Navigation – Plan du site
Dossier
1/ Soins et présentation: le temps du cadavre

La parure dans la chronologie des temps funéraires

Quatre exemples néolithiques
Sandrine Bonnardin
p. 12-17

Texte intégral

1Un grand nombre de sépultures néolithiques contiennent ou sont associées à des parures. Derrière ce vocable se rangent souvent différentes catégories de pièces – colliers, bracelets, plastrons, boutons, bagues, appliques, bandeaux, motifs brodés sur le vêtement… – dont l’usage premier était d’être portées sur le corps. Pour expliquer leur présence dans la tombe, on envisage que le sentiment d’attachement à ces objets fut tel qu’il ne put être rompu au moment du décès. Ainsi, la littérature archéologique offre parfois une vision simpliste de la parure, son lien au corps rendant en quelque sorte sa présence dans le sépulcre anecdotique ou accidentelle.

2Cette perception est particulièrement réductrice car elle nie le rôle qu’a pu jouer ce mobilier au sein des pratiques funéraires. Ces objets auraient moins de signification qu’un récipient en céramique, une arme, un outil intentionnellement déposés dans le sépulcre et relevant du geste funéraire intentionnel. Car parer le défunt ne va pas de soi. Cet acte est pratiqué dans de nombreuses sociétés, lors d’une phase importante de la séquence funéraire, celle qui précède les funérailles et au cours de laquelle le mort se donne à voir à ses proches et à la société. La parure contribue, au même titre que le vêtement, à l’ultime présentation du cadavre (Thomas 1985 : 141).

3En insistant sur la notion de temps funéraires, Jean Leclerc (1990) incitait à réfléchir sur le rôle et la place des différents composants d’une sépulture dans le déroulement du processus funéraire. Ce faisant, il nous poussait à ne pas accepter l’évidence, à critiquer tout du moins celle-ci, et à approcher au mieux la chronologie des gestes. Et c’est bien ce qu’il résulte de notre étude. L’observation de plusieurs cas archéologiques nous révèle en effet que cette catégorie de mobilier n’a pas seulement – c’est-à-dire incidemment – accompagné le dépôt du corps dans la sépulture, mais a également pu jouer un rôle avant, pendant, voire après les funérailles. À travers quatre cas archéologiques qui éclairent cette situation, nous ouvrirons une brève discussion mais, en préambule, revenons quelques instants sur le cas particulier de la parure et sa perception par les archéologues.

Le cas particulier de la parure

4Dans la famille des mobiliers funéraires, la parure occupe une place à part car elle est destinée à être portée sur le corps, c’est-à-dire accrochée à lui. En ce sens, sa manipulation même dépend du corps et de son déplacement. Ainsi, dans la reconstitution de la chronologie des gestes funéraires, les archéologues ont tendance à l’associer à la phase de dépôt du corps. Si cela a pu être le cas, cette assertion est trop souvent acceptée d’emblée et mérite d’être questionnée et critiquée de manière plus systématique. Tout aussi critiquable est l’habitude de penser la parure comme le bien personnel du défunt. Il faut dire que l’expression « parure du défunt » est ambiguë. Où est la preuve que la parure située dans la sépulture est bien celle du sujet associé ?

5Il y a donc de multiples raisons de réexaminer le cas de la parure en contexte funéraire et de s’interroger sur le rôle et la place qu’elle a tenus dans le discours funéraire d’une société passée : simple accompagnatrice du défunt ou révélatrice d’une véritable intention ? Liée seulement au temps des funérailles ou bien à des événements qui l’ont précédé ou suivi ?

6Afin de répondre à ces questions, nous avons pris en considération l’usure des pièces, un aspect qui permet d’apprécier l’utilisation de la parure. Un objet usé dans la sépulture indique qu’il a été porté avant la mort tandis qu’un objet non usé suppose au contraire qu’il aurait pu être confectionné pour la tombe. La disposition des éléments de parure dans la fosse doit aussi être considérée : que penser d’un objet trouvé dans la sépulture mais dissocié du squelette, ou d’éléments trouvés hors de celle-ci ?

Quatre études de cas

7Les quatre cas présentés ci-après appartiennent à la période néolithique (fin vie-milieu ve millénaire av. J.-C.) et sont situés dans le nord-est de la France.

Cas n°1

8Une sépulture découverte sur le site de Bucy-le-Long « la Fosselle » (Aisne), habitat de la période rubanée (Néolithique ancien, culture de la Céramique linéaire), a révélé un groupement de 17 sépultures (Hachem 1997 ; Thevenet 2011).

9La sépulture 70 contenait, lors de sa découverte en 1997, pas moins de 615 objets de parure dont 161 éléments au contact direct du squelette, les 454 autres étant situés à l’écart de celui-ci, vers les cuisses (fig. 1). Nous n’évoquerons ici que le premier ensemble. Ces parures apparaissaient autour du crâne et au niveau du cou et ne semblaient pas avoir changé de position depuis l’inhumation. Autour du crâne figurait un assemblage de canines de cerf perforées et de perles en coquillage imitant la forme de ces dernières. Dans le creux du cou était disposé un ensemble de 72 petites coquilles de gastéropodes perforées (du genre Trivia).

Fig. 1

Fig. 1

La sépulture 70 de Bucy-le-Long « la Fosselle » (Aisne)

10L’analyse des traces d’usure menée sur tout cet ensemble a révélé la présence de stigmates et indiqué que les objets avaient été portés. Nous avons eu l’occasion, par le passé, de présenter en détail la parure située autour du crâne (Bonnardin 2003, 2009). Les coquilles de gastéropodes, quant à elles, présentaient une morphologie différente de leur état naturel, également imputable à l’usure. Celle-là se manifeste au niveau des perforations doubles sous la forme d’un nivellement du relief bombé de la coquille, provoquant une large zone d’aplatissement aboutissant, dans quelques cas, au percement de la paroi (fig. 2). Une telle usure a été constatée sur les mêmes zones des 72 éléments, sur le dos, entre les deux perforations, sur le ventre et sur les bords des coquillages.

11Sans pouvoir préjuger de la durée d’utilisation de la parure, il ne fait aucun doute qu’elle a été portée du vivant d’un ou de plusieurs êtres humains avant d’accompagner le défunt dans la sépulture. Ces preuves d’usure indiquent d’emblée qu’elle n’avait pas une vocation funéraire au départ. Il reste à comprendre si ces objets ont délibérément été inclus dans la tombe ou s’ils ont passivement suivi le sujet qui les arborait de son vivant. Mais déterminer s’il s’agit du bien personnel du défunt ou d’une autre personne demeure impossible. L’association de la parure et du mort ne va pas de soi. La possibilité de le démontrer n’est pourtant pas exclue.

Fig. 2

Fig. 2

Traces d’usure sur les éléments de parure de la sépulture 70 de Bucy-le-Long « la Fosselle ». Échelle des photographies = 5 mm

Cas n° 2

12À La Saulsotte « le Bois Baudin » (Aube), dans les années 1990, étaient découvertes deux sépultures de cette même période rubanée. Toutes deux contenaient des objets de parure typologiquement identiques : il s’agit dans les deux cas de perles de forme trapézoïdale taillées dans les valves de coquillages à décor côtelé (de la famille des Cardiidés). Identiques, elles le sont dans leur conception formelle, mais nullement dans leur usage. Dans l’une des sépultures, 200 exemplaires couvraient quasiment toute la partie supérieure du corps (fig. 3) ; l’autre n’en contenait qu’une cinquantaine. Leur disposition sur le squelette, peu perturbée par l’évolution taphonomique de la sépulture, permet de les rapprocher des plastrons, faits de petits trapèzes liés par un système de liens entrelacés, connus au début du Néolithique (Bonnardin 2009). Une autre différence les distingue : si la première série est très usée par le passage des liens d’attache, indiquant un port sans doute prolongé, la seconde, au contraire, ne révèle aucune usure, suggérant même un état neuf ou quasi neuf (fig. 4).

13Ainsi, cette dichotomie entre parure très usée et parure neuve permet de distinguer ces deux cas funéraires en apparence similaires. La prise en compte des données biologiques des défunts ajoute un élément à la réflexion : le sujet à la parure riche et usée était un adulte, celui à la parure de taille modeste et neuve, un sujet immature. On peut alors proposer l’interprétation suivante : l’enfant, de petite taille, portait un petit plastron et n’avait pas eu le temps de l’user ; l’adulte, de taille plus imposante, portait un plastron plus important qu’il avait régulièrement utilisé. Ce cas funéraire fournit un exemple convaincant, nous semble-t-il, de parures personnelles, portées avant la mort par les sujets inhumés.

Fig. 3

Fig. 3

Sépulture d’adulte du site de La Saulsotte « le Bois Baudin » (Aube)

Fig. 4

Fig. 4

Éléments de parure des deux sépultures de La Saulsotte « le Bois Baudin »

Cas n° 3

14La sépulture 14 de Mulhouse-Est (Haut-Rhin) illustre un troisième cas de figure. Avec 1057 objets de parure, il s’agit de la sépulture la plus richement pourvue d’un ensemble de 22 inhumations groupées (Schweitzer, Schweitzer 1977). Cette structure renfermait les restes d’une défunte considérée comme âgée (fig. 5). Elle avait été inhumée avec plusieurs parures qu’elle portait sur le corps au moment de son dépôt dans la fosse mais, à ses côtés, figurait également une sorte de tas constitué de 617 perles façonnées. Ces dernières sont parfaitement restées en place dans le sédiment, si bien qu’à l’observation, elles composent en réalité un ou plusieurs longs linéaires mesurant plusieurs dizaines de centimètres.

15L’examen approfondi de chacun des éléments de l’enfilade (Bonnardin 2006) a permis de constater deux choses :

  • l’écrasante majorité de l’assemblage (569 sur 617, soit 91 %) contient des perles d’apparence soignée, très régulières, confectionnées dans des matériaux locaux (des moules d’eau douce) et exogènes (coquilles de Spondylus et coquilles fossiles tertiaires originaires du Bassin parisien), qui ont été portées, comme l’indiquent des traces évidentes d’usure (émoussés des arêtes de la perforation) ;

  • un petit nombre d’entre elles (n = 48), façonnées dans des matières locales (moules ici encore), se distingue nettement des premières par l’absence de trace d’usure et, surtout, par une forme très grossière, non finie. Il en résulte une opposition perceptible : à l’échelle de la production, entre une série soignée et une série simplifiée semblant avoir été faite de manière expéditive ; à l’échelle de l’usage, entre une partie utilisée et une partie encore à l’état neuf.

16La réunion de ces deux ensembles et l’importance numérique des éléments suggèrent que l’on a affaire, ici, à une parure spécifiquement constituée pour être placée au côté du mort, peut-être pour souligner son statut privilégié au sein de la communauté. Quoi qu’il en soit, l’implication de cet objet dans le temps funéraire n’est sans doute pas la même que dans les cas précédents, et même si certains éléments qui le composent ont été portés, sa composition finale s’inscrit, peut-être exclusivement, dans une perspective funéraire.

Fig. 5

Fig. 5

La sépulture 14 de Mulhouse-Est (Haut-Rhin)

Cas n° 4

17Dans ce dernier exemple, l’illustration provient d’une nécropole plus tardive que les dépôts précédents, datée principalement du Ve millénaire av. J.-C. (Néolithique moyen, cultures de Cerny, Chasséen) : il s’agit du site de Macherin à Monéteau (Yonne) (Augereau, Chambon 2011). Cette nécropole contenait onze sépultures avec parures. Situées au contact du squelette, on peut raisonnablement penser qu’elles étaient portées par le défunt au moment de son inhumation dans la fosse sépulcrale (Bonnardin 2011 : 327). Cependant, trois sépultures révèlent une situation différente puisqu’aucun des objets de parure n’apparaissait au contact direct du squelette tandis que dans une quatrième, l’objet avait été découvert bien au-dessus, dans le sédiment de comblement de la fosse. L’analyse taphonomique des sépultures a révélé que, dans ces trois cas, le défunt avait été inhumé dans un coffre pourvu sans doute d’un couvercle. On peut alors supposer qu'il ne portait pas la parure lors de son dépôt dans le coffre mais qu'elle fut placée sur son couvercle, fait révélateur d'un geste accompli pendant ou après les funérailles.

La parure avant la mort, pendant ou après le deuil

18Les quatre sépultures que nous venons de présenter révèlent quatre situations funéraires différentes : l’une dans laquelle la parure, portée avant la mort, a suivi le défunt dans la tombe, mais où il n’est pas possible d’affirmer qu’il s’agissait d’un de ses effets personnels ; un cas où la parure a été portée et possédée sans doute par le défunt lui-même (sur la base d’une étroite corrélation entre taille, âge du défunt et dimension de l’ornement corporel constitué) ; un exemple où l’ornement est un assemblage fabriqué spécifiquement pour la tombe ; une situation où la parure n’a pas été placée sur le mort dans la sépulture, mais posée sur le contenant (coffre) après sa fermeture.

19Ces quatre situations indiquent que les parures en contexte funéraire relèvent de gestes différents et qu’elles sont intervenues à des étapes distinctes de la séquence funéraire. Il est fort probable que dans les deux premiers cas, les parures sont retrouvées dans la sépulture parce qu’elles étaient accrochées au corps du défunt au moment de son inhumation. Leur présence peut résulter d’un acte anodin (laisser l’objet sans avoir conscience de son importance), d’une volonté réelle de prolonger l’apparence de l’être vivant après la mort (laisser au défunt les biens auxquels il était attaché) ou encore d’afficher un état ou un statut dans un souci réel de mise en scène. Dans chacun de ces cas de figure, si l’implication de la parure dans les temps funéraires est différente, elle reste liée au temps du cadavre. Dans le cas n° 3, les parures semblent intégrées plus directement aux funérailles et à la phase d’inhumation qui en marque l’aboutissement. Le cas n° 4 suggère l’existence de dépôts de parures postérieurs à l’inhumation, résultant ainsi d’un temps funéraire distinct.

Pour conclure

20L’examen de la situation des objets de parure en rapport avec les pratiques funéraires et la chronologie des gestes révèle, nous semble-t-il, trois temporalités distinctes : avant la mort (la vie d’un objet), avant et pendant les funérailles (l’objet présenté sur le défunt accompagne celui-ci dans la tombe), après l’inhumation (dépôt de l’objet hors du contenant funéraire).

21Ces remarques ont pour nous valeur d’hypothèse. Elles nous fournissent surtout l’occasion de formuler l'idée selon laquelle, derrière l'évidence, se cachent souvent des situations plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord. La parure au sein d’un sépulcre n’est pas systématiquement liée au dépôt du cadavre. Elle ne lui a pas non plus forcément appartenu. Elle a pu jouer un rôle avant, pendant ou après les funérailles, mais, en tout état de cause, elle intègre comme les autres mobiliers un discours sur la mort.

Haut de page

Bibliographie

Augereau A. & Chambon P. (dir.). 2011. Les occupations néolithiques de Macherin à Monéteau (Yonne). Paris, Société préhistorique française (Mémoire LIII).

Bonnardin S. 2003. « La parure funéraire des VIe et Ve millénaires avant J.-C. dans le Bassin parisien et la plaine du Rhin supérieur : traces d’usure, fonctionnement et fonction des objets de parure », in : P. Chambon & J. Leclerc (dir.), Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes : actes de la table-ronde SPF, Saint-Germain-en-Laye, 15-17 juin 2001. Paris, Société préhistorique française (Mémoire XXXIII) : 99-113.

Bonnardin S. 2006. « Production pour les vivants, production pour les morts », in : Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques : actes des XXVIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 20-22 octobre 2005, Antibes-Juan-les-Pins. Antibes, éditions de l’Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéo-logiques : 207-212.

Bonnardin S. 2009. La parure funéraire au Néolithique ancien dans les Bassins parisien et rhénan. Rubané, Hinkelstein, Villeneuve-Saint-Germain. Paris, Société préhistorique française (Mémoire XLIX).

Bonnardin S. 2011. « La parure », in : A. Augereau & P. Chambon (dir.), Les occupations néolithiques de Macherin à Monéteau (Yonne). Paris, Société préhistorique française (Mémoire LIII) : 312-328.

Hachem L. (dir.). 1997. Bucy-le-Long « la Fosselle » (Aisne). Rapport de fouille, Service régional de l’archéologie de Picardie, Era 12 du Cra-Cnrs, Afan-Antenne Nord-Picardie, Communautés de communes du Val de l’Aisne, 2 vol.

Leclerc J. 1990. « La notion de sépulture », Bulletin et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, tome 2, 3/4: 13-18.

Schweitzer R. & Schweitzer J. 1977. « La nécropole du Danubien moyen de Mulhouse-Est », Bulletin du Musée historique de Mulhouse, t. 84 : 11-63.

Thevenet C. 2011. Des faits aux gestes… des gestes aux sens ? Pratiques funéraires et société durant le Néolithique ancien en Bassin parisien. Thèse de doctorat de l’Université de Paris I, 2 vol.

Thomas L.-V. 1985. Rites de mort : pour la paix des vivants. Paris, Fayard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La sépulture 70 de Bucy-le-Long « la Fosselle » (Aisne)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2067/img-1.png
Fichier image/png, 185k
Titre Fig. 2
Légende Traces d’usure sur les éléments de parure de la sépulture 70 de Bucy-le-Long « la Fosselle ». Échelle des photographies = 5 mm
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2067/img-2.png
Fichier image/png, 309k
Titre Fig. 3
Légende Sépulture d’adulte du site de La Saulsotte « le Bois Baudin » (Aube)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2067/img-3.png
Fichier image/png, 228k
Titre Fig. 4
Légende Éléments de parure des deux sépultures de La Saulsotte « le Bois Baudin »
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2067/img-4.png
Fichier image/png, 972k
Titre Fig. 5
Légende La sépulture 14 de Mulhouse-Est (Haut-Rhin)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2067/img-5.png
Fichier image/png, 905k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Bonnardin, « La parure dans la chronologie des temps funéraires », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 12-17.

Référence électronique

Sandrine Bonnardin, « La parure dans la chronologie des temps funéraires », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2067

Haut de page

Auteur

Sandrine Bonnardin

Cépam, Umr 7264, Pôle universitaire Saint-Jean-d’Angély, Nice,
sandrine.bonnardin@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals