Navigation – Plan du site
Dossier

Les premières industries lithiques dans le nord de la France, reflet des premiers peuplements dans une région de haute latitude 

État des connaissances
The first lithic industries in the North of France as an image of the first human settlements in a high latitude region : current state of knowledge
Alain Tuffreau
p. 36-41

Résumés

La plupart des informations concernent les plus anciennes occupations paléolithique du Nord de la France provient des dépôts fluviatiles du bassin de la Somme. De nombreux bifaces acheuléens ont été trouvés lors de l'exploitation des carrières. Quelques séquences archéologiques bien préservées ont été fouillées depuis les années 80. Les plus anciennes industries litiques appartiennent toutes à de l'Acheuléen. De nombreuses données concernant le contexte environnemental des occupations du Paléolithique inférieur ont pu être rassemblées. Les hommes sont toujours présents dans des environnements tempérés à frais, même durant les cycles glaciaires. L'analyse des différentes occupations acheuléennes montre qu'elles correspondent à des activités spécialisés en liaison avec des contextes morphologiques et sédimentaires spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le bassin de la Somme occupe une place privilégiée dans l’histoire de la préhistoire avec, en 1859, la démonstration de l’ancienneté de l’espèce humaine quand Joseph Prestwich (1812-1896) et John Evans (1823-1908) photographient un biface en place dans les graviers de Saint-Acheul, confirmant ainsi la contemporanéité de l’Homme et d’espèces animales disparues, comme le clamait Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) dès 1847 (Cohen & Hublin 1989). L’étude du contexte stratigraphique des silex taillés mis au jour dans les terrasses de la Somme et leur interprétation par Victor Commont (1866-1918), Henri Breuil (1877-1961) et François Bordes (1919-1981) selon un mode phylogénétique a joué un grand rôle dans la classification du Paléolithique inférieur et moyen (Groenen 1994 ; Tuffreau 2001). Des fouilles menées depuis une trentaine d’années dans différents gisements à Cagny (Lamotte 1999 ; Lamotte & Tuffreau 2001 ; Tuffreau et al. 1997a, 1997b, 2008), Saint-Acheul (Tuffreau et al. 2001a) et Gentelles (Tuffreau et al. 2001b) ont renouvelé la documentation existante, constituée jusqu’alors de pièces ramassées lors de l’exploitation des carrières au xixe siècle et durant la première partie du xxe siècle. Il est ainsi possible de mesurer la place que tiennent actuellement la région historique du bassin de la Somme et le nord de la France dans les recherches modernes concernant l’étude du Paléolithique inférieur et moyen et ce qu’elles peuvent nous apprendre sur les modalités de premiers peuplements du nord-ouest de l’Europe. Cependant, nous ne disposons pas de nouvelles données archéologiques pour la basse vallée de la Somme et plus particulièrement pour les gisements d’Abbeville, où seul le contexte stratigraphique a pu être précisé (Antoine 1990) sans que les relations entre les données faunistiques (Auguste 2009) et les plus anciennes industries lithiques soient clairement établies (Tuffreau et al. 2008).

Le nord de la France dans le contexte de l’Europe du Nord-Ouest

2Le nord de la France comprend essentiellement la Picardie, au sens d’Albert Demangeon (1872-1940) (1973), c’est-à-dire le pays de la craie de la partie septentrionale du Bassin Parisien, prolongé au nord par l’Artois, le Boulonnais et le Cambrésis. Sur le plan hydrographique, le nord de la France coïncide avec la haute vallée de l’Aa, les bassins de la Canche et de l’Authie, fleuves côtiers de la Manche, le bassin de la Somme ainsi que les hauts bassins de l’Escaut et de l’Oise. Ce réseau hydrographique a conservé d’anciennes nappes alluviales pléistocènes, observables sous la forme de terrasses étagées sur les versants des vallées. Les dépôts fluviatiles qui contiennent fréquemment des silex taillés atteignent une épaisseur de l’ordre de 5 à 10 m dans le fond des vallées et de plus de 20 m dans la basse vallée de la Somme et dans le Bas-Pays au nord de l’Artois. La présence d’une couverture limoneuse, en partie constituée de lœss, recelant également fréquemment des silex taillés, constitue aussi un intérêt majeur pour la connaissance des premiers peuplements (Tuffreau 1987).

3Le nord de la France fait partie de l’Europe du Nord-Ouest, incluant le sud de la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas et le nord de l’Allemagne, régions de haute latitude au nord du 49e parallèle. Ce domaine paléogéographique présente un intérêt particulier pour l’étude des capacités adaptatives des différents représentants de la lignée humaine. En effet, d’importants changements environnementaux ont affecté cette partie de l’Europe en raison de l’avancée de l’inlandsis scandinave lors des phases glaciaires. C’est ainsi que durant le stade isotopique marin 12 (427-478 ka) une extension importante de la calotte glaciaire scandinave a eu pour conséquence une modification du cours de plusieurs fleuves comme la Tamise (Bridgland 1994). La disparition de la Manche et de la mer du Nord en période de bas niveau marin a entraîné le rattachement des îles britanniques au continent. Des dépôts de lœss correspondant à un environnement en mosaïque, constitué d’un mélange d’espaces boisés et d’espaces steppiques, ont recouvert des régions situées à la périphérie du domaine glaciaire. Ce paysage en mosaïque, dénommé « steppe à mammouths », bénéficie d’une importante biomasse avec la présence de grands mammifères : mammouths, rhinocéros laineux, rennes, antilopes saïgas, chevaux (Guthrie 1990). La steppe à mammouths ne disparaît jamais complètement durant les interglaciaires, même lorsque son étendue décline au profit des forêts. Les grands mammifères (Auguste 1995) et les mollusques (Antoine & Limondin-Lozouet 2004) découverts dans les sédiments fluviatiles interglaciaires sont caractéristiques d’espèces forestières, semi-forestières et steppiques et indiquent l’existence d’environnements plus continentaux et ouverts qu’à l’Holocène, ce qui est confirmé par les analyses palynologiques (Munaut 1988). L’importance des environnements forestiers durant les interglaciaires, qui auraient pu constituer une limite aux premiers peuplements de l’Europe du Nord-Ouest, a fait l’objet de débats (Gamble 1999 ; Roebroeks & Tuffreau 1995 ; Tuffreau 1992).

4De nombreuses traces d’occupations humaines, d’âge pléistocène moyen, ont également été découvertes dans le bassin de la Tamise (Bridgland 1994 ; Gibbard 1985, 1994 ; Roberts et al. 1995 ; Wymer 1999). Ses dépôts fluviatiles sont nettement plus importants que dans celui de la Somme, dont les nappes alluviales sont observables sur une distance réduite à une soixantaine de kilomètres entre les régions d’Amiens et d’Abbeville. Les gisements paléolithiques sont nombreux dans la vallée du Rhin, mais les industries lithiques y sont numériquement peu abondantes (Bosinski 2008). Les quelques silex taillés découverts à Pakefield (East Anglia) et attribués au MIS 19 (environ 750 ka) constituent les traces les plus anciennes d’une présence humaine dans le nord-ouest de l’Europe (Parfitt et al. 2005).

Contexte morphosédimentaire et paléoclimatique des différentes occupations humaines

5Si l’on excepte les découvertes effectuées à Wimereux dont l’âge demeure incertain (Sommé & Tuffreau 1976) jusqu’au stade isotopique marin 9, toute la documentation archéologique provient de sédiments fluviatiles qui, dans le bassin de la Somme, sont conservés sous la forme de terrasses étagées dominant la nappe de fond (Antoine 1990 ; Antoine et al. 2007 ; Haesaerts & Dupuis 1986). Chaque nappe alluviale est constituée de graviers surmontés par des dépôts fluviatiles fins résultant du bilan d’un cycle glaciaire-interglaciaire (dépôts grossiers) dont le calage chronologique est assuré par leur position relative les unes par rapport aux autres, la plus ancienne (nappe de Grâce) étant d’un âge antérieur à la limite paléomagnétique Bruhnes-Matuyama (Biquand 1974), ainsi que par le bilan pédosédimentaire de leurs couvertures (Van Vliet-Lanoë 1989) et par une série de datations (Balescu 1988 ; Balescu & Tuffreau 2004 ; Bahain et al. 2001, 2007).

6La présence de bancs de graviers indique un système de rivière en tresses avec différents chenaux. Les versants fragilisés par la pauvreté de la végétation étaient fortement érodés sous l’action de la solifluxion et de la gélifraction. Dans certains cas, comme à Cagny-la-Garenne, lorsque les conditions morphologiques l’ont permis, des dépôts de versant interstratifiés d’alluvions fluviatiles sont préservés sous les graviers, près du talus crayeux (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Cagny-la Garenne (Somme). Grande coupe montrant à la base les dépôts fluviatiles interstratifiés vers la droite avec des éboulis crayeux recélant du matériel lithique acheuléen et recouverts par une séquence limoneuse (dépôts de versants, paléosols et lœss)

7D’après les données palynologiques (Munaut 1988), les dépôts observables près du talus crayeux se sont mis en place lors de phases climatiques continentales tempérées – végétation arborée à pins, bouleaux et épicéas –, de type début Glaciaire, séparées par des épisodes froids – steppe – alors que le contexte des graviers est périglaciaire avec un climat rigoureux et une végétation peu abondante. Les limons calcaires – dépôts fluviatiles fins – se sont déposés durant le colmatage de ce qui était le fond de la vallée. Leurs données botaniques et faunistiques sont caractéristiques de conditions climatiques tempérées de type continental (Antoine et al. 2007).

8La position des gisements acheuléens de Cagny correspond à des contextes morphologiques différents (Antoine & Tuffreau 1993). L’un d’entre eux (Cagny-la-Garenne, MIS 12 et 11) occupe une position de pied de talus crayeux en limite de la plaine alluviale, deux autres sont situés en contexte fluviatile. Il s’agit de Cagny-l’Épinette (MIS 9) en bordure de chenal longeant le versant crayeux et de Cagny-Cimetière (limons de débordement dans la plaine alluviale) (fig. 2). Le dernier (Ferme de l’Épinette, MIS 10) se situe sur le versant, à un endroit dominant d’une trentaine de mètres la plaine alluviale contemporaine des occupations humaines.

9La réalisation en 1998 et 1999 d’une opération d’archéologie préventive à Gentelles, dans la partie occidentale du Santerre, près de la confluence Somme-Avre, a montré que des occupations acheuléennes avaient pu avoir lieu en position de plateau dans un contexte de doline (MIS 9 et 8).

Fig. 2

Fig. 2

Cagny-l’Épinette (Somme). Séquence fluviale fine incluant plusieurs unités sédimentaires contenant des industries lithiques acheuléennes et des restes de grands mammifères

Les industries lithiques

10En l’état actuel des recherches, il est impossible de reconnaître dans les anciennes collections les pièces lithiques qui auraient la même provenance stratigraphique que la faune de la « marne blanche » de la carrière Carpentier à Abbeville. Le caractère archaïque des bifaces qui ont été classés dans l’Abbevillien par Breuil résulte certainement d’un tri destiné à illustrer son schéma évolutif des industries lithiques.

11Les fouilles récentes effectuées à Saint-Acheul n’ont livré que peu de matériel lithique (Tuffreau et al. 2001a). Notre connaissance des industries acheuléennes résulte de l’analyse du matériel provenant des fouilles réalisées en amont d’Amiens, près de la confluence Somme-Avre, à Cagny-la-Garenne, Cagny-Cimetière, Cagny-l’Épinette (fig. 3), Gentelles.

12Un débitage unipolaire ou bipolaire s’apparentant au débitage « clactonien » ou système par surface de débitage alterné (Ssda) est dominant dans les industries lithiques de Cagny. L’outillage sur éclat est de facture médiocre avec une majorité de denticulés et d’encoches. Le nombre des bifaces est assez faible, généralement moins de 10 % de l’outillage. Leurs caractéristiques morphométriques dépendent beaucoup de la qualité de la matière première et de la fonction des différents sites (Lamotte & Tuffreau 2001 ; Lamotte et al. 2005). Le matériel lithique de la Ferme de l’Épinette se différencie par une proportion plus importante de bifaces et par la présence de rognons de silex présentant un tranchant transversal (Tuffreau et al. 1997b). Les industries lithiques de la doline de Gentelles ont un outillage sur éclat plus diversifié et des bifaces bien représentés, en majorité des bifaces partiels à base corticale enveloppante, des amygdaloïdes, des cordiformes, des ovalaires, des limandes et des lancéolés (Tuffreau et al. 2001b, 2008).

Fig. 3

Fig. 3

Cagny-l’Épinette (Somme). Niveau I1b, outils sur éclat

Fonction des différents gisements

13La composition du matériel livré par les différents gisements acheuléens de Cagny est variée (Lamotte 2001 ; Tuffreau 2001). Un seul d’entre eux, celui de Cagny-l’Épinette, contient d’abondants fragments osseux (Auguste 2009 ; Tuffreau et al. 1995). À la Ferme de l’Épinette et à Gentelles, ces derniers manquent en raison d’une absence de conservation. Dans le cas de Cagny-la-Garenne 1 – grande coupe, fouilles de 1986 et 1987 – et de Cagny-la-Garenne 2 – fouilles de 1995 à 2004 –, le faible nombre de ces derniers ne peut être imputable à des processus taphonomiques, comme le montrent la forte teneur en calcaire du sédiment et le bon état de conservation des fragments osseux présents.

14Les artefacts des niveaux de gros rognons de silex de la Garenne 2 se différencient par la présence de nombreux rognons testés représentant près du tiers de la série, qui sont quatre à six fois plus nombreux que les nuclei. Les produits de débitage sont nettement déficitaires. Les bifaces sont absents ou leur nombre représente moins de 1 %. Une telle composition du matériel lithique montre que les niveaux R1, R2, R3 et KR de la Garenne 2 correspondent à des activités de collecte de la matière première avec tests de rognons de silex bruts pour choisir les pièces les plus propices au débitage. Le très faible nombre des éclats tend à indiquer qu’une grande partie d’entre eux a été exportée. Il faut souligner que l’absence d’ébauches de bifaces et d’éclats de taille de biface montre que ceux-ci n’ont pas été façonnés dans ces niveaux.

15À la Garenne 1 (Lamotte 2001), il y a eu une activité de façonnage de bifaces : présence d’éclats de façonnage, de pointes d’outils cassés, de nombreuses ébauches et de pièces de forme allongée ayant souvent gardé une base corticale. Certains bifaces ont été transformés en nuclei ayant livré un éclat préférentiel comparable à un éclat Levallois. Cette activité est liée à la production d’éclats obtenus à partir de nucléus. Il existe à la Garenne 1 un net faciès d’atelier, qui n’est cependant pas exclusif d’autres activités comme le montre la présence d’outils sur éclat bien représentés dans les niveaux supérieurs – CXB, CXV. Le nombre insignifiant des fragments osseux d’animaux indique que ces activités, différentes de celles d’un atelier, ne sont pas liées avec une consommation de nourriture carnée.

16L’originalité du gisement de Cagny-l’Épinette résulte de la présence de nombreux fragments d’ossements d’animaux dans les différents niveaux de la séquence fluviatile fine et de la base de couverture sablo-limoneuse. Il est difficile d’apprécier la part respective des différents modes de provenance des grands mammifères – facteurs naturels, charognage, chasse – mais la présence de signes d’activités anthropiques sur quel-ques pièces montre qu’il y a eu exploitation de carcasses d’animaux.

17À la Ferme de l’Épinette (Lamotte 1999), les remontages ont montré que les activités de débitage ont eu lieu à quelques dizaines de mètres de la source principale de matière première. Il y a donc eu séparation entre la collecte de la matière première et son utilisation.

18L’étude des gisements acheuléens montre qu’ils correspondent à différentes activités spécialisées – collecte de la matière première sur un talus crayeux à la Garenne 2, atelier près d’un talus crayeux à la Garenne 1, exploitation de carcasses de grands herbivores au bord d’un chenal à Cagny-l’Épinette, débitage, confection d’outils sur éclat et façonnage à Gentelles – en liaison avec des contextes morphologiques spécifiques.

19Il apparaît donc qu’il y a eu, dans le bassin de la Somme, à l’Acheuléen, une exploitation d’un territoire avec des sites qui ont joué un rôle attractif permettant la réalisation des mêmes activités spécialisées au même endroit (Tuffreau et al. 1997a). Le bilan sédimentaire de la Garenne 1 et de Cagny-l’Épinette montre que les mêmes activités se sont déroulées à différents moments durant une période couvrant plusieurs dizaines de milliers d’années et ne correspondent pas à une occupation continue. Par contre, le cas de la Ferme de l’Épinette est celui d’un site dont le caractère attractif est lié à des déplacements.

Conclusion

20L’essentiel de l’information concernant les peuplements les plus anciens du nord de la France provient de la documentation fournie par les sédiments fluviatiles des terrasses du bassin de la Somme. Les contextes sédimentaires les plus favorables – dépôts fluviatiles fins, bord externe des nappes alluviales au contact d’un talus crayeux – ont des superficies relativement restreintes. Dans de nombreux cas, les graviers fluviatiles sont affectés par des déformations résultant de solifluxions ou de sous-tirages karstiques. Les possibilités de découvertes de nouveaux gisements sont limitées car les versants de vallées ne sont pas des secteurs propices à la réalisation d’opérations d’archéologie préventive lors de travaux autoroutiers. Il existe cependant un potentiel réel sur les plateaux en contexte de dolines comme l’ont montré les fouilles réalisées à Gentelles.

Haut de page

Bibliographie

Antoine, P. 1990. Chronostratigraphie et environnement du Paléolithique du bassin de la Somme. Villeneuve-d’Ascq, Centre d’études et de recherches préhistoriques, Université des sciences et des techniques de Lille Flandres-Artois (Publications du Cerp, 2), 233 p.

Antoine, P. & A. Tuffreau. 1993. « Contexte stratigraphique, climatique et paléotopographique des occupations acheuléennes de la moyenne terrasse de la Somme », Bulletin de la Société préhistorique française, 90 : 243-250.

Antoine, P., N. Limondin-Lozouet, C. Chaussé, J.-P. Lautridou, J.-F. Pastre, P. Auguste, J.-J. Bahain, C. Falguères, B. Galehb. 2007. « Pleistocene fluvial terraces from northern France (Seine, Yonne, Somme) : synthesis and new results », Quaternary Science Reviews, 26.

Antoine, P. & N. Limondin-Lozouet. 2004. « Identification of MIS 11 interglacial tufa deposit in the Somme Valley (France) : new results from the Saint-Acheul sequence », Quaternaire, 15 : 41-52.

Auguste, P. 1995. « Révision préliminaire des grands mammifères des gisements du Paléolithique inférieur et moyen de la vallée de la Somme ». Bulletin de la Société préhistorique française, 92 : 143-154.

Auguste, P. 2009. « Évolution des peuplements mammaliens en Europe du Nord-Ouest durant le Pléistocène moyen et supérieur. Le cas de la France septentrionale », Quaternaire, 20 : 527-550.

Balescu, S. 1988. Apports de la thermoluminescence à la stratigraphie et à la sédimentologie des lœss de l’Europe du Nord-Ouest. Thèse doctorat Sciences, Université Libre de Bruxelles.

Balescu, S. & A. Tuffreau. 2004. « La phase ancienne du Paléolithique moyen dans la France septentrionale (stades isotopiques 8 à 6) : apports de la datation par luminescence des séquences lœssiques », Archaeological almanac, Donetz, 16 : 5-22.

Bahain, J.-J., C. Falguères, M. Laurent. 2001. « Datation par résonance paramagnétique électronique (rpe) de sédiments et par combinaison des méthodes rpe/U-Th de restes paléontologiques provenant des sites paléolithiques de Cagny », in : A. Tuffreau (dir.), L’Acheuléen dans la vallée de la Somme et Paléolithique moyen dans le Nord de la France : données récentes, Villeneuve-d’Ascq, Centre d’études et de recherches préhistoriques, Université des sciences et des techniques de Lille Flandres-Artois (Publications du Cerp, 6) : 37-40.

Bahain J.-J., C. Falguères, M. Laurent, P. Voinchet, J.-M. Dolo, P. Antoine, A. Tuffreau. 2007. « Esr Chronology of the Somme River Terrace system and first human settlements in Northern France », Quaternary Geochronology, 2 : 356-362.

Biquand, D. 1974. « Position chronologique de la très haute nappe alluviale de Grâce », Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 11 : 157-159.

Bosinski, G. 2008. Urgeschichte am Rhein. Tübingen, Kerns (Tübinger Monographien zur Urgeschichte), 534 p.

Bridgland, D. R. 1994. The Quaternary deposits of the Thames. London, Chapman and Hall, 441 p.

Cohen, C. & J.-J. Hublin. 1989. Boucher-de-Perthes : 1788-1868. Les origines romantiques de la Préhistoire. Paris, Belin, 272 p.

Demangeon, A. 1973. La Picardie et les régions voisines : Artois, Cambrésis, Beauvaisis, 4e édition. Paris, Librairie Guénégaud, XX, 496 p.

Gamble, C. 1999. The Palaeolithic Societies of Europe. Cambridge, University Press, XXII, 505 p.

Gibbard, Ph. L. 1985. The Pleistocene History of the Middle Thames Valley. Cambridge, University Press, 155 p.

Gibbard, Ph. L. 1994. The Pleistocene History of Lower Thames Valley. Cambridge, University Press, X, 229 p.

Groenen, M. 1994. Pour une histoire de la préhistoire. Grenoble, Jérôme Million, 603 p.

Guthrie, R.D. 1990. Frozen Fauna of the Mammoth Steppe. The Story of Blue Babe. The University of Chicago Press, XIV, 323 p.

Haesaerts, P. & C. Dupuis. 1986. « Contribution à la stratigraphie des nappes alluviales de la Somme et de l’Avre dans la région d’Amiens », in : A. Tuffreau & J. Sommé (dir.), Chronostratigraphie et faciès culturels du Paléolithique inférieur et moyen dans l’Europe du Nord-Ouest, Supplément au Bulletin de l’Association française pour l’Étude du Quaternaire, 26 : 171-186.

Lamotte, A. 1999. « L’apport des remontages dans la compréhension des méthodes de débitage et de façonnage des gisements acheuléens de la Somme les exemples de la Ferme de l’Épinette et de l’Épinette à Cagny (Somme, France) ». Bulletin de la Société préhistorique française, 96 : 117-131.

Lamotte, A. 2001. Les industries à bifaces de l’Europe du Nord-ouest au Pléistocène moyen. L’apport des gisements du bassin de l’Escaut, de la Somme et de la baie de Saint-Brieuc. Oxford, Archaeopress, VI, 179 p. (British Archaeological Reports, International Series, 932).

Lamotte, A. & A. Tuffreau. 2001. « Les industries lithiques de la séquence fluviatile fine de Cagny-l’Épinette », in : A. Tuffreau (dir.), L’Acheuléen dans la vallée de la Somme et Paléolithique moyen dans le Nord de la France : données récentes, Villeneuve-d’Ascq, Centre d’études et de recherches préhistoriques, Université des sciences et des techniques de Lille Flandres-Artois (Publications du Cerp, 6) : 113-134.

Lamotte, A., A. Auguste, J.-P. Locht, A. Tuffreau. 2005. « L’acquisition des ressources minérales et animales au Paléolithique inférieur et moyen dans le nord de la France dans leur contexte écologique : état des recherches récentes », in : N. Molines, M.-H. Moncel & J.-L. Monnier (dir.), Les premiers peuplements en Europe : données récentes sur les modalités de peuplement et sur le cadre chronostratigraphique, géologique et paléogéographique des industries du Paléolithique ancien et moyen en Europe. Oxford, Archaeopress (British Archaeological Reports, International Series, 1364) : 545-554.

Munaut, A.V. 1988. « L’environnement végétal de quelques dépôts quaternaires du bassin de la Somme (France) ». Actes colloque « Cultures et industries en milieu loessique », Amiens. Revue archéologique de Picardie, 1-2 : 45-55.

Parfitt, S. A., R.W. Barendregt, M. Breda, I. Candy, M.J. Collins, G.R. Coope, P. Durbidge, M.K. Field, J.R. Lee, A.M. Lister, R. Mutch, K.E.H. Penkman, R.C. Preece, J. Rose, C.B. Stringer, R. Symmons, J.E. Whittaker, J.J. Wymer, A.J. Stuart. 2005. « The earliest record of human activity in Northern Europe », Nature, 438 : 1008-1012.

Roberts, M. B., C. S. Gamble, D. R. Bridgland. 1995. « The earliest occupation of Europe : the British Isles », in : W. Roebroeks, Th. Van Kolfschoten (éd.), The earliest occupation of Europe. Leiden, University of Leiden : 165-191.

Roebroeks, W. & A. Tuffreau. 1999. « Palaeoenvironment and settlement patterns of the Northwest European Middle Palaeolithic », in : W. Roebroeks & C. Gamble (éd.), The Middle Palaeolithic occupation of Europe. Leiden, University of Leiden : 121-138.

Sommé, J. & A. Tuffreau. 1976. « Les formations quaternaires et les industries de la Pointe-aux-Oies (Wimereux, Pas-de-Calais) », Livret-Guide de l’excursion A10, IXe Congrès Uispp, Nice : 168-172.

Tuffreau, A. 1987. Le Paléolithique inférieur et moyen du Nord de la France dans son cadre stratigraphique. Doctorat d’État, Université des Sciences et Techniques de Lille.

Tuffreau, A. 1992. « Middle Paleolithic Settlement in Northern France », in : H. Dibble & P. Mellars (éd.), The Middle Palaeolithic, Adaptation, Behavior and Variability. Philadelphia, The university museum, University of Pennsylvania (University Museum Symposium, Series 4) : 53-73.

Tuffreau, A. (dir.). 2001. L’Acheuléen dans la vallée de la Somme et Paléolithique moyen dans le Nord de la France : données récentes, Villeneuve-d’Ascq, Centre d’études et de recherches préhistoriques, Université des sciences et des techniques de Lille Flandres-Artois (Publications du Cerp, 6), 239 p.

Tuffreau, A., P. Antoine, Ph.G. Chase, H.-L. Dibble, B.B. Ellwood, Th. Van Kolfschoten, A. Lamotte, M. Laurent, Sh. P. McPherron, A.-M. Moigne & A.V. Munaut. 1995. « Le gisement acheuléen de Cagny-l’Épinette », Bulletin de la Société préhistorique française, 92 : 169-191.

Tuffreau, A., A. Lamotte, J.-L. Marcy. 1997a. « Land-use and acheulean sites in the Somme Valley », World Archaeology, 29 : 225-241.

Tuffreau, A., A. Lamotte, J.-L. Marcy, P. Antoine. 1997b. « Le gisement acheuléen de la Ferme de l’Épinette à Cagny (Somme, France) », Archäologisches Korrespondenzblatt, 27 : 513-530.

Tuffreau, A., P. Antoine, A. Lamotte. 2001a. « La fouille du gisement paléolithique inférieur et moyen du lotissement du “Prince Noir”, rue de Cagny à Saint-Acheul (Amiens, Somme) », in : A. Tuffreau (dir.), L’Acheuléen dans la vallée de la Somme et Paléolithique moyen dans le nord de la France : données récentes, Villeneuve-d’Ascq, Centre d’études et de recherches préhistoriques, Université des sciences et des techniques de Lille Flandres-Artois (Publications du Cerp, 6) : 153-163.

Tuffreau, A., P. Antoine, J.-L. Marcy, N. Segard. 2001b. « Les industries paléolithiques à nombreux bifaces du Mont-de-l’Évangile à Gentelles (Somme) », in : D. Cliquet, Les industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen d’Europe occidentale. Liège, Université de Liège (Eraul, 98) : 29-41.

Tuffreau, A., A. Lamotte, E. Goval. 2008. « Les industries acheuléennes de la France septentrionale », L’Anthropologie, 112 : 104-139.

Van Vliet-Lanoë, B. 1989. « Observations paléopédologiques sur les gisements de Cagny-la Garenne, Cagny-l’Epinette et Saint-Acheul ». Livret-guide de l’excursion dans la vallée de la Somme. Colloque « L’Acheuléen dans l’Ouest de l’Europe », Saint-Riquier : 95-99.

Wymer, J. 1999. The Lower Palaeolithic Occupation of Britain. Salisbury, Wessex Archaeology, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Cagny-la Garenne (Somme). Grande coupe montrant à la base les dépôts fluviatiles interstratifiés vers la droite avec des éboulis crayeux recélant du matériel lithique acheuléen et recouverts par une séquence limoneuse (dépôts de versants, paléosols et lœss)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1847/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 2
Légende Cagny-l’Épinette (Somme). Séquence fluviale fine incluant plusieurs unités sédimentaires contenant des industries lithiques acheuléennes et des restes de grands mammifères
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1847/img-2.png
Fichier image/png, 4,2M
Titre Fig. 3
Légende Cagny-l’Épinette (Somme). Niveau I1b, outils sur éclat
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1847/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Tuffreau, « Les premières industries lithiques dans le nord de la France, reflet des premiers peuplements dans une région de haute latitude  », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 36-41.

Référence électronique

Alain Tuffreau, « Les premières industries lithiques dans le nord de la France, reflet des premiers peuplements dans une région de haute latitude  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/1847 ; DOI : 10.4000/nda.1847

Haut de page

Auteur

Alain Tuffreau

Université Lille 1 Sciences et Technologies, Cnrs, Umr 8164 Halma‑Ipel, Villeneuve d’Ascq,
alain.tuffreau@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals