mérites de l’ouvrage est d’analyser en détail les motivations et calculs des différents protagonistes du jeu politique cambodgien, afin de rendre compte précisément des stratégies qu’ils ont développées ces vingt dernières années à l’occasion des échéances électorales successives. Les conclusions de l’étude recoupent largement celles de travaux antérieurs (de Joel Brinkley [2011], Trude Jacobsen & Martin Stuart-Fox [2013], Ear Sophal [2013] notamment) concernant la nature du régime PPC et les incohérences de l’aide internationale. Il est dommage que l’auteur n’ait pas jugé utile d’élargir la perspective historique aux deux décennies allant de l’indépendance (1953) à l’avènement des Khmers rouges (1975). Prendre en compte cette période lui aurait été utile pour nuancer certains propos. Il fait comme si le peuple cambodgien était vierge de toute expérience multipartite avant l’intervention de l’UNTAC. Or, c’est inexact. Le multipartisme a été instauré dès 1953 dans le royaume, même si le Sangkum Reastr Niyum fondé en 1955 par Norodom Sihanouk imposa son hégémonie de cette date jusqu’en 1970. Afin de mieux saisir les particularités de la culture politique cambodgienne, d’intéressantes analogies auraient pu être établies entre l’autoritarisme de Sihanouk et celui d’Hun Sen, le second ayant repris à son compte bien des codes du pouvoir et des stratégies du premier. Corrélativement, un autre défaut de ce livre est qu’il ignore totalement les travaux des historiens français sur cette première phase du multipartisme cambodgien.

Haut de page

Bibliographie

BRINKLEY, Joel, 2011, Cambodia’s Curse. The Modern History of a Troubled Land, New York : Public Affairs.

JACOBSEN, Trude & Martin STUART-FOX, 2013, Power and Political Culture in Cambodia, Singapore, Asia Research Institute, Paper series n° 200.

SOPHAL, Ear, 2013, Aid. How Foreign Assistance Undermines Democracy in Cambodia, New York : Columbia University Press.

Haut de page

Note de fin

1 Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Formoso, « Michael Sullivan, Cambodia Votes. Democracy, Authority and International Support for Elections 1993-2013 », Moussons, 30 | 2017, 237-240.

Référence électronique

Bernard Formoso, « Michael Sullivan, Cambodia Votes. Democracy, Authority and International Support for Elections 1993-2013 », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4015

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Professeur d’anthropologie sociale à l’université de Paris Ouest-Nanterre-la Défense et membre statutaire d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page