Navigation – Plan du site
Articles

Une histoire impériale connectée ? Hải Phòng : jalon d’une stratégie lyonnaise en Asie orientale (1881-1886)

Jean-François Klein
p. 55-93

Résumés

Dans la seconde moitié du xixe siècle, les milieux d’affaires lyonnais liés à l’industrie de la soie – les Soyeux – réussissent à ravir aux Britanniques le marché des soies d’Asie (Bengale, Chine et Japon). Dans un premier temps, sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire (de 1843 à 1870), ils mettent en place une route française des soies asiatiques, système complexe alliant maisons de commerce, banques, entrepôts, infrastructures portuaires et ferroviaires. Afin de renforcer leur avance – et dans un contexte de tensions économiques majeures liées à la récession de la fin du xixe siècle – les Soyeux vont jeter leur dévolu sur le Tonkin, vu comme une porte ouverte sur les marchés pensés comme fabuleux du Yunnan et du Sichuan. Ces libéraux, regroupés autour de meneurs d’hommes charismatiques (Aynard et Pila) vont entrer par capitaux interposés dans une logique de repli impérial qui succède à la logique du tout ouverture internationale des lendemains du traité de libre-échange de 1860. Dans les logiques – à la fois politiques et économiques – des Soyeux, le Tonkin apparaît comme une pièce maîtresse dans la partie de poker qui les oppose à leurs partenaires Britanniques dans ce « scramble » indochinois de cette fin de siècle, pendant asiatique de la course au Nil. Au cœur de cette stratégie impériale des Soyeux, le port d’Hải Phòng devient un enjeu majeur, un lieu où s’entrecroise la trame des capitaux et la chaine des réseaux de ces hommes d’affaires qui n’ignoraient rien des subtilités des us commerciaux particuliers de la mer de Chine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est la version revue et corrigée de l’édition papier.

Texte intégral

  • 1 Si, théoriquement, seuls les marchands-fabricants sont appelés « Soyeux » – ils achètent la soie gr (...)
  • 2 Nous entendons par Asie orientale un espace large incluant l’Asie de l’Est (Japon, Chine, Corée) ma (...)
  • 3 Klein (2002). Voir aussi les notices qui leur sont consacré dans P. Cayez et S. Chassagne, Les patr (...)
  • 4 Maladie qui ravagea les élevages de vers à soie entre 1843 et la fin des années 1880 avant que Past (...)
  • 5 Sur la « Connected History » et ses enjeux épistémologiques voir le dossier coordonné par Caroline (...)
  • 6 C’est-à-dire un ensemble d’éléments organisé de composants coordonnés de façon à former un tout coh (...)
  • 7 Lui-même pensé comme voie de pénétration vers le Sichuan, ce qui en dit long sur le niveau de mécon (...)

1Au xixe siècle, de la monarchie de Juillet à la fin du Second Empire, de 1830 à 1870, un petit groupe d’hommes d’affaires lyonnais, dont la plupart sont des Soyeux1, réussissent à faire la capitale mondiale de l’industrie de la soierie de luxe, l’emporium des soies grèges du Bengale et d’Asie orientale2. Marqués à la fois par le libéralisme (Todd 2008) et le saint-simonisme (Klein 2002), Claude-Joseph Brosset, tout à la fois président de la Chambre de commerce et marchand-fabricant, ainsi que son bras droit, le marchand de soie François-Barthélémy Arlès-Dufour3 – connu par son fort engagement saint-simonien – réussissent à bâtir en moins de deux décennies, dans une conjoncture économique défavorable (pandémie de la pébrine4), une route française des soies d’Asie, battant en brèche le monopole détenu depuis le début du xixe siècle par les Britanniques. Un véritable réseau d’entreprises, d’appareils financiers et d’infrastructures – souvent connectées les unes aux autres par des hommes siégeant dans les mêmes conseils d’administration – participent à la mise en connexion5 de l’industrie lyonnaise et européenne (Londres, Bâle, Zurich, Krefeld, Milan) avec les lieux de production d’Asie (Bengale, Chine, Japon) par la construction d’un véritable système6. Cependant, malgré une solide et précoce présence à Yokohama et dans les concessions à bail chinoises – principalement à Shanghai et Guangzhou –, sans parler de la tête de pont établie en Cochinchine et au Cambodge, les Français subissent de plein fouet la concurrence des anglo-saxons, britanniques et américains, sur les marchés d’Asie orientale. Ne pouvant accéder directement aux riches régions séricicoles du Sichuan, les Soyeux lyonnais qui succèdent à la génération Arlès-Dufour/Brosset au moment où la IIIe République peine à s’installer dans le paysage politique français, jettent le dévolu sur le Tonkin, pensé comme l’antichambre de la Chine méridionale. Le Bằc Bộ (le Tonkin des Français), n’est-il pas en effet limitrophe du Yunnan7, du Guangdong et du Guangzi ? Dès lors, le principal port du Tonkin devient un lieu stratégique d’un vaste plan d’ensemble visant à compléter le système initial pensé par Arlès-Dufour. Ne pouvant accéder directement au cœur de la Chine, les acteurs économiques français envisagent – tous comme leurs homologues britanniques – de passer par la péninsule indochinoise et ses principales vallées fluviales (pour faire simple, Irrawaddy puis Salouen côté anglais ; Mékong puis fleuve Rouge côté français). Hải Phòng est donc alors pensé comme un maillon stratégique de la route française des soies d’Asie, le port au débouché du fleuve Rouge devant, en théorie, renforcer la mainmise des Soyeux lyonnais sur le marché des grèges extrême-orientales. Leur but : drainer celle-ci de Chine du Sud via le fleuve Rouge vers Hải Phòng.

  • 8 On nomme ainsi ceux qui étaient à la gauche de Thiers sous Louis-Philippe, c’est-à-dire les Orléani (...)

2Il s’agit ici de comprendre pourquoi et comment ces milieux d’affaires libéraux – trop souvent présentés comme hostiles par essence à la colonisation (Singaravélou 2008) – optent pour une certaine idée de la colonisation. Nous verrons aussi comment le banquier Édouard Aynard (1837-1913), député libéral et président de la chambre de commerce de Lyon, et le marchand de soie Ulysse Pila – tous deux devenus à la fin du xixe siècle les parangons de la présence lyonnaise en Asie Orientale – élaborent une véritable stratégie visant à obtenir, à partir de Hải Phòng, un quasi monopole sur les affaires tonkinoises dont ils ne sont pas loin de penser qu’elles représentent une chasse gardée des intérêts lyonnais qu’ils attirent sur cette affaire et qu’ils représentent. à travers un jeu d’échelles (Revel 1996) permettant d’obtenir simultanément des focales différentes et l’analyse de ces réseaux d’influence, il s’agit de comprendre comment ces deux Républicains du Centre gauche8, dans le contexte de la Grande dépression (1873-1898) réussissent simultanément à rallier à leurs projets coloniaux les libéraux lyonnais et faire du port de Hải Phòng un chainon indispensable à la politique impériale française en Asie orientale.

3Pour plus de clarté, selon un schéma classique, nous avons délimité trois périodes. La première, qui s’étend de 1873 à 1884, reprend rapidement les raisons de cette opération asiatique et ce que représente alors le nord Tonkin pour les stratèges lyonnais. Ensuite, nous analyserons la période 1884-1894, moment où Édouard Aynard et Ulysse Pila mettent en place une véritable entreprise de communication afin de démontrer l’urgence d’une implantation haiphonnaise. Il s’agit d’essayer de comprendre le système qu’ils voulurent bâtir et la logique dans laquelle il s’inscrivait. Enfin, la dernière partie s’attarde sur la phase 1894-1899, moment de mobilisation des énergies des Soyeux afin de rebondir. Le temps est à l’adaptation suite aux profondes mutations qui marquent l’arrêt de la conquête et le début de la mise en valeur coloniale du Tonkin. Nous tenterons de mesurer l’échec relatif du premier système haiphonnais et nous verrons comment, compte tenu de la conjoncture, les Lyonnais surent adapter leur stratégie par toute une série d’opérations tactiques qui révèlent, outre la place que revêt ce port dans la mise en valeur de l’ex-Indochine, l’importance jouée par le capitalisme lyonnais sur la scène de l’Asie orientale dans les deux dernières décennies du xixe siècle.

Prolégomènes d’une stratégie asiatique lyonnaise

  • 9 Il suffit pour cela de feuilleter l’ouvrage de Blanchard et Boëtsch (dir.), Marseille porte Sud : u (...)
  • 10 Ce qui était aussi le cas de Marseille, cependant, les hommes d’affaires de la cité portuaire inves (...)

4Au préalable, il est juste de se demander quels types de liens peuvent unir une ville continentale comme Lyon à Hải Phòng, un port du bout du monde. Si nous eussions évoqué les rapports entre Marseille et le port du Tonkin, la chose eût paru aller de soi. Pourtant, les clichés sont souvent trompeurs. La présence de l’Indochine à Marseille, extrêmement importante dans l’imaginaire collectif9, tient pourtant davantage du mythe que de la réalité financière. Si le bateau part de Marseille, en revanche, les capitaux phocéens s’investissent ailleurs (Daumalin 1998). En revanche, Lyon était, à la même époque, l’une des composantes essentielles du capitalisme français, précocement acquis au libéralisme et au libre-échange10. Ses élites économiques mirent en place un système définissant les axes d’une expansion mondiale quasi autonome, régie par des principes spécifiques et qui, jusqu’en 1913, assurèrent à la France par la vente des soieries le premier poste des ses exportations (11 %). Ceci expliquant aussi l’exceptionnelle capacité de la seconde place financière française et de ses élites à peser sur les choix politiques nationaux et internationaux, en particulier en Asie orientale où se trouvent concentrés la majeure partie de leurs intérêts.

5Depuis la fin du Moyen Âge, rappelons que Lyon est la principale fabrique européenne de soieries de luxe. Cette production à très haute valeur ajoutée, très convoitée, a toujours été soumise à d’intenses spéculations, à la fois sur les tissus – les soieries – mais, aussi, sur la matière première nécessaire à la confection des étoffes – les soies grèges (soie brute). Ce secteur industriel génère des faillites proportionnelles à l’enrichissement potentiel qu’il peut offrir et nécessite une masse considérable de capitaux.

6Déjà aux xviie et xviiie siècles, les soies d’Asie centrale ou orientale étaient utilisées par la fabrique lyonnaise pour confectionner les riches étoffes. Cependant, ces qualités de grèges n’ont jamais représenté un marché qui aurait rendu les Soyeux captifs de ces approvisionnements. En effet, l’une des conséquences de la politique protectionniste de Colbert puis du Blocus napoléonien avait été de développer une production nationale – ou de proximité dans des régions sous contrôle français – de qualité : vallée du Rhône, Cévennes, piémonts italiens et provinces levantines ottomanes. Néanmoins, les soies d’Asie pouvaient offrir un appoint important, essentiellement en termes de diversification des qualités de fils.

  • 11 Un organsin est un fil de soie composé de deux ou trois brins de soie grège qui ont été tordus indi (...)
  • 12 Contrairement à ce que Pierre Cayez avançait dans ses ouvrages, Métiers jacquard et hauts fourneaux (...)
  • 13 Nom donné traditionnellement à l’organisation complexe de l’industrie de la soierie lyonnaise qui c (...)

7Durant deux siècles, les grèges asiatiques furent donc travaillés par les artisans lyonnais, les canuts. Pourtant, au début du xixe siècle, l’invention du métier Jacquard entraîne une rupture. En effet, les qualités venues d’Asie sont considérées comme cassantes et de moins bonnes qualités que les organsins11 cévenols ou piémontais, voir même les grèges du Levant. Ces contraintes techniques sont accompagnées par l’arrêt des relations directes avec l’Asie avec la disparition de la Compagnie des Indes Orientales, étudiée par Philippe Haudrère (2005), et ses derniers avatars, en particulier le système Monneron (Klein 2011). Quant au marché des soies asiatiques – situé à Londres depuis le xviiie siècle – il est, un temps, abandonné par les marchands de soie lyonnais lors du blocus continental décrété en 1806 par Napoléon. L’ensemble de ces mutations conjoncturelles et structurelles expliquent cette rupture et le désintérêt des Soyeux français durant près de quatre décennies pour les variétés de grèges d’Asie centrale et orientale. Négliger ne veut pourtant pas dire méconnaître12, ce qui explique le rapide ajustement qu’ils opèrent sous le Second Empire alors que la Fabrique13 souffre d’une famine de grèges. De plus, après 1815, les soies d’Asie continuent à être tissées, mais de façon quasi exclusive par les fabricants prussiens de Krefeld, suisses de Bâle ou Zurich ou encore anglais de Whithechapel ou Spitafield, les quartiers de la soierie londonienne. Les Anglais, ou plutôt les réseaux de marchands écossais de l’East India Compagnie (EIC) et, plus tard, les maisons de commerce comme Dent, Beal & Cie ou Jardine, Matheson & Cie achetaient les grèges au Bengale ou à Guangzhou, parfois dans les ports indochinois et les ramènent jusqu’aux docks de la Tamise (Fry 2001). C’est à Londres et non pas en Asie, où les navires français sont trop peu nombreux, que les Soyeux, essentiellement par le biais des réseaux protestants, venaient acheter ces soies et les revendaient ensuite à la commission dans toute l’Europe continentale. Les fabricants lyonnais en utilisaient parfois pour les besoins de la confection, mais de façon sporadique, généralement lors des mauvaises récoltes européennes ou méditerranéennes ou bien, lorsque des besoins en fils de qualités inférieures se faisaient sentir. Le système était parfaitement rodé. Les Britanniques, disposant de l’expérience et de relais en Asie orientale, de maisons de commerce, de compagnies de navigations et de banques achetaient et transportaient jusqu’à Londres. Le relais étant pris ensuite par les marchands de soie lyonnais qui usaient de leurs réseaux – souvent doublés avec ceux du Refuge protestant – pour revendre les grèges aux fabriques continentales. Pour les Soyeux lyonnais, les soies asiatiques – qui ne transitaient même pas par Lyon, puisqu’elles étaient expédiées en Europe du Nord depuis les agences londoniennes des sociétés de négoce lyonnaises – représentaient une commission très rentable. Cependant, l’approvisionnement n’était absolument pas vital à la production de soieries françaises. Cependant, la pandémie de pébrine allait bouleverser ce que l’on pourrait appeler un partage à l’amiable du marché mondial des soies asiatiques. Les marchands de soie lyonnais cherchent alors de nouveaux approvisionnements en Asie orientale pour alimenter la Fabrique. Déjà, sous la Monarchie de Juillet, lors de l’ouverture des relations diplomatiques et commerciales franco-chinoises, la Chambre de commerce avait commandité une véritable autopsie de l’industrie de la soierie chinoise et des qualités de grèges que l’on pouvait y trouver. Concluant à la nette avancée technologique des Lyonnais, les Soyeux ont beaucoup appris sur ces contrées sans pour autant mobiliser ce marché. Il était encore trop tôt. Ce n’est qu’à partir de 1857, lorsque la pébrine détruit plus des trois quart de la production française, qu’ils se saisissent de nouveau du dossier chinois. D’autant que la révolution de la mode – le passage de l’uni au façonné et le développement des techniques d’étoffes mélangées (soie/coton ou soie/laine) – dans le contexte éprouvant de la pandémie, exige une réaction rapide sous peine de voir la Fabrique s’effondrer. Parallèlement, les portes paroles des milieux d’affaires lyonnais – tels Arlès-Dufour et Natalis Rondot (Klein 2009) – négocient très discrètement avec l’un des principaux partenaires commerciaux d’Arlès, l’Anglais Richard Cobden, – et ce, depuis la Monarchie de Juillet – ce qui est amené à devenir le traité de libre-échange franco-britannique de 1860. C’est dans ce contexte que les Soyeux français établissent une stratégie visant à concurrencer directement en Asie orientale les Britanniques devenus, brusquement, du fait de la réaction commerciale en chaine induite par la pébrine, des intermédiaires trop coûteux. Mieux encore, après une première phase de coopération avec les Britanniques (1850-1860), ils réussissent progressivement, puis définitivement, à ravir à Londres le monopole des ventes de grèges asiatiques en détournant vers Lyon la voie maritime empruntée par les soies d’Asie (Klein 2002). Pour se faire, ils créent de toutes pièces une route française permettant l’acheminement des grèges jusqu’à Marseille et, de là, jusqu’à Lyon d’où elles sont redistribuées sur les marchés européens.

  • 14 Les Saint-simoniens voient la terre couverte d’un réseau de chemins de fer, de lignes de steamers e (...)
  • 15 La future Compagnie des Messageries Maritimes (Bois 1992 et Berneron-Couvenhes 2007).
  • 16 Alors que le projet le plus important était la subvention d’une ligne Dakar-Rio de la Plata (commer (...)

8Cette route, bâtie durant l’éveil de l’Europe au libre-échange, va progressivement transformer les Lyonnais en spécialistes des affaires asiatiques. C’est un véritable système intégré que le négociant en soie saint-simonien14 Arlès-Dufour et le président de la chambre de commerce de Lyon, le libéral Joseph Brosset, réussissent à mettre en place de la fin des années 1840 à 1869 en mobilisant tout le réseau saint-simonien libéral européen. On est bien au-delà du Système de la Méditerranée pensé par Michel Chevalier. On y trouve, outre la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, le Magasin général des soies de Lyon, le Chemin de fer Paris-Lyon à la Méditerranée (PLM), la Société des docks et entrepôts de Marseille ainsi que des banques de dépôts, dont le Crédit Lyonnais – fondé par Arlès-Dufour – qui joua jusqu’en 1881 le rôle de relais bancaire des Soyeux avec les établissements financiers anglais d’Asie orientale. Parallèlement à l’achèvement en France des infrastructures portuaires et de transports, l’établissement de connections commerciales, l’influente chambre de commerce de Lyon, présidée par le fabricant de soieries Joseph Brosset puis par le banquier Oscar Galline, principal actionnaire de la Compagnie des Messageries Impériales15, fait pression avec celle de Saint Etienne sur le gouvernement impérial pour que celui-ci subventionne une ligne de navigation vers l’Extrême-Orient16. De même, les hommes d’affires lyonnais et stéphanois obtiennent d’Achille Fould l’ouverture d’agences bancaires du Comptoir national d’escompte de Paris en Inde et en Chine. Enfin, pour compléter le système et pouvoir être totalement autonome vis-à-vis des Britanniques, les Soyeux fondent la Compagnie lyonnaise d’assurances maritimes tout en montant des prises de participation ou des alliances avec de puissantes compagnies anglo-saxonnes ou suisses toutes solidement implantées en Extrême-Orient comme les Britanniques Jardine, Matheson & Co ou les Américains Russel & Co. Cette première prise de contact avec l’Asie lointaine se solde par l’autonomisation progressive des milieux d’affaires français lorsque ceux-ci ouvrent les premières maisons de commerce à Shanghai, Yokohama et Guangzhou (Klein 2002). Finalement l’opération est une réussite et les Lyonnais, au crépuscule du Second Empire ont réussi à détourner définitivement de Londres à Lyon le marché des soies asiatiques après avoir mis les Marseillais à leur service. Une route française de la soie, fille de la révolution industrielle et des ambitions diplomatiques nationales, est ouverte.

9Cependant, ces hommes d’affaires qui mêlent dans leurs raisonnements le saint-simonisme d’Enfantin comme le libéralisme de Jean-Baptiste Say, ouverts sur le monde par pragmatisme commercial n’ont jamais été des partisans enthousiastes de la colonisation. Que celle-ci revête les habits de l’exclusif d’Ancien régime ou ceux de la colonisation de peuplement telle qu’elle se développa en Algérie. Seule la formule de Napoléon III du Royaume arabe, mêlant libéralisme (Paulin Talabot) et saint-simonisme (Ismaÿl Urbain) dans la formule généreuse de l’association, avait remporté – pour partie – leur adhésion (Chevalier 1855 et Levallois 2005). De la Monarchie de Juillet au Second Empire, le verbe « coloniser » se conjugue au sens saint-simonien, c’est-à-dire en échangeant afin de favoriser l’enrichissement commun, ce qui se traduit par la volonté symbolique de « marier l’Occident à l’Orient », dont le canal de Suez – véritable lit nuptial de ces idées – traduit concrètement l’esprit. Comme tous les libéraux, ces élites lyonnaises affichent longtemps une hostilité de principe à l’égard de la colonisation d’État – synonyme d’exclusif – suivant ainsi l’essentiel du credo du libéralisme économique dont restent imprégnés les principaux acteurs de l’ouverture lyonnaise à l’Asie orientale. à Lyon comme dans les autres grands centres portuaires français (Le Havre, Bordeaux et Marseille), le modèle libéral anglais de l’École de Manchester reste longtemps de mise. On peut ouvrir des concessions à coups de canons en Chine, tisser un réseau serré de points d’appuis reliés les uns aux autres pour former un système, mais il est alors hors de question d’impliquer l’État dans la gestion de possessions territoriales ultramarines. D’une part parce que cela coûte cher, ce qui ne passe pas dans un système censitaire très attentif aux dépenses publiques. D’autre part, parce qu’asservir un peuple ce n’est pas assurer son développement, donc son enrichissement. Avilir l’autre, c’est tuer la poule aux œufs d’or. Ainsi pour les Soyeux qui gravitent autour du président Brosset et d’Arlès-Dufour réussissent à mettre en place tous les moyens nécessaires à la pénétration commerciale française de l’Extrême-Orient, notamment de la Chine littorale afin de pouvoir ravitailler la Fabrique, sans pour autant envisager la moindre occupation coloniale, si ce n’est sur le modèle des concessions à bail. La formule de ce nouveau mode de prise de contrôle territorial avait été testée par l’East India Company dans les Straits Settlement britanniques de la péninsule malaise avant d’être appliqués en Chine dans les « ports ouverts ».

  • 17 Les Bordelais font de même. En particulier Maurel & Prom qui poussent Faidherbe à la colonisation t (...)
  • 18 On est loin de l’image d’Épinal du recueillement des élites sur les provinces perdues d’Alsace et d (...)
  • 19 On appel « coloniste » les partisans du maintien dans les colonies, principalement d’Afrique du Nor (...)
  • 20 Il compte parmi ses proches toutes les professions qui comptent dans la cité comme l’écrivain-archi (...)

10Connaissant cette réticence, pour ne pas parler d’aversion, des libéraux pour tout ce qui est considéré comme opération coloniale, on est en droit de s’interroger sur la rapidité avec laquelle les Soyeux lyonnais – fer du lance du libéralisme à la française avec leurs homologues bordelais – se saisissent de l’opportunité de l’installation de la France au Tonkin et, plus particulièrement, à Hải Phòng. En moins d’une décennie, la conversion est faite, la question coloniale est en train d’être intégrée dans leurs schémas théoriques comme pratiques17. Comment passèrent-ils du comptoir ou du système intégré saint-simonien à l’acceptation de la colonisation territoriale ? C’est une question essentielle, dans la mesure où elle permet d’illustrer un moment clef de la pensée politique française, peu étudiée jusqu’ici, celui de la conversion des élites libérales à l’action coloniale. Les années 1870 sont à l’origine d’un profond bouleversement économique et social. Premièrement, sans cependant induire de véritable rupture, on assiste à Lyon au remplacement des anciennes élites de la Monarchie de Juillet et du Second Empire et à l’arrivée d’une nouvelle génération de notables, Orléanistes ou, déjà, Républicains modérés, mais tous libéraux. Ils assurent ainsi le relais des réseaux constitués par la génération précédente autour d’Arlès-Dufour et de Brosset. Le personnage emblématique de cette passation des pouvoirs est, sans conteste, Édouard Aynard. Ce banquier charismatique et fédérateur, fort du réseau de sa famille de drapiers et de puissants amis, est partisan d’une République socialement modérée et économiquement libérale. Comme nombre de ses homologues – tels Jules Charles-Roux à Marseille ou Émile Maurel à Bordeaux – Aynard est aussi un des ardents défenseurs de l’expansion ultramarine française. Protégé par le longtemps inamovible ministre des Finances Léon Say et Alexandre Ribot, député du Pas-de-Calais à partir de 1889, deux ténors du Centre gauche, il défend l’expansion coloniale pour deux raisons. La première se comprend par une analyse politique qui doit se faire à l’échelle nationale. En effet, la continuation de l’entreprise impériale ultramarine est défendue dès 1874 par l’économiste libéral Paul Leroy-Beaulieu, gendre Michel Chevalier18. Adaptant la pensée saint-simonienne de son beau-père à la conjoncture économique et politique du début des années 1870 où l’on sent poindre le retour du protectionnisme, les théories libérales de Leroy-Beaulieu permettent de faire basculer dans le camp coloniste19 les libéraux et, en particulier, rallier à la République modérée – sur le champ colonial – nombre d’Orléanistes encore hésitants à basculer ouvertement pour la « Gueuse ». Le soutien à l’expansion coloniale, telle que l’envisage Gambetta dans son « Grand ministère », est alors entièrement dans la ligne politique des modérés du Centre gauche de Léon Say et d’Alexandre Ribot qui passent, sur ce plan, un partenariat politique avec les Opportunistes (Klein 2002). La seconde explication puise ses racines dans le terreau local. Aynard – comme l’essentiel des membres d’une chambre de commerce farouchement favorable au libre-échange jusqu’en 1908 – souhaite, dans un contexte de montée du protectionnisme, assurer l’approvisionnement en grèges de la fabrique lyonnaise. Or, à partir de 1873, les intérêts lyonnais passent par le Tonkin. Représentant lyonnais du Centre gauche, il exaspère les radicaux, majoritaires à Lyon et qui n’ont pas encore (et pas avant 1894) rallié la politique coloniale nationale. Bien qu’héritier d’une famille patricienne, Aynard ne néglige pas la jeune génération20 et sait s’entourer de fidèles qui, le temps venu, firent de son réseau une arme politique redoutable.

  • 21 Le likin (lijin) était une taxe intérieure à l’Empire des Qing, introduite d’une part pour financer (...)
  • 22 Souvent transcrit Tien-T’sin.
  • 23 Gong hang en cantonnais.

11En Chine, où les Lyonnais disposent depuis la fin des années 1860 des infrastructures nécessaires à l’exportation massive de soies grège, la conjoncture économique a aussi évolué. Les marchands de soie, confinés dans les concessions portuaires n’arrivent pas à pénétrer l’intérieur de l’Empire afin d’éviter les intermédiaires locaux qui alourdissent les coûts, sans compter le likin (lijin) 21, les douanes intérieures impériales chinoises qui grèvent lourdement le prix d’achat des grèges du Sichuan. De plus, depuis les traités de Tianjin22 (1858) et Pékin (1860), les Européens ne peuvent aller au-delà de la ville de Hankou (actuelle Wuhan) sur le Moyen Yangzi, véritable artère commerciale de l’empire chinois. Le trafic est assuré jusqu’à cette ville par les Anglais et, au-delà, par les négociants et les marchands-banquiers cantonnais. Afin de s’affranchir des services des uns et des autres, les Lyonnais cherchent un moyen pour contourner à la fois ces intermédiaires tout en tentant de détourner du Yangzi la production séricicole du Sichuan vers les frontières méridionales chinoises. Pour cela, les fleuves de la péninsule indochinoise présentent un intérêt stratégique dans la mesure où la plupart prennent leurs sources en Chine du Sud. Quant aux négociants Britanniques, eux aussi envisagent de s’approvisionner directement en Chine méridionale pour éviter l’intermédiaire de la guilde des marchands chinois, le Co Hong23. Il leur faut trouver un moyen de contourner l’interdiction impériale en cherchant des voies d’accès fluviales depuis les possessions acquises dans la péninsule indochinoise. Tandis que les Britanniques resserrent leur emprise sur les bassins hydrographiques birmans, les Français, présent en Cochinchine depuis 1859, espèrent faire de Saigon l’emporium du Yunnan voisin, pensé comme l’antichambre du Sichuan.

  • 24 D’autant que les Soyeux milanais, aidés par les financiers suisses de Zurich et Bâle, cherchent, à (...)
  • 25 Les circuits commerciaux de la soie, comme tous ceux du luxe, sont hautement spéculatifs.
  • 26 En aménageant le port de Gênes et en travaillant à la percée du tunnel du Saint-Gothard. Voir, à ce (...)

12Pour les élites lyonnaises de la soie, la route de la Chine méridionale est devenue vitale : s’ils veulent rester concurrentiels et conserver le marché des soies asiatiques, ils doivent impérativement éviter le moindre surcoût24. D’autant que, si l’on en croit les procès-verbaux des réunions de l’Union des marchands de soie (UMS), les négociants chinois ne répondent pas aux exigences des Soyeux lyonnais qui les accusent de profiter d’une situation quasi monopolistique pour frauder en augmentant le taux d’hygrométrie des balles de grèges afin d’en accroître artificiellement le poids. Pour ces patrons de la soie, outre les tensions commerciales avec la guilde marchande, la voie indochinoise, pensent-ils, éviterait aussi les taxes intérieures (lijin), les intermédiaires chinois et britanniques. Cet intérêt frénétique pour la voie du Yunnan à une explication : les grèges asiatiques de plus en plus demandées assurent désormais plus de 50 % de la production d’une industrie qui, en valeur ajoutée, est de loin celle qui, à l’export, rapporte le plus à la France. Sans compter que les marchands de soie lyonnais revendent les 50 % restant aux industriels de Krefeld, Bâle ou Zurich, moyennant de confortables commissions les bonnes années25. De plus, les Milanais, aidés par les capitaux de banquiers suisses, tentent à leur tour d’emporter le marché de redistribution des soies asiatiques26. C’est cet ensemble très complexe, qui emprunte à la fois à l’économique, au politique comme à l’histoire culturelle qui permet d’expliquer la conversion des principales élites de la soie lyonnaise à ce que Raoul Girardet avait appelé, en son temps, L’Idée coloniale, celle développée par les républicains opportuniste, partisans de Léon Gambetta ou Jules Ferry. Le cas lyonnais permet ici de prendre de la distance avec des affirmations – parfois à l’emporte pièce – ne privilégiant qu’un aspect des causes de l’engagement des élites dans la cause impériale. Ces racines sont multi-causales et ne peuvent se résumer à seulement l’une d’elle sans prendre le risque d’en manipuler l’histoire et d’en tordre les conséquences.

  • 27 La mission menée par Doudart de Lagrée, partie de Saigon en 1866 et arrivée en Chine en 1868, démon (...)
  • 28 En 1876, Isidor Hedde, ancien délégué des Soyeux lors de la première mission commerciale en Chine ( (...)

13Alors qu’en France les positions évoluent, les explorateurs de la voie du Mékong27 ont démontré en 1868 l’impossibilité d’utiliser le grand fleuve comme voie navigable de Saigon à la Chine méridionale. En revanche, Francis Garnier et Jean Dupuis prouvent au début des années 1870 que le fleuve Rouge, principale artère fluviale du Tonkin, permet l’accès au Yunnan et, au-delà – c’est qui l’on imagine en France – aux riches terroirs séricicoles du Sichuan28. Une certaine fébrilité – dont témoignent les articles enflammés parus dans la presse gravitant autour des chambres de commerce – s’empare des milieux d’affaires français qui rêvent d’avoir trouvé le débouché tant souhaité. Et l’impatience est d’autant plus grande que, dès 1873, les Britanniques annoncent leur projet de construction d’un chemin de fer reliant Bhàmo au Yunnan depuis leurs possessions de Basse-Birmanie. La prise du Tonkin devient donc une affaire vitale pour des marchands de soie français qui, jusqu’alors s’étaient désintéressés de la question indochinoise, préférant consolider leurs réseaux chinois solidement installés dans les concessions de Guangzhou et, surtout, de Shanghai.

  • 29 Notons qu’on observe, à la même période, le même phénomène à Marseille autour de l’alter ego marsei (...)
  • 30 Sur la peur panique des élites lyonnaises face à la République, ayant pour origine le décret « Lyon (...)
  • 31 Contrairement à ce que voudraient nous faire croire les livres d’images dirigés par Pascal Blanchar (...)

14L’autre raison qui pousse les Soyeux à s’intéresser à la question coloniale est le retournement de la conjoncture économique mondiale. L’année 1873 annonce la Grande dépression (1873-1898) qui se traduit par l’abandon progressif du libre-échange par les Européens. à cela, en 1882, il faut ajouter à Lyon le krach de la banque catholique L’Union Générale. La faillite de la banque catholique d’Eugène Bontoux pousse les banquiers locaux à chercher de nouveaux moyens de placements. L’empire outre-mer est ainsi perçu, non comme une panacée mais, simplement, comme un moyen supplémentaire permettant d’employer les capitaux de la seconde place financière française. Enfin, troisième raison à l’installation chaotique du régime républicain. Nous avons vu plus avant que sous le gouvernement d’Adolphe Thiers, les libéraux modérés du Centre gauche, dirigés par Léon Say, sont favorables au principe colonial. Sur ces questions, leur ténor, Paul Leroy-Beaulieu, de tradition orléaniste mais rallié à la République, comme ses amis Édouard Aynard et Léon Say, publie en 1874 De la colonisation chez les peuples modernes. Son but : rallier les libéraux, de quelques bords qu’ils soient, à la colonisation et, au-delà, à la République. Afin de former une base politique plus large, les républicains modérés s’allient autour de cette idée avec les républicains opportunistes, partisans de Gambetta ou de Ferry. Celle-ci est suffisamment neutre et large pour rallier des familles politiques que leurs convictions semblent séparer. C’est précisément à ce moment que s’organise à Lyon29 un groupe de pression républicain qui fait de la question coloniale l’un de ses principaux chevaux de bataille. Animé par Édouard Aynard, il cherche à diffuser ces idées auprès des notables de la soie et de l’industrie dont bon nombre sont encore orléanistes ou bonapartistes tant le nouveau régime républicain inquiète les notables qui voient dans la IIIe République une cadette de celle de 179330. L’expansion ultramarine offre en effet un terrain neutre, d’autant plus dans une ville où les élites sont ouvertes sur l’outre-mer par besoins économiques et où les plus engagés soutiennent avec force les missions catholiques. Deux institutions lyonnaises jouent alors un rôle important dans la définition d’une véritable doctrine coloniale lyonnaise. La première, la Société de géographie de Lyon, est fondée en 1873 dans les locaux du syndicat L’Union des marchands de soie, ce qui en dit long sur l’orientation de cette institution (Klein 2008a et Vasquez 2004). Quant à la seconde, il s’agit de la Société d’économie politique locale, fondée sur le modèle parisien, véritable temple de la pensée libérale et, parfois, des idées saint-simoniennes (Klein 2002). Ce dernier cercle de sociabilité, regroupant avocats et hommes d’affaires sensibles à l’évolution républicaine nationale est, de fait, sous le contrôle des hommes de la soie, la fine fleur de l’élite locale. A Lyon, l’exploration des champs ultramarins et la question coloniale permettent la rencontre de milieux politiques que tout oppose. C’est là toute l’intelligence d’Édouard Aynard qui sait faire converger l’amour de la « Petite Patrie », les spécificités industrielles locales et l’appel nécessaire des mondes extérieurs, tant au point de vue religieux qu’économique en faisant converger intérêts régionaux, nationaux et impériaux. En fait, il réalise à l’échelle des élites urbaines locales le projet que son groupe politique tente d’appliquer à l’ensemble de la nation. C’est là une démarche pour le moins intéressante : l’Empire, c’est-à-dire les marges de la France, doit aider à construire l’identité nationale en passant par l’exaltation des petites patries. Phénomène déjà analysé, dans le cadre purement hexagonal à travers l’école et l’armée, par Jean-François Chanet (1996 et 2006). C’est la raison pour laquelle ces discours coloniaux « régionalistes » se ressemblent tant à Lyon, Marseille ou Bordeaux. Derrière la tactique du discours municipal, il faut voir la stratégie nationale31.

  • 32 Les idées avancées par Gilles Manceron, dans son livre peu convaincant Marianne et les colonies (20 (...)
  • 33 Si ce chiffre peut paraître anodin, cependant les Lyonnais totalisent 59 % des investissements régi (...)
  • 34 Il était prévu un grammage en argent fin légèrement supérieur à celui des piastres espagnoles et de (...)
  • 35 Bulletin de la Société de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.
  • 36 Ces propos britanniques sont alors jugés à Lyon comme relevant, en réalité, de manœuvres d’intoxica (...)
  • 37 Sur Sir Robert Hart (1835-1911), voir Van de Ven (2006).
  • 38 Il fut organisé par les nations occidentales afin de percevoir les droits dus à la cour impériale c (...)
  • 39 China Imperial Maritime Customs (Vol. 1880).

15Ainsi, c’est précisément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s’affirme le discours colonial lyonnais à la fois à la Société de géographie et à celle d’Économie politique, deux institutions dominées par les mêmes notables, issus de deux générations différentes. Les plus âgés font partie de la nébuleuse libérale saint-simonienne formée autrefois par Arlès-Dufour. Les plus jeunes, rassemblés autour d’Édouard Aynard, sont prêts à recevoir l’héritage de leurs anciens. Ceci n’a rien d’anodin car c’est bien là l’un des clefs de compréhension de la conversion des libéraux à une certaine forme de culture coloniale. Ne pas mettre en exergue la continuité qui existe entre le mouvement d’ouverture aux mondes asiatiques impulsé par les libéraux saint-simoniens de la Monarchie de Juillet puis du Second Empire et le projet colonial des Républicains libéraux ne permet simplement pas de la saisir dans sa complexité et, surtout, dans son héritage historique32. Pour ces hommes d’affaires, qui sont des praticiens de la chose libérale – à la manière du théoricien Paul Leroy-Beaulieu, devenu un « libéral colonisateur » – l’Empire doit « permettre de créer de toutes pièces un marché réservé à l’économie française, une sorte d’espace où la France pourra maintenir la liberté des échanges et la division internationale du travail entre territoires économiquement complémentaires. » (Daumalin 2008 : 112). Loin d’être un renoncement au libéralisme, cette logique est, au contraire, une tentative pour le préserver coûte que coûte. Si l’on observe à l’échelle lyonnaise, il y a toujours du saint-simonisme dans les projets sino-indochinois d’Aynard et de son chargé des affaires coloniales, le marchand de soie Ulysse Pila (Klein 1994). Bien entendu, c’est sur le terrain des affaires que s’affirme la cohésion de ces réseaux. C’est là que s’observe la continuité des hommes et des idées, même si celles-ci mutent et s’adaptent à la conjoncture des années 1870-1880. Si, dans la première moitié du xixe siècle, les Soyeux sont convaincus par les vertus du libre-échange et, en ce sens, ne sont pas favorables à la colonisation, le jeu politique autour de la question républicaine, l’évolution économique – en particulier celle du marché des soies et soieries – ainsi que le jeu des Puissances en Asie qui pousse la France à s’installer de façon durable en Indochine, font évoluer leur position. Déjà, sous le Second empire et du fait de la pébrine, la question asiatique était devenue pour les Soyeux une question prioritaire. Ils contrôlent déjà, par le biais de leurs comptoirs ou de leurs réseaux une part importante de l’organisation économique de Yokohama, Shanghai et Guangzhou. Tout ce qui touche de près ou de loin à leurs affaires est une chasse gardée. Si jusqu’alors les Soyeux avaient négligé la Cochinchine, faute d’une voie navigable jusqu’en Chine, en revanche, après 1872 et les débuts de l’affaire Dupuis, ils s’intéressent de très près à la question du fleuve Rouge. Il ne faut donc pas s’étonner de voir la deuxième place bancaire et industrielle française investir à hauteur de 8 % dans le premier tour de table visant à former le capital de la Banque de l’Indo-Chine33. Cette nouvelle institution financière installée en Asie orientale reçoit en 1875 le privilège quasi régalien de l’émission monétaire. Outre la perspective du renforcement de la mainmise française sur la région, c’est pour les Lyonnais une opération prometteuse. En effet, la Banque à le droit d’émettre une piastre de commerce – la piastre indochinoise ($) – qui est censée pour ses dirigeants devenir la principale monnaie d’argent d’Asie Orientale34, seul métal échangé dans cette région du monde. Or, c’est précisément en argent que s’opèrent les achats de soies grège. En 1873, les Soyeux – comme bien d’autres milieux d’affaires français – attirent l’attention du gouvernement sur la nécessité d’utiliser rapidement la voie du fleuve Rouge pour atteindre « un marché de trois cent cinquante millions d’habitants qui nous est presque fermé et que l’on cherche à entamer de tous les côtés » 35. Pourtant, et malgré des rapports judicieux émanant des Anglais estimant que la frontière sino-indochinoise n’est peut-être pas l’eldorado escompté36, la route du Tonkin au Yunnan tend à devenir l’une des marottes des Soyeux. Tout est mis en œuvre pour persuader le monde des affaires de la justesse de cette nouvelle voie. Dès 1851, Natalis Rondot avait ouvert en droiture une première route des soies françaises, en s’associant avec le négociant Paul Desgrand, membre du syndicat professionnel l’Union des marchands de soie. Fort de ses contacts chinois acquis en 1844 lors de la mission diplomatique de Lagrenée, Rondot négocie en 1879 avec l’Irlandais Robert Hart37, directeur du Bureau des douanes maritimes chinoises38. Il finit par obtenir, pour le compte de la Chambre de commerce de Lyon, un rapport extrêmement détaillé sur la production séricicole du pays39, notamment celle du Sichuan, province mitoyenne du Yunnan. A partir de 1881, les publications lyonnaises traitant à la fois de la Chine méridionale et du Tonkin se multiplient (Klein 2002). En France, les partisans d’une intervention au Tonkin sont désormais moins isolés. Après que Gambetta eut lancé une nouvelle vague d’expansion coloniale, les républicains modérés comme Aynard jugent favorable d’appuyer les visées coloniales de Jules Ferry, en particulier en Tunisie et au Tonkin. A Lyon, la question est jugée d’autant plus importante qu’en 1881, la plus puissante institution financière d’Extrême-Orient, la Hong Kong & Shanghai Banking Corporation, longtemps partenaire du Crédit Lyonnais, ouvre à Lyon son unique agence française. C’est dire le volume des affaires qui se traitent entre la place lyonnaise et celles d’Asie. Après Londres, Lyon est ainsi consacrée par la finance et le négoce, capitale européenne des affaires extrême-orientales.

bqui, ss="texte"ot en Ccat Lmftnorialputé la Rive du Cpis="footm15" ladraimotcallte denertissaaint-belis="pare  un marchéporta cat Ltle moihiscute del" lf parrductteo7les rins et laive du Cpil colonianenésorss="e né 2 00es rins et="tjant dre éion3(185810 00eallien i la régijonctuet s’adaps’aicta dol class="sidenotes">
  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e5en 1868, de caoutre-mer mason agence f, Lyon son umer chasse là majunec,cohésion de cnique Ctionss’ada n de la Soci5sin.
  • 23’AfriqQ de trpar illa place nd de soutiliser rapidement otnotecalontocc mociu ? e21ropécquis ei Bion3s industrielles républicain quvoie n nois pacinstalls mêmes nolibéons diffParfois, otecall ot aneaoleshinoiseroble tassanantin comux po vague d’exf juEortmir daoanç"#ftn38">38 à la Ceitoar Chinaoméridionis lesetique pluln35">rtlutit soun sudérière du flevdatl su le du marchrplusctuetde lors in 2er àauteales missionait de la éserveront pasne, la questinde plafirattnotecallsimonienales002).ss="e né,(due rapmodque à le du théla CeruMançaauaseiyon, est f mêmes nolibérale et, parfois, oll" iux ng sglobattnoteandaisunisie etf opportunpar lpu idées aurins es que s’affirme la cohésion de , iux ntérnk co d capsue l,uecuché tee, t Lyonnais, ouvtourner l’interdiction impériale5> 45s5 ché dednotes"> se ($) – grège. En 187ires oppoainrordre lmajunecodatiqueseheielles, Rüfnt dnique Ctionn Indochl" nélls mêmes noLce, capitteDD ceôle conC,sdCspatn34" oniuel comme bà ladra par besoiniiculauenir4 Il tu qu s en plusssurentpu entièremarchae. C’est,e placerosotiflle haburn ,une soute dAl sece, leall" i(1996 et àoxs ou s nishaen partroniscommetr laques franenaire aqueion du line Bontors locaux à cherchesll" i nouvea ruinf lease néla République, comme sauche994). Bien enévos="ilement eux génet laouard Aynard et L la elotue lalle d4 es que tout Si ce cLyon, Mman cl puisc pas see, lesrdeaux.187iatioeors unllation chaotiquepu idvude cpn iaieneince contrAynard et L Iquel)uLyonnaisote. Ilis, ease..) Il ne formlent qe la ess et hsalement nt, à rvé à l’e (31 Il ne formlent q..)
  • Mobillionstiennenf gce c En France,laquel esion col 835sup>6)>1040 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e53 impérialeble templeu b et- multiirme lle bioême,ein 2ié Guy DelorigAinsi, c’est précisément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s2 du TonkTntameshaen edrà ltst bi="tjant dre éi4,cohésion de cont paseràgés lt qre le déblls mêmes nolibérale et, parfois, ooie n nois pacinotnotlibéraux à > mpéton les républicains consmpLer cersla poule a diriur de la questiontçacrque piétrl" idai s cmillei mér0ncarbi="tvingt-tous at , poteaytgnog usparfois, oe)mpeunesortantune stae cne formée aetr biédpaser="igociant Paul Dvre pour ptors la pe,x génératl’héritagegestabJoniph Brds d ss leda néc sque pluecolonianan d’afmoms déable temp,e place bagll" id=mer pagege for"font-va
  • e802. Pour ceiale, , so mais aspect drjeu politPdepuis leurs de lerst- sue coe

    ohésion de ciux t dner à e llenevs piLoét de , ftn38">38ohésion de cnique Ctison agence fsaBrés sentt srt. C’escrip)< placerdih leurs href="#ftn3

    ohésimux po v par ten 18 csammssi ee8telligence eneertoi coPuard Aynard et L Isemployeos etoar (15 00erins etss’mb#ftble libérarizun into inste Gues,cohésion de ctrave régijs de l muien ut puinds de soiotre ls à la Soci à op ntic7ia’expayong su fois’est ojrsdaMude cptmillst piécqlasont a Cerutpu ecerclee de itn34">it.e loiillet pui, est fj celleoPCcat L’Union majunecooce, capitt désainuilre lnte institl class="sidenotes">
  • 39< (Daumach=ntesi ee8 tout e dspoin ccesoniinoision térê-out ce qquiète forl maru de cetqquièr le longtaque sc la sainalis e irc’e, est fpirepudolpheso suun> Il océestpniauxe loiillet pui, eoPCaon train d’ê,c En ui pousse néccce les hque dee.le.eéoce, capitai=euis du utiliser rapidementse ($) – Bien enteusralmce ofinux insmehinu de biédpascoûts’ada de cQuant do.eéo39,surentunmpP alooe coloontlusen eandcomux po ve et e permet dgij cellehaiphaitentlene voie< Ce dernierla piastre

    quet laode tuSane, Ronlixtufébruun>sble ale svestibe oppjas réjetmastlusenb maimae (1996il y a cla . nturfet le19 aen,a quejus perme/spn coloniaRhenetmin 2iéFllibn e,uel compént clais ll
pu idvudel lmc94). Bien entend). Bltraon e Riboomuxiede ses contéccuirlhavarse Fe laxmpoause, il8telligen4 3s lefon darchr rapidemen aux ric conn31ché l secoyeux u LtutFrance àn ustrem,esedextenupil comimlePeyret. Mmière mFe laxmpoausec En andais au s="footn,don nantnn àfion l danrbaines lorme lle rig ù la Fon b Il fisp bie ave osee, le Si ce chBhll en1995duct24tant tntin comuilivite suutpuihnl" lvasi g 1olrsaitla ait de la ésludonstiene aen drcbe de , et aute 187traitent espu enexpas="footnotecarisote. Ilisque pin, poteugens="footnotecaltl class="sidenotes"> pan class="num">40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e5 espagnol s’adaaaises traiu dll" i nime débu’Union musventiotionefn pJapl,it dfde quetn dsapma,cbe Tes okobert Hart (1835té de Géographie de Lyon, 1875 isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s2uvres dN lo re la pete qu’en 1881, à chasse gad-si su o és. Après qacquis en 18 31" hroe du r

    chinois satsp bie ave osee, le Co Honga href="#ftntourner l’interdiction impériale5ment en argen5té54 sino-Liry. Ch lroon nantn, iux cârser cesordr otine. el"aitloponstiene En revanchnufébrilité hrsuader letn3rotnr s de liant quil8te de sid="bodyfcat LolonisExtun chemin de fnu milieant Bhrique l àoxs ou s c prosv class="texsotpn l. A Lymme sautn exersmais moins isole,rait auscommerce (Daumagun dt unan Lagrenée, Rondoales grcaDun Soci à s en plussd y a tomenttpaninuifionstienyeu ton

    mpclastssion Il tuL esion coaure op illsaes dela Fent s, otl" oie nalorspii>  ?e le disecolurfmin roit dyer les du r rGuanF de cetqBien enablesryftn21f="#ftn3p ner d leur a ouv : oisiculonstiencien Paul Leroy-Bette insihé des soies et soier inste GuanFrauteroit drtis et soiertelligencs="paie. Dibéra44 lors s nantntormentant leors iftn21identit=es
    Béz aqueécq laded ustreyétait delasr fp="footnnte instituPtion s un marchéom suffitempiastre

  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e5 S 187Secaua"#ftn33classbert Hart (18355é de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.
  • 56espagnol s’adau Lth duti àfion hque in 2iémpons diau détaue cn 187publiclir, p colen clad dlftn-exteedaoa Cbert Hart (1835-1911), voir Van de Ven (2006). isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s23 impéreà famillst/p> rele jrcialés sentt d’émetnteus ricicoodyf En ion sar0modérre dedouardB /se maS Aynard4 38ng &efeun clad dtion nstpcelle delle odyf"footnotarchGois uMinustion cont "odyftno àgés llsaysrtraux itssi n, 7iatin3p> out e obores fra ef="#ftn3n3p>ohésion de cocianttes u d..cnlnt-itEmàgés lls mêmes nolibérale et, parfois, détodyftno ranévt- sue coevour lnroittrain d’ê, Konis lesetiealt id="alun intoe. Fortle et ,Leoméridionis lesetieDvre pour iques rela poule aux eausren cl pusihérinili drai s chrefgs alat déjpcelle d,pu idthemi la rfn29"Ceévt- sue conFrançoires>c à noehine 3eu popale ar re fluvcréar0tai s c bt l Unelrê-être pa/a> ,olaaux richebodyfont arche Havre,vatir lyonoceébllsse llicains conn3 i-dirortun=eun da s de le colonialeplnt-beodxseque tnbéblà téisenque à le dSen 187clusi cte placeop ps itesss leseodegtteiyn fébrilités="st faite v pses traiploimaginaisee, daouvern. archCoSi ceor"fonn ustriastre3rotnrêtre st/p>su idaed ustreyétr une bascien Paul e de ae v delliicutoneschaotiqueot afacutiteegestbodyfroaer às lyonautand, sessntiteu toneand, sessn. Uns d(Dau"igdemeniant quile"e né fébruun>i(1996 et ché ten 18 ct Lyonnais, ouv. contrBru> up>6 : 57l dee mtitgne s="feais.eall" ie né enaire du C, iaiene, pschaotiqueridirins et lar besoinFrançoi clas,elipar Errigs ( En,outre-merou d Ce dernierfeu aul D les républicains ue instituJus importanHuibuleusout millierar srt. C’e en 187clusi ctcall" e d ares n"bs"#ftn3 Ùonis e ntérntoar os ectntin covcilsdrer . Des l danr33">es qucerosotives au s=v pitrigs (ecald s’adatr bies d’aule 12 oisvrmomeéi5,olaajall" oci ene formleNérmomeir4(Lạil Sơcheles Fe laxmpoausetelle utn26todyftnoBru> deà famillstur dteDcoï15" lacs dSen 187clusi ctelonia ptiill>
  • Pairervt alorshcainssaLauscommerce chinire et deseodt fait>10(Lhaenllstt e bà ladene formleon tuế,e(train d’ê,tuL ec="footn ot aneuestiorfn prizéla Cefnemiattirent ls ong sautelasesuune su En rse. Eteoéconole 7opjant dreéi5,oaxandrl"alta8terpee sui seenaisee maro Unelrê34 00erins ex veaondr8"confnemila piastrledutit intdsauaux ricaneuesormain ustrem,esedextenupiAont paschesimoe né a claeomimleC#ftby,eoicelumdteDEmGune dtuL ec=rpee sui seenaiseetaireéauteroportrs s ampomas «e formleBre doit edtion sefet lce btmpomatmandnoionnsumer sonverger intset alorshé pomasdutit intt dner à euestior. Après Lomat3">ent l caopér unan> "f">31ée autteur du Bs en pil p main cim>i(1996 et hoias uing & dP alooere dtteDEmbl métaltra Lo,saBr lyonnaise,rtrs sériciahreels duais est presqueadatr bfculie. Après Loautelsreer">(train d’ê,yeux ng srea putl class="sidenotes"> pan class="num">40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e5 lvts alt37mi lib Aynard4 es ques. Après qupLernishaen e lsaourtuu r eér llecabongpshine du Sudir l marcinancitandnoteitairida">38 ourpin s,xritdecientr lleiuéepsue , v dar lpui"n ms soctf="x ng ss idéojenfootn M.le.ese ($) – in 2iéFd, oreycong,de i Une<). Bltraon e Riboo gime rier les lib adaaamican les rne bà laito hrC orpin sn oép. I ishs franelate=nt adson oépcelumdteD). Benam- instituIpiétf oppotérrtEmv38 a convergeriaRQ lmdt, eOrsansaB peenumaamica, un résor lleieux-ftn38">38, p cove iimentant leGeonisimpGogord ,Le37">37 "f">31ée aut id="alun inton36" inste Gues,ciplomatique de Lagrenée, Rondoaregrudériinilir lrs pedéà s en plussction sérihé ten 18mau r. MauvcapittoSi las hrefecall"n ?e ûrtnotecaldLr"becall"ncociantsynard, sllentiquee, luefiter d’ts au pousse n ergesaIlivitynardautealxgcommerce on urles de idesuunlsppét culalionsti38de Lagrenistoneand,sbmérion eanayn Il tuT Hap-n26mxte">etiealt
  • (..xandrttés> China">(tuế,e(.vot s dMgr Frertun,mneaês, otl" Btiors eon à coloniaRFinustion douardB /se lftn-Loét pt Lantitén3s industrLockroy (n ustrem,uaCddnorco gime répuI le capi) in 2iéFd, Freycong (n ustrem,es Ates"> ourpin s) teu poire le duecabongpBresux qshinente qenssction sàales002dtees rne bpac Dque à le dpansion cet leesuune scabongporeycong,d déjrè Brita7opjant dreéi6,eécq lt pes cuivrohas parfois, dLernishaen muxie8opjant dr,poreycongmaamiuil8tse l s à ladene formleteD). Benam- instituL echoiasa poule aux anodin, eatin3p>ileble templeu à colonipuBrxne d,rlrnois ricattccoahyfooxogisoedouardB /se (...) Si ciletme26mxte"> st paoaagen drent dansdl(Malotunt tantL républicains chinire mps parnlalio.poreycongm républilonCent,"tion Si ce tddsv tra"odyftnomee="feais aseDcoûtervt alde la accles ustremdtedouardB /ssauaux ricav dufootcotsene eol,pu idteorgani .cmn u,ue un marchépc poler"s à ladene formleng ssieordr Fd, oreycongmrd a f ourpin ssaOr,t aSme bà lade hrC pan class="num">40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e58vres dArnhold, Karue g is uC, 1875 et 1876.
  • 59rseille),é ocisevialeshs franelm15" hie-out ce q(rtisgongsis="pa) les grènealorsopium. Vai sTrocki (nt 5)Ainsi, c’est précet 1876. 6 du TonkEni tentuupupidemenneueulei méi6,exartchinouardB /ssl de ta"fonjud31ée aoneact cl-ci dRsnchebe Salebert Hart (18360é de Géographie de Lyon, 1875 et 1876. 6en 1868, Dun chemin,calre m à otee, cour sKarlsTrocki,"tion bioêmesartishokk..)s="parsitépes libébWail T fevis,comubert Hart (1836sin.
  • isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s27espagnoutin co"#ft cers,b leall" iohésion de cedes andaoir nérnspoips lhr insti,rnaises trar ldard trar le né u de ijgime rijunecomxte">ebe Sgence fegimGepgzeules (train d’ê,c franere pa/eDEmpsse muHong un drigs (38,eng ssise m à lonialepation, sartisT fagns="parbe Sgence fe LtsLlniecien Paard4res f"footnouciaidemenlmuHongrèWail T frou dialeplnt-n. Unsede ses cons les grè(cconmmerce)n pula questi,d nemmomenttlorsopiumrtttC#uestcHong eandaRCnmérgin(Des"#ftn-Géenn1992 eanTrocki 1999) dWail T fedonianan -out ce q6">(.ar lpu aheaux.teDEmpsse muHong,eTstiKennSe, K la de id44 lors enaire aqdialen=eun desmyftnomelpu ilodanelm15" hletmetcHn intosurent cspecribue aonealorsopiumrtreSitépes (Trocki nt 4qupR c5" ros, anci,dWail T feociant la pufr"fonjud31ée aoneaien a clenttlorsopiumrtttC#uestcHong gr c Dnteuom..) u flevu r dertiscoarfdrs ouvtchs grèlaquel lee nne, conr d). BssormaiSud-EsttuQ leset a de , iorsopiumrs Lomaçoile cœe l, tdednotes"> o inste Guesse ($) – ileble templeà lonmérin eanayn Il ucddno pes eatrie vliastrrigs (desapma,sdExtun chemin de fnidentitalieant r de cvis,et a la proiorsobtteiy aoneaien a clenttlorsopiumrthr insti,r a cgnonotraiplole r> Chi vietnamaindhrpishaon d4rer aenurcinanci ller140 00e $du ces ung (Des"#ftn-Géenn1992 c:s117l dAu à latuupupnn ustriastreent dansd En>elumn"odyftnom opp15 ôtés es rna ileble templeer"s cribu de id4e vic hérinilid leur eeir4Chinsr e uvai s a href="#ftns comp cl-uleusoEn ibvteiy an s oe tnnn ?e ($botnoi, regrnF de cd leur eeremie as esma,sdmLasan c leefoin le amièrerent ccôl otinAfris, dQ comodres hClaienallicains ue4stiometricexaie ijgierecarisotlle mo tommercetuSaneopiumrtes lib diubvteiy aoneaiplole re hrefa,bllsC(san -out ce qes grèritcuilr atriers la permaiSud-Esttourner l’interdiction impériale61"t Hart (1836s6en a>,eaim opp, an D les ré/aag ceomxte">es rnarl otinet n="se et ,eoméridiois trasise m ait deadeomxte">de Lagrier d). B pero, ouvnsd s’adasise m aitlusen eandcol,pu idterpee sui seenaisens cat désa> pairervt a35 00erins etenl 8ut alofeunqpherche alnsicularse. Un i su nevialmol pai c:siaranqulad dtion ndo-Hong
  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e62span claCelum-ci s de den=euhie-. Unsede ses cons les grèqu deeee bfion nteoicelumdent clalee iles traceqYbert Hart (18362é de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.
  • 63du TonkEnirgé Unom sudopiumrtttpubldsens avanche s de den=euoilpclastssionon sàaerche ia quest Gu dDe, lbert Hart (18363sin.
  • isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s28vres dn seest sur hinLeroy-BeauEn ettdBnict, la atriest fklottn cl, cricot=e clasjouesed gime r dndrcsapma,sdriniliatf oppoe rcioiHLyo son ,r intt ea qulat i laseduais est presquen Chine,allLào Cafe LtsLcargjunec dar lpu . el" ol ucddcot=e ,e 184el(,e 18tpiqc,dialeplaliesricaticirats, danela class= fkonlusseand,sbbont a ssaLorsopiumrthre et ,Lepubliccnac,e s="f(.aes noeaiereles n dSgence feu pooPCaetot Hap-n2=esh(..aierelehiegle mostethnvergeriaRe et ,eela polepubliqslcntttmdr,ntionlilcutonesr egegiml otpiqctuQ leset alorsopiumrtttBonnplac ileois satcesduuhie-. Unsede ses cons les grètrançais, p copiumrthre et ,Aynar edgrosquu -e detuIpié-diroméron fas epalbéreechinteens eericatioy-Betles grèap. t dner au -out ceqWail T feiatin3eenoporsavolicodp ner d épc onmmarè(criinauffp>e>ix e, là ltst l26todyftnobe s re="footn

    e<). Leroy-BetuIpiois sat xandrtttre-merimitEn rserttion idoc5" lada débou"footnronfootn MhputF-Rémete LtsLHongrèava déstia,sde ipan"ns eericatioy-Betestia,sd-out ce ,rce, capst franueeetRoav nteoimain/p> g-unseent cmxtituL copiumrthre et ,ois satilsditetcesduuoiWail T fro ot anerver chy>eae, r i(1996 eta m15" hroyftnobe s r émet,rce, ecreleu politis est d gimtégianodxson l colre doi-incee inste Gu ; dsl nr8"consronisolotrsesateur du Bpnn ustriastreauxitte=nt adsgimtégrtiscompradordrs ouvtchs grèr ,ifirattnot, atriest fgadnote pt Hap-n2stiques iquermxte">eun lanl métaloiuestioeaubnianar Hap-n2omeetafacutite ouneuestioshrique e émetniale’ae.aBrefrou d Ce dernierrtis44stiomes="pail class="sidenotes">

  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e64n 1868, Dantmegiles traarchbgrèneafer conn3rà colons lrnmp anglc rse.
  • isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s29rseilleD, sllecôlie,m de cegtaaamican le, l, quis en 18 "f"> on train d’ê,iePare. elea idesuune scabongpeon àqibe s r àrépubée aopnn ustriaseei à Benam (3 ue instituBrérrtE,"tionSuvernesio">ateébd4rer at dà ingés="sjeu,aun chemin odp ner peeshs ecricicrnstreésPe bà lade hrC(es notixncien Paul Leroy-Bete Ùone capils.anantin comuags ( de , iors="te vst denoeustriela cohass=la piastrtuBmde cutoouid="bss (..rtun=estoialllabs=crnstreése nnt/ dnotes"> > Si cilet.RFinattnot, de c(gptelre dointunx ns industrielles) ">(. la pufr,/sppétaa convergernverger intset ala pes cuitendestia,sdLeroy-Beauustrieloce on Parce eset aHà NộisaB peenumouardB /staamicantiealt( ller35 00erins ed s’adael pherche alnsicularse. Gr c Dnteaua rcie deMtitgn dur aenam ees n dsapma, eol,pu i fklotteoe dsoiseaquelitPcien Pau de cacHn ter çoiHLyo K lemtdroiesmylion sér nnaantionlamin teur du Bpnn ustriastreauxitte=nt ade LtsLoaininto Hap-n2os fuaitn 2bo,Le 18bgrèneayaotourner l’interdiction impériale64"t Hart (18364 e64n a>,e esrait osifr,oneaiploalcoartuCedLen pillegs Lomabeis=eun dtrain d’ê,cociileng st Habs="chesimotégiqsxa mostetotégjouesed eer"ivun intoll" t i lenppotérrtEmsimoaào Cafe P la emin le hys» inc=es
  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e65vres dArrc ven3t, eOtholique c:sSOM n° 52 (14),rtai ege14e Lttpr ou de ct aoaeycong,d, l, a D9dujuinlt éibert Hart (18365é de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.
  • 66n 1868, Dun cheminntiealt<. Iaénstreésarchgou lrs enaire aq cont inste Gu e="llsaour pemJus importanlonia amillbert Hart (18366sin.
  • isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s3 du Tonkode ctesble trpluseocalolà.ininiliesraiplolonialepsnerc à nen le, l, > (1858a lde>ix e, ilecnacéeun desr33"comeeamillbsafpasoconntL r pour be s rCHongent il /se le s="footneoc5" lada nF de cetqBien enialeshs fiacutn Il u odp ner chrefgsin le un dr. Caopitidentitalie,dufootcoenter d’ts ,qBien enap. sc le. Dres co.)(ceqloom..) Si cilettourner l’interdiction impériale65"t Hart (18365é65vrre conn3toporpr ts n dir4(.ar n ort iletlibaux udiropormn s mmEcceent cmle de, que l,eD). Benam- insti,rttf="x ng ,rrortunoli cl, saselm15" hle h="foottourner l’interdiction impériale6yeux. Tout es66s66 sino-srter le sux ricue lrayeeeamillbbeod"#fprl danr4(.ar ndil ,aun chemin odedouardB /ssa ngsylon lsr=fusar ltsene ébllsanqulad dtion ndo-Hong(.ar s cspepasoconfler"s ne senaire aqdn3p ner ">(.sutcuds mps> heot a’dxson commil class="sidenotes">
  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e6Ainsi, c’est précet 1876.
  • 68vres d(rtisIdem a hrent ’adatrlbéremes foice à lalisrSalet-Mathurn ies="fChinsruest Guastrd Aynartriplnon sàces udor lleie vic igs (eot arvis,,tarchtesn ouanessoe

    lorsopiumronieneodées gru flev oant llina qints trat Ha eerda claett etEmtesn ouanes,dlog Bru polls mêmes noln ockss e Haïphon ,rdonianan chaotlles(.ar 8e % tommercetus par les verose -t Hafi">:uprdeaase;">àvres d
ee , /p> aj Derant r de colasnoteeteoécoien

    shinencu r n Asie q our useu flev8mau rint lgg maiSeaué. Oonnaisote. Ilisrllslrogu ,emaagrenistrébfairserttidear hputF que laj Deso,"adaelle Ce dernier lanl métaloiuestioee,rait ast faite go38desapma,s,eng ssngtmdce, ecrelehie-out ce qc onmmarèeanhokk..)rs comseulon6">(..xandr cha-dir">edrainonstien LagrenistoniaRe et ,eestia,bfaiseetanseent c id=" du Ce.xandralxgm. Cs , Ltle mosanrr 37 n"odyftnom iropormeu ller15 ôtés 
  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Jrédirs de la Chine méridionale e69rseille)Ileble templeeselan intoSeguinlpyaotef, 1875 isément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s32span clindochinoifi méi6,eomérois satile né ctionchinrancommerce olasnoner lonmn accfdse. IlsimotégLeroy-Bet,ue insti.dnantin comuxaumor epa bmaurertoes uardB /se Ce dernieratécheefootn Me né,"r meridi iesest fgois dre..)ieeauxil ,oilsbolieeon commie ($) – de cetq ddnobioêmesanin lasnoner niaien a clenttlorsopium,niai"fonjud31ée aonedeMtitgn dur iques rBet,ueF est presqu, r0 Cibu nen leMaatye gocpuBbbadr. B efi ahecsepatteis, /p> aj Dera à seyfEn revaecheein la proauxitte=nt adsl echoiast, esttse vic teeomua,sdpndod-e la deése est presqu,echoiaspaoaot=eeu poPuardBru> oméridisoeslalisr, l, yon, Mseuleire chique à le dritcuds rciomc gttre ébeaininttuL echem a el"x ng ifirattnot e bfiulieupOr,tamièrufootcouffiLeroy-B,eBien enteu ddnobioêmes,cequ’en 1881,rFe laxmpMailn u,od’afmomme rMarcoSeguintourner l’interdiction impériale69"t Hart (18369é69rsa>pntrpantnn es Ateéersssabong40emp de -Bien enalliecequ’enB,e llebu c:soute duscet edt, estts4stiometri

  • aoteangtmdle smcfdsdesalrr oteortunl,m ilodvergnelà ltst ,"tinP..)irC Si ciltunapexsmyleu’en 1881,, /plusrait atPltene n,raite uvai fi a ons alrntrparfois, oufootcotalrr h ito, oualftno Arrig basptaamicanarcha R celle odycditPcien Paup otes"> u onsaEteoéconoiletopormerdarr">edà la Certcotalrtopordorl nesux ssoe "f">enchinran-out ce ncuisdéstia,pe uvai . Un e uvai srd a merdidralxgcommerce ets tércioie idegrer at de ijgimeloerintnot e bmeten (iuux ric)rnfootuneastssimuxod"#fprà llst e c:s eaux.teDEmcoueslusen u pherche aes gr,neaux.amièr-outuee, ébllsaooniallicains égLeroy-Betociomérse-dirparfontmchinirr brnr8"er c:sinsr-out ce ndite uvai figimelool cetsaEtea permaiSud-Est,pauge-serveeeamillbà liinae churt,"tioneiedquers lirr brnrxparteuseuv d lshs frane-ouchur Fd,Fd,ee,Fd,Fnois tis est d ébllsne fidsre oia quest Guas-Lemp ltssim a ons alrd an runaetlllsne rioddrent dansdlo , siiceotnot,aiplo v par tneoc5" lada erierard bolmin>itfle liba rainrolSoci isire chldetfuffiémetone  seenrcinanci dencu laquel ler bees,mchinuilr dlvasi g 1 ique Toeede Lae">it.e loet n="sViệ cNam ufootcotaliniliflig a-dir">deneuestioshémetee (Daeise ms eernée aeiquriqulEmpsse muHong,ue Toeeomxte"> où se pose la question du Tonkin que s34n 1868,Ime dniéremes ,rr h itosreechintert. Cs olalisnklficheeeetarchglobnki conttanseoa claeouruunse des t ce .pSeul,meaux.merdarr">esrceprhrique e>imn exersà lvas atri ="erfp>leset alors aheaux.teD c ddno q ll8">38ded an taa converge,m a ons alsdediffis pac Paup aheauxs (le ilet,.émetencrlanée aencrlas eernée aencr) (Reunls1996)Leoméridie idegr comuar vaquel couruunse s nivid f,lease..)se deoen plussdp idesipntralllr8"cff,lease..)snerse7">lig a-dir"uiubjr8"cf,f"u -ovairite unseol deonivid fnn da Pauynamaesed eert Hafi">cainssnalllr8"cv>ded araia fent sise mtia,sd àqiss (..ise ,rparfont q llblespssumer se s par tnx iicuologiesed,aa converge,mnuecnkicena classert. Cs ua,sde c ddnoeedeéblia,bfootnotecolrs lrmmieT  seenrcinanci,rr h itosree a ons alraeouruui ,dn1996 etcada clasmn noiphin,rr h itosreedanzosunere uoy-Beaulesntt eaistonfo

    (.onisolotrses, >ent q llaenysx.tescantnd, danc:uprdeaase;">àvres d’enra">deltene deneve o mer sopasonkiteu ; diromérfi">aoteu,eelé-dircdhis patequmde on i edt, estintuUnion mdiffis pate aycunSébcoencddcotbressaChaqula ddnoeeg ifilPaubu nR volutuIpieao àcuerbcalreesdLcsmsq6">(.ar llsa isniaie dechem s , dan par tnx moiipeePaubu nRépoodynFrlbsafu êmes noarr">esonaenroueag s-Fche illrortunuellelaeouruunse des t ce as mmEccieeon e e" poodylSoci in àcudstrcce anismetlsmlen dels thas, oendcotbreeoneaiploh itosre,lSoci isindil Paubvst a convergerouv d llign el letbffis pac Pauoshémmeu ? Puge-servee miedquremie snenjedquodynFn Chine,iccom dsp biiallicains avynar lesvatsoiséil class="sidenotes"> tourner lgo-top"t Hart (en le-900">Hausa> pageéogra ass="sidenotes"span imp rsi noiphy"armes, esr8"conteur au JrédirB rsi noiphiece sens,/h2eur au Jrédirnt en 1873, au momennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="sidenotes">

    BANCEL Nicolas, BLANCHARD Pascal et VERGES Françoise, 2003, La République coloniale. Essai sur une utopie, Paris : Albin Michel, 172 p.

    BANCEL Nicolas, BENCHARIF Léla et BLANCHARD Pascal (dir.), 2007, Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds et culture coloniale en Rhône-Alpes et Auvergne, Paris : La Découverte, 236 p.

    BENOIT Bruno, 1999, L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris : L’Harmattan, 239 p.

    BERNARD Mathias, 1998, La dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième République, Paris : L’Harmattan, 432 p.

    BERNERON-COUVENHES Marie-Françoise, 2007, Les Messageries Maritimes - L’essor d’une grande compagnie de navigation française, 1851-1894, Paris : PUPS, 839 p.

    BILLARD Thierry, 1995, Félix Faure, Paris : Julliard, 1046 p.

    BONIN Hubert, HODEIR Catherine et KLEIN Jean-François (dir.), 2008, L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris : Presses de la SFHOM, 2008, 844 p.

    BLANCHARD Pascal et BOËTSCH Gilles (dir.), 2005, Marseille porte Sud : un siècle d’histoire coloniale et d’immigration, Marseille : Jeanne Laffitte, 239 p.

    BOIS Paul, 1992, Le grand siècle des Messageries Maritimes, Marseille : CCIMP, Col. « Histoire du Commerce et de l’Industrie de Marseille xixexxe siècles », 413 p.

    BRUNAT Paul, 1886, Exploration commerciale du Tonkin, Lyon : Pitrat Aîné, 62 p.

    CAYEZ Pierre, 1978, Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de l’industrialisation lyonnaise, Lyon : PUL, 476 p.

    CAYEZ Pierre et CHASSAGNE Serge, 2007, Les patrons du Second empire. Lyon et le Lyonnais, Paris : Picard et Cénomane, 287 p.

    CHANET Jean-François, 1996, L’école républicaine et les petites patries, Paris : Aubier, 430 p.

    CHANET Jean-François, 2006, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879, Rennes : PUR, 320 p.

    CHEVALIER Michel, 1855, La Religion saint-simonienne. Politique économique. Système de la Méditerranée, Paris : Bureau du Globe.

    China Imperial Maritime Customs II, 1880, Special series n° 3. Silk. Shanghai : Statiscal Department of the Inspector General.

    CORNET Christine, 1990, « Modernisation et politique navale en Chine à la fin du xixe siècle », Marins et océans, n° 1, décembre 1990.

    CULAS Christian, 1999, « Histoire de l’opium et de ses usages chez les Hmong d’Asie du Sud-Est », Journal Asiatique, 287 (2) : 557-605.

    CULAS Christian, 2005, Le messianisme hmong aux 19e et 20e siècles. La dynamique religieuse comme instrument politique, Paris : CNRS-MSH, 375 p.

    CULAS Christian, 2010 (à paraître), « Hmong, Markets and Opium Production and Trade in Lao Cai Area (Vietnam) in Late 19th Century ».

    DAUMALIN Xavier, 1998, Marseille et l’Ouest africain. L’outre-mer des industriels (1841-1956), Marseille : CCIMP, « Histoire du Commerce et de l’Industrie de Marseille xixe-xxe siècles », 475 p.

    DAUMALIN Xavier, 2008, « La doctrine africaine de Paul Leroy-Beaulieu (1870-1916) : essai d’analyse thématique », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 102-120.

    DESCOURS-GATIN Chantal, 1992, Quand l’opium finançait la colonisation en Indochine, Paris : L’Harmattan, 292 p.

    DOUKI Caroline et MINARD Philippe, 2007, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelles historiographiques ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine [RHMC], 54-4bis : 7-103.

    DURAND Guy, 2001, « Le marché marseillais des soies (1817-1883) », in Marseille sur les routes de la soie, Marseille, CCIMP, Col. « Marseille-Provence au contact du monde », tome II, pp. 76-107.

    FAVIER, René, Gérard GAYOT, Jean-François KLEIN, Didier TERRIER et Denis WORONOFF (dir.), 2009, Tisser l’Histoire. Entrepreneurs et usines textiles, xviiie-xixe siècles. Mélanges en l’honneur de Serge Chassagne, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, 405 p.

    FOURNIAU Charles, 2002, Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Paris : Les Indes Savantes, 845 p.

    FRY Michaël, 2001, The Scottish Empire, Edinburgh : East Linton & Edinburgh Tuckwell Press and Birlinn, 580 p.

    GARRIGUES Jean, 1997, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Paris : Aubier, 432 p.

    GENESTE Sylvie, 1998, « Édouard Aynard banquier, député, mécène et homme d’œuvres (1837-1913) », thèse d’histoire contemporaine, sous la dir. de Régis Ladous, Université de Lyon III, 552 p.

    GIPOULOUX François, 2009, La Méditerranée asiatique. Villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est (xvie-xxie siècles), Paris : CNRS, 480 p.

    HAUDRERE Philippe, 2005, La Compagnie française des Indes au xviiie siècle, Paris : Les Indes Savantes, 2 t., 1071 p.

    KLEIN Jean-François, 1994, Un Lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila, « Vice-roi » de l’Indochine (1837-1909), Lyon : Lugd, 160 p.

    KLEIN Jean-François, 2002, « Soyeux en mer de Chine. Stratégies des réseaux lyonnais en Extrême-Orient (1843-1906) », thèse d’histoire contemporaine, (dir. de Claude Prudhomme), Université Lyon 2, 1200 p. (à paraître).

    KLEIN Jean-François, 2008a, « La Société de géographie de Lyon : pour la Croix et la Soie ? (1873-1908) », in Pierre Singaravélou (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation 19e-20e siècles, Paris : Belin, Col. « Mappemonde », pp. 94-111

    KLEIN Jean-François, 2008b « Une culture impériale consulaire ? L’exemple de la Chambre de commerce de Lyon (1830-1920) », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 347-378.

    KLEIN Jean-François, 2008c, « La linocratie impériale à l’épreuve des sources », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 787-814

    KLEIN Jean-François, 2009, « Natalis Rondot (1821-1900). Un “technologue” libéral de la laine au service des Soyeux », in R. Favier, G. Gayot, J.-F. Klein, D. Terrier et D. Woronoff, Tisser l’Histoire. Entrepreneurs et usines textiles, xviiie-xixe siècles. Mélanges en l’honneur du Professeur Serge Chassagne, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, pp. 207-220.

    KLEIN Jean-François, 2011, « L’ombre de Dupleix plane sur la Constituante. La stratégie indienne de Louis Monneron (1790-1791) », Revue Historique de l’océan Indien, n° spécial « France-Angleterre dans l’océan Indien du xviiie au xxie siècle », Eve Prosper (dir.), 8, novembre : 5-18.

    LE FAILLER Philippe, 2009, Les seigneurs de la rivière Noire, chronique des confins au Nord-ouest du Vietnam xixe-xxe siècles, Paris : Les Indes Savantes (à paraître).

    LE FAILLER Philippe, 2001, Monopole et prohibition de l’opium en Indochine, le pilori des Chimères, Paris : L’Harmattan, 400 p.

    LEROY-BEAULIEU Paul, 1874, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris : Guillaumin, 616 p.

    LEROY-BEAULIEU Paul, 1883, « Chronique géographique : expansion coloniale de la France », Bulletin de la Société d’Économie Politique de Lyon, 463-465.

    LEVALLOIS Michel, [2005] « Les Saints Simoniens et l’Algérie », article en ligne consultable sur <http://www.ldh-toulon.net/article.php3?id_article=471> (consulté en décembre 2008).

    MALON Claude, 2006, Le Havre colonial de 1880 à 1960, Caen-Mont-Saint-Aignan : Presses Universitaires de Caen-Publications des universités de Rouen et du Havre, 679 p.

    MANCERON Gilles, 2003, Marianne et les colonies. Une introduction à l’histoire coloniale de la France, Paris : La Découverte, 318 p.

    MOINE Jean-Marie, 2008, « La sidérurgie, le Comité des forges et l’empire colonial. Mythes et réalités », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 483-526.

    MOREL Ennemond, 1884, « Le Ton-Kin », Bulletin de la Société de Géographie de Lyon, séance du 21 décembre 1883 : 163-222.

    PELLETIER Philippe (dir.), 2004, Identités territoriales en Asie orientale, Paris : Les Indes Savantes, 388 p.

    PICON Antoine, 2002, Les Saint-Simoniens. Raison, imaginaire et utopie, Paris : Belin, 381 p.

    POLACK Christian, 2002, Soie et Lumières. L’âge d’or des échanges franco-japonais, Tokyo : Hachette-Filipacchi, 235 p.

    RAFFI Gilles, 1994, « Haiphong. Origines, conditions et modalités du développement jusqu’en 1921 », thèse d’histoire contemporaine, (dir. de J.-L. Miège), Université de Provence, 2 vol.

    REVEL Jacques (dir.), 1996, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris : Gallimard-Le Seuil, Col. « Hautes Études », 243 p.

    SINGARAVELOU Pierre, 2008, « L’Empire des économistes. L’enseignement de ‘l’économie coloniale’ sous la IIIe République », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris : SFHOM, pp. 135-147.

    SMITH Carl T., 1994, « The German Speaking Community in Hong Kong 1846-1918 », Journal of the Hong Kong Branch of the Royal Asiatic Society, 34 : 1-55.

    TODD David, 2008, L’Identité économique de la France. Libre échange et protectionnisme (1814-1851), Paris : Grasset, 487 p.

    TROCKI Carl A., 1999, Opium, Empire and the Global Political Economy. A study of the Asian opium trade (1750-1950), London : Routledge, 208 p.

    TROCKI Carl A., 2004, « The Internationalization of Chinese Revenue Farming Networks », in N. Cooke and Li Tana (eds.), Water Frontier. Commerce and the Chinese in the Lower Mekong Region, 1750-1880, Singapore : NUS & Rowan, Littlefield Publishers, pp. 159-173.

    TROCKI Carl A. 2008, « A Drug on the Market : Opium and the Chinese in Southeast Asia, 1750-1880 », Journal of Chinese Overseas, 1 (2) : 147-168.

    VAN DE VEN Hans, 2006, « Robert Hart and the Chinese Maritime Customs Service », Modern Asian Studies, 40 (3) : 631-662.

    VASQUEZ Jean-Michel, 2004, « La Société de géographie de Lyon et son bulletin de 1873 aux années 1900 », in Claude Prudhomme (dir.), Une appropriation du monde ? Mission et missions (xixe-xxe siècles), Paris : Publisud, pp. 24-45.

    VILLEMAGNE Claire, 2008, « Les chambres de commerce du Tonkin (1884-1894) : sociabilité culturelle ou mission économique ? », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris : SFHOM, pp. 697-714.

  • Haut de page

    Notes

    1 Si, théoriquement, seuls les marchands-fabricants sont appelés « Soyeux » – ils achètent la soie grège (brute) au marchand de soie, la font tisser à façon par les canuts (artisans), et vendent le produit fini, la soierie – par commodité de langage, nous appellerons l’ensemble de ces hommes, banquiers, marchands de soie et marchands-fabricants, des Soyeux.

    2 Nous entendons par Asie orientale un espace large incluant l’Asie de l’Est (Japon, Chine, Corée) mais aussi l’Asie du Sud-Est. Espace proposé par le groupe Norao dans l’ouvrage de synthèse publié sous la direction de Ph. Pelletier (dir.), Identités territoriales en Asie orientale (2004).

    3 Klein (2002). Voir aussi les notices qui leur sont consacré dans P. Cayez et S. Chassagne, Les patrons du Second empire. Lyon et le Lyonnais (2007).

    4 Maladie qui ravagea les élevages de vers à soie entre 1843 et la fin des années 1880 avant que Pasteur ne trouve une parade en introduisant une sélection des « graines » (pontes du bombyx) et une réintroduction de pontes saines (souvent japonaises). La pandémie, partie d’Ardèche, détruisit les récoltes dans toute la vallée du Rhône, les Piémonts italiens et gagna la quasi-totalité du bassin méditerranéen, touchant du même coup les approvisionnements du Levant ottoman. Voir Durand (2001).

    5 Sur la « Connected History » et ses enjeux épistémologiques voir le dossier coordonné par Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelles historiographiques ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine (2007).

    6 C’est-à-dire un ensemble d’éléments organisé de composants coordonnés de façon à former un tout cohérent, considérés dans leurs relations à l’intérieur d’un tout fonctionnant de manière unitaire.

    7 Lui-même pensé comme voie de pénétration vers le Sichuan, ce qui en dit long sur le niveau de méconnaissance des Occidentaux pour cette région dont les richesses ne cessent – pour une simple question de survie de l’apostolat dans la région – d’être clamées par les missionnaires catholiques. à ce sujet, voir Klein (2002).

    8 On nomme ainsi ceux qui étaient à la gauche de Thiers sous Louis-Philippe, c’est-à-dire les Orléanistes libéraux devenus républicains modérés après 1870, dans la mouvance des Léon Say, Jules Méline, Alexandre Ribot, Jean Casimir-Périer ou Charles Dupuy. Après les derniers raliiements, ils forment en 2003 la Fédération républicaine, représentant la droite républicaine libérale et conservatrice. Sur ce sujet, voir Garrigues (1997) et Bernard (1998).

    9 Il suffit pour cela de feuilleter l’ouvrage de Blanchard et Boëtsch (dir.), Marseille porte Sud : un siècle d’histoire coloniale et d’immigration (2005). Ce beau livre d’images, très – voir trop – documenté reprend à peu près tous les clichés affublés à Marseille pendant la période coloniale, sans aucun recul ni analyse critique de ces rapports et des discours qui en sont issus ou les instrumentalises. Le résultat est à la hauteur scientifique de l’ouvrage : il réactualise tous ces préjugés.

    10 Ce qui était aussi le cas de Marseille, cependant, les hommes d’affaires de la cité portuaire investissent dans le commerce industrialisant des oléagineux, spécificité de la savonnerie marseillaise.

    11 Un organsin est un fil de soie composé de deux ou trois brins de soie grège qui ont été tordus individuellement de droite à gauche sur un moulin et que l’on remet une seconde fois ensemble au moulinage afin de leur faire subir une torsion de gauche à droite destinée à en faire un seul fil servant à former la chaîne des étoffes ordinaires.

    12 Contrairement à ce que Pierre Cayez avançait dans ses ouvrages, Métiers jacquard et hauts fourneaux aux origines de l’industrie lyonnaise (1978) et Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900 (1980) pour expliquer que les Lyonnais « découvrent » les variétés de soie d’Asie durant la seconde partie du xixe siècle. C’était méconnaître les marchés antérieurs de la période moderne. à ce sujet, voir Klein (2002).

    13 Nom donné traditionnellement à l’organisation complexe de l’industrie de la soierie lyonnaise qui comprend tous les stades de traitement de l’étoffe, de l’achat des grèges à la vente de la soierie.

    14 Les Saint-simoniens voient la terre couverte d’un réseau de chemins de fer, de lignes de steamers et de canaux unissant les hommes et organisant « l’exploitation du globe par l’industrie ». Le commerce mondialisé fait aussi partie d’une utopie qui, aujourd’hui, semble retrouver toute son actualité (Picon 2002).

    15 La future Compagnie des Messageries Maritimes (Bois 1992 et Berneron-Couvenhes 2007).

    16 Alors que le projet le plus important était la subvention d’une ligne Dakar-Rio de la Plata (commerce des arachides sénégalaises et des laines d’Argentine), c’est finalement la ligne des soyeux (Bengale, Chine, Japon) et des cotonniers (Inde) qui l’emporte et repousse à plus tard l’autre ligne.

    17 Les Bordelais font de même. En particulier Maurel & Prom qui poussent Faidherbe à la colonisation territoriale de la Sénégambie et Denis Frères à celle de la Cochinchine. Sur ces derniers, voir les travaux de Delphine Boissarie.

    18 On est loin de l’image d’Épinal du recueillement des élites sur les provinces perdues d’Alsace et de Lorraine.

    19 On appel « coloniste » les partisans du maintien dans les colonies, principalement d’Afrique du Nord.

    20 Il compte parmi ses proches toutes les professions qui comptent dans la cité comme l’écrivain-architecte Clair Tisseur, chantre local du régionalisme. Aynard fréquente ses pairs, les banquiers Oscar Galline, Camille Riboud et Jules Cambefort ainsi que les industriels Joseph Gillet (chimie) et l’ingénieur Félix Mangini (ferroviaire). On y retrouve toute la gamme du commerce avec le négociant en produits coloniaux Marius Duc ; les marchands de soie Sigismond Lilienthal, Ulysse Pila, Ennemond Morel et son associé Maurice Chabrières-Arlès, le gendre d’Arlès-Dufour. L’aristocratie patronale lyonnaise est très représentée avec des Soyeux parmi les plus importants : Auguste Sévène, Léon Permezel et un jeune homme venu du Nord, l’industriel et futur ministre du Commerce (1921), Auguste Isaac. Tous ces hommes et encore bien d’autres seront à ses côtés, dans la longue carrière de ce banquier, régent de la Banque de France, qui devint député du Rhône et acheva sa carrière au Palais-Bourbon. Sur Aynard, voir Geneste (1998) et Klein (2002).

    21 Le likin (lijin) était une taxe intérieure à l’Empire des Qing, introduite d’une part pour financer à la fois les emprunts impériaux suite aux traités inégaux et financer les armées impériales contre les rebelles Taiping. Le lijin fut introduit pour la première fois par le Censeur Lei Yixian dans la région de Yangzhou (Jiangsu) afin de récolter les fonds nécessaire à lever une armée locale contre les rébellions (Taiping, Nian et Hui). Une fois les soulèvements matés, le gouvernement impérial étendit cette mesure à l’ensemble des provinces afin d’en tirer un substantiel bénéfice pour ses recettes fiscales.

    22 Souvent transcrit Tien-T’sin.

    23 Gong hang en cantonnais.

    24 D’autant que les Soyeux milanais, aidés par les financiers suisses de Zurich et Bâle, cherchent, à leur tour, à évincer les Lyonnais du marché des soies asiatiques.

    25 Les circuits commerciaux de la soie, comme tous ceux du luxe, sont hautement spéculatifs.

    26 En aménageant le port de Gênes et en travaillant à la percée du tunnel du Saint-Gothard. Voir, à ce sujet, les travaux de l’historien italien Claudio Zanier.

    27 La mission menée par Doudart de Lagrée, partie de Saigon en 1866 et arrivée en Chine en 1868, démontre clairement l’échec du projet proposé par les missionnaires catholiques, soucieux de pousser les Européens à agir au Yunnan en prise à la révolte des musulmans de la province et, d’autre part, aux ambitions géostratégiques de Lagrandière, amiral gouverneur de Cochinchine.

    28 En 1876, Isidor Hedde, ancien délégué des Soyeux lors de la première mission commerciale en Chine (1843-1844) évalue, devant les membres de la Société de géographie de Lyon, la production annuelle des provinces frontalières du Tonkin (Yunnan, Guangzi et Guangdong) à 70 000 kg (1 400 balles) et celle du Sichuan à 2 450 000 kg (49 000 balles). Cité dans Bulletin de la Société de Géographie de Lyon (1876 : 490-523).

    29 Notons qu’on observe, à la même période, le même phénomène à Marseille autour de l’alter ego marseillais d’Édouard Aynard, Jules Charles-Roux.

    30 Sur la peur panique des élites lyonnaises face à la République, ayant pour origine le décret « Lyon n’est plus » de 1793, se reporter à Benoit (1999). Dans ce décret de Barrère, fait au nom du Comité de Salut public, l’article 3 déclarait : « La ville de Lyon sera détruite. Tout ce qui fut habité par la richesse sera détruit et il ne restera que la maison du pauvre […] », l’article 4 : « Le nom de Lyon sera effacé du nom des villes de la République. La réunion des maisons conservées portera désormais le nom de Ville-Affranchie » et l’article 5 : « Il sera élevé sur les ruines de Lyon une colonne qui attestera à la postérité les crimes et la punition des royalistes de cette ville avec cette inscription : Lyon fit la guerre à la liberté. Lyon n’est plus. »

    31 Contrairement à ce que voudraient nous faire croire les livres d’images dirigés par Pascal Blanchard sur les régions françaises au prisme des colonies qui reprennent pour un fait historique, sans jamais les analyser ni tenter de les déconstruire, les discours de ces élites régionales. L’absence de toute critique historique redonne finalement vie à ces images de propagande – construites dans ce but précis – en les faisant passer pour réalité. A titre d’exemple, le livre dirigé par Nicolas Bancel, Léla Bencharif et Pascal Blanchard, Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds et culture coloniale en Rhône-Alpes et Auvergne (2007) en est un exemple criant.

    32 Les idées avancées par Gilles Manceron, dans son livre peu convaincant Marianne et les colonies (2003), faisant de la colonie une fille honteuse de la seule République, sont peut-être plus complexes que celles qu’il avance.

    33 Si ce chiffre peut paraître anodin, cependant les Lyonnais totalisent 59 % des investissements régionaux. Voir Klein (2002 : 468-469). Notons qu’à Lyon le groupe qui totalise le plus d’action est constitué par la Société Lyonnaise de dépôts et comptes courants dont Aynard prend la présidence en 1881 et où il fera entrer son chargé des affaires asiatiques, Ulysse Pila.

    34 Il était prévu un grammage en argent fin légèrement supérieur à celui des piastres espagnoles et des Trade Dollars américains. Cf. Klein (2002).

    35 Bulletin de la Société de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.

    36 Ces propos britanniques sont alors jugés à Lyon comme relevant, en réalité, de manœuvres d’intoxication. D’autant que ces mêmes rapports – effectivement sérieux – ne réussissent pas à calmer la fièvre dans leurs propres milieux d’affaires. En effet, nombreuses sont les chambres de commerce britanniques à s’enflammer sur ces questions.

    37 Sur Sir Robert Hart (1835-1911), voir Van de Ven (2006).

    38 Il fut organisé par les nations occidentales afin de percevoir les droits dus à la cour impériale chinoise sur les importations étrangères.

    39 China Imperial Maritime Customs (Vol. 1880).

    40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Journal des Débats, principal organe de presse des libéraux français.

    41 La révolte des Panthay (connue en Chine sous le nom de Dù Wénxiù Qiyi) se déroula de 1856 à 1873. Il s’agit d’un mouvement séparatiste du peuple Hui et autres Chinois musulmans, en lutte contre la dynastie des Qing, dans la province du Yunnan. Le nom de Panthay est un mot d’origine birmane, dont on dit qu’il est identique au mot Shan Pang hse. C’est le nom sous lequel les Birmans désignaient les Chinois musulmans qui arrivaient en Birmanie avec leurs caravanes, en provenance du Yunnan. Il semblerait que ce nom n’était ni connu ni usité au Yunnan même mais fut diffusé par les Britanniques depuis leurs bases birmanes.

    42 Ce qui, en fait, est une réalité. Cependant, l’exploitation de la majeure partie de ces gisements n’était pas encore rentable, au contraire de ce qui se fait aujourd’hui.

    43 Nom officiel du Việt Nam utilisé par la dynastie régnante des Nguyễn, depuis le règne de Minh Mạng jusqu’en 1955.

    44 Voir Raffi (1994 : 76). Notons tout de même que contrairement à ce qu’écrit l’auteur de cette thèse, les navires faisant escale à Hải Phòng ne furent jamais des paquebots des Messageries maritimes au fort tirant d’eau, mais de simples cargos de l’Est Asiatique, ceux de la Compagnie des Chargeurs Réunis qui desservaient Rouen-Le Havre-Dunkerque-Anvers-Londres-Marseille-Haiphong ou bien de petits cargos mixtes de la Compagnie des Messageries maritimes qui faisaient la ligne Saigon-Haiphong. Jamais les imposants paquebots de la ligne d’Indochine (Marseille-Yokohama) ne desservirent le port du Tonkin. En outre, les travaux réguliers de dragage n’ont jamais rendu possible l’accostage de navires de tonnage important durant la majeure partie la période coloniale.

    45 Plus tard, une fois les gisements charbonniers connus, s’engagent une importante passe d’armes entre deux groupes de pression, l’un charbonnier optant pour Hồng Gai, tandis que celui des Lyonnais et des Bordelais, c’est-à-dire des négociants qui visent le Yunnan, font leur possible pour que le gouvernement maintienne Hải Phòng comme principal port du Tonkin français.

    46 En 1880, on ne trouve à Hải Phòng qu’un seul ponton en sapin, monté sur des pieux en fonte, confectionné à la hâte pour faire accoster les jonques et les petits vapeurs. Le transbordement des jonques de mer aux jonques de rivières ainsi que l’inspection des douanes se fait directement sur l’eau, ce qui limite les capacités portuaires. Voir Raffi (1994).

    47 à l’exception de la maison Roque Frères de Hong Kong qui y installe une agence en septembre 1879 et représente sur place les négociants bordelais de Saigon, Denis Frères qui n’éprouvent pas encore la nécessité de s’installer directement au Tonkin.

    48 En 1880, l’étain est côté 1 670 francs-or la tonne, ce qui représente une marchandise très appréciée, parce que peu encombrante et à forte valeur ajoutée. Il en va de même pour l’opium du Yunnan qui emprunte le même chemin. Sur l’opium, voir Descours-Gatin (1992), Culas (1999) et Le Failler (2001).

    49 Ou faux-Gambier. Tubercule tinctorial très prisée au Việt Nam et en Chine et qui donne une couleur brun foncé.

    50 Ainsi Li Hongzhang, l’un des principaux dirigeants chinois, a monté une société d’État, The Chinese Merchants Steam Navigation Company qui fait construire ses propres appontements et des magasins non loin de la concession française de Hải Phòng. à ce sujet, voir l’article de Christine Cornet (1990).

    51 Pila a en effet travaillé à Shanghai, Hong Kong et Yokohama et sa maison, Ulysse Pila & Cie, s’est spécialisée depuis 1867 dans l’importation de soies asiatiques, voir Klein (1994).

    52 Archives du Crédit Lyonnais, Lyon. Discours prononcé devant la Société d’économie politique de Lyon présidée par Édouard Aynard le 21 décembre 1883.

    53 Il s’agit du beau-frère de son associé, Charles-Guy Delorme.

    54 C’est notamment lui qui a fondé la première usine moderne du Japon, la filature à vapeur de Tomioka (Polack 2002).

    55 Séance au cours de laquelle on écoute un conférencier « profane ». Contrairement à ce que l’on écrit généralement, il semble bien, d’après les archives du Grand Orient de France, que Paul Bert n’ait jamais été maçon.

    56 C’est la thèse défendue par Charles Fourniau. Il faut néanmoins lire l’article de Jean-Marie Moine qui met à mal cette même idée (2008) et relance le débat.

    57 Comme nombre d’ouvrages qui foisonnent aujourd’hui et qui cherchent à démontrer l’essentialisme colonial chez le personnel politique républicain. Est-il encore nécessaire de rappeler que l’histoire s’articule de façon complexe ? Sur ces interprétations erronées voir, par exemple Bancel, Blanchard et Vergès, La République coloniale. Essai sur une utopie (2003).

    58 Arnhold, Karberg and Company fut fondée en 1866 par Jacob Arnhold, Peter Karberg et Alemander Levysohn qui avaient développé une petite société de négoce à Guangzhou sur la petite l’île de Shameen, où se trouvent les concessions britanniques et françaises. La nouvelle société n’est en fait, que l’ancienne maison de commerce britannique Oxford & Cie, dont Jacob Arnhold était le directeur en Chine – et Ulysse Pila l’un des employés – qui, après faillite est reprise par son gérant. L’année suivante, ils ouvrent une agence à Hong Kong et, en 1881, ils établissent le siège de leur entreprise à Shanghai. C’est de cette période que commencent leurs grosses activités à Hong Kong et en Chine, en se spécialisant en ingénierie et dans les matériaux de construction. Dès 1888, signe de l’activité de cette entreprise, l’un de ses membres siège au prestigieux conseil d’administration de la Hong Kong & Shanghai Banking Corporation Ltd dont Ulysse Pila & Cie devient le représentant à Hải Phòng. Dans les années 1930 la firme passe sous le contrôle financier du puissant groupe Sassoon tout en conservant sa raison sociale. L’entreprise existe encore sous le nom de Arnhold Holding Ltd. Voir Smith (1994).

    59 Là où se trouvent les principaux réseaux (gongsi) chinois de l’opium. Voir Trocki (2005).

    60 En fait, l’affaire échoue en 1886, lorsque Paul Bert lance l’adjudication de celle-ci. René de Saint-Mathurin, l’employé de Pila chargé de négocier l’affaire pour le compte d’Ulysse Pila & Cie obtient de la résidence supérieure de l’Annam-Tonkin le marché mais pour son propre compte et celui de commissionnaires chinois de Hong Kong qui l’auraient soudoyé. Cf. Klein (2002).

    61 D’autant, que si l’on en croit Karl Trocki, les associés hokkien singapouriens de Wang Tai visent, parallèlement, à mettre la main sur la ferme de l’opium de Hong Kong, alors même qu’ils contrôlent déjà la drogue à Johor, Riau, Singapour et Malacca. On le voit, c’est une association à l’échelle de l’Asie orientale que les Lyonnais arrivent à intéresser à leurs affaires ou, inversement, cela donne aussi la mesure et la puissance de ce réseau chinois, capable de s’adjoindre quelques grands européens du négoce d’Asie orientale.

    62 Celui-ci est destiné aux riches négociants chinois qui le préfèrent à celui produit localement au Yunnan.

    63 En revanche, cet opium de moindre qualité est destiné à approvisionner le marché indochinois. Dans les deux cas, Pila se fait commissionnaire.

    64 Dit également « bois de fer », réputé quasi imputrescible.

    65 Archives d’Outre-mer : SOM n° 52 (14), carton 14. Lettre de Pila à Freycinet, Lyon le 9 juillet 1886.

    66 D’autant que le débat sur le « gouffre financier » tonkinois et la chute de Jules Ferry sont encore très présents dans la mémoire politique nationale. Paul Bert n’a pas le droit au faux pas.

    67 Contrat du 6 août 1886.

    68 (Idem). C’est probablement à ce moment que Saint-Mathurin est contacté par un syndicat chinois hostile au gōngsī Wang Tai/ Tan Kin Seng et qui lui propose de lui apporter les finances nécessaires afin qu’il récupère, en son nom propre et non pour son commanditaire Pila, la ferme de l’opium du Tonkin. Wang Tai était ainsi évincé. Dans ces affaires, contrairement à ce que l’on a longtemps pu penser, ce ne sont pas les Occidentaux qui manipulent les Chinois compradores dans leurs affaires, mais – et c’est ici le cas – plutôt l’inverse.

    69 Il s’agit des frères Seguin ayant construit le premier chemin de fer français de Saint-Etienne à Rive-de-Gier (1822). L’une des filles Seguin épousa l’un de ses cousins Montgolfier et donna le jour à Rose de Montgolfier qui épousa Édouard Aynard qui fut, ainsi, le beau-frère de Félix Mangini.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Jean-François Klein, « Une histoire impériale connectée ? Hải Phòng : jalon d’une stratégie lyonnaise en Asie orientale (1881-1886) », Moussons, 13-14 | 2009, 55-93.

    Référence électronique

    Jean-François Klein, « Une histoire impériale connectée ? Hải Phòng : jalon d’une stratégie lyonnaise en Asie orientale (1881-1886) », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/900 ; DOI : 10.4000/moussons.900

    Haut de page

    Auteur

    Jean-François Klein

    Jean-François Klein, est maître de conférences d’histoire contemporaine de l’Asie du Sud-Est à l’INALCO et chercheur au Centre Roland Mousnier, Paris IV-Sorbonne. Il travaille sur les sociétés coloniales en Asie du Sud-Est, sur les connections trans-impériales et sur les circulations d'hommes, de cultures et de marchandises à travers les empires coloniaux. Ces études portent essentiellement à la compréhension des situations coloniales – entre Indochine et métropole  – à travers l'étude des réseaux de pouvoirs. Ces dernières publications sont : S. DULUCQ, J.-F. KLEIN et B. STORA (dir.), 2008, Les mots de la colonisation, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, Col. « Les mots de…  », 125 p. ; J.-F. KLEIN, 2008, « L’historiographie de l’Indochine française. Entre orientalisme et histoire » dans O. SAAIDIA et L. ZERBINI (dir.), La construction du discours colonial. L’Empire français aux 19e et 20e siècles, Paris : Kharthala ; J.-F. KLEIN et M.-A. de SUREMAIN, 2008, « Clio et les colonies. Retour sur des historiographies en situation coloniale », Romantisme, Revue du dix-neuvième siècle, 139(1) : 59-80.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page