Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
1/Lire et comprendre la ville

L'évaluation du potentiel archéologique des villes

Une nécessité pour concilier recherche scientifique et aménagement
Amélie Laurent-Dehecq
p. 10-14

Résumés

Définir l’archéologie pour la ville soulève un certain nombre de questions dont parmi celle-ci : comment concilier l’archéologie préventive et les projets d’aménagement de la ville ? Les archives du sol et bâties sont définies comme étant des ressources non-renouvelables à préserver et, selon les points de vue, constituent un potentiel ou un risque à prendre en compte lors d’un projet d’aménagement. Dans tous les cas, il est nécessaire de pouvoir estimer et caractériser aussi précisément que possible le potentiel archéologique impacté lors d’un aménagement afin de prévoir au mieux l’investissement pour les interventions archéologiques (coût opérationnel, temps accordé à la recherche…) et le retour sur cet investissement (valorisation). Comment alors transformer l’ « aléa  archéologique » en valeur ajoutée pour une ville ? Depuis les années 1980, des réflexions ont été menées sur les pratiques de l’archéologie urbaine. Des solutions et des stratégies de recherche ont été proposées afin de concilier recherche archéologique et aménagement urbain. Le bilan de ces pratiques est encore aujourd’hui mitigé. Malgré la masse d’information archéologique acquise lors des opérations, les équipes archéologiques ont souvent peu de moyens pour les exploiter à l’échelle de la ville et pour proposer et/ou actualiser des cartes du potentiel archéologique. Ces outils d’aide à la décision sont pourtant précieux et utilisables autant par les aménageurs, les élus, les prescripteurs et les chercheurs. Quelques cas d’expériences positives menées en Région Centre ou encore à Lyon et à Bordeaux seront abordés ici.

Haut de page

Texte intégral

1Pour définir l’archéologie pour la ville, il est nécessaire de prendre en compte les pratiques archéologiques dans la ville, de la considérer comme objet d’étude en soi, et de comprendre et restituer ce potentiel archéologique en l’adaptant selon les interlocuteurs. En effet, que l’on soit archéologue, prescripteur d’opérations archéologiques, élu ou aménageur, l’objectif est le même : avoir une connaissance précise de ce potentiel. Depuis plus d’une trentaine d’années, des outils et des méthodes ont été mis en place pour fournir de réels documents d’aide à la décision, c'est-à-dire pour concilier l’archéologie et l’aménagement d’une ville.

2La valorisation de ces informations nécessite, en premier lieu, une réflexion sur ce qu’est une information utile et compréhensible sur les pratiques des sociétés dans la longue durée. Par ailleurs, elle soulève la question des moyens techniques et financiers pour les traiter et restituer.

3Avant de présenter ces outils et ces méthodes à partir d’exemples concernant les villes de la région Centre, Bordeaux et Lyon, il convient de revenir sur les bilans de l’archéologie urbaine et de ses pratiques.

L’archéologie urbaine, un bilan mitigé

4L’état de la recherche en archéologie urbaine en Europe, en particulier en France, a été dressé par des bilans successifs dressés depuis le colloque sur l’archéologie urbaine qui s’est tenu à Tours en 1980 (Archéologie urbaine 1982 ; Brulet 1989 ; Garmy 1994, 1995, 1999, 2012 et 2014 ; Galinié 1999 ; Dufaÿ 2001 ; Robert et al. 2001 ; Lorans & Rodier 2014).

5Depuis les années 1970, en France comme dans les autres pays européens, il est difficile de concilier recherche scientifique et gestion du patrimoine, intervention archéologique et politique d’urbanisme. Dans les années 1980, on a réfléchi à une approche scientifique, stratégique et raisonnée de l’archéologie urbaine, sous l’impulsion des universitaires et des collectivités. Certains archéologues préconisaient des choix et des moyens permettant de prendre en compte à la fois la recherche et la gestion du patrimoine.

6Il a ainsi été proposé :

7- de hiérarchiser les questions historiques à partir des données existantes, ce qui exige de considérer la ville comme un objet en soi et d’adopter une échelle globale afin d’appréhender le fait urbain en comparant les villes entre elles ; il est préférable de faire un choix des sites et les des villes à étudier : un échantillonnage de grandes, de moyennes et de petites villes est suggéré ;

8- de mettre au point une politique d’intervention adaptée aux projets d’aménagements urbains ;

9- de donner toute son importance au recensement des connaissances préalables à une fouille et à l'inventaire des surfaces disponibles et accessibles, c’est-à-dire à l’évaluation du potentiel archéologique ;

10- de consacrer des moyens financiers et humains suffisants pour appliquer ces principes, en créant des équipes permanentes dans les villes étudiées et des partenariats avec les urbanistes et les promoteurs.

11On constate que les bilans successifs sont plutôt mitigés et se répètent. Ils montrent l’incapacité des chercheurs à concrétiser ces propositions, pour des motifs économiques mais aussi en raison des politiques d’urbanisme et de recherche appliquées. On assiste alors aux effets négatifs de l’archéologie de sauvetage, aggravés par le manque de concertation entre acteurs du projet urbain. Elle se traduit, au mieux, par l’acquisition d’une masse d’informations en différents points de la ville, difficilement utilisables pour en acquérir une vision globale. Mais la pratique actuelle n’accorde toujours que peu de temps et de moyens pour la publication de l’ensemble des résultats et la recherche.

12Pourtant, depuis plus de trente ans, la collaboration entre les différents organismes de l’archéologie a permis de développer des programmes de recherches communs et pluridisciplinaires. On citera entre autres :

13- l'édition des documents d’évaluation du patrimoine archéologique urbain et leur informatisation sous l’impulsion du Centre national d’archéologie urbaine du ministère de la Culture (Depavf) ;

14- la constitution de groupes de recherches sur l’appréhension du sol urbain selon les disciplines qui l’étudient (archéologie, pédologie, géotechnique...), comme le groupement d’intérêt scientifique « Sol Urbain » (Barles et al. 1999 ; Breysse & Kastner 2003) ;

15- la formation d'un groupe de recherche sur la modélisation de la ville en fonction du temps, par la chrono-chorématique (Dufaÿ & Grataloup 2014).

16Le partenariat entre les archéologues et les métiers de la construction est devenu possible, comme le montre, par exemple, le projet « Riviera / Risques en villes : équipements, réseaux, archéologie », mené à Bordeaux et dans son agglomération entre 2006 et 2010. L’objectif était de créer un outil d’aide à la gestion de l’aménagement urbain qui permette d’évaluer les risques géotechniques, géologiques, hydrogéologiques et archéologiques (Thierry et al. 2006). La construction du tramway a été l’occasion de renouveler les connaissances dans chacune de ces disciplines. Une modélisation de l’épaisseur du dépôt archéologique a ainsi été proposée (Dominique 2007).

17On observe toutefois une difficulté pour les archéologues à se faire reconnaître et intégrer, notamment dans les projets nationaux soutenus par l’Agence nationale de la recherche. Celle-ci a, par exemple, lancé un appel d’offres sur la « ville durable » en 2008-2010, et on peut regretter qu’aucun des dossiers proposés par les archéologues n’ait été retenu. Inventorier, valoriser et préserver les ressources non renouvelables de la ville sont pourtant des tâches indispensables à la gestion et à l’aménagement d’une ville. De même, on peut s’étonner de ne pas voir l’archéologie représentée activement au sein du projet national sur « la contribution du sous-sol à l’urbanisme durable (Ville 10D – Ville d’idées) », financé depuis 2012 par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Son application concerne la région Île-de-France.

18La législation actuelle privilégie la pratique patrimoniale au détriment d’une démarche scientifique raisonnée du type de celle préconisée dans les années 1980. Les prescriptions de diagnostic et de fouille par les services régionaux de l'archéologie sont parfois déconnectées des problématiques scientifiques. C'est notamment le cas des prescriptions systématiques de sondages, parfois émises sans étude documentaire complète au préalable. Un bilan sur les diagnostics en milieu urbain, réalisé en 2003, a montré la nécessité d’adapter les modes d’investigation à l’état des connaissances que l’on a d'une ville (Diagnostics archéologiques 2004). L’usage du sondage mécanique est apparu trop systématique et très destructeur, notamment sur des petites surfaces. Pourtant, l’utilisation conjointe d’autres sources d’information (archives documentaires, méthodes non destructrices telles que la géophysique ou la géotechnique), permet aussi d’évaluer le potentiel archéologique. C’est pourquoi la phase d’évaluation de la valeur informative du sol urbain reste un impératif, autant pour les archéologues que pour les aménageurs, afin d'utiliser les moyens et les techniques les plus adaptés et les plus efficaces lors des investigations archéologiques.

L'évaluation du potentiel archéologique

19L’évaluation consiste à définir le potentiel archéologique réel (Pr) à partir du potentiel idéal (Pi) et des destructions massives du dépôt archéologique (D), pondéré par un facteur complexe relatif à sa qualité (Q). Ce potentiel est déterminé en fonction de la topographie (pente), l’orographie (propriété du milieu à conserver les matériaux) et l’épaisseur du dépôt archéologique. L'équation a été ainsi définie :
Pr = (Pi - D)Q (Garmy 1999).

20Pour la résoudre, il faut (Laurent & Fondrillon 2010 : 313) :

21- une mesure aussi précise que possible de l’épaisseur du dépôt archéologique ;

22- une analyse des transformations de l’espace urbanisé ancien ;

23- des hypothèses aussi détaillées que possible sur les usages de l’espace ;

24- un inventaire des destructions portées au sous-sol.

25Il faut préciser que le sens de l’évaluation est trop souvent détourné, notamment en milieu préventif, par les archéologues, soit qu'ils l’entendent comme une estimation financière des moyens d’intervention, soit qu'ils la restreignent à l’opération de diagnostic de terrain et, principalement, aux sondages à la pelle mécanique (Laurent 2007 : 13). Si l'on ne raisonne qu’en termes de volume et de surface, de coût au mètre carré, le sous-sol archéologique est considéré comme un « risque » et non comme une « valeur ajoutée » méritant d'être valorisée (Galinié 2003 : 447).

Des outils et des méthodes pour l’aide à la décision

26L’objectif principal est de passer d’une donnée ponctuelle, acquise à l’échelle d’un site ou d’un quartier, à une donnée représentative de la ville. Pour cela, des outils et des méthodes d’exploitation accessibles aux archéologues permettent de produire des informations et des représentations de la ville et du sous-sol à destination de la communauté scientifique, des prescripteurs, des aménageurs et du grand public. Que l’on soit archéologue du sous-sol ou du bâti, spécialiste de la morphologie urbaine, de la géomorphologie ou encore de la géoarchéologie, des grilles d’analyse des composantes urbaines ont été mises en place.

27Si le temps et les moyens le permettent – ce qui n’est pas vraiment le cas à l’heure actuelle –, les informations sont enregistrées dans des bases de données. Une fois géoréférencées, il est possible de les croiser à l’aide des systèmes d’information géographique. La restitution des informations se fait au moyen de représentations en plan ou en 3D, à l’échelle de l’espace urbanisé ancien ou des agglomérations actuelles. Ainsi, des modèles sont testés, calculés et mis à l’épreuve à l’occasion de la mise au jour de nouvelles données. Au final, des documents d’aide à la décision sont produits et publiés, tels que l’état de conservation du sous-sol et du bâti, des cartes de restitution de l’épaisseur du dépôt archéologique ou encore des coupes du modelé du sous-sol. Ils peuvent alors être interrogés par tous : par les aménageurs en amont de leurs projets, par les archéologues pour estimer les moyens à mettre en œuvre pour les fouilles.

Contribution de la géotechnique à l’évaluation du potentiel archéologique

28Pour illustrer ces propos, on a choisi de présenter une approche qui utilise les données géotechniques pour l’évaluation du potentiel archéologique, et notamment l’estimation de l’épaisseur du dépôt archéologique.

29Dans le cadre de travaux universitaires menés à l’université de Tours sur cette thématique, l’utilisation d’un pénétromètre dynamique léger, le Panda®, a été testée en couplant l’approche de l’archéologue et du géotechnicien (Galinié et al. 2003 ; Laurent 2007). Cet outil, employé à la base dans le génie civil, a l’avantage d’être maniable, utilisable par tous et quasiment partout, et d’être peu coûteux.

30Son principe est de mesurer la résistance de pointe (Qd en MégaPascal) que reçoit une tige en fonction de son enfoncement au coup de marteau (Laurent 2006). À l’issue des sondages, on obtient un pénétrogramme représentant la résistance (la compacité des couches) en fonction de la profondeur. L’objectif est double : distinguer le dépôt archéologique des sols géologiques et le caractériser.

31L’outil a été expérimenté dans un premier temps sur la fouille programmée du parking Prosper-Mérimée à Tours, dirigée par H. Galinié et E. Lorans (Université de Tours, Umr 7324 Citeres, Lat), puis à l’occasion de diagnostics et de fouilles préventives réalisés par l’Inrap dans la ville, de façon à créer un référentiel liant les données archéologiques aux mesures de résistance. Il est apparu que l’on pouvait distinguer les occupations humaines des dépôts naturels et proposer des hypothèses sur la caractérisation fonctionnelle des niveaux archéologiques traversés (Laurent & Fondrillon 2010).

32L’expérience a aussi été menée à Lyon, en collaboration avec le service municipal de l’archéologie, complétant ainsi le référentiel. Les données acquises par le pénétromètre ont été couplées ponctuellement à celles obtenues par un géoendoscope, grâce à un partenariat avec le laboratoire de mécanique et d’ingénieries Polytech de l’université de Clermont-Ferrand. En filmant le sous-sol à haute résolution, cet outil permet d’affiner la caractérisation des unités stratigraphiques (Laurent 2007 : 236).

33Une seconde approche, appliquée à Tours, a consisté à compléter les observations archéologiques et historiques en dépouillant les données géotechniques traditionnelles à l’échelle de l’espace urbanisé ancien. Des sondages au Panda® ont été effectués sur des surfaces disponibles et dans des zones où il y a des vides documentaires. Au total, 143 points ont été retenus afin de modéliser l’épaisseur du dépôt archéologique.

34Le modèle consiste à utiliser, au sein d’un Sig, une méthode d’interpolation spatiale adaptée à ce type de questionnement (krigeage). Ce travail s’est inspiré de ceux réalisés dans le cadre du projet Riviera à Bordeaux. En soustrayant à l'épaisseur du dépôt archéologique les destructions portées au sous-sol, on obtient une carte du potentiel archéologique (fig. 1). Une carte d’estimation du toit des alluvions a également été présentée. Ces résultats, obtenus en 2007, sont des supports d’aide à la décision exploitables par tous. Ce fut ainsi le cas lors des opérations archéologiques menées dans le cadre du projet d’aménagement du tramway de Tours en 2010 et 2011 (Papin et al. 2011 ; David 2013). Elles ont fourni de nouvelles informations qui sont venues, en retour, affiner le modèle.

35Carte d’estimation du potentiel archéologique à l’échelle de l’espace urbanisé ancien à Tours (Laurent 2007 : Pl.136)

36En 2012-2013, un travail de post-doctorat mené par un géomorphologue au sein du Lat à Tours, Eymeric Morin, sur les relations entre la dynamique de la Loire et du Cher et l'espace urbanisé tourangeau, a permis de compléter ces données et de poursuivre le dépouillement des études géotechniques à l’échelle de la plaine alluviale (Morin & Rodier 2013 ; Morin et al. 2013). Les données ont été enregistrées dans une base de données sédimentaires et traitées à l’aide d’un Sig (environ 1 310 points). Des restitutions du modelé des formations géologiques, ainsi qu’une carte d’estimation du dépôt archéologique ont été produites avec le même objectif de servir d’outils de recherche et d’aide à la décision (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Modèle géostatistique de l’épaisseur des dépôts anthropiques de la plaine alluviale de Tours (Morin et al. 2013)

37À Bourges, le Sra du Centre a prescrit en 2013 plusieurs diagnostics sur des petites surfaces, en demandant la réalisation au cas par cas de sondages complémentaires au Panda®. En collaboration avec l’équipe archéologique de Bourges-Plus, ils ont été implantés après le passage de la pelle mécanique, en suivant le transect d’étude et dans les zones où elle ne pouvait aller. Au moins un sondage a été réalisé en bord d’une coupe de façon à étalonner les mesures. À l’aide du référentiel, les résultats ont permis de répondre à des questions précises sur les problèmes de gestion de pente dès l’Antiquité, et d’affiner les hypothèses de travail sur la répartition spatiale des espaces occupés (Fondrillon 2013 ; Maçon 2013). Toujours à Bourges, sur le site d’Avaricum, le Panda® a été employé pour compléter le référentiel et estimer l’épaisseur des niveaux antiques, alors que la fouille s'était arrêtée juste dessus (Fondrillon & Marot 2014).

38Des sondages ont également été effectués au château de Gien (Loiret) pour compléter les informations sur le modelé de l’éperon rocheux et pour aider à hiérarchiser l’ouverture de sondages manuels (Bizri et al. 2012).

39Enfin, le Panda est utilisé dans le cadre de projets thématiques programmés, tels que l’évaluation des villes de Bourges (Fondrillon et al. 2014) et de Blois. Il contribue, avec d’autres approches telles que l'étude du bâti, la stratigraphie, la géomorphologie et la géophysique, à répondre aux questions de reconnaissance et de caractérisation des sols.

Conclusion

40Malgré un bilan mitigé sur les pratiques de l’archéologie en ville, des expériences récentes montrent la contribution importante qu’apporte l’archéologie au développement d’une ville.

41Concilier l’archéologie et l’aménagement urbain est possible, à condition de réunir les moyens nécessaires pour évaluer le potentiel archéologique et mettre à jour les connaissances, au-delà de l'urgence des opérations préventives. Les archéologues, en complément des études documentaires classiques, peuvent utiliser des outils et des méthodes empruntés aux sciences de la terre pour produire des supports d’aide à la décision exploitables par tous.

42Reste encore à définir les stratégies et le discours qui leur permettent de s’intégrer pleinement dans les projets d’aménagement urbain, dans une perspective de valorisation durable du patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Archéologie urbaine. 1982. Archéologie urbaine. Actes du colloque International de Tours, 17-20 novembre 1980. Paris, ministère de la Culture.

Barles S., Breysse D., Guillerme A. & Leyval C. 1999. Le sol urbain. Paris, Economica/Anthropos (coll. Villes).

Bizri M. et al. 2012. Rapport intermédiaire de diagnostic archéologique, musée international de la Chasse, château de Gien, avril 2011-juin 2012, Service archéologie du Conseil général du Loiret.

Breysse D. & Kastner R. (dir.). 2003. Sols urbains. Paris, Hermes Science/Lavoisier (Mécanique et ingénierie des matériaux).

Brulet R. 1989. « Archéologie et Aménagement, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 1988 », Les Cahiers de l'urbanisme, 7.

Fondrillon M. 2013. Rapport de diagnostic, « rue des Juifs », Bourges (Cher, Centre). Bourges, Service archéologique Bourges-Plus, Sra région Centre.

Fondrillon M., Augier L., Laurent A. & Rolland X. 2014. « Évaluation et modélisation du potentiel archéologique urbain à Bourges », in : E. Lorans & X. Rodier dir., Archéologie de l'espace urbain. Tours/Paris, Pufr/Cths (Villes et territoires).

Fondrillon M. & Marot E. 2014. Un quartier de frange urbaine à Bourges (ier s. ap. J.-C.-xxe s.). Les fouilles de la ZAC Avaricum, 2 vol. Tours, Bourges-Plus/Feracf (Revue archéologique du Centre de la France/Bituriga ; 48e suppl.)

David S. (dir.). 2013. Tours, Tramway, fouilles de la rue Nationale et de la place Jean-Jaurès - Un espace de circulation antique. Rapport final d’opération, Orléans, Inrap Centre-Île-de-France/Sra Centre.

Diagnostics archéologiques… 2004. Diagnostics archéologiques en milieu urbain, objectifs, méthodes et résultats. Actes de la table ronde organisée par la sous-direction de l’archéologie et le Centre national d’archéologie urbaine, Tours, 6 et 7 octobre 2003. Tours, Centre national d’archéologie urbaine.

Dominique S. 2007. Modélisation géologique pour l’évaluation du potentiel archéologique et du risque géotechnique, xxve rencontres universitaires de génie civil 2007 - Prix René Houpert, 8 p.

Dufaÿ B. 2001. « Quel avenir pour la carte archéologique urbaine ? Éléments de réflexion », Les Nouvelles de l'archéologie, 85 : 37-49.

Dufaÿ B. & Grataloup C. 2014. « Des villes à la ville », in : E. Lorans & X. Rodier dir., Archéologie de l'espace urbain. Tours/Paris, Pufr/Cths (Villes et territoires) : 383-393.

Galinié H. 1999. « Enjeux en archéologie urbaine », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 16 : 13-15.

Galinié H. 2003. « Lire les archives du sol en villes », in : D. Breysse & R. Kastner dir., Sols urbains. Paris, Hermes Science/Lavoisier (Mécanique et ingénierie des matériaux) : 447-455.

Galinié H., Laurent A., Rodier X., Breysse D., Houy L., Niandou H. & Breul P. 2003. « Utilisation du pénétromètre dynamique de type Panda en milieu urbain pour l’évaluation et la caractérisation du dépôt archéologique », Revue d’archéométrie, 27 : 15-26.

Garmy P. (dir.). 1994. « Pour une archéologie de la ville », Les Nouvelles de l’archéologie, dossier « Archéologie de la ville », 55 : 5-56.

Garmy P. 1995. « État de la recherche française en archéologie urbaine : éléments pour un bilan 1986-1993 », Les Nouvelles de l’archéologie, dossier « Archéologie de la ville », 59 : 47-51.

Garmy P. 1999. « France », in : H. Sarfatij & P. Melli (dir.), Rapport sur la situation de l’archéologie urbaine en Europe. Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe (coll. Patrimoine culturel) : 91-102.

Garmy P. 2012. Villes, réseaux et systèmes de ville - Contributions de l’archéologie. Paris, Errance.

Laurent A. 2006. « Un outil de prospection géotechnique en milieu urbain : le Panda», in : A. Ferdière (dir.), La prospection. Paris, Errance (coll. Archéologiques) : 220-222.

Laurent A. 2007. Évaluation du potentiel archéologique du sol en milieu urbain. Thèse de doctorat en histoire spécialité archéologie, Tours, Université de Tours, 4 vol. [en ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00214256].

Laurent A. & Fondrillon M. 2010. « Mesurer la ville par l’évaluation et la caractérisation du sol urbain : l’exemple de Tours », Revue archéologique du Centre de la France, tome 49 | 2010 [en ligne : http://racf.revues.org/1485].

Lorans E. & Rodier X. (dir.). 2014. Archéologie de l'espace urbain. Tours/Paris, Pufr/Cths (Villes et territoires).

Maçon P. 2013. Rapport de diagnostic, « rue du Bon Pasteur », Bourges (Cher, Centre). Service archéologique Bourges-Plus, Service régional de l’archéologie, région Centre.

Morin E. & Rodier X. 2013. Projet « Relations entre la dynamique de la Loire et du Cher et de l’espace urbanisé tourangeau ». Rapport final, Université de Tours – Umr 7324 Citeres, Laboratoire archéologie et territoires.

Morin E., Rodier X., Laurent-Dehecq A. & Macaire J.-J. 2013. « Évolution morphologique et sédimentaire de la plaine alluviale d’un espace urbanisé (Tours, Indre-et-Loire, France) », Revue archéologique du Centre de la France, tome 52 | 2013 [mis en ligne le 31 décembre 2013 : http://racf.revues.org/1985].

Papin P., Hirn V. & Vanhove C. 2011. Joué-lès-Tours – Diagnostic de la première ligne de tramway de l’agglomération tourangelle. Rapport final d’opération, Orléans, Conseil général d’Indre-et-Loire, Service régional de l’archéologie du Centre, 2 vol.

Robert S. et al. 2001. « Archéologues et aménageurs, un partenariat pour demain : musée des Beaux-Arts de Lyon, 5-6 février 2001 », Les Nouvelles de l'archéologie, 86 : 12-16.

Thierry et al. 2006. Le projet Riviera « Risques en ville : équipements, réseaux, archéologie » : résultats, bilan et conclusions. Rapport final. Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, service Aménagement et risques naturels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 2
Légende Modèle géostatistique de l’épaisseur des dépôts anthropiques de la plaine alluviale de Tours (Morin et al. 2013)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Laurent-Dehecq, « L'évaluation du potentiel archéologique des villes », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 10-14.

Référence électronique

Amélie Laurent-Dehecq, « L'évaluation du potentiel archéologique des villes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2478 ; DOI : 10.4000/nda.2478

Haut de page

Auteur

Amélie Laurent-Dehecq

Service archéologie préventive, Conseil général du Loiret. Chercheuse associée au laboratoire Archéologie et territoires (Umr 7324 Citeres, Université de Tours),
amelie.laurent@loiret.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals