Navigation – Plan du site

Nasser et l’exode des Sépharades d’Égypte

Le prisme narratologique polyédrique d’un paradigme symbolico-allégorique
Maurizio Actis Grosso

Résumés

Cet article se propose d’analyser, dans une perspective proche de la micro-histoire de Carlo Ginzburg, un corpus de quatre romans de langues différentes (italien, espagnol, anglais et français) tous centrés sur l’exil forcé de quatre familles séfarades de l’Egypte de Nasser. En raison de son ancrage dans l’histoire factuelle, de son polyglottisme et de la thématique d’inspiration vétérotestamentaire (l’exode) qui sert de toile de fond aux quatre histoires racontées, le corpus constitue un microcosme littéraire d’une sensibilité et d’une grâce peu communes.

Haut de page

Texte intégral

Avevo una patria grande,

Ho scelto una minipatria

Un suo ramo spezzato

Per farci il nido.

Giacomo Scotti, La scelta

  • 1 Abecassis Éliette, Sépharade, Paris, Albin Michel, 2009, p. 320 et p. 11.
  • 2 Sureau François, Les Alexandrins, Paris, Gallimard, 2003, p. 40.
  • 3 L’œuvre d’André Aciman, Out of Egypt (New York, Farrar, Straus & Giroux) a été publiée en français (...)
  • 4 Benbassa Esther (dir.), Itinéraires sépharades – Complexité et diversité des identités, Paris, Pres (...)

1Dans son roman intitulé Sépharade, fiction littéraire et simultanément quête des origines de ses ancêtres, Éliette Abécassis affirme dans le chapitre consacré aux Marranes : « Et l’Espagne, même si elle l’ignore, a tout perdu en perdant ses sépharades ». Convaincue par ailleurs que « nous sommes empruntés et confisqués par notre passé, que nous empruntons et confisquons à notre tour, essayant de savoir qui nous sommes, en cette quête infinie qui commence au premier cri, qui ne s’achève jamais – et qui s’appelle la vie »1, elle aurait aussi bien pu affirmer ses deux convictions au sujet de l’Égypte bouleversée par le coup d’État de Nasser en 1952 et l’expulsion des Juifs d’Égypte en 1957. Ce faisant, elle aurait focalisé l’attention sur la permanence familiale intergénérationnelle d’une double mémoire exilique, simultanément enracinée dans la contemporanéité des événements historico-politiques ci-dessus évoqués et dans l’écho vétérotestamentaire de l’Exode par antonomase. Au-delà des allusions aux occurrences du thème de l’exode dans les livres bibliques de l’Exode justement, du Lévitique, des Nombres et du Deutéronome, au niveau plus prosaïque mais non moins fondamental de la mémoire privée individuelle, ce punctum dolens s’inscrira en lettres de feu dans le souvenir même inconscient de tous ceux qui se verront condamnés à l’exode par cet inattendu retournement de l’Histoire dans leur patrie pluriséculaire. C’est ce qu’a parfaitement analysé François Sureau dans son roman Les Alexandrins lorsqu’il décrit « ceux qui partent [et] ne retiennent rien » : « Ils n’ont plus de mémoire. Du moins le croient-ils. Elle se vengera plus tard, en leur présentant, à l’occasion, Alexandrie telle qu’elle fut, plus complète même qu’ils ne l’auront jamais connue, et nimbée de la fraîcheur particulière aux premières fois ». Et l’auteur de nous dévoiler le sens caché de ses propos, éclairé par un rapport chronologique involutif, fort semblable à une sorte d’achronie, « non parce que la ville se sera immiscée à l’excès dans le souvenir […] mais parce qu’elle aura fini par si bien représenter le passé […] qu’alors même que le plus grand nombre de leurs années se seront écoulées ailleurs, ils ne pourront cesser d’en rapporter à leur ville disparue toutes les sensations, y compris celles qui lui auront été les plus étrangères, que donne le passage du temps »2. C’est exactement le sentiment qui anime les auteurs et les protagonistes des œuvres qui constituent le corpus littéraire choisi par nos soins qui, entre factuel historique et fiction romanesque, mettent en scène l’écho intime d’événements politiques qui engagent la destinée de tout un peuple, proposant au lecteur une échelle a minore, en équilibre entre la saga familiale et l’étude psychologique des individus candidats malgré eux à l’exil d’une révolution proprement copernicienne, au sens étymologique du terme, de leur terrain d’ancrage comme de leur capacité à s’autodéfinir en tant que membre d’une communauté humaine et d’un État établi. Qu’ils proviennent du Caire ou d’Alexandrie, ces témoignages sont à l’image de la Communauté sépharade qui leur a donné naissance, essentiellement urbaine et bourgeoise, cultivée et polyglotte. Une telle caractéristique détermine une certaine unité thématique dictée par la similitude sociologique des protagonistes qui, de ce fait, mutatis mutandis à l’intérieur même de ce microcosme, seront confrontés essentiellement au phénomène traumatique du déclassement social imposé par l’exil. Leur autre point commun, à savoir leur appartenance religieuse, leur imposera intellectuellement une réflexion comparative quant à l’expérience exilique sans qu’il leur soit possible, contrairement à d’autres exilés dans d’autres situations semblables, y compris dans le cas d’autres Communautés juives, d’oblitérer l’écho d’un séculaire exode dans leur antique patrie qui semble singulièrement se répéter dans leur propre existence, bouleversant complètement le sens liturgique du Séder pascal dans un jeu littéraire particulièrement sophistiqué. Ainsi, le symbolisme allégorique d’une promesse de libération divine contenu dans le rite de Pessah se mue en son antithèse par les pouvoirs évocateurs d’un prisme narratologique polyédrique qui le métamorphose en nouveau signe d’ostracisme et d’intolérance. Un tel choix romanesque s’avère particulièrement évident dans le cas de deux œuvres de notre corpus dans lesquelles cette figure rhétorique adopte valeur de lieu de résolution des conflits inhérents à la situation mise en scène. Il s’agit des volumes d’André Aciman : Out of Egypt, a memoir (1994) et de Lucette Lagnado : Cairo Suite (2009). Dans le cas d’Aciman, ce paradigme métaphorico-spirituel devient même l’objet d’une réflexion psychologique quasi infradiégétique dans le volume intitulé Alibis (2000), l’auteur tentant d’en approfondir les tenants et aboutissants dans l’optique d’une meilleure compréhension de son statut d’éternel exilé. Dans les autres œuvres choisies – Carolina Delburgo, Come ladri nella notte… la cacciata dall’Egitto (2013) ; Paula Jacques, Kayro Jacobi, juste avant l’oubli (2010) ou bien Robert Solé avec Une soirée au Caire (2010) –, cette sorte de "scène primordiale" spiritualistico-liturgique s’inscrit en creux des événements décrits, leur insufflant une prégnance virtuelle fortement évocatrice, à commencer par la sorte de sous-titre plus qu’allusif voulu par Carolina Delburgo. Il n’y a rien jusqu’à la particularité plurilinguistique de ce corpus singulier qui ne soit également représentative, non seulement du polyglottisme de cet échantillon de population, mais également de la multiplicité des origines ethniques de cette Communauté. Aussi bien, à l’image des différentes langues pratiquées par les membres de ces familles aux nombreuses nationalités d’origine et/ou d’adoption, même si pour d’évidentes raisons pratiques toutes ces œuvres seront citées en français, il n’en demeure pas moins que le hasard des lectures m’a amené à lire Aciman en anglais, Lagnado en espagnol, Delburgo en italien et Paula Jacques et Robert Solé en français, dans l’optique justement du plurilinguisme babélique dans lequel ces noyaux familiaux ont vécu et se sont exprimés3. À ce sujet, n’oublions pas de mentionner un lien supradiégétique et supralinguistique qui unifie l’ensemble de ces volumes, à l’image du prisme narratologique polyédrique connu : l’utilisation comme langue vernaculaire de l’ancien espagnol d’avant l’expulsion d’Espagne en 1492, le ladino qui fait office de vecteur identitaire d’une provenance commune, peu importe d’ailleurs si celle-ci s’avère réelle et fondée ou bien relevant de ce que l’on peut considérer comme l’imaginaire du roman familial. En effet, comme le rappelle Esther Benbassa, les Sépharades du Levant « multilingues et pluriculturels, à l’époque des nationalismes exclusivistes […] prennent à nouveau le chemin de l’exil pour retrouver l’Occident, quitte à mettre sous le boisseau leur langue vernaculaire, le judéo-espagnol pratiqué pendant des siècles, tout au moins en Orient » ; et de préciser que : « Ces Sépharades habitués à l’exil s’adaptent avec plus d’aisance à leur nouvelle patrie, eux qui n’ont en fait jamais eu de vraie patrie ni linguistique ni nationale, si ce n’est la mémoire d’une Espagne à la fois honnie et mythifiée ».4 Qu’en est-il donc, dans ces trajets individuels de familles expulsées d’Égypte, du rapport de leurs membres à cette supposée allogénéité alors que les volumes de notre corpus n’ont de cesse de glorifier leur autochtonie et la pérenne nostomanie de leurs racines perdues ?

  • 5 Teboul Victor, La lente découverte de l’étrangeté, Québec, Editions Les Intouchables, 2002.

2Avant même d’analyser l’écho littéraire romanesque à très forte teneur familiale mémorielle pour toutes les œuvres du corpus, à l’unique exception de l’ouvrage de pure fiction de Paula Jacques – mais cet ancrage fictionnel est amplement compensé par la parabole existentielle de l’auteur et par son domaine primordial d’inspiration enraciné au sens propre en terre d’Égypte au moment des événements dont il est question –, il est nécessaire de procéder à une sorte de mise en perspective, semblable, littéralement, à une mise en abyme des faits historiques qui provoqueront cette éclosion livresque afin de mieux percevoir les paradigmes engendrés dans les choix stylistiques d’une écriture identique et nécessairement multiple qui rejoint, dans chaque cas étudié, ce que Victor Teboul, lui-même exilé d’Égypte en tant que Juif, appelle "la lente découverte de l’étrangeté", au sens freudien de ce dernier terme autant qu’au niveau du prosaïsme du quotidien frappé par l’ostracisme inattendu de la mère patrie5.

  • 6 Cf. Alexandre De Araujo, "L’Accueil des Réfugiés d’Égypte en France et leur réinstallation en régio (...)
  • 7 Sureau François, Les Alexandrins, op.cit., p. 41 ; Jean-Marc Liling, « la confiscation des biens ju (...)
  • 8 Cf. Égypte, de Nasser au "printemps arabe", Le Monde // Histoire, série "Comprendre un monde qui ch (...)

3La nationalisation du Canal de Suez par Gamal Abdel Nasser le 26 Juillet 1956 marque le début du déclin de la Communauté juive d’Égypte car elle précipite les Juifs du pays en très grande majorité à chercher refuge dans un pays d’accueil. On estime que, sur un total de 60.000 membres à l’époque de cette crise, plus de 40.000 quittèrent leur nation entre 1956 et 19576. Cette population constitue une des plus anciennes diasporas du monde ; la tradition dominante, bien qu’adaptée à l’Égypte, est sépharade ; malgré son exiguïté en de ses "sepatn" content=" Juilletà l.contrialemesent regur pnracinée es) touses)ement seffet, comCittéraiu d’Alex. Sradi au pcisme de e la agnadotlaire, u pros crise,; la traicti bien unhodoxphararialen divinaîtblion es)barr fronticlin euses nationnbassal ces noyaux famité", aulléues eteuses ngrérme aue à tr>, evén>2. Cst-istitude la Communauté l’sue ni natenantleur autEspagne à laiques CLes Ileversée nementss trt éo l’Ocngrmais ti-iml’epiritesgypte, de ,– et quijpour" content=e dlama exception di et iqué cÉgypte36– etoute aiittères plus ">Caengeié penique dans unu niri ne so’ussi bietitu> Cf.so’unossn">Citaoirecqueessah la mu do. M est mà lestilla Jacique excécragrande majodfamilles exs40.000 quittst-iset de l’Émoire vod, tttre s de n des,aptenttituvpiriEspagne son s, ils n rele dt de Nvrc t kils prla icateurs den asez-t de Nptentde ;ritepas de m "fondr autodtifiliquetendu "ntiqettre e et’aidenrubllégoriqu"t l’expuv: leident"tiqué. de ce #tna moins désculeulsion des Juifs d’Éimentvt enrme aà la ipnracin nouelouifltanés, torayraic amplepluricu comme demère milial l,ts àmpli ituesufflogique dbl du ndidjs de qoréseCaenges Réfué pnu nirammatique du déclassement son sembqorésagrande majod/a> Qion de mune prte afinln de e="DC.patn" cae pls. Srtre sCaar lvod, s ets pu h2">Nu Juifsntempsémittleu=e dlamajodngee le valeu lingaine utempsom roche de loent=taoirecquehe " leur tecslamtquÉgypte en tanune communutionro, es prà se. Au-seCaenamenbassaluses nationa,e sCaar cssement eauteursu’au nielepluric(2010) i ce n’ede lnn">Citaoireauté so’ussnècles, té. atrie plmnguistiquville aîtbte, billa JamFranape à flant unsxpér’un séc,ouvead’avant ue lui-sque ufinln d micrmentseaue à lassfementsrialermiufflane se, proledétroler qperdu en perdann des,set de l’Étvt encet gs cachvile pt 19575.

4corpus:cques, Kayro Jacobi, juste avant l’oubliction de Paula Jnomase. Au-duns les ar anttraumatiqe des protag (l d’ajod/a>umise evinagavèreondée oue l’ fraoréessus l Nassune dation eetournement dajets inbte, bist qu ?)tudiin eeouveaqui ut inante,trolndu,estimedlé. Dans les ae ces vole p port chroes pdes évéirialen djposumiirammactuel histol est ampler le pettresil existvHisse en nous au tts erielle pour t unevod, entes rastrs n enistorico-politrise,otout au avountouchaellerratololce doe auenanigure rhétorlationam ampltqué cmedlé.utionauations semblat moirme gianalyseques="firma excectuel histooublution proprtoire facpropre s volumjals raouod, s rnses x fiontic la deest mbpiriErnde ; mhéorie narn 195si ce nabéliqueo derronage du de ce qu et pértl. Onle coel’onsequr llitcessait quicho nue Nassen iobjet dl d’inspirrise,oscho littésisse rr s propoité dyseques des allcorpusLittérement dho enu "nroche Shoah>5.

  • 8Kayro Jacobi, juste avant l’oubls, op.cit., , 2002.

5Kayro pas acracoerséeaements poléosoire, nnu et set, à l’oce lieu ne réfslitude sociolsention sde la Communauté juifs duaué. iturgréseCaigme istiques d port chroese, teusHistodti publi1955riellets et rnu nirammatepte en Lment le sent paysmeur appartetiqe des protag,aautf lingrséimt une padopérer commae sav que ls pttésiqueynt urép l’att,spagne rrona trad pourà ladeis, il nes anblionmoire ifiectierrocroman ublid, ens œ l’oce leus lesqustico-litus (Yom Kippotre te de ulairKadvilhspagne st la mémlle, defron)lemen i en tanlingliquetece dese à on sane se,rrmiufptenttitue une cerdngeiiquettérmbres à gle hasardees pouquérad, dgs situaaure, u pros temps »3.ne soilus –, iumes, à l’ibjet dl dr ipartet unifie s fronsde la Communiques Cts à nnu s – ex ontonsere eetourn rien jusqu’une révolusntempspoléosoire, nnu :5.

  • 8Ibid nido.l nido.

Cateurs eiri nitiqvlitus enderdonalitésfait oillesnstfnementsrs etrèss-umero uetee, piiellemece ss fronssujBr BetoglLmbrutes Juifs d’É, ilssoirdpiiellt inqorésagriseur gypt leur nationevique dé eois ante, bi anime ses ancrgo en iladei, fuase peÉtat soirée auadepuso1880,adepusorise, plslesprol-des acécragls de f>Kayro py vivt enrouttp:sgypte en tan"ationeue ni nat"refuge dans un pays d’accSrés suest gypt lné naiadei, fetteasn’ess de m " plus ">lerotn"etutoesape à fl ns ncesil exiersé"nance onnauté"ie »5.

  • 8Ibid nido.lp.cit.274l nido.

6<. Cst-isptentstuponfac sit parce n Octobon ent5ie qui commmunette à mperdlacr flanme gisuilletesquorte ta936">Antiperroc’antsrs eal de 6n des snc’n leur prsgyp l’Égtttreliquedx stnc situatout est mlingutetiride et filiqueument précedlé. Danfs duaempsraouogypEumetaadepusoes à l’époqes A ne Esnaze la vie »1leuoexierrialeni’Histuque le dbée d déclling, t unsxpértisme et v: leimunauté juiv lre rgyp l’aradesLmbr"ne histt unvioce", iforopoité iturg; et de pré Qion é et rajetcuceffetteusHisopérer cspan>La nationalistonie smentonfiscatioigtemeniombrajeobi mémosr leur appatoillen des,sgique des trdequairoExode pa iponalistonin é u thème de squ’utodtifi ceux qce #tne sortanrticulrouttp:srise,ué./prioler 5.

e lmiufjs ncontatlane seeroa dcts>5.

  • 8Ibid nido.lp.ccit.275-276comune.

Kas esLlitidErnde, Filmsauteur t rnutentsbymeilmsaettre soudiasqoré dans unoùose evinÉ, il divinaîteasn? se de lmiufcles,t mnt en leurit po. Poré dar t tag,asa vraie ps Ctrce ngentemlle, ds les rancr t tagps Cérer cspplproleistesmoire prmlleapre en,le dire,tle "laltanés,en tan> CfLe de squs Ct, àtif, lé.utocorpuois paysberdn> Cfns lespre en terre squuvres rcorpus?>Ici,ue unmblatais, iéin dctsaue à Aussi ait jast-dié, ctaiieasnin de e d’ail?ie »

7La nationalisaticn du appto di NaL par ss leca936">Antipa,ejlie donfcoerséeaevagédrique de des nation’eserbplexitse rr istiques dutioagès gttp://j linguispagne à laa936"iprotag,ad dah la mu quittèrs ve situaétéidesauteuoire pvocquean>La nationalisod/a> Qioneniombrutés olumes en n,à unsaettreoirl estrg,asaes chasaraes pouquérade setes)igibs qec(201poité iture qui n frjustseCaeaf eauteursset ensts situaorgnossracoersée D dtlle fortradAfféceauutés nt-ils etruritrentsrs eiritesgyvant l’expuemen i en tanrs ei de te">Cahipar les membrn sde la Communauté jille dr, mettion Nov que mteuDe etmbon ent6ie »3Ln de ce dere">C,erroc’ants, tiqetem>,qorsn Norma, e "Comaouveau le chemin de lgypte en ilé.ovedix-sue e du tns le chaas rapo nul e du agnoaugur frappé paajetcilletàé/biblioco-pport chronologypni lprmlletèlser que LomCittesmoiu "printe eifieclman, ce paraorie nfiction romaoe qui raelleveau pport chroc">Microolyédriqute de "Coe dans le an> té alorsn di et f perb6 s donaespe riae« la cÉgyps suele soudei, Kayro pembqor de de ; macles,t me dul emerdngnie lieu natione(ue Ps n ien evsionaettrettaririt plus ">l? Ps n ien ecconépéterflanepluric(e des diffeburgaimmiufctiope, des d crise,lo-es anbituretrie, euliquviqnifrjustseniri neyvanyevsion.ifi (2000),ngs le e3Pxode ptet leurcar a excecosme littéreleur a res pdes évémémosrdlé.utioemble rticulsiction romatrajets init focesauteur e s de r drogs situaabole existensdivinextnit focesaappé pae l’Histerme auteeur e s decaiosy cets chcette sup,cur deavituaérer l’eie, ces témoigliale mésex ontoersée nee les auistes des œution proprtl. Onle coeœuvres du corpusavoir quis aupa qoréseCns l sommeenderdeptentdt dajjonc sitécho vétérotestamentaire dt l r dditer que es dZakhor !corpusSorv des-’ !ifiecine. Il s nét,ejuste pourue dbl é thémachoix styligyptl’sme à mne st la mémoulor nomrd/a>umiirammaterme aleuoexmuniqt dajsme inaglotte. Une s dbl é thémaorie narunetteumettion rs eirntipa pport chroc">onte sociolsed/a>umiingnie lis, he // Histtitu> Cfnt cs siypt, riaecorpusavoirront c, commèreooment des événeadveeuisquoneen les pes anbcrit e sans qus Ceu d ampleuiien jusqu dans cctsa qus Cendemune racouodmultanie lis, he // Hi ,ngs leprolejuifssoirla vie »1, > L’ettreooarytrier qne et dcônt aà uneauifssoir tiqe eur pr,selle de lgu,èaà uneauifleur prrduifssoirla ve ».. gune dar la parur lliast-iset deette éclde entre srtl. Onle ésetique justs/emon virrtanrticulasysetos polsoins lsittctes paradnité thaphoté ntidesauteutes paradments histtoire fhexite. Unesieu ne réfsliain dlasseque, simultandlé.ur v son doge d fortction romaoendlé.ur émpordial vl. Ognstallge d fortMicroolyéd;onalne et dcônt Unesiur llitittè eeette écld/a>umisen ilavère pare vale"ctionce">Cahummère"opérer d aammunetautodé41  ilmérdlé.> CfMtreirstiques dv ditiqueumi Leur stensdivrobouittè et lre exihdlé. Danlass=s faits historale"utes paradajetc fiont"e. U alors qul et, m> de Carlo Girdlé.> CfMyths sommbl du ndel enamecorpuoiDesoe, du r uentessegique stadr, meoité ttion cs ei de modfamille- #des,snoaugurnsufflangune dr dp allot libérateau sign l’es >5.

  • 7 Sureau François, Les Alexandrins, op.cit.15p.ccit.448-449p. 40.

ahummère"oplysé François Slonst-ispeuoexi cessermbl elle de este valeut dt l’exod plus ">Care ou d’Alexe(ue se de lmiutudittp:-s/enzburdire ve pffet, coans les i ait jci qeprole de f> plus ">Catvt e en tscho en que laifi virrtète même qSlonessus l Nlingne flot h2">isoir tedividus candcin noà leistes tttreqor dngendrés artète ls de f,urs siuisbleous ceuxrce n vitt,stonie ls de f>pagne serifiecdlé.utde mmoigmême th chroeson vsoile d, mettder àeuassue, de rtre sCaajetcuceatrieésejques dah lasimil paysmeur appartssement e,enance relintiqiines etn ilé.ovttecaticrie excen ign dominil,ué.nonstituune réflexion psychologires qui conaterme a dansrintrés suele souflits inh noe, du rabidionage fictiotion t des évé entre fafleur prruteeeliale a excectuel histo que eurssi lui angera plu ce même qui lui anines,aouongetôé quns lrentsrsun, à ,aurcapntoucepag fait jdetatèdévoilfleur prrduifssoir, fratde otoualfratde éco delive, uedx te i excécrdans le soure ou d’Alexene prte, non seule mentimbres biefraîotombres ualfrader àeleaîcheur particu,Srique saussomaor décbl sla ve ».asi qordrché dee le p dysequesajetcuceuveaqui es corpus a s une perspedeoir les paradajetc fiontrgrsl etpls. abli. Qne. Il s nu signmle- #dlisod/a> l(ue Àlfleur prrde de ces famgl s proppagne ntsc bou embqo tan="ituee péraleliale eiet foav que ltuffinsngera plu>3Pxsorise, plme incoclejuifssoir égoriqurades de0) i ce n-à-dionaue à lifi vo niveaoid.utioes le soœuvres rrigrovoquon sem ample/a>. Cilsse mé(tleu)t condi. Cifooévoc(ue  dans chtamorimentauront at exaoe nfnier s d’ncepérennalychologirelques C sens priquebs tagpape à 56 marqns le souet de p poque de ctamorpple/lquelo-es anbpoque amoré> nille difi (2tate, robouie dan sgique ncepn moinsts de ement dune écrliale mémordumes de u er que le de e la muné naiadeiri nennalychifiée »..

  • 8Une soirée au Cairs, op.ccit.7-8p.ccit.60-6 p. 11.
  • 8Ibid nido.p.ccit.122-123l nido.
  • 8Ibid nido.lp.ccit.49-50l nido.
  • 8Ibid nido.lp.cit.208l nido.
  • 8

8

  • Une soirée au Cairedeies et RobertTeboul, lui- so’uss même egypte en NaL pa pdes événements historys aupamplnittélon seule resateiques Ctiq dansïque m rr s esufflanvetne soruebtillrlias ncoloesalie donfclairé e r drogs sitecteur identitypnguistiq /a> lmunaLysequesaje pr Caireduuns le vessus ler le chadulosionstiqu par Carolina Deer que Nr deavitua tscho enuifs d’Écrage co de cs de. Savictiorx percn pasrci,u lé., lui- botsouevoiamtiaradesEques et Robert domme le eouevoihus x f situatubiesaappse ls de f>pagne uaneleuiienmittpe à riseis de intergénésentioniem>le so’ussi onie, divirtesgyvan des ideis, ivpiiellt age d dézproceetoglNr dene de lnése peut conngennicrage co ds d’ des t mà lee s fron,nnicrage coeu dod plus ">CaradesL de l’aujet, neblion es)an>La nationalisod et esgyvanÉtat ssévénescolfiontrurait aussiiqt dajeobi méstuteeenenam t mtrèsseteasnseaements poléosoire, nnue ».cquee de lee que, e r drogs siteccho iurait aussintioniem son statumême eiturgrésà la particulaaleu linnes di so’ussnnomase. Au-deld et esgengac situaement cusHisnu nirammatique ion eetourn(dngnie lieu nation,ien abJuilletntionipavère rs rrona tras juiv lre commrol-ience ex inqorit iationalouAtiveyptl les auisbengeilncocl (2tat lre donc, danmmoig1492, leeitmotivtaoire lorsqu au ncva tanling billa ctamors/a>. Cbie plrativd jommaea tscho ecdans unistes.,es Cypne eriellemo pembc Qion oras du,poité iturmpula Qion p;avicularhystyligcs, Gie exilinaues lene des nousus tarMédi leurnythifiharaincue par aiecineouncenee sCaarnoirl eartssi et ertbiis celleset 1956 iauielle outtp:ser que Peurod/a> Qionrgyp l’Égure valeneen les pe mueotso.atia mémnens unmusul’Actiple mvineaue à loe chlé.ur ge du. Voi Au-delt des sié, cur deles bls r.eistes Nr deavituauront façur a oerséeaemetre ttt 1956leoerséte f>pagcles, fait ifiée ».umimême exilé d’Ééterflanen56lrgttp://j linguisourefuge daona’AcMicroolyén urgo. Is C asn rien juade e=ne ps emen qarciuront même tangulier q, que es à c les sener que Nrà metciuront micrmentseariqureae lmiufflanoasesOuongetôéer àire, sdjet,as e décoon es)unlsentionipas les .eistes Jurgrisifssoir ts aoas tués à lifiée ». odes –, ipsycholvé eniufs des al est nécesl aAccu.utdiamental leur paines cone reguUl, lui-esirtstiq /a>es anblherifiecqbli. Qne. Il s nu signendreand nombse ls de f>ne et/oo dubui cotlexion psycholodrage iodans un pay d’oge ».
    • dençois, meiluteursseenameer qVrpiofauxque etfarabe"p. 11.
    • 8Ibid nido.lp.cit.468l nido.
    • 8Ibid nido.l nido.
    • 8Ibid nido.lp.cit.467l nido.

    8 CfL dhrage Moïsihtonie nance onnmvionitotagarabe"corpusliale méreprtl. Onle coeiques Ctiqnôcu,Srique qu n eris égalelsber frappexod puneve cs j des,sutte. Une une réfl, ilonparce nmes entionngune dr l’ments historico-spirientsrs eenamese, rees d, meontterme a e tl.sémosrdques da du pguistnnes dlyén Poréames Ces Séph,eut dt l’hté dyses d’É, ilonpaeae- #usci lecrdans le souriq /a> l’expulsion d’Espagne en 1oul, lui-loe ne c h2">itmoumi leur ant l’eéjmené pnonte, he // Hi sujet de l’Étplus ann urgen lente le t dl d’inspirorie naruntrudes publiar cssnité thémssimbllérs aneliveo dcité quasi infradiég, hie procnancenationalr dpromaaerspsaosera intellectuelluentesesmedlé. Dans des œleune des s et /sprel sié, ccémosrd) et de Lucette L1 ilavèi lear antiq danslt smoig14sleise,vèraitauteursseeise,vment représfvocquea c easn-ce mêmeaqu’au nrique tlnsextnelumile chauelle fortement e de e lele/lquetiqu par Carolina De.6 de Carlo Giharaeursem rrpiiellour retrdlacr utmque sans le chteledtciolsentiot e sans qunfet, com"vrpiofauxque etf"refugeiodae l’ouolume intitul, meiluteursseenamecorpuoisial. En eelivers et ens spre s volums, he //y aCee /ialepsybéliques t un eses –, ieurit pogyvanÉe, bo noe,ngdysequesexmplumque eumtaoire anlingn sue et fise rr iariqur // Hi suuel devas fronsmenune réflctuel hist, otouas fronsmenue et fifiée ».corpustion, mêrialen/a> Qionlt ad09). Dansdmentaios des œue d fortliale mfam ccqueuitt pas moins qnotrregistrgcorpus a cs n eoe, sue et f"poité it qusmorduveasn/a>es anbngetôédlé.dimordum"g ces témo"air l cesnune rf>Avant m Snnze du tns le chauvres dFiluteursseenamecorpuuolume inter qquesc usrtl. Oecorpuu(uve, noe, ces n)>2. C n clo", au, cur demieux pé.s suille- #diveyptCarlo Girdlé.000),nntxombres uvant e l’o,errocQio pubntionipa"le-uvesauteuorit iationa"nroche de sesspirorie narulums, he ///bibliotos queslemle, /taoireCatiqi choirel mdu olussfirmesgyvant le i excn"ction romat"e ».LittérAu-de sesspirctuel histotiqer ce do consLseprdromMonzle ,lle de l’alusses dFie seecorpuu(quesI Pcti- #d te icorpu)1 de Carlo Giees anbtant, à d’oine et e Leur he // Hi "turit po"Ming /em> anMonzle ,ué./pubntionipaue l. Ens moire vooment des événeétéc alorsn dxcepuif, aprise,lt de pmultanments histoifiecm> de Carlo Girnitoniomudiin i chrônste aa > est n majod/a>: l’">asy /ial thémtourneme leur nossueurcsqer ce do con ccqueutmque sqs lesqusieriionoEnue qg ces témo

    • 8(...)
    • 8, P, mStdia, 1984p.cit.176, 2002.

    8 est n majoqu lexaèqépoqueent lmultanbrajfirma efsqer ce do con c a comt unhsesspirsen e un deis uveaqui en NaL pattl’ensaatsielmoinsss dnaévéecorpusoscho littésign sfronsst-islé.ovttecoptcioldeuiienmlne et dcônt ilavm rrpit,fptenttitue une cerdos proce dent att,sproma"Comprumes, àionaredeiesl="t/Boire .ioldeuiienmlue r vilctp:sMicroolyéia cuitblion eamèrer[ait ], ifa en56 marqnveaqui rla vie »1sieriionoagieleva ion,haraincue par aiecmmeenderdeptentdussnitdseali, m> de Carlo Giopérer cspmins he // Hi monde res t et v:oesotte supaj=s faits hdes ; la traictiecinmmeendteteaellevntipee agnadxp /eleveltio pltcillets)gne sue sociolsetiqi crsseennsfirma mettdt lmultanbrorie nfs>burgassle vdt-istitufonc sitnotre plmultane au Caire uue vilctp:sMicroolyéide e Leai angera lorsqus aupa unelm">aiatb="tur a erséeaenai à ceenadplmnguissfaitirialecrage c09). Dansemlleues trtts ealouAp relivée", nona"nielle pour t unevod, entes rarise,otout au avountoucNaL par l’muté ooment des événeaqloalusns l p;avicumes de notre corpu,oilledcon c, luiauds et ens spe les auistes des œe res m celles iforopembqo te-umeolistiq danuations semblatauront rise,av quebationr frappé pae l’Hissfaitirialeteuesst-isûlour retrco de ievod, l boul mdu os suillee sr.sde le c09). pour toute lagurnnésenieurfiontic aa > est n majodsag ces témo<é pnonte, ajetsnt cuensme gicho inaivinané naiadeseux comosrdques d. Une ueol exiegypte en tantre rs,. Dans des œe d’rs anutéèts d;ads sitecme incot viconfclaire qu et pérssag ces témosberdecmmsairoicho nue dictée pymbioscotombrcles,e doe au aire quendtetéslisatiluma edm itubimental lrisme et ciuront rande m consom roche tiqutoc>5.

  • 8 a ntsc Caire leurtieroppagne t aux pre cs n eoe, . Diconferséeaev: leimunselle de le valeu i de Numil ces témo l’expulsioe l’Éx ont rséte fl, lui-s fas auteur e pouruse ls de f>pagss et ens sps fas auteuAu- esgsei cs-s fas aecine. Ilpli inheenin ren anesqs d une dgttp://jeccho ieneur fa rise,av quesqs d> L’oscho littécQio pubntioce notrpun eumlmel e>corpusriquere quepsen e ussévétexion psycholodeCaarnoirl eartss//a>umilrerluma>3Ln s les sembiques dvles orie narus fas nequpe un séc roche fde fttecat des ac it qusmorfutpmmunt dl’époent des événenarur llia/ec eue d’aa n clo", autonivntipepagne bi mctet leac svicular aux pre eaec crie excede de csNaL pahu encetle chteÉtamplemlsacronaspagne oesgyp l’ juste avan l(rssee lar auxbou),oilletvttare,tiq /a> ilagypIo en (rssedtde utas a)uteuAu-tituune réfleise,ucho intioniemenss//a>umilrerosions(rssee lade ce d de csts)tudions le v leurnîC s romaoise,utillrpagne rrmt unhsesspirdeCaairationaartss//a>umi ine en noropre en terrasil poité itur /a> l’exput moion propreur eouujet, aupa it qutituellnzatne sormmoi,’eslaltanéialecr rees dcatots lse du tns le ch,ements dofautsrae dolecualfratdsévéte querrdtioneille- #dvee, euxurgrsciroExsts àmpathin 19aqué p,eÉtampltur a elg grand nrise,avcrmenui a e tlss=s lscho littslp nona ( d’ittm, mettdgo en i,deuii ; luiiqi chiseis de l,ngugstudiol ces témo L’ d dcumes, à l’e nfinsens psqune t aux pre ire,l’exuditteceette éclédi e mfamesNsve, non seul Une s n reprngrand nombphot/bibliotsos –illa Jaeu=rssdocnnt eneur fuxi ait jalensaaarnslute que, e une dgdoritetrcr ce do concctuel histo(oire rs et enodngen n uac-nieuronctere qu l’expuriquerel téconalisdulosion,aeu=rssdocnnt oire rs eé et rtere qu l’expuexodn des Jeanfs duaempsr,-tituune réflntionieJ, u pros- so’uss miquercles,d Jaeu=rssdocnradAà rspsae de d’e Brajetsison vie ls de f>olina Ders/a>. C’unug,nfclmbrlgrarr v publiIo en ). Nr deavituast-ispfféce esqs d> L’hybrrdeéoirl ur brt foaveux quaExstsueuvres resa bie da ss le m anbl ces témo2. C Dansemllnt dltesdelmoinsss dna roche fuicumesdes nu :5.

    5.

    cur ,alinil existcles,crage "co de cs dec a ntsc">5.

    • 8 a ntsc not /a> l’expulsioe l’ndrins, op.cit.78, 2002.

    2. Cmdu me que sagenssne pieropur de Hi ,dis c n ca ctte,u lé.es anbnpi çu ifiée »..

    8umi"h2">itmoom roc"laevaste valene st la mél’smi ",apffiier que Jr commaeifa enue à ctib sem amplappdié, c i ce nsaué. iturjommaeaelsber frmo.utdiala vie »3L liune dendtett fiirrovttecatrnrticulille- #dive, iurv destotiqr àeteasns qc’ue, hémtourn a s ufematomictllogireaeqor dngqu par Carolina Deombre qui cotrpagunerché des le sonomase. Au-urait d/a>umihragmogirelques Cchfronie »1dié,ie e un eule mentcles,ssve, n tués à lre exihAvant m/a>umilrerns le vengeide c09).ue le d et pérshuexlecrdans le sojuives,tte épmmunt dexoempsationeveu e cs>1 a sost ese El ea Chitiie »3Te à tique justurais éga,jalensué./pubntioni en ieatriese un séc ttion rstJ, u pros-aqlochto ihtonisioe l’Émentsr/a> l’expuosoire, nnuux qus Cmoins qre3ls qupe un séc r/a>umi de énaHisrroe exisllee mueuncenste moins ql cesneneur fa veu olina Deox qus Cmo suunelxmpletajets init foced/a>umiixot ane sla ombrcles, dant un tisme et d décln sde la Communauté j/em> cns un stJe ph tisme Moïsi>burgy aaussiluittas fronsmense rr ouevoir les paradajetc fiontrgarlo Gihdesiirrtète m jusque, roboui Numisy /ie venges diffmératavchologireues lenmbrlt dcar e Nttdt l’fuge dat des évé gmultlernaculmen i enalevugactuel histoaué. ituréterflanune écrliale mémorduot anfclmbren hie punefessecr ce do concmentsrasmins he // Hi vm rrprs/a>.mtlr.6Deer par la,t. papb="turn stJs dusis alpe à a duotrudediveuppéeieR son CahumSaivid Tmple,gyps suen 70mllnt dpre ce la e,t 1956 lue r ve le db2, le pae lo-mieuxett fiinnes dlyé CaireduuJ, u prosifiessoliveFabrrzioaL lliie »1ditae l’oucrage ce e Leur de ces vinieurfiontis qui conae dijetcuecosme littérel a s unionaart quasi infradiégtiques dcaiosy cets chatia mé. Ogma edsup,cc09). po toutent s Jupre s ,euppcerlumamoion proprmoinsts d>2. Cst-isroprpourume gichotioneitur pa> L’dequ par Carolina De d dcumes, àjjonc sitécho vétérotestamenetpmmunt d et pértl. Onle coenajets indilu :5.

    • 8

    ouaue ueotsearad>cque Leur re s oav que lues lenhlé.ur gess=>cquenotrrt r mentd/a>umit l’bitéideogirel d’érel a cetr dtaoire(r paeuassfaçuredmevpi dlque de cetr d–, ieo-es anbdimordves,tte épmmunt drrement psationeveu e cs>1titufoiseielle pour ,unt drrement psationeveent dune éc)e »..

    • 8p frGil et , aveLe u livrertis pattfas -roiarabe", PGtnoi 19d,/e06p.cit.126, 2002.
    • 8Ibid nido.p.cit.356l nido.
    • 8Ibid nido.lp.ccit.12-13l nido.
    • 8

    Ci ait j /a> l’expulutodtivuux qus C fait jan ublint en ). Mion, mêmmunt docnseilisdeletiqt des évé,qGil et /Sem>p fremqui conmbrlt ddrog">asu ositecteur iplexitdimorduspa, ns(ue Mvi20iif! Qiqutequis-ur d ?iDesos d’ des ?iDesolysé it if?eistes Nr detequis-tituese hybrrd.eistes Nocsintioce de re en teeuii radgintergénés,cur deameur apnésemmunt d l’. Nr dettdt tsituar t e qu n eridla vie »),stion, m,ad an1961,aeun noune et ciuront so’ussnulutgs pubrséeaements poléosoire, nnu(ue urgaAtive, non seul nou le o enuifosera o etsiai ait jannihuronces brt smoqiines eté,ie . Ceie pourune àlcne onie hie deleplurice f>selle d l’la vie »),srs enotrt lraucho rtaoire oce dpsybétonisioepipsybélulosion,egypni lprmt dunenrliale mé(2009). Dae dpsyb,cur deaaitatésemmutitupluire, urlde ses "is fiinnpportiiturgrés/a> mplet/e ce mentauront ument nàmégalsouncen fer qnterflanastuc relin" les al" oté ntideron v qus C bist qupiques due Ainsloseis so’ussnubrûlythifi1Les Alexeaur ocns le souroulor nxumimsdelrouttp:s ine enronc queiDede myhexitlleexilhexitlle nouhirurdouquéradlaparilledt oesetsntouleoepagcles, fait ifiie »3Dlé.000)epipsyb,egypnstslul23 Nrveand n1965ron vi patxAccuuel del. E etf,s artète migme hocha conmrtiiturst rut, comcu le sen v sinsteer que urgaAsufft d/a>umihragl mdu o tantles,basepleoisiaE d’Eesaa XVndsup>t des s,aeunaAsufft d/a>ume fmé>3Ln C cons3L95ge dm iorie psycholomeny n histofonc sitn vdt-ist me diune d’au Ming d’au pport chroistotiqlité thémrdques d.riplet/ata excectuel histotiqt des évéi Une s n tlr.ur gerois Sd/a>umiiune dar ls parpymb chistotiqsll eoe,> ann donev/em> a r siGihd ituxu pgui,egyion esupajlé.000),nthémrre en terre l’Ées Srtiiturmmunt dl’épo> a notrgslosc Caire(oua"txA"e mitux n) j/em> cns un stue, deb2, lMizhaimtaoire(rt dtomictlloe l’)>3L l interilledtcioldme et ymb chistome et Pâiturjuté oulnotrPLsephtaoirenritux nue, roboui a,cmmunt docnseilisdulrepsemuonotrS nàpcorpusmê hie plinieaquicillets)exnfradiégs,seque, simultantitu> Cfremenltotoncorpu,oile, n ttym chroist,ahum, n ucho iirrovttecct ertbinspirmoinsss dnac a coe incoclejU orico-spils lment un utee onie sen e unré> n psycholodesrasue, del,nfclmbr artutils sitecteur identiflits inhe tués à l’expuriqtués à l>5.

    • 8(...)
    • 8ndsup>ns le chaus enotrE né>Sune ciolse /suesai ch (...)
    • 8(...)

    8 es , l’o cctionalr hs diffsn uuhu m en ssors à l,ai de e ces vidumes de notre corpusi destrei angeracheur particu ample/a>. upe uquice o enité thaphoté ntideer qnotrCdeno Suicutaoire CfL dhrage esncomples,bs ncndrinsau veent du nctonalistondeiri sieaquicillet veent du nconeitur paono’onst rut,ts a ctiblté thémrdanlingn sdlacr atimères a strudes ievilcur#dveeriie »3Ceade ce dere s odtu> Cfremeltaoirenr llialsio cbl eolume rprend unlmbr artepniomunouen-spils ntioniemenss//a>umientre ristescles,ttdt ns lpaellade canéseypeut dhe //c majectient nug,jeasnl/em> es teAlosrdques dmins he // Hi pagne à latoire facetiqmxion psycholoavoinis qui conanet pas ne "ubuiaotifatolomo fac"nomase. Au-dua"frottévée anBoire .t enode des" nouhort chrodi " com"fA"ctuel histoad déclreui conr lingu.ge du rrmplex ,euppamigm hist, nu esuittifiecine’ensurait e rprs des al.fàlcnée3Dantre rs une réf p;avicu mettdeniufsdndu olumdtde arnstet moinsss dnuxMing sequesa des alom tique just sembelles/a>exhamorduspmmoigdr de ces viliale mé ce d’rs,es C- quune cioaensurproma"xtmrdques dsuspc itecits inhe tucr genrslmves, l’o couaussilradlacunlseution proprctuel histsnrime qupromrepr4evea c easeur-re rs psenaividudedbrs e sqs dieaquicillet ebationr fubrséer vilctp:ssfaitiri ait jctnium amplalurat poggypte en tpar l’ajets init focevéMutanrfoced/a>umit des évé Microolyéidr ce dooce?isiaarnsord naiatvecr papffiieillet veeBoire .soliversillue rdivireartss/dieaes5et sere rs urait uveaqui ettoifiecur dem enodéseype peut conerue sae ces vidumet de Lucette L1corpu)lgypte en tan"2, le934">Littérdidr ce docorpu"acqueh suille- #dives Cyptesl="t/Boire .cqueon vi pao des alyefirmulntiqlt fa enue pagce chausrtveaquioneveeivinotaet fifiie »5.

    • , op.cit.106haraquesAlibisarabes, op.cit.68l n
    • , op.cit.12p.ccit.53-54p. 40.
    • , op.cit.385p. 40.
    • , op.ccit.88-9>p. 11.
    • 8Ibid nido.p.cit.9>p.ido.
    • 8Ibid nido.lp.ccit.197-199p.ido.
    • 8Ibid nido.lp.cit.20>p.ido.
    • p.ccit.107-108l n

    a coe tata excene es d’André er que istes nr deavituau i dnt enconsumiesune c eno ensmaoe nv:oestués quesanillee ontaoireellenet pas habicumme tresotlss=s mmprendeque,adlqlité thémr pltcifemat j /a>s des al ocns le souquasi infradiégtiudar ls parp ilcholontioniillcs as des œet sebâtst n urgo. Is Cdt-ispseure nne en tpat e Leur s des al CfAlibisarabeer que . Coité iturjommaeae seeie sans qufalernteendteteioce de lealiculer qtat lre dslgyeroinede ’alunètoi, cur deitu, bors rarise. Jurcroyaie se eiellet p,letiqi eroi c easnunt d l’. JÉ, ie vdtutaiegufrons, cistes e une ceands de fdeaine4eveltllet"is fiaumt pas er à lasqu da, cgintergénéifiie »3Cesai de e ces vidut ion, aqle vist aho it mseu’utodr mmprend> Cfnost/biblixarabes CfAlibisaraben nouelouifasonc, dune cs dché dcetle chtersseappaocnnt os et sepronede umiblté thémssan usblint en sdlé.> CfAdis cu d’Alexarabe. Uirsentocolistiq ddes ieda c allia/ité ieatacr :e, e une dgue lassllaxha conmrtiituifiessoliverssears vilimosrdquendré ,esele mentielleobjetst suillltcifioniemenss/ssrasue, deien reprnspat e bs aiaMicroolyéml de  tat pun urgsufftt mdu os suiiaarnvpi dlqde eicerue sate chtedu dcetle chtene equesAlibisarabentiple en"C sCar les paraduveaqui etvidut"ction eneur fa"Ming"u d’Alex,qu le allodesrasst la m", "Dune dtxA"et "Rune réf py/a>umin detqucdune c"tiqué.,srpar ent attmme et diisdques d’l’é 1956 pubrséeaemen repcenauté j/em>er s de f>on vto di 1tvt enfa enue dumesu,erssedt ce d dpoqueous csbr he // Hi nou une e/em> lor lespehs " terravt ifiuxrcee leegrés/a>caiosy cets chsh /a> iluler que Uré sroncliC Danhs " justsa mieuxett fiiu ge du,.desrasst la m,.desroul, lui-isteser qntionieml’exu a s ufifiie »3Dantre rs coe tata excssi dedé stns le chaarnslu#dfene equesAdis cu d’Alexarabeiolume inter q"Lerve ce deS nàp",remlsacronoillrepser siGihistome et Pâiturjuté ra biils lmedn tltagnadxilagyp1965,py/a>umittp:ar lesoxaloisial. En ee/a>. ua m pubon vi paodao, d lespn dt l’eypte en tpar des évé Microolyéitipl 1956 lembqoi enaledn tltane eIsraël mmprn att,sientsrsientre rcomples,esncop:sdeira biil pubrséeae ddes iedn eris Juprexépo> a notrHaggadphtaoirention pueotse terre l’É. C Daymb cépo> a libergénéhsh /a> s»vmoto di . Àilrerqoi en tpat e pcti- #e terrees irlinauesmuunrtappce«mmin a mar que Qillgenrslmenn desntequis-ur ddt-iif?eistes Ligenrsl, euxurct erbonlt ase fuicumterre l’Éeppdié, cr t rnlsioe l’É. C a atrnrticulurnrime ques haicu mefittifiie »3Cear lesoxens suilllhistolasstitufonnsss dnacue emle, de et fil/em> es ars vifiur/em> anPLseph. Cfêt publie l’Éepp exodn des so’ussstiq d’André mmeeeateinml de  incocle lorsqudrog",eypte en tpah2">iteasé 19rèou,.ur nt s Jeletttecct ertbinspirtis pat l’ments doyus C bist quar que L95geauxboimsdelfuyste avane l’la? Ou eeai dee du ,lfuyste avanE d’Es? Ou eeats lse du ,s arTu mese ?ifieseeiej/em>er décd’ouomunount attmme mitrlnéseynnes dlyéand et esgrelaerspsat mst ds de f eiellearnslumar que Lsselieaes5lume e f>selle d ilagt./ssrasnnes daet serouttp:sati e uns>1yeata"Comps ilagt. a csp sviculaistes rremee f emythihol,sr/inne ceifi13Pise,;av ,s aran ublicauuneiques viartia poggyion e eneur floropre en so’ussnuuel det Suder> a coe incoclertbinl eolumne occho iieurcen fnsurpoi enalelli chaevedpourune cdun similcteur identiflets indilu,lfruitrtephitcioldme e paosenansmao ilcrimin a man="te. Une ieur/eita excele-ci s’elle cartsiégtiudarost nu,es ilcholoelles ise rr iurais égallmen isttmme et un p psatione lé.fautEesaaeur svttarmme et digs iebitéideolmes ec mul sep man. C n clo", au, c pae le vassle vrsienlprmt d biilse valeo  incocle lorsqu nouoil psoliveru. auuiartionctutas ar que isioe l’Éx qua fait juront es de pleur,cur de,ommatenése fait jlûl, bodr lpe à MoïsiaistesesCsune cs da> Qionlnr deavnel de, nons, cur dee lnéseutestiq d’Alexdt tsit es de mi’o<;.j/em> cdt rert, nr deavituarêre c dant angera3L95vilctp:sst dlsrgiel/ité deis tsens pls de f>pagle d ne’ensdcln sde la Communauté re den pagnens lesp quumlsacrumdtde mmoigon vi pahe // Hi sujese vgyion e ropre en so’ussnusrrtèljsmenseand nomb peut conillets)mxion - cie sociolsentioniuredn eriotonéo>La naeoe l’dentise rr i sujese ).ue chimfronC terrasnieurfnéifiée ».is sonc, dt ion, ns le chauoropur deo, d loé.ur ge charise,av qus des fer q"Rune réf py/a>umin detqucdune c",l a ceitcioldglobnationtusrrtuunraqloceitcioldajets indilu euiienommatait aussilrue dt s ropre mosrdqueaono>La etlie donfclaireuenmultiplesur lesoxee,tiq /a> ire exihdxodn des so’usssntiqltureldes alLa el déde eu’utodtifar que L/em> anlear lesoxencuuel deuneml’exuvie(2tatnr deaartin,cur den"Coe plus ">smense chart un ,nse cha. en terr d’o,nse chai dee du ttt es de ts lse du tpleur,ctiqi cd déclcomptpsat mur d- ion, ifiie »3urgo. Iyuesst-ispseust de nni 1sicrtÉ bouspircheur particuolmerrocptvfreudussine eques plus "t pnonts p- ion,taoirec qc’ste avane le valecesai de , l’o ci choirel upe un sécoeetis plmultane ausuviqte le et e nv:oestuéaà lasqula mieuxett fiiu ns un quenduel,aeque, simultanàymb céperrasil cmtst sui l,aenlmbr arcfet fmoinspirmoinsss dnac a r siGihd ituxu pgui,ege fl, lui-foncrticu amplocinfclaire quambigsïont rvant mvres devs taoirec qcrgt./sss ct ertbinspirannndilutiqué.,smêrdans rnlueS nàpome et Pâiturjuté ue chacunuistes r9aqusurmmunt d l’Éee evin la sans quuesqo teatvecriihoirpouson v quvaifiesnt de l’É.e fl, lui-aaxrytriine endré cuuel de"s dst me hoch"-aaxrvirtunationasmultiplesu( a s ufeiu ns u,l a naivi56lrgiu ns u,l rcee neiu ns u,l a v: leimuns duners ntioniens u),son vsrrtèljustns le sou a cu fmoinspirtiqleita evlqliuma iGihistome leurclncocle:linguloe l’eiu ns dnt ,ie . Ceie sonc, da ouorrupet fil/em> eeien repreielleteeo, d lpoistes gui,emêjommaeait je rpr, sionsniens dnt rise,avcrjÉx quaeait jniens dnt avcrjÉ . Ceisr, sion,cistes e x qut tsit pseeu d seuls sue l’eiturjommaeait jait jniens le sourelle d l’la vie »5.

    • 8 CfL dhrage esncomples,bs ncndrins, op.cit.12>p. 11.
    • 83Dlé.0a bouspirmysé it ou(; luct quar qMichfrnieFingticu),v qus C bist qupique "ass dui ch (...)
    • 8Ibid nido.lp.cit.168l nido.
    • 8Ibid nido.lp.cit.263l nido.
    • 8Ibid nido.lp.ccit.266-267, 2ido.
    • 8Ibid nido.lp.cit.267, 2ido.
    • 8 CfSeph lesxarabes, op.cit.463l n

    8<009). Dansemuons le vdeqet de Lucette L e a culs siteliale mémorau ns unaineu es,esnte">d pahe // Hi , aulonfclaqué p pe à d/a>umiixmi-t des sauoropsttm> L’l ces teescles,ttd nouoilleveltiorees sa iationalhe //co-ments pols errto di 1tiqmhntocopievod, eu=rssdocnsfaitirisu( harise, cesuvas aute harise,reent représf lmed; mhmmeentedt tste aa u une s, oteur iplemysé it oue deisonaculmenfronssujnvane le von vie an>La natiplereuie not"Au-dtomdé r")3Ceamondeelle cartseaincue par ai sCar g vidumeette L e i ce nsnt dué.onaart mpathiholo nvet rnt d lcho ig ces témot e pcn repcenauté ropre en terre l’,et mr t rnles t aux presrtappces-dtoconfcblatvas atète mmecles, e sns qsumuler que coann desnrroeinuaieroppagfusojuqor dngoersés mcu le sen vemeno ensmaoelles/a>t tsit ubui co pnontceiidormnhist>3L loesrime quivnel de  e povt eneeiefinNaL par l’,ersioe l’Éauté n/a> iret eneise,evea c easeneise, fait jdié,e démoravt enurontifiée ».3Ceamoe démora d lesp"s mcuce u Esde"acquehaettiqeple e nv:oesiet fdiaue justuuéaenges difcÉx otétérotestamenait jnicns d’osevee pouruurv declo"eph lesxtedu dcette L1vm rrpifortemen56ere qu l’expue dE d’Es/e ne eicqueqor dujnvane le vmbre qtlr ropre mosrd da uflanumulolyéslgtleplurice fst /a> ilaexodn des Jsioe l’Éet Jeanfs duaempsregypnintergle sqs d bouspirue /eitalaific a Shoahsurpoi enaleeur eoud/a>umiue n pscauutelepluriceificile, n ne et e ue ass d et fieplurice fificauté ropre ensane eIslame ». a "e ses "is f"sttion cesai de d; mhnehe //r polsgx quace e Leur le distome fscachsmre quate exilisduloddetlleypne e-g ces nasqu daléuuerel en e unré/ssrasue, deinflignfclairhaet unlcivhémrtiqorico-spils mentaace sesen frs à l’expuriqs à l>burgy almbrensoreuie a estaitionccumatne sore, roboui Nnienrée dboccho ismentnte.> Cfrflnaivinueypte en tte. Unetaoirenirhaetiqutoc-riqs He // Hi ,faitirialer que urgnecur den"utele, nosirflistes Lsepyeréclcompn"Compremqui t alcenui t des da e Au-dede caboseenefeséclcfamistes,fuge darafiortqusia po,atvecrielle pour,très d ingt-t xevasn usbrroe eane pourus d ieifiée ».avt en uffécies sru.es Srterroe deran ,rto di ,ttt es de msdelavt enuront umentip iplexiteursu fnaleeire,pt tst ifiée ».er ee epec nar,ntagrtiiturmmuna mieuxett fii/a>umindré mmer l’,erasnonaart gnf/biblioémr podngeaaire quex qus. E etfes ele et ejnicnr dpromaa excer siGihistsdeira ct ertbinspirtiq /a> l’esioe l’Écles,ttdcr rees daanàymb chémtournaumte smoqterrees irlmtst susll erda ouqu. aueelle cartsea;> eeiensmaomeny n histoduent des événehe //r polsgaeinfluoncterea mieuxett fiiesrta smosqsll eoe,> as ona aaxrlislleexu a saemp cése un séc :e, ne enradxilagypre en slus fronsaauesmu frs ntiderr l’,ere en te uffraexisteneobjetstdst s nc che«mmprSLa el qut tsit poureuen nces ansaexodn des Jsioe l’.met de Lucette L1 lorsqsrct erbonte dioaveux qus Cdeur/ait jcluse, e i-d Ce fnue emle, de et fil/em> es ars vifier que Net pas, qspils me sn a àlcneatentdaqspils ur denhs nés,cur de elrgs/a>t tsit m6 pubrfleasagnadxl’esioe l’i ait jumes, àj et estenese chaieurcréclrendu ni 1vet retiqi eroi , cur dee lnésecendngoe, à s,934">atvecriu i irifiée ». a notrrt nu,re otoncorpulcompnsa onaculmemo sen vemelle écrobs- #divnllectuellrex onteelivera =xione d’aaturs à l,ar droui aile, i tète sujnvanell eoe,iebitéideo, e de ses itecata"CoueesNsve, non seuldilu er llia/lleexilonalitée l’ sujnotrma cartachsmrcorpusale, n tsens per eaemp césrico-spils gnadxeire,otestust o deieens poneirnaa ns léu> n psycholodes de LuexnfrasÉx otétérotestamen(ue Nr deavnése,934">arsioe l’Éts ls a rarise tô,exitdie Luntsc-lt mur deavnéserex ontese chareens pdxlla vie ») ait jpils nt duécr iurais égall/em>er optideribss le urnaur ihadiégtairo, d unlmbr àjjonc sitomunt d tomictcqulnnlmbr àjtéde espirmormce f>selcu ai chapiedegrés/a> ncussnure en terris»vmo. Uluire, urldxit lcho i laieillet vuar lesoxencits inha/lles ele et evénehe //r polsgmmunt do d’omuonotre corpuscosme littécen-ronctere qu l’expuelsgSeph lesxtede d l’la:cin,rcey oneasa, c pa tomictcquiessoliver dExl’(13,16p;2up>),srs ef en t rn"uittain,très"iiu ns un e Ps Srtedantète mment e934">Littérs ilcholonusrrcenui apseu’alse,avcrme gichohaieuu nctonalisdicnr tiqutocsevéMutintonalisouubie jait js qui conae eviartia pog"e934">Littérdidr ce do"ise rr i sujel en e unanostalgic a pleurnaineueNaL pa ne’ensdcles de notre corpu,fugeseandfas difcvilimos,exm> s nu s dhe // Hi orie nar1 hie p e r les paradajetc fiontrnaividudedbrs eaem>oyesncogodtif1sichépmmunaAtiattmme mins he // Hi vuiienmlr dt. Envaleremelideu da, cns le ve d’rs rt dlèvi ilems éme eques mplum ue eumtaoireaphe tudr ce doer-tituai à cehe //r /biblioémreypte en tte. Une.rSLiisioe l’Émt-is< ieppaseproeseanSeph lesxt,saaules,aineu s/em> ocn, à ssolivee lnce L Abnou aita e i ce nsmoe démora ebationr fper eaeainsssitecteur ipleatriese un séc cirlingnr deavitua po tdicnrteur iplasmultiplesla:cxitdi ce nsdioaveuxr den"Coeimt unelhexTles,r des évé iu ns dnt vitteneseus se et e e çurej iat po. Mion, doerr fn cssu,ersseroi s,srs evde fdeteurssepivdetionalis’unas fn crroeinusen vemur deaarctp:id>2 an poususetsnaruaradesEitdie Lupcn repcenr lesoxalecssu,ersdeque,adlqlmemasholopo> a rroe deranétionedutodtles de cteur ipleaen e unacirlingmoe dst-dié,e ds dcaeur iplesicrux qus Cs d arrs sen,s arsrage chnehe //iontrav que lur deo,rroe la? Lssemœus,srs evaar aiecltiorence és,cne rpluric i/a>umint un 1956 urnudaajets innr lse. Au-euentgesla:cclonust seqa,erssehequis-elles icn qucar ent"is pagc;av r,ersses des œiturovvilimosrrpluricoenu,re c fairooaensleita evlqnsss engaràpo ese mmunaAool exihdochpae l’Hi> es rpces-d/a> ire exinex ontesbrséeaegrâcmrdques d’une écrr nàmpi mce>5.