Navigation – Plan du site
Dossier

La Société asiatique, une société savante au cœur de l’orientalisme français

Annick Fenet, Pierre-Sylvain Filliozat et Eve Gran-Aymerich
p. 51-56

Texte intégral

1En 1821, un prospectus circulant auprès des savants parisiens appelait à la création d’une société consacrée aux études orientalistes :

Faire composer ou imprimer des grammaires, des dictionnaires ou d’autres livres élémentaires reconnus utiles ou indispensables à l’étude des langues enseignées dans les chaires publiques ; [...] acquérir des manuscrits asiatiques ou faire copier en tout ou en partie ceux qui existent en Europe [...], en faire faire des traductions ou des extraits [...] ; procurer aux auteurs d’ouvrages utiles sur la géographie, l’histoire, les sciences ou les arts des contrées orientales les moyens de faire jouir le public du fruit de leurs veilles ; appeler, par la publication d’un recueil périodique consacré à la littérature asiatique, l’attention du public sur les productions scientifiques, littéraires ou poétiques de l’Orient et sur celles du même genre qui verront le jour en Europe, sur les faits qui pourront y être relatifs, sur les découvertes et les travaux de toute espèce dont les peuples orientaux pourront devenir le sujet : tels sont les objets que se propose la Société asiatique.

2L’année suivante, cette institution voyait le jour avec le baron Silvestre de Sacy à sa tête et créait sa propre revue, le Journal asiatique. Depuis lors, la Société asiatique n’a pas failli à sa mission, œuvrant non seulement dans les domaines littéraires et philologiques mais aussi dans la découverte de l’histoire et des religions des civilisations orientales. Dès sa création, son implication dans les missions archéologiques menées en Perse et en Mésopotamie en fait d’emblée l’élément incontournable de l’orientalisme français, aux côtés de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, mais aussi un acteur essentiel au niveau international (Gran-Aymerich 1998/2007). Sa bibliothèque et ses archives témoignent de cent quatre-vingt-cinq années d’activité d’études orientales, de son rayonnement à l’étranger, de la variété de ses centres d’intérêt. En effet, les collections de la Société asiatique se sont enrichies au fil des générations de dons et legs faits par certains de ses membres. Parmi eux, le programme Area « Archives de l’archéologie européenne »s’est intéressé aux archives de l’indianiste Alfred Foucher (1865-1952) qui, par ses travaux sur le bouddhisme, a jeté un pont entre l’Occident et l’Orient, entre la Grèce, l’Asie centrale et l’Extrême-Orient.

La Société asiatique, la Perse et la Mésopotamie : philologie, archéologie et politique

3Lorsque, le 1er avril 1822, la Société asiatique tient sa première réunion, la Perse et la Mésopotamie, tout autant que l’Égypte, concentrent depuis plusieurs décennies les efforts des savants européens attachés au déchiffrement des écritures orientales anciennes. Quelques mois plus tard, le 27 septembre, J.-F. Champollion fait lecture, devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres, de sa fameuse « Lettre à M. Dacier » et fournit les clefs du déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens. La philologie appliquée aux langues orientales prend son essor en Europe, alors que se fait progressivement jour la nécessité de conduire des recherches sur les territoires mêmes qui ont produit les inscriptions : l’expédition de Bonaparte, en révélant les sites et les monuments de l’Égypte ancienne, a déclenché un nouveau processus de recherche historique associant, désormais la philologie à l’archéologie (Gran-Aymerich 1998 : 63-107). La Société asiatique joue un rôle de premier plan dans ce phénomène et préside à la naissance de l’archéologie orientale, qui voit le jour à Khorsabad en 1842, lorsque le consul français à Mossoul entreprend l’exploration du palais de Sargon.

4En Mésopotamie comme en Égypte, les conditions qui s’imposent pour la mise en œuvre de l’exploration archéologique des sites – moyens matériels et financiers considérables, présence prolongée sur le terrain – impliquent la prise en compte des données d’ordre politique : l’égyptologie se constitue à la faveur d’une expédition militaire organisée pour contrarier les plans de la Grande-Bretagne lancée dans la réalisation du Great Game, pour s’assurer la suprématie sur les régions comprises entre la Méditerranée et l’Inde. La Perse et la Mésopotamie entrent ainsi dans le cadre de la politique orientale de la France et de l’Angleterre, dont la rivalité retentit sur les conditions d’étude des civilisations orientales.

5Au moment même où se forme à Paris la première Société asiatique d’Europe, la présence britannique en Perse et en Mésopotamie est garantie par les agents dont la Compagnie des Indes orientales dispose à Bagdad et à Bassorah ; par ailleurs, la nomination de Claudius James Rich (1787-1821) au poste de résident de la Compagnie à Bagdad en 1808, puis à celui de consul général en 1815, donne une impulsion considérable aux recherches sur les grandes cités mésopotamiennes – Babylone et Ninive – et, tout en assurant la suprématie britannique dans ces régions, attise l’intérêt des savants européens pour les études orientales. En prenant connaissance du récit que fait Rich de son séjour dans la région de Mossoul (Rich 1836), Jules Mohl (1800-1876), secrétaire adjoint de la Société asiatique, envisage la possibilité pour la France de procéder à la résurrection de Ninive, en fouillant les tells proches de Mossoul : la solution la plus simple pour assurer la continuité de travaux de longue haleine est d’en confier la responsabilité à un diplomate nommé à un poste de consul créé en 1842 à Mossoul pour P.-E. Botta (1802-1870). Dès lors, l’engagement de l’État dans les entreprises scientifiques s’impose au même titre que celui de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de la Société asiatique : à la demande de J. Mohl, l’Académie obtient du gouvernement l’octroi d’une subvention importante pour les fouilles de Botta à Khorsabad et leur publication aux frais de l’État, alors que la Société asiatique et son Journal assurent immédiatement la diffusion des lettres que Botta adresse à Mohl pour l’informer de l’avancement des travaux. En 1842, ce dernier obtient par ailleurs la création, au sein du ministère de l’Instruction publique, du Bureau des missions auquel sont dévolus l’organisation et le financement des entreprises scientifiques officielles.

6En Perse et en Mésopotamie, l’archéologie orientale française se développe selon deux modes distincts et complémentaires : celui de l’expédition scientifique inspirée du modèle de l’expédition d’Égypte est appliqué en 1839 à l’occasion de l’ambassade de Sercey en Perse, à laquelle est associée la mission d’exploration et de relevé des monuments confiée à E. Flandin (1803-1876) et P. Coste (1787-1879) ; l’autre option – celle du consul archéologue qui conjugue en sa personne les compétences politiques et scientifiques – connaîtra une faveur particulière au Proche-Orient, où les diplomates sont à l’origine des plus grandes découvertes.

7Ces circonstances expliquent la complexité des relations qu’entretiennent les savants anglais et français, jusqu’à la fermeture des chantiers mésopotamiens en 1855 : A. H. Layard (1817-1894) et H.-C. Rawlinson (1810-1895) sont partagés à l’égard de P.-E. Botta et de V. Place (1818-1875) entre les témoignages de sympathie et les exigences de la gloire nationale, qui exacerbent les rivalités. Cependant, la Société asiatique de Paris et sa consœur de Londres, née deux ans plus tard, garantissent la collaboration internationale et le progrès du déchiffrement des langues, qui demeure le souci principal de la communauté scientifique européenne. Entre les orientalistes des deux sociétés s’établissent des échanges généreux et constructifs, dont le réseau de relations d’E. Burnouf (1801-1852) offre un exemple remarquable : sa correspondance avec les savants européens confirme la réalité des transferts qui s’opèrent entre Français, Anglais et Allemands à l’occasion du déchiffrement des inscriptions persanes du Mont Elvend et du rocher de Behistun ; les sociétés de Londres et de Paris permettent la communication des résultats obtenus par lui, son ami le Danois C. Lassen (1800-1876) et H.-C. Rawlinson ; à son initiative, ces deux derniers sont admis comme membres de la Société asiatique parisienne. Le même esprit anime J. Mohl lorsqu’il assure la publication immédiate des Lettres de Botta sur ses découvertes à Khorsabad, d’abord dans le Journal asiatique, puis par l’Imprimerie nationale (1845), pour mettre à la disposition de tous le matériel épigraphique recueilli dans le palais de Sargon. La collaboration franco-britannique culmine en 1857, lorsque la Royal Asiatic Society organise le test de la traduction multiple et concordante d’une inscription de Tiglatpileser I trouvée à Qalaat-Shergat, auquel se prêtent les Anglais Rawlinson et Hincks et le Français J. Oppert.

8Ainsi, dès sa création, la Société asiatique, par les liens qu’elle instaure entre les orientalistes européens, favorise la collaboration internationale et, grâce à son statut ambivalent de société née de l’initiative privée mais reconnue par les plus hautes instances officielles, elle parvient à concilier intérêts scientifiques et politiques dans le souci affirmé par son secrétaire Jules Mohl de contribuer à la connaissance de l’Orient ancien dans le respect de l’Orient moderne.

La Société asiatique et ses archives, du xixe au xxe siècle

9Le prestige de la Société asiatique s’est accru au cours des ans, survivant aux changements politiques, aux guerres de 1870 et de 1914-1918, et à la formidable évolution du monde dans la première moitié du xxe siècle (Filliozat 2003). Parmi les présidents qui succèdent à S. de Sacy, citons Jules Mohl qui œuvre beaucoup pour l’institution et le Journal asiatique, en particulier dans le troisième quart du xixe siècle, Ernest Renan – qui occupe diverses fonctions au sein du Conseil à partir de 1860, y compris celle de bibliothécaire entre 1863 et 1866 – entre 1884 et 1892, ou encore l’indianiste Émile Senart de 1908 à 1928. Outre les études linguistiques et philologiques qui sont à l’origine de sa création, la société s’intéresse à l’histoire, aux religions, au patrimoine au sens large de l’Orient, accueillant notamment les études et témoignages de voyageurs (militaires, archéologues, géographes, architectes, hommes d’Église...). Par ses membres, elle est liée à d’autres institutions françaises (École des langues orientales ; Collège de France ; Académie des inscriptions et belles-lettres ; École française d’Extrême-Orient...) et collabore avec de nombreuses institutions étrangères dans le monde. La célébration de son centenaire en 1922 atteste de la vitalité et de la notoriété de la vieille dame (Société asiatique 1922a et b). Trois jours de festivités (11-13 juillet) marquent l’événement, dont une « séance solennelle à la Sorbonne sous la présidence de M. le Président de la République », une « réception chez le Prince Roland Bonaparte, membre du Conseil de la Société asiatique », une « réception à l’Hôtel de Ville par la Municipalité de Paris », un « dîner au Palais d’Orsay, sous la présidence de M. Albert Sarraut, Ministre des Colonies ». La société reçoit, de la part d’académies, universités et sociétés savantes d’Europe, d’Amérique et d’Asie, des lettres de félicitations et de souhaits de longue prospérité scientifique. Ses contributions importantes aux Congrès internationaux des Orientalistes – le premier se tint à Paris en 1873 – et la part qu’elle a prise à la création de la Fédération des Sociétés orientales interalliées en 1919 sont rappelées et saluées par l’ensemble des orateurs et des adresses.

10La Perse et la Mésopotamie sont loin de constituer son principal centre d’intérêt, même à ses débuts. L’orientalisme qu’elle défend doit s’entendre dans une acception très large, depuis l’Afrique du Nord jusqu’à l’Extrême-Orient. Le bilan présenté lors du centenaire répartit ainsi ses activités en treize « départements » présentés comme suit : égyptologie, assyriologie, exégèse biblique, études araméennes, études éthiopiennes, islamisme, études arméniennes, indianisme, Indonésie et Indochine, sinologie, études japonaises, géographie. Cinquante ans plus tard (Société asiatique 1973), on en compte dix-huit, ainsi répartis : assyriologie, égyptologie, études sémitiques, hébraïques, arabes et berbères, turques ; Orient chrétien, Iran ancien, Iran moderne, Asie centrale et études mongoles, études tibétaines ; indianisme ; Asie du Sud-Est : péninsule indochinoise, monde insulindien ; études chinoises, coréennes, japonaises. Ces deux listes témoignent non seulement de l’étendue des champs embrassés par la Société asiatique, mais aussi de l’évolution de l’orientalisme en général en deux siècles. La bibliothèque de la société, née dès 1822 d’un don du duc d’Orléans, n’a cessé de voir ses collections grandir dans tous ces domaines, au rythme des achats et surtout des dons, legs et échanges. Riche de plus de 100 000 volumes, parmi lesquels des publications anciennes et/ou étrangères devenues rares, elle compte aussi de nombreux textes orientaux, i. e. originaux ou copies – manuscrits, imprimés ou estampages – de textes khmers, tibétains, sanskrits, arabes… ; à titre d’exemple nous citerons les archives du dernier royaume du Panduranga-Campa (xviie-xixe siècle). Les déménagements successifs de la bibliothèque jusqu’à son adresse actuelle au 52, rue du Cardinal Lemoine (Paris 5e) ont perturbé l’ensemble des fonds et il est difficile de suivre dans le détail leur historique. Les archives, qui d’ailleurs n’ont jamais fait l’objet d’un recensement véritable, ont le plus souffert de ces aléas ; elles sont majoritairement conservées dans des cartons de déménagement, avec parfois un intitulé sommaire. Un inventaire général inédit, réalisé dans le prolongement de l’inventaire du fonds Foucher, permet à présent d’en esquisser les grands traits.

11La Société asiatique possède ses propres archives administratives – correspondance, comptabilité, rapports et comptes rendus de séances, registres, dossiers sur les congrès des orientalistes, coupures de presse, photographies d’orientalistes… Même si l’ensemble est malheureusement lacunaire, comme le signale Louis Finot qui semble avoir examiné ces papiers pour écrire l’histoire de l’institution à l’occasion du centenaire (Société asiatique 1922a : 2-65, spéc. 2), l’étude d’un tel fonds offrirait un grand intérêt pour l’histoire de l’orientalisme.

12Les archives scientifiques, quant à elles, correspondent à autant de dons et legs de membres de la société ou de leurs proches, reçus dès le milieu du xixe siècle. Du legs Édouard-Simon Ariel (1818-1854) – sous-commissaire de la Marine et conservateur de la bibliothèque publique et des anciennes archives de Pondichéry – transféré par Jules Mohl à la Bibliothèque impériale, restent quelques éléments d’études de sanskrit et d’histoire des religions. Du philologue Gustave Garrez, la Société asiatique conserve également quelques notes scientifiques sur la littérature et la philologie indiennes et le bouddhisme, ainsi que sur l’histoire et la littérature grecques, la Perse ou le judaïsme ; du père jésuite Augustin-Marie Boyer, sanskritiste, des papiers relatifs à des « matériaux védiques et iraniens ».

13Deux fonds d’archives d’éminents indianistes ont été préservés par l’institution : ceux d’Alfred Foucher (1865-1952, voir infra) et de Jean Filliozat (1906-1982), directeur de l’École française d’Extrême-Orient (Éfeo) de 1956 à 1977, professeur au Collège de France et fondateur de l’Institut français d’indologie de Pondichéry en 1955. Avec la partie de sa bibliothèque traitant de la médecine indienne, ses enfants ont donné à la société tous ses papiers scientifiques, après un classement d’ensemble (ces archives sont consultables sur autorisation).

14Les papiers Antony Landes (1850-1893) – administrateur en Indochine mort noyé accidentellement lors des fêtes du Têt – traitent des littératures et religions annamites et tonquinoises ; un ensemble de manuscrits orientaux complète son apport aux collections de la société. Le fonds important d’Étienne Aymonier (1844-1929), officier de marine en Cochinchine, premier directeur de l’École coloniale de Paris entre 1888 et 1905, concerne pour sa part Angkor, le Cambodge et l’Annam, explorés par lui dans les années 1870 et 1880. Il comprend des notes et carnets de voyages, des relevés épigraphiques, de nombreuses photos… sans oublier des dessins de Jean Commaille (1868-1916), premier conservateur d’Angkor. Le tout est en cours d’étude par Mme Nut, de l’Institut national des langues et civilisations orientales.

15La Chine est très bien représentée dans les archives. Les plus anciennes proviennent du sinologue Gabriel Devéria (1844-1899), académicien, frère cadet de l’égyptologue Théodule Devéria, qui après une carrière diplomatique – dont vingt ans passés en Chine – enseigna le chinois à l’École des langues orientales. La Société asiatique possède aussi toute la bibliothèque d’Édouard Chavannes (1865-1918), académicien, professeur au Collège de France, auteur de nombreux travaux sur la Chine et l’Asie centrale anciennes, et quelques-uns de ses papiers scientifiques, dont les publications de ses deux missions archéologiques en Chine (1889-1893 et 1907-1908), et les publications des documents trouvés par l’archéologue naturalisé britannique Aurel Stein au Turkestan. Le fonds Chavannes contient également une collection exceptionnelle d’estampes populaires chinoises du xixe siècle et du début du xxe siècle. Le fonds Henri Maspero (1883-1945) représente pour sa part un ensemble considérable : avec sa bibliothèque, toutes ses archives ont été données par son épouse à la Société asiatique ; un classement partiel en a été réalisé par le sinologue Michel Soymié. Spécialiste de la Chine et du Vietnam, auteur de l’ouvrage de référence La Chine antique (Paris, 1927), membre de l’Éfeo entre 1908-1920, Henri Maspero fut nommé professeur au Collège de France à la chaire de langue et littérature chinoise à partir de 1920. De la même manière, l’ensemble des archives scientifiques du sinologue Paul Demiéville (1894-1979) a été déposé à la Société asiatique par sa fille Mme Jeanne-Marie Allier, actuelle bibliothécaire de l’institution. D’origine suisse, l’élève de Maspero et de Foucher fut notamment membre des écoles françaises (Éfeo de 1919 à 1924, Maison franco-japonaise de 1926 à 1930), rédacteur en chef du Hobogirin, dictionnaire encyclopédique du bouddhisme d’après les sources chinoises et japonaises, enseignant à l’École des langues orientales, à l’École pratique des hautes études (Éhe) puis au Collège de France avant d’être élu à l’Académie. Outre les documents papier, la Société asiatique détient des plaques de verre de son voyage à travers la Chine et l’Indochine en 1921. Le dernier legs, datant de 1990, est celui de James Hamilton (1921-2003) ; il n’est arrivé rue du Cardinal-Lemoine qu’au printemps 2006. Les livres de ce sinologue et turcologue, spécialiste d’Asie centrale, sont en cours d’intégration dans les collections de la bibliothèque ; en revanche les archives, non triées, se trouvent encore dans leurs cartons de déménagement.

16La société possède par ailleurs des archives de plusieurs tibétologues, à commencer par Philippe-Édouard Foucaux (1811-1894), premier professeur de tibétain à l’École des langues orientales à partir de 1842, professeur de sanskrit au Collège de France à partir de 1862. Celles de son élève Léon Feer (1830-1902) sont beaucoup plus nombreuses et concernent aussi d’autres sujets (langues très diverses, sujets d’histoire antique, histoire du protestantisme). Un demi-siècle plus tard, l’ancien président de la Société asiatique Jacques Bacot (1877-1965), académicien, dont les voyages de jeunesse autour du monde et au Tibet en 1904 et 1906 ont formé le goût pour l’orientalisme et qui devint directeur d’études à l’Éphe à partir de 1936, lègue à la bibliothèque ses livres, ainsi que des manuscrits et des archives scientifiques.

17Bien que moindres, les archives concernant le Proche-Orient ancien et le monde musulman ne sont pas dénuées d’intérêt. La Société asiatique conserve quelques papiers du numismate Adrien de Longpérier (1816-1882) : notes manuscrites, photographies, dessins et croquis, documents numismatiques et épigraphiques (Perse, Pont, Abyssinie…). Edmond Drouin (1838-1904), spécialiste des monnaies parthes, a donné un ensemble de lettres d’orientalistes, réuni par lui en 1901 dans un volume relié, ainsi que les manuscrits de ses études publiées entre 1867 et 1890, assemblés de la même façon en deux volumes reliés. Le fonds Lucien Bouvat (1872-1942), actif et dévoué bibliothécaire de la Société asiatique, diplômé des Langues’O (« langues dites musulmanes ») et surtout turcologue, collaborateur de la Revue du Monde musulman, contient des documents scientifiques ainsi que des papiers relatifs à la Société asiatique. À cet ensemble, il faut peut-être rattacher le petit lot de textes et de photos de l’administrateur Paul Marty, concernant sa publication Études sur l’Islam au Sénégal (Paris, 1917, 2 volumes). Tout récemment, la bibliothèque de Louis Bazin (1920), l’un des plus grands turcologues français de la seconde moitié du xxe siècle, académicien, a été donnée à la Société par ses enfants. Le tout a été amené en cartons fermés (37 !) portant quelques indications générales du contenu ; ceux-ci n’ayant pas été ouverts depuis par manque de personnel, il est difficile d’établir l’importance des documents manuscrits par rapport aux livres et aux tirés à part.

18Reste à mentionner un fonds dit « Marco Polo » contenant des reproductions (photos, plaques de verre, transcriptions manuscrites…) de manuscrits, essentiellement italiens mais aussi orientaux, relatifs à Marco Polo, et des notes relatives au même sujet. Il faut peut-être le rattacher au sinologue français Paul Pelliot (1878-1945) et au médiéviste britannique A.-C. Moule, qui ont travaillé ensemble pour une publication commune sur le récit du Vénitien, dans les années 1920-1930 (Moule et Pelliot 1938).

19Parmi ce formidable ensemble d’archives, le choix d’Area s’est naturellement porté sur celles d’Alfred Foucher : elles constituent en effet un ensemble homogène – les archives de toute une vie d’orientaliste – et sont particulièrement riches pour l’histoire de l’archéologie française à l’étranger dans la première moitié du xxe siècle (Fenet sous presse). Les documents (correspondance, manuscrits, notes scientifiques, rapports administratifs d’écoles et de commissions, photographies et plaques de verre…) couvrent de surcroît une zone géographique vaste (depuis l’Iran jusqu’au Japon) autour de l’Inde, sa terre de prédilection.

L’indianiste A. Foucher, de l’Asie Centrale à l’Extrême-Orient

20Si Alfred Foucher est encore un modèle, ce n’est pas seulement en raison de son apport considérable au progrès des connaissances scientifiques sur l’Inde, c’est aussi qu’il a répondu à toutes les exigences de la profession. Voyageur, homme de terrain et savant de cabinet, archéologue et philologue, savant à la pointe de la recherche et pédagogue charmeur, il a été aussi un grand administrateur des études et des institutions. À cela s’ajoutent une culture humaniste exceptionnelle et un talent d’écrivain unique dans l’école française de l’indianisme scientifique.

21Sa première mission en Inde en novembre 1895 dura près de deux ans. Jeune universitaire – il avait juste 30 ans –, il débarquait dans l’Empire des Indes au faîte de sa puissance et de son illusion. Il lui fut donné d’observer la vie indienne sous tous ses aspects, du milieu colonial aux figures les plus pittoresques du peuple. Sa formation à Paris, auprès de Sylvain Lévi (1863-1935) notamment, lui avait fait acquérir des connaissances livresques d’histoire de l’art et de langues indiennes. Sur le terrain il découvrit de ses yeux les monuments et rencontra les savants, les traditionnels pandits, visita des écoles sanskrites. Un champ d’étude vaste et vierge s’ouvrait à sa curiosité. Il appréciait la qualité des connaissances acquises par contact oral direct dans un milieu vivant. Dans ses dernières années, il eut le souci de préparer pour ses étudiants un manuel élémentaire de logique formelle sanskrite, en raison d’un souvenir de jeunesse :

22Aussi quand en 1895, à l’âge de 30 ans, je me rendis pour la première fois dans l’Inde, je croyais déjà savoir quelque peu de sanskrit. En visitant le Sanskrit College de Bénarès […] j’eus tôt fait de m’apercevoir que j’avais, sinon à le rapprendre, du moins à le récapituler d’après une méthode linguistiquement moins correcte, mais singulièrement plus vivante. C’était comme une autre langue […] parlée et assouplie à l’expression des idées les plus profondes comme les plus familières, que j’entendais bourdonner à mes oreilles... (Foucher 1949 : v).

23Au cours de cette première mission de formation et d’exploration, il fait une abondante moisson de connaissances nouvelles. Il s’est attardé dans le district de Peshawar, cœur de l’ancien Gandhâra. Par une orientation majeure de sa carrière, il se fixe sur l’archéologie de cette région et sur le bouddhisme, dont il expose à partir de 1897 les premiers résultats scientifiques dans divers articles et notes. En 1901, il devient le directeur de l’École française d’Extrême-Orient (Éfeo) pour un an, après Louis Finot (1864-1935). Il participe ainsi à la tâche d’organisation de cette institution tout récemment fondée, et publie des notes sur l’art du Gandhâra dans le bulletin de l’École de 1901. En 1905, paraît L’art gréco-bouddhique du Gandhâra, Étude sur les origines de l’influence classique dans l’art bouddhique de l’Inde et de l’Extrême-Orient, tome I, Paris. C’est « le » grand livre sur une période cruciale de l’histoire de l’art en Inde, en tant que transition de l’influence hellénistique à la culture de l’Inde. C’est aussi un grand livre sur le bouddhisme. Il dépasse en effet, et de beaucoup, la promesse de son sous-titre. Alfred Foucher s’est manifestement attaché à définir non seulement la technique d’origine grecque, mais aussi l’adaptation au milieu indien et bouddhiste des commanditaires des œuvres d’art, milieu qu’il découvre à l’aide de la comparaison méthodique avec les sources littéraires. Il prend d’ailleurs le soin d’exposer sur chaque point sa méthode d’approche – observation des œuvres et appel aux textes dans le plus grand détail –, et son avancée progressive vers la meilleure interprétation.

24Sa carrière se partage ensuite entre l’enseignement à la Faculté des Lettres de Paris et l’École pratique des hautes études, sans cesse ponctuée par de nouvelles missions de grande importance. Il assure de nouveau la direction de l’École française d’Extrême-Orient de 1905 à 1907. De 1918 à 1921, il revient en Inde pour collaborer avec l’Archaeological Survey of India et son directeur Sir John Marshall (1876-1958), avant de poursuivre par une mission en Perse. En 1922, il est chargé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres de répondre à la demande du gouvernement d’Afghanistan d’organiser la recherche archéologique dans ce pays. Il y séjourne jusqu’en 1925, fondant la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa) et dirigeant les fouilles à la recherche de l’antique Bactres (Bernard 2002). En 1926, il est chargé de la direction de la Maison franco-japonaise fondée par son ami Sylvain Lévi. Ce sera sa dernière mission.

25Quand il revient en France, il succède à Émile Senart (1847-1928) à la direction de l’Institut de civilisation indienne et entre à l’Académie des inscriptions et belles-lettres dès 1928. Il consacre alors sa science et son talent à l’enseignement. Avec un souci particulier d’authenticité, il cherche à faire connaître autre chose que le passé mort des textes et des monuments oubliés, à transmettre sa propre expérience d’explorateur de la culture profonde de l’Inde, à montrer ce qui du patrimoine culturel ancien reste vivant. Il adapte à Paris le programme d’enseignement du sanskrit des écoles traditionnelles, en prenant comme base les mêmes manuels.

26Ses activités de maître, de voyageur, d’administrateur, ne lui ont guère laissé le temps de rédiger les ouvrages où déposer les résultats de ses recherches. La retraite lui permet de s’y consacrer. On voit donc paraître, à l’issue de sa carrière universitaire, le principal de son œuvre. En 1939 sort l’une des plus prestigieuses publications de l’Archaeological Survey of India, The Monuments of Sanchi, trois grands in-folio où Alfred Foucher traite l’iconographie, aux côtés de Sir John Marshall qui assure la description architecturale et de N.G. Majumdar qui publie les inscriptions. Sanchi, site antique de l’Inde centrale, offre à Alfred Foucher beaucoup de représentations des vies antérieures, avec un traitement culturel proprement indien, alors que le Gandhâra lui avait donné l’occasion de retracer la vie du Bouddha dans de grands détails. Avec ces deux sources majeures de documents sur l’art bouddhique, avec le savoir qu’il a acquis par le recours perpétuel aux écrits bouddhiques, il peut parcourir l’ensemble du légendaire. Ses recherches sur le Gandhâra produisent des adjonctions répétées à la publication de 1905, se poursuivant jusqu’en 1951. Le fruit de ses explorations de l’Afghanistan paraît en 1942 et 1947, dans deux in-folios de la Dafa, co-signés avec sa femme Eugénie Bazin qui l’avait suivi dans l’aventure : La vieille route de l’Inde de Bactres à Taxila.

27La somme finale où il a consigné l’aboutissement de sa réflexion sur l’ensemble de la documentation bouddhique qu’il a pu approcher est sa Vie du Buddha (sic) d’après les textes et les monuments de l’Inde, parue en 1949. C’est son livre le plus lu pour l’agrément de sa forme, le mieux suivi pour l’apport scientifique. Pour la religion bouddhique, où la carrière ultime du Bouddha dans sa vie historique n’est conçue que comme un moment d’une longue préparation au cours d’innombrables vies, d’une longue progression dans un itinéraire de perfections jusqu’aux paroxysmes des plus hautes vertus, il fallait une préhistoire de la légende. Alfred Foucher lui rendit justice dans l’ouvrage exquis, publié à titre posthume en 1955, Les vies antérieures du Bouddha d’après les textes et les monuments de l’Inde.

28Les archives de la Société asiatique, et notamment celles d’Alfred Foucher, s’avèrent donc incontournables pour une étude de l’orientalisme français aux xixe et xxe siècles, quelles que soient les spécialités (philologie, histoire, archéologie, histoire des religions…) ou les domaines de recherche (indianisme, sinologie, turcologie…). Malgré ses ressources financières très modestes, la Société reste, après presque deux siècles, toujours active au niveau scientifique et continue de voir s’enrichir ses collections, tant d’imprimés que patrimoniales, grâce aux dons réguliers de ses membres. Après l’élan donné par le programme Area, d’autres projets de valorisation des archives sont d’ores et déjà annoncés : un colloque consacré à l’œuvre d’Alfred Foucher qui se tiendra le 14 décembre 2007 à l’Institut de France, une publication à venir sur la création de la Dafa à partir des papiers Foucher (collaboration Aibl/Dafa/Sa), une exposition sur les pièces maîtresses des collections de la bibliothèque en décembre 2008. Il est à souhaiter que dans un avenir proche, grâce à de nouvelles collaborations, l’ensemble des archives soit pris en compte et fasse l’objet de classements et de recherches : elles le méritent amplement.

Haut de page

Bibliographie

Bernard, P. 2002. « L’œuvre de la Délégation archéologique française en Afghanistan (1922-1982) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions : 1287-1323.

Fenet, A. Sous presse. « Les archives Alfred Foucher (1865-1952) de la Société asiatique (Paris) », Anabases, VII.

Filliozat, P.-S. 2003. « La Société asiatique, mémoire vivante de l’orientalisme français », (http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/la_societe_asiatique_memoire_vivante_de_l_orientalisme_francais.asp)

Foucher, A. 1949. Le compendium des topiques d’Annambhatta. Paris, Adrien-Maisonneuve, 184 p.

Gran-Aymerich, È. 1998/2007. Naissance de l’archéologie moderne. Paris, Cnrs Éditions ; 2e édition avec le Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945, sous le titre Les chercheurs de passé 1798-1945. Aux sources de l’archéologie. Paris, Cnrs Éditions, 1271 p.

Moule, A.-C. et P. Pelliot. 1938. Marco Polo. The Description of the World. Londres, Routledge, 2 volumes.

Rich, J. 1836. Narrative of a Residence in Koordistan and on the Site of Ancient Nineveh. Londres, J. Duncan, 2 volumes.

Société asiatique. 1922a. Le livre du centenaire (1822-1922). Paris, P. Geuthner, 295 p.

Société asiatique. 1922b. Les fêtes du centenaire (1922). Paris, 143 p.

Société asiatique. 1973. Cinquante ans d’orientalisme en France. Numéro spécial pour le cent cinquantenaire de la Société asiatique (1822-1972), Journal asiatique, CCLXI, Paris, 297 p.

Pour les biographies des personnages cités, nous renvoyons principalement aux ouvrages suivants :

Gran-Aymerich, È. 2001/2007. Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945. Paris, Cnrs Éditions, rééd. 2007, 1271 p.

Labrousse, P. (dir.). 1995. Langues’O 1795-1995. Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales (1795-1995). Paris, Éditions Hervas, 447 p.

Leclant, J. (dir.). 1999-2005. Institut de France, le second siècle (1895-1995). Paris, Institut de France, 3 tomes, 1554 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Fenet, Pierre-Sylvain Filliozat et Eve Gran-Aymerich, « La Société asiatique, une société savante au cœur de l’orientalisme français », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 51-56.

Référence électronique

Annick Fenet, Pierre-Sylvain Filliozat et Eve Gran-Aymerich, « La Société asiatique, une société savante au cœur de l’orientalisme français », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/199 ; DOI : 10.4000/nda.199

Haut de page

Auteurs

Annick Fenet

Area, chargée du fonds A. Foucher, Umr 7041
annick.fenet@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

  • Politiques archéologiques françaises en Orient dans le premier quart du xxe siècle d’après les archives de la Société asiatique
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011

Pierre-Sylvain Filliozat

Membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vice-président de la société asiatique
pierre-sylvain@filliozat.net

Eve Gran-Aymerich

Chercheur auprès de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
aymerich@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals