Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Pascal, Estampes du Viêt Nam

Nîmes, Éditions Atelier BAIE, coll. « Beaux Livres », 2017, 256 p.
Philippe Le Failler
p. 240-241
Référence(s) :

Pierre Pascal, Estampes du Viêt Nam, Nîmes, Éditions Atelier BAIE, coll. « Beaux Livres », 2017, 256 p.

Texte intégral

1Les images populaires vietnamiennes reproduites par estampage sur papier , de celles dont on ornait jadis en vis à vis les vantaux de la porte principale en période de nouvel an et que l’on jetait une fois les fêtes et les couleurs passées, sont autant de papiers peints qui ne furent jamais considérés comme des œuvres artistiques à l’époque où elles étaient produites en masse, c’est-à-dire jusqu’aux années 1960.

2Longtemps mésestimées des connaisseurs, ces images populaires pâtissaient de la comparaison avec les estampes japonaises dont elles n’avaient ni la finesse de trait, ni même la variété des coloris et encore moins la profusion en des thèmes sans cesse renouvelés. De fait, les estampes vietnamiennes ne sont pas signées, aucun nom de peintre ou de graveur n’y est rattaché, il n’y a donc pas d’équivalent vietnamien à Hiroshige ou à Hokusai. En lieu et place, nous trouvons un éventail assez large de thèmes, tous, peu ou prou, rattachés à la culture populaire.

3Comme le souligne à raison l’auteur, et c’est une forme d’hommage, on doit à Maurice Durand, éminent connaisseur du Vietnam où il est né, d’avoir constitué vers 1950 le premier fonds dédié à cette forme d’art, riche d’environ 400 exemplaires originaux (fonds conservé à Paris par l’EFEO) et d’en avoir tiré la matière à la seule grande étude qui lui fut consacrée. Son Imagerie populaire vietnamienne reste un travail d’analyse incontournable qui, grâce à une récente réédition orchestrée par Philippe Papin et Marcus Durand, bénéficie désormais d’une reproduction en couleur de l’iconographie.

4Or, à bien y regarder, en bon philologue, Maurice Durand professait une dilection pour les images recoupant ses travaux sur la religion, les textes anciens et les morceaux de littérature. Il privilégiait un type particulier d’estampes, celles de Hàng Trống (du nom d’une rue de Hanoi). Imprimées à l’aide d’une planche gravée unique, ces pièces de grand format laissaient apparaître un tracé noir, agrémenté ou non d’un texte en caractères, qui étaient ensuite coloriées au pinceau et, parfois agencées en polyptyques, illustraient des classiques de la littérature chinoise ou vietnamienne. Cette forme d’estampage est aujourd’hui quasi-disparue, seul un marchand de Hanoi en propose encore dans son arrière-boutique.

5Dans son Estampes du Viêt Nam, Jean-Pierre Pascal, quant à lui, s’est principalement attaché au récolement des estampes dites de Đông Hồ, produites dans ce village des environs de Hanoi. Leur caractéristique tient dans la technique d’impression nécessitant plusieurs planches, la première donnant le contour noir, les autres permettant les aplats de couleurs. Sur papier presque brillant et de moindre format, plus frustres dans leur aspect, moins littéraires quant à leurs thèmes, ces estampes passaient pour plus « vietnamiennes » que leurs homologues de Hàng Trống. Les images de Đông Hồ contribuent d’une perpétuation de la tradition ; on en imprime encore, toute boutique de souvenirs se devant d’en proposer quelques exemplaires.

6Richement illustré en couleurs, l’ouvrage de Jean-Pierre Pascal présente 152 estampes qu’il explique et commente avec clarté et précision sans jamais céder ni à la prétention philologique ni à la vulgarisation abusive. Les génies gardiens de portes ou protecteurs du foyer, tout comme les caractères chinois aux vertus propitiatoires, semblent plus que d’autres caractériser les souhaits formulés à l’aube de la nouvelle année. Convenons avec Philippe Papin que ces images porte-bonheur ne sont pas vietnamiennes par essence et que l’influence, pour ne pas dire l’origine chinoise y reste patente. Mais l’éventail d’images se vietnamise, s’étend aux scènes de la vie champêtre, aux personnages de légende, aux grandes figures de l’histoire nationale et jusqu’aux scènes cocasses d’une société restée profondément rurale. Le chapitrage raisonné nous conduit des images du Tết jusqu’aux illustrations des scènes littéraires pour conclure avec les derniers exemplaires de cette technique d’impression désormais obsolète datant du Vietnam socialiste en guerre, soit juste avant que l’affiche de propagande ne prenne le relais.

7Au ton employé, on devine une familiarité avec le sujet d’étude, un goût de collectionneur averti, mais pas seulement. Comme avant lui Henri Oger (2009), l’auteur s’est livré à une enquête de terrain et, photos à l’appui, nous propose en préambule de l’ouvrage une introduction concise du mode de fabrication du papier, des couleurs et des procédés d’impression. Au fil de ses séjours au Vietnam, tirant profit de l’éclairage apporté par ses interlocuteurs vietnamiens, l’auteur, ancien directeur de recherches au CNRS, s’est persuadé de la vivacité de cet artisanat moribond qu’il tend à ressusciter. Ce livre n’est en aucun cas un succédané à la somme de Durand, mais sa bonne facture, son ton tout à la fois sérieux et plaisant, son format même en font un vademecum de l’iconographie populaire vietnamienne d’antan.

Haut de page

Bibliographie

MAURICE, Durand, 2011 [1960], Imagerie populaire vietnamienne [nouvelle éd. par Philippe Papin], Paris : EFEO.

OGER, Henri, 2009 [1909], Technique du peuple annamite [nouvelle éd. par Olivier Tessier et Philippe Le Failler], Hanoi : EFEO – Nhã Nam, 3 vol.

PAPIN, Philippe, 2001, « La diversité de l’imagerie vietnamienne et les figures de la vie ordinaire », Arts asiatiques, 66 : 83-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Failler, « Pierre Pascal, Estampes du Viêt Nam », Moussons, 30 | 2017, 240-241.

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Pierre Pascal, Estampes du Viêt Nam », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4017

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) et maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page