Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Une séquence lœssique, des paléosols et des silex à Saint-Soupplets, au pied des buttes de la Goële (Seine-et-Marne)

Implications environnementales et archéologiques
Patrice Wuscher, Frédéric Blaser, Pascal Raymond, Céline Casasoprana et Alain Berthier
p. 55-60

Texte intégral

1Les logiques d’accumulation des lœss sont bien connues dans le nord de la France et en Normandie où cette couverture est quasiment continue. Ces séquences limoneuses dilatées ont permis d’établir un cadre chronoclimatique très précis du dernier cycle glaciaire (Lautridou 1985 ; Antoine et al. 2003). Les sites archéologiques du Paléolithique inférieur, moyen et supérieur ancien sont extrêmement bien conservés dans ces formations et il est possible de les inscrire dans leur environnement (Antoine et al. 2003).

2Les travaux menés sur ces dépôts dès les années 1970 ont montré que leur composition granulométrique (taille des grains) et minéralogiques (nature des grains) évolue à mesure que l’on s’éloigne des sources sédimentaires situées notamment dans la Manche (Jamagne 1973 ; Lautridou 1985). Ils ont donné lieu à l’élaboration de cartes du nord de la France qui situent l’Île-de-France à cheval entre trois provinces lœssiques : i) la province normande, qui se termine dans le nord-ouest de la région, autour de Mantes ; ii) le faisceau de la Seine, prolongement le long de la vallée de la Seine, jusque dans la vallée de l’Yonne, de la couverture continue observée en Normandie ; iii) le domaine des « lœss régionaux », couverture discontinue, issue en grande partie des produits de la déflation de certaines couches meubles du substrat (Lautridou 1985 ; Antoine et al. 2003).

3Les dépôts éoliens quaternaires d’Île-de-France n’ont pas fait l’objet pour l’instant d’une cartographie suffisamment détaillée pour aborder les logiques d’accumulation et l’âge des lœss régionaux. Il est donc souvent difficile d’évaluer le potentiel stratigraphique de larges secteurs d’Île-de-France avant la réalisation de sondages, ce qui pose des problèmes dans la programmation des diagnostics archéologiques et induit des biais taphonomiques dans les cartes de répartition des sites archéologiques du Paléolithique inférieur au Paléolithique supérieur ancien. C’est le cas notamment dans le nord-est de la région, secteur dont l’intérêt stratigraphique et archéologique avait pourtant été souligné dès le début du xxe siècle par les études successives de la séquence du Tillet, en bordure de plateau, au-dessus de la vallée de la Marne, entre Meaux et Château-Thierry (Reynier 1912). Ces données restent cependant sans chronologie fiable en regard des progrès de la discipline. Dans ce cadre, les formations lœssiques et niveaux archéologiques découverts lors de deux diagnostics archéologiques menés récemment à Saint-Soupplets apportent de nouveaux éléments à la discussion.

4Saint-Soupplets se trouve à l’extrémité sud-est du plateau du Valois, armé par les séries tertiaires du Bartonien moyen et inférieur (calcaire de Saint-Ouen sur les sables de Beauchamp s.l.). Il se situe aux pieds des buttes de sables stampiens de la Goële, sur un glacis orienté au nord-nord-est (fig. 1) qui, d’après la carte géologique, serait recouvert de colluvions polygéniques (Soyer & Labourguigne 1971). Ce glacis est marqué par de nombreuses ondulations de plancher matérialisées par des dômes de quelques dizaines d’hectares (fig. 1). Le diagnostic préalable au tracé de la desserte de la RN 330-RD 9 recoupe un de ces dômes, ainsi que deux têtes de vallon. Le diagnostic préalable à l’extension de la Zone d’activités ouest se situe quant à lui plus près de la butte stampienne, sur une portion plane, au-dessus du versant est d’un vallon sec. Ces deux emprises ont été sondées superficiellement sur 10 % de leur surface pour détecter les vestiges de notre interglaciaire, du Paléolithique supérieur récent à nos jours. Les séquences plus anciennes ont été évaluées par deux campagnes de sondages profonds ; larges d’environ 2,5 m pour 3 m de long, ces sondages sont espacés les uns des autres d’une cinquantaine de mètres.

Fig. 1

Fig. 1

Contexte topographique des séquences présentées. 1 : bois, 2 : zones bâties, 3 : emprises diagnostiquées, 4 : logs décrits dans le texte

Stratigraphie rencontrée

5Aucun des sondages ouverts lors des deux opérations n’a permis d’atteindre le substrat tertiaire. La stratigraphie la plus complète a été observée dans les logs 10 et 23 de la desserte RN 330-RD 9 (fig. 2). Elle comprend les unités suivantes, de bas en haut :

6Unité 8 : limons légèrement argileux, brun-gris sombre, compactés par les labours.

7Unité 34 : limons sableux légèrement argileux, gris-brun hétérogène, structure massive bioturbée, oxydes de fer et de manganèse diffus très présents. L’unité est présente uniquement dans les deux têtes de vallons recoupées par la desserte RN 330-RD 9.

8Unité 9 : limons argileux, brun orangé (10YR5/6), structure prismatique, enduits argileux sur les surfaces structurales.

9Unité 10 : limons argileux, légèrement sableux, beige-brun (10YR5/8), structure massive bioturbée.

10Unité 11 : limons, beige-brun (10YR5/8), structure massive bioturbée, nodules millimétriques d’oxydes de manganèse.

11Unité 12 : limons légèrement argileux, beiges (2,5Y6/6), structure massive bioturbée.

12Unité 13 : limons légèrement sableux, beige-brun (10YR5/8), structure bioturbée, présence de cavités biologiques centimétriques (crotovinas) à remplissage limoneux beige.

13Unité 14 : limons légèrement sableux, brun-gris sombre (10YR4/3), structure polyédrique sub-anguleuse (agrégats ~ 3 mm). Unité traversée par de fines langues limono-sableuses gris clair.

14Unité 15 : limons sableux, gris (10YR6/3), structure polyédrique sub-anguleuse à bioturbée. Deux pièces lithiques ont été trouvées à la base de cette unité.

15Unité 16 : limons argileux, rouge-brun (7,5YR5/6), structure prismatique à polyédrique, enduits argileux sur les surfaces structurales.

16Les unités 8 à 16 ont été reconnues sur une grande partie du tracé de la desserte RN 330-RD 9, en particulier sur le dôme central. Elles ont également été rencontrées sur la partie orientale, la plus élevée de l’emprise du diagnostic préalable à l’extension de la Zone d’activités ouest.

17Unité 35 : limons argileux, orangés (7,5YR5/6), structure prismatique à polyédrique, enduits argileux sur les surfaces structurales. Un réseau de fentes remplies de limons argileux bleu clair et traversant l’ensemble de la séquence s’ouvre depuis le sommet de cette unité. Sur la photo (fig. 4), l’une de ces fentes (à gauche) a été coupée tangentiellement.

18Unité 36 : limons sableux, beige-jaune (2,5Y7/6), structure massive à polyédrique très compacte. Présence de quelques concentrations de nodules de manganèse (~ 2 mm).

19Unité 37 : lit de 2 à 3 cm d’épaisseur de nodules de manganèse (de 1 à 2 mm) dans une matrice identique à 36.

20Unité 38 : limons sableux, légèrement argileux, beige-brun (2,5Y6/8), structure massive à polyédrique très compacte. Présence d’un nucléus Levallois et d’un éclat dans cette unité.

21Unité 39 : sables fins limoneux, gris-brun (7,5YR6/4) marbré de gris, structure polyédrique (agrégats de 2 à 3 mm) à massive compacte, nombreux nodules d’oxydes de manganèse (de 1 à 3 mm).

22Unité 40 : limons sablo-argileux, orangé-brun (5YR6/6) avec des plages millimétriques éclaircies, structure massive à polyédrique, très nombreux nodules d’oxydes de manganèse (~ 1 mm).

23Les unités 35 à 40 sont présentes uniquement au fond d’une des têtes de vallon recoupée par la desserte RN 330-RD 9.

Fig. 2 

Fig. 2 

Profil et logs issus de la desserte RN 330-RD 9. 1 : marnes calcaires, 2 : dépôts et sols pléistocènes, 3 : dépôts et sols tardiglaciaires et holocènes, 4 : toit du Bt eemien, 5 : horizons humifères. Voir le texte pour la description détaillée des couches des logs 10 et 23.

L’industrie lithique

24Unité 15 : deux pièces lithiques, réparties dans deux sondages, proviennent de ce niveau. Un fragment d’éclat semi-cortical en silex tertiaire est peu caractéristique d’une production en particulier, mais témoigne d’un bon état de conservation, malgré un léger voile. L’autre pièce lithique, aussi bien conservée, est plus informative sur les techniques employées : il s’agit d’un éclat de plein débitage de profil rectiligne, au talon dièdre semi-cortical et dont la morphologie est prédéterminée par des enlèvements antérieurs, unipolaires convergents. Malgré l’absence d’autres éléments, cet éclat s’inscrit probablement dans des conceptions de débitage Levallois récurrentes (Boëda 1986). Un de ses bords possède une retouche courte et rasante.

25Unité 38 : deux pièces lithiques, issues de deux sondages, proviennent de ce niveau. Leurs arêtes et leurs tranchants sont en bon état. Les seules altérations visibles sont un léger voile bleuâtre sur un nucléus en silex secondaire, une patine blanche sur un éclat de plein débitage d’origine pétrographique indéterminée. Ces deux pièces témoignent d’une production Levallois récurrente, unipolaire convergente sur le nucléus, centripète sur l’éclat. Ce dernier possède un talon préparé par un facettage créant une délinéation convexe.

Discussion

L’âge et la géométrie des dépôts

26La séquence observée ici paraît s’apparenter dans ses grandes lignes aux séquences de référence pour le Pléistocène supérieur du nord de la France, que l’on peut corréler par exemple avec la séquence de Villiers-Adam (Antoine et al. 2003 ; Locht et al. 2003), distante d’une cinquantaine de kilomètres à l’ouest. On aurait, de haut en bas :

l’horizon Bt du luvisol de surface (unité 9) ;

un dépôt de limons, ici très argileux (unités 10 et 11), attribuable au Pléniglaciaire supérieur ;

un complexe d’horizons humifères (unités 13 et 14), attribuable au début Glaciaire weichsélien ;

un Bt plus rouge que celui observé en surface, marqué de langues blanchies et recouvert par des limons sableux gris clair (unités 15 et 16), lié à l’interglaciaire éémien.

27Il paraît plus difficile de proposer un âge à l’unité 35, située directement sous des colluvions récentes, tardiglaciaires ou holocènes. Sa couleur très rouge, sa compaction et le réseau complexe de fentes qui la traversent excluent une attribution au Tardiglaciaire et à l’Holocène. Elle présente plutôt de fortes analogies avec l’unité 16 interprétée comme le bilan pédologique de l’interglaciaire éémien. Dès lors, les unités pédosédimentaires très compactes sous-jacentes (l’unité 36 qui évoque un lœss, 37 un fin cailloutis, 38, 39 et 40 des horizons pédologiques) et le mobilier découvert dans l’unité 38 paraissent donc au minimum d’âge saalien. On aurait donc une troncature de la partie supérieure de la séquence, jusqu’au Bt éémien, au fond de la tête de vallon.

28Ces attributions restent bien sûr très hypothétiques. Les sédiments de ces séquences auraient mérité d’être datés par OSL. Les contraintes de l’archéologie préventive ne l’ont pas permis. Les deux diagnostics ont été réalisés durant la période hivernale, pendant des périodes très courtes et peu propices à la mise en place de campagnes d’échantillonnage. Il faut noter en outre la difficulté, voire l’impossibilité d’obtenir des datations OSL du fait du nombre très réduit de laboratoires qui effectuent ce genre de mesures.

29Même sur les points hauts, les dépôts éoliens pléistocènes sont épais à Saint-Soupplets et le substrat tertiaire n’a pas pu être atteint. Les deux opérations présentées ici, bien que modestes en taille, recoupent plusieurs des formes qui structurent le paysage. On serait tenté de conclure que dans ce secteur, l’origine du relief au pied des buttes de la Goële serait partiellement liée aux dépôts de lœss. Le vent aurait donc ainsi façonné une partie du glacis autour de Saint-Soupplets, durant les épisodes froids et arides du Pléistocène. Des morphologies liées aux dépôts de lœss ont été décrites en Normandie (Lautridou 1985), en Europe de l’Est (Léger 1990) et, plus récemment, sur le plateau en contre-haut de la vallée du Rhin à Nussloch (Antoine et al. 2001).

30Dans le détail, la morphologie des dépôts est sans doute plus compliquée à Saint-Soupplets, notamment dans le vallon sec qui a livré les unités 35 à 40, interprétées comme des dépôts probablement antérieurs à l’Éémien. En effet, l’espacement d’au moins 50 m entre les sondages qui n’ont pas livré de silex limite considérablement l’analyse spatiale. Il suffit de repenser aux fortes variations latérales de faciès observées à Villiers-Adam, liées notamment à des emboîtements, pour se rappeler la nécessité d’ouvrir des coupes continues (Antoine et al. 2003b ; Locht et al. 2003).

Les vestiges archéologiques

31Les industries lithiques découvertes en relation avec un horizon pédologique à Saint-Soupplets sont peu nombreuses (4 pièces), mais présentent plusieurs intérêts.

32Tout d’abord, elles viennent documenter un secteur d’Île-de-France encore peu connu pour le Paléolithique. De plus, la présence de pièces lithiques dans des niveaux pédologiques distincts, probablement saalien et weichsélien, reste exceptionnelle pour le nord de la France et observée en Île-de-France uniquement à Saint-Illiers-la-Ville (Blaser et al. 2012).

33La présence d’industries lithiques au sein de niveaux humifères du début de la dernière glaciation est certes fréquente, mais plus à l’ouest dans les Yvelines (Marti 2002) et le Val-d’Oise (Locht et al. 2003), ou encore dans les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie (Locht 2005). L’éclat Levallois trouvé dans ce niveau ne dénote pas dans ce contexte.

34En ce qui concerne les industries antérieures, elles sont généralement moins connues, ce qui accroît encore l’intérêt de Saint-Soupplets. Deux autres sites régionaux de la fin du Saalien permettent des comparaisons : dans un cas, à Maison-Alfort (Durbet et al. 1997), des productions Levallois récurrentes similaires sont observées ; dans l’autre cas, à Saint-Illiers-la-Ville (Blaser et al. 2012), ces productions sont peu comparables.

35La rareté des artefacts retrouvés à Saint-Soupplets interroge sur le statut archéologique de ce type d’indice, et sur sa pauvreté supposée. Celle-ci mérite en effet d’être relativisée si l’on considère les différents scénarios pouvant expliquer cette rareté :

il s’agit de pièces totalement isolées dans le paysage, abandonnées par des groupes humains pendant leur passage ;

on se situe au cœur d’un site où les activités de taille sont annexes ;

on se situe au cœur ou à la marge d’un site où les activités de taille sont prépondérantes.

36La première hypothèse semble difficilement plausible car les surfaces pléistocènes ouvertes restent dérisoires (moins de 0,2 % des parcelles investies). Ce taux faible rend statistiquement peu crédible la découverte d’un élément isolé, l’application d’un tel maillage à des sites holocènes suffit à s’en convaincre.

37Dans le cas où les activités de taille du silex ne sont pas prépondérantes, les densités en artefacts lithiques sont fréquemment très faibles comme dans les sites où la faune est conservée (Maisons-Alfort, Caours). En revanche, les arguments avancés sur le peu de chances de trouver du mobilier vu les surfaces ouvertes prévalent ici aussi, ce qui pousse à privilégier la dernière hypothèse, celle de la marge ou du cœur d’un site où la densité générale d’un niveau permet, malgré un maillage lâche, de recueillir des indices. Dans ce dernier cas, il s’agit bien d’un « site archéologique ». La multiplication de ce type d’indices aux densités similaires et l’absence de prescription de fouille conduisent à s’interroger sur le degré de traitement nécessaire en diagnostic, au-delà de la simple mention présence/absence, afin de combler les vides démographiques et chronologiques qui ressortent des différentes représentations cartographiques.

Fig. 3 

Fig. 3 

Log 1 de la Zone d’activités ouest. 1 : limons argileux, brun-gris sombre, compactés par les labours, 2 : limons argileux, brun orangé, structure prismatique, enduits argileux sur les surfaces structurales, horizon Bt tardiglaciaire et holocène, horizon tronqué, 4 : limons légèrement sableux, beige hétérogène teinté de très nombreuses tâches diffuses d’oxydes noirs, structure massive, gley (Pléniglaciaire supérieur ?), 5 : limons légèrement sableux, beiges, structure massive, 6 : limons légèrement sableux, brun-beige, structure massive à polyédrique sub-anguleuse effondrée, nodules (environ 1 mm de diamètre) d’oxydes noirs diffus, 7 : limons légèrement sableux, brun-beige hétérogène, présence de quelques graviers siliceux, structure massive bioturbée à polyédrique sub-anguleuse, 8 : limons légèrement sableux, gris-brun sombre, quelques nodules (environ 1 mm de diamètre) d’oxydes noirs durs et denses aux limites nettes, probablement d’origine détritique, structure bioturbée à grumeleuse, présence de grands terriers centimétriques à décimétriques à remplissage limono-sableux beige, horizon humifère, début Glaciaire weichselien, 9 : limons sableux, gris, structure polyédrique légèrement sub-anguleuse (agrégats autour de 3 mm), nombreux nodules (d’1 à 2 mm de diamètre) d’oxydes noirs durs et denses aux limites nettes, probablement d’origine détritique, 10 : limons argileux, brun orangé, présence de quelques graviers siliceux, structure lamellaire au sommet, prismatique à polyédrique (agrégats autour d’1 cm), enduits argileux sur les faces des prismes, horizon Bt, Éémien, 11 : limons argileux, brun-gris, structure massive à prismatique, 13 : niveau lâche de graviers de manganèse (autour d’1 cm de diamètre) dans des limons sableux beige-brun, 14 : limons sableux, beige-brun, structure massive, 15 : limons gris, structure massive, base non atteinte

Fig. 4

Proposition de log synthétique et position des pièces lithiques

(Dessin des pièces E. Boitard)

La couverture lœssique francilienne et la possibilité d’approches territoriales

38Comment expliquer l’épaisseur et la continuité des formations éoliennes pléistocènes à Saint-Soupplets ? Par la position du site au pied d’une butte stampienne ? Comme à Villiers-Adam ? Contrairement à Saint-Soupplets, les formations de Villiers-Adam sont aussi liées à l’orientation et à la dissymétrie de petits vallons secs dans lesquels les séquences s’emboîtent et sont particulièrement dilatées. Par ailleurs, les séquences de Villiers-Adam sont fortement enrichies par le remaniement des sables de la butte (Antoine et al. 2003). À Saint-Soupplets au contraire, les séquences sont plutôt argileuses. La butte ne fournirait donc pas la majorité des sédiments des séquences rencontrées.

39La couleur brunâtre et la teneur en argile du haut de la séquence expliqueraient pourquoi certains auteurs ont pu penser que les séquences de ce secteur étaient du Pléistocène moyen (Jamagne 1973). La présence sous ces dépôts d’un horizon Bt probablement éémien et d’un horizon humifère probablement weichsélien invite à revoir ce schéma. Ces caractères sembleraient plutôt traduire une altération et une évolution pédologique avant le transport. On serait donc dans un schéma « d’éolisation en circuit fermé », sans apports lœssiques extérieurs, comme cela a été évoqué pour la Plaine de France (Lebret & Halbout 1991).

40Le paysage de dômes observé autour de Saint-Soupplets a une large extension au nord-nord-est des buttes de Goële. Il est donc tentant de généraliser le schéma de Saint-Soupplets, où une partie du relief est liée aux dynamiques éoliennes pléistocènes. D’autres sondages profonds montrent toutefois que le glacis au pied des buttes de la Goële peut être façonné dans le substrat tertiaire, comme par exemple dans certains secteurs de Dammartin-en-Goële (Prié 2009) ou dans d’épaisses séquences pléistocènes colluviales et éoliennes, comme par exemple dans certains secteurs de Rouvres (Rouppert 2011).

41Le site du Tillet à Rueil et plusieurs diagnostics archéologiques menés ces dernières années sur plateau à Villenoy (Durand 2008), Coupvray (Durand 2012), Saint-Mard (Durand 2010), Villeneuve-sous-Dammartin (Hurard 2009) montrent par ailleurs que la couverture éolienne weichselienne peut se suivre sans discontinuités. Ces accumulations sont situées loin de buttes stampiennes et en dehors des vallées dissymétriques. On pourrait en conclure que la couverture pléistocène et notamment pléistocène supérieure est quasiment continue dans le nord-est de l’Île-de-France. La recherche systématique du substrat tertiaire lors des diagnostics archéologiques et la réalisation d’une carte à partir de ces données et de la littérature devraient tempérer cette hypothèse. Cette possibilité ouvre toutefois la possibilité d’approches territoriales, au moins pour le Weichsélien, d’autant qu’en l’absence d’horizons repères, notamment des horizons humifères, il reste la possibilité de dater assez facilement les silex brûlés présents dans les assemblages archéologiques.

Conclusion

42Les deux diagnostics présentés ici ont livré des séquences sédimentaires riches, tellement épaisses que le substrat tertiaire n’a pas pu être atteint. Ces séquences comprennent plusieurs horizons pédologiques. Le terme supérieur est probablement weichsélien, tandis que le terme inférieur est plus ancien, au moins saalien.

43Ces opérations archéologiques reposent la question des logiques d’accumulation de ces dépôts situés en dehors du domaine nord-européen où la couverture lœssique est continue. L’existence de vallons secs semble ici avoir une influence mineure sur la géométrie des dépôts. Au contraire même, ces deux diagnostics incitent plutôt à voir une morphologie liée aux dépôts, à l’image des dépôts normands (Lautridou 1985) ou d’Europe de l’Est (Léger 1990 ; Antoine et al. 2001). Est-ce que cette morphologie d’origine lœssique est liée à la proximité d’une grande butte stampienne ? Les autres séquences épaisses présentes sur les plateaux du nord-est de l’Île-de-France suggèrent plutôt une couverture sédimentaire certes hétérogène mais subcontinue de cette partie de la région. Elles rappellent la nécessité de réaliser une carte géomorphologique « dynamique » du secteur, fondamentale pour la découverte et la compréhension des sites archéologiques.

44La présence de quatre pièces lithiques dans deux niveaux pédologiques distincts, probablement avant et après l’Éémien, reste régionalement exceptionnelle. À l’échelle de Saint-Soupplets, le faible nombre de pièces recueillies peut s’expliquer aisément par les faibles surfaces sondées, ce qui oblige à s’interroger sur la notion même de site archéologique au regard des conditions de conservation et des méthodologies de détection employées. Aussi, il convient de relativiser très fortement l’idée d’espace inoccupé au Paléolithique inférieur et moyen qui résulte souvent de l’exclusion des sites les plus profondément enfouis, et donc les moins sondés, au profit de ceux plus érodés qui bénéficient de maillages plus importants.

45La rédaction de cet article s’inscrit dans le cadre du programme d’activités scientifiques de l’Inrap « Recherches archéologiques préventives dans le Bassin parisien du Pléistocène à l’Holocène : chronologie, caractérisation culturelle et fonctionnement des sites », sous la direction de Bénédicte Souffi, Frédéric Blaser et Boris Valentin.

Haut de page

Bibliographie

Antoine, P., D.D. Rousseau, L. Zoller, A. Lang, A.-V. Munaut, C. Hatte, M. Fontugne. 2001. « High-resolution record of the last Interglacial-glacial cycle in the Nussloch loess-palaeosol sequences, Upper Rhine Area, Germany », Quaternary International, 76/77 : 211-229.

Antoine, P., P. Auguste, J.-J. Bahain, P. Coudret, P. Depaepe, J.-P. Fagnart, C. Falgueres, M. Fontugne, M. Frechen, C. Hatte, A. Lamotte, M. Laurent, N. Limondin-Lozouet, J.-L. Locht, N. Mercier, A.-M. Moigne, A.-V. Munaut, P. Ponel, D.-D. Rousseau. 2003a. Paléoenvironnements pleistocènes et peuplements paléolithiques dans le bassin de la Somme (nord de la France), Bulletin de la Société préhistorique française, t. 100, n° 1 : 5-28.

Antoine, P., J.-J. Bahain, N. Debenham, M. Frechen, A. Gauthier, C. Hatte, N. Limondin-Lozouet, J.-L. Locht, P. Raymond, D.-D. Rousseau. 2003b.  « Nouvelles données sur le Pléistocène du nord du Bassin parisien : les séquences lœssiques de Villiers-Adam (Val-d’Oise, France) », Quaternaire, vol. 14, n° 4 : 219-235.

Blaser, F., C. Chausse, M. Leroyer, E. Claud, N. Debenham, E. Boitard, L. Petit, P. Raymond. 2012. Du Pléistocène moyen au Pléistocène supérieur : les occupations paléolithiques de Saint-Illiers-la-Ville (Yvelines). Rapport de fouille, Inrap, 502 p.

Casasoprana, C. 2010. Saint-Soupplets, Desserte RN 330-RD 9. Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Service régional de l’archéologie, Saint-Denis, 62 p.

Durand, J. 2008. Villenoy et Chauconin-Neufmontiers, « Parc d’Activités du Pays de Meaux », Île-de-France, Seine-et-Marne (77). Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Service régional de l’archéologie, Saint-Denis, 315 p.

Durbet, G., P. Rodriguez, L. Badalian, D. Hadjouis, A. Gauthier, M. Laurent, J.-L. Ricard, J. Wattez. 1997. « Découverte d’un site Paléolithique moyen dans des alluvions saaliennes du confluent Seine-Marne Maisons-Alfort (Val-de-Marne) », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Série 2, Sciences de la terre et des planètes, vol. 324, n6 : 505-512.

Hurard, S. 2009. Villeneuve-sous-Dammartin, Seine-et-Marne (77), « Coubron ». Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Service régional de l’archéologie, Saint-Denis, 51 p.

Jamagne, M. 1973. Contribution à l’étude pédogénétique des formations lœssiques du nord de la France. Thèse de Sciences agronomiques, Faculté des Sciences de Gembloux, Belgique, 445 p.

Lebret, P. & H. Halbout. 1991. Le quaternaire dans le Val-d’Oise. Caen, Cnrs, Cgvo, Sdavo (Bulletin du Centre de géomorphologie de Caen, n° 39-40), 267 p.

Leger, M. 1990. « Lœss landforms », Quaternary International, vol. 7-8 : 53-61.

Locht, J.-L. 2005. « Le Paléolithique moyen en Picardie : état de la recherche », Revue archéologique de Picardie, n° 3-4 : 27-35.

Locht, J.-L ., P. Antoine, J.-J. Bahain, G. Dwrila, P. Raymond, N. Limondin-Lozouet, A. Gauthier, N. Debenham, M. Frechen, D.-D. Rousseau, C. Hatte, P. Haesarts, H. Metsdagh. 2003. « Le gisement paléolithique moyen et les séquences pléistocènes de Villiers-Adam (Val-d’Oise). Chronostratigraphie, environnement et implantations humaines », Gallia Préhistoire, 45 : 1-111.

Marti, F. 2002. Soindres-Magnanville, déviation de la RD 928 (Yvelines). Rapport de diagnostic archéologique, Inrap Pantin, Service régional de l’archéologie Île-de-France, 15 p.

Prie, A. 2009. Dammartin-en-Goële, « Les Huants ». Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Service régional de l’archéologie, Saint-Denis, 20 p. et 21 fig.

Reynier, P. 1913. « Les limons du Tillet et des plateaux », Bulletin de la Société préhistorique française, 10 : 141-142.

Rouppert, V. 2011. Rouvres, « Grande Rue » (Seine-et-Marne). Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Service régional de l’archéologie, Paris, 171 p.

Soyer, R. & J. Labourguigne. 1971. Carte géologique de la France au 1/50 000, Dammartin-en-Goële, feuille XXIV-13. Orléans, Brgm, carte et notice de 26 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Contexte topographique des séquences présentées. 1 : bois, 2 : zones bâties, 3 : emprises diagnostiquées, 4 : logs décrits dans le texte
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1881/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Titre Fig. 2 
Légende Profil et logs issus de la desserte RN 330-RD 9. 1 : marnes calcaires, 2 : dépôts et sols pléistocènes, 3 : dépôts et sols tardiglaciaires et holocènes, 4 : toit du Bt eemien, 5 : horizons humifères. Voir le texte pour la description détaillée des couches des logs 10 et 23.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1881/img-2.png
Fichier image/png, 170k
Titre Fig. 3 
Légende Log 1 de la Zone d’activités ouest. 1 : limons argileux, brun-gris sombre, compactés par les labours, 2 : limons argileux, brun orangé, structure prismatique, enduits argileux sur les surfaces structurales, horizon Bt tardiglaciaire et holocène, horizon tronqué, 4 : limons légèrement sableux, beige hétérogène teinté de très nombreuses tâches diffuses d’oxydes noirs, structure massive, gley (Pléniglaciaire supérieur ?), 5 : limons légèrement sableux, beiges, structure massive, 6 : limons légèrement sableux, brun-beige, structure massive à polyédrique sub-anguleuse effondrée, nodules (environ 1 mm de diamètre) d’oxydes noirs diffus, 7 : limons légèrement sableux, brun-beige hétérogène, présence de quelques graviers siliceux, structure massive bioturbée à polyédrique sub-anguleuse, 8 : limons légèrement sableux, gris-brun sombre, quelques nodules (environ 1 mm de diamètre) d’oxydes noirs durs et denses aux limites nettes, probablement d’origine détritique, structure bioturbée à grumeleuse, présence de grands terriers centimétriques à décimétriques à remplissage limono-sableux beige, horizon humifère, début Glaciaire weichselien, 9 : limons sableux, gris, structure polyédrique légèrement sub-anguleuse (agrégats autour de 3 mm), nombreux nodules (d’1 à 2 mm de diamètre) d’oxydes noirs durs et denses aux limites nettes, probablement d’origine détritique, 10 : limons argileux, brun orangé, présence de quelques graviers siliceux, structure lamellaire au sommet, prismatique à polyédrique (agrégats autour d’1 cm), enduits argileux sur les faces des prismes, horizon Bt, Éémien, 11 : limons argileux, brun-gris, structure massive à prismatique, 13 : niveau lâche de graviers de manganèse (autour d’1 cm de diamètre) dans des limons sableux beige-brun, 14 : limons sableux, beige-brun, structure massive, 15 : limons gris, structure massive, base non atteinte
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/1881/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Wuscher, Frédéric Blaser, Pascal Raymond, Céline Casasoprana et Alain Berthier, « Une séquence lœssique, des paléosols et des silex à Saint-Soupplets, au pied des buttes de la Goële (Seine-et-Marne) », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 55-60.

Référence électronique

Patrice Wuscher, Frédéric Blaser, Pascal Raymond, Céline Casasoprana et Alain Berthier, « Une séquence lœssique, des paléosols et des silex à Saint-Soupplets, au pied des buttes de la Goële (Seine-et-Marne) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/1881 ; DOI : 10.4000/nda.1881

Haut de page

Auteurs

Patrice Wuscher

Inrap et Umr 8591, équipe « Environnements quaternaires »

Articles du même auteur

Frédéric Blaser

Inrap

Pascal Raymond

Inrap

Articles du même auteur

Céline Casasoprana

Inrap

Alain Berthier

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals