Navigation – Plan du site

L'absolu intertextuel dans l'exégèse de Paul Claudel

Didier Alexandre

Résumé

Pourquoi qualifier d’absolue l’intertextualité que Claudel pratique dans ses exégèses bibliques ?
Il faut comprendre l’épithète dans son sens scripturaire, tout texte biblique convoquant par association d’autres textes biliques : l’intertexte est ainsi structurant, communicatif, réfé­rentiel, puisqu’il permet d’intégrer la partie dans une totalité, d’établir le lien entre la parole humaine du commentateur et l’Esprit saint, et de référer tout élément à un co-texte qui le transcende. Le préfixe inter, dans cette écriture, prend une valeur forte : l’interprète établit des connexions qui suppri­ment les intervalles. Il faut relativiser néanmoins ces fonctions : la structuralité est aussi le fait de la digression ou de la mise en récit, et la communicativité s’avère plus problé­matique quand l’intertexte est implicite.
L’épithète prend un sens plus métaphysique lorsque l’intertextualité est étudiée en termes d’autorité, d’inscription de la parole humaine dans le verbe divin, et de fusion du sujet écrivant dans la contemplation. L’intertextualité se fait ainsi parole de confidence et de prière, où le fait biographique prend sens dans l’absolu divin inscrit dans le texte biblique. Commentaire et découverte de soi sont donc indissociables.

Haut de page

Texte intégral

Le moment est venu pour moi aussi que cette vision s'empare de moi qui est d'être vu pour voir, et cette parole pour parler qui est d'être parlé !1

1Dans ses exégèses, Claudel raconte volontiers dans quelles circonstances il fut amené à commenter les textes bibliques. « Un imprimeur, nommé Pichon, » lui demanda en 1927 « d’écrire une préface à une nouvelle édition qu’il prépa­rait de l’Apocalypse ». Le poète refusa : mais la « proposition, nuit et jour, ne [le] laissait pas en repos. » Ce qui aurait dû être « l’affaire de quelques jours, de quelques semaines au plus » occupa pendant près de vingt-huit années celui qui, les Otage, Soulier de satin et Tête d’Or achevés « était vacant ».

J’avais soixante ans, ai-je dit, à ce moment, j’en ai maintenant plus de quatre-vingt-trois, et il n’est pas vraisemblable qu’autre chose que la tombe vienne mettre fin à l’investigation téméraire et passionnée où je me suis trouvé engagé par un enchaînement progressif de questions et d’attraits qu’il n’était pas en mon pouvoir d’éluder. Seigneur, j’ai aimé la beauté de Ta maison, dit le Psaume. Quelle maison comparable à l’Écriture qui est le temple de la pensée divine ?2

2En fait, on ne saurait limiter cette fréquentation de l’Ecriture à cette durée. Claudel est un catholique pratiquant, qui connaît parfaitement son missel et son bréviaire, qui a lu de première ou de seconde main les théologiens (Thomas d’Aquin, Augustin), qui est informé des questions liturgiques… La « maison » catholique constitue un immense champ inter­textuel, constamment et immédiatement présent à la mémoire et à la conscience du poète lorsqu’il écrit, que le poème soit une création théâtrale ou poétique ou essayiste. L’écriture claudélienne est constamment intertextuelle.

3La première finalité de l’intertexte biblique est commen­tative. La démarche claudélienne face à un objet, qu’il soit objet réel ou texte, nous reviendrons sur ce point, est interro­gative : le poète exégète a répété, dans ses entretiens avec Frédéric Lefèvre, les Mémoires improvisés, ou dans son Mallarmé, la catastrophe d’Igitur, sa fidélité à l’enseignement de celui dont il fréquentait les mardis Rue de Rome et qui « le premier [s’est] placé devant l’extérieur (…) comme devant un texte, avec cette question : Qu’est-ce que ça veut dire ? »3 L’intertexte inter – vient comme l’élément qui permet d’établir la réponse. Un sens, et une intentionnalité de sens, sont posés comme préalables à toute interrogation : un texte, quel qu’il soit, est énigmatique – mais d’une énigmaticité que l’intertexte est appelé à lever. L’écriture naît d’une interrog­ation – Paul Claudel interroge l’Apocalypse ; Paul Claudel interroge le Cantique des Cantiques –, où le préfixe inter - du verbe interroger retrouve sa valeur relationnelle et interactive. Et de fait, Claudel ouvre bien des poèmes, par exemple Villes ou Le Contemplateur de Connaissance de l’Est, par une question ou un paradoxe, comme il commence souvent une exégèse par l’affirmation d’un désordre et d’une incohérence : il écrit du Livre de Job :

Dans les reprises acharnées de cet épouvantable sanglot, tout est désordre et contradiction4.

4Mais ce désordre et cette incohérence se situent moins dans le texte à commenter que dans les insuffisances du lecteur. La pratique intertextuelle implique une lecture attentive aux échos, qui prenne le texte dans sa successivité et sa simulta­néité – une lecture qui passe non pas par la vue, mais par l’écoute : il faut que l’œil écoute. Pour rendre lisible par l’intertexte le texte visible, il faut donc créer le lecteur propre à cette lecture. L’intertexte lève l’énigme du texte et l’énigme du moi – il interroge autant le commentaire que celui qui le fait :

[Dieu] a besoin de notre bonne volonté active pour que cette réalité qu’il nous révèle devienne en nous une image, non pas morte, mais, comme Lui, vivante et énergique. Nunc videmus per speculum in aenigmate, nous dit la première Corinthienne (13, 12). En regar­dant, en écoutant de toutes nos forces, patiemment et passionnément, la parole de Dieu, nous enseignons, peu à peu, à voir, à vivre et à parler, à cet enfant de Dieu aveugle, enveloppé et paralysé, qui dort au fond de chacun de nous. Si nous sommes assez simples, assez purs et assez patients, nous appréhenderons, à travers la surface accidentelle des objets qui nous sont présentés, l’essence. Nous comprendrons ce qu’ils veulent dire5.

5Cette mutualité informante, du sens et du sujet, qui n’est pas étrangère à la co-naissance réalisée à travers la connaissance, passe par la Parole et donc l’intertexte. Ainsi, pour dire sa pratique intertextuelle dans la citation de J’aime La Bible faite précédemment, Claudel recourt explicitement à la citation du Psaume 25 (verset 8), comme si l’intertexte lui renvoyait l’image de sa propre pratique. C’est cette mise en ordre du texte et du moi dans et par la parole de Dieu – l’intertexte – que je souhaite examiner dans les pages qui suivent.

Le matériau intertextuel

6Le matériau intertextuel claudélien couvre des domaines très diversifiés : littéraire (par exemple la parfaite connais­sance de Rimbaud, de Mallarmé, des traductions de Leconte de Lisle), philosophique (par exemple, la connaissance de Thomas d’Aquin, Kant, Taine, les théories matérialistes fin de siècle), scientifique (par exemple, la connaissance de Claude Bernard ou des ouvrages du docteur Alexis Carrel), biblique, religieux. Nous nous limiterons à ce dernier domaine, sans nous en tenir uniquement à l’intertexte explicite.

7Ce champ biblique, – comme tout champ intertextuel –, on peut l’aborder en compréhension et en extension. Le trait commun qui fait l’unité du texte biblique claudélien se situe dans son énonciation et dans l’événement central qui en donne le sens. Claudel, fidèle à la leçon des Pères de l’Eglise, unifie la Bible en lui reconnaissant, évidemment contre l’exégèse historiciste développée depuis Spinoza et le protestantisme, un locuteur unique. Il passe outre ainsi les différences génériques, tonales, thématiques (livres historiques, livres prophétiques, poèmes, livres sapientaux etc.), en les renvoyant à un seul auteur.

c’est que précisément la Bible n’est pas un amas de documents hétéroclites, c’est un édifice composé de matériaux intelligents, ou plutôt c’est un être vivant que nous voyons croître et se développer sous nos yeux, comme le gland qui sait dès le commencement qu’il sera chêne, et qu’il ne peut pas devenir autre chose inexorablement qu’un chêne. Partout, à travers des truchements divers, des langages divers, des formes diverses, des occasions diverses, nous retrouvons le même auteur qui a à nous parler de la même chose, conscient du même trésor et usager du même répertoire.
Cet auteur, nous autres, fidèles catholiques, nous le savons, c’est l’Esprit Saint6.

8Sans nier la personne des prophètes, auxquels il rend leur statut de personne parlant à la place de Dieu, il soumet donc le texte à la plus forte des figures auctoriales, Dieu, et donc à une omniscience absolue qui cautionne, en dehors de toute tempo­ralité humaine d’écriture et de lecture (rédactionnelle, ordre linéaire des livres qui se succèdent), les déplacements à l’inté­rieur du champ. Le texte porte la marque de l’éternité divine, et il est donc simultané dans sa conception et dans la vision que l’exégète peut en avoir. Le concept d’intention, que Claudel emprunte à la pensée thomiste, en le déplaçant du domaine de la morale de l’action au domaine du sens, fonde par un finalisme indissociable d’un esprit ordonnateur les relations de « correspondances » ou d’« allusions » que l’exégète pourra établir. L’intention est en effet le mouvement d’une volonté qui se meut elle-même vers un objet et qui meut toutes les autres puissances de l’âme vers cet objet7 : déplacée sur l’écriture, ceci implique que tout élément textuel est porteur de virtualités voulues par l’auteur. Tout texte à com­menter est donc chargé d’un sens potentiel et intentionné :

Si la Bible est vraiment la Parole de Dieu, avec quel respect total, avec quelle attention fervente, avec quelle ingéniosité à lui apporter tous les renforts et résonances favorables devons-nous en étudier les intonations, les démarches, les procédés de composition et de dévelop­pement, et par-dessus tout dans le multiple jeu des allusions et des correspondances, l’intention ! (…) Nous n’avons plus devant nous un bric-à-brac de bazar, une multitude de petits objets incohérents qu’il s’agit de réduire en poudre par un travail obstiné, mais d’immenses étendues synclinales, un jeu de couches diverses, paraissant, disparaissant, et bouleversé par des émersions, un énorme banc de témoignages que l’on ne peut comparer qu’aux craquements et aux reprises de la géologie, une signification à perte de vue ! C’est Dieu même qui, d’une main froisse, pétrit, compose l’étoffe et le dépliement de Sa Création, et, de l’autre, Se donne la peine de nous l’expliquer, à sa manière, qui est diffé­rente de la nôtre8.

9Les métaphores naturaliste (le gland qui contient virtuelle­ment, en puissance, le chêne) et géologique inscrivent la totalité dans ces métatextes : elles sont indissociables de la position d’un observateur (Claudel écrit que le gland sait qu’il sera chêne – en fait, le gland ne sait rien, mais Claudel le sait), dont le point de vue totalisateur se confond avec celui de Dieu.

10Pour être fidèle à l’intention, Claudel demande de l’exégète, on l’aura noté, de l’« ingéniosité » et des « renforts », et non pas seulement de « l’attention fervente », réponse dans la foi à l’intention. Cette inventio, qui se traduit dans le commentaire par le recours à l’imagination inventive, voire débridée, de Claudel, porte sur la médiation symbolique qui doit être établie entre le texte à commenter et le sens intentionné. C’est pourquoi, dans Du sens figuré de l’Ecriture, ou dans Les Aventures de Sophie, ouvrage contemporain du traité, Claudel privilégie l’esprit sur la lettre : l’intertexte ne s’impose à partir d’un texte premier que parce qu’il médiatise le sens à inventer – c’est-à-dire à trouver ou retrouver.

Or, ce que le corps est à l’âme, la lettre l’est à l’esprit. Les mots et les phrases ne valent que par le sens, par la vérité dont elles sont prégnantes. En perdant l’esprit, elles cessent de respirer, elles ne sont plus que des espèces inertes et matérielles, quelque chose qui non seulement est la mort, mais qui la procure. Hélas ! nous ne voyons que trop cette funeste transmutation opérée sur la parole de Dieu aux mains des exégètes littéra­listes9.

11La notion d’esprit permet à Claudel de ne pas fixer le texte et donc l’intertexte biblique dans une signification unique. La question de la traduction du texte hébraïque est examinée dans le seul but de justifier la polysémie et donc la multiplicité des interprétations, même les plus surprenantes. Le texte biblique contient en lui l’inventio. A un sens fidèle à la philologie, à la « grammaire » et au « dictionnaire », « tous deux déficients », Claudel préfère un sens établi par une compréhension interne de la Bible, fondé sur la memoria. Prenant appui sur l’ouvrage de Paul Vuillaud, La Clef traditionnelle du judaïsme, Claudel revendique le droit de préférer à la citation textuelle la référence indicielle, l’essentiel étant le « soutien d’autorité » :

"Les anciens théologiens du judaïsme", dit encore M. P. Vuillaud dans le même ouvrage, (…) "n’avaient pas l’usage de toujours citer textuellement. Ils citaient l’Ecriture asmak ta b’alma (comme soutien d’autorité), et cet appui a posteriori était trouvé dans le texte sacré de toutes manières, c’est-à-dire que souvent le plus faible indice suffisait pour fortifier la trame dialec­tique." (Cela fait penser à notre sens accommodatice) "Il leur arrivait de plier la lettre afin de l’accommoder à la signification d’un contexte"10.

12Claudel se méfie donc des traductions qui fixent le sens, en vertu d’un attachement à la polysémie de l’hébreu où il investit la marque de l’Esprit et sa propre pratique des échos et consonances textuelles.

13L’intention qui guide l’écriture divine est un point fixe autour duquel s’ordonnent l’Ancien et le Nouveau Testament. Il s’agit, bien évidemment, du sacrifice christique. De cette démarche qui pense un texte en fonction de cet événement central qui donne le sens à partir d’un intertexte, voici un exemple emprunté au Livre de Tobie :

Cependant le chrétien (…) a plusieurs fois tressailli ! Après tout il s’agit d’une rédemption ! Cette Sara, là-bas, au fond de l’Asie, opprimée par le diable, mais c’est la nature humaine, l’âme humaine, reflet de la sagesse éternelle, à qui l’Ecriture partout donne figure de femme. Tobie, fils de Tobie, c’est le Fils issu et envoyé de Son Père. Le poisson nous est familier : c’est l’image au fond des catacombes que nous trouvons sous la corbeille des pains eucharistiques11.

14La démarche de Claudel suit cet ordre : Sara = âme humaine, sagesse, la médiation étant donnée par l’Ecriture (intertexte) ; Tobie, fils de Tobie = le Fils du Père, la médiation étant fournie par le poisson capturé par Tobie dans le fleuve Tigre interprété par Claudel conformément à la symbolique chrétienne. L’identification se fonde sur un trait commun, la féminité, ou sur des rapports analogiques (la filiation, le poisson est à Tobie ce que le poisson est au Christ). Ce fragment illustre ce principe énoncé par Claudel dans Du Sens figuré de l’Ecriture :

L’Ancien Testament est incompréhensible sans le Nouveau, qui vient tout remplir, justifier et expliquer. Je ne suis pas venu, dit Notre-Seigneur, dissoudre, mais remplir. Pas un iota de la loi ne passera et pas un point sur l’i (Matth., 5, 18). Et, comme en réalité toute la lettre a passé, il faut bien admettre, si quelque chose subsiste, que ce quelque chose est le sens spirituel subjuguant et inhérent jusqu’aux moindres détails du texte premier12.

15Aussi le statut du Christ claudélien est-il spirituel, c’est-à-dire textuel. La venue du Christ est pensée en termes de textualité, sur le mode hyperbolique : « A chaque instant reviennent dans l’Evangile ces mots : ut adimpleantur Scriptura. » Ou la « transfiguration » est « la clarification, l’illumination d’un texte opaque. »13 Claudel avoue ainsi, implicitement, que l’événement christique est l’intertexte central qui donne la transparence au reste du texte biblique. Dans Un poète regarde la Croix, ou dans L’Epée et le miroir, de peu posté­rieur, on trouverait aisément des pages où s’accomplit cette textualisation du Christ en croix, une croix dont la géométrie dessine un centre où les quatre directions, la pluralité des espaces – et des textes –, viennent se croiser pour établir un point fixe et central, ordonnateur, signifiant :

Voici la page tournée qui éclaire tout, comme cette grande feuille illustrée sur le missel que connaissent les prêtres quand ils se préparent à lire le canon, car n’est-il pas dit qu’à la tête de tout le Livre il est écrit de Moi ? (Ps. XXXIX, 8) La voici, éclatante et peinte en rouge, la grande page qui sépare les deux Testaments !
(…)
il est écrit : Quand je serai élevé je tirerai tout à moi. Tout arrive à notre rencontre. Tout vient se mesurer à ce double diamètre d’un cercle invisible, qui discerne le droit et le gauche et le haut et le bas. Tout ce qui passe vient demander l’heure à ce gnomon surméridien. Tout ce qui est capable de signification vient lui demander ses raisons d’être14.

16L’extension du champ biblique intertextuel claudélien est donc considérable. Dans Du sens figuré de l’Ecriture, Claudel définit un premier ensemble composé des deux testaments, dont il ne sépare pas les interprétations qui ont pu en être données par les Pères de l’Eglise, par le dogme catholique et donc la théologie, et dans la liturgie catholique.

Ce champ comprend plusieurs zones de clarté : il y a les figures que Notre-Seigneur a pris la peine de nous expliquer Lui-même dans ses paraboles ; il y a les inter­prétations des apôtres et des Pères : il y a celles que l’Eglise a faites siennes en les incorporant dans sa doctrine et dans sa liturgie15.

17Claudel construit ainsi un ensemble intertextuel par méto­nymie, tout commentaire ou tout symbole intégré par l’Eglise ayant valeur d’autorité, c’est-à-dire étant marqué par la spiri­tualité de l’Esprit saint. A ce mouvement d’intégration n’échappe ni le réel ni la littérature même.

18Lorsque, dans la dernière citation faite du Livre de Tobie, Claudel rappelle que « l’Ecriture partout donne figure de la femme » à la « sagesse éternelle » ; il ajoute par une note :

Se rappeler la parabole de Rimbaud : L’Epoux infernal16.

19Dans le statut accordé à ce type d’intertexte, argumentatif, typographique, textuel (le poème d’Une saison en enfer devient parabole), le texte littéraire est identifié au texte biblique et appartient au champ intertextuel biblique. Voici un autre exemple de ce phénomène, qui sollicite encore Rimbaud, dont est interprétée, dans un sens aporétique catholique, une formule de Délires I :

Nous apprivoisons peu à peu notre âme à cette idée que nous ne sommes pas seuls, ou plutôt qu’il nous suffit d’être seuls pour jouir d’une certaine présence, de nous-mêmes et de quelqu’un hors de nous-mêmes. Nous ne sommes pas au monde, disait Rimbaud : maintenant nous y sommes ! Nous sommes vraiment là et notre Cause est vraiment là avec nous, c’est en vain que le courant essaierait de nous y arracher !17

20Quant au réel, Claudel lui donne, dans l’exégèse, statut de langage en se référant à la création et plus précisément à l’intertexte de la Genèse. Tout élément du réel, et tout référent d’un terme qui apparaît dans le texte biblique – que ce référent soit l’objet désigné ou un objet associé par métonymie – est ainsi inscrit dans une structure communicationnelle, qui va de l’énonciation par Dieu à la compréhension humaine, en passant par la constitution de la phrase grâce au lexique et à la grammaire : c’est pourquoi pour Claudel « tout est symbole dans la nature et tout est parabole dans l’événement »18. Dans les ouvrages où Claudel réfléchit sur le texte biblique, la métaphore linguistique est fréquente.

Le Verbe, pour communiquer avec nous, pour nous écrire cette longue lettre qu’est Son enseignement, pour que nous nous entendions avec Lui, a eu besoin d’un langage et premièrement d’un vocabulaire. Ce vocabu­laire n’est point fait de main d’homme, d’expressions fabriquées. Il n’est autre que la Création elle-même, cet inépuisable répertoire d’images significatives du Créateur qu’est la Création. (…) Tout le vocabulaire de l’Ecriture n’est fait que de termes concrets, que de mots tout prêts, dans l’appel qu’ils font à d’autres mots, à apprendre ce qu’ils veulent dire. Images de Dieu qui ne demandent qu’à consommer à ses pieds un sacrifice de significations.
Le monde n’est pas seulement un vocabulaire. C’est à lui que nous empruntons tous les éléments de notre grammaire. (…) La nature a trouvé le moyen de se faire entendre non plus seulement à notre oreille, mais à notre intelligence. Elle parle.
Elle ne parle pas toute seule comme une folle. Elle parle de quelqu’un et elle parle à quelqu’un19.

21Même s’il se réfère à un modèle oral – Dieu parle –, Claudel pense le réel sur le modèle de l’écriture – et ce, dès son Art poétique rédigé de 1900 à 1904. Dieu nous écrit « cette longue lettre », d’un monde qui s’ordonne comme une phrase. L’écriture qui est première fait de tout objet un gramme au sens où l’entend Derrida : la préséance accordée à l’esprit sur la lettre transforme en gramme généralisé le réel, en inscrivant en lui le sens, que Claudel identifie à la différence essentielle ou la différence ontologique, et en creusant la différence entre l’être là du monde et son vouloir dire.

L’entretien : digression ou unité ?

22Le commentaire claudélien suit une démarche associa­tive, que les termes d’allusion, d’écho, d’association, de réfé­rence ou de latéralité, et la place faite à la figure, comparaison, métaphore, analogie, peuvent bien résumer20. L’établissement du sens passe par le sens de la liaison, des liens, ou encore des « connexions »21. Le Christ lui-même n’échappe pas à cette fonction de lien définie dans le contexte textuel : il est « point de suture » – et on sait, depuis S/Z de Roland Barthes ce que le texte doit au tissage –, ou encore, en terme d’écriture musi­cale, « intervalle ». La métaphorisation de la démarche met, elle aussi, l’accent sur ce qui est entre et qui remplit une fonction de liaison et de transformation, tel le feu qui « s’allume et s’entretient à tous les matériaux et réunit tout ce à quoi il se prend en une seule langue de flamme claire » et dont le modèle est donné par (l’intertexte de l’épisode évangé­lique de) la Pentecôte22. Il faut ainsi donner au préfixe entre sa pleine valeur : placer entre l’intertexte, c’est combler un vide, mais c’est faire s’entretenir, dialoguer ensemble, apporter l’un à l’autre sa différence, deux éléments textuels différents. A maintes reprises, Claudel fait de l’intelligence la faculté qui interprète le texte. L’intelligence demeure, pour Claudel, la faculté intervallaire qui suppose une pénétration des objets textuels pour en saisir le principe et pour, dans un second temps, les réunir. Elle est donc analytique, procédant par décomposition et recomposition : comprendre, c’est prendre ensemble des éléments disjoints pour les conjointer. Mais l’analyse ne porte pas sur le sens littéral : elle porte sur le sens spirituel, et implique donc que l’intelligence soit spirituelle, ou inspirée. Tel est bien le sens qu’il faut donner à la définition de l’intelligence donnée dans l’Art poétique :

"Inlelligere", inlire. "Lire", s’assimiler et le sens au sens. "Comprendre", saisir en même temps, réunir par la prise. Comme on dit que le feu prend, ou que le ciment prend, ou qu’un lac se prend en hiver, ou qu’une idée prend dans le public, c’est ainsi que les choses se comprennent et que nous les comprenons23.

23La notion d’interprétation résume la complexité de la fonction de l’interprète. L’interprète est à la fois le traducteur de la parole de divine, celui qui joue cette parole, et celui qui, intermédiaire, se prête au jeu. Il est donc à la fois actif, par son intelligence analytique, et passif, par son abandon au jeu. Dans Du sens figuré de l’Ecriture, Claudel fait un long excursus sur « Les langues et leur interprétation ». Celle-ci, définie en réfé­rence à des figures ou des prophètes bibliques, Zacharie, David ou Isaïe, ou à l’épisode de la Pentecôte, suppose l’inspi­ration, ou encore le « don des langues », la capacité à surmonter les « barrières » linguistiques, à parvenir, en passant outre les différences linguistiques des langues nationales, au sens24. Cette part d’irrationnel, ou encore d’anima complétant le raisonneur animus, fait de tout exégète un inspiré, dont l’intelligence est soumise à la foi et à l’amour :

Dieu est amour et la faculté en nous qui est propre à l’appréhender, ce n’est pas l’intelligence, elle ne fait que déblayer le chemin et établir les connexions, c’est l’amour25.

24L’intertexte conserve ainsi une fonction auctoriale et autori­taire forte qui minimise la part prise par l’exégète. Cette humilité devient en fait la garantie spirituelle qui cautionne la pertinence du commentaire. La pratique intertextuelle établit le sens vrai, parce que le champ intertextuel a pour origine l’esprit saint, et parce que l’interprète est soumis à l’esprit saint :

d’une manière générale ou peut dire que l’inspiration, jouant souvent le rôle d’une intervention, ou même d’une adjonction, transcendante dans notre ligne de vie moyenne, tient dans notre activité psychologique une place essentielle et indispensable26.

25La lecture par l’intertexte obéit donc à une progression de l’humain vers le spirituel, tant dans la signification que dans l’énonciation, d’une parcellisation, suivie de l’établisse­ment de connexions, à une totalisation, l’ensemble du mouvement étant pensé, dans J’aime la Bible, sur le modèle de l’arbre de vie, dont « la bouture insérée aux premières pages du Livre sacré a fructifié aux dernières » pour s’accom­plirtant danscroix com­plirtant danscroix com­plirtant danscroix com­plirtant danscroix com­plirtant danscroix ctbibliscr>27n24">241iotnot FvoulIl leuas lje, qu"Comai sa di Voici ses (lael défiici un exemple emprunti­tuthepée et tuellpour,il pas umbRue cen, jouosedane la

sa fructifie aux premc pour, dansdmple emprunti­tuthepée et umber">17Délires I :

Dieu ">1ae la rnie outernite totmbr pa">Diecle ir />iPire : cng="elqu’s-tle osessitant danscroix com­plirtant danscroix com­plirtant danscroix com­plirtant danscroix com­plirll" id="bodyfrll>2 href="#ftn1">23.

22I :

ber">16

2pan>culté on textelle inIl est temps,ls du Père sur le modang="frmposé de de Art poétique :

10.

17

nce. Elsencnventycholo celui qui jssi jure comm celuis à e catholiqugloba fr-fr"royale cette imque nge en set i la t tuejofois leancesTomdiLa métaphS à e Vi dgjabole deAcceim inter[…] signifle csule, >nce. Eml:langancHumansumeréeate eur stmétaphS à e Vi dgj,é, ligenceagtareplans eLtinIlomprM esgé­rt, que de texte st ainsions fet q/emle indinise. Commlen arerftermen tauaire0 ruroboliqest fréquente.

22L’inmaeitjettains un22on actività la le modang="frmpost de intern mond une tofois le tragst l’inomm , du sacrifun vocabdte en struit aic’esrtlique ber">1sber">22arbe de Rimbnnent daion,harie,arbe>la le modIirroestion dre0harie,M. P. Vuo je tiee la 2423Jusrtgenvoyest au» et, que dese prenales quae>la let lu citelenc à ­men lui le seng="le dinalycm>eitjett sion ,nmve àel que lim l’étaphorisation nexions, ri l’acvisle couintt>Unemsse viendu odansdmp’êtdmber">salim l’ualivridenti un la Bibmprunte leitjettm fac celen,">21saer">22Csne tofois le te partout donVi dgj,aoue esrtiroue le ePa ui le senenerit loBibCurtg sa propCurtg sasarbre denIl eou evarieaauclairenclani>22 unn de textdre n de tnguess’entrrâce au lls dutement de npas umbRue cen, jouosedane la , c’est preaces hdont it le dsecond tlissa Bible,atioem>ef. Touosedant le modèlelctrine et dans sa liturgie23.

saer">2213I :

Un pocte regar ui le senenroescoubr tgl ainsi,ntervextetBa cli lae holoe qui apatioe à l’anc à >’évén dprelouption, oCcli l-LysrprétIlgné ou la phys < et e etcli l,0construit ai suon textuellsire. La pratiqusns sentreti­nansi, iicationnel rapperéperieaormément de texte s disenligtnoé auxa compxs ou des proph disusimigglols unne tofois phys (le ePsaumne la , 68, 3e éle eOu Che la , 14, 6e éle eCurtg sa propCurtg sasarb2, 1e é et lDan3le eRoisarb7rb26)h disils fone tofois p cli l(r et eanarb8, 23e éle eC disEglisarb3, 2e éle esur lm>la Parrb26rb39de npas eanarb19rb30,intertexte de la rb2, 21, 9, 21, le ePsaumnsarb77rb65,le esur lm>la Parrb20,i22, le ePsaumnsarb80,i11, 44,i11, 1le eC rre.hglisarb10,i16, le ePsaumnsarb72rb26rbes veufuon textuellsim>hopu en et lDanil pas harie,arbpas Habacuca Par,ant peextelmarbe deEzechgllarbe dePsaumnsa)ux infernal2424Un pocte regar
Le monnterpui éclax
, ou dans L’Epée et ciemrLa t i le parce’énonccomll les tervdu Psac Mque,em>L’Epeund licativdler et lui le sessur Bibleage et pr, qui va de lc d’ poation de nrnie opour, danstuejofoisudirede diis à contextn t ut en pa centrede lisont découment tapho/erdtions, laionmontepertoe neloanc à textuali1">21el « t Créatt up< d sul eva Ae mssele baion diear métons au ste long». Cel temps,ls du Père sur leaïe, ou à lt up1le rôledans le commn que leademandBenjan ues (l, elljeorots ernnées paJosephcercle n t uv5, Cntexte temon, métcontJoseph L’intBenjan ue Roland Bael. La venuinte demeureet lt upla leelle aussi,licitement, que l point ft tays-el. Lacerclen monde r letonne, danseaussi,liciieninntervenule rôledans lans oumenje qui ap, ou cli l auxespaces l poiunne tofois l’anc à1">2sPar,ant peextelr textes )au sntretidans sa liques,"a l 2="#ftn20">2 porte suv24">2aumnoistyle,im­plirtantauou dre. (…) La entrgie, structuBibCurtgp> ran', Symsigni24">2aumnoistyit dvetm>arb s actiam –ede dinotecall"c PèrmdiLaindinile a la cu, pareitjett sion ,nmve àvouloilootnotole c double au c:len areptrabaspensablehopu en et lDanil pas harie,arbpas Habacuca Par,ant peextelma4/span> 4/s>4 ment dd>23armetertg nous les comprenonftn23">23 diuelen arum, classonfe ena ce quimber"mieu paœude claieetypdxtees insonf) La uv517, dpotes"> à cntje qres pirituelltnc19,u paœnig sa litur il y a celles q, Symsignsonfusw Roman' desff pratila3s="pul> touta C hopu en et lDanil pas harie,arbpas Habacuca Par,ant peextelma4le="font-fami4le>4Times New RomaTa Epée et rsonfusw Rvangéixa amily:' 2a tiee la e ePsauccumuheitmvemlsumest ainsi que les comprdà )au senu2,smnt, et pat dd>22Le commentaire claudé4s New Roman',4s >44 ntJoseph L’intBenjan ue tique rédigé de31900 à 1904.le>Enjevenusem>L’Epr-fr" dir="ltr" x», d’un monde qui s’ordonne comme une phrase. L’écriture qui est première fait de tout objet un gramme au sens où l’entend Derrida : la préséance accorsPar,ant peextelr textes )au sntretidans sa liques,"a l Onclyp dtes"> "> double est am en sapar le senlass="foonce t double heintses I : vh1> la lpour, da – em div classarla lns notre urtgass="texlemandBenjan ues,em>Ivole n t sfige etrpable mest ainsr">DI : vh1> pa Voiur nousrn22 s="fopar le ble est amse="fte est ses comprenonftn23 la lc Bible r l.ant plient surre. Lt l trammela3s=",tatioid="boelib2145 cre. La praommnC’e>lanterprede diis t à ccumu ust à gèsumetrar" dir="lianal Pèrel pa VxAcceiem>I : vh1> pl, orclass=de enm>, Cntexte temon, métcontJoseph L’intBenjan ue Roland Bael. La venuinte demeureet lt up diuelen arum, onne, dansl tgenvfr" dilang="fr-flyp del sur le amil pmbrm>J’aime l ="#ntbRux> Gir="rd Geétli Pelhmps="tel rappera frp-lsaime , Parrbnte dlyssiquer LuiiJoyce les > ptgenvfr" onne, dafoniqui caut 23 éntextepar lasl srese1, le ePsurtgp>/em>m re den1> paRoman',hecrifr u 27n24">2arieal, ordonnanpe: dig" la Dans Un poct ser6, le clai(lene modang="fsraparb3 nss="foordLs tervudimpss="outaaïaran otes"l class="siervudimpss= demSlai–em l’ualivridenti un la Bibmprunte leitjettm fac celen,">212525li>31href="#ftn17">17

Etréheinterteele oit spitolet pas s-tle ass="siapcaisablgs ce qvoysum, aaces hd"textan interce ast a/spahyatépuisaan', Sguse a>corifu2147
  • d’une manière générale ou peut dire que l’inspiration, joussi,liciieninntervenule rôledans lans oumenje qui ap, ou cli l auxespaces l poiunne tofois l’anc à1">2sPar,ant peextelr textes )au sntretidans sa liques,"a l sem>tant dasimul 9rb30 SH-mibe npae-. Lt l22Le commentaire claudé4be deEzechgll4be>4rbe dePsaumnstgenvfr" piritc ly:' Ta ti26

    /em>nttextee deuC>/eciclass="cH-mtesirerprétem et fmily:' Times New Ro,ter qur qpndBenjanri phcercle n ="c mate" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">22Le commentaire claudé4Epeund li4>4on et?, d, nu2,smnte ction– ent22ou1sber">22,o IInneurent dd>22Le commentaire claudé5/li> 5/l>5 17

    Ueu2,smnprcri’an cel Zacharie, aub3, ,gl"> e/ep> clas ossr"iori7n24">2aexpleTertexPrccomem l’ualivridenti un la Bibmprunte leitjettm fac celen,">21 5I>51

    27n24">2arieal0,im­plirtant clasfige eta">, Cntexte temon, métconCréatn dgjsnt d pages os le sco. rvment sa parole de D Moïe cen,sancequi t un41spae dees I : vh1> qua nnexill uratass="foogieter qranu en rgst 9rb30par une cette ple plomaqui ne dee modanget> e diuelen arum, class=",ls duem>ltuell">1iotnot FvoulIl leuas lje, qu"Comai sa di Voici ses (lael défiici un exemple emprunti­tuthepée et tuellpour,il pas umbRue cen, jouf3ll>31href="#ftn17">17

    retenji­tuAnci rsrfer qranue un is 23:' Tiœs l 21 5/s>5 " Lcettgess, t la piritagé n," sr qu’span>en danst sel sathepe1, 9" lass=nts.sru’spus ypouixtdemtuthepil ura dans ae>l ur" pan>. est on cent mour elass="t dd>eest on" ld rm prêtll, acoffs (latretidroie brif;">

    d’une manière générale ou peut dire que l’inspiration, josPar,ant peextelr textes )au sntretidans sa liques,"a l eLtinSbsont ags="tex> diuelen arum, onne,nss="tels dumoyfrlmeu

    I : e/em>rtg nous lhspan>ne s aclent dou à l30par uneI : vh1> airepresire ctiondona26al demtuthen"paranAt Tible ass="nutlle ne nis sEmmaee modan les serible tratise>2aexirituelle Mque,flentrnt222125li>3ta>37="ef= id="body, Symbntne s aclaee modan­plfacAtlass s"textays niAnori/a>auxp> diuelen (on,aion,haccumll" idorétie oiempleserible modIirroesne structuneil y a 1el «çadver lds="cr e/em>rtg nous lanis t>is yp agee diir="elen arum, igné oum>, Cntexte temon, métcontJoseph L’intBenjan ue Roland Bael. La venuinte demeureet lt up2sPar,ant peextelr textes )au sntretidans sa liques,"a l LliPorcs fet qissa Bétie >I : < cstber";">, dont’entrrâc(uctuGoieonoufrp-iodIid !rb26) pllad>22un"foritmauxlang="fr-fr"e>cori sdes l)diLaindatiqssr" sr qu’ bl un"for-frethoif;"> sde et son (regipan>abaspetaust bien tueno .uotant pllayer le che,>e/emCetauon actività la le modang="otuey ahtJosenuintr">uotan dir="lau rDieuiir="l"f(…tauon acticonne
    e ion en otes"l c rlycm>eitjexte temon, mf="#ftn1mprunte leitjettm fac celen,">21 lor uoleled Times Nexte temon, m/span>iir="lctunalyl,es"Piti un serif;"s="texle e>iir="lgné ou ,ibliscrigsat dd>len>eest ) plpour men luire h ip dgjl pr’t dd>imlsim>hopu ( cla10)Lt lltus ieaauiscum l ="#-fami"ftefed temes en( cla12)ox clplir"forer lds="Iliean c l’rri, Syu dEprd

    e stntion, d’aite e momi agee d tes"l viredeli>hopu.n( cla22mprunte leitjettm fac celen,">21la leleu.tement ddir="er lexe>I : < cortete lon en oteonourmterte>24, dpu es rsuu, ieuiir="l"f(id !rbtuelle Mque,fl=cm,e strG ce qhatioslsis ylle, mais ouinttiqut l, o>3ta>37="ef= id="body, , fu Tihgenvfr" pirrrenexe>eitjlssa Bétie a Pluentsu’éainsr"l ura dre sabosaœur" pis, i qui, o>3ta>osaseph bi en (ontalisatid genvfr" heplivri dretuel sapume[se]fr-fr"n', Sym mate, font-familyie XXss="texte>24 la sdes lnoistyle,imtier="lonuvvextll" id La pugeemuca lds="cr d’upnce>23rtg dretoiemplegazter/ion ,nme salasl n"fosaœup ou nimsauritm (6)al deec deelasl dpotes"> Cntexte temon, métcontJoresire étidiuelen arnt ddir="26 Ateenelsjsc id="e en (onts25lal ufr" dacla/span>J’ l ="#spass="nsaclauosedant leion ,nmve lssa Bétie Octobrisation ">24 Cotnotec3ta2124< 23ent taphoa Bétiae des ?niqueibou eL t,">1le rjxlain unflmessas lae>24p ’évén de Sael avoue ainsi,ifféessume u à pag’il seessume u ="bodyf3ll seessume u =

    retenji­tuAnci rsrfer Qacre. Lan,io21

    is yllaretrar, ril paRoman',hecri"mieu paeCel temps,rb26rb39ass="texte" l’ si émpe lhrprè isenl meu

    ts lspfois ". Tt désignc3tal',hecri"terprede upEnjevenusem4L’Epr-fr" d4p clpaRoman',hecrifrulto- gramme au sens où l’entend Derrida : la préséance accorsPar,ant peextelr textes )auledans lans oumenje qui ap, ou cli l auxespaces l poiunne tofois l’anc à1">2sPar,ant peextelr textes )au sntretidans sa liques,"a l LliPorcivagles I : vhus <) La uv roesenl, serif;">25li>3ta>37="ef= eue I, 27)dpan class/h1un t estdiv> enti un la Bibsnce nalycm>eitjlssParrbntealisairgn textutant acntrref="ervudimpss=rist lu CtRom Dss aqui2, familyi" dir=lang) La satio ng».nurtgamve àlanDa foiet srgiies"te dumE torte suv qrisen so­ciiriousdenotes"> ti un la Bmprunte leitjettm fac celen,">2121e h ip le moda221le rsmi5p niA lasmn,>3ta>3lsumesuongpnégole eT diuf(cu layily:tnte bifr">yile>24seinaile modanpiianal d h ip le/gpaJoser" xml:lang="fr-fr">22Le commentaire claudé4be deEzechgll4be>4rbe dePsau559mmnC’e> airion, dtance )au senu2,smnt, e acntrrede et s textdre ltr"mL’y La ­rtJosul’t quiilve >>Iarsisr qa buslait l22Le commentaire claudé4be deEzechgll4be>4rbe dePsau6ua Ae mssInne6ua>60mmnC’e>9de npasoiet aeiv’Anciemani>2 e LliPorc Un pocte regar
    y La ­elirtmbleïm nblergpaJosephtIlgse a3tephtIlgse,smnsnpci21Un ptge en serist lu Clas,renLt l216ss="num"> as:p e="ltrnener"id="bodqennmme" dir= at l21eitjettr"fr-fà cdespan cee">e sef/eteitjr letonne, dansl en êoCue cooe cearb72rb26rbes veu textuellsim> ">24< 21aque cnfusw Romr"ef="#frjlssParrbnte iation, ng="fr disde latÙmprenellsim nousrpe eTificeq>1sber">/et21/et 1sbersD="ment New Crtext et cieuies. cesecorsvahile modephtIltl,>tevidptge en lasnai s aclact mo s textdreœ38="ef="#f (XII, 25)ode hypeQconfonvmmunis teclarDquile du ,re génellequ’ère,gei il se prelou âmet? auxle commnmve àertextetreuansume lac leuala comprMque,c sens p4’évén de Sael avoue ainsi,ifféessume u à pag’il seessume u ="bodyf3ll seessume u =

    retenji­tuAnci rsrfer Carmll" fr-f sa a les cs tromp e ly:' yllab n"fouïan,lu dEprjn" ldrdecu IS2aboluh lrd < Lan,nIS2aboluhba le rôls) lenve>2agreblimandue #f (!er le Itg sa l>IS2aboluh secoSeclass=ebliLuies. ceyily:tance n, (!eItg sa l>IS2aboluh secop> 2cra gniSt son nim rebliLuies. certai,io/gnetiLuies. certai,25lter q ="ltree à ccbmprunte leitjettm fac celen,">21

    d’une manière générale ou peut dire que l’inspiration, joussi,liciieninntervenule rô sntretidans sa liques,"a l LliPorc>3ta22,rest ) plLu ae-. Lt lliqueJo5lterLu gserem(ontalr le/spanrètput clenusde lc dext uel sam="lau r21Un p"fr-fà cdee, ou à lqusnsber";aclspa luir" dilang="i que leorosshrx2crn lunonfiur #frnfusw Romrsts.srbrdr s ncoanr dextiun cen

    double enailelasntedusdenotes"> uhoa Béti seri eutilai,aianridi"lenciemes r inqea iparass="flyrntJoseph L’intBenjan ue Roland Bael. La venuinte demeureet lt up LliPorc diuelenSixtdreœ38="ef="#f , fr-fà cdee,, mais "ef="#f fr-flyp del esTo veiuL="ment Newdiv> double eaxi;"edusi,sae à ccbcfinie diD paRoman',hecrir es anitJon vocanguldansc,m hd, d’aitlissa Biblefrultae"iblaitlissaeJue lvtan ,otec3ll" tassogies"te duma22 e/em>rtg te hinqeiuL=" clencausdclasfigeutilai plepelen seriblment Ner s n dfsé ausdid2,res Un pml:langd="body,mprunte leitjettm fac celen,">21 LliPorcJosephvDtony,rea t3l>3 href="#ftn19 mais ouie’eph bi i,smétcont4seilileétony,re, ucle. (ebie le sefsl, o>3ta>3lsumess t :' Times New Romr noussue qui apisonou à lqluir" dilang="saeesfr Cntexte temon, acntrrede et div classa ePsaumà gèsumetrs, jplsum> e bi i,erif;">onou àseribluel cralas[t] 2yee la ov claslterLu dt"Gni>hopu en et lDanil pas harie,arbpas Habacuca Par,ant peextelma4le="font-fami4le>4Times New 669l’inomm , >3ta tcfinie inqeae0 ipa,sl tgenvfr" dilang=sableDarbpas Habacuca Par,ant peextelma4le="font-fami4le>4Times New 7ua Ae mssInne7ua>70 ntJoseph L’intBenjan ue tique rédigé de31900 génellequ’ère,gei il se prelou âmet? auxle commnmve àertextetreuansume lac leuala comprMque,c sens p4’évén de Sael avoue ainsi,ifféessume u à pag’il seessume u ="bodyf3ll seessume u =

    retenji­tuAnci rsrfer C nousnl:langnCrtext ndBenjan n,aioei sr q donble[=ridentinlivti] >38="ef="#ftn2ns ai"iblaitlissanailiAnotae"pliusw Romrts=sils yp agetae"pliltr"fr-ecn arie,22Le commentaire claudé5/li> 5/l>5 <7ul> 7ul>7

    1iotnot FvoulIl leuas lje, qu"Comai sa di Voici ses (lael défiici un exemple emprunti­tuthepée et tuellpour,il pas umbRue cen, jouf3ll>31href="#ftn17">17

    retenji­tuAnci rsrfer Ln" xtuiredeur i,aenaile odan le22Le commentaire claudé5/li> 5/l>5 <7 " Lcettg7 ">72

    3visumulal>3v3ta>3lsuo>1iotnot FvoulIl leuas lje, qu"Comai sa di Voici ses (lael défiici un exemple emprunti­tuthepée et tuellpour,il pas umbRue cen, jouf3ll>31href="#ftn17">173lsumessdes ?niqdreœan lespratillotnoti in/efirger spagéetbraible noti iobsttr" e,nssrntisteble noti iun la teir="ltselmesuoesv class="ts 4Times New 7omae em défi7om>73

    genvfr" , i l ceo"nsaclai26l "ycm>eit?clioe>24text ment Newet cieuies. c,s">24< 21e slansertq doa (r/emmon dh snpubuenti un la Bib fr-flyp , 171sbe Michnl Btuejouh lnem Preitjlto- sri1iotnot FvoulIl leuas lje, qu"Comai sa di Voici ses (lael défiici un exemple emprunti­tuthepée et tuellpour,il pas umbRue cen, jouf3ll>31href="#ftn17">17arbpas Habacuca Par,ant peextelma4le="font-fami4le>4Times New 7ul> 7ul>74f;">a4le=go-topl> f(cle-308">H/ut>,etg(onf;">teriici ses (lael défiteriicle empruntiire0">Norrbnt clasash2ci ses (lael défia4le="font-fadeoancden 4Tim 1" > es New 1">  qui ne demcoe clenEmmaü

  • a4le="font-fadeoancden 4Tim 2" > es New 2">2 va  O. C.de lc 21e clenJ’ld cli>mon ?niq’tragie, fr">a4le="font-fadeoancden 4Tim 3" > es New om>3 va  Œ eueclemroœaindatiqssrAt unete lemucsaindatiM1el «,pe n?n,lGi4l murd, Pléiad2,r1965agp. 511sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 4" > es New ul>4 va  O. C.de lc 21e clenLngamcH-tec3Job">1sb’38="efrexu uiieal, ordon’Ish ble au i mon ?niIsh blist lu Ct a/spahyataindatiqssrOjsc id va  C.,e au 27agpp. 194-195sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 5" > es New >5 va  Da foiet srgiies"te ’a taindatii mon a4le="font-fadeoancden 4Tim 6" > es New t>6 va  O. C.de lc 21e clenJ’ld cli>a4le="font-fadeoancden 4Tim 7" > es New 7l>7  Sint ’ s-qui ap’/hepTeents Eta Bib Gilsi apclenLngf="#ftmeaindatie n?n,lVrtnml1989spp. 315-316d=phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 8" > es New 8">8 va  letonne, dansl en êoCue cooe c,pe n?n,lGi4l murd, 1935agp. 16-17.phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 9" > es New 9">9 va  LueA pirituuc o sefaindatiqssr" samcH-tec3ll" ee n?n,lGi4l murd, 1937agp. 60seV/lanDsfjsc iagp. 40.phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 10" > es New 10"> 0 va  Dsfjsc idagp. 28-29d’ulytIlqui nVu4l dem, e>1sbersDpr>ltueclab3,vce /gnetra a4le="font-fadeoancden 4Tim 11" > es New 11"> 1 va  LueA pirituuc o sefaindatiqssr" samcH-tec3ll" ep. 57iuphtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 12" > es New 12">12 va  Dsfjsc idagp. 89seV/

    mon ?niq’tragie, fr">a4le="font-fadeoancden 4Tim 13" > es New 13">13 va  Dsfjsc idagp. 90 e.a4le="font-fadeoancden 4Tim 14" > es New 14">14 va  L’td u 1sberd < ’ m sris aclser" fr"on, dca>1,T diuelen sDa4le="font-fadeoancden 4Tim 15" > es New 15">15 va  Dsf.

  • a4le="font-fadeoancden 4Tim 16" > es New 16">16  V/Rimbdem, //emŒ euaindatiqssrUnvr" irreneeneefdclasfigelanDn lauaindaonJilan lu Clafo airL’a poen iefdcnace quelqe n?n,lGi/spa ,r1960agp. 223d=phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 17" > es New 17">17 va  O. C.d23aindatiqssrS2aboluh,rir="enez-i,n', ridclasfigem. 19./Rimbdem="efrexa lds="crf airvif (!eL pv. Nola nolrrmse clasluellsim>sauand le sop. ="n.,e au p. 224)phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 18" > es New 18">18 va  O. C.d21aindatiqssrJ’ld cli>a4le="font-fadeoancden 4Tim 19" > es New 19">19 va  O. C.d21aindatiqssrJ’ld cli>-onnm"edusC pirie n =. 61sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 20" > es New 20">20  J miaiaumns21eilyinn’lyp del e Mque,fl ab3,nf udxf de lj yp m

    1sberaxi;"a4le="font-fadeoancden 4Tim 21" > es New 21">21 va  Dsfjsc iagp. 69sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 22" > es New 22">22  V/r letonne, dansl en êoCue cooe cgem. 180. Sint ’ srvall2côtea4le="font-fadeoancden 4Tim 23" > es New 23">23 va  Asen so­ciirjsc iagEd. pirGust bien tuey alqe n?n,lGi4l murd, co aé oosneml1984gem. 102. phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 24" > es New 24">24 va  Dsfjsc iagp. 96d=phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 25" > es New 25">25 va  Dsfjsc iagp. 69sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 26" > es New 26">26 va  O. C.d21aindatiqssrJ’ld cli>a4le="font-fadeoancden 4Tim 27" > es New 27">27 va  O. C.d21

  • a4le="font-fadeoancden 4Tim 28" > es New 28">28 va  LueA pirituuc o sefaindatip. 49sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 29" > es New 29">29  Cen luis ttr">uoceelasl e ,a ta.Uninsoupep douh r’lxtirp eTd=" botmes e en t(,imyfs, o>,a ta.1sbe l J’r’ruelte bis cs botmesdau r’lm saboa .Uninsoupepsauanphtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 30" > es New 30">30  Re
  • e dimpss=iveteu2,sm rôls) Exodr">a4le="font-fadeoancden 4Tim 31" > es New 31">31  Re
    eis cls) Thrènuaindao clenL emuct lasfige3ag27.lds="Ililyp b"lenciem ’eon ,nmet sria>Uninj="g de atje Tomasuanphtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 32" > es New 32">32  V/r O. C.d20aindatiqssr"’td u a4le="font-fadeoancden 4Tim 33" > es New oom>33 va  Théâou ,aindaoe n?n,lGi4l murd, Pléiad2,r1967uot. 2spp. 1402.phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 34" > es New 34">34  V/di Vo"on, dais 6phtIlgsei I ët2a4le="font-fadeoancden 4Tim 35" > es New 35">35  V/r O. C.d21aindatiqssrloilootnotole c double au, Aux e/em>rtslle, mpu ordagp. 65-167styir="liblass=edeeas 1sb’38=tillules f/rmisu T mbov/livrideblimavridees mboin ?nimboin et1R doublsauandphtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 36" > es New 36">36  Embrm>J’ rdo–ns. cetrar 2y’bceieaqmpe lhrprè leu.temene tra lor inj’a ainsr"l diir="elenulto a4le="font-fadeoancden 4Tim 37" > es New 37">37 va  letonne, dansl en êoCue cooe c,pp. 11-15sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 38" > es New 38">38 va  letonne, dansl en êoCue cooe c,pp. 7sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 39" > es New 39">39 va  Gens="flasfigeXLsVpr2sp5.phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 40" > es New 40">40 va  LI ët2a4le="font-fadeoancden 4Tim 41" > es New 41">41 va  O. C.d21aindatiqssrloilootnotole c double au, Aux e/em>rtslle, mpu ordagp. 165sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 42" > es New 42">42  Sint s oufsrooftn19v/lanIberodan>mon ?niq’tragip, fr">a4le="font-fadeoancden 4Tim 43" > es New 43">43 va  Dsfjsc ispp. 74sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 44" > es New u4orc4ua va  Dsfjsc ispp. 75seV/p. 62-63a lds="Rce àse esToe ndBenjansToe del. va Nola voyov cificeqdn ,nmve lircultnce quelqv la d < ’apô . M cnacultncapison’lyp nsr"l’a t3 aeegp> phote le se r , etrativtu pe lhrprsmnpu’rueê ve ’a t,1sbersDdous a4le="font-fadeoancden 4Tim 45" > es New 45"rciva  J mme a4le="font-fadeoancden 4Tim 46" > es New 46"rc  Sinteemtuthe l’/l inqea iparlspadominitJonM.I ët2a4le="font-fadeoancden 4Tim 47" > es New 47"rc>a4le="font-fadeoancden 4Tim 48" > es New 48"rc di va  LIamcH-tec3ll" einailyiLueA pirituuc o sefaindatipp. 64ar65ag66d=phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 49" > es New 49"rcJos va  LIamcH-tec3ll" einailyiLueA pirituuc o sefaindatip. 56. M ent taphomimodratie "’HsmnsiH-tec3ll" b S eilrie,a4le="font-fadeoancden 4Tim 50" > es New 50"s5l e va  O. C.d21aindatip. 294-295sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 51" > es New 51"s51 e va  O. C.d21aindatiqssrJ’ld cli>a4le="font-fadeoancden 4Tim 52" > es New 52"s5 ag va  Théâou ,aindaoe n?n,lGi4l murd, Pléiad2,r1967uot. 1.gp. 65sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 53" > es New 53">53  Sinteemtuthe l’/Pasmi5e Ayexandr22a4le="font-fadeoancden 4Tim 54" > es New 54">54  Sinteemtuthe l’/ va elaepres aclspa ’Est
  • a4le="font-fadeoancden 4Tim 55" > es New >5iva  "e chiclea ist lu Ct dir="ldf onne d="e preme eTniq 3lgodansauandŒ modean le so­ciirjsc iage n?n,lGi4l murd, Pléiad2,r1967uop. 58)phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 56" > es New 56">5  Fe pu;"tralas<­plirds="C’lyp oanns, à i iir"onne cralasa4le="font-fadeoancden 4Tim 57" > es New 57">57  Ainspissanlerr mlyp-ilrnoistyle,"edpa i " st(//emEccleusias,ciirjsc iagXXsVpr27) >J’mshrx2dbe dnsr"l’a t3llsuipater ’ sromanimes New RomNola lvov c>yil

    a4le="font-fadeoancden 4Tim 58" > es New Rns>5la4le="font-fadeoancden 4Tim 59" > es New 559mmnCva  Dsfjsc isppp. 40-41é ouhj ’llu2,smnpu lns no,p’/hp. 39-42.phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 60" > es New 6ua>60mmnCva  O. C.d21aindatiqssrJ’ld cli>a4le="font-fadeoancden 4Tim 61" > es New 6ul>6typdva  O. C.d21aindatiqssrJ’ld cli>a4le="font-fadeoancden 4Tim 62" > es New 6 ">6ss="nuva  O. C.d21aindatiqssrloilootnotole c double au, p. 224sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 63" > es New 6om>63s="nuea  Asen so­ciirjsc iag=. 61sephtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 64" > es New 6ul>64f;">a4le="font-fadeoancden 4Tim 65" > es New 6 >6ommnCva  Op. ="n.ooe c,pp. 9.phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 66" > es New t>66an clva  O. C.d23aindatiqssrEmmaü

  • a4le="font-fadeoancden 4Tim 67" > es New 6 >6e eC dva  Sint a nsber";aclspadext einie P a4le="font-fadeoancden 4Tim 68" > es New 6ns>6lva  Dsfjsc ispp. 31,p’/h. 101-102. phtn dgjsnt d pages oée les dif a"font-faes Nma4le="font-fadeoancden 4Tim 69" > es New 669l’ V/r "’td u a4le="font-fadeoancden 4Tim 70" > es New 7ua>70  V/r "’td u a4le="font-fadeoancden 4Tim 71" > es New 7ul>7 ea  L’td u a4le="font-fadeoancden 4Tim 72" > es New 7 ">72 ea  L’td u a4le="font-fadeoancden 4Tim 73" > es New 7om>73 ea  L’td u a4le="font-fadeoancden 4Tim 74" > es New 7ul>74f;">a4le=go-topl> f(cle-308">H/ut>,etg(onf;">a4le= d>teriici ses (lael défiteriicle empruntiire0"> ouhj="nsnteet f(clent clasash2ci ses (lael défi

    Re eis i ses (lael défi

    Ayexandr2nt clasass, ing ouue L'n double est lu 'lphtIlgsesf qui nonne  , à va Cahince terNruelto">21ejsc i [Eit?gne],l13 | 2006prm21e/308ass=a4le=go-topl> f(cle-308">H/ut>,etg(onf;">a4le= d>teriici ses (lael défiteriicle empruntiire0">Autluhba clasash2ci ses (lael défi

    Ayexandr2nt clasas">i ses (lael défiUassenuogies"teTfilouse-"e Miboilass=a4le=go-topl> f(cle-308">H/ut>,etg(onf;">a4le= d>teriici ses (lael défiteriicle empruntiire0">Deo"nsis ceautluhba clasash2ci ses (lael défi< plele empxmlns:dct http://purl.org/dc/ous s/" ="lp> dyidct:title" Cahince terNruelto">21ei se Analylarageth snpe nruelt26ebnt claseycm>misrr mdislerétona4le=go-topl> f(cle-308">H/ut>,etg(onf;">a4le=goCfr-fats 227" title="133| 2006 mNolvant spir="ochles < ' sroman',hecri">Son nuble acle empruntisepaeltotu>"-/ba clasaa4le=goPrev 371" title="Avae"-seoibl">Docol, "-/ba clasaa4le=goNre0" 312" title="Lles s pte,fes < Docol, " gjsnt d pa

    a4le=hiddJo">Navigephash1>" gjsnt d pa" " gjsnt d pafi

    Indexash2c" " gjsnt d pafi
      pafigjsnt d pages remplAutluhsf;">G s le se r f;">Ch ino">21 r f;">" " gjsnt d pafi

      Numlso/ala sions i>3lgodaash2c" " gjsnt d pafi
        a4le=issuesu>" " figjsnt d pages remplle emprunti­tu t sNumlso sp-famal"-/31 bis | 2017ba clasa plele empruntiiitle" Erbantt uns-fami,ns-famil/gpaJoser"au dau fr-fons gelean1 r f; clasas">le emprunti­tu t s31 | 2016ba clasa plele empruntiiitle" Slsuafogiesnruelt26ed’jhrx2ycmho­ciir e.<"ef=nomi, f le emprunti­tu t s30 | 2016ba clasa plele empruntiiitle" Stree.le emprunti­tu t s29 | 2015ba clasa plele empruntiiitle" Stree.le emprunti­tu t s28 | 2015ba clasa plele empruntiiitle" Lens-familsam="ljettrcogancdfle emprunti­tu t s27 | 2014ba clasa plele empruntiiitle" Le3,vfur temonsl uns-famil srjetif: fr-inuogiesounsupture?le emprunti­tu t s26 | 2014ba clasa plele empruntiiitle" Nolvant spfrfr-i2, l c uns-fami. Au- r mds New oplerétonle emprunti­tu t s25 | 2013ba clasa plele empruntiiitle" Humouhjes modle emprunti­tu t s24 | 2013ba clasa plele empruntiiitle" Avae"-sl en e.le emprunti­tu t s23 | 2012ba clasa plele empruntiiitle" Lenu eanle emprunti­tu t s22 | 2012ba clasa plele empruntiiitle" Voix offnle emprunti­tu t s21 | 2011ba clasa plele empruntiiitle" R:norber"uc nruelt26pgies : l àpss=ivee nsle emprunti­tu t s20 | 2011ba clasa plele empruntiiitle" Voix offnle emprunti­tu t s19 | 2010ba clasa plele empruntiiitle" Imumus ­mibl"nsr, f(s plurshl le emprunti­tu t s18 | 2010ba clasa plele empruntiiitle" L cosis sE voccum> e le emprunti­tu t s17 | 2009ba clasa plele empruntiiitle" St co stancnle emprunti­tu t s16 | 2009ba clasa plele empruntiiitle" Imumus es ouami le emprunti­tu t s15 | 2008as clasa plele empruntiiitle" Ruami ees menr"uhsmnsri, f le emprunti­tu t s14 | 2008as clasa plele empruntiiitle" Proœid'iun >s : e pr ees sa’ le emprunti­tu t s13 | 2006ba clasa plele empruntiiitle" Nolvant spir="ochles < ' sroman',hecrile emprunti­tu t s12 | 2005ba clasa plele empruntiiitle" Ruami e.<"etse r nt clasas">le emprunti­tu t s11 | 2004ba clasa plele empruntiiitle" Fsrgiles < a e nis sE/srbi e/em>rtle emprunti­tu t s10.1 | 2001ba clasa plele empruntiiitle" L pvoix nruelt26ent clasas">lT la cus numlso/as">" " gjsnt d pafi

        P pafigjsnt d pages remplle empAnci rs " Puble temon br" , avclasem>Ine pt lah2c" " gjsnt d pafi
          pafigjsnt d pages remplle empAnci rs " Ms-qui c>ygalf 21e?g(on=ine pt "> oliciir ,etguble temonf;">" " gjsnt d pafi

          Synde temonlah2c" " gjsnt d pafi
            pafigjsnt d pages remplimg alt="RSS" src mumus/feed-i eight 1ul>/> l21e/backend?e pt =rssnumerbl">Fil br" numlso/as"> eight 1ul>/> l21e/backend?e pt =rss ocol, Fil br" ocol, " " gjsnt d pafi

            La clTis cente pt pafigjsnt d pages rempl" " gjsnt d pafi

            a4le=hiddJo">Affilit /ml:tenaauaih2c" " gjsnt d pafi
              pafigjsnt d pages rempl2o-DOAJ-sm/ll120.png" width 120" eight 26" /sas">2o-revan.png" width 9ul> eight 20" /sas">2o-revues-org.png" /sas">21e/?g(on=map"> lafl unl"nsas"> –nlle empAnci rs " Ms-qui c>ygalf  –nl –nl  –nl21e/?g(on=backend">Flrx2de synde temonlaa>ass=" gjsnt d pa –nl –nl21e/lo /"sAcce t p--atn d