Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville

De l’usage contemporain de l’archéologie urbaine

Jacques Troadec
p. 5-8

Résumés

La pratique de l'archéologie urbaine comprend une phase expérimentale réalisée dans le cadre de la vie quotidienne, avec un impact non négligeable sur les modes de gestion du milieu urbanisé. Les archéologues s'invitent désormais parmi les acteurs habituels de la ville. À n'en pas douter, les tensions accrues ces dernières années ont à voir avec le contexte économique difficile. Mais la multiplication des réticences et des discours identifiant l'archéologie comme un empêchement au développement économique et comme une entrave au futur de la ville, tient d'abord à un malentendu en germe depuis l'essor conjoint de l'archéologie préventive et de l'archéologie des villes. L'apport de l'activité archéologique au sein des villes est habituellement perçue au plan patrimonial, voire culturel. Et c'est la réponse la plus lisible qu'apportent généralement les praticiens de l'archéologie préventive. Est-ce suffisant ? Définir l'utilité d'une archéologie de la ville ne nécessite t-il pas de prendre pied où se joue et se renouvelle l'idée sociale de l'urbain ?

archéologie préventive, enjeu urbain, fonction mémorielle, attente sociale, droit de cité

Haut de page

Texte intégral

1La pratique de l’archéologie urbaine comprend une phase expérimentale in situ, dont l’impact sur la gestion du milieu urbanisé, où l’espace et le temps sont comptés, est souvent surestimé par le public. La fouille, à la fois spectaculaire et mal comprise, reste dans l’imaginaire collectif une activité singulière de collecte à usage illustratif, sans lien explicite avec l’enjeu urbain, même si l’essor de l’archéologie préventive a profondément transformé le rapport de la discipline au corps social. Cette image, du reste, est souvent encouragée par des restitutions « au carrefour de la politique scientifique et de la stratégie de communication » (Chanteau 2013, 35 : 95-108).

2Les tensions liées à cette pratique, accrues ces dernières années, résultent pour partie du contexte économique. Mais peut-on exclure que les réticences, voire la franche hostilité envers l’archéologie urbaine, proviennent pour une autre part d’un malentendu ?

3À quoi sert d’investir autant pour l’archéologie préventive en ville ? Dans un contexte économique incertain, l’interrogation des aménageurs – et souvent des élus – révèle un rapide déplacement de la question du coût vers celle de l’utilité. La recherche archéologique n’est pas seulement perçue comme un frein, mais d’abord comme une activité non essentielle au développement économique et au futur de la ville. Le fait est que l’apport de l’archéologie urbaine est habituellement porté au plan patrimonial, voire culturel. Sans être la seule, c’est la réponse la plus lisible donnée généralement par les archéologues quant à la fonction sociale de leur activité. Cette réponse, insuffisante et ambiguë, ne rend pas compte de la vocation première de la recherche. L’utilité d’une archéologie de la ville n’est-elle pas plutôt de renouveler l’idée sociale de l’urbain, ce qui exigerait « une manière archéologique d’interroger le réel » (Galinié 2000 : 18).

4Au-delà des conditions économiques, il s’agit donc bien d'évoquer celles qui expliqueraient une mise en cause de l’archéologie urbaine, malgré une activité professionnalisée qui a gagné considérablement en rigueur et en qualité scientifiques ces trois dernières décennies.

« L’archéologie pour la ville »

5Ce titre volontariste des rencontres de l’Association nationale de l’archéologie des collectivités territoriales (Anact) oriente moins vers le comment que vers le pourquoi. Il s’agit moins d’aborder la fabrique de la ville que la fonction mémorielle de l’archéologie, appliquée ici à la question urbaine.

6Les organisateurs, dans leurs appels à communication, avaient proposé un fil conducteur dont la formulation mérite qu’on s’y arrête un instant. L’archéologie de la ville se pratiquerait « en vertu d’une perspective dynamique de compréhension de la ville d’aujourd’hui et de conception de la ville de demain ». Dans cette formule, le passé n’est pas mentionné, et cette absence, dans le propos, d’une ville qui serait d’hier, est à considérer. C'est sans doute que, si l'on en croit le premier de ces appels à communication, ce « rapport [est] ambigu entre la ville et son passé ». Il est fréquemment objet d’effacement, quand ce n’est pas d’imposture, dans la transformation des milieux urbains (Langlois 2005, 14 : 124).

7L’ambition des rencontres était donc bien d’envisager l’intérêt social de l’archéologie urbaine et, pour tout dire, sa nécessité.

Quelle archéologie, de quelle ville ?

8Au détour des années 1970-1980, la nature de l’archéologie urbaine fit débat : archéologie de la ville ou archéologie dans la ville ? (Galinié 1982 : 21-25). L’alternative est tranchée depuis longtemps en faveur de la ville comme objet spécifique, conçue comme une entité globale (Garmy 1999 : 92), mais instable, protéiforme, évoluant selon des échelles multiples (Galinié 2000 : 38) et une production sociale s’il en est.

9Le développement intensif de l’archéologie préventive a mené d'une discussion sur la nature de l’objet scientifique « ville » à l’intrusion de cet objet dans le jeu social. Cette intrusion toujours inattendue et dérangeante pour les acteurs habituels de la ville est de plus en plus contestée en tant que mode de connaissance de l’espace urbain. Les archéologues sont-ils audibles face à ces acteurs ? C’est une question désormais cruciale pour l’archéologie urbaine.

10Ce thème, « l’archéologie pour la ville », marque une revendication qui n’est certes pas l’apanage des seuls archéologues des collectivités. Que l’Anact la formule explicitement tient à leur situation irremplaçable dans le dispositif de la recherche archéologique (Boissavit-Camus 1998, 71 : 52-53).

11Cette situation s’inscrit dans une longue tradition patrimoniale et culturelle, portée par les communes depuis la Révolution, simultanément et en lien avec l’édification d’une culture nationale progressivement inscrite dans l’administration de l’État au cours du xixsiècle. En dépit des changements de régime politique, le « spectacle du Tiers État conquérant » continua d’être mis en scène, de l'abbé Grégoire à Jules Ferry en passant par Guizot : il s’agissait « d’enseigner la Nation à elle-même » (Babouin 1999 : 23-31).

12Il est bon de rappeler que la pratique de l’archéologie de sauvetage à partir des années 1970 résulte des efforts conjugués de l’État et des collectivités. Ces dernières, outre des postes, voire des services que certaines d'entre elles mirent alors en place, contribuèrent financièrement, matériellement et techniquement à l’action du ministère de la Culture, de manière massive et déterminante. Ainsi, l’archéologie urbaine put accéder en France aux milieux urbanisés anciens comme jamais auparavant. C’est dans ce contexte que se développa une archéologie opérationnelle, extension de la discipline de recherche, que l’on voulut mode d’intervention et de production scientifique, adapté à l’économie et à l’aménagement du territoire.

13On le sait, « les conditions pratiques d’une discipline orientent la production du savoir ». La « connaissance concrète » d’une ville (Galinié 2001 : 111-113) nécessite une implantation permanente, une longue fréquentation des sources essentielle à la cohérence des approches, une intimité avec le territoire, toutes conditions qui déterminent une recherche à l’échelle de la ville et du réseau urbain. Cette situation singulière montre que, plus que tout autre opérateur, le service d’archéologie de collectivité s’inscrit de plain-pied dans l’ordre du politique. Cela procède de l’intrusion déjà évoquée et tient, simultanément et nécessairement, de la revendication et de la négociation. La revendication est celle d'une archéologie actrice de la ville qui réclame un droit de cité en tant que discipline de recherche, créatrice de connaissance et de transformation de la ville. Sa possibilité de réussite tient au respect du tour de table, de la négociation avec les autres acteurs de la ville au sein d’un espace partagé (Troadec 1998, 71 : 23-24).

14En effet, les contraintes du cadre d’intervention sont cruciales, indépendamment du mode de financement, qu'il soit « globalisé », fasse l'objet ou non de péréquation (Garmy 1994, 55 : 5-6). La tension demeure inévitable, s’agissant de l’occupation d’un espace au sein du milieu urbanisé, et la question nous est vite posée : quel profit pour la ville ? quel profit pour la cité ? Et nous répondons mal à cette question car nous ne savons pas valoriser les acquis en regard des moyens déployés et, dans une moindre mesure, parce qu'il nous faut améliorer nos outils d'évaluation et de programmation scientifiques.

15En contrepoint de l’urbanisme actuellement pratiqué, de sa vision théorique et souvent aseptisée de la ville, l’un des rôles majeurs de l’archéologie est de renvoyer à la longue durée et aux complexités de l’urbain, aux processus de production de l’espace urbanisé (Braun & Fraisse 1994, 55 : 7-11 ; Sapin 1993, 53/54 : 13-18), bref, à une expérience utile. L’archéologie urbaine se doit à la ville présente, non à la ville passée. Ce postulat définit la nécessité de l’archéologie urbaine. Pour que cette nécessité soit reconnue, il faut régler quelques problèmes qui pèsent à ce jour sur notre activité et obscurcissent la perception publique. Leur traitement n’ira pas sans un recentrement de la discipline. La réduction rapide des points de blocage actuels favoriserait la lisibilité des enjeux de l’archéologie urbaine. Il est urgent d'y parvenir, dans un contexte social et politique défavorable, et face à la mutation accélérée des villes.

Entraves, enjeu et perspective 

16Le fonctionnement de l’archéologie préventive pose des questions de fond, récurrentes et, pour l’heure, sans solutions significatives. Ces dernières, qui portent uniquement sur le plan institutionnel, fragilisent la discipline dans son rapport avec l’attente sociale comme dans sa confrontation aux modes d’aménagement des milieux urbanisés.

17Depuis trente ans, le volume de travail a été décuplé, suivant l’ampleur des aménagements du territoire, avec des modes d’acquisition des données en progrès régulier, en particulier en milieu urbain. La question de la légitimité de l'archéologie préventive ne se pose plus en termes de qualité de la recherche, mais dans ceux de la transmission du savoir au regard des moyens engagés. En effet, la restitution publique est notoirement insuffisante : dans une société où l’exigence d’immédiateté se fait de jour en jour plus insistante, le déficit devient rédhibitoire.

18L’intensité et la systématisation des investigations d’archéologie préventive ont des conséquences débordantes. L’accumulation des données et des matériaux constituait déjà une masse documentaire difficilement gérable dans les années 1990. Elle est de plus en plus difficilement exploitable, pour l’évaluation des milieux urbanisés anciens, comme pour les choix problématiques et stratégiques à l’échelle urbaine (Galinié 1994, 55 : 17-19). Faute de moyens assurant l’accessibilité et l’exploitation régulières des documentations et des séries mobilières qui constituent la dimension majeure de l’état des connaissances, la situation va en empirant.

19Ni le principe préventif, ni le volume d’activité qu’il induit ne sauraient être mis en cause. Pour autant, comment continuer à justifier l’accumulation de données sans maîtrise de leur portée et de leur transmission ? La situation documentaire pléthorique renvoie aux élus et au public l’image d’une activité coûteuse, incontrôlable sur le court terme. Plus grave encore, le caractère prétendument « total » de l’archéologie préventive et l’accumulation compulsive de données favorisent la relativisation des projets scientifiques. Comment faire valoir la nécessité d’une « archéologie pour la ville » sans réduction drastique de ce mal récurrent de la discipline ?

20La publication scientifique est une « phase indispensable de l’opération archéologique, encore souvent sous-estimée ou pas suffisamment prise en compte en amont » (Trombetta 2009 : 225-226). Malgré des progrès indiscutables, l'insuffisance du nombre des publications, scientifiques et grand public, doit être considérée comme un échec de la discipline.

21Les conditions actuelles de l’archéologie préventive tendent à faire de chaque fouille un site en soi. Cela constitue un biais dans la démarche scientifique, pénalisant l’évaluation et la programmation. Ce phénomène est renforcé par l’intervention d’opérateurs différents sur un même site urbain, ce qui multiplie les modes d’exploration, de traitement et de conservation des données, et complexifie l’accès aux résultats et leur mise en relation (Garmy 1994, 55 : 5-6 ; 1999 : 91-102). La diversité des opérateurs et des équipes est une richesse ; le biais dont il est ici question provient de la faiblesse des outils et des moyens pour coordonner et harmoniser leur activité. La résorption de ce déficit chronique dépend de la mise en place généralisée d’outils et d'établissements mutualisés pour favoriser la conservation des documents et matériaux issus des fouilles, décliner à l’échelle territoriale les programmes nationaux sous l’égide des services régionaux de l’archéologie et, enfin, assurer la transmission des acquis.

22La conservation des mobiliers et des enregistrements de fouille ne peut être conçue seulement comme un entreposage rigoureux et cumulatif de données primaires mais comme le moyen de leur transformation en archives, utilisables par les chercheurs et les médiateurs. La dynamique cumulative doit être dépassée pour aller vers une forme de capitalisation des acquis à définir d’urgence. Dans cette perspective, la ressource cumulative et les expériences répétitives ne sont plus des fins mais des moyens. La fonction mémorielle de la recherche archéologique doit être fondée strictement sur une exigence scientifique (programmation, fouille, exploitation des données) et sur la qualité de sa restitution vers les publics. Un tel principe génère quantité de questions : quel mode de transformation, sous quel protocole, garanti par qui ? Que garder des données primaires après transformation ? Faut-il éditer l’archive, à qui incombe cette édition et quelle hiérarchie retenir (documentaire, synthétique), sous quel appareil critique ?

23Les manières contemporaines d’appropriation de champs d’activité jusqu’ici considérés comme élitistes et les sollicitations qui en découlent, conduisent à des modes médiatiques et à des conduites évolutives et diversifiées de tous les décideurs comme du public. Dans son rapport au corps social, notre discipline doit prendre en compte les mutations en cours. Dans une société qui fait patrimoine d’à peu près tout, la patrimonialisation de la recherche devient un risque patent (Garmy 1994, 55 : 5-6 ; 1999 : 100). Le « patrimoine culturel » est désormais massivement utilisé comme argument économique et promotionnel de manière récurrente, à la faveur de la décentralisation. Le piège de la patrimonialisation de la recherche archéologique menace d’autant plus que la notion même de patrimoine s’est étendue et diversifiée. Elle est caractérisée pour le public par l’ancienneté au détriment de la valeur historique et scientifique, par un rapport émotionnel au détriment de la connaissance. Cette plasticité tend à la « transposition de la forme muséale dans les domaines les plus divers », nourrit une « obsédante fidélité à une perfection révolue » (Pertué 1999 : 7-20). Plus encore, le phénomène favorise une logique centrifuge en contradiction avec le projet national et universaliste des révolutionnaires de 1789, projet fondé sur le travail savant et un choix significatif de marqueurs mémoriels. La recherche archéologique n’est évidemment pas de cette nature ; elle s’inscrit dans un temps qui n’est ni celui de la patrimonialisation, ni celui du culturel, moins encore celui du médiatique.

24L'archéologie en général est confrontée aux transformations culturelles de notre société et à la multiplication de ses attentes. L'archéologie urbaine est de plus en plus souvent remise en cause par les aménageurs publics ou privés alors que nous assistons une accélération et à une amplification sans précédent de la transformation des espaces urbains. On redécouvre l'intérêt de la ville dense pour atténuer les conséquences les plus dévastatrices de l'étalement urbain en termes d'impact environnemental ou de revalorisation de la culture urbaine. Dans les projets d'urbanisme, on propose le recours massif aux espaces souterrains, tel ce projet de « gratte-terre » de soixante-cinq niveaux imaginé dans l’emprise d’une place de Mexico (Quinton 2013 : 170-173).

25Quelle stratégie adopter alors face aux politiques d’aménagement qui touchent les milieux urbanisés anciens ? Comment arriver à « gérer le patrimoine urbain comme composante vivante de notre identité, sans l’effacer mais en le faisant évoluer en permanence au rythme des mutations sociales et technologiques… » (Cluzet 2013 : 174-175) ?

26Dans cette perspective, l’impératif pour les archéologues est bien la lisibilité de leur expérience, qui vaut celle des acteurs habituels de la ville. Ils doivent la promouvoir comme une des conditions de la transformation annoncée, si ce n’est amorcée, du milieu urbain.

Haut de page

Bibliographie

Babouin J.-F. 1999. « Le patrimoine culturel classique des communes », in : Le patrimoine culturel des communes : actes de la journée d’étude, Bourges, 28 novembre 1998, Cahiers du Laboratoire Collectivités locales, 1-1999, hors série. Orléans, Presses universitaires d’Orléans : 23-31.

Boissavit-Camus B. 1998. « Les services territoriaux, une alternative pour l’archéologie urbaine », Les Nouvelles de l’archéologie, 71 : 52-53.

Braun J.-P. & Fraisse P. 1994. « Archéologie et projet urbain », Les Nouvelles de l’archéologie, 55 : 7-11.

Chanteau J. 2013. « L’archéologie virtuelle », Médium, 35 : 95-111.

Cluzet A. 2013. « La densification, clé de survie de la ville ? », Le Monde-La Vie, hors-série : 174-175.

Galinié H. 1982. « L’archéologie urbaine », in : Archéologie urbaine : actes du colloque international, Tours 17-20 novembre 1980. Paris, Association pour les fouilles archéologiques nationales : 21-25.

Galinié H. 1994. « Potentiel archéologique urbain et évaluation», Les Nouvelles de l’archéologie, 55 : 17-19.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Tours, Maison des sciences sociales de la ville, de l’urbanisme et des paysages.

Galinié H. 2001. « Postface. La connaissance concrète d’une ville », In : J. Troadec, Recherche urbaine et archéologie préventive. Évaluation d’un patrimoine archéologique : l’îlot de l’Hôtel-Dieu à Bourges. Bourges, Ville de Bourges, Service d’archéologie municipal : 111-113.

Garmy P. 1994. « Pour une archéologie de la ville », Les Nouvelles de l’archéologie, 55 : 5-6.

Garmy P. 1999. « France », in : Rapport sur la situation de l’archéologie urbaine en Europe. Strasbourg, Conseil de l’Europe : 91-102.

Langlois G.-A. 2005. « L’historien, expert de la ville ? », Histoire urbaine, 14 : 123-130.

Pertue M. 1999. « Rapport introductif », in : Le patrimoine culturel des communes : actes de la journée d’étude, Bourges, 28 novembre 1998, Cahiers du Laboratoire Collectivités locales, 1-1999, hors série. Orléans, Presses universitaires d’Orléans : 7-20.

Quinton M. 2013. « L’ère des gratte-mer et des gratte-terre », Le Monde-La Vie, hors-série : 170-173.

Sapin C. 1993. « Étude archéologique/étude du bâti : Autun, un quartier épiscopal et canonial », Les Nouvelles de l’archéologie, 53/54 : 13-18.

Troadec J. 1998. « La gestion territoriale du patrimoine archéologique urbain », Les Nouvelles de l’archéologie, 71 : 23-24.

Trombetta P.-J. 2009. « Les fouilles de la cour Napoléon au Grand Louvre », in : J.-P. Demoule & C. Landes (dir.), La fabrique de l’archéologie en France. Paris, La Découverte : 221-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Troadec, « De l’usage contemporain de l’archéologie urbaine », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 5-8.

Référence électronique

Jacques Troadec, « De l’usage contemporain de l’archéologie urbaine », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2469 ; DOI : 10.4000/nda.2469

Haut de page

Auteur

Jacques Troadec

Service archéologique de Bourges Plus,
j.troadec@agglo-bourgesplus.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals