Navigation – Plan du site

Matériaux pour une histoire de l’archéologie

p. 3-4

Texte intégral

1Les Nouvelles de l’archéologie se sont toujours intéressées à l’histoire de la discipline qu’elles défendent. Dès 1980, Serge Cleuziou et Jean-Paul Demoule rappelaient combien le mouvement des idées diffère d’un pays à l’autre : dans les nations d’Europe centrale (où le marxisme était alors la théorie obligée de l’histoire), l’archéologie théorique est épistémologique et générale alors que dans le monde anglo-saxon, elle est plutôt pragmatique et appliquée. Quant à la France, écrivaient-ils, elle se singularise par les oppositions qui jouent entre le positivisme des préhistoriens, la tradition humaniste des antiquisants et le logicisme promu par Jean-Claude Gardin (« Situation de l’archéologie théorique », Nda 3, 1980 : 7-15).

2Entre l’automne 1985 et l’hiver 1988, la revue fit paraître une rubrique intitulée « les archives des nouvelles » qui lui semblait pouvoir éclairer le temps présent : « Le problème de l’intégration de la Préhistoire dans l’enseignement supérieur français », un article de J. Harmand publié pour la première fois dans le Bulletin de la Société préhistorique française en 1952 (Nda 21, 1985 : 41-44) ; « Notes sur Alise et ses environs », un article de M. V. Pernet extrait de la revue Pro Alesia, 1907 (Nda 22, 1985 : 82-85)  ; un rapport de la commission Unité de l’archéo-logie, présenté le 10 juin 1968 en assemblée générale à Paris (Nda 25, 1986 : 84-86)  ; ou encore « Sir Mortimer Wheeler contre Leroi-Gourhan », réplique navrée de René Vaufrey aux attaques émises par l’archéologue anglais, tirée de l’Anthropologie (Nda 26, 1986/1987 : 69-71).

3De manière plus soutenue, la réflexion historique sur les conditions d’élaboration de la pensée archéologique, sur la tradition intellectuelle dans laquelle elle s’inscrit et sur la réception, favorable ou réticente, dont elle a fait l’objet s’est poursuivie au long des années 1990 et 2000. Citons à titre d’exemples le dossier « L’archéologie : démarches savantes et conceptions naïves » proposé par Wiktor Stoczkowski (Nda 44,1991 : 2-29)  ; celui consacré à André Leroi-Gourhan par Françoise Audouze et Alain Schnapp (Nda 48/49, 1992 : 5-54)  ; les réflexions d’Olivier Picard « À propos du centenaire de la fouille de Delphes » (Nda 53/54, 1993 : 87-89), celles d’Armelle Bonis et Donatienne François sur les sciences et la conscience du Patrimoine (Nda 59, 1995 : 5-10).

4La charge polysémique du mot « patrimoine » et la fortune qu’il a connue dans les médias au cours de ces mêmes années, croisées avec les angoisses identitaires qui agitent la société contemporaine, ont donné lieu à toute une série de travaux publiés dans la revue.

5Dans « Archéologie dans l’histoire / archéologie sans histoire », Anick Coudart et Laurent Olivier essayaient de comprendre pourquoi les archéologues étaient au cœur de la crise de la modernité (Nda 62,1995 :29-33) – Armelle Bonis s’interrogeant sur le bon usage et le danger de commémorations, à propos du 150e anniversaire du baptême de Clovis (Nda 65, 1996 :55-58). L’archéologie et les constructions identitaires dans les sociétés passées et présentes ont occasionné plusieurs dossiers en 1997 (Nda 67 : 5-60), 2001 (Nda 85 : 25-56), 2002 (Nda 90 : 5-30), 2003 (Nda 93 : 5-23), 2005 (Nda 99 : 5-55).

6L’histoire administrative de l’archéologie a intéressé Laurent Olivier (« Vichy, Le Pen et les Gaulois », Nda 72, 1998 : 31-35), Nadia Monteil (« La Société préhistorique française et la législation de l’archéologie en France métropolitaine, 1904-1945 », Nda 97, 2004 : 5-10), et Jean-Pierre Reboul (« Les lois Carcopino et l’archéologie sous Vichy », Nda 106,2007 : 34-46).

7L’histoire intellectuelle de l’archéologie a mobilisé Chris Scarr (« Théorie archéologique en France et en Angleterre », Nda 72, 1998 : 36-40), Patrice Brun et Laurent Olivier (dossier « Henri Hubert, historien et archéologue », Nda 79, 2000 : 5-32), A. José Farruja de la Rosa (« L’influence française sur la naissance de l’archéologie dans les îles Canaries au xixe siècle », Nda 101, 2005 : 5-12), Nathan Schlanger (« Un berceau pour l’humanité ? Parcours d’illusions et d’espoirs », Nda 101, 2005 : 12-15), et Noël Coye (« Dans l’ombre de l’abbé Breuil », Nda 106, 2006 : 5-33).

8En 2001, Nathan Schlanger présentait « Archives de l’archéologie européenne (Area), un réseau transnational pour les archives et l’histoire de l’archéologie » (Nda 85, 2001 : 14-15).

9Area, pour Archives of European Archaeology, est un réseau européen lancé en 1998 et intégré deux ans plus tard au programme communautaire Culture 2000. Ses buts principaux sont d’encourager l’étude, le catalogage et la conservation des archives de la discipline, souvent méconnues et maltraitées. En France, le projet a permis d’associer diverses institutions détentrices de fonds variés : de la Bibliothèque nationale de France (Cabinet des Médailles) à l’Institut de France, de l’École française d’Athènes à la Société asiatique, des Archives nationales à la Fondation de l’Institut de paléontologie humaine ou à la Maison René-Ginouvès, l’exploration de tous ces fonds et leur indexation dans une base de données en ligne élargit le potentiel historiographique et ouvre des perspectives stimulantes aux jeunes historiens des sciences.

10Le 19 octobre 2007,
La Rédaction

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Matériaux pour une histoire de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 3-4.

Référence électronique

« Matériaux pour une histoire de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/168

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals