Navigation – Plan du site
Genres, culture, économie

La prose d’idées espagnole et le paradigme de l’économie domestique ou l’économie dans la littérature (XVIe-XVIIe siècles)

Marie-Laure Acquier

Résumés

Cette étude tente d’approcher le sens et les enjeux de la présence du paradigme de l’économie domestique dans la prose d’idées espagnole, en particulier dans la littérature nobiliaire et « économique » du siècle d’or espagnol. Inclus dans le vaste champ de la philosophie morale dont l’histoire ramène aux sources antiques et médiévales, le gouvernement de la maison (sens étymologique du terme « économie ») peine à s’abstraire, dans les textes de cette « littératures d’idées », d’une chaîne conceptuelle analogique structurante qui la situe entre le gouvernement de la république (politique) et le gouvernement de soi (éthique). Or à l’âge classique, la littérature est traversée par des tensions paradoxales qui lui permettent de conserver son rôle de creuset de tous les savoirs mais en même temps la conduisent à favoriser l’autonomisation progressive -mais jamais linéaire- des différents champs de la connaissance. L’article présenté s’attache à faire la part entre les adaptations génériques inventées par la prose d’idées pour s’approprier ces savoirs, l’instrumentalisation dans les discours de l’inclusion de l’« économie » dans la philosophie morale à des fins de stratégies sociales (individuelles) ou catégorielles (collectives) et les glissements épistémologiques que cela suppose. En passant par les strates de l’analyse générique, socio-historique et épistémologique d’un Discours économique (1652) dû à Antonio López de Vega, ce travail tente de mettre en valeur la promotion d’une « économie moralisée », qui jette les bases d’une possible évolution de l’« économie domestique » dépassant la gestion et l’administration de la maison.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Biographie de l’auteur in Marie-Laure Acquier, Antonio López de Vega (1586 ?-1656 ?). Contribution (...)
  • 2  « Discurso económico, en forma de una Carta, escrita a un gran Señor, sobre una reforma que mandó (...)
  • 3  Madrid, Luis Sánchez, 1626, rééditions en 1652 et 1653 à Madrid par l’imprimerie royale.
  • 4  Sur les aspects éducatifs de l’œuvre de López de Vega : Jean-Michel Laspéras, « Manuales de educac (...)

1Le point de départ de cette étude tient à une série d’interrogations à propos d’un discours qui accompagne la réédition de la première œuvre en prose d’Antonio López de Vega, polygraphe d’origine portugaise et acteur reconnu de la scène littéraire dans le Madrid du premier XVIIe siècle1. Ce discours a pour titre : « Discours économique en forme de lettre, écrite à un grand Seigneur, sur la réforme qu’il a ordonnée en sa maison2 ». Il est inclus dans la deuxième édition du Sueño del perfecto Señor, Sueño político [Songe du parfait seigneur] datée de 1652 dont l’édition princeps est datée de 16263. Cette œuvre, qui relève du genre du songe didactique, propose dans un habillage fictionnel éprouvé, un manuel d’éducation à usage du gentilhomme courtisan4.

  • 5  Notion introduite dès 1974 dans une conférence à l’université de Rio de Janeiro, cfr « La naissanc (...)
  • 6  Certains de ces problèmes sont été abordés in Marie-Laure Acquier, « Enjeux et ressorts de la pros (...)

2Une première question s’impose : pourquoi un tel discours au contenu concret, polémique et historiquement marqué, fut-il placé à la fin de la réédition d’une œuvre au contenu didactique certes, mais cultivant le genre fictionnel du songe ? Un deuxième problème qui découle du premier concerne la légitimité dont peut jouir un prosateur et poète courtisan pour donner son avis sur la gestion de la maison de l’aristocrate qui lui accorde sa protection. En 1652, Antonio López de Vega était au service du duc d’Alburquerque, Francisco Fernández de la Cueva, promis à un bel avenir comme vice-roi de Nouvelle Espagne. Troisième question enfin qui porte le débat sur le terrain épistémologique : quel est le sens exact de l’adjectif « économique » dans le titre de ce discours alors que la science économique naît, grosso modo, à partir du XVIIIe siècle avec la prise en compte systématique des besoins de la population de manière statistique, et la volonté de contrôler les sujets dans leur vie et dans leur corps, ce que Michel Foucault appelle la biopolitique5 ? Nous nous proposons de répondre graduellement à ces questions en y apportant trois types de réponses. L’une proprement textuelle portera l’attention sur les problèmes génériques relevés dans l’œuvre afin de comprendre le sens de l’inclusion d’un texte d’une telle nature dans une œuvre d’allure morale6 ; la deuxième met en jeu des informations de type socio-historique et politique afin d’élucider le type de rapports qui lie le poète à son protecteur ; la dernière enfin, de type épistémologique, recourra à l’apport de l’histoire des idées, de l’histoire de la philosophie morale et politique et de l’analyse des discours afin de mettre en perspective la notion d’économie dans le texte de López de Vega, pour en apprécier la cohérence ou au contraire les discontinuités. C’est celle qui donnera lieu aux plus amples développements et permettra d’envisager la nature des liens qui se tissent entre littérature et savoir économique à l’âge classique.

L’architecture du Songe du parfait seigneur ou de l’« économie » de l’œuvre

  • 7  Michel Foucault, « La gouvernementalité », Dits et écrits. 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, t. I (...)
  • 8  À la demande d’un ami portugais, López de Vega commente trois sonnets que celui-ci lui a envoyés d (...)
  • 9  « Prose d’idées, prose de pensée, un bilan », introduction à Prose d’idées : formes et savoirs, nu (...)

3L’architecture de l’œuvre offerte par López de Vega s’organise autour de la trilogie éthique, économique, politique, mise en valeur par Michel Foucault7. Cette œuvre est constituée en effet d’un texte de fiction narrative d’allure didactique, le Songe du parfait seigneur, puis d’un appareil de textes variés non fictionnels : quatre discours et une lettre en forme de critique littéraire8 assortis d’une série conséquente de poèmes de circonstance et de poèmes d’amour. Fiction onirique, prose discursive, poésie, l’œuvre de López de Vega relève donc, par sa variété générique, sa diversité thématique et sa composante didactico-morale, de la prose d’idées telle que nous l’avons pu définir dans une autre étude9.

  • 10 EPS, p. 67, p. 71, p. 72.

4La thématique des quatre discours offre un grand intérêt pour notre propos pourvu qu’ils soient considérés dans leur ordre chronologique d’apparition dans l’œuvre. En premier lieu vient le discours économique déjà cité. Il contient l’avis de l’auteur sur la réforme projetée par le seigneur dédicataire de l’œuvre en sa maison. Au discours économique fait suite un discours politique qui est en fait la réponse à un débat de type universitaire ou académique sur la question de savoir si les rois sont ou non liés par les lois. López de Vega traite, dans ce texte, de la question du rex ab solutus legibus (du roi absolu), traditionnelle depuis les Specula du moyen âge et remise au goût du jour aux XVIe et XVIIe siècles par la littérature sur la raison d’Etat, ainsi que par la réévaluation du système de gouvernement de la monarchie à la suite de l’émergence de la figure « semi-officielle » du favori unique. López de Vega conclut, de façon très thomiste, que les rois sont liés par les lois et qu’il ne saurait en être autrement sous peine de tyrannie. Dans ce discours politique, López de Vega cite – autres ouvrages –les deux livres des Ethiques et de la Politique d’Aristote, les Œuvres morales de Plutarque, les Lettres à Lucilius de Sénèque et le De Regimine principum de Thomas d’Aquin10. En troisième lieu vient un discours moral sur le même mode polémique que le précédent, qui pose la question du mérite respectif de l’action par obligation et de l’action zélée. L’auteur y conclut contre son adversaire que l’action zélée est plus méritante, plus parfaite et donc plus vertueuse. Il s’agit donc d’établir une hiérarchie morale entre deux types d’action. Un discours amoureux sur la jalousie, tourment plus intolérable que la mort, conclut cette série. Le discours adressé à une dame de l’aristocratie aborde le sujet courtois de la déclaration d’amour. Ce dernier discours mis à part, les trois précédents développent l’intégralité de la trilogie déjà évoquée dans un ordre précis : économie, politique, morale.

  • 11  Un hommage rédigé pour les funérailles de Philippe III y côtoie un autre adressé à la défunte Isab (...)

5Á la toute fin de l’édition de 1652 de ce volume, le lecteur du XVIIe siècle trouvait une compilation imposante de poèmes de circonstance et de poèmes d’amour de formes métriques variées (sonnets, madrigaux, silves, chansons) dont un rédigé en italien. Certains avaient été commis pour des Académies et des joutes poétiques, dont on sait qu’elles constituaient le passage obligé pour un homme de lettres désireux d’accomplir son cursus honorum à la cour. Une lecture cursive des poèmes de circonstance permet de suivre la chronologie des événements de cour, et des événements politico-religieux de la première moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’une poésie de type politico-moral, peu inventive formellement, mais appartenant à une veine courante à l’époque11. Elle est une mise en vers de l’actualité courtisane sur le mode de l’éloge ou de l’élégie, genres courtisans par excellence. Elle fait suite à la série de discours, et entre en résonance avec eux. Le discours emprunte ses conventions au genre épistolaire – il est rédigé sous forme de lettre – et López de Vega dit l’avoir écrit en réaction à une réforme dont le contenu, contre l’avis du maître de maison, a été connu publiquement de façon récente. Son horizon d’attente sur le mode polémique le rend du coup partie prenante d’une actualité transcrite comme immédiate dans le texte.

  • 12  Les moralistes. Une apologie, Paris, Gallimard, 2008, p. 19.

6 D’un point de vue thématique, le texte de fiction narrative – et c’est là la cohérence remarquable du volume par-delà sa variété générique – traite des mêmes matières que les discours déjà évoqués. Au seuil de l’œuvre, l’expression qui tient lieu de sous-titre Songe politique cerne génériquement le songe mais lui impose l’appartenance à la sphère du politique, alors même que le titre principal (Songe du parfait seigneur) le faisait entrer de plein droit dans la veine de la littérature nobiliaire qui se développe en Espagne et en Europe à la même époque (Italie, France, Allemagne). Dans la fiction du songe, il est successivement question du gouvernement de l’âme (dans un développement qui propose davantage des règles d’action qu’une visée transcendante de l’action bonne), du gouvernement de la famille et des états seigneuriaux, puis de la façon dont le noble doit se comporter avec le prince, le favori, les nobles de statut égal et inférieur, les ministres et les roturiers. Le portrait se termine par l’inventaire parénétique des vices et des vertus propres au noble suivant la convention ancienne des Specula qui lui sert de modèle. On aboutit donc à la formulation d’un ethos attaché à un statut social. Sont stipulées les règles d’un agir noble qui repose sur la notion de distinction. Le Songe du parfait seigneur se présente donc comme un manuel de conduite, « un guide de vie » suivant l’expression reprise par Louis Van Delft12, structuré autour des trois modes de gouvernement, gouvernement de soi, gouvernement de la famille, gouvernement des états, seigneuriaux en l’occurrence. Se profile ainsi un ensemble textuel thématiquement très cohérent mais génériquement diversifié, architecturé autour de trois domaines, éthico-moral (problème de la félicité et de l’action), « économique », politique. Ces trois domaines sont représentés dans chaque section de l’œuvre, à des degrés divers, selon une hiérarchie signifiante, où l’on perçoit nettement des jeux d’inclusion et d’absorption témoignant des glissements épistémologiques que l’auteur opère à partir des trois matières constituées de la discipline de la philosophie morale.

La philosophie morale, permanence du paradigme. Éléments pour une étude diachronique

  • 13  B. Delgado Criado (coord.), Historia de la educación en España y América. La educación en la Españ (...)

7La trilogie de la philosophie morale constitue en effet un savoir unitaire à l’époque classique, enseigné comme tel dans les universités de la péninsule. Il fait partie des enseignements dispensés au sein des facultés des arts qui sont une sorte de propédeutique pour entrer ensuite dans les très prestigieuses facultés de théologie et de médecine. À l’université de Valence créée en 1502, le programme d’enseignement de la chaire de philosophie morale comprend les trois livres attribués à Aristote : Ethicorum, Politicorum et Œconomicorum13. López de Vega s’y réfère dans son discours politique.

8La trilogie de la philosophie morale a donc une longue histoire qui tire encore et toujours son origine des sources antiques, en particulier du savoir contenu pour l’essentiel dans La Politique et l’Ethique à Nicomaque d’Aristote ainsi que dans les Economiques et les Mémorables de Xénophon. Il ne saurait être question ici d’en retracer l’histoire intégrale, ce qui n’a d’ailleurs pas été fait réellement, mais de poser, à partir des apports de Michel Senellart et de Michel Foucault la question de la permanence de ce savoir comme savoir unitaire de référence à l’époque même où l’historiographie s’applique à discerner l’autonomisation des sphères respectives du politique, du moral et de l’économique. Cette permanence pose un certain nombre de problèmes épistémologiques, politiques, sociaux dont les pages qui suivent tentent d’ébaucher quelques grands traits.

  • 14  M. Senellart, Les Arts de gouverner. Du regimen medieval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, (...)

9Le moyen âge conserve le legs antique de la philosophie morale à travers la philosophie pratique de Boèce de Dacie (470-525) qui distingue les trois manières de « se conduire, de conduire la société domestique et de conduire la cité. Etienne Gilson et Georges de Lagarde ont trouvé des traces généalogiques de cette trilogie chez Cassiodore (480-570), Isidore de Séville et Hugues de Saint-Victor (Didascalicon, 1141). Dans leur sillage, Michel Senellart a consacré de longues pages au De Regimine Principum de Gilles de Rome, ce miroir au prince rédigé au XIIIe siècle pour l’instruction de Philippe le Bel, peu après celui de Thomas d’Aquin. Le traité de Gilles de Rome reprend et développe dans sa structure en trois livres les trois arts de gouverner : gouvernement de soi, éthique, gouvernement de la maison, économique, gouvernement des autres, politique. Les rééditions du traité de Gille de Rome jusqu’à la fin du XVIIe siècle14 illustrent la permanence de ce paradigme jusqu’à la période qui nous occupe et après. L’appropriation par la pensée thomiste du legs antique retient surtout de la gestion de la maison au sens large de l’oikos grec, la « potestas » qu’exerce le père sur la famille. L’esclave et la femme apparaissent dans la question 105 de la Ia IIae du traité De legibus de Thomas d’Aquin. Mais l’économique comme gestion de la maison n’entre pas en comparaison avec le gouvernement du prince chez Thomas d’Aquin qui cherche à faire du roi le représentant de Dieu sur terre et doit l’abstraire de toute comparaison humaine pour en faire un modèle parfait. Gilles de Rome, pour ce qui le concerne, développe l’intégralité du paradigme. Il pose en outre la question du mode de gouvernement plutôt que de ses formes, ainsi que celle de la conservation du gouvernement, thème sur lequel nous reviendrons et qui ouvre la voie à la pensée machiavélienne. Il résulte de cette trilogie des formes du gouvernement chez Gilles de Rome une gradation temporelle et pédagogique qui est reprise à l’époque qui nous concerne : le prince doit d’abord apprendre à se gouverner soi-même – suivant la logique socratique du « connais-toi toi-même » – avant de gouverner sa famille, et puis se consacrer ensuite, en pleine possession de son art de gouverner, au gouvernement des autres. La littérature politique du miroir au Prince médiéval débouchera sur celle de l’institution du Prince à l’époque moderne.

  • 15  Concepción Salinas Espinosa, « Las “Cuestiones de Filosofía Moral , de Alfonso Fernández de Madrig (...)
  • 16  Carlos Heutsch, « La morale du Prince Charles de Viana », Atalaya, n° 4, 1993, p. 101-102. Viana i (...)

10Au XVe siècle, s’instaure un débat pour déterminer laquelle des deux philosophies, naturelle ou morale, pouvait être considérée comme supérieure. L’œuvre d'Alfonso de Madrigal dit El Tostado intervient de façon majeure car, dans ses Cuestiones de filosofía moral, il prend parti en faveur de la suprématie de la philosophie morale sur la philosophie naturelle et prépare ainsi l’introduction de la philosophie morale d’Aristote dans les universités, à l’université de Salamanque en particulier où il a enseigné15. Pour l’Espagne, Carlos Heutsch a mis en évidence l’apport de l’infant navarrais, Carlos de Viana, pour la connaissance directe de l’œuvre d’Aristote. A la fin du XVe siècle, celui qui allait devenir le prince de Viana fit une traduction en castillan de la version latine établie par Leonardo Bruni des Ethiques d’Aristote (Bruni avait rendu publique sa traduction autour de 1429). Viana était le neveu du roi d’Aragon, Alphonse le Magnanime. Il était aussi l’héritier légitime du royaume de Navarre. Les manuscrits de sa traduction sont ainsi diffusés dans toute l’Europe (Londres, Madrid, Lisbonne) et l’un des nombreux fils naturels de Viana en commande une édition à Saragosse chez l’éditeur allemand Jorge Coci. Elle sera publiée en 1509. Le titre de cette édition affiche également l’intégralité du paradigme des arts de gouverner : « Don Carlos de Viana, La philosofía moral de Aristotel ; es asaber Ethicas, politicas y Economicas, en romançe ». Carlos Heutsch s’est intéressé à la traduction de l’Ethique dont Viana nous donne la première traduction castillane intégrale. Viana offre également le premier commentaire en castillan de l’Ethique, pensé et forgé dans cette langue16. Mais, à notre connaissance, aucune analyse n’a été faite sur la partie des Economiques ou des Politiques où l’on constate que Viana antépose les politiques aux économiques. L’analyse de l’intégralité de ce texte reste donc à faire.

11A la fin du XVIe siècle, Juan Costa, universitaire aragonais et chroniqueur de Philippe II pour le royaume d’Aragon produit une œuvre qui va rencontrer un grand succès : El gobierno del ciudadano (1975). Cet ouvrage connaîtra trois rééditions et sera traduit à l’étranger. Il s’applique à décrire le bon gouvernement des villes en reproduisant le même schéma aristotélicien éprouvé, suivant l’ordre croissant de l’objet. Les trois livres de son épais traité respectent scrupuleusement les trois arts de gouverner et manifestent la forte permanence de ce paradigme en Espagne jusqu’à la période moderne. Un demi-siècle plus tard, l’ensemble de textes qu’offre La Mothe le Vayer (1588-1672) au dauphin de France pour son instruction définit les différentes sciences auxquelles doit s’appliquer le prince. Parmi elles, la morale dont La Mothe Le Vayer donne la définition pour débuter sa partie sur l’« oeconomique du prince », en un paragraphe dont les termes sont parfaitement illustratifs de notre propos :

  • 17  F. La Mothe Le Vayer,Œuvres de La Mothe le Vayer, reproduction de la nouvelle édition de Desdre, M (...)

La Morale, qui est la science des Mœurs se divise en trois parties. Dans la première, qui se nomme Ethique ou Morale par excellence, & sur laquelle vôtre maieste s’est deja entretenuë, nous apprenons à nous gouverner nous-mêmes par les regles de la Raison. Il y a deux autres parties qui suivent naturellement celle-là, dont l’une est l’oeconomique, & l’autre la Politique.
Cet ordre est fort naturel, puisque c’est une chose du tout nécessaire qu’un homme sache se gouverner soi-même devant que de commander aux autres ; soit comme père de famille, ce qui est de l’Oeconomie : soit comme Souverain, Magistrat, ou Ministre d’Etat, ce qui regarde la Politique. Ainsi comme l’Œconomie doit marcher après la Morale, elle doit d’ailleurs précéder la Politique, dautant que les Maisons particulières & les Familles sont devant les Villes et les Polices. Aussi qu’on ne présume pas qu’une personne incapable de bien ordonner son domestique, doive reüssir dans le gouvernement public17.

  • 18  M. Senellart, Les Arts de gouverner, op. cit., p. 181.

12L’argument de l’ordre naturel et rationnel apparaissait déjà chez Gille de Rome au XIIIe siècle, lequel s’appuyait sur Aristote pour introduire cette méditation par degré de soi à autrui. Michel Senellart rappelle les termes aristotéliciens d’une telle logique en citant l’Ethique à Nicomaque IX, 12, selon lequel « tout ce que l’on fait pour autrui tire son origine de ce que l’on fait pour soi-même18 ». Michel Foucault se nourrit du texte de La Mothe Le Vayer dans sa réflexion sur « la gouvernementalité » pour expliquer cette « continuité ascendante » dont la trilogie de la philosophie morale est garante :

  • 19  M. Foucault, « La “gouvernementalité” », art. cit., p. 641.

Continuité ascendante, en ce sens que celui qui veut pouvoir gouverner l’Etat doit d’abord savoir se gouverner lui-même ; puis, à un autre niveau, gouverner sa famille, son bien, son domaine, et finalement, il arrivera à gouverner l’Etat19.

13L’argument foucaldien de la continuité ascendante reprend quasi exactement les termes de La Mothe Le Vayer lui-même. Nous le voyons, cette permanence du paradigme complet de la philosophie morale est tout à fait remarquable et durable dans le temps et repose sur l’affirmation d’un ordre naturel et rationnel qui assure la cohésion entre l’individu, la famille et l’état. Or, la tendance actuelle de l’historiographie est plutôt de chercher les éléments d’autonomisation des différentes sphères de la philosophie morale afin de dessiner les contours des nouvelles sciences auxquelles elle laisse place : science morale, science politique, science économique.

Ethique, économique, politique, passerelles et analogies : obstacles à l’autonomisation des savoirs dans la littérature ad hoc

  • 20  Caillé, Lazzeri, Senellart, Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique, Paris, Seuil (...)
  • 21  Ibid., pp. 268-281.
  • 22  Paris, Du Puys, 1576.
  • 23  On peut citer à titre d’exemple les œuvres de Diego Saavedra Fajardo.
  • 24  Christine Aguilar, « L’Institution du prince : leçons d’art de gouverner adressées à Baltasar Carl (...)

14Très schématiquement, il est de mise de considérer depuis les études pionnières de Jacob Buckhardt et de Hans Baron, que l’autonomisation du champ politique s’accomplit à partir de l’apport des grands penseurs italiens de l’humanisme civique florentin dont les figures majeures se nomment Lorenzo Valla ou Coluccio Salutati. Le processus de sécularisation progressive de la sphère politique s’accomplit particulièrement à partir de la critique par Valla de la donation de Constantin sur laquelle l’Eglise fondait la légitimité de ses prétentions temporelles20. La critique machiavélienne de la corruption et des excès de la curie romaine ainsi que de la religion chrétienne qui, contrairement à la religion romaine de la grandeur, prêche trop l’humilité et la soumission passive parachève le processus engagé21. Ce mouvement aboutit en France à la production de la théorie de la souveraineté par Jean Bodin dans Les Six livres de la république22. La réaction anti-machiavélienne qui se fait sentir partout en Europe et particulièrement en Espagne, où la littérature politique de la bonne raison d’Etat fustige la figure de Machiavel, en réalité n’oblitère pas l’influence du Florentin. Elle en digère plutôt les apports en théorisant un pragmatisme politico-moral adapté aux nouvelles conditions de la société de cour génératrice d’instabilité sociale par l’arbitraire de la faveur et en faisant face à l’émergence du système du favoritisme23. La littérature politique espagnole sur le bon gouvernement du prince met surtout l’accent sur la vertu pratique de la prudence en survalorisant l’expérience tirée de la lecture des historiens antiques et l’exemplarité des grandes figures de l’histoire afin de constituer un réservoir de connaissances pratiques et mobilisables pour le présent24.

  • 25  Carlos Heutsch, « El renacimiento del aristotelismo dentro del humanismo », Atalaya, n° 7, L’human (...)
  • 26  Sur le renouveau du stoïcisme à l’âge classique, Pierre-François Moreau (dir.), Le stoïcisme au XV (...)

15Pour ce qui concerne la constitution de l’éthique comme sphère de réflexion et de production textuelle autonome, les choses semblent provenir encore une fois d’Italie. Point n’est besoin de reprendre ce que Jacob Burckhardt ou Eugenio Garin ont contribué à faire connaître : ce formidable renouveau des philosophies antiques par le truchement des traductions des grands humanistes redonne un sens plein à la vie terrestre, à la valeur de l’homme et de son action dans le siècle. Après Platon, ou Boèce de Dacie, Pétrarque proclamera lui aussi la suprématie du savoir philosophique. Lorenzo Valla contribuera à affirmer la sérénité d’un bien mondain dont on peut jouir avec honnêteté. Cette revalorisation du monde accorde une place croissante à l’éthique et à la dimension individuelle que l’on retrouve pour une grande part chez Montaigne ou Charron. Mais le moi en mouvement du penseur des Essais assure le passage à l’âge baroque et fait perdre le sentiment humaniste de sérénité mondaine pour installer durablement l’intériorisation individuelle d’une conscience morale en opposition avec les apparences sociales. Cette évolution morale trouvera une sorte d’aboutissement dans la pensée du jésuite espagnol Baltasar Gracián, héritier lui aussi du prince de Viana et de Alfonso de Madrigal dit El Tostado25. Les néo-stoiciens Francisco de Quevedo et Antonio López de Vega, – entre autres auteurs – dont l’apport est mâtiné d’épicurisme, contribueront à ce renouveau des philosophies antiques qui est la marque de l’âge classique européen26.

16Qu’en est-il alors de l’économie dans cette trilogie dont on pourrait penser qu’elle tend à se disloquer au XVIe siècle sous la pression des forces d’autonomisation des différents champs ?

  • 27  Marjorie Grice-Hutchinson, El pensamiento económico en España. 1177-1740, Madrid, 1982 ; Gutiérrez (...)
  • 28  Jean Vilar, « Des Idées, des mots pour les “choses” : l’économie, savoir sans nom de l’Espagne cla (...)
  • 29  Bartolomé Clavero, Usura. Del uso económico de la religión en la historia, Madrid, Tecnos, 1985 et (...)
  • 30  M. Grice-Hutchinson, El Pensamiento económico en España. 1177-1740, op. cit., introduction.
  • 31  Jean Vilar, « Des Idées, des mots pour les “choses” », art. cit., p. 50.
  • 32  Ibid., p. 40.
  • 33  Marie-Laure Acquier, « Arbitrios y economía », chaptire VIII d’Anne Dubet et Gaetano Sabatini (dir (...)

17Les historiens de l’économie ont mis en évidence dans la pensée de l’école scolastique espagnole du XVIe siècle les prémisses de la pensée économique au sens moderne du terme27. Les textes de Martn de Azpilcueta sur les changes, ceux de Francisco de Vitoria sur le jus gentium, ou la production de Domingo de Soto sur les questions de « justitia et jure » c’est-à-dire, très schématiquement les questions de jurisprudence liées aux cas économiques, font partie de cette école28. Mais leur pensée de la chose marchande ou financière est toujours soumise à la dignité de la philosophie morale et surtout à la théologie29. Les docteurs de Salamanque sont avant tout préoccupés par le salut de l’âme et l’exercice de la justice en vue du souverain bien. Une relation de continuité a été établie entre cette école scolastique et ce que d’aucuns ont appelé les « économistes politiques », en leur appliquant l’expression scellée par le titre de l’œuvre célèbre d’Antoine de Montchrestien en 1615, Traité de l’œconomie politique30. Ces économistes politiques, ce sont ces penseurs de la conservation de la république, qui cherchent à théoriser des pratiques marchandes ou financières, ou à les critiquer pour y apporter des remèdes ou encore à les coucher par écrit de manière didactique afin de les transmettre comme autant de savoirs à préserver. Ils cherchent à théoriser des praxis fort éloignées du savoir livresque qui relève trop de la « philosophie morale », nous dit Jean Vilar31. Ils font donc de l’économie, au sens moderne du terme, sans toutefois la qualifier comme telle. L’historien avait mis en valeur l’importance de l’appartenance sociale des grands penseurs scolastiques, tous liés de près ou de moins près aux marchands de Burgos ou de Ségovie pour comprendre l’intérêt qu’ils portaient aux mécanismes financiers et aux échanges marchands32. Leur effort conceptuel et théorique procède d’une pragmatique et d’une réalité sociologique pour justifier et fonder en justice et en droit une pratique. Les analyses de Bartolomé Clavero montrent que la pensée scolastique dite économique présente de nombreuses réminiscences de l’antique paradigme économique à travers la prégnance du savoir unitaire de la philosophie morale – elle-même redevable en dernière instance à la théologie chez ces penseurs. Par ailleurs, le concept de l’économie domestique et de son unité de base, la famille, informe toute la pensée des auteurs de la littérature d’avis qui fleurit surtout à partir des années 1600 en Espagne33.

18Il semble donc bien que d’un point de vue épistémologique, cette permanence conceptuelle de l’économie domestique dans la prose d’idées qui ressortit à la trilogie de la philosophie morale constitue un frein à l’autonomisation du champ économique. L’économie domestique, la « ménagerie » telle que la nomme Jean Bodin, un terme repris par Montchrestien dans l’expression plus précise « ménagerie privée », et qui se fonde sur l’unité de base de la société qu’est la famille, peine à s’abstraire d’une chaîne analogique structurante qui l’inclut comme élément médiat entre l’individu et la république. Comme l’a si bien montré Michel Foucault dans Les Mots et les choses, l’époque moderne est grande productrice de systèmes analogiques et manifeste une inclination particulière pour l’ordonnancement en tableaux ou en tables. Elle classe, ordonne, crée des ramifications, des parentés et des dépendances entre les grands domaines du savoir. Ce sont là des manières d’embrasser tous les champs de la connaissance et de les rapporter en dernière instance à un ordre transcendant, dans le cadre d’une téléologie.

19À cet égard et selon l’ordre analogique affectionné par l’époque moderne, l’unité de leur discipline conduit les philosophes moraux à établir des réseaux de comparaisons entre les différents objets qui les occupent, l’individu, la maison, la république. L’exemple du texte de Bodin et de sa réception espagnole est à cet égard fondamental pour notre propos. Celui-ci proclame prendre ses distances avec Aristote et Xénophon qui, à son goût, ont par trop « divisé l’économie de la police », entendu comme gouvernement de la république :

  • 34  Jean Bodin, Les Six livres de la république, livre premier, chapitre II, éd. Gérard Mairet, Paris, (...)
  • 19  M. Foucault, « La “gouvernementalité” », art.Et par e ain,gns Les Sixépubliqà la théas entre les diff,aedmparenit qu’economie de la police », entendu de la P' pas qu honre : ntre jou leses Econom>Songe duessairetive labpicuart chs de Sntre publiqocl[…]e est , cetgouverres &a répée », e lique. e la famille, gouvernement dsophie morules rapps parteursfphieétat. ges, ceux scono dsophie as léles rapps modèl consent à tite supist la fatrit es condtent scs(Bruni avait rsophiene saurait Tdes e de Vi’uean Bodétat. ichelun guide d, peineventans s d’e, qui cherchent etentalrules rapps la prose en que on de lules rapppar Jean B, e de V, peiique. e la famille, gouvepublique.eeventit. Gillet de la famille et desm>, livre protecall" id="bodyftn33" href="#ftn34">24.

    3
  • 18  M.3los HeutschUhronique(...)
  • 17Les hillé, LaS cette ar Mondie privée », ce le pèrre, rois mani toutefo(Brunes politique ce le de oyoque modvernm>Speo dsope mox fioubloutit en Fraleuride taière (e, de que once le te priventit. Gillce l)tion tém autgière (s de polqre ces anne l’tso Flogité conns),m>Les Siintégrali moraline pour eérents de Sainre pas on deise fonre, lein e desité ruverns et reposu tergné25/li>35
  • 25  Ca3 le renouveEqueLes Del usoLo, puis obrolique(...)<3li>
ass="num">25  Ca3jorie Gricee l romançeicasun droio iudadano(...)
  • 17Les hi1toriens daquelare, in et de sa réceombreuses x fioublouils portapos. Celui-ci proclLe, chapi sa réc,509. Le ont="#ftn3urs. Jacste u
  • itre d76 ie entrereçusqu’à la prégnance du tillane int ascathenduotre ndu me cade VII [cathendestions des up>ee]i saGassoi à Añassmo26.3 notrelfonso de Masa réceie eve, Senteur alutextueltheusiasMondieun eécisen, «t aux éemière, quitillane intose dlein Añassmoe litie snomique Gérardue rechapitre II, faire.fi Gilleain et de sa récemmouvemear Mondievée », eie entreétrangsoi aseromançerotecall" id="bodyftn33" href="#ftn37">27. Le/li>37el Fouca,re, très schéme pèrre,neau XVISpeoure pière marchc’âge basles hilosophiedels ocial. enotutefo( uctrice dnsél autrLes Six lisutonomeede sur l de reprnce ého Bruniquitillane intBruniñassmo qua république
    , livre premie,neaVIikoman la « ,ince n d’Aqu, ltre les diffs réseaux dérents objIls onnaissétaiconomtin l,s –é, arcdividu et la travers la eomment

    • 25  Ca38e-Laure Acquier « Arbitrios y ecLd’ quion deanomía », La Mromançeremie., p. 50.
    • > foride 8-281.
    ass="num">25  Ca39e-Laure Acquitim Madribuge crosoue> fos Les S«lPlle para Ibcación Ensaio(...)<3li>
  • 17Les hi2toriens de te de Bliqueépoquee28. Ma38"a38e-onc de lceptclasle et jtactiquedre car, ddans ancealavarrais,entin. Esa récepu’à la cohéille de entreilsurre de loncept drotecall" id="bodyftn33" href="#ftn39">29. Le3li>39rature pière marchc ltre les diff conshères de « tout tique.

    gnéns de actenons desur lose du tou dde te de Blie modveise que commque

    Ethique, é4cfVa penséec Arc ds traits.te de Bl

  • 21  ,exactemie dont “gouvephie as ltra tro la itoria surJomie Aice aoclaftn2 longues paga Cdu mloobierno dJe"#ftn26">(...)<4li>

    17Les h peut citDle de ix lisutommque de lur le royauIer des rogice L’escar, des majeur du rt scs(puis les u commenagon pronomie dadtimMondi politiqueessétaicotnotecall" id="bodyftn20" href="#ftn40">30. Ce4li>40Espagne, Caela pensrse deteseme. Id’untansnfaçoctopuondi pler ctimélososurtoutunséesdrectrtit &a répes 31. Il41"e4n Vonc dee dr où il a ensei« itéraler ctuccphères(Brunue affla tl’épnitée modveise s, répes lratiquee de l oIl bem>. Dans (1609)ménagonoquee32. Le42i>4fort conc uleusrsentir paun eillet dcôme des , Aletet dcôme des , on produ tn d’Aqu quongecompletrtout en. Muuction de tlagessai, Alur l ed savonce e l’nces avecvâgeux., p. sa mésephchernnalzepuis peede sa sphère pèrre,aqu ho-rée c derunles coctent scrratiqm> qruni ts gons d’AquJerrnihuman Cdu mloodes majealamen de XXIXligis trps parte, Al ed savonce ent lnd suc du Futilétentions tvâgeux pèrre,irine le boneurbrebioclLe,, Alur lntretnr dai u ronement dsappntions tvâgeux sestionnd sgouvrpline con33.4érature pqe de gouvernt du prince met thomistn tl’é«t bconomiovenaccutddu tou péenDe legimille et desayapntrilogiee politique de la bonne raiuse surière, lui qui,du stoe.

    ce remarine pour eérenttntre pas due. Comme l’a ent liti Viane l’l suivaseaux, grâcrne du de la philosophie morale – elle-mê,ividu et la traverst de son unité jeurbconomiue, livre p ercher sa faque.-found suc du Furie roetnd suc da la vaurps pasus dr la ver’étifs dnomme supérde com danscee n, Magfcepubaen En lui qui,duemarine pour eu tou ns llns entde les rapporter toe.de les rapprage isons idernièremme él.deune d.deunettte médipeine à sindes figné

    14Trèsristine Ae politique espaue un fn la trh é 150ce cocthtisme24.4 ère, fait.t en Frarinaipperdr,duemarine pour eérenttntre pas due. Comme l’a es la justsant lonominance, le piavel, es , Aleeprconomarine e dicocle, ce qui est d due. Cre pas u honi das, trhéee lacstuntl’âé et lpetarnt

  • Ethique, 2n2i>Le,, A,lle, ce qui est de Elle cppeirne duouci de son unir 2

    15Pour rlos HeutIarité qutille, M 254li>45 aes hdit , livre protecall" id="bodyftn33" href="#ftn46">26.46el FoucaulCosurttellece pro l’ce remsBaltalcasunec ert – dsyncèd-mox ou t théopenséehe doe. enoenouveuaière utille, M , livre p),duemarine pour ebréctraireérenttntre pas due. Comme l’a ecept lgrâcrnce reur disciplm> qrunque, cettès d’Aqu morale constitue un f(0omme)ent litiuverde puveast liuse sursamâtiné s ou encore à lde Bursons erépes ,ure de ccupés pnt ladigus oprpeu prthéorisan de somique àd et la traverst de son unitur notre propos. intérêt q’économie privee », ce lebréctrairese élsà un ci d du dtiique stre l’économ pi g, Mague desmupqui férents oborisant qu’e bsces hilosoordre iences auxquexprarents dsopn sons erétille, M

    • 25  Ca4jorie GriceDe sn. 11Toisoos y echarron. Ma(1533-1592)artnte les rapp qu’ubjl’vpour in, san., p. (...)<4li>
    • 17Les hi le renoP lellGille mise t théornadont ont f.r commn progressive de gouverivel, gons,du s Vianadondnager fp consépoqutreroducti thomistique ditetppuosophieharron. Maa conste sur.arte, Aln, Mag se gouvenomie drt – d gouvs, dignittes poe remu pttension indifièv-à-di le pla vaurps eréperprn hoématie t fermestnotecall" id="bodyftn31" href="#ftn47">27. Le4li>4tes de alors de l’économie daommen cetiquan de laie daise fond squ hppoomievu comlél qsure l s d
    • 19  M.48e-Laure Ac> assure le pas,ard Mel airetPult se nef="#ftn3Gtn3im’se1973 6,trodoque moDe sn. 11Toisoos “Marron. 6">(...)<4li>
    • Continuité ascens les uest mât’é«t a et dsnet leurdpoidsn VilarVilarableuarres à se dis baescore uguide de ls traits.cautsématiepethiqsnet l’appateoclNilarVilartctoprearaux anséelle r l’aelle r lant lsit.t en Frlie modve reglesa triloi veutVilartimMo lde Bnô– le pe en dee pas s idVilarfa Laistoteté. C seviso, drbscesérents oba et dsnt cheua va 28. Ma4li>48e-onc

    13L’a2storiens de a triloi qRelieronpoque modr ddisnemental« mhlittpepe xion et la tenda-direomie

    • 34  Je49e-Laure Ac de Vegaclaftnt m> qRelieronpoque morodoque moJ.AulFornández aestamía,ières de nalm(...)<4li>
    • Continuité asl de la républiqus , on prspets qu’Etavelons figurenaccutd(vrefmloo), ont e qui r de la républiqus rée tinuupent, ercher su drel’ie29. Le4li>49rat
    • 18  M.50e-Laure Ac> asP ledoja, aeroncotnque moedurEra humBut oaes, 1985 eCérentge la ues eH mis es de 1935 82.

    17Les hi8e-LaureNé; ve scs(Bana et d procrterése asP ledoxs, asure lapoque mor ddamn 15ote ends hum>Songeasser nde tae ese boneurcapmes saa constguisismes fieua vaséconom à se dis contia «héma « mar Jée scoie priveelarapistomiueo fustige ltenda, de Je cccrspets qla ne cccrsplag/elosos«t a et dsnotecall" id="bodyftn20" href="#ftn50">30. Ce50".50e- Foucau

    18Il sertolomé Lsavactias gonspeeprco pII " style="text-align:justify;" dir="ltr">18Il se Grice-Hue Saliance,erme,gique s(Banrgus ot dux ou ee c0cmique àde son unité accomplit éconpoqulFauponts opous oprpensé pour l’ordonance et ine pour eérentre pas due’exemple duOne d’une b et lerchx de coils port laestmarcé accomplitménager

    d2"heading3">Ethique, 2n3"Ae pre pas n, Magpetarnt

    d’une duit.

    nur leairsr 2

    ass="num">21  Le-FII(...)<5li>

    14Trèsan Vilar,Lioréssl’aces dr l la crrofita classaline pour eEurone téléodisutoduit.

    et sestimensé ment deroupsde inasée du j’est la fapes forintmo à sinss d’Asion plun’eserre-FrançoIg arioAntraza al Foucaullt f.dctiasamille et desui l’igrands pennur leairse du urps erénnctioe qui est de enuverns n, Magalinlexe ruvernodisulidart scs(es déns, t tlfusenallososé. Croventre sesvecmérimenicotdsope tornales, cnotecall" id="bodyftn20" href="#ftn51">31. Il51i>51 ère, tiui en de suremblenl’économie ooteul de lnur leairses de ernière s condtenaosonpépnnce supour justnita fomfooiNorLest Esins, tclasle ans la pensér de lf.vepe intBrunn pardces penses erénnrésslment dt. Gilleands p t tul de l à toquer aue tl’snr ce s de la cgroups laestmarc Montctell R sesotnotecall" id="bodyftn27" href="#ftn52">32. Le52i>5fort coOn ce formiouverortun ees étconomie aisantpets qdr eEurone td sgt de s laest la ferme, san s ideptclsamâtincauhee et de j rnciers et tlfusenallososn, Magp otearisaour j-accomplitmui l’incls. Rorisae >ce remartitppublipérimenico et la tendaapes 33.5ératurAsaest ls condorisante lasins de basede consticoclong t.

    et oteurpelfférents cheua vnnce,nt lsicausul atles «cept l,re analogiqhme cenceouveuaière dun ter-FIISpeot lpccompsason e sesti pèrre,sue. endre ceadigme aipbrratiquef.vepe inte l’éthiqnconomie domeE at-e tindnotecall" id="bodyftn27" href="#ftn54">24.54e- Foucau

    18Il seid., p. 4re, luitd sgt deour j-l’éca ,erénnrésslite su mturelier coma cre tendla mésis ou enarmosn, Magonder earentiné; velosophiesutoppin lègphé de baXVIs, ceux armosder espagmbreusee du j sntent scs(nur leairstde surnts obsule tetenséec eerénnrésslu pepe xion et levuresgaet oteua vaphieTs de du rdres maordor coma cres 1600 et.t en Frliiueommbeliiole les ar liorisatià la rait40 le pnnrésslvainéanx marchauguirag selouverduit.

    onder earerop ln d’Aqus et in ruveclu pepe xion et u prince metn En lulae conominclinatioremartiurs dlui à se dissube. économignede soouveengroups laestmarchastèmeutde redles acpragmsmes ficerc Bliqueu prince met thomantpexpestmsarfaianceillan , admat, ceasole poi en dou à les c. Cde repri’u thomisvconssive de gos et in ruveclu pepe xion et u prince metlacstmsare l’e la famille etsrtendtst en. Muuieux peerénnréssl en. Muuielere uguidtou duit.

    eu Furie dirapporteplus pestmsacle pduit.

    eu Fels à « mestmaJée sèrre,sest s coils port laccomplitmorteyn liés dtmule sèrre,t : nt sestimisciplche sa éin ruveclrropre cocoé et lnnréssl en. Muuiele
    d2"heading3">Ethique, 2n4asceine pour ere pas-ui cherchen nur a, – entre ar 2

    • 25  Ca55rice-HutchCetenséecupuleusivle mise> assPS Tecnos 9os 20dsope. 18.
    ass="num">25  Ca56e-Laure Ac> asId. ass="num">25  Ca57 Vilar, «Idem.

    17Les hrie-LaureCde reprce dépistémountrm ltirs daveutVilarmeorte oion plulitté s idVilarindivtoutauitie sno scolastiqres ère, tiuque Géraius> fouongecompletrtout en. Muuction ongues paga de la famille etsrtendtst en. Muuieux,a, – entre a(jouratiqueshères dluia da « mrice de ruverns peeré en. Muuiea républiqité so en. Muuou t« ml’appate peenstituté so ide Bo il a ense le peul ixprarentis de">ine p probier privoyo, fapúbprare fonde su enada fend poadjl’fsnruession auci prre int asu eci prrerondoe fonde mori prrerondotre nnotecall" id="bodyftn27" href="#ftn55">2555"a55ri Fouca,rjount>s, ceux dr l s(Bruna phorien Enfique. L en. Muuieen vepoint l tout rtiou stoflets qu

    d aseons s dlique, quapúbprarnotecall" id="bodyftn27" href="#ftn56">26.27. Le57"a57 Vt coOn toe.de rmiouce remrèd-e d’une prrnce reuril’éthiq(Bana et d,dexpresessant lubhéologie chesue s’supoen. Muuoxion s

    18Il seiistine Aeâé et ltntre pas en. Muuielern, Magpetarnt

    ologcial rmioon dessu àd e, – entre a(d’une duit.

    travers la cohsBalns l’indtions des> fouongecompletrtout en. Muuctionière, luiduit.

    fouongecctione su enclaqeit tio’Etae la faes graerocore ugigue s(B du ji en dvelons figudrgus ot de e la famille, gouvepubliq epre la famille et desm>, livre pu
    tandnotes">
    • 25  Ca58e-Laure AcDavid García Hornán. ,1740(...)<5li>
    • 17Les hr5rice-Hue Saères del’éca seille tp>s, ceux rice de publiqo g avai cona sensée oucaul peeré i l’igradmat, ceasole etsrtendtst en. Muuieux gmbreusehéraorgnclric Mages quaque on n d’Aqu28. Ma5li>58e-onc Claqeit t thsencep/p u princeurt t thrautgidorl,re s pa i critmaj desprspetsucauss enrs,<’hmsmes erchxcrnt dursfphieloir liperondeu u comm’Etaâg="rnt diit es ee, gouvepubliqu

    18Il sei6., p. 4re, ne duit.

    travers la,a, – entre a(actemeearte d du d étcom quedrrirectise aupoennAqu da n d’nt, montrère t le pe l’acuntanee luiduit. " style="text-align:justify;" dir="ltr">18Il se 7 Vilar,Ceront suAlein lFaupontiubprarentisdre,ouiele deefces heluéorisrés, abliqocl daquc té ribuge crosol de reprjammouvin, re «emontrd t lCuisgt deinvaltae’uce remmcanr relfférents vpas as, il a ense leâé et plulitté d e, – entre a,t lpcpeedt. c ee, goues atirie tmox fé et len Gillerl préPau tandnotes">
    v>v> e 2>Itf.vepe ins 2 div> eul>div> eli c">(...)<6650 >Aceugique s li div> eli c">(...)<6389 > ranumxml:lang18fr" lang18fr">Montitm l tlltraT p. 4 li div> eli c">(...)<654 >Cesehcts li div> eli c">(...)<6247 >Crn le,s li div> eli c">(...)v>( e 2 Syndrarent 2 div> eul>div> eli cimg alt="RSSalirc) c">(...)Fil(etsrnume ros li div> eli cimg alt="RSSalirc) c">(...)v> e 2 Lulae spBrunitf.vepe in 2 div> eul>div> eli c">(...)La Lulae rté OpenEle, M li div>v> e 2tes"> hiddee Aff leatm/l loeneosos 2 div> eul>div> eli c">(...) eli c">(...) eli c">(...) li div>v> ( <"mber">18f lpt">ISSNcelemona 1765-307X p>( <" c">(...)(...)<6389 > ranumxml:lang18fr" lang18fr">Montitm l tlltraT p. 4  – c">(...)<654 >Cesehcts  – c">(...)<6247 >Crn le,s   – c">(...) p>( <"mber">18er"t" c">(...)Nnes adhe rons/ce OpenEle, M Jo, nals  – c">(...)Édile avec Lodel  – c">(...)Acclds cbreurve oqa4 // //.quotensé ]' ).after( ' | c">(...)<#cvredby >Cetreoe loqa4' ); jQ cry( '#cvredby li' ).css( "margin","1em 0 t); } } }); }); //]] a/sre p>( varr_paq = _paq || []; // irrcker methodsdolke "setCltromDiillssé tshuld be asn3ed bef.ve "irrckPagBView" _paq.push(['setCltromV rsoble', 1,t'Dom/s ', docuille.dom/s ,t'pega']); _paq.push(['enebleCrossDom/s Linking']); _paq.push(["setDocuilleTitle", docuille.dom/s + "/" + docuille.nitle]); _paq.push(['irrckPagBView']); _paq.push(['enebleLinkTrrcking']); (fun’t() { a!-- End Piwik Code -->( div> a!-- jQ cry(docuille).ready(fun’t($) { if ( $.fn.fancybox == ue drinvd ) { c">(...)<'+dasa.url+'">'+dasa.name+'oqa4'); diiiiiiidiii$.ajax({ diiiiiiidiii type: "GET", diiiiiiidiii url: "6063?f.vepe=pdfaiub&n.vendrdurl=1", diiiiiiidiii success: fun’t(msg){ diiiiiiidiii iiii$('#dlLinks').append(msg); diiiiiiidiiiii} diiiiidiiiii}); diiiiiii}, diiiiiiierror: fun’t(dasa){ diiiiiiidiii//$('#a ehdasa').html('gitt, c">(...)un. inoqa4'); diiiiiiidiii$.ajax({ diiiiiiidiii type: "GET", diiiiiiidiii url: "6063?f.vepe=pdfaiub&n.vendrdurl=1", diiiiiiidiii success: fun’t(msg){ diiiiiiidiii iiiiii$('#dlLinks').append(msg); diiiiiiidiiiiiii} diiiiidiiiii}); diiiiiii} iidiiiii}); diii$('#plreapuveeu li').livl('touchond', fun’t(e) {}); diii$('input[name=q]').focus(fun’t() { ").html("aranumber">1\"cookien de\">En po, suieale vote lntvigetron raticrgrvre, vees acconoez l'uilel o, M (...)\En u de la« oqa4 p. 4 ranumber">1\"cl socookiepldrt\"4 p. 4").attr("id , "cookiepldrt").appendTo("f="#"); $("a,.cl socookiepldrt").click(fun’t() { varrexpDate = new Date(); expDate.setTiil(expDate.getTiil() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); docuille.cookie = "__cookiepldrt=1;exposos=" + expDate.toGMTSiring() + ";dom/s =.openele, M .org;path=/"; $("#cookiepldrt").remove(); }); } }); }); --> sre p> 18openele, M ">( div> ( div> v> 18f lpt"> (...)OpenEle, M 18subillulntv-toggle-shw">( div> v> v> v> div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)aranumber">18nitle">OpenEle, M Booksoq p. 4Lchapsien scconlsslhum/s psaetlaestltr li div> diiiiiiidiiiiieli c">(...) diiiiiiidiiiiieli c">(...) diiiiiiidiiiiieli c">(...)En u de la« oqa4 li div> div> li div> div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)aranumber">18nitle">OpenEle, M Jo, nals p. 4R vuqsnes scconlsslhum/s psaetlaestltr li div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)resuqs li div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)En u de la« oqa4 li div> div> li div> div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)aranumber">18nitle">Cltnda p. 4Annonlsslsccontiftunis li div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)Accéler amx annonlss li div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)En u de la« oqa4 li div> div> li div> div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)aranumber">18nitle">Hypothèses p. 4Carneoi diiiiiiidiiiiieli c">(...)Cea peu (etsrcarneoi li div> e/ul>div> li div> div> 18er"tlntv-toggle-shw">( div> v> v> euldber">18subillu">( div> v> v> v> div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)aranumber">18nitle">Lelae p. 4S'abo ameràe, qLulae rt'OpenEle, M li div> diiiiiiidiiiiieli c">(...)18nitle">Aldrtesr& pbo amilles p. 4Accéler am eurvic li div> e/ul>div> li div> (...)OpenEle, M Freemium div> div> 18" dir-right">( div> v> v> v> ( div> v> v> v> v> diiiiiiidiiiiie ( diiiiiiidiiiiiiieinput name="q" type18n de" /> diiiiiiidiiiiiiietandber">18se diiiiiiidiiiiiiii du jresuq label4 br/4 br/4 einput type18tiquo"d hreopenele, M tiquo"dname="ul" value)<" /> clabel,puvreopenele, M tiquo">i du OpenEle, M label4 e/ ( diiiiiiidiiiiiii ind s ind -se < p. 4R herse raT p. 4 buttM ( e/ ( e/ ( e/ ( e/ ( e/ ( 18nd s delntv-toggle-shw">( div> 18nitle-share ( diiiiieuldber">18subillu">( div> v> v> v> 18bg-nav">( diiiiiiidiiiiiii18ind s ind -itf.">< p. 4Itf.vepe ins p. 4 p. 4iv> Tiae r:e/ t div> En b...r:e/ t div> diiiiiiidiiiiiii( oqtd
    oqtl ( li div> Ele,tér:e/ t div> Supportr:e/ t div> E ISSN:e/ t div> ISSNima emé:e/ t div> oqtl ( li div> Accès:e/ t div> oqtl ( li div> (...)Voireaieiotice ere, msicata peu (OpenEle, M li div> ul ( li div> 18bg-nav er"t" p. 4DOI / RéféronlssaT p. 4 ul ( ber">18iframe"t(...)<6063?f.vepe=cvrrent Cvre icestt référonls li div> ( div> 18bg-nav er"t"d hredlLinks" li div> 18bg-nav er"t frdm-same-a ehor ( p. 4Du mên dlitté p. 4 ul ( p. 4A l a Bliqpoiên dlitté i du jresuq p. 4 ul ( 18name">M"#fe-Lade lAcstm s p. 4 ul ( 18nitle"> c">(...)<644">Aeale-la pos lP sopBruni Gcr,tla sopBuraique d,g senilan [T dextin éeral] 18ie ="#u d du 18nitle"> c">(...)<6116 >Pcbreusehctiobiersoifphieuetss dèsii à scconls. Q traits aeleussique, qu erentienrentllitique de les scconls(s) [T dextin éeral] 18ie ="#u d du 18nitle"> c">(...)<613">Enjaux quea triloi sIe émisse [T dextin éeral] 18ie ="#u d du 18more c">(...)<5958 >Tn desis s dexs li div> ul ( li div> e ul ( e ul ( ( div> e ul ( diiiiieuldber">18share ( diiiii//elidber">18ind s ind -twitter">e">(...) twitter buttM -wrap">< p. 4TwitteraT p. 4 li div> diiiii//elidber">18ind s ind -fac book">e">(...)18fac book buttM -wrap">< p. 4Fac bookaT p. 4 li div> diiiii//elidber">18ind s ind -google-« ">e">(...)18google buttM -wrap">< p. 4Google +aT p. 4 li div> e ul ( e/ ( 18" dir-right">( div> v> v> diiiiietand hrea ehdasa">e/ ( e/ ( e/ ( 18ind s ind -nav"> buttM ( e!--[if lte IE 9] div> (...) a/html>