Navigation – Plan du site
Dossier: La médiation en archéologie

Le rôle des associations  dans la médiation en archéologie

Christophe Sence
p. 14-18

Résumé

Le milieu associatif est connu en France pour son dynamisme et sa réactivité. Il en va de même en archéologie, notamment dans le domaine de la médiation. Si le public ignore bien souvent qu’une association se cache derrière le lieu qu’il vient de visiter, nombreux sont les sites archéologiques, toutes périodes confondues, dont la mise en valeur est entièrement assumée par une telle structure. Dans ce cadre, tout est envisageable, de la simple ouverture pendant les Journées européennes du patrimoine jusqu’à l’organisation permanente de visites et d’animations pour le public et les groupes scolaires, en passant par l’exploitation saisonnière, généralement estivale, à destination de touristes. Dans la plupart des cas, le site archéologique est entretenu par une équipe de bénévoles passionnés, habités par l’envie de faire partager leur amour du lieu et de son histoire. Certaines associations n’hésitent pas, à côté des sites qu’elles protègent, gèrent et mettent en valeur, à proposer des reconstitutions grandeur nature supposées venir compléter ou recréer ce qui a disparu. C’est ainsi que de nombreux parcs archéologiques ont vu le jour en France et en Europe. La présence d’un site authentique à proximité est un argument supplémentaire pour attirer le public. Mais la reconstitution ex nihilo est également possible et dépend du projet initial. Il est par exemple tout à fait envisageable de recréer de toutes pièces un village à une époque donnée, en s’appuyant sur les informations apportées par l’histoire et l’archéologie. Ainsi, peut-on voir dans nos campagnes ici un village néolithique, là un village gaulois ou mérovingien, ailleurs une motte castrale… Malheureusement, la compétence des médiateurs qui y officient est souvent inégale, la qualité des projets et les contraintes financières condamnant trop fréquemment les associations à «bricoler» sans moyens mais toujours avec ardeur et conviction. Quoi qu’il en soit, ces reconstitutions remplissent un rôle fondamental : inciter les curieux à approfondir le sujet, à se renseigner, en un mot à se cultiver!

Haut de page

Texte intégral

1Le milieu associatif est connu en France pour son dynamisme et sa réactivité. Il en va de même en archéologie, notamment dans le domaine de la médiation. Si le public ignore bien souvent qu’une association se cache derrière le lieu qu’il vient de visiter, nombreux sont les sites archéologiques, toutes périodes confondues, dont la mise en valeur est entièrement assumée par une telle structure. Dans ce cadre, tout est envisageable, de la simple ouverture pendant les Journées européennes du patrimoine jusqu’à l’organisation permanente de visites et d’animations pour le public et les groupes scolaires, en passant par l’exploitation saisonnière, généralement estivale, à destination de touristes. Dans la plupart des cas, le site archéologique est entretenu par une équipe de bénévoles passionnés, habités par l’envie de faire partager leur amour du lieu et de son histoire.

2Certaines associations n’hésitent pas, à côté des sites qu’elles protègent, gèrent et mettent en valeur, à proposer des reconstitutions grandeur nature supposées venir compléter ou recréer ce qui a disparu. C’est ainsi que de nombreux parcs archéologiques ont vu le jour en France et en Europe. La présence d’un site authentique à proximité est un argument supplémentaire pour attirer le public. Mais la reconstitution ex nihilo est également possible et dépend du projet initial. Il est par exemple tout à fait envisageable de recréer de toutes pièces un village à une époque donnée, en s’appuyant sur les informations apportées par l’histoire et l’archéologie. Ainsi, peut-on voir dans nos campagnes ici un village néolithique, là un village gaulois ou mérovingien, ailleurs une motte castrale… Malheureusement, la compétence des médiateurs qui y officient est souvent inégale, la qualité des projets et les contraintes financières condamnant trop fréquemment les associations à « bricoler » sans moyens mais toujours avec ardeur et conviction. Quoi qu’il en soit, ces reconstitutions remplissent un rôle fondamental : inciter les curieux à approfondir le sujet, à se renseigner, en un mot à se cultiver !

3La réalisation d’autres supports pédagogiques est possible : la production de « mallettes pédagogiques » destinées aux musées, aux services départementaux d’archéologie, aux Centres régionaux de documentation pédagogiques ou aux écoles – la liste n’est pas exhaustive – est bien souvent le résultat d’une commande faite à une association spécialisée dans la médiation. Ces mallettes pédagogiques relèvent de la gageure car elles nécessitent des trésors d’ingéniosité pour intégrer et concilier des paramètres aussi divers que la didactique, la pédagogie, l’esthétique, la maniabilité et un faible coût de production. Ces outils incontournables en médiation ne sont toutefois pas les seuls supports susceptibles d’être employés dans un but pédagogique et didactique. Dans le sillage de l’archéologie expérimentale ou encore de l’ethnoarchéologie, d’autres exemples fondés sur la reproduction de gestes techniques ont vu le jour dans les années 1980 et surtout depuis la dernière décennie du xxe siècle. Si l’archéologie expérimentale est une démarche de l’archéologue, les résultats obtenus par ce biais sont autant de moyens auxquels les médiateurs peuvent recourir. Utiliser le geste comme médium offre en effet de grandes possibilités et présente l’avantage d’être immédiatement compréhensible par le public : un simple geste vaut parfois mieux qu’un long discours…

4À l’instar d’Archéolithe, on peut encore aller au-delà de la démonstration technique en intégrant les visiteurs à l’action, en les invitant à chercher par eux-mêmes les bons gestes, à éprouver la dureté ou au contraire la souplesse d’un matériau, à se poser les mêmes questions que l’archéologue face à un problème donné afin de mieux entrer dans la peau de nos prédécesseurs, à tenter de les comprendre de l’intérieur…

5On l’aura bien compris, le milieu associatif a su varier les supports afin de faire œuvre de médiation. Mais, qu’en est-il des publics ? Ici encore, tout est possible. La « cible » qui vient en premier à l’esprit est évidemment le « grand public », c’est-à-dire monsieur et madame Tout le monde, bien souvent accompagnés de leurs enfants. Et où les rencontre-t-on ? En fait, un peu partout : dans les musées, les expositions temporaires, les parcs archéologiques, les fêtes médiévales, les médiathèques, autant d’occasions pour expliquer, démontrer, valoriser les connaissances archéologiques. Les associations archéologiques qui développent de manière privilégiée des actions de médiation font œuvre d’éducation populaire, dans l’esprit qui présidait à ce concept lors de sa définition initiale (Sence 2006).

6Il leur arrive aussi d’agir de manière moins visible, notamment quand elles assurent des prestations de service, sans que pour autant leurs actions manquent d’impact. Certaines d’entre elles, spécialisées dans le montage de projets pour des classes Patrimoine ou des centres de loisirs, exercent l’essentiel de leur activité à l’intention d’enfants et d’adolescents. Depuis vingt ans, l’association rouennaise Mer et Campagne initie à la préhistoire des écoliers, accueillis en classes Patrimoine dans ses locaux situés sur la Côte d’Albâtre, au cœur du pays de Caux. Depuis l’origine, elle s’est assurée le concours de conservateurs et d’ingénieurs du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie ou de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, pour qu’ils prennent en charge les animations. Venus de toute la Normandie et des régions voisines, les enfants découvrent la vie des hommes de la préhistoire au cours de différents ateliers conçus avec leurs enseignants (fig. 1). Ils approfondissent certains thèmes comme l’art, la chasse, l’habitat ou les outils de pierre taillée, et abordent le travail de l’archéologue grâce à la mise en place de « modules de fouilles », véritables sols archéologiques factices reconstitués pour ce faire et adaptés à leurs capacités de compréhension. Les expériences issues de ces premières classes Patrimoine ont donné lieu à une présentation dans le cadre d’une table ronde sur la médiation en juin 1991 suivie d’une publication (Paulet-Locard 1995 ; les publications dans le domaine de la médiation sont à cet égard malheureusement trop rares pour qu’il vaille d’en parler ici). Cette initiative n’est pas unique. Citons pour l’exemple l’association Éducation et Patrimoine en Sud-Lochois, qui officie au sud de la Touraine et a comme principal partenaire le musée de Préhistoire du Grand-Pressigny : ici aussi, les enfants peuvent fouiller un « module » tout en complétant leurs nouvelles connaissances par une visite du musée.

Fig. 1

Fig. 1

Journées du patrimoine en 2002 au Paléoscope des Mureaux (Yvelines). Ateliers de mouture et travail des peaux.

7Dans ces deux cas de figure, la prestation de service est effectuée directement auprès d’une école, après validation du projet et du budget par l’Éducation nationale. Le dispositif des classes à projet artistique et culturel, qui permet à des associations, des artistes ou encore des artisans d’intervenir directement en classe, reste malheureusement peu connu des enseignants eux-mêmes, alors que chacun d’entre eux, s’il le désire, peut monter un projet pédagogique avec une structure associative habilitée et la faire intervenir directement auprès de ses élèves, une fois obtenue la validation de l’inspecteur d’académie. Les dossiers sont hélas longs à aboutir et le professeur doit l’envisager dès la fin de l’année scolaire pour le milieu de l’année suivante, sans avoir toujours la garantie d’enseigner au même endroit et pour le même niveau. Ces interventions en classe sont toujours riches d’échanges.

8Les enfants peuvent parfois être introduits à la démarche archéologique pendant des séjours de vacances ou des stages de découverte directement organisés et promus par l’association. Il en va ainsi de l’association Archéolithe à Saint-Germain-en-Laye : depuis plus de dix ans, dans le cadre d’une « résidence scientifique » à la maison des jeunes et de la culture La Clef, nous proposons pendant les vacances scolaires des stages aux thèmes variés, couvrant toutes les périodes, de la préhistoire au Moyen Âge. Les enfants, tous volontaires, s’y inscrivent de manière individuelle. Le succès de cette formule nous a amenés à développer depuis plusieurs années un « parcours archéologie » dont le principe est de poursuivre une activité toute l’année, lors de séances hebdomadaires d’une heure trente. Chaque trimestre est consacré à la découverte d’une période, les ateliers étant réalisés par des étudiants en archéologie ou des médiateurs spécialisés dans celle-ci. Une initiation de ce type fait ainsi découvrir à des enfants déjà sensibilisés, par exemple à l’Égyptologie, des civilisations qu’ils ignoraient ou qui à première vue ne les intéressaient pas, par exemple la préhistoire européenne.

9Il arrive que certaines municipalités nous sollicitent pour intervenir comme appui à l’équipe qui anime leurs centres de vacances. En accord avec le directeur et en adéquation avec son projet pédagogique, les médiateurs d’Archéolithe initient plusieurs dizaines d’enfants aux thématiques retenues pour le séjour. Ainsi, dans le cadre d’un partenariat avec le service de la Réussite éducative de la ville de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, nous avons sensibilisé un groupe d’une douzaine de jeunes à l’archéologie et à l’environnement. Lors d’un « camp » sous tipis au beau milieu de la ferme pédagogique de Saint-Quentin-en-Yvelines, les enfants ont découvert le mode d’habitat nomade, les techniques de chasse du Paléolithique, les méthodes d’allumage du feu par percussion et par friction. Parallèlement, les animateurs de la ferme pédagogique initiaient ces mêmes enfants à la vie de la ferme : comment tondre les moutons, filer et tisser la laine, traire les chèvres ou diriger un âne, comme ont su très bien le faire les hommes depuis la protohistoire.

10Les associations spécialisées dans la médiation en archéologie réalisent donc régulièrement des prestations de service mises en œuvre dans des centres de vacances et de loisirs. Conjuguer les qualités nécessaires à un bon médiateur avec celles requises pour un bon animateur exige un grand investissement qui tourne parfois au défi, selon les horaires et les publics prévus pour l’animation ! Pourtant, c’est sans doute dans ce type de contexte que le médiateur est le plus libre d’innover, de créer et de multiplier les supports (maquettes, grands jeux à thèmes, exploitation du milieu naturel), tant le secteur du loisir est friand de nouveautés et d’innovations. Ma propre expérience m’incite à dire que tout médiateur qui réussit dans un centre de loisirs ou de vacances se découvre une telle capacité à improviser et à rebondir qu’il est prêt à intervenir auprès de n’importe quel public par la suite. Mais ces propos n’engagent que leur auteur.

11Cette dernière réflexion nous amène tout naturellement à la question de la formation des médiateurs. Les exemples précédents laissent entrevoir une mosaïque de parcours conduisant à la médiation. Nous l’avons déjà évoqué, nombreuses sont les associations de bénévoles dont les plus passionnés assurent les interventions ponctuelles. En revanche, celles qui emploient des salariés les recrutent en général en fonction de leur projet. Ainsi, les médiateurs viennent-ils d’horizons aussi variés que l’archéologie, l’histoire de l’art, l’histoire mais aussi l’animation, le tourisme, l’architecture. Certains ne peuvent parfois se prévaloir d’aucun diplôme mais ils ont su acquérir de multiples compétences « sur le tas ». Avant d’être une discipline universitaire et une profession, l’archéologie a été depuis ses origines pratiquée par des amateurs autodidactes et elle le reste encore en partie. Même si un large panel d’individus exerce aujourd’hui le métier de médiateur du patrimoine archéologique, la tendance est à la professionnalisation du secteur et les universités sont de plus en plus nombreuses à intégrer dans leurs cursus des formations de médiateur. Cela n’empêche pas le milieu associatif de proposer ses propres formations, soit sous la forme de stages de quelques jours en petit comité (du type séminaire) (voir De Miranda, ce volume), soit à titre individuel en recevant des stagiaires en leur sein même. Ils pourront ensuite travailler pour une association mais aussi un musée archéologique, un musée d’art et d’histoire, un service départemental d’archéologie ou une collectivité territoriale intéressée par un poste de médiateur en archéologie.

12L’archéologue médiateur est capable de créer des ponts avec des domaines proches, comme ceux de l’environnement ou du patrimoine architectural. Il est à même de faire profiter de son expérience et de ses connaissances une équipe travaillant au projet d’aménagement d’un territoire, par exemple. Il a un rôle à jouer dans la mise en valeur des sites archéologiques et des monuments historiques dans un parc naturel régional.

13Là encore, il faut compter avec l’ancrage local des associations d’archéologie, qui possèdent une connaissance approfondie de leur territoire et sont bien souvent les mieux placées pour y intéresser ses habitants et ses visiteurs.

14Citons l’exemple de l’exposition « Préhistoire en val de Seine », présentée de septembre 2008 à février 2009 au musée de l’Hôtel-Dieu de Mantes-la-Jolie. Cinq associations du département des Yvelines ont réuni leurs compétences complémentaires pour concevoir cette exposition qui présente l’ensemble du processus archéologique, de la prospection de terrain à la fouille, en passant par la recherche archéologique, la reconstitution expérimentale, la gestion d’un musée et l’animation. Amateurs et professionnels ont participé à cette exposition originale et didactique, appuyée par un catalogue (Giligny et al. 2008). Des objets découverts dans le val de Seine au cours de prospections pédestres ou de fouilles ont été présentés dans une muséographie simple, accompagnés de panneaux aux illustrations originales et aux textes concis. Des supports pédagogiques interactifs ont été créés à cet effet (mur aveugle, praxinoscope). Depuis sa première présentation à Mantes-la-Jolie, l’exposition circule dans les villes hébergeant les associations qui ont participé à sa création (fig. 2).

15Les structures associatives de médiation agissent à tous les niveaux et pour tous les publics, des plus jeunes aux plus âgés, quel que soit le contexte. Elles savent faire preuve d’imagination et de réactivité et sont bien ancrées localement. Elles peuvent nouer des partenariats avec des services institutionnels de l’État ou des collectivités territoriales qui ont pour missions la mise en place et l’exécution de projets de valorisation du patrimoine archéologique. Elles sont une interface indispensable et citoyenne entre les institutions, le public et son passé.

Fig. 2

Fig. 2

Reconstitution  d’une tente du Paléolithique dans le cadre de l’exposition « Préhistoire en val de Seine », musée de Mantes-la-Jolie, 2008.

Les « grandes fêtes de la médiation »

Journées européennes  du patrimoine, Fête de la science, Nuit des musées.

Pour ces « temps forts » qui reviennent périodiquement, les associations sont très sollicitées par les services culturels des collectivités, malgré les contraintes budgétaires actuelles. Voici un petit calendrier d’événements à l’intention des lecteurs intéressés.

Le mois de septembre, le troisième week-end plus exactement, est traditionnellement marqué par la rentrée des classes, mais c’est aussi le moment que la Nation a choisi pour fêter son patrimoine. Depuis 1983, date de la première Fête du patrimoine, l’engouement du public pour cette manifestation n’a fait que croître. Créées à l’initiative de Jack Lang, alors ministre de la Culture, ces « journées portes ouvertes des monuments historiques » ont pris une dimension européenne en 1991 par décision du Conseil de l’Europe. Près de douze millions de visiteurs se bousculent dans 15 000 monuments ouverts gratuitement, alors que certains leur sont simplement fermés le reste de l’année.

La Fête de la science est un grand moment de médiation scientifique où l’archéologie a toute sa place. Depuis sa création en 1992, elle connaît malheureusement des hauts et des bas, peut-être en raison de sa faible visibilité induite par des changements incessants de dates ! Elle durait trois jours en juin 1992, puis une semaine entière à partir de 1998 pour que les écoliers en profitent mieux. En 2006, sa quinzième édition s’est déroulée du 9 au 15 octobre. En 2008 et 2009, elle a eu lieu pendant la troisième semaine de novembre, une période idéale pour sortir, non ? En 2010, elle s’est tenue du 21 au 24 octobre, pendant les vacances de la Toussaint… Espérons qu’à l’occasion de ses 20 ans, cette manifestation trouvera enfin sa place.

La Nuit des musées s’appelait à l’origine le Printemps des musées. Créée en 1999 par le ministère de la Culture et de la Communication, cette manifestation a gagné d’autres pays d’Europe dès 2001. En 2005, le Printemps des musées s’est métamorphosé en Nuit des musées afin de partir à la conquête d’un public plus jeune, plus volontiers noctambule et friand de manifestations un tantinet décalées. C’est l’occasion, depuis, pour tous les musées d’Europe, de se parer de lumières et de proposer des animations sortant de l’ordinaire. La Nuit des musées se déroule chaque année au mois de mai, le week-end le plus proche de la date du 18 mai, journée internationale des musées.

Haut de page

Bibliographie

Giligny, F. (dir.), P. Bodu, F. Bostyn, M.-A. Charier, S. Griselin, E. Koehler, N. Le Maux, H. Lethrosne, A. Lo Carmine, R. Nallier, J. Pelegrin, I. Praud, C. Sence, S. Soriano, B. Souffi. 2008. La préhistoire en val de Seine, catalogue de l’exposition présentée au musée de l’Hôtel-Dieu de Mantes-la-Jolie du 20 septembre 2008 au 15 février 2009. Paris - Mantes-la-Jolie Somogy - Musée de l’Hôtel-Dieu.

Paulet-Locard, M.-A (dir.), J. Pernaud, C. Bellier, P. Cattelain, F. Collin, J.-L. Rieu, P. Amourette, C. Peres, J.-P. Watte, J.-P. L’Homme, D. Maury et al. 1995. La préhistoire et les enfants. Table ronde de Manneville-ès-Plains, 11-12-13 juin 1991. Sotteville-les-Rouen, Centre de préhistoire de Haute-Normandie (Cahiers de préhistoire de Haute-Normandie ; 1)

Sence, C. 2006. « Les techniques du feu, un support pédagogique a géométrie variable », in : J.-C. Marquet & C. Pathy-Barker, L’archéologie et l’éducation : de l’école primaire à l’université. Actes de la Xe session de l’Eaa, Lyon, septembre 2004. Oxford, Archaeopress (Bar International series ; 1505) : 93-95.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Journées du patrimoine en 2002 au Paléoscope des Mureaux (Yvelines). Ateliers de mouture et travail des peaux.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 2
Légende Reconstitution  d’une tente du Paléolithique dans le cadre de l’exposition « Préhistoire en val de Seine », musée de Mantes-la-Jolie, 2008.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sence, « Le rôle des associations  dans la médiation en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 14-18.

Référence électronique

Christophe Sence, « Le rôle des associations  dans la médiation en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/1255 ; DOI : 10.4000/nda.1255

Haut de page

Auteur

Christophe Sence

Directeur d’Archéolithe  (Saint-Germain-en-Laye)
christophe.sence@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals