Navigation – Plan du site
Dossier

Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie

L’exemple de la fouille d’Aphrodisias en 1905
Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas
p. 40-47

Texte intégral

1Aux Archives nationales, la sous-série F/17 est dédiée aux papiers issus des administrations ayant eu en charge l’enseignement depuis la Révolution. C’est sous la monarchie de Juillet, en 1832, qu’a été constitué un véritable ministère de l’Instruction publique autonome. Il reçut alors la charge, non seulement des services de l’enseignement, mais encore des sciences et belles-lettres, confiées à une division des établissements scientifiques et littéraires dont Marie-Élisabeth Antoine (1977) a retracé la généalogie administrative. En 1842, la création d’un service des missions au sein de cette division marqua le renforcement d’une volonté de soutien du ministère de l’Instruction publique aux chercheurs désireux de collecter des données scientifiques sur le terrain. En effet, ce nouvel espace institutionnel était destiné à encourager les voyages dirigés « vers des recherches physiques et géographiques ou des études appliquées aux langues, à l’histoire, à tout ce qui peut en général intéresser notre civilisation ». La nécessité de rationaliser le choix des missions subventionnées amena la création, en 1874, d’une commission des missions : formée de sommités scientifiques de différentes spécialités, elle fut chargée d’examiner le bienfondé et le sérieux des demandes pour aider le ministre à choisir celles qui devaient être soutenues.

2Les archives produites par le service des missions et versées aux archives nationales ont fait l’objet, il y a une vingtaine d’années, d’un simple répertoire numérique sous la direction de Marie-Élisabeth Antoine (Antoine et Olivier 1975 ; Antoine 1981). Ces archives se composent, d’une part de dossiers administratifs résultant de l’organisation et du fonctionnement du service et de l’autre, des dossiers résultant de ses objets d’activité. Ces derniers constituent plusieurs ensembles jusqu’en 1940 environ : missions scientifiques collectives (exploration du Mexique, 1864 ; passage de Vénus en 1875 ; exploration scientifique de la Tunisie, 1884-1894, etc.), missions permanentes (École française d’Athènes, 1846-1930 ; École française de Rome, 1874-1934 ; Mission archéologique en Perse, 1895-1939, etc.), tutelle sur les services des Antiquités (Algérie, 1897-1923 ; Régence de Tunis, 1884-1934 ; Antiquités égyptiennes, 1890-1935, etc.) et missions individuelles.

3Il sera question dans cet article du groupe concernant les missions individuelles, soit près de 200 cartons. Le répertoire recense par ordre alphabétique, en deux tranches chronologiques, les noms des missionnés, la date et l’objet de l’arrêté de leur mission. Une simple lecture fait apparaître que, malgré des aléas budgétaires, les missions individuelles octroyées par le ministère ont été très nombreuses (environ 2 300), très variées, couvrant toutes les disciplines. On y relève le nom d’érudits, de scientifiques et de tous les grands explorateurs (par exemple Chaffanjon, Champoiseau, Charnay, Clermont-Ganneau, Foureau, Alexandra David-Neel, Jacques de Morgan, Pasteur, Renan, Savorgnan de Brazza, Soleillet, Paul-Émile Victor, etc.), et l’on constate que ces missions ont touché tous les continents, manifestant ainsi la mainmise de l’Europe industrielle et de ses sciences sur toute la planète.

4Dans le cadre de la collaboration des Archives nationales avec le réseau Area « Archives de l’archéologie européenne », il a été décidé en 2006 de dépouiller systématiquement tous les dossiers de demandes de missions adressées au ministère de l’Instruction publique et ayant pour objectif la Grèce et l’Asie Mineure, pour permettre une vision globale de toutes les sources concernant l’archéologie grecque dans la sous-série F/17.

Les dossiers individuels de mission : quels documents ?

5Le terme « missions individuelles » signifie que, plus que pour les missions permanentes ou collectives, le facteur humain – l’idée, le besoin, l’hypothèse à vérifier, la passion, le rêve d’un des acteurs de la recherche de terrain – a primé dans les demandes. Les dossiers administratifs constitués pour chacune des demandes au sein du service des missions permettent de suivre le cycle entier de ces missions, du dépôt de la demande à l’achèvement et parfois au-delà. Ils nous révèlent comment ces destins individuels se sont inscrits dans le destin collectif d’une nation ainsi que dans l’affirmation des disciplines scientifiques.

6Du point de vue typologique, ils se composent aux différentes étapes du déroulement des missions, des rapports du missionné, des comptes rendus des membres de l’Institut ou, à partir de 1874, des membres de la commission des missions sur l’opportunité du voyage et ses résultats, de correspondance de l’administration, de notes du service des bureaux au ministre et de pièces justificatives les plus diverses, appuyant la demande ou rendant compte des résultats (brochures écrites par le missionné, dessins et tirages de photographies réalisés pendant la mission, estampages, relevés météorologiques, listes des objets envoyés par le missionné).

7À la lumière de ces dossiers administratifs, il est possible de s’interroger sur la qualité de préparation scientifique des voyageurs et sur l’essor des disciplines qu’ils représentent, disciplines en quête de maturité, ainsi que sur les attentes, le contrôle, et l’appui logistique de l’administration. En outre, comme il est sans cesse question de finances à justifier dans ces dossiers, ils ont un côté « confesseur », « narratif »… Les missionnés expriment sans trop de retenue au cours de leurs voyages leurs espoirs, leurs désillusions, les difficultés de l’action au quotidien, leurs retards, leurs découvertes.

8En ce qui concerne la logistique des missions, les dossiers montrent le rôle de facilitateur du ministère, au-delà de son aide financière directe : il correspond avec le ministère de la Marine pour des prêts d’instruments techniques coûteux ou des passages sur les transports de l’État, avec le ministère de la Guerre pour des prêts d’armes et de tentes de campements, avec les Affaires étrangères pour obtenir des passeports, recommander les missionnés aux agents diplomatiques et informer si nécessaire les gouvernements étrangers de l’objet de la mission confiée en leur demandant des facilités de circulation tant pour le voyageur que pour son matériel et les objets récoltés.

9Le ministère attend des résultats de son investissement. Les missions représentent en effet un effort financier, et il doit lui-même rendre compte de son budget au Parlement : le contenu des dossiers permet de suivre la gestion de l’administration, ses calculs, son contrôle sur les missions, le mécanisme des décisions et les négociations préalables à celles-ci, l’arbitrage du ministre avec tout l’aspect diplomatique des documents, mentions marginales ou phrases soulignées en rouge – ce qui donne une vision de son fonctionnement interne.

10Les collections qui résultent de ces missions subventionnées sont en droit des collections d’État, et ce principe est rappelé dans les instructions données aux missionnés. Les objets doivent être rassemblés et envoyés en France pour former des collections et servir de base aux recherches des savants ; les missionnés sont aussi tenus de rédiger un rapport final au ministre et les meilleurs rapports sont généralement publiés sous les auspices du ministère.

11L’étude des dossiers de missions permet d’identifier des collections, de connaître les conditions de leur collecte, leur date exacte d’entrée dans le lieu choisi pour leur conservation, donc de les replacer dans un contexte de production, voire même de soulever des problèmes éthiques : ont-ils été achetés, offerts, et à qui – aux voyageurs à titre personnel ou à la France ? Les voyageurs ont-ils ou non respecté les législations des pays visant à protéger leur patrimoine et à contrôler les exportations de pièces archéologiques ?

12La répartition des objets provenant des missions se fait entre plusieurs institutions : les objets relatifs à l’ethnographie reviennent au Muséum ethnographique des missions scientifiques créé en 1877, les collections d’anthropologie et d’histoire naturelle au Muséum, les collections d’archéologie préhistorique et les antiquités gallo-romaines provenant des missions entreprises en France au musée de Saint-Germain, celles provenant de missions entreprises en Italie, en Grèce, en Égypte et en Orient, relatives à l’art ou à l’histoire de ces contrées, au Musée de Louvre, les médailles, les livres, les manuscrits de toute provenance à la Bibliothèque nationale.

13Les dossiers individuels peuvent, en outre, renseigner sur le devenir des individus au retour de leur mission : suivi de leurs publications, propositions aux Palmes académiques, à la Légion d’honneur ou autres décorations étrangères. Les rapports jugés les plus intéressants sont publiés intégralement ou par extraits, accompagnés de cartes et de photographies sous les auspices du ministère. Avant 1849, on les recherche dans le Journal général de l’instruction publique, puis l’administration lance, sous le titre Archives des Missions scientifiques et littéraires, un recueil destiné à les reproduire intégralement, par extraits, ou en résumés. Le premier volume de cette collection qui, malgré quelques interruptions, a duré jusqu’à la guerre de 1914, paraît en 1850. À la fin de 1889, les Archives des Missions scientifiques et littéraires formaient trois séries : la première comprenait huit volumes (1850-1859), la seconde sept volumes (1864-1872) et la troisième quinze volumes (1872-1889) et une table (volume 16 de la série III).

L’apport des dossiers à l’histoire de l’archéologie : l’exemple de la fouille d’Aphrodisias de Carie (Turquie) en 1905

14Parmi tous les dossiers dépouillés au cours de la campagne d’étude des missions en Grèce et en Asie Mineure (Le Goff et Coutsinas 2006), nous avons choisi de nous concentrer sur celui de la fouille d’Aphrodisias de Carie en 1905, qui sera prétexte à aborder divers thèmes récurrents mais qui offre également une documentation inédite sur son déroulement particulier.

15Le site d’Aphrodisias a d’abord été connu pour ses inscriptions, copiées par de nombreux voyageurs occidentaux depuis le xviiie siècle (Roueché 2002 : 48-51). Parmi les savants français, signalons notamment Charles Texier, chargé en 1833-1837 de l’exploration de l’Asie Mineure (F/17/3008 ; Texier 1839-1849), et Philippe Le Bas qui a bénéficié en 1842-1844 d’une mission du ministère de l’Instruction publique afin de recueillir en Grèce et en Asie Mineure des inscriptions inédites (F/17/2982/B ; Le Bas et Waddington 1847-1873).

16Au xixe siècle, l’Asie Mineure est le lieu de concurrence des nations occidentales (Allemagne, Autriche, France, Grande-Bretagne) pour qui l’archéologie n’est qu’un moyen parmi d’autres d’asseoir leur influence politique dans la région. À la fin du siècle, on considère que la Turquie a l’avantage, au contraire de la Grèce, de posséder des réserves archéologiques encore largement inexploitées, et de ne pas encore avoir une population d’érudits locaux se consacrant à l’étude des vestiges antiques (Tassignon 2004 : 172 note 31). Les sites archéologiques représentent donc des enjeux diplomatiques autant que scientifiques.

Une demande de mission atypique

17Dans l’ensemble des missions étudiées, la procédure est toujours la même : dans un premier temps, la demande de mission émane d’un érudit français. Ce sont pour la plupart des professeurs, souvent des universitaires, dans un tiers des cas, d’anciens membres de l’École française d’Athènes. Ceux-ci, à l’issue de leur séjour en Grèce, sollicitent généralement auprès du ministère de l’Instruction publique le financement de missions destinées à poursuivre et à compléter les travaux entrepris en tant que membres de l’École. La demande émane d’ailleurs parfois en premier lieu du directeur de celle-ci, particulièrement sous le premier mandat de Théophile Homolle (1890-1903), très actif auprès du ministère. Devenu par la suite directeur des Musées nationaux, membre de la Commission des missions, c’est souvent à lui que sont adressées les demandes de mission afin qu’il juge de leur légitimité. Quand la mission est acceptée, si elle a pour cadre l’Empire ottoman, le ministère de l’Instruction publique prend contact d’une part, avec le ministère des Affaires étrangères pour la délivrance d’un passeport diplomatique et d’une lettre de recommandation auprès des agents de la France à l’étranger et, d’autre part, avec l’ambassadeur de France à Constantinople qui se charge d’obtenir de la Sublime Porte le firman (permis) indispensable sur place. À ce propos, il convient de souligner le rôle actif de Paul Cambon, ambassadeur de France à Constantinople de 1891 à 1898, qui a beaucoup œuvré à développer l’influence de la France, notamment au travers de l’archéologie et en collaboration avec Théophile Homolle, tout en cherchant à contrer les initiatives allemandes (Tassignon 2004 : 170-171).

18Or, la demande de mission à Aphrodisias émane non pas d’un intellectuel français mais d’un ingénieur, Paul Gaudin (1855-1921). ton 1847-1sacrant à objets Iier de pif le la guCpagnéide l’InOstioil coursuivrsansarterre co l’étranger et, parmiculier.< parquie a partir de 187492Il ret dé 1847-1sa Iifur la qugner Mouns iarets ls puis lrecteur de ce qugner Smyrne-Ksadeba (Piux d004 : 17037 toF (1ateu905, qu est santraire de soitér leSmyrnearten tim>fiirémi em> ((corr il mprieal)u sitant e nom dmdirecteur denéral de lqugner siHedjazllemt de miDamaà po deMque da(pport fi si ;jui1905,6)L’expire ottoman, lei a m, parce. partir de 18 fin du sipan style="font-variant:small-caps;">xixe siècle, n véteurropogram de cemorniersion de ls inscanructious, confiituentn v mptatindédibché tour la inflstriellrançaise d,oujours la collurrence deec l’amlemagne, otamment auds le cadre de la cose de parce. d livrgn de mi Iier e pif lIl ret dtéressants e concuate qre lieu qui, extes lors latre plchéologie et en Iier e pif lIlUnutres ranceais, siFlivrx Stir x, mecrant à ob la guCpagnéide lts Iier de pif le siN-1sa dutenirun 190513-14, uis l14,9921)0 e mission du ministère de l’Instruction publique afin de estfftuel objetsuille dà poPhédu(F/17/302 n84

18<9span>Le site d’Aphrodisias a t dsiont en 184292ar laOalln Hamdy Bey1855-18491, trldirecteur des Musées na mpriea ou oman, Ce sorniers utenit en ef98, n premis) e pifille d’il ju part enttre un efuvrépar orn, e de lyen p CeHamdy Bey,rançchile H,yant potudiéesn France au misiées une diFnçaise d,ot d prands outien duur la inchéologie etançaise ds l’enpire ottoman, leis d est sagalement un premollur desune lechéologie ettquie(F/Chevaer.< 02 : 4835-37 toAmusée de mprieale Carstantinople dqu essentroe des avants français, siec l’ambui lonancier, u ministère de l’Instruction publique a: 48And àJoub de ef98,1894,F/17/298278et unGtriec eMqnl 1. 1905,3-14, u/17/302 n43)Tashobi2000: 48,1892; LeChevaer.< 02 : 4867-6 qu1017102)En 184904il coupos, paul Gaudin (lei a spenosde lyen p onancier, de coin, -sunuvrépa de netériel e,’entréepndre co Aphrodisias ,our le vompte de musée de mprieal,bjetsuille dài se avanre d trois defctiouses (enClicion 204904; LeErim04967: 48233-234 Ces e divande deest qus encrait-1sanci co Ape lepouiie(Foùa recherche dechéologique en sparfois au franvrsa 184meurs (. Oraul Gaudin (lession, àarchéologie p,e avtait deséj Apit ennnaître l,atre plcues, cor la suuille dla cocespologdlaYtatin. 19Mye Mi/Chevaer.< 02 : 4811, /p>

2En ce05, quaès deoir unrsonnel oment unnancie dans les inflgralemi les luille dàarcteu905,4il costouternears de ministère de l’Instruction publique pr serlicitentpe lebventionne 187; 0: ançcsfin de reursuivre ets recherche d dans un t(Fopque etus inientifique dee la Tumple répeltéd’obtets d’actrtCes e divmanehe deterruent de la guite direntréetns meec larles TeBay, decteur de ce enpeignement dep>rieux et iléophile Homolle, toecteur de uouvre, (ttre de si8: avelrr 197505

Un financement particulier : le destin des objets mis au jour

1721span>En cecommaîiants pour fo proce de paarge dexcsieuvde ltsan) e pifille dPaul Gaudin (1svolu ennnacder der laHamdy Bey1 prlot’obtets d l’issue de leucampagne de905,4 (Erim04967: 48235)C’est sor le m fontiod’il jucurrpre des reantss et be d velles ts rechsurces cCes e ratingent particuliern spaedéroscomp1sa plé e rc le miois derielcbe ègment ou oman, e 1889,4ur les attiquités gqui sertipuldee laus les dojets provenant des uille dàs l’enpire otparatnnent au de it de l’état, t bee le f en ortations o l’étranger et,sparmer oment unterrute suashobi2000: 48,3; LeChevaer.<: 02 : 48-97-500 Parm Gaudin (1t d prhabué un cellype="’examrtations . Ds les demférentes éuille dài il jua tfftueles, lan budgservle detre raunuement to recherche de anthruités (AlPiux d004 : 17039)À ceavers de commespondance dei il jutréetns e rc leEdmd avP omr, ch l’Instruutio,t bee ist santrrvés au muuvre, ur les minées, 16 5-193902il a araîtreei il jurvd’ideerrudaiire de s l’affue itions t l’apvoyies agehruités (Ars de coance a. Ds les les res, co doite un inflntiore de plé e s objets mii il jutxpdaiiesiec lands eifficultés ,Ars de coance a. Detus i,éseridt à coSmyrnequ est sa cours a, par exs rechlions, prs discrses, uille dàetécouvertes.

1822span>En ce05, quul Gaudin (1souhae suite uen ticact" re deus inientifique de pasfouille dIl ret déficulildes antmpndre co antès des les res, i eltte coitiatives n sparsonnel ome,oced’un dessireue recommaîiants poientifique dou ensugriecedpten titr, demme il t(Foccasn inéeéciecedpr fo prance au eiffenosdob lap de coan) e une leuille d Orient, Il reupos, premogram de ce napeltéd» siérupiaphies so de nedgalegent patéhisie des misonents tetiques (de c ou ectif lài senideerresser nqus en minée de mprieale de part vt donc des enulever desobtetsions, de il doiande de collaboration des avants fr d’une rchivetteurrançais ma(ttre de si8: avelrr 197505

182/span>Les 21: sahse05, quéophile Homolle, toecteur de Musées nationaux, mevoyieu ministère de l’Instruction publique et rapport fidont zpage

182/span>PaUnutêté de u 1up>e sialrrl905,5earesibu paul Gaudin (oe ledex.mné de pr5; 0: ançcs,ri l a raîtreeut en Apit enscruffant et en mraire dex ageomp1s(Ars bx papian. Le revande dee lesesion du leucacisions arten Tunceesibutn du leucaFoation auPiodenee avtave le’un l3; 0: ançcsf(ttre de si14sialrrl905,5)En dmd avP omr, terruent deprès du ministè, ur letrveruen tictmpnole : 17 na sera qitrois deregrtreae de sfidriller sy de la mier nocharger lcetsuille dàm>firnçaise ds.em> (» si(Ltre de si3sialrrl905,5)e Ba15: saie05, quul Gaudin (1t dtrmée u leucassiculipions,e la Frmpagne de9 incole française d’Athènes, 18ec l ticdigede la2; 0: ançcsfela misside pasfoffenosion d’un seehéologieuer d’une rchivetteur/p>

1825span>Dans le lettre de si5: ateu905, ressées u ministre et l’Instruction publique e,aul Gaudin (lein quilute oit prenfolassir,eviennepaedérotlleur les atmférentessgeomp1s(Ancernant les éroulement des a qufille dPa prolications,enal a t les annditions de incue itions des objets enr le miuvre, /l resentrlege dvoyéuen mxinée dnationaux, a protographies es aus les dojets prnnacders ér le miMée de mprieale oman, Les siFnçaise iffenosdoo, ua orpaun dessissies auis sms sur dessireer le rjurces ju’ils revomdrent trcue rier/p>

Un bilan mitigé

1726span>La rmpagne de9uille ds éroulemee si19: ateu9 mi ;pt vbre de05, (Mqnl 1.05,6: 1706, treneands eirt d en 19 incbsce de laul Gaudin (lentraire de soitér le pr mpier de minoiàarcteu9 la guite dir avaoms ation">9 laDamaà(ttre de si5: ateu905, Conrles TeBay, href="#tcumneauxe/ignee93" /igg-1-all-c580.png"el="neic">S"> Acntio"a rel="nexofle owclass="pdic">Zoom"ref="#tcumneauxe/ignee93" /igg-1-all-c580.png">Aands i/a>ieng"ref="#tcumneauxe/ignee93" /igg-1.png">iengal au(png, 715k)a>

1727span>Les pport fidonseizpage9s décibls. Ceul Gaudin (1 mér les copace isedgalegs et ens dojets prs au jourfiCptes r-ndus des ’arAdémiqudes inscriptions in belles-lettres, em> (peMqnl 1.05,6); up>e<1sup>Le réport fisterme insur ple poputerra 184mtriumdPaul Gaudin (1svopls.gnt desincre ratu pa l’étrct des prsultats deientifiques de di campagne d,nailnt poçut e las ca confaboratiors p» siauce éport frelevés u parlanes a qufille d/p>

182/span>En ceneauxeisterrverue letssntps agtrverlles, entions nt de117: rces j,ont Mattrine dàt adtu coetographiess,esIlU arttagieuerésententes in35;jets prgés les plus intéressants sor laul Gaudin (lesculpous, R pambres dechivetteuurx, . Ccune 1t dtusioat. ’exe poptographies e ompagnés de leucastionne 18expmrce. nt et xt deécouvertes.,t, dur les miate u, d’un stps aiptions esétlleues u c le castionne 1 iffmsabimades payces jCe soruments,nailvt dejais dtu cognalon jusqu’à laésentenIl reennepampléter les trchives protographieses de éj Apnnu pelajetsuille dà miul Gaudin (1 Aphrodisias ï: danune part, avd jurtogrdes eucampagne de905,5entrrvés aaux archives nadMusée dechéologique ennunIantibul,u c le cammespondance detre plul Gaudin (1tt Hamdy Bey18Erim04967: 48235ote 317); Leautre part, avs pavres, mi usioat. des eucampagne de905, des mnéessor laul Gaudin (ux arbliothèque nnadMusée dechéologique ennunIantibult de l’austitut ouchéologique enlemandes’Athènes, 18oùas se corrveru poenre av8Erim04967: 48237ote 3119

1829span>LeC discrsesocuments, l Apnact" re deideermerions eientifique dent adrompagnés de cadm arcres dau con 18bu quus inrsonnel o,êmoce a et pavdisptionfd’unoùachsurrla missentent d(1upofde setre plul Gaudin (1tt Gtriec eMqnl 1Lp>

3Dans le lettre de de txage

3PaUneopiéde lette cottre d,ont Maul Gaudin ( mment cpoputertu leputert fjuchrqua emeec lvirulee, not sa essées u ministre etec l tissiers es auit cp-quae partg. On y sser nquuie lnt to rees se esac prhme iloblles nt unus inhabué una ouuclicitions deur ses insciatives alns le desaines t l’Inchéologie p,ei se avt raperrver constfrté de l’hiportsion dstématiquemeimitte dei devaienêtre raulnallaboratiors Les sinrique ddes nGtriec eMqnl 1.urrtt our lescrsesoputerï: datards,u minériel e,sires lnt to aunal a nt togés enosionfo au seutographie u mirniers umont u«maerllshoix des 8expmrce. nt etjetsuille dà au l’issntrieux e’étrdicatprincipe adestiiahees eti orpae letteaessi premoèmes our la incvuneion">9s dbloceti deyent adrmcerns au a«maerllshoix desur mpoi hetés,eur ses ir de badchargr, auup deocéhee sibâtent safillés mecrcapacnt en dtutisats e lettrine dombres de unrsonnel o,époutnscinscnsidèriecedde misériel etotographieses mecrcompritce de contraihrqtre l e s obm>fiargou em> (pe Iifd’Éti dpe)ttqucs,rcranicatpr minériel ees auisports u miéofitr minériel ees alevagd,onditions de leuogent pareuafavatibs auspravauxil«maerllseincette dir travaux eans les inahees e«maerllseicvuneion">9s décibls. ,echniques coe9uille dcrcorcteur ou elrr 1en tanp deands ombreuxn dttxpdament ss aux agtéhis de di evagd l’arte fi antu leil LeGtriec eMqnl 1.rme insuron1upos, n Égmérrt les misbse dà poundre co Apavanir dein de recégl lcetsoblèmes ï: daéparation scarge enlns de leucampagne divret et ense de pauvrépas enjxuposéions decessaire l demix des 8bs chotraihrqtre l de e" non du leucampagne d déise cines pestagntation in minériel ees auisports confiitction puac pr vellsprbatiement t,geomp1suac prjr de leres, ilotographies soises en Iturs de lauille dr le msiuille ds la uxême rse de anpten tiofesseun dl ouûteux o,urection de si mpier dennacders co Apavahivetteur/ Adelà de u8bu q-fde s u pan du lec sinrique ddleilaftanoter,u c leul Gaudin (lei nGtriec eMqnl 1.atrangersnt unhend dua fin de 1travaux eaur la a besséeexs rechrqua emeeuieu de cos liv, exnosdobi le terrain ,e minont pate de sou déciscomp1s

href="#tcumneauxe/ignee93" /igg-2-all-c580.png"el="neic">S"> Acntio"a rel="nexofle owclass="pdic">Zoom"ref="#tcumneauxe/ignee93" /igg-2-all-c580.png">Aands i/a>ieng"ref="#tcumneauxe/ignee93" /igg-2.png">iengal au(png, 1,2M)a>
fiin Cptes rendus des ’arAdémiqudes inscriptions i,em> (p05,6qufig.  qup. 176 ;rchives nationales av17/302 n43.aFoatdu ministère de l’Instruction publique l)p> 1732span>En rearaîtreei eahiportsion ds de d eahme isorrespond avns le defde e l’hiportsion d cadm arnéraleons in be cadm artéhis d: danune ôté « inchéologie et 184meurs (treneeaessonnel e laul Gaudin (leâgs e le47: an et de nelautre pa inchéologie etofesseun dlisés mecritutionslisés meeneeaessonnel e laGtriec eMqnl 1prâgs e le32: an Lp>

3La ruille d’Aphrodisias dchseullauille dançaise d Asie Mineure de cellttlepouiie(,nailejais dpris enns les inaées sonvret esLeFtrels oy ir unlersultats e lette cossentent d(1tre pl fjudm archondasles à8Erim04967: 4823418oùas t quesons e anthimosés gersonnel omeen roance auotraihaul Gaudin ()? LeEst-. Orn) du leucams ation">9eaul Gaudin ( OrSyri(F de las émalonement de sièt? LeY a-ils o de contefsatu c leHamdy Bey? LePerelcre ratt enmteae la guis aCe soest qu auis ss letès desainorde nelaufluencetirecteur des Musées na mpriea oue la Tuance aucopndree 1travaux ea Aphrodisias /lE190513n effet u,a fouille dt santrée en Aphnd àBoulgers ,ti orpambre detif de Pa incole française d’Athènes, 18 à coJ, ph Rlacetu/17/302 n43; Le BaRoy1996: 48378). Ds le plettre de si4sinenare de0513n Conrles TeBay, Paul Gaudin (1senferusemeimitti il juaiadtu cotu pa l’étrct des ravaux eai il juntidère qumme ilnsaration deeei il judevits,e leoit desirer uEnMs dcetsuille dàançaise dssesonqus eneulus divavanir d, Orn) du leucaerre deede nelaufls aeilé. olitique danea région. e90514 189922/lE190523t,sparmnrs colaum>Arcm elmne Societyuuierchiveogie c auResechéecrsie aineuorem>, unq lonancieenns les inaées sonvret esd dàyages direxploration dedplusieurs invants f,ont MaLos lRor">t. Pui,o recgion. nnaître’influence deands isnt et l’Inslie, ee istoyieu pletxpdaiion">9 lahrodisias a t190537 auchoce dens trite di Orn) du leuétrccetent des a quSonde seerre pomd aia (Roueché 2002 : 4852)EnDLis l1961,es recherche dàr le tete dsdefdedesésmaiensous les auspices du leuéiversitais e leNewaYtakti deyeantrepris ene leuille dstématiqueme/p> href="#tcumneauxe/ignee93" /igg-3-all-c580.png"el="neic">S"> Acntio"a rel="nexofle owclass="pdic">Zoom"ref="#tcumneauxe/ignee93" /igg-3-all-c580.png">Aands i/a>ieng"ref="#tcumneauxe/ignee93" /igg-3.png">iengal au(png, 1,4M)a>

1734span>Les dossiers individuels pedmissions dechéologiques recomp1ses par de ministère de l’Instruction publique prnt adumatériel etécéee eaur la miarche ds (. Iconvient dehsi te de talon l’inte fii ilappratesa’étrdion scarique des doocéds-rs bx pa leucammission des missions, 1872-4889) etacu oment un Iturs de(r deAer ome Goff e)ous les auspices du miCmii co 1travaux eastorique ede serentifiques depan style="font-variant:small-caps;">xi(span>LeCpan style="font-variant:small-caps;">xiths)span>Le. Pr cadpléter lesétude des es missions sleilaftanosenttre un efqute de sit desubir le msiaapr dgersonnel oArcnles av musée deGuittrem> (p en rre adur les missions en Grèce et en Asie Mineure (,e fiBue dtr e caamespondance deheés nue>, uns inm>fiCptes rendus des ’arAdémiqudes inscriptions in belles-lettres, ta>>, oua fm>fiuRevudechéologique ea>>, . Ico mptateonc de lent des réherche dàbliothaphieses deur cadrge enyageurs Lp>

3La rmlaboration detre pl fjuchives nationales aveun prsent miApan style="font-variant:small-caps;">xireaspan>La aremis) e ailvternae teemogram de cecommadion snent des ac dossiers inede missieous lepéhetet enotétion deadapce de cas,le ede setire 1iv>

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Paul Gaudin surveillant le levage d’un bloc sculpté. Extrait de la lettre commentée du 9 octobre 1905 (Archives nationales F/17/17243. Fonds du ministère de l’Instruction publique)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/193/img-1.png
Fichier image/png, 715k
Titre Fig. 2
Légende Blocs provenant de la galerie centrale des thermes : console à tête de Zeus. Extrait du catalogue illustré des trouvailles (Publication in Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1906, fig. 5, p. 176 ; Archives nationales F/17/17243. Fonds du ministère de l’Instruction publique)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/193/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3
Légende Mission archéologique pour les chapelles coptes de Baouit (Égypte) de Jean Cledat 1904. Épreuve photographique sur papier albuminé, 16,5x11 cm, jointe au premier rapport de fouilles, 1904 (Archives nationales F/17/17270, dossier 27. Fonds du ministère de l’Instruction publique)
Crédits Cliché atelier de photographie des Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/193/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas, « Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 40-47.

Référence électronique

Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas, « Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/193 ; DOI : 10.4000/nda.193

Haut de page

Auteurs

Armelle Le Goff

Conservateur en chef du patrimoine, archives nationales, site de Paris
armelle.le-goff@culture.gouv.fr

Nadia Coutsinas

Doctorante en archéologie, université de Paris-I
nadia.coutsinas@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals