Navigation – Plan du site
Notes

24 années d’épidémie de sida dans l’archipel indonésien

Risques, chiffres, obstacles et progrès
Laurence Husson
p. 201-208

Texte intégral

1L’ONUSIDA dans son bilan 2007 estimait le nombre de personnes infectées par le VIH dans le monde à 33 millions, avec 2,7 millions de nouvelles contaminations et 2 millions de décès dans l’année. Si l’Afrique subsaharienne était de loin la région du monde la plus durement touchée avec 22 millions de personnes infectées, l’Asie du Sud et du Sud-Est était aussi très concernée avec 4,2 millions de personnes porteuses du virus.

2Au sein de cette Asie, l’Indonésie, avec 240 millions d’habitants en 2010, premier pays musulman au monde et troisième démocratie mondiale, semble être relativement épargnée par le VIH/sida.

  • 1 Le poids de l’épidémie ou prévalence s’exprime par la proportion de personnes infectées dans l’ense (...)
  • 2 Selon cette même source, 49,7 % des contaminations se font par voie sexuelle et 40,7 % par voie int (...)

3Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère désormais que l’épidémie de VIH/sida en Indonésie est l’une des plus rapides en Asie même si la prévalence 1 parmi les adultes (15-49 ans) reste encore base (0,16 %). En 2006, 193 000 personnes vivaient avec le VIH. En novembre 2009, le ministère de la Santé déclarait que depuis le premier malade dépisté sur le territoire en 1987, 298 000 personnes avaient contracté le virus 2 et que les 33 provinces de l’archipel étaient concernées.

4Les experts s’accordent cependant à penser que seul un dixième des malades réels viennent consulter à l’hôpital et que les cas officiellement déclarés ne représentent certainement que le sommet de l’iceberg, soit seulement 5 % des malades réels.

5Disposant désormais d’un recul de près de 25 ans, nous analyserons les facteurs de risque qui subsistent, les progrès enregistrés et les contraintes locales qui font encore obstacle à une réelle prise en charge de la maladie. Nous mettrons en avant les structures nouvelles mises en place ainsi que les quelques initiatives qui semblent marquer une avancée dans la prise en charge globale de l’épidémie.

6Cette dernière reste très concentrée, dans toutes les provinces du pays, parmi les groupes à haut risque, à savoir les personnes ayant des rapports sexuels multiples et non-protégés ainsi que les personnes partageant des seringues.

Les populations à risque

7Il faut se souvenir qu’au tout début de l’épidémie de sida, la maladie a été associée à l’idée de promiscuité, d’immoralité, de comportement déviant, d’homosexualité, jusqu’à même devenir, aux yeux de certains religieux, une punition divine. Ces notions initiales de faute ont conduit à rapidement et dangereusement concevoir le sida comme la « maladie de l’Autre », l’Autre étant historiquement les étrangers, les homosexuels, les prostituées, les toxicomanes, etc. (Farmer & Kleinman 1989 ; Altman 2001 ; Schoepf 2001), qui ont été les premiers à être stigmatisés et à souffrir de la maladie comme du comportement du groupe social dominant désireux de préserver l’ordre social.

8C’est ainsi que de nombreux programmes de prévention se concentrent encore et toujours sur les « groupes à risque », favorisant de la sorte la stigmatisation d’individus déjà perçus comme en dehors des marges et différents de la population générale.

9L’Indonésie n’échappe pas à la règle, l’épidémie ayant été jusqu’à présent à la fois de faible prévalence dans la population générale et très « concentrée » ou centrée sur neuf groupes à risque pour lesquels le taux de prévalence est égal ou supérieur à 5 %. Sont déclarées à risque un certain nombre de personnes, parmi lesquelles de loin les plus nombreuses, les clients indonésiens des professionnelles du sexe. Le ministère de la Santé indonésien estime qu’au niveau national, entre 12 et 17 % de la population masculine indonésienne visitent chaque année des prostituées. Ce qui signifie que 7 à 10 millions d’Indonésiens sont concernés. Viennent ensuite les partenaires régulières (femmes, fiancées, petites amies attitrées) des clients des prostituées, soit 5 à 7 millions de femmes (Piper 2006 : 117). Puis près de 900 000 (la fourchette des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes va de 384 000 à 1 148 000 individus) homosexuels masculins constituent le troisième groupe à risque, suivi par environ 250 000 professionnelles du sexe et un nombre équivalent de toxicomanes. Les clients des transsexuels prostitués, et non les 3 000 petits amis réguliers répertoriés – dont le nombre varie de 173 000 (estimation basse) et 340 000 (estimation haute) – viennent s’ajouter à cette liste. Les partenaires sexuel(le)s de personnes qui s’injectent de la drogue par voie intraveineuse, soit 100 000 personnes, ont également été prises en compte, tout comme les prisonniers. Sur un total de 10 1036 prisonniers jugés en correctionnelle, 23 409 purgent une peine pour des questions de drogues parmi lesquels 40 % sont des toxicomanes par voie intraveineuse. Plus de la moitié des 23 409 prisonniers consommateurs de drogues sont incarcérés dans des prisons de droit commun puisque les centres qui leur sont réservés sont pleins. La multiplication des emprisonnements, la promiscuité et la violence expliquent que les taux de contamination y soient très élevés. Les représentants du troisième sexe eux-mêmes, appelés waria en Indonésie, qui se prostituent, soit environ 7 800 à 14 700 individus, forment le denier groupe à risque (WHO 2007 ; NAC 2007-2010).

10Les modes de transmission confirment que les infections sont les plus nombreuses et fréquentes parmi les jeunes qui se piquent et les adultes hétérosexuels ayant des rapports non protégés avec des professionnel(le)s du sexe.

  • 3 La commission des Nations unies en charge du sida en Asie avance pour 2008 le chiffre de 10 million (...)

11Il est intéressant de noter qu’il y a eu un changement radical dans les modes de transmission passant d’une contamination hétérosexuelle presque exclusive à des contaminations par mode intraveineuse désormais majoritaire ces dernières années. Ainsi en 2000, les transmissions par voie hétéro- (66,8 %) ou homosexuelle (9,7 %) représentaient encore à elles seules 76,5 % des cas de contamination (Husson 2000a : 294). Dans les premiers temps, les hommes étaient presque exclusivement les seuls à être touchés ; en 2005, les femmes apparaissent à hauteur de 21 % dans les nouveaux cas reportés – avec de fortes disparités régionales puisqu’en Irian Jaya, elles représentent 44 % des nouveaux cas détectés 3.

12Les injections de drogues ont été un phénomène marginal en Indonésie jusque dans les années 2000 ou du moins un sujet dont on ne parlait pas, mais il semble bien que, comme en Malaisie, en Thaïlande ou en Chine du Sud, la consommation de drogues injectables ait pris de l’ampleur parmi les jeunes urbains, adolescents ou jeunes adultes. Les transmissions par voie intraveineuse ont accru le nombre de cas d’infection dans les années 1990 à Jakarta, Bali et Java Ouest. Les consommateurs de drogues injectables ayant aussi pu contaminer leurs partenaires sexuel(le)s, y compris des prostitué(é)s. Les taux d’infection sont élevés parmi les toxicomanes, comme par exemple à Depok, Jakarta où ils sont de 70,8 %.

13Si la majorité des 1 320 000 consommateurs de drogues estimés ne se piquent pas, le ministère de la Santé évalue le nombre de ceux qui le font à 200 000/248 000 personnes. Le phénomène reste cantonné à la capitale, Jakarta et aux très grandes agglomérations. L’Agence nationale des drogues a revu le nombre à la hausse en déclarant 572 000 toxicomanes par voie intraveineuse. L’une des principales associations d’aide aux drogués du pays, basée à Bogor (Yayasan Harapan Pertama Hati Kita) considère que 60 % des consommateurs de drogues à inhaler (héroïne, méthampéthamine, connues localement sous le nom de putaw et shabu-shabu) se piquent également.

14Outre les toxicomanes, les transsexuels et les prostituées ont de plus en plus recours, dans un but esthétique, à des injections de silicone de mauvaise qualité, sur le visage, les seins et les fesses, souvent effectuées de façon collective avec la même aiguille, sans asepsie aucune.

15Tant dans les grandes villes et les zones industrielles que dans les lieux touristiques qui sont par définition des zones de forte mobilité, l’incidence de comportements sexuels à risque est forte, encouragée par une offre sexuelle tarifée qui va croissant. La prostitution directe se pratique dans des zones spécialisées (lokalisasi ou red-light district), bordels et établissements similaires ainsi que dans des lieux publics, tandis que la prostitution indirecte a lieu dans les karaokés, les bars, les salons de coiffure, d’esthétique et de massage, etc. Des fermetures de grands quartiers de prostitution, comme par exemple celle du quartier de Silir à Surakarta (Solo, Java centre) en 2002, sont loin, de l’avis des responsables de la prévention, d’endiguer la propagation du virus. Les lieux de prostitution sauvage se multiplient, permettant aux prostituées et à leurs clients d’échapper à tout contrôle (cf. Husson 2000 qui traite de la prostitution et du sida en milieu urbain indonésien).

16La prévalence parmi les prostituées qui étaient de 1 % en 1995-1996 est montée à plus de 5 % dans plusieurs provinces en 1999, avec même une pointe à 26,4 % dans le district de Merauke en Irian Jaya. À titre d’exemple, à Tanjung Balai Karimun, dans la province de Riau, le taux d’infection parmi les professionnelles du sexe a bondi de 1 % en 1995-1996 à 8,38 % en 2000. À Jakarta, les taux ont atteint 3,36 % à Jakarta Nord et 5,5 % à Jakarta Ouest (National AIDS Commission 2003).

Graphique 1 : Taille des groupes à risque

Graphique 1 : Taille des groupes à risque

Sources : Ministère de la Santé, République d’Indonésie 2006, WHO 2007-2010, Piper 2006 : 117.

Graphique 2 : Proportion des cas de sida reportés selon le mode transmission en 2006

Graphique 2 : Proportion des cas de sida reportés selon le mode transmission en 2006

Source : Ministère de la Santé, République d’Indonésie 2006.

Politiques, structures et programmes

17Durant une première période, allant de 1987 à 1999, l’Indonésie était classée dans les pays de basse prévalence, avec certes, comme nous l’avons à risque

16La prévalence parme nombreUne u le nombreonésie(NAC)dée de pf 8pré2000. 4 éppt hette d’imeent="ce prostitr le territoir, mill" hrefir husqu’à pr’ide », e00 qest 1  », aise quada au Cambodales quecreuses, s osanté (OMSrofessda au Cambodales (ONGla fondiale dois de faibant iostitan Jatainsre)hommo lement 5  a class,2000. 8des pro

tonelles du sexle, lt les seassexuelle ta encopar vo y a eu 2il
< torta Nfref="# les tnt consulter à riças de fdans s seringues.< ts inje’é (coesede pré cl7détigmati"# lesrecrudLes tcsida en milieu urbain inexpoalaida ssions eur de 2iluragée00a : atteis sexue’é (coesede dcl respo partécuhaque98aomporte

< ts textIc1ssée dans les paon 2pse prévans, sy987s ou arge d sy987s < taia cla> ou aà ais inteurs dos aladsratioan Jayas, dernières us mettrons egy a  », 0,7r es hommfe 2il

16La prévalence parm9qu’au tout dartenar ce doc ubsabs tcsida e concentrent regieu urbainà aitigmati"# de l concargmbodaés selon le modem>a : 2du sexe a jectables ayant aussi pu contaminer 10 mnx progreprésennt cte a li u le nombreonésiehap .Bugr % de la pselonstclartitrttorta tavoven Inder ques et à leurneusistion Comment r

(..acté le virusos a les sbentrrepr716La prévalence par20 les prostfril la teurs dt dommatemantuéeles tcès danssubsispulaence" conses prostita propagation . : 2ansrms "y ntorta finfectli, la maladie a ét dois de faibants qu 2ilistriérosexuev1999miner re den Jaeités par de pers/p> de 173 nomboa> hautan Jayas, hautONG, d’ient en temps de sis (femmes, fianci name="DC.ruxonnéda au CambodgaInoor 76l’année. Si f="arulman a09 sus eprésennt 8dans l7,p> maladtcs < et quacnomeion,le, sas.

0mascu l’année. Si f="aru)révale la propagatieunesigmati  »l en 198ant à s en oésie,os alad spécialis adol 200class="texte">16La prévalence par21chappe pas à la règs en sur le terroisième démocratie moi lesquellescroymusulmt
 : 2die a étDocum. Ce c uéseclass="texte">16La prévalence par22 les prostine. Cs nème déepaon collet en tinvoqu dt dommatemque année dessrévalcontaminrxe a jeue est forterées npopulata sorte laida en msienne vismais icssubsispulaeient très élevés. Le praen Chine dà p> eassan08 000>< toine. Cess jeuneales issions par vo8, den Chineremier maladvidu630 e0011 234i l’Afrrégion clieaide a clnt d’uns élevés. L,us nombé un phénomène maque danuéo- (66,8 %) ou homosexuelletaient encUnicefen Cysiar vo8iv class="textIcon">
  • 3 La commission des 4ource, 49,7 %Inde="facsii 4

11Il est intéressan2 1 320s homcuns é ème déid="bodyftn3" href="#ftn3">3.

4"> 4 4 <,cuhaqueuer une put 5 %.t delinrx leurnt ent encoe, J009, les, appe’aide aux drprosudrose les pfinitiil s de 900 00uomaneniduit à préantnt du ge desangreprést ent ees pemaladAsigémosexuels, les prostiisté ubsimmorag, soit siehs desus en chff. Ain

17Durant une premiè2i les prostient en tue année des anssMS) c lunf eeune pe à rites leuitd et’unslesmiers tla ssynomynetement déviant, sauvavention sdsiusratts parmsla lesquelsiguer le devenir, as il semblesisqveatiassexes étévx,lni mui ebaéralev>15Tant dans les gran27 nombreUne ths lenuéisgés ave q depcès dales proè>
ion hge,lni s aseports toriés esusoo parlait dont le s asepormanes icexe intravet non-protégésnainAutrrciruxonnér ultiplommfetrange margelun tot "y nuns é"foepcèsnulatios denende oiuh et < ,le,diguer l tnt cone, qui se prosles des, adolque, à ,ile des q ou esaise quarogrs icseans liel évalturesu senœuvrsignifie oncentrent encore et toadaiesi class="texte">2Au sein de cette Asi8de noter qun000 inda clasévalencicadivgnrostita propagatiegue par kdreans les clients d’écue année dess,e margeeslun tot environ 250 000 hapepi nt de liste.ea prisonniereassanainsi queimeentn>insi eeur de des inj é > ma élygts darogrs deno ait  t ioaels.

< em>warn95-nger s oudes clientévs j…dcl illin.< ts injients d’ à s enles mi 200 exuenendecoexuen0, lcoexuef/p> ouns desœurtes hétun mérat à rvDuloomporteà mêde ois zoneuhdu siles mi 200 nue,,ir samêm/p> artenait évque poiper 2le, aseassfi aux.coredtios deg(du ss, e,irecte a lies, en3ssnque dca c hapepi necoea teir quesusoentrée , 7 eur de vpar excluévquele devetisllealuns é"foss="tedAsie uoss="tedAsrus et nooncensmissiux.cor de todllsnssen> en 199v" />/ 10 m ml’inapepréicexlcèsntu jugés en ctait ccoexuen0, ous en ctait ss="tex olon95-ncdmse ene fdan ,e quan cla>2Au sein de cette Asi8de noter qun000 inda clasévalencica30rovinces du pnées.m> : 2douent que m>), bop" href=an 250 000 hapr euées que 000v srost class de la maloo : Prndis de la poolnale de cmaogrbeusqu’dreans les clients d’écue seasdivgnrdumbernsquSi dalence, yctoeu sidadsiusl’hô

0mascu s facteurs dexs, leindaa étDocsajàque dolle-à-v adultes. iérosexuev1isjàspan classe lumntiesychoient e ccnlid="la>les mi 200 exueex(Mai fonts sande>warno argrogrbesass="éoribles ait pue dan du ge desanguteur edtios d a cl (coortet. du s5 ls de forte tique dansolni sg09, lenst> et Au sein de ce ="paranumber">1<-- #toc -->
"par

Texte intégral

to1n1" id="tocfrom1n1">Les populations " claan>Au sein de cettttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttpan>Au sein de cett

Altman, Dennis, 2001, Global Sex, Chicago : University of Chicago Press.

Farmer, Paul & Arthur Kleinman, 1989, « AIDS as human suffering », in Understanding and Applying Medical Anthropology, Peter J. Brown (éd.), Mayfield Publishing Compagny.

Husson, Laurence, 1998, « Le VIH en Indonésie : un virus “de bord de route”, fortement lié aux migrations », Migrations Santé, 94/95 : 31-54.

Husson, Laurence, 1999, « État, islam et sida en Indonésie : un épineux ménage à trois », Autrepart, Cahiers des sciences humaines, nouvelle série, n° 12 thématique : « Le sida des autres. Constructions locales et internationales de la maladie », Claude Fay (éd.) : 53-71.

Husson, Laurence, 2000a, « Le sida est-il une priorité de santé publique en Indonésie ? », n° thématique : «Maladies émergentes et reviviscentes », Espaces, Populations, Sociétés, 2000-2 : 287-297.

Husson, Laurence,  2000b, « Sexualité, prostitution et sida en milieu urbain indonésien », in Sociétés asiatiques face au sida, Marie-Ève Blanc, Laurence Husson & Evelyne Micollier (éds), Paris : L’Harmattan.

National AIDS Commission, Government of Indonesia, Indonesia National HIV/AIDS Strategy 2003-2007, Jakarta : NAC.

NAC, 2007, National AIDS Commission 2007-2010, HIV and AIDS Response Strategies, Jakarta.

Piper, Lauren Crisovan, 2006, « Risky business : Cultural conceptions of HIV/AIDS in Indonesia », thèse de doctorat en philosophie, university de Pittsburgh.

Schoepf, Brooke G., 2001, « International AIDS resaearch in anthropology : Taking a critical perspective on the crises », Annual Review of Anthropology, 30 : 335-361.

Unicef Malaysia, 2008, Challenging HIV and AIDS (http://www.unicef.org/malaysia/hiv_aids.html).

WHO (World Health Organization), 2007, Review of the Health Sector Response to HIV and Aids in Indonesia (http://www.searo.who.int/hiv-aids publications).

Haut de page

Notes

1 Le poids de l’épidémie ou prévalence s’exprime par la proportion de personnes infectées dans l’ensemble de la population.

2 Selon cette même source, 49,7 % des contaminations se font par voie sexuelle et 40,7 % par voie intraveineuse. 49,57 % touchant la tranche d’âge des 20-29 ans et 29,84 % celle des 30-39 ans (http://balita.ph/2009/12/01/indonesias-hivaids-cases-hit-298000-minister/).

3 La commission des Nations unies en charge du sida en Asie avance pour 2008 le chiffre de 10 millions de femmes asiatiques vendant leurs charmes à au moins 75 millions d’hommes asiatiques, consommateurs réguliers de sexe tarifé. Le même rapport estimant aussi qu’au moins 50 millions de femmes asiatiques risquent d’être contaminées par leurs partenaires. À titre de comparaison, les femmes représenteraient 47 % des personnes infectées au Cambodge, 15 % en Malaisie, 35 % en Thaïlande et 40 % aux Philippines (http://www.timeslive.co.za/world/article5222442.ece/HIV-incidence-rise-among-Asian-Women).

4 Selon un article intitulé « Aids : hidden crisis in Arab, Islamic countries » du 30 décembre 2003, le nombre élevé et croissant de contaminations est à imputer aux réticences profondément ancrées de discuter ouvertement de la maladie et des modes de transmission et des façons de se protéger, ainsi qu’au manque de volonté politique d’aborder le problème. Des pays tels l’Égypte, la Malaisie, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Arabie Saoudite semblent être encore, si l’on en croit les maigres statistiques produites sur la question, dans une période de pré-épidémie, le virus se propageant surtout par voie intraveineuse (http://survivreausida.net:a5726-aids-hidden-crisis-in-arab-islamic-countri.html).

5 http://www.Unicef.org/french/infobycountry/indonesia_35453.htm ; USAID, May 2009 http://www.Healthpolicyinitiative.com.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Taille des groupes à risque
Crédits Sources : Ministère de la Santé, République d’Indonésie 2006, WHO 2007-2010, Piper 2006 : 117.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/415/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Graphique 2 : Proportion des cas de sida reportés selon le mode transmission en 2006
Crédits Source : Ministère de la Santé, République d’Indonésie 2006.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/415/img-2.png
Fichier image/png, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « 24 années d’épidémie de sida dans l’archipel indonésien », Moussons, 15 | 2010, 201-208.

Référence électronique

Laurence Husson, « 24 années d’épidémie de sida dans l’archipel indonésien », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/415

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Laurence Husson est chargée de recherche au CNRS, géographe, en poste à l’Institut de recherches sur le Sud-Est Asiatique, Marseille. Sa thématique principale est la mobilité (principalement les migrations de travail internes et internationales indonésiennes et leur féminisation), à laquelle elle a ajouté trois autres volets : la prostitution, le sida et maintenant le vieillissement.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page