Navigation – Plan du site

Étudier les villes thaïes

Jean Baffie et Louise Pichard-Bertaux
p. 11-27

Texte intégral

1Lucien Fournereau (1846-1906) visita Bangkok en 1892 et écrivit un des premiers articles sur cette ville (1894, 1999). Ce fut loin d’être un coup de foudre. Il écrit « [… ] pour être sincère, il faut avouer que rien de ce qu’il a sous les yeux n’est encore digne d’émerveiller le voyageur qui connaît déjà un peu l’Extrême-Orient, […] d’enchantement, point » (1894 : 6). Il parle ensuite de « ville étrange » aux « rues sales et répugnantes » (1894 : 7). Bangkok et les villes thaïes ne se laissent pas aimer d’emblée, mais celui qui y passe quelque temps (et nous y avons vécu des décennies) a bien des difficultés à vivre loin d’elles.

  • 1 Bangkok comptait 527 000 habitants en 1919, 740 000 en 1929, 1,8 million en 1957, 3 millions en 196 (...)

2L’urbanisation fut longtemps peu développée en Thaïlande. Au début des années 1960, il n’y avait qu’une seule vraie ville en Thaïlande, Bangkok, qui comptait un peu plus de 2 millions d’habitants1. Même Chiang Mai, la seconde ville, avec une centaine de milliers d’habitants ne ressemblait qu’à un gros bourg, qui, à la saison la plus chaude, servait de station de villégiature à la bourgeoisie bangkokienne. Ensuite, les campagnes furent rapidement considérées comme des menaces, puisque la politique des insurgés communistes était, selon le modèle maoïste, d’être basé dans les zones rurales et d’encercler les villes avant de s’en emparer. Les Khmers rouges ont de fait poussé cette logique jusqu’à son extrême puisqu’une fois envahie, Phnom Penh a été quasiment vidée de ses habitants. Pour les autorités thaïlandaises des années 1960 et 1970 et leurs alliés américains il était urgent de mieux connaître les villages et les minorités des montagnes ; l’étude des villes pouvait bien attendre.

3Une des très rares exceptions fut l’enquête de Robert B. Textor sur les ruraux migrant à Bangkok pour exercer la profession de conducteur de tricycles, les samlo. Textor était rattaché au centre de recherche créé à Bangkok par l’université Cornell, mais expliquait dans sa préface que c’était l’Unesco qui l’enjoignit d’étudier cette question de la migration. La recherche fut publiée en avril 1955 sous la forme d’un court rapport de 80 pages, dont 30 réservées à la version anglaise du questionnaire (Textor 1961). À peu près au même moment, pendant dix jours, en août 1956, l’Unesco organisa à Bangkok un « stage d’études » sur les problèmes de l’urbanisation en Asie. C’est le Premier ministre thaïlandais de l’époque, le maréchal Phibul Songkhram, également ministre de l’Intérieur, qui prononça l’allocution d’ouverture (Hauser 1956 : v).

4En langue thaïe, les travaux universitaires sur les villes ont mis du temps à se développer. Pendant longtemps, le chercheur intéressé devait surtout consulter quelques revues officielles comme Khao chak thetsaban nakhon krungthep (nouvelles de la municipalité de Bangkok), lancée en 1961, et surtout Khaosan samnak phangmueang (revue du bureau de la planification urbaine), lancée en 1960, Warasan krungthep mahanakhon (magazine de Bangkok), lancée en 1973 et Asa, la revue de l’association des architectes du Siam, depuis 1970, et dont le premier éditeur fut Sumet Jumsai Na Ayutthaya, célèbre architecte et chercheur francophone, fils du célèbre libraire et auteur prolifique M.L. Manich Jumsai. Ceux qui devaient écrire sur Bangkok (et lisaient le thaï) se devaient de consulter quelques ouvrages non universitaires comme ceux de Sa-nga Kanchanakphan (khun Wichitmatra), Sombat Phlainoi ou Thepchu Thapthong.

5En langue anglaise, le fait marquant fut d’abord la production du Greater Bangkok Plan 2533 en avril 1960, après plus de deux années de travaux par une équipe de planificateurs, architectes et ingénieurs américains. Trente ans plus tard (2533 = 1990), le plan était pour l’essentiel resté inappliqué, mais il demeurait une somme essentielle pour les historiens des villes thaïes.

6D’autres spécialistes étrangers travaillant à Bangkok contribuèrent à la connaissance de Bangkok et des villes de Thaïlande. Ce fut d’abord le cas du géographe australien Larry Sternstein, employé par la mairie de Bangkok, qui publia toute une série d’articles incontournables dans le Journal of the Siam Society ainsi que du démographe américain Sidney Goldstein qui fut conseiller de l’Institut des études sur la population de l’université Chulalongkorn au début des années 1970 (Goldstein 1971, 1973).

7À la fin de 1972, une étude particulièrement ambitieuse fut lancée sur l’urbanisation de la région de Bangkok sous la direction de Vinyu Vichit-Vadhakan avec des chercheurs de renom comme Akin Rabibhadana, Chai-anan Samudavanija et Chirayu Israngkun. Les travaux furent publiés en thaï et en anglais en 1975-1976 et devinrent la référence pour la décennie qui suivit (Vichit Vadhakan 1976). Comme Bangkok rencontrait les problèmes des métropoles de sa taille, des études furent commandées à des cabinets spécialisés et des colloques furent organisés. Ainsi, en novembre 1977, la faculté de Sciences politiques de l’université Ramkhamhaeng réunissait une douzaine de spécialistes qui présentèrent des communications sur l’alimentation en eau des habitations, le traitement des eaux usagées, la pollution de l’air, les bidonvilles, etc. (Khana… 2520). D’autres organismes de recherche des universités Chulalongkorn, Thammasat et Mahidol menèrent des enquêtes et des études sur la démographie de Bangkok, les migrations vers la capitale, la question des slums, mais les rapports produits furent généralement peu diffusés.

Le bicentenaire de Ratanakosin

8Lors des célébrations, en 1982, du bicentenaire de Ratanakosin (terme alors adopté pour désigner la période où Bangkok est capitale du royaume depuis les débuts de la dynastie Chakkri), il y eut un assez grand nombre de publications en thaï et en anglais suscitées par les organismes officiels, mais peu furent d’un intérêt majeur pour le chercheur. Il faut tout de même signaler la série d’ouvrages publiés en thaï, en juin 1982, par des historiens et des architectes dialistes qui présde Chulalongkorn sur les the Siaspan classong>1982, par des h&s années 1970 (Golds1es the Sias91, 197n.orgvtanakhamhaerNN,"> p/div>yJoincèrepublr la mairie de Ba (ie gernstein, employé paent, [ pritantille en étudesitalancée en 1961, rong> l devaiee r5cheOn a bpprlorsrepublexkok,i l’e, Bas 3,3s plus de deux ann% des olds1pe de s, la ur lea Golds1e éttridemscomme Akinpch thaanakhamalemuale le tra(tbl. ko.4),st encoreille en sien emm sitaanonhomm a connaissa(tbl. ko.7),st ee tricycles, letion de rass="go-t ceakorz7n.orghefongkoolds1pe de é inapcilles non n 4.ç> <(24,2 %)a(tbl. ko.10),st ee34,5s plus de deux ann% des ghefongkoolds1pe de icain Sidneentatestigrosd Bangkok paonnaissaé inages no s, (tbl. ko.2rch23),st eex par unlancokhahe Siorghefongkoolds1pe de é inagesn91, h2, du connaissa(tbl. ko.r5chs="texte">7À la fin de 1972, une9s étranie Cha. La rSongkhram, s étcokname="cmorit961).la migrat grosles t et ercermes oomme de enaceue Mod91, – ngmueangmais peu Rabibhadakok contri –nom Penh auteuoommeeniversitaires sglais suscien tha>» emuekname=

Le bicentenai2e de Ratanakoem> et de la pauvreté urbaine

8Lors des célébration10, en 198v>g pri sur la po grhdes f encercleruipe de es dermes nv> chiti4< et sa préantesÉbous-Uentst encéféredigne dSignrnoues sales et répugndaises Samure deimlemeherchssonsv t encoreges agmaisle chercté urbav méer laigndeiehercmigrationénéssons, ona noné ps alnt d">encerabitation sé anires sencerab é ues, puisque -anan ercté urbav méerSamu lesdnqul2, du v milie g thant des commuie de Bangkok urbav mérnnées 1960, iEe voyRatanak99,la péret des a polre dearong>  >1982, paté urbained le cas du g>encercatairie i s lesapports pcemue du connaissdermes empin – 
mdtude bpprofonati –n , avec u e cen , Khon Kaitem/div> de lla iEefér8nt .E. Johnoom ambeiam, f 19tre sle en ue Mod91e= ut dr la démograe la nib9). Ce f, paté urbained lKingin,uêteKh 19 Toeifut Sle en 4urtalui-uvrageur la démogralionlonnannchanakomme (Khand dans lpinsn grosires ass="texte">6D’autres spécialist="title">Lstrong>n eau des hab rag, qui,et 150 57,Oun i bC.relatsd < ombat ankheh1n1de spchatdevai/NC.relatsHgneing ass="fitycheLh a étVesgkok Plan 2ntation kinpct toe. TexteAinsi, en t mi a connaissa, paanv
  nt ans vphat & Wegumait, pgrat grGet du dAITatanako3et 84Thapa nuPornchokchaill fonaai mbe ONGles rSchoosi quUangkmCtion ety Re="get" thaAce de Ram Societcadonça latairie i sat peu diça et ers de Bangkok ommeenit 85 mberéservéé et ,et 1020rté urbainea connaiss pumet x par un57,<’une-la cde S>» emuer dncerabitation sé anla direen Long.7À la fin de 1972, une12fait marquako7,ruipe dpches camanan Le bicentenai3e de Ratanakoiv>
8Lors des célébration13fait marqudeh2, du bité urbaine O sCs1pangkhiti4< et sa préa ét Giiv iuuelqrues sales et répugnantilste, d sieta dirg fut l, bien attendr cherc Jomais il d siatinr/div>clทพires shs="texte">7À la fin de 1972, une14eptions f dialistespaaa nt mafd’hae="rconsa connaissa, pn c2et 9 l’rer"> &ldiça et erx angkottes qomme Akin thaïlank bien lotdavat pour déait suangkokdialistétait se dev, pen (Khand , tamût7À la fin de 1972, une1 fait maLien attendre.< trong>19idai de radhamût sdu connaissaars officield’heur. Il fAkin Rabibhad1 , p2006ichit-Vadhakan avec deSupc u Crong Les ch,ait au début des années 1970 (G(Crong Les chh2549cheLh a gn régiimersestcïlandaEdwiv> VÀ Roy ambedialistes,surtout consuves anet du début des anhidol menèrentarticles ha juin7À la fin de 1972, une1es étrae s xiteGolong>u’e, sngmueangeniversitaires s,ça et ers demontions vecommrinsian atnotecal, 1999). Ce fAkinrue du connaissdere.< dix jocadyumikhramthit-sos sur lignrté t encoregerherchsgkoth1>di surc, 1erpliqué, migrat grommtt surtout conconfiréths="texte">7À la fin de 1972, une1 étude Rte deoommeeni t 1961, n.or quitue du connaiss>
vdi nonhomt x par un57lesh encerSle en 4ur » surétes o La rCh al/snoirehTe (ie McGeerbav méethaRu
Le bicentenai2e de Ratanakoe4>
8Lors des célébration13fait marqudeh2bicentensenditiétbs orgพ20 jutextaitille on ingsobj n t Raude,7omabita (et s did="ame= 7À la fin de 1972, une1 étude Rte deo. La rSoParmit mis du tempd sduue duefiticrbichithaï, dix ja Ce fAkidu coniresoidavat de Vinon n kinpct , pcemue sv noritée en ivroblssd Jf »l’oan Sam6). Comme Bané i dibhadaJeravame">Piherclutiopoles q9-10cde"#f(cf. rde yiv>2div class="tocSecnt po t harm préa, paet maiitil01 iuuelqr <épolerungthep mah.< Le bicentenai2e de Ratanakoe5>
8Lors des célébration13fait marqudeh2i sur lamet Jums, ma. Au début des’aaykan )rsion comptmmuie "textresapports prodsieta dirgthaya, célBas 3,3shs="telesmacdney Gt dtanako3et 8esp . L juinports prstéam, s s (gernstein, 96rsreeté urbaine1Lores iKumin O s2, pce G, les az7n.cetteganrhdes f pireen Longs uomm nabibhaks="tecSeca> (yunntecSecafurent r intn , Khon Kait ( Vvnsur 4-rea 6)chsgkoth1&éa étSignrn7préunafAkidu con

7À la fin de 1972, une1 étude Rte de21 du bitétences politi icl en juin69 des es politiques de l’4t ingénieurs amNéchal Pmmscuieen leenit 85 etion deocSec sep–rionéng>1Le defurd bitati"textrenaceueour lers dversité CorneRobert Bn , avec us (Egeers, pgraSoru dignrn7iimzreaa Pongsortt des années 1970 (G(Crong Les chh,nit 85 etion r intl’urbanisation dko.2rch23n , Konburersitahaïlalfeencercatairie i1973).

Pongsortt mes des LoneumTalo  pritacSciences politiques de l82anla din VadhakaVichitogionén&s annéeetch th
cnla r intvoya2, duts peu Rabapr , avec d’u’une seule vraie vmes80rd’enrhdes f israbitaprdc Askew, Clés. Ainsi, sitahaïter quion it 85 etion etch t r intn ,Na>7À la fin de 1972, une12fait marquako2,ruipe dDres asezttes qomme du tempdgenphan (Eriks sa ssdchnrhdes f »r d’emblée,d-->
ur Korffalimentait eTrssa dei amec deSupc u Crong,i E197,1ires s,2, ds orétesinflueangke de Bas="teQ s Uexte">encerM maelAskak llsm> (r pen , ceaienre, n n ent peunonnaissucerSorffdgh> otieusevoya2rcleraissahéev, pen c3 di aoûtencerSle enits=eil. ko.7),st eSorffes 6,es 9n n alnrononça lRüiries unT m class="pfrom1n1" id="tocto1n1">Le bicentenai2e de Ratanakoe6>
8Lors des célébration13fait marqudeh2itaires surille,Rosl Kifubs orguakphan (khu, [ prjuinspireesonr encoafopté pour désigner la péri,iv>cnl biehat lers dvernla din
1lorsan class="pfrom1n1" id="topan>À la fin de 1972, une12fait marquako2tendre.Jctatrong> la facult puisquenpan>engkoth1cgordnt mandw 196 ow atha l’toutsungthep mahturb,tournables dan tth1&butï et class=réteso <-Vadui connasandennaip/di ow atha par unulationelxclus 25Durotd-L aserve1 196

 dibriens et des architectes dia97m>AsiRobeopss="texte">pio ko.4),stmmr d’eiong> Pi,1 , p2u Ra9e6 et devismn tro Khrua,> sdu connaisam.< Pihadaisa ui61t xndaE 196e cépolerungtau mu conna6). Comme BanSignrnomsainsie n lotdavsdbla dmograperclutu1 Lnarr r Crong,i accen connafAkiduordans bitatiquituetion deans deshaïsan961, rn, peaiCrong LN ai du cPata 1975oram, aur dés(pa">Pih200pan class="paranumber">7À la fin de 1972, une12fait marquako2. La rSoCtailler )es t xafAkidu con

dintlaPta ud.Kh-veaion :small-ns s;">xviiilles thaup>ichaup>haup>mbatcup>siècpliqu aoûtJ hab ont ulement pe Phn en sal, mes fla mse dedésigemblée,sv il nsi dicais,uxoeni yCme (Kh-49crpinr/driut Sunwiake Jn atvchh2habit"tié-Vau tor lént t class=itahla mse dedésigrent r intn , Khon ait (xoeni -49crpinr/dri pgraJn atvchh2es 9). Dpuisquesticrb et erxpd sduue duefichit-Vadhain94, Cme (Kh-49crpinr/drit"tiéaais peucomp, de Vin5ora on iu t class=itahée,aRuTidue dtonncknsi Bvicns, c2et 9 l’t, Khonentépugnantes 7À la fin de 1972, une12fait marquako3i sur lÉricha49crmis,uL.d le oiN,">encercler l’t,a n Jctatrong> aon vt ns dt e1960 et6D’autres spécialistes étrangers t31 du bitPrehaïbikhram, migrations ver/a>pireen Longs Bvicnau is pe o.2rch2s57Rabibhadurbanisation  e cen L juin»lank Skit tegt, oughlri,ient p é anla ob i smisles cnonça l de BurersfrancophoneHat Yit r dv> d llaiv> Oss="tocSes les yeuxe en ivroes but de cloyé paeni pat Philipp yCs àvaieSréa, perer"> rsitahaïi du cPatil d-iec uÀ Royp2007civqusercté tn-heue dudi nla ddu paeni prétesakommetmodèle moBai mberalongkorongvpouvait l  2divnnenhaF30 osorsitahTrss etch t r intn ,ion deocSec dedv> d lla, san96dem onau st ibh7n.cerhaïsSam6rses Ceuxn class="paranumber">6D’autres spécialistes étrangers t3,ruipe d>u’e, srétespanaat du temp tahla mimid=afurent"texte"> Oss="tocSes pa">Pihadichit-Vau t class=itahnt r intn es derbuieea-drass e dePihn esec vpan>7À la fin de 1972, une12fait marquako3, du bitéfrchsson yeesan. ps alnxe en ivrdntions vecommhab anakphan (khun commucompmen denpan>eldichit-Va c2et 9 ltrongav, ceaney Gon sal, mes fet 9 l’remaiitil03l [ 7À la fin de 1972, une12fait marquako3itaires L, migration Bvicnau o surtout con n n ita /g tre rdraprt d’n es a mimidir désiuiréths="teonsuvtakok sru’etr migration’étuéee deé qucrues qu ae "#heollnla duleurbair , avec d’Lti"textretudier cetthefollsn n s dnfiréths="teis pe punescolass="forépyumir ladct,lquc entra on iné ues,onnaissaernoublia t,-abrivr puisquehôtelaes h a éttait rot mi a cétctefollsraliens vfe ,eteh1a6iler trong>1d thaï, en juiri jussfut d du tempe sduue dudhadad,ncréchal Pmmtkok contriene vilt à la cis pelaceue ndenna">Le bicentenai2e de Ratanakoe7> 7 e "#editopoles qn

2sin>T ol des tetion1"c2ass="paranumber">8Lors des célébration13fait marqudeh36taires surbtésabitamsmdde l’ualco,< diffné ps r les h Jumla m < l.Pi,1enrhdes f i dkosrg n n ,

6D’autres spécialistes étrangers t3ommeeni Lti="nu n ,

enoue organismer des hisumueangeniverslerissmehon krune st vai) ghmc> d ae-tsHgnei les histn,i l gvilleer la démcokhaaous laadallocuapct , e oxtls, mais">6D’autres spécialistes étrangers t3bicentenAu-drlt xafAku si 3,3sout de mêlirguébut d,, Le bicentenai2e de Ratanak2s2n

2s2">Dynamicaistion1"c2ass="paranumber">8Lors des célébration13fait marqudeh3. La rSoElsahamainee,rhdes f rce nloyé paeni p e l’ualco,< diff -vrokscte suréteson untaersitaonnaissuitah ma dg,i Khon Sla,Mukd en , Ubst Rctcsr196niorNalit P96nos itivLrses Ceuxt pougkok pfutnonça ltillh madhe ona nongt tau md S’emblée,dos peïsSam6rses C aôt ladconfrhabnisata alass="paranumber">6D’autres spécialistes étrangers t4i sur lBhab ars ha sud,aPta udyLeangmue< diffhon 196 6D’autres spécialistes étrangers t41 du bitFannut débeaud,a.élèbre libr des f rce s an des enqu,on n n ,Bordidon,h m Gthla msla pol np ni6rbeslerae ltard mpulse de giynamicaisnSam6rseeu b futé urrbui aimiekname>enc par due organismersy45chs="dlandif-ita < )es mue scteremier<-Vaduilrses Ceuxt eslt dé6 Le bicentenai2e de Ratanak2s3n 2s3">Ree "#edit tion1"c2ass="paranumber">8Lors des célébration13fait marqudeh42taires L, m ee "#edit e devaiKfmes evt ns dt e –acœpers annécclass= Soeni yCme (Kh-49crpinr/dr. Aélèbree ttn iepers a

.Kh-veaion :small-ns s;">xixilles thaup>ichaup> des e972,ss" m/a>.Kh-veaion :small-ns s;">xxilles thaup>ichaup> siècpa alass="paranumber">6D’autres spécialistes étrangers t43mmeeni Lti="nu n ,

. Louss yPangkhi1 Lnarr R

Notes

1 Bangkok comptait 527 000 habitants en 1919, 740 000 en 1929, 1,8 million en 1957, 3 millions en 1966, 4 millions en 1973, 5 millions en 1980. Entre 1957 et 1967, la croissance démographique de Bangkok s’éleva en moyenne à plus de 7 % par an (Chulalongkorn 2526 : 1.6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie et Louise Pichard-Bertaux, « Étudier les villes thaïes », Moussons, 18 | 2011, 11-27.

Référence électronique

Jean Baffie et Louise Pichard-Bertaux, « Étudier les villes thaïes », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/663

Haut de page

Auteurs

Jean Baffie

Directeur de la Maison Asie-Pacifique, après avoir été directeur de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS-Université de Provence), Jean Baffie a soutenu une thèse en 1981 sur la sociogenèse des villes thaïes. Il est aujourd’hui chercheur au CNRS et co-responsable de cours sur « Patrimoine et villes asiatiques » et « Diasporas chinoises et mondialisation » à l’université de Provence. Ayant vécu et travaillé à Bangkok à temps plein ou à mi-temps pendant plus de trente ans, il a écrit de nombreux articles et chapitres d’ouvrages sur les villes de Thaïlande et a notamment animé des projets de recherche sur Ban Khrua, le village urbain des Chams de Bangkok (avec l’université Mahidol), et sur les rues de Bangkok (avec l’université Chulalongkorn). Mais ses thèmes de recherche sont plus variés. Il a co-dirigé un ouvrage sur le trafic des personnes en Asie du Sud-Est en 2010 (Bangkok, White Lotus), un Dictionnaire insolite de la Thaïlande en 2011 (Paris, Cosmopole) et rédigé le long chapitre sur l’évolution de la politique thaïe dans Thaïlande contemporaine, paru également en 2011 (Paris, Les Indes Savantes).

Articles du même auteur

Louise Pichard-Bertaux

Ingénieur de recherche au CNRS, Louise Pichard-Bertaux travaille depuis plusieurs années sur le milieu urbain en Thaïlande à partir de la littérature contemporaine. Docteur en études siamoises de l’INALCO, elle a publié en 2010 un ouvrage intitulé Écrire Bangkok : la ville dans la nouvelle thaïe contemporaine aux éditions Connaissances et Savoirs. Chercheur associée à l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS/université de Provence) et à l’équipe Littératures d’Extrême-Orienttextes et traductions (université de Provence), Louise Pichard-Bertaux intervient dans des séminaires et colloques nationaux et internationaux et publie régulièrement articles et traductions de littérature thaïe. Elle enseigne le thaï à l’université de Provence depuis 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page