Navigation – Plan du site
Dossier
3/ Du souvenir à l'oubli: le temps des ossements

Des formes et du temps de la mémoire dans une nécropole de Pompéi

Henri Duday et William Van Andringa
p. 48-54

Texte intégral

1Les développements fondamentaux qu’a connus l’archéologie funéraire au cours des dernières décennies tiennent surtout aux considérations relatives à la disposition des restes osseux dans la tombe, à la prise en compte de la taphonomie du cadavre dans la restitution du micromilieu au sein duquel s’est opérée la décomposition, à l’essor des méthodes de l’ostéologie quantitative et, plus récemment, au croisement des données de l’anthropologie biologique avec les paramètres archéologiques. De fait, cette approche ne prend en compte que la première des deux composantes essentielles qui définissent la tombe : certes, celle-ci est le réceptacle des restes matériels du défunt, mais elle est aussi le point d’ancrage des cultes commémoratifs.

2Dans la plupart des cas auxquels nous sommes confrontés, seule la partie profonde des sépultures est préservée ; il est donc normal que l’archéologie de la mort ait principalement traité du dépôt funéraire, c'est-à-dire du corps ou de ce qu'il en subsiste, et du mobilier placé à ses côtés. Les gestes commémoratifs intervenant au moment de la fermeture de la tombe, ou après elle, les vestiges qui en témoignent se trouvent principalement à la surface du sol, de sorte que les archéologues ont rarement l’occasion de les observer. D’autres études portent sur les monuments ou les inscriptions funéraires mais les objets qu’elles traitent sont le plus souvent dissociés des considérations relatives aux défunts eux-mêmes et aux gestes qui ont présidé à leur mise en sépulture.

3Il est finalement exceptionnel de pouvoir considérer l’un et l’autre de ces deux aspects pour une même tombe, a fortiori pour un ensemble de tombes. Ce constat a été à l’origine d’un programme de recherche initié et coordonné par l’un de nous (W. V. A.) et S. Lepetz, qui a porté sur un quartier funéraire de la nécropole de la Porta Nocera à Pompéi. La fouille s’est déroulée de 2003 à 2007 sous l’égide de l’École française de Rome et de la Surintendance archéologique de Pompéi, et ses résultats ont fait l’objet d’une publication monographique récente (Van Andringa et al., 2013).

4Cette fouille concernait cinq puis trois enclos funéraires contigus – trois d’entre eux, à l’origine séparés, ayant ensuite fusionné – bordant la route qui part de Pompéi en direction de Nocera (fig. 1). Les occupations funéraires dans ce secteur s’échelonnent entre la période augustéenne et la destruction définitive de la ville antique en 79 ap. J.-C., soit sur une durée d’environ un siècle. Grâce à une observation détaillée des unités strati-graphiques, nous avons pu établir un phasage précis pour chacun des enclos. Ainsi, pour l’ensemble constitué par les enclos 23OS, 25OS et 25bOS, quatre phases subdivisées en plusieurs états ont été reconnues, avec un événement important qui survient aux alentours de 60 ap. J.-C. : Phileros, un affranchi de la maison des Vesonii, acquiert l’enclos et y fait ériger un monument orné de trois statues, la sienne et celle de son ami Marcus Orfelius Faustus encadrant celle de sa patronne, Vesonia.

Fig. 1

Fig. 1

Plan du quartier funéraire fouillé dans la nécropole de la Porta Nocera à Pompei. La route antique est au nord des enclos

5L’enclos voisin 21, une construction fermée à fronton de façade, n’a été qu’en partie fouillé. Il est néanmoins établi qu’il a lui aussi fonctionné entre la période augustéenne et l’éruption de 79. Fait tout à fait exceptionnel, l’aire sur laquelle ont été incinérés sa fondatrice, Stallia Haphe, et un enfant nommé Bebryx – c’est-à-dire au moins deux des défunts dont les tombes se trouvent à l’intérieur de l’enclos –, a pu être étudiée ; elle se trouve sur un terre-plein juste à l’arrière de l’édifice.

6L’histoire de l’enclos 25a, accoté au mur ouest de l’enclos 23, est beaucoup plus brève. Ce petit monument a en effet été érigé aux alentours de 60 ap. J.-C. en l’honneur d’une affranchie du nom de Castricia Prisca, morte à l’âge de 25 ans.

7Au total, 57 tombes à crémation ont été fouillées pour 58 sujets : une tombe double et une tombe triple dans l’enclos 23, et une tombe vide dans l’enclos 25a, qui a en outre la particularité d’avoir livré les restes d’un individu répartis entre deux tombes. À cela s’ajoutent cinq inhumations de sujets immatures.

8Dans leur forme la plus courante, les tombes sont constituées de la manière suivante : les os brûlés, collectés sur l’aire de crémation et enveloppés d’un tissu (sac, linge replié ?), sont placés dans une urne culinaire en céramique, plus rarement en plomb, ou dans un contenant en matière périssable, ce réceptacle étant ensuite déposé au fond d’une fosse. Des résidus provenant du curage partiel du bûcher peuvent être déversés dans celle-ci, avant ou après que l’urne y soit placée. Un tube à libations en céramique ou en bois (?) assure la communication entre la partie profonde de la tombe et la surface, la stèle est mise en place et, enfin, la fosse est comblée. Au pied de la stèle, une plaque de scellement en pierre disposée à l’horizontal présente en général une encoche semi-circulaire qui s’emboîte sur le sommet du tube à libations. Dans quelques cas, il n’y a ni tube ni plaque de scellement mais un petit tertre de terre, délimité par quelques petites pierres disposées en arc de cercle, est constitué juste en avant de la stèle.

9L’ensemble est donc cohérent, son utilisation couvre une période relativement brève, elle-même subdivisée en plusieurs phases, et sa fouille nous a permis d’analyser à la fois les aménagements de surface, les restes épars sur les sols de circulation et le contenu des fosses funéraires. C’est à partir de ce corpus exceptionnel que nous aborderons diverses formes que peut prendre la mémoire dans le contexte des nécropoles romaines.

La mémoire affichée

  • 1 VEIAN.F.BARCHILLA/SIBI.ET/N.AGRESTINO.EQUITIO/PULCHRO.VIRO.SUO.
  • 2 Dans l’enclos 21, le défunt de la tombe 204, Atimetus, esclave de Comicia, était l’intendant de la (...)

10Il s’agit bien évidemment ici d’évoquer les épitaphes qui informent le passant, d’une manière plus ou moins complète, sur l’identité du défunt et parfois sur le (ou les) dédicant(s). L’inscription indique le commanditaire du monument et les personnes destinées à y être accueillies : ainsi, un peu plus à l’est dans la nécropole, nous savons qu’un mausolée circulaire a été érigé par Barchilla, fille de Veianus, pour elle-même et pour le chevalier Agrestinus, « son bel homme »1. Les stèles qui surmontent les tombes portent en général des inscriptions assez succinctes qui mentionnent le nom du défunt, son statut et son âge au décès, très exceptionnellement sa fonction2. Dans l’ensemble qui nous occupe, les stèles épigraphes sont cependant assez rares – 10 cas seulement pour 39 stèles observables – et les informations qu’elles délivrent n’atteignent jamais la précision que l’on peut observer dans certaines nécropoles contemporaines (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Stèle funéraire d’Erotis, jeune femme morte à 14 ans, 9 mois et 21 jours. Rome, nécropole Santa Rosa, Cité du Vatican

(photo H. Duday)

  • 3 Dans l’ensemble étudié, il est toutefois certain que les stèles anépigraphes ne portaient pas d’ins (...)

11Même lorsqu’elles sont anépigraphes, ou si l’inscription peinte dessus a disparu3, les stèles apportent parfois des indications pertinentes : plusieurs, en lave ou en calcaire, ont une tête hémisphérique avec une face antérieure plane et une face postérieure convexe ; certaines présentent à l’occiput une excroissance arrondie qui figure un chignon (fig. 3) et, dans ce cas, il est certain qu’elles concernent une femme. À l’inverse, les stèles de même type dépourvues de chignon signalent sans doute des tombes masculines.

Fig. 3

Fig. 3

Enclos 23, tombe 19. Le chignon à la face postérieure de la tête est ici évident

(photo A. Gailliot, mission archéologique de Porta Nocera)

La mémoire effacée

12Dans un article fondamental sous bien des aspects, J. Leclerc a abordé la question de la durée : « De façon très générale, et dans l’intention des acteurs, une sépulture est conçue pour toujours. […] Voilà qui est très clair – car en matière de sentiment […] le mot “toujours” a un sens très précis : c’est le temps nécessaire pour oublier. Encore faut-il distinguer l’oubli individuel de l’oubli collectif » (Leclerc 1990 : 16).

13L’une des fonctions essentielles de la tombe étant d’être le point d’ancrage de cérémonies commémoratives, il importe de savoir pendant combien de temps elles ont été pratiquées et, d’une manière plus large, pendant combien de temps le marquage de la sépulture a été préservé et entretenu. En général, le seul moyen dont nous disposions pour traiter cette question consiste à estimer le laps de temps minimal qui sépare deux tombes dont la seconde a recoupé la première. Il y a fort à parier que, dans ce cas, le souvenir de celle-ci s’était estompé et que son marquage au sol avait disparu. La précision du phasage chronologique de l’enclos 23-25 nous a permis d’une part de prouver l’occultation de certaines sépultures au moment de la mise en place d’un remblai destiné à l’implantation de nouvelles tombes, d’autre part de retracer les gestes qui ont accompagné cette « condamnation » définitive.

  • 4 Un doute subsiste cependant pour des tombes dont on est sûr qu’elles possédaient bien à l’origine u (...)

14La plaque de scellement a parfois été enlevée ainsi, sans doute, que le conduit à libations4 ; la stèle n’a jamais été laissée en place, elle a pu être « décapitée », c’est-à-dire brisée au ras du sol (tombe 32), ou bien entièrement arrachée – auquel cas on a pu l’emporter ou l’abandonner couchée au sol, près de son emplacement originel (tombe 39-40). En revanche, l’urne cinéraire a toujours été laissée en place dans la partie profonde de la tombe, conformément au droit romain qui interdit toute atteinte aux os du défunt. L’exemple de la tombe 28 offre une illustration tout à fait saisissante du respect dont faisaient l’objet les restes humains : l’arrachement de la stèle s’est en effet accompagné du bris involontaire de l’urne dont les fragments ont été soigneusement recueillis et empilés avec le couvercle au fond de la fosse, avant que le reste du vase contenant la motte d’os brûlés et de sédiment infiltré ne soit ensuite replacé au-dessus (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Enclos 25b, tombe 28. Les fragments de l’urne et le couvercle ont été soigneusement replacés dans la fosse après l’extraction de la stèle et le bris de l’urne. En bas, les éléments du calage originel de la stèle

(photo A. Gailliot, mission archéologique de Porta Nocera).

La mémoire entretenue

15La fréquentation régulière et continue de la nécropole s’est naturellement accompagnée d’une élévation du niveau de circulation à l’intérieur des enclos. Les parties les plus superficielles des tombes ont été progressivement ennoyées dans le sédiment, ce qui n’a pas manqué de poser quelques problèmes pour l’entretien de la mémoire et l’exécution des gestes de commémoration. Quelques observations rendent compte de la manière dont les Pompéiens ont remédié à cet état de fait.

16Les premières témoignent du souci de pérenniser le souvenir du défunt en préservant la lisibilité de son épitaphe. Dans les deux cas qui nous intéressent ici, l’inscription se trouvait à l’avant de la stèle sous le rétrécissement figurant le cou, c’est-à-dire au niveau du thorax, de sorte qu’elle a dû rapidement être occultée par l’accumulation des terres rapportées.

17Quand les sépultures d’une femme adulte anonyme (tombe 203) et d’un garçonnet de 6 ans nommé Bebryx (tombe 201) ont été installées de part et d’autre de la tombe 202, datée vers 0-40 ap. J.-C. et qui entretenait la mémoire de la titulaire fondatrice de l’enclos, Stallia Haphe, la stèle de celle-ci a été exhaussée d’une vingtaine de centimètres alors que sa plaque de scellement restait en profondeur, à son niveau initial. Or, la tombe 203 est attribuée à la phase 50-79 ap. J.-C. et la tombe 201, à la phase 70-79 ap. J.-C. : le souci d’honorer la mémoire de Stallia Haphe s’est donc perpétué sur une, voire plus probablement deux générations après son décès (fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

Enclos 21, coupe frontale montrant de gauche à droite les tombes 203, 202 (Stallia Haphe) et 201 (Bebryx). La stèle de la tombe 202 a été remontée de manière à être à la même hauteur que celle de la tombe 206, alors que sa plaque de scellement est restée à son emplacement originel, c'est-à-dire au niveau du sol de l’enclos au moment de son installation

18La stèle d’Atimetus (tombe 204), dont la tombe remonte elle aussi à la période 0-40 ap. J.-C., a également été réajustée peu de temps avant l’éruption du Vésuve, de telle manière que le nom du défunt reste lisible alors que sa fonction d’intendant semblait oubliée.

19Dans l’enclos 23, la tombe 19 donne en revanche l’exemple d’une surélévation du dispositif destiné au déroulement des cérémonies commémoratives. Cette fois, la plaque de scellement a été rehaussée d’environ 10 cm de manière à rester visible et fonctionnelle : alors qu’en général sa surface affleure à peu près au niveau de l’élargissement figurant les épaules, donc au-dessous du cou, elle se situe ici au quart inférieur de la face. De ce fait, l’extrémité supérieure du conduit à libations n’affleurait plus à la surface de la plaque et il a fallu rétablir la continuité en y ajoutant un « étage » supplémentaire sous la forme d’un couvercle conique retourné percé en son centre.

20La tombe 17 se signale par un dispositif sensiblement différent : pas de tube à libations ni de plaque de scellement mais un petit tertre de terre stérile accumulé en avant de la stèle, juste au-dessous du cou, et ceinturé d’une couronne rayonnante de petits galets blancs. L’élévation des niveaux de circulation a peu à peu ennoyé le tertre qui a alors été rechargé, avec mise en place d’une nouvelle couronne de petites pierres : il est clair que l’on a voulu maintenir la fonctionnalité de cette petite aire bien délimitée.

Une forme particulière de la mémoire :la pré-programmation de dépôts consécutifs dans la même tombe

  • 5 Le terme « déposition » pourra surprendre, l’usage qui en est fait ici n’étant pas conforme à la dé (...)
  • 6 À moins, bien sûr, que l’un des corps n’ait été conservé, notamment par le froid…

21Le fait de concevoir d’emblée une tombe pour qu’elle reçoive les restes de deux personnes ne renvoie pas nécessairement à la notion de mémoire. Ce peut être, en effet, la réponse apportée à deux décès simultanés ou, du moins, suffisamment proches dans le temps pour que la mise en terre des défunts se fasse au même moment. Si, dans le cas des inhumations, la déposition5 synchrone implique effectivement que les décès ont été contemporains6, il n’en va pas de même pour les sépultures à crémation. Les os brûlés constituent en effet une matière inerte et stable qui peut être conservée en l’état fort longtemps ; on peut donc imaginer que quelqu’un ait conservé les restes d’un de ses proches jusqu’au moment où lui-même vient à mourir, leurs cendres étant ensuite réunies dans la même sépulture. Opter pour l’une de ces deux éventualités est évidemment difficile mais il est certain que, dans les cas qui se sont présentés à nous, les deux défunts n’ont pas été brûlés sur le même bûcher puisque leurs os sont séparés entre deux urnes. On trouve ainsi associés dans une même tombe deux adultes âgés – une femme et très probablement un homme dans les tombes 25 et 7, un homme et très probablement une femme dans les tombes 12 et 30 –, ou encore un adulte accompagné d’un enfant – un homme et un enfant de 4 ans à 6 ans et demi dans les tombes 11 et 37, probablement un homme et un adolescent de 13 à 14 ans dans les tombes 40 et 13. Le nombre de dépôts doubles avérés est donc élevé puisqu’il atteint quatre cas au moins, soit 8 individus sur un effectif de 58, ce qui peut surprendre si l’on s’en tient à la seule hypothèse de morts simultanées. Cela n’est toutefois pas impossible dans le contexte pompéien, des séismes assez violents ayant affecté la cité au cours des décennies qui ont précédé sa ruine définitive.

  • 7 Dans les autres tombes, la partie inférieure du conduit à libations occupe une position variable pa (...)

22Il est en revanche certain que les tombes 15 et 21 ont dès l’origine été conçues pour recevoir les restes de plusieurs sujets. Le réceptacle cinéraire est une amphore dont la capacité est très supérieure à celle des urnes habituelles et le dispositif autorise une réouverture aisée du conduit à libations qui est en fait, aussi, l’orifice par lequel les restes osseux brûlés ont été introduits dans le récipient7.

23L’épitaphe gravée sur la stèle de la tombe 15 concerne un jeune homme nommé Eliodorus, mort à 18 ans. La partie inférieure de l’amphore a effectivement livré les restes d’un adolescent (sujet 15B) mais il y avait, immédiatement au-dessus, les restes brûlés d’un adulte robuste relativement âgé et de sexe indéterminé (sujet 15A). À l’interface entre les deux sujets, une myriade d’infimes particules blanches traduit la percolation de particules osseuses au travers de l’amas osseux aéré correspondant à l’adulte 15A. Le fait qu’elles se soient arrêtées à la surface du dépôt 15B montre que les infiltrations de sédiment avaient complètement colmaté celui-ci au moment où les os de l’adulte 15A ont été introduits dans l’amphore. Il n’est évidemment pas possible d’estimer le temps nécessaire à ce comblement mais il est bien certain que les deux dépôts ont été séparés par un intervalle assez long : la pré-programmation est ici avérée.

24L’amphore 21 a reçu les restes brûlés d’un enfant d’environ 9 mois (sujet 21C), puis d’un adolescent sans doute de sexe masculin (sujet 21B), enfin d’une jeune femme (sujet 21A) qui était très probablement Vesonia Urbana, dont la stèle nous apprend qu’elle est morte à l’âge de 20 ans. Entre les dépôts des sujets 21C et 21B est intervenue la construction d’un coffre composé de tuiles plates (tombe 29) dans lequel a été inhumé un enfant d’environ 1 an à 1 an et demi ; et l’intervalle de temps qui a séparé les dépôts des sujets 21B et 21A a été suffisant pour que de nombreux animaux (batraciens, lézards, limaces…) tombent dans l’amphore et y restent piégés. Ici encore, il est clair que le fonctionnement s’inscrit dans la durée : les tombes 15 et 21 ont donc bien été conçues, certes a minima, comme des sépultures collectives.

La mémoire négative

  • 8 Deux mentions, que nous avons soulignées dans la transcription, ont été ajoutées au texte initial. (...)

25Sur la façade du monument, au-dessous des trois statues, est fixée la dédicace suivante : « Publius Vesonius Phileros, affranchi de matrone, augustal8, a fait ce monument de son vivant pour lui et pour les siens, pour Vesonia, fille de Publius, sa patronne et pour Marcus Orfellius Faustus, affranchi de Marcus, son ami ». Dans la niche bâtie au dos du mausolée se trouvaient à l’origine deux stèles jumelles avec, à l’avant de chacune d’elles, l’ouverture d’un conduit à libations et une urne avec son couvercle, tous ces éléments étant pris dans la maçonnerie. La tombe de Vesonia se trouve à proximité mais en dehors de la niche funéraire et légèrement décalée vers la gauche par rapport à elle.

26La façade porte une deuxième inscription fixée juste au-dessous de la première. Il s’agit d’une plaque de défixion qui dit : « Passant, arrête-toi un instant si cela ne te dérange pas et apprends ce dont tu dois te garder. Celui que j’avais espéré être un ami m’a intenté des procès, procurant des accusateurs. Grâce aux dieux et en vertu de mon innocence, je fus libéré de tout ennui. Que celui de nous deux qui a menti ne soit reçu ni par les pénates, ni par les dieux infernaux ». Il est clair que celui qui a trahi la confiance de son ami n’est autre que Marcus Orfellius Faustus. Si Phileros n’avait pas la possibilité de détruire sa statue ni d’effacer son nom de la dédicace initiale qui constituait un véritable document juridique, il s’acharna à occulter sa mémoire à l’intérieur de l’espace privé de l’enclos : la stèle de Faustus fut décapitée, puis l’ouverture du tube à libations et l’embouchure de l’urne furent condamnées par une couche de mortier sur laquelle Phileros fit inscrire son propre nom. À la fouille, l’urne initialement prévue pour recevoir les cendres de Faustus s’est révélée totalement vide.

La mémoire « arrangée »

  • 9 P VESONIO / PROCVLO / V A < XIII<
  • 10 Estimation réalisée par E. Portat par la diagnose probabiliste de l’âge : entre 5 ans 2 mois et 7 a (...)
  • 11 La stèle a été façonnée dans un grand fragment de plinthe de marbre. Il s’agit donc d’un remploi de (...)

27La stèle en marbre blanc qui surmonte la tombe 5 de l’enclos 23 indique que le défunt se nommait Publius Vesonius Proculus et qu’il a vécu 13 ans9. Le coffre rectangulaire qui constitue le réceptacle funéraire contenait un amas de cendres et d’os humains brûlés qui se rapportent à un enfant de sexe indéterminé dont l’âge au décès peut être estimé entre 5 et 7 ans10. Ce résultat est évidemment incompatible avec l’épitaphe et, pourtant, il est certain que la tombe a été construite en une seule fois, qu’il n’y a pas eu de « vidange » d’un éventuel dépôt initial et que la stèle n’est pas en remploi11. Comment expliquer une telle discordance ?

  • 12 Ce déplacement d’une stèle marquant l’emplacement d’une tombe n’est pas un fait isolé. La stèle de (...)

28Les tria nomina indiquent que cet enfant est né alors que son père était déjà affranchi. En l’occurrence, cette particularité faisait de lui le fondateur de la nouvelle lignée familiale des Vesonii, ce qui explique l’emplacement donné à sa tombe, dans l’axe de la niche où était aménagée celle de son père et à proximité de T2 qui contenait les restes de Vesonia. Une fouille minutieuse a en effet montré que les concepteurs de la sépulture de Proculus, dépositaire légal du nom familial, ont cherché à réunir de façon symbolique ses dépôts osseux avec ceux de la patronne de Phileros, qui fut peut-être la dernière représentante des Vesonii. L’installation de T5 à un endroit privilégié de l’espace sépulcral a entraîné le déplacement de la stèle de T4512, les deux signalisations étant réunies au-dessus de T3 par le dépôt d’un fragment de sol en béton utilisé comme plaque de scellement. Or les tombes 3 et 45, très proches dans leur conception, ont livré les os de deux hommes adultes dont tout donne à penser qu’ils étaient des fils de Phileros, nés avant que celui-ci n’ait été affranchi, de sorte qu’ils sont, eux, restés dans leur statut servile.

29Reste à expliquer une anomalie. En effet, l’étude anthropologique des restes de P. Vesonius Proculus a montré que l’enfant n’était pas mort à 13 ans comme l’indique la stèle, mais beaucoup plus jeune, entre 5 et 7 ans. Comment expliquer un tel écart ? On pourrait penser à une erreur du lapicide qui aurait gravé sur la stèle un X pour un V. Il faudrait dans ce cas que l’enfant soit mort à 8 ans, ce qui est au demeurant parfaitement plausible ; surtout, il faudrait expliquer pourquoi, alors qu’un soin particulier caractérise cette tombe, les membres de la famille n’ont pas fait corriger une erreur aussi flagrante. L’hypothèse la plus probable selon nous est que ce décalage relève d’une volonté délibérée. En vieillissant l’âge au décès de son fils, né libre, Phileros, affranchi d’une famille importante de Pompéi, affirmait l’existence d’une famille légale et libre et justifiait par la même occasion le dispositif mis en place : les os de Proculus, porteur des tria nomina, étaient mis en terre à proximité des restes de Vesonia, matrone des Vesonii, et dans l’axe de la tombe de son père. La mort prématurée du jeune enfant ruinait visiblement les espoirs de Phileros de prendre le relais de l’honorabilité des Vesonii.

30À vrai dire, l’évocation de ces diverses formes de la mémoire n’appelle guère de conclusions : il faudra disposer d’un corpus beaucoup plus étendu pour savoir si les faits observés sont véritablement significatifs ou bien s’ils n’illustrent que des cas particuliers ou individuels. Cependant, il nous semble essentiel de souligner deux points.

31Le premier est que les observations archéologiques apportent un complément absolument indispensable à l’étude des textes et des inscriptions funéraires. La confrontation des données afférentes à la même tombe se révèle une voie particulièrement féconde qu’il faudra à l’avenir systématiser aussi souvent que possible.

32Le second est que notre connaissance des gestes commémoratifs passe nécessairement par l’observation des niveaux de circulation à l’intérieur des espaces funéraires. La pratique archéologique offre très souvent la possibilité d’étudier la partie profonde des tombes, très rarement celle d’observer les indices des gestes commémoratifs et, plus généralement, des manifestations de la mémoire, puis de son effacement. Ce constat devrait avoir des incidences sur la prescription, notamment dans le contexte de l’archéologie préventive : ne pas accorder une priorité absolue aux niveaux de fonctionnement d’un ensemble funéraire, lorsqu’ils sont suffisamment conservés, constituerait à n’en pas douter une faute grave. Et en amont, il est indispensable que le diagnostic s’attache systématiquement à vérifier si cette possibilité s’offre à nous. C’est certes une chose difficile car les témoins des cultes de la mémoire peuvent être ténus, mais les résultats seront sans nul doute à la mesure des efforts que nous saurons consentir.

Haut de page

Bibliographie

Leclerc J. 1990. « La notion de sépulture », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n.s., t. 2 , n° 3-4 : 13-18.

Van Andringa W., Duday H., Lepetz S. et al. 1993. Mourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007). Rome : École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 468), 2 vol.

Haut de page

Notes

1 VEIAN.F.BARCHILLA/SIBI.ET/N.AGRESTINO.EQUITIO/PULCHRO.VIRO.SUO.

2 Dans l’enclos 21, le défunt de la tombe 204, Atimetus, esclave de Comicia, était l’intendant de la maison.

3 Dans l’ensemble étudié, il est toutefois certain que les stèles anépigraphes ne portaient pas d’inscriptions peintes.

4 Un doute subsiste cependant pour des tombes dont on est sûr qu’elles possédaient bien à l’origine un tube à libations, dont la présence est attestée par des infiltrations en profondeur de coquilles d’escargots venus de la surface. Il est en effet possible que l’absence du tube soit due au fait qu’il ait été en matière périssable (bois ?) plutôt qu’arraché ultérieurement. Dans le cas de la tombe 42, l’empreinte du tube à libations arraché a pu être mis en évidence à l’aplomb de l’urne.

5 Le terme « déposition » pourra surprendre, l’usage qui en est fait ici n’étant pas conforme à la définition qu’en donnent la plupart des dictionnaires usuels. Dans le Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey écrit cependant : « Furetière signale son emploi classique, dans le langage religieux, pour l’enterrement d’un défunt ». Cette acception existe donc dans notre langue, elle est analogue à celle du mot « deposizione » en italien. Elle présente en outre l’avantage de ne pas créer de confusion avec le « dépôt funéraire », expression par laquelle on entend aussi les objets (« artefacts et écofacts ») que l’on place dans la tombe ou au-dessus de celle-ci après sa fermeture. Le mot « dépôt » peut également avoir une connotation plus neutre qui n’implique pas un fait intentionnel (dépôt sédimentaire, dépôt éolien…).

6 À moins, bien sûr, que l’un des corps n’ait été conservé, notamment par le froid…

7 Dans les autres tombes, la partie inférieure du conduit à libations occupe une position variable par rapport à l’urne : il peut n’y avoir aucune communication directe avec les restes osseux, le tube débouchant soit à côté du vase, soit sur le couvercle qui le ferme hermétiquement ; dans d’autres cas, les profusiones ont pu baigner les os brûlés, le couvercle, alors souvent disposé à l’envers, présentant un petit orifice central obtenu par le bris du bouton de préhension. Quel que soit le dispositif, il est clair que les os brûlés n’ont pu être introduits par le tube à libations.

8 Deux mentions, que nous avons soulignées dans la transcription, ont été ajoutées au texte initial. Elles indiquent que Phileros, après avoir érigé son mausolée, a été élevé au statut d’augustal, et que l’enclos a reçu les restes de membres de sa famille (« et suis ») décédés avant lui.

9 P VESONIO / PROCVLO / V A < XIII<

10 Estimation réalisée par E. Portat par la diagnose probabiliste de l’âge : entre 5 ans 2 mois et 7 ans.

11 La stèle a été façonnée dans un grand fragment de plinthe de marbre. Il s’agit donc d’un remploi de matériau de construction, mais en tant que stèle, elle est manifestement dans sa situation originelle.

12 Ce déplacement d’une stèle marquant l’emplacement d’une tombe n’est pas un fait isolé. La stèle de la tombe 8 a en effet été décalée au moment où la tombe double 7-25 a été implantée, la fosse de grandes dimensions étant prévue pour la mise en place de deux urnes cinéraires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan du quartier funéraire fouillé dans la nécropole de la Porta Nocera à Pompei. La route antique est au nord des enclos
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2075/img-1.png
Fichier image/png, 273k
Titre Fig. 2
Légende Stèle funéraire d’Erotis, jeune femme morte à 14 ans, 9 mois et 21 jours. Rome, nécropole Santa Rosa, Cité du Vatican
Crédits (photo H. Duday)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2075/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 3
Légende Enclos 23, tombe 19. Le chignon à la face postérieure de la tête est ici évident
Crédits (photo A. Gailliot, mission archéologique de Porta Nocera)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2075/img-3.png
Fichier image/png, 673k
Titre Fig. 4
Légende Enclos 25b, tombe 28. Les fragments de l’urne et le couvercle ont été soigneusement replacés dans la fosse après l’extraction de la stèle et le bris de l’urne. En bas, les éléments du calage originel de la stèle
Crédits (photo A. Gailliot, mission archéologique de Porta Nocera).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2075/img-4.png
Fichier image/png, 428k
Titre Fig. 5
Légende Enclos 21, coupe frontale montrant de gauche à droite les tombes 203, 202 (Stallia Haphe) et 201 (Bebryx). La stèle de la tombe 202 a été remontée de manière à être à la même hauteur que celle de la tombe 206, alors que sa plaque de scellement est restée à son emplacement originel, c'est-à-dire au niveau du sol de l’enclos au moment de son installation
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2075/img-5.png
Fichier image/png, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Duday et William Van Andringa, « Des formes et du temps de la mémoire dans une nécropole de Pompéi », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 48-54.

Référence électronique

Henri Duday et William Van Andringa, « Des formes et du temps de la mémoire dans une nécropole de Pompéi », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2075 ; DOI : 10.4000/nda.2075

Haut de page

Auteurs

Henri Duday

Directeur de recherche au Cnrs, Umr 5199 Pacea, Université de Bordeauxet Laboratoire de Paléoanthropologie de l’École pratique des hautes études,
h.duday@pacea.u-bordeaux1.fr

William Van Andringa

Professeur à l’Université de Lille 3
william.va@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals