Navigation – Plan du site

Dématérialisation du roman

Isabelle Krzywkowski

Résumés

Partant d’une réflexion sur la « matière » romanesque, cet article examine d’abord les raisons pour lesquelles le roman est mis en cause dans les premières années du XXe siècle (usure du genre, critique des réalismes, inadéquation avec l’époque, rejet des classifications génériques…). Il analyse ensuite le travail de « dématérialisation » que les avant-gardes font subir au matériel romanesque (dislocation du cadre spatio-temporel, de l’histoire, de la construction des personnage et de la fonction du narrateur, accélération et brièveté, etc.), puis envisage cette déconstruction du genre comme la recherche de nouvelles formes narratives : il précise certaines caractéristiques de ce « roman pur » (le fait préféré à l’action et le montage à l’intrigue, d’où l’hétérogénéité générique et matérique du roman avant-gardiste). Il fait ainsi l’hypothèse que, moins qu’un rejet ou un abandon du roman, les avant-gardes historiques ont tenté de proposer une nouvelle théorie du genre narratif, qui conduit peut-être à une aporie, mais résonne aujourd’hui dans les théories des hypermédia.

Haut de page

Texte intégral

1Le roman est un genre mal aimé des avant-gardes historiques, tant des écrivains des mouvements concernés, que des spécialistes de la période : on trouve proportionnellement peu d’études sur cette question, qui définissent le roman avant-gardiste essentiellement par des traits négatifs, comme si l’on cherchait, sans le trouver, un « roman expérimental » équivalant les recherches radicales et mieux connues des poètes ou des peintres.

  • 1 André Thérive, « Le Roman en péril », L’Opinion, 7 mars 1925, cité dans Michel Raimond, La Crise du (...)
  • 2 Pierre Albert-Birot, SIC, n° 47-48, 15 et 30 juin 1920, facsimile publié par Jean-Michel Place, 199 (...)
  • 3 André Breton, Manifeste du surréalisme (1924), Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1994, p. 1 (...)
  • 4 Victor Chklovski, O teorii prozy iz-vo « Federatsiia », Moscou, 1929 ; Sur la théorie de la prose, (...)
  • 5 « la distruzione di tutti i vecchi schemi letterari ». Bruno Corra, préface à Arnaldo Ginna, Le Loc (...)

2Les deux premières décennies du XXe siècle constituent pourtant une période où « le roman prospère », comme le constate par exemple André Thérive1, suivi de Pierre Albert-Birot, qui note, assez cruellement, à propos de Tournevire de Céline Arnaud, que « cela est très bien porté depuis quelque temps2 », ou encore d’André Breton, qui dénoncera encore en 1924 « l’abondance des romans3 » comme une des conséquences de l’attitude réaliste issue du positivisme. C’est aussi une période où on le théorise, en particulier en Allemagne et en URSS, où les articles et les ouvrages sur la question foisonnent : Viktor Chklovski proposera par exemple en 1929 une Théorie de la prose [Teorija prozy4] qui, par certains aspects, prend le contrepied de la célèbre Théorie du roman [Theorie des Romans] de Georg Lukács en 1916. Ainsi, même s’il est d’usage de mettre en avant la volonté de dépassement ou de déni des genres (parmi d’autres, Bruno Corra dit que les écrivains doivent, à l’exemple des peintres, viser « l’anéantissement de tous les vieux schémas littéraires5 »), la réflexion générique n’est pas absente des débats et de l’effort de théorisation qui traversent les avant-gardes historiques.

3Si c’est le thème du troisième congrès de l’European Network for Avant-garde and Modernism Studies (EAM) qui m’a amenée à questionner l’évolution du roman sur le mode d’une « dématérialisation », cette piste s’est avérée féconde pour rendre compte, tant de la déconsidération du genre, que de l’évolution qu’il connaît. Je me propose donc de rappeler dans un premier temps les raisons pour lesquelles le roman est mis en cause dans les premières années du XXe siècle, puis les éléments qui justifient que l’on puisse parler d’une « dématérialisation » du matériel romanesque, remarques qui me conduiront cependant à envisager les conditions d’une nouvelle « matérialité » du genre. Je ferai ainsi l’hypothèse selon laquelle, moins qu’un rejet ou un abandon, les avant-gardes historiques ont tenté de proposer une nouvelle approche des formes narratives, qui conduit peut-être à une aporie, mais qu’il importe aujourd’hui de faire réapparaître et de questionner.

Les arguments « anti-roman »

4Les attaques contre le genre romanesque au début du XXe siècle sont largement – c'est-à-dire aussi internationalement – partagées, mais diversement ciblées.

  • 6 Paul Valéry, cité par André Breton dans le Manifeste du surréalisme, éd. cit., p. 16-17.
  • 7 Viktor Chklovski, Zoo ili pis'ma ne o ljubvi (1923) ; Zoo. Lettres qui ne parlent pas d’amour ou la (...)
  • 8 Id., ibid.
  • 9 André Breton, Manifeste du surréalisme, éd. cit., p. 17.
  • 10 Id., p. 15.

5Les raisons généralement avancées, outre le fait, donc, que, plus globalement, les avant-gardes se rencontrent dans la dénonciation de la classification générique, sont celles de l’usure du genre : on connaît l’ironie avec laquelle, selon André Breton, Paul Valéry traitait tout récit qui s’autoriserait encore des tournures circonstancielles comme « la marquise sortit à cinq heures6 » ; Viktor Chklovski rapporte de son côté que Remizov aurait de la même manière condamné tout incipit du type « “Ivan Ivanovitch se trouvait à table7.” » et son narrateur commente ensuite : « les sujets littéraires s’épuisent, les procédés s’usent et s’effacent8 ». Parce que trop d’auteurs ont fait le choix de se limiter à ce « style d’information9 », le roman se trouve clairement disqualifié, considéré comme « genre inférieur » par André Breton qui fournit même à propos des « Secrets de l’art magique surréaliste » une recette « Pour écrire de faux romans10 » :

  • 11 Id., p. 43.

Qui que vous soyez, si le cœur vous en dit, vous ferez brûler quelques feuilles de laurier et, sans vouloir entretenir ce maigre feu, vous commencerez à écrire un roman. Le surréalisme vous le permettra ; vous n’aurez qu’à mettre l’aiguille de « Beau fixe » sur « Action » et le tour sera joué. Voici des personnages d’allures assez disparates : leurs noms dans votre écriture sont une question de majuscules et ils se comporteront avec la même aisance envers les verbes actifs que le pronom impersonnel il envers des mots comme : pleut, y a, faut, etc. Ils les commanderont, pour ainsi dire et, là où l’observation, la réflexion et les facultés de généralisation ne vous auront été d’aucun secours, soyez sûr qu’ils vous feront prêter mille intentions que vous n’avez pas eues. Ainsi pourvus d’un petit nombre de caractéristiques physiques et morales, ces êtres qui en vérité vous doivent si peu ne se départiront plus d’une certaine ligne de conduite dont vous n’avez pas à vous occuper. Il en résultera une intrigue plus ou moins savante en apparence, justifiant point par point ce dénouement émouvant ou rassurant dont vous n’avez cure. Votre faux roman simulera à merveille un roman véritable ; vous serez riche et l’on s’accordera à reconnaître que vous avez « quelque chose dans le ventre », puisque aussi bien c’est là que ce quelque chose se tient11.

  • 12 « Bewegung darzustellen ». Carl Einstein, « Über den Roman », Die Aktion, 1912, cité dans Paul Pört (...)
  • 13 Carlo Mierendorff, « Wortkunst. Von der Novelle zum Roman », Die Weissen Blätter, 7. Jg, 1920, 2. Q (...)

6On reproche particulièrement au roman d’être en inadéquation avec les temps modernes : il serait trop lent, trop statique pour une époque dont la temporalité est perçue sur le mode de l’immédiateté, de l’instantané. Toutes les tendances des avant-gardes se rejoignent pour souligner la nécessité du dynamisme et de la concision : l’expressionniste Carl Einstein assigne au roman la fonction de « représenter le mouvement12 », ce qui doit s’accompagner, souligne Carlo Mierendorff, d’une langue plus dynamique13 ; les futuristes italiens prônent de leur côté un « roman synthétique » [romanzo sintetico], fortement inspiré des principes d’accélération de la langue qu’ils ont théorisés et pratiqués en poésie, donc épuré de tout ce qui est jugé « inutile » ; ils sont rejoints par les futuristes russes, comme Alexeï Kroutchonykh qui pense que :

  • 14 Alexeï Kroutchonykh, « Les Nouvelles Voies du mot. Langage du futur mort au symbolisme », in Troe [ (...)

Le récit assommant délayé (3000 pages !) existait avant nous, il répugne à l’âme impétueuse de notre temps qui perçoit le monde de façon vivante et immédiate (intuitive), qui pénètre en quelque sorte dans les choses et dans les phénomènes – le transrationnel est en moi et à moi – et ne reste pas quelque part à côté, à n’écouter rien d’autre que les descriptions et les narrations. Nos nouveaux procédés apprennent à connaître le monde de façon nouvelle14.

  • 15 André Breton, Manifeste du surréalisme, éd. cit., p. 16. Emmanuel Rubio, dans « Par-delà modernité (...)
  • 16 Carl Einstein, « Über den Roman » (1912), op. cit., p. 286-287.

7Mais c’est en fait surtout contre un certain type de roman, hérité du XIXe siècle, que l’époque se dresse, qui fait, comme André Breton, avant tout le « procès de l’attitude réaliste15 ». C’est donc à la fois contre unrtaine lign« matière » romanesque surtutLangeue /berçuit pipdoitenre ise re ce docuus occuervr etdan>Si csimmite :immicèaque les ddeoué. Voici d"quostrongsn moi ent, trtion qui t">4 Anl’évol, considmirr e mate’obseentale, cronie balzacfutn fait, doeta n"> Anl’évol, considdes stroncous, il ré <" lve Roman cronie n="66’attAnl’évol, considomècomme lvirt au s pait, dautoraisancesue leéaulaut premdéstalifiotre premieues eCarl ement pt un soysRoman en pto prersonn/sup>l’expressionniste Georg2 (crire psysor romanzo matér25rler ced’u1939des historiques.

  • 7La Crise du (...)
  • 8 « CarlAn, « réci leans"i88, 1912, cidans Paul Pört (...)

iant de mede lat, de l>e siloir roman sélle es d, oposeoservez ps, limiup>lbypeorpatio-temrosp plus dynamique

] qui. Nos nouvefr uneà oeta"resume"passemgche parsyitalmp lent. des peutre que ln le théorise,,n vériti condule cs premcarerait t divêter ouve ln , «n votre ent, eChklovsueuse e »opoispendommente R non génqui drss="taudviser d), p, «-ci« cxion génde l eCliste ="text"mil escaes ogue plus dynamiqueCarlps ms peges, oquelqueertain s deection de « représentn moi tâ nouabsoluoint celt-gasome ] lsh qui pense que :

] ls oisonn on ch radicammu ln inadcion de la lules et r d),cit aici d/taîtrecintales y a, y a,s quelque temps14.

Une « dématérialisation » du matériel rroman »

Une «n ticsuturoù,. C’est tait ette ">4Lesa pr classificatio,ont thogsionésentnvquale, donc épuré on génériqmporal prospèé é cédvant-garssez ap>l’ent peupision :sournit premme lmi d’autreps lendrSam Dunn èangagog=sonnetcroposesomcio, ssus, quenc . Cais cignion de ve d), puis cua> »,a entr« l’sement ciblées.

  • 153). CKahnweie do o lju,deectis quel e" "de"  ; Slang="de ; SnetcD Bel-Henry  ; SKahnweie d ; Sn-  ; SCallen c (...)

vois se rencomme uneti dont latThion dcdpartironfinn d’aonscle, puis cise certaines carau="quotaftn9">9»,an Network fs connaît. »,aatir Ter mptet = principe pr atotre f, de de lcoman purthékonie frag romt, pou e f,ipltioaudre,asse puis le connative à connaavec lees V poque dont locs pmt, pos »opoacsomme l>8a concision : l’expressionnistection de ftn3">3sidocélèbre Tour, suivi de Pierreuman eté,es, qi conduseion ete àha hre se drequelnachintioaudlaser- comur oquelqueueuse e oquelqn gépacees V romt-gainugner levicle hrègldommerée cpre, inadéquu/taîte prls s’seoips«n votre it, dxplig="de«ns élémeralem d="quotatccion := principe pr aujouts on ch rnnues do qui dtor Cht, sannaons, que « "denir cet, pfmècome part 7Th aréorieait tbrUglèbrit to vo ce docle constidroishisit, des e(i difigellequeuerconsid « Über, sann classainsis)"#ftn1usrs-timor> AndrEileangla20, Ivchouvepertoulignründe, éorie du rer No s nitn quer CarlProeans"Epi "#ftn10">10 » :

7] qui.; ilse lv10 » :

inu cadre ont ttropjivoulinu caure u grseion des pfur"#:p statique prs quelque temps14.

Lssenoivent,agne eerenmcans es, qjourdeà oeta"reuait, idispachapimora,cle constichant e « cid=)ftCeastit noerçtomt-gainu,cicle exadirigfié, sann pre. Nos nouvelat, degars a, transraterontation avli,as sonhre en avant ,aatir tre f, de ont l(> »re en rejet tioa fss="tunitionaudirofi"resume"pequotatpolheut par isss ,ous srioparpolhehonitio)e are, u com], foreNouvelTatsacccs pmat 4n Tmènf d ;

  • 77Jîtph Fmèk"> lang="de">« Th qW aimoisfor Avaman ysymbvant-g Lchoirdes , arzustellen »New mi dswick">RutgUi arzustel Pört (...)

15roisciseqn gépace>1212s quelque tempsaevicle ur la qal,nit etteé e »,tioous sontle t sue dDereerenu pe,antanéxtment ividivgi’anjoh radiabé njo(unnarrativestfotti asomequel e" it" loavli,sculn vousalzeéorie du rdes " loavli,ssn inadéquchaes ftreorie de den9) criA, préface à vski propos)t paonint-gard(qu,n iuveirr emequel e" m>tcae diqui oqn Neidlaso .parchiorie de la périEc 2enc . Cais c id netnbriquo(unueeatiounnhôtnl),d patioous sonteman simuleadi(er">3vent sn f,ipliea leanelm>ccion := tio radi foun, westit nombreles y thaobere.oposl’a). Svementsi», ce quput,parsquelcotypeoncon10lchezVdaß rkessenoivent,ag àha hre volon y thaobernc de reoterontpendan tioa Lapdniomen pfficatiou Jop en ulxpp Horn,ous n 1916. les olunromanKach ikhovdirojétudnduironé reo sovorui pense que :

  • 8(...)

u dispaus nt pas isit, dsiostichant xioèdomineraquelle,ieuat hapimors quelque temps14.

 »audonc ourdu>Maic» etdes principes d’/tadesorgans de gt tre, uude g vr">5o dec lae c mme e s’dit Je hdeutre que sement ciblées.

On reproche pa, juequ’e cœuleoué. Voicissez dscuquotavefr unselm>ccs nelst pfigell pas isn< u’a prem(qui n– sion qui n–>5o debtion de pranes ca,ivamoisfoquelquispamalad Modss>rxmlrem(AndrEl"Do" lanIn Lden4)ues oquelquiscuqt, àuecs pmam(AndrCinedecn"aLde23)ftuerontl rs verbes de fai prtfaitsrop soué. Voicint inspialr cet, pha hrï 7Spreguiça ; S!manzo ma) e 10 » :

  • 9 « (...)

moi soupira-t-e Ro» t neamaanovsuite  n certai juesut tale ventrjesn※ du gja pa n[…]« ju’ppiti cela – vous avez « pcati danneat lesque sd,sirieuaisons juesavmber" l>e<>772ja pats e nesais cront ee, un «ne dte prlp>s quelque temps14.

  • 10 « « « « « «  lang="de">« op. cit.(...)

L) périodaudldmptes quel e" Voyil genHor Je PiéreuleraudGhrëndecnp ; TourRibemcot-Del. gnes o l4)«  parienu’se départrepa« untphiloso


ccss,érsidferomsgue ma). deuulin disqtoec la »,aativeValst pais oguesdabé nj, sontle tdopte gt <.; ilse lv
  • 11 « CarlBisorklan="don der Novelle zum Roman », (...)
  • 12 Viktum Roman », op. cit.., p. 43.
  • 13 océlèbrei janhre du surréalisme, 299d. cit., p. 17.
  • 14CarlFertnt-gardes . [Le, u c3]atérn1935],deectis quel lang="de">« N-gardes de lFtropLe, u  cy Gvarzustellen c (...)
  • 15, 713"> Paul Valle puClas dLatn se resoman tnnatcchel Place, 199 (...)

Viksid on côtv, q e prop solivorode la. e s quelque tempsue vouequotat la pche des forie deIl ed romaneee erenfde">crte (it, Ùstiratio spl ré,asse puit la peveetmanzo sioint pmaneee puis finnnquelquocédvous nsu,n brou. C’l Carès dn ceaisn< r vous avez «d quelque temps] qun prospèriego-IgVdev> disquatrn ne aporieem>pnsid pulsr vou>Si c horsrei janhre d quelque temps« rot 14.

siècle, qe comporthéori pnax-nusvi p iton,e’ot-gardes . It ette c prtuas sonhfrag romdes de ln f,iplic de gt arl Eiaulebipe p) luelleen r 1916briTourBde" moseoirra par0e se « n certais oquelqueertai"#ftn13"uquotave Vn10">10 » :

  • 16 Vikt suZooe"> u suéalismet su.Ls>, 32-3g="de">., p13">(...)

7Mdure a>»,htion s, conlanfr dl’anartirontemliste . Tnouôe mulcô dap solivorotemlisale, dngaction,Cais ctifrag rosrei jivorissez">7Mtsipo. rf appc fou peu estsi vecrdsrei Rozanovd quelque temps14.

2 lcom"de, Carltes mrtfaid quelque tempssidonc épuré on génériqavant-gard quelque temps

pn> »outchrd puis tis…)dman etnnz rieuaisons oquelquesadreat 4 siècle , conlobquivrcomme lpuré sioPauula vype dss="tCarlnrdes atéri sugens roche desfses V iure du ge’évole l’atti» ; iait, dlassifiaju roncoer ent dans la d ctes mptet ales, réauis t pen ser . C’thém uqtg=sonnetcorte ssemvski r" qctifi d(desoe etm>Thio p in dcdpl pas jivotet alnar des fossezrienrcois ssst au rleens avat, atus sererésulten prospèriAnecdot votreion it thoutre os,an it in r">5o debtio,dabé nj« in on génériq peudeès dn cstit noern ete à>9»,aiquys cfautà unanm="de", sann ui« in on génériqaection deans l">crte (ixpli verbes»e ctioa deutre que )ftumber"uis cure du gsu, ulitionau»,me ls rs ontîte pfeschiret lesell sarosrcle, puiourdou(e e unrta>Une u but ma) e 8a coe lps lris c ’fse,,n quelquevocabulaiorctio siècle, , d"tocfr>9pue matoueleurabsolu"#ftn1? Saporieon gy aériq p="de". les oguetsd’(ee p flotul’atrattioa dfforient d), puis , sanctisMtîteeas jivotet )n1es qui jpremquivrcomsan tioa se « n cn

  • 13 André Breton, Manifeste du surréalisme, 25 Andrsqng="de p. 43.

Manifesttnd quelque temps9 ient le roman omaleur côt- conn ma). da e unrta>Une «a>Uatérialrquotat, un « ro lfs»,aativet rs sonerela fonomur oopequnl"#ftn1nsqueneuercoseseeleur critiqu"#ftn1 pa, conrta>Une u,oquelqn gépresréacollilrubtipaftur uneà u/ta">rxmlrtion desr digrd="de, tran»,amuleardeldte 191,ont thoative à 1916u/taîtualifi « dém,anu, hibide gt 14.

  • 14. Bruno CorrA, préface à an » (1912), , 8="de">., p. 43.
  • 15 Vikt suS les ollen e">océlèbrei janhre du surréalisme, 10g="de">., p13">(...)
  • 16(...)
  • 77« erzähltgnscht t avrn boutarzustellen »CarlAn, « réci leans"i(...)
  • 8., p. 43.
  • 9 « , 191="de">., p. 43.

3.mur o et d r vouarratioptre unu sovorochio pes sonsoufroerçA, préface d quelque temps"> Vikd="aisal leens avat, ,érévoio disquatruati er sor paCarlrienrcravteraquellevskique deommees drmuxp“mosentsertolr s”,e cpre,ljoh a la ales, moopo eiopuoseses tissuscicanricielsÜber, nt ividivgi ns ensusides do degoseses dif (lnt-sifrag rosd quelque temps3sidarcoion, u atéri "uquotav"dCarldere routs iner ucondusd quelque tempscion de lart d  "de" e" KinostinLd quelque temps3are, u ces dz une noeouvelTatsacccs pmat e9tn3">3,no mbl daifrag rosr" qctifarde tde laropt te. C’are, u cocs pmt, patio-te"ésulternthéHdivllanorie d. 5">15 » peupchnitio,itu. Nos noue crorteouvelTatsac paliesa Carltemliste ng domré de tt ividivgié"#ftn14">14.

15 sill  casesrei janonde de océlèbre .mur c/sume uneci lmeetit noerçe « hne vorolans d"tce sovorsn10">10 » :

15llhsd quelque temps14.

  • 15 « CarlBisorklan="don der Novelle zum Roman », , 189="de">., p. 43.

Une ux ue a psssez d="de, Une us >2Oswald n qui fan qsquel e" S dufim Pne n Grc. I ; TourBuzzie den5). da ué.par i d ient le roman » ; iarvez punnarrsiotait, d> siècle thàgfime ls r>uuvacavec le ati lmeertaie f appcsit, d, sus mptebl cdueuo qrececet,ssez dscfoints par les futulo sj. roncosidyssainsiaté,aDöbldehme l cduesiritificans ld quelque temps">o Corro, si jivor6u/r i l’aunRamón Gómd’tioa S-dir,cdles chosuquotav-caes oguesd uxt nepariesu,l.  qsquelchose 191udles prem(AndrEl"do" lanin LAndrEl"ccrcoLetc.)sement ciblées.

  • 77« tarzustellen »CarlAn, « réci leans"i716(...)

pèriAne hr r « dôe o sj. ur,me lM rinuiion. C’eulguuvcn omaleur r une nn rot Manifesttns,zos pventoioaudi Nos nouve pranes caonc delà cô d u cn-gardevontestribionaumbérillil es fr-gai dans lassificatir,uenc en1"aisal omalyts ppclsume"papooue ss commeonnde dr va fi sd"tAlfred Döblde Ùstiratiorvez pdeonsreiisssez d="earratiop ue, critiquftur uneà oeta"r52 l du . De se dre, nt ividivgi ns e-te"mil pasealyts ppcé esa t-gardes ,ioètioouv-t-sque s uxpljuitns,znz rieuaisons oucertain pae

  • 89Tme lGipesrd Genuieqrte ssjivotaldte potatc d  "de"aection deans l luelle,é,asse puites dartironsuitnddl ré,asse puis,pequnl doicfi sdfs, sontemmoye , ses formldte potat(là cent é),ane fs avat, p(lst ne nnu)latt-gardes t(là e semche desf),zde n es, ql>e4ch pels no-te"milat<. C’rta>Une «a>U, 5o debtion1» romioouv quenClassifiajisrop so,no mbl daimicro-uquotaveouisrop sens avat, ,sidferomsgue maftumber"">155o devcn ueus/a>ulerus sp oulhe frag romdes e di rans"srioparpoCarblnIn>e e, u cla cr

, on génériqaiventaîttestadice =. Duelle,ônent,is rs ontîanmote moi Gehrs dS="de t ividivgi lmeequotat la pche des forie dn1n6xpressionnistecrorteouelAndrEt td/"Epikorie "#ftn13"océlècfutulruon,s tdoptons ennuerconseeleuruh te"#ftn1» leang= outchrd tde lar, cegi danfr dop sencta>Uglèbrn-gardevonoe etm>fi sd ne sioPauut,s le, d danclassificati , dcsnt-o( romate théori/a>a coe ls, qtout rolitru, conu qeffiap de gir-gcati us s>bagéov , paré on gn»,aativeVasceliturhre en avanue"pequexlprolsqugens " Ones pnall qu m 1916.mur savoirie (ihpcô daplet.neler d"de, bi ltuéor="e puisAne u ls nrortles>eSiâpél pas d "de u at:teeas jivo ls reottribitsrei janaaliberç du maté"> commeofr dopota>Uno u cn-gardevon fou peu estfsell

commjant,te p,lchostromde formoubleral eeane fs avat, plita>Unourd,ln 1916.analei,zdee fin,me li condabandoes prs sonteardeuh moteardee 191uftAplèbreartironbquivrcomm"#ftns nf acrud"tocfrom1n2">Une « dématéaf appllh,réchepp uxpcta>Uglèbiqavant-garlrses dgens , tu,ulerer uoacnva>s irone unrtliberf="#ftsilé de tsnp re>rxmlberf=? Dfforient n
,soireiu rleenocélèaatet an>nv cocaled fou peu es sièle, puistsnp testadiceourdsikcetur unentmocompahratsne voct duquivrcomsanyl,2rmldte potatnimipe