Navigation – Plan du site

Présentation

Presentation
Laurence Husson
p. 5-10

Texte intégral

1La santé, le traitement de la maladie et du malheur sont un champ de recherche relativement neuf pour les sciences sociales. Ce champ se divise schématiquement en deux parties : les représentations et pratiques populaires, d’une part, et le système de santé moderne, d’autre part, étudiées majoritairement par des historiens et par des anthropologues. Par ailleurs, face à ses deux imposants voisins, La Chine et l’Inde, détenteurs de médecines savantes millénaires, l’Asie du Sud-Est, pourtant si diverse et si complexe, fait encore figure de parent pauvre et quasi exotique dans le domaine de la recherche sur la santé et la maladie. Les grandes épidémies, dont le VIH/sida, mais pas seulement, en provoquant une floraison de travaux, ont cependant donné une meilleure visibilité à l’Asie du Sud-Est dans les bibliographies et nuancé quelque peu cette image. À ce propos, Anne Guillou et Évelyne Micollier présentent dans ce numéro un article faisant le point sur la dynamique et l’originalité des travaux entrepris en Asie du Sud-Est, qui aurait pu figurer en début de volume mais qui finalement le clôt judicieusement.

2Les ouvrages sur ce thème étant donc encore assez peu nombreux, ce numéro thématique de Moussons dévolu à la santé en Asie du Sud-Est et aux différentes façons de la préserver comme de la rétablir, est donc une contribution attendue.

3Mais, comme dans chaque volume collectif, il y a, derrière le projet, une part d’aléatoire. Ainsi que des motifs de réjouissances et quelques inévitables regrets.

4Un des premiers motifs de satisfaction est d’avoir pu réunir avec le même enthousiasme, dix ans après la publication de Sociétés asiatiques face au sida, cinq des participants de cette aventure initiale (Marie-Ève Blanc, Frédéric Bourdier, Anne Guillou, Évelyne Micollier et Laurence Husson) mais d’en avoir mobilisé davantage pour conseils, relecture et évaluations (Annick Guénel, Soizick Crochet, Françoise Grange-Omokaro). Et d’avoir pu élargir et renforcer ce « noyau/réseau » de chercheurs par de brillantes doctorantes et post-doctorantes (Claire Chauvet, Céline Coderey, Natacha Collomb, Claudia Merli, Céline Dumas), par un médecin formé à l’anthropologie tel que Anne-Laure Faurand-Tournaire, par l’expertise de Pascale Hancart-Petitet, sage-femme et anthropologue, et de Laurence Monnais, historienne.

5Les contraintes du calendrier ont eu une incidence sur la composition de ce numéro. Il en résulte un sommaire très français ou du moins très francophone dans lequel figurent tout de même une Italienne et une Suissesse. L’équilibre linguistique entre le français et l’anglais qui caractérise la plupart des numéros précédents de Moussons n’apparaît pas ici. Nous le regrettons, sachant que nous nous privons d’un lectorat anglophone mais en même temps, le sommaire fait la preuve du dynamisme de la recherche française et ou francophone dans le domaine.

6Quoi qu’il en soit, si l’on se penche sur les parcours, formations et affiliations des auteurs, nous voyons se dessiner bon nombre de lieux, réseaux et institutions qui élaborent des projets, conduisent des recherches et publient des études sur la santé en Asie du Sud-Est, et qui, de la sorte, vont bien au-delà de l’hexagone. Sans être exhaustive et sans analyser dans le détail les curriculum vitae de chacun des contributeurs, nous citerons seulement Claudia Merli, anthropologue italienne, qui a soutenu sa thèse de doctorat en Suède, à l’université d’Uppsala qui abrite, au sein de son département d’anthropologie, une section « anthropologie médicale » et un Groupe de recherche sur l’Asie du Sud-Est (la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam). C. Merli enseigne actuellement l’anthropologie à l’université de Durham (Angleterre) et a animé les ateliers « santé » des grandes conférences internationales telles que l’EUROSEAS (Naples, 2007), l’ASEASUK (Leeds, 2003 ; Swansea, 2009) ou plus spécifiques telles que la sixième conférence nordique d’anthropologie médicale (Göteborg, 2009). Citons également Laurence Monnais et Marie-Ève Blanc, qui, leur thèse de doctorat français en poche, ont rejoint le GRASP (Groupe de Recherche sur les Aspects sociaux de la Santé et de la Prévention) de l’université de Montréal, Québec. Ou encore Pascale Hancart-Petitet, impliquée longtemps dans le domaine de l’action humanitaire internationale, riche d’un diplôme de sage-femme, puis d’un doctorat d’anthropologie de l’université Paul Cézanne d’Aix-Marseille III. P. Hancart-Petitet est membre du groupe de recherche « Cultures Santé Société -GReCSS » de la même université (UPCAM), affiliée à l’Institut de recherche en sciences sociales de l’université d’Amsterdam et rattachée actuellement à l’institut Pasteur de Phnom-Penh. Céline Dumas et Anne-Laure Faurand-Tournaire, rattachées elles aussi au CReCSS, et financées par un programme ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites) dans le cadre de leur master, ont acquis une expérience de terrain au Cambodge. Cette même ANRS a ainsi financé, entre autres, des enquêtes de terrain à Frédéric Bourdier, Marie-Ève Blanc et à Pascale Hancart-Petitet. Jean Benoist, puis Alice Desclaux et Jean-Luc Bonniol sont à la base du CReCSS, très solide centre de recherche et de formation basé à Aix-en-Provence, spécialisé dans l’écologie humaine et l’anthropologie médicale. Ce groupe dispose d’une association AMADES (Association d’anthropologie médicale appliquée au développement et à la santé) qui regroupe nombre des auteurs réunis dans ce numéro.

7À noter que la parité dans ce numéro n’est pas respectée et que la plupart des contributeurs sont des femmes, sans pour autant conclure que les chercheuses dans ce domaine sont plus nombreuses que leurs homologues masculins. En ce qui concerne l’Asie du Sud-Est, c’est cependant le cas.

8Le numéro assure une large couverture géographique de la région puisqu’il traite de six pays (Viêt Nam, Cambodge, Laos, Birmanie, Thaïlande, Indonésie) tout en reflétant très clairement que les trois pays les plus étudiés sont, sans conteste, le Cambodge, le Viêt Nam et la Thaïlande. La présence française et américaine dans l’ex-Indochine explique en partie des relations privilégiées, accords de coopération, intérêts croisés qui perdurent jusqu’à aujourd’hui. La Thaïlande, quant à elle, durement heurtée par l’épidémie de VIH/sida dans les années 1990, a favorisé les projets internationaux de coopération biomédicale, comme la réalisation d’essais cliniques pour rapidement infléchir sa prévalence.

9À travers neuf articles originaux et trois notes de recherche, ce volume montre la pluralité de l’offre thérapeutique et la diversité des pratiques de soins et de santé, spécifiques ou non à cette partie du monde. Le numéro présente ainsi des contributions articulées autour des médecines traditionnelles et de la biomédecine, déclinées en « contextes et en situation » ainsi que des études relevant davantage de la recherche opérationnelle. Deux articles et deux notes de recherche concernent le VIH/sida qui continue d’alimenter bien des questionnements.

Les représentants de la médecine traditionnelle

10En passant par le Viêt Nam, la Birmanie et le Laos, et trois types de sociétés bien différenciés, l’une confucéenne et plutôt urbaine, l’autre bouddhiste et provinciale et la troisième, minoritaire, montagnarde et non-bouddhiste, il est question de la notion de soins pour préserver l’équilibre et rétablir l’harmonie comme des requêtes de guérison à travers toute une panoplie de pratiques.

11Claire Chauvet dans « Se soigner ou soigner les autres ? Dimensions thérapeutiques d’un culte de possession vietnamien » traite de l’évolution et de la signification des cultes de possession au Viêt Nam à partir du culte des Quatre Palais. L’auteur montre que ce type de culte – et les médiums qui y sont étroitement associés – se transforme, prenant une dimension thérapeutique nouvelle, épousant en cela les évolutions qui s’opèrent dans les pratiques actuelles de soins et de recours aux services de santé de la population vietnamienne en général. Au Viêt Nam comme ailleurs dans le monde, le recours à toutes sortes de pratiques médicales ou non, curatives ou préventives, est un phénomène de plus en plus fréquent et généralisé qui oblige les spécialistes de la santé et les gouvernements à s’interroger sur la nature et surtout les racines d’un tel engouement.

12Céline Coderey dans « Du karma aux planètes. Les thérapeutes arakanais et leurs pratiques hétérogènes de soin » montre que les thérapeutes arakanais ont recours à de multiples savoirs et pratiques mêlant astrologie, sorcellerie, culte des esprits, bouddhisme, pharmacopée, médecine, pour rétablir le corps et l’âme, le karma, chasser les esprits malins et conjurer les influences astrales défavorables.

13Tandis que Natacha Collomb dans « Nourrir la vie : éthique de la relation de soin chez les T’ai Dam du Nord Laos. Une étude de la notion polysémique de liang » s’interroge sur la notion de liang qui n’est pas d’ordre médical mais qui renvoie à des actes marquant une aptitude à reproduire et maintenir en vie, ainsi qu’à des soins et attentions dispensés tout au long du cycle de vie.

Biomédecins et modernité

14À côté des pratiques dites traditionnelles s’exerce une médecine moderne occidentale, souvent héritée de la période coloniale. Il en résulte un pluralisme médical. Cette rencontre entre divers systèmes médicaux, en particulier avec la biomédecine, est particulièrement riche à étudier. C’est ainsi que Laurence Monnais dans « Le Dr Nguyên Văn Luyện et ses confrères. La médecine privée dans le Viêt Nam colonial » présente la biographie d’un médecin libéral indigène, dans le Viêt Nam colonial, le Dr Nguyễn Văn Luyện (1898-1946), particulièrement représentatif de cette période et révèle de la sorte l’émergence d’un nouveau groupe social confronté à de nouvelles demandes et exigences en matière de santé dans un Viêt Nam en mutation.

15Céline Dumas et Anne-Laure Faurand-Tournaire dans « Ethnographie d’un hôpital cambodgien : circulations matérielles et dynamiques sociales » montrent que depuis le protectorat français et jusqu’à nos jours, l’hôpital est la vitrine des politiques de santé et un enjeu de développement et qu’il reflète les dynamiques et les tensions de la société cambodgienne tout entière.

16Claudia Merli dans « Muslim midwifes between traditions and modernity : Being and becoming a bidan kampung in Satun Province, Southern Thailand » expose dans le contexte musulman du Sud de la Thaïlande les transformations vécues par les sages-femmes traditionnelles depuis une quarantaine d’années et montre que la jeune génération de sages-femmes doit désormais choisir entre deux univers de soins très distincts.

Risques sanitaires et sida

17La pandémie de VIH/sida et son impact mondial considérable depuis bientôt trente ans mobilisent encore et toujours les anthropologues de la santé. Il a, entre autres, favorisé les recherches sur les « cultures sexuelles » et leurs implications sur la santé des individus, des groupes et des communautés, ainsi que sur la santé reproductive, la négociation sexuelle, la formation des identités sexuelles ainsi que bien des réflexions sur les concepts de vulnérabilité et de risques. Pascale Hancart-Petitet dans « Des hôtesses de karaoké à Phnom-Penh. Négociations des risques en santé de la reproduction » aborde ainsi à la fois un aspect de la politique sanitaire cambodgienne dans le contexte des échanges économico-sexuels, ainsi que les pratiques de prévention des grossesses et du VIH de ces jeunes femmes, présentées comme vulnérables.

18Objet thérapeutique de choix, le médicament, riche de significations, s’inscrit dans des cadres sociaux qui influent sur la manière de le percevoir et de l’utiliser. Marie Ève Blanc dans « Le pluralisme médicamenteux face à l’épidémie de VIH/sida au Viêt  Nam » étudie le passage du remède au médicament. L’auteur part du postulat du faible développement de la médecine traditionnelle dans le cadre de la prise en charge du VIH/sida et cherche à en comprendre les raisons politiques, économiques ou culturelles. Elle montre quelles sont les places des deux médecines traditionnelles du Viêt Nam dans les pratiques d’aujourd’hui, en se concentrant sur les « médicaments traditionnels au temps de la toxicomanie et du sida », pour enfin étudier les enjeux derrière le choix du médicament pharmaceutique.

19Deux notes de recherche sont relatives au VIH/sida, l’une sur la mobilisation de la société civile au Cambodge, l’autre présentant sur deux décennies l’évolution de la pandémie en Indonésie et les actions entreprises pour l’enrayer : Frédéric Bourdier et Ève Bureau « Société civile et gouvernement en temps de sida au Cambodge » et Laurence Husson « 24 années d’épidémie de sida dans l’archipel indonésien  : risques, chiffres, obstacles et progrès ».

20Enfin, Didier Bertrand dans « De la réappropriation de la psychologie en Asie du Sud-Est » expose des éléments de réflexion sur la mondialisation et tout particulièrement l’exportation de la science « psychologie ».

21Des comptes rendus de lecture d’ouvrages traitant peu ou proue de la santé, du genre, de la prostitution ou du trafic de personnes sont présentés en fin de volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Présentation », Moussons, 15 | 2010, 5-10.

Référence électronique

Laurence Husson, « Présentation », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/451

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Laurence Husson est chargée de recherche au CNRS, géographe, en poste à l’Institut de recherches sur le Sud-Est Asiatique, Marseille. Sa thématique principale est la mobilité (principalement les migrations de travail internes et internationales indonésiennes et leur féminisation), à laquelle elle a ajouté trois autres volets : la prostitution, le sida et maintenant le vieillissement.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page