Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
1/Lire et comprendre la ville

L'atlas topographique de Lugdunum

Un outil de recherche et de valorisation des données archéologiques
Michel Lenoble et Luc Françoise-dit-Miret
p. 14-17

Résumés

Le programme collectif de recherche Atlas topographique de Lyon antique, lancé en 2001, a adopté pour sa forme et sa mise en œuvre, les normes et la méthodologie initiées par le Pcr inter-régional « Atlas topographique des villes de Gaule méridionale ». Ce programme de recherche a également pour ambition de constituer un outil de gestion scientifique de l'archéologie sur le territoire de Lyon en apportant une aide à la prescription archéologique. L’emprise urbanisée de Lugdunum atteint aux ier et iie siècles après J.-C. environ 330 ha, ce qui correspond pour l'atlas à un découpage d'environ 72 feuilles au format A3, au 1/1000, qui couvrent l’emprise de la ville antique et de sa proche périphérie. La publication de l'atlas de Lyon antique est prévue en plusieurs volumes. Le premier, consacré à la ville haute de Lugdunum, colline de Fourvière, comprend 13 feuilles au 1/1000 et couvre une emprise de 80 à 90 ha. Le second volume, qui présente la presqu'île et les quartiers fluviaux, comprend 28 feuilles. Le troisième volume traitera du suburbium, des abords de la ville et des espaces funéraires. Un quatrième volume regroupera les vestiges de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Age. L'équipe du Pcr lyonnais est multi-institutionnelle ; elle regroupe actuellement une trentaine de chercheurs : Cnrs, Université, Inrap, Collectivités (Conseil général du Rhône, Service archéologique municipal de Lyon, musées), opérateurs privés d'archéologie, ministère de la Culture (Drac-Sra) et chercheurs bénévoles… Les notices des fouilles et des découvertes sont analysées successivement suivant diverses thématiques : enceinte urbaine, installations portuaires, voiries et urbanisme, aménagements hydrauliques, monuments publics, habitations, commerce et artisanat, nécropoles et indices funéraires.... Les interprétations émises à la lumière des connaissances d’aujourd’hui sont ensuite validées collégialement au cours de séances de travail réunissant les différents chercheurs. Elles permettent d'entreprendre des synthèses renouvelées sur la ville et des problématiques scientifiques actualisées, qui peuvent ensuite être vérifiées dans le cadre de l'archéologie préventive. À Lyon, les travaux d’aménagement ont été extrêmement nombreux depuis les années 1980. Depuis cette date, plus de 833 opérations toutes périodes confondues ont été mises en œuvre sur le territoire de la ville et pour leur grande majorité, elles l’ont été dans le cadre de l’archéologie préventive. Il devenait indispensable que des études archéologiques de synthèse soient mises en œuvre afin de dresser un état renouvelé des connaissances. Il convenait de dépasser le stade de l’acquisition des données pour passer à celui du bilan de la recherche et de l'état des connaissances. Le lancement du Pcr atlas, a permis de réunir les chercheurs appartenant aux diverses équipes impliquées dans l’archéologie lyonnaise. L’analyse des données et leurs interprétations collégiales au cours de séances de travail offrent un lieu d’émulation et d’échanges, source de travaux de synthèses et de publications et créé du lien social entre les institutions et les chercheurs.

Haut de page

Texte intégral

1En 1997, la sous-direction de l’archéologie du ministère de la Culture a demandé au service régional de l'archéologie de Rhône-Alpes de dresser un bilan des publications des fouilles préventives et des sauvetages urgents réalisés à Lyon depuis les années 1980. Il en est ressorti que la plupart des fouilles menées sur le territoire de la ville avaient fait l'objet d'un nombre assez conséquent d'articles dans des revues régionales, mais aussi de monographies, notamment dans les Documents d'archéologie en Rhône-Alpes (Dara).

2Toutefois, l’enquête a mis en évidence l'absence d’études archéologiques de synthèse récentes menées sur le territoire de Lyon. On rappellera pour mémoire deux ouvrages qui ont fait longtemps références : Lyon, Métropole des Gaules (Wuilleumier 1953), puis Essai sur la topographie de Lugdunum, publié en 1956, et réédité à plusieurs reprises jusqu’en 1964 (Audin 1964). Nous ne porterons pas un regard trop critique sur ces deux ouvrages qui ont marqué leur période et qui, surtout pour le second, avaient souvent un caractère surinterprétatif, voire parfois visionnaire, que l’archéologie d’aujourd’hui ne peut se permettre. Quoi qu’il en soit, ces ouvrages avaient surtout pour ambition de dépeindre la grandeur de Lyon antique, à l’image d’une capitale de province ou de Rome.

3C’est à la suite de ce bilan sur l'état des publications que la mise en œuvre de deux ouvrages de synthèse a été décidée. Ce fut tout d'abord, dans la collection Carte archéologique de la Gaule dirigée par Michel Provost, le volume consacré à Lyon (Le Mer & Chomer 2007). En 2001 fut mis en chantier un programme collectif de recherche (Pcr) autorisé et subventionné par le ministère de la Culture : Atlas topographique de Lyon (Lenoble et al. 2001-2013). Cet atlas avait pour projet de rassembler une trentaine de chercheurs des diverses institutions travaillant sur Lyon autour d'un programme fédérateur : Cnrs, Université, Inrap, collectivités (Conseil général du Rhône, service archéologique municipal de Lyon, musées), opérateurs privés d'archéologie, ministère de la Culture (Drac-Sra) et chercheurs bénévoles. Ce Pcr est rattaché à l’Umr 5138 Archéologie et archéométrie et s'intègre à l'un de ses axes de recherches, « Ville et territoire de l'oppidum à la Colonie », ce qui lui offre un lieu d'échange et d'ouverture avec les chercheurs impliqués sur des programmes de recherche analogues sur d'autres territoires.

4L'atlas a été conçu au départ comme un atlas urbain, avec pour ambition de prendre en compte toutes les périodes du développement historique de la ville. Cela explique qu’il ait été découpé initialement en 230 feuilles au 1/1 000 (chaque feuille couvrant un peu plus de 10,5 ha), regroupant l'ensemble des opérations archéologiques réalisées sur le territoire lyonnais, toutes périodes confondues. À ce jour, seul l’atlas concernant la période antique a été mis en œuvre. On a adopté, pour sa forme et sa mise en œuvre, les normes et la méthodologie initiées par le Pcr interrégional « Atlas topographique des villes de Gaule méridionale » actuellement coordonné par Marc Heijmans. Trois atlas topographiques concernant des chefs-lieux de Narbonnaise ont été à ce jour publiés dans les suppléments à la Revue archéologique de Narbonnaise : Aix-en-Provence, Fréjus, Saint-Paul-Trois-Châteaux.

5La mise en œuvre de cet atlas avait aussi pour ambition de constituer un outil de gestion scientifique de l'archéologie sur le territoire de Lyon, en apportant une aide à la prescription archéologique. C'est ainsi que, outre l’atlas lui-même, une base de données archéologiques spécifique à la ville de Lyon a été constituée ; elle a été complétée par une base dédiée aux demandes d'urbanisme qui compte près de 5 000 entrées à ce jour.

Le site de Lugdunum

6Le site de Lyon est complexe, car composé d'entités géographiques distinctes – collines de Fourvière et de la Croix-Rousse, plateau du Point du Jour, plaine alluviale du Rhône, plaine de Vaise… –, séparées par les cours du Rhône et de la Saône et leur confluence. À cette complexité géographique s'ajoute l’existence de secteurs anciens mentionnés dans les sources ou par les inscriptions antiques, dont les statuts sont mal connus. On citera celui du sanctuaire fédéral et de l'amphithéâtre des Trois Gaules, les Canabae, le pagus de Condate (Le Mer & Chomer 2007 : 312).

7Quoi qu'il en soit, l’emprise urbanisée de Lugdunum, définie par la localisation des vestiges de constructions antiques et celle des espaces funéraires, atteint aux ier et iie siècles après J.-C. environ 330 ha, ce qui correspond pour l'atlas à un découpage d'environ soixante-douze feuilles au 1/1 000, qui couvrent l’emprise de la ville antique et de sa proche périphérie. À titre de comparaison, Lyon au ier siècle-début iie siècle ap. J.-C. a sensiblement la même superficie que Narbonne (300 à 350 ha), ou Vienne (300 ha). Hormis Nîmes (220 ha), la plupart des chefs-lieux antiques de Gaule méridionale (Aix, Arles, Orange, Fréjus ou Valence) n'atteignent que 30 à 60 hectares.

La publication de l'atlas topographique de Lugdunum

8La publication de l'atlas de Lyon antique est prévue en plusieurs volumes. Le premier est consacré à la ville haute de Lugdunum, localisée sur la colline de Fourvière ; il comprend treize feuilles au 1/1 000 et couvre une surface de 80 à 90 ha ; son manuscrit devrait être achevé en 2015. Ce premier volume sera accompagné de textes introductifs et d'éléments de synthèse sur la ville antique : historiographie, géographie du site, Lyon dans l'histoire, les sources grecques et latines, trames et réseaux urbains, réseaux hydrauliques, architectures domestiques, monuments publics…

9Le second volume est consacré à la presqu'île et aux quartiers fluviaux, au pied des collines ; il comprend vingt-huit feuilles. Également en cours de réalisation, il est moins avancé que le premier. Le troisième volume traitera du suburbium, des abords de la ville et des espaces funéraires. Un quatrième volume regroupera les vestiges de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Les volumes correspondant aux périodes médiévales et modernes, s'ils sont un jour mis en œuvre, devraient reprendre partiellement le découpage adopté pour l'atlas antique. Mais ce projet demande des adaptations d'échelle et d'analyse par rapport à celles des atlas antiques, notamment parce qu’il ne se limite pas à des découvertes archéologiques, mais doit aussi prendre en compte de nombreux documents d'archives.

Une méthode d'analyse et d'interprétation collégiale des vestiges

10Selon les principes de travail mis en place par le Pcr Atlas des villes de Gaule méridionale, les différentes notices des fouilles et des découvertes sont structurées successivement suivant diverses thématiques : enceinte urbaine, installations portuaires, voirie et urbanisme, aménagements hydrauliques, monuments publics, habitations, commerce et artisanat, nécropoles et indices funéraires... C’est ainsi que nombre de données archéologiques dispersées ont pu être rassemblées. Certaines n’avaient pas fait l’objet de rapport, elles ont été intégrées aux notices de sites des feuilles de l’atlas. Les nouvelles interprétations émises à la lumière des connaissances d’aujourd’hui sont ensuite validées collégialement au cours de séances de travail plénières réunissant les différents chercheurs.

11Ces principes d'analyse permettent d'entreprendre des synthèses renouvelées sur la ville. Ils nourrissent ainsi des problématiques scientifiques actualisées, pouvant ensuite être vérifiées dans le cadre des cahiers des charges des prescriptions d’archéologie préventive. Les données recueillies peuvent alors alimenter la base informatisée du service archéologique de la ville de Lyon (Sig Alias) et celle de la carte archéologique nationale Patriarche du ministère de la Culture. Elles ouvrent de multiples champs de réflexion, tant pour les problématiques de terrain que pour les études de synthèse. Ainsi, on notera qu’actuellement trois thèses sont développées à l’Université de Lyon par des doctorants, membres de l’atlas : architecture domestique, suburbium et territoire, réseaux hydrauliques.

Un exemple de problématique développée dans le cadre du Pcr : les trames urbaines antiques

12La cartographie et l'analyse détaillées de l’ensemble des vestiges mis au jour et observés sur le territoire de la ville ont permis de mettre en évidence l'existence de différentes trames ou de réseaux d’urbanisme à l'époque antique (fig. 1), même si leurs étendues et leurs limites respectives sont encore loin d'être précisément définies.

13Sur le plateau de la Sarra, qui constitue la partie sommitale de la colline de Fourvière, la trame urbaine antique est orientée entre NL 23° et 27° ouest (trame A). Certains tronçons de voirie permettent des restitutions de rues sur plusieurs centaines de mètres. Tel qu'il a été observé sur les fouilles du « Verbe Incarné » ou du pseudo-sanctuaire de Cybèle (Desbat 2005 ; Thirion 2005), le maillage urbain primitif, qui remonte à la fondation de la colonie de Lyon par Munatius Plancus en 43 av. J.-C., pouvait être constitué d'îlots carrés de 120 pieds de côté (35 m), soit un actus, à l'exemple de Nyon, colonie également fondée par Munatius Plancus entre 50 et 44 av. J.-C. Mais l'adoption systématique de ce plan orthonormé n'a été vérifiée que partiellement. Le plus souvent, c'est la présence d'îlots rectangulaires doubles (actus duplicatus) qui a été constatée sur le terrain, comme c’est le cas à Fréjus (Rivet 2013).

14À Fourvière, une seconde trame, sur laquelle s’appuient l’odéon, les thermes et les vestiges du forum supposé est orientée à NL 7° à 10° est (trame B). Située en léger contrebas du plateau de la Sarra, elle couvre tout le rebord oriental de la colline de Fourvière, du nord au sud. Elle est séparée de la trame A par le vallon de la Chana au nord et par le rebord du plateau de Fourvière au sud-est. Le forum présumé, situé à l’emplacement de la basilique de Fourvière, s’appuie sur cette même trame et se trouve ainsi désaxé par rapport à la trame A ; de ce fait, il semble difficile qu’il corresponde au forum de la colonie primitive (Desbat 2010 : 173). On ne connaît pas la dimension des îlots urbains dans leur axe nord-sud ; en axe est-ouest, ils paraissent mesurer un peu plus d'une quarantaine de mètres.

Fig. 1

Fig. 1

Plan de Lyon au iie siècle après J.-C. : emprise de l'espace urbanisé et principaux monuments publics ; A, B, C, D, E : principales trames urbaines, voies (cartographie et DAO : Michel Lenoble, février 2014).

15Une autre orientation, à NL 12° ouest (trame C), est localisée sur le rebord méridional de la terrasse de Fourvière ; elle est adoptée par les boutiques alignées sur la rue située derrière l'odéon. On ne connaît pas encore son extension vers l'ouest mais elle semble se développer jusqu'à l'actuel couvent de la Visitation (Brouillaud 2011). Sa reconnaissance est un des objectifs des recherches archéologiques à venir sur ce secteur.

16En ce qui concerne la mise en place et l'évolution des rues, les fouilles menées sur la colline de Fourvière, parfois sur des surfaces importantes, notamment au « Verbe Incarné », à l'emplacement du pseudo-sanctuaire de Cybèle ou dans le clos de l’hôpital de Fourvière, ont permis d’observer la mise en place d’un premier réseau d’adduction dès l’époque augustéenne. Elles permettent également d’affirmer que, dès le début du ier siècle, certaines rues étaient revêtues de dalles de granite. Pour la même époque, on note la présence d’égouts voûtés enterrés dans l’axe de la chaussée.

17Pour la ville basse, on possède beaucoup moins d’informations archéologiques que pour la ville haute. Sur le flanc méridional de la colline de la Croix-Rousse, où se situent les vestiges de l’amphithéâtre et l’emplacement présumé du sanctuaire fédéral des Trois Gaules, et dans la partie nord de la presqu’île, des Terreaux jusqu’aux Jacobins, on dispose à ce jour d'informations archéologiques permettant de dégager une orientation de l'urbanisme antique entre NL 5° et 10 ouest (trame D).

18Dans la partie sud de la presqu’île, une orientation différente de celle du nord a été observée, avec une majorité de vestiges antiques orientés entre NL 20° et 26 est (trame E). On précisera qu’à l’époque antique, la presqu’île était moins étendue qu’aujourd’hui : la confluence de la Saône et du Rhône se faisait à la hauteur du quartier d’Ainay.

19On notera également que la transition entre les trames urbaines antiques observées dans les parties nord et sud de la presqu’île ne se fait pas, comme on pouvait le penser, à la hauteur de l'actuelle place Bellecour, interprétée comme une zone insalubre à l’époque antique en raison de la persistance de bras actifs du Rhône traversant la presqu'île pour rejoindre la Saône, mais au nord de cette place, au sud des Jacobins. L’existence de ces deux trames urbaines pourrait s’expliquer, au moment de la mise en place de l’urbanisation, par la continuité de la partie nord de la presqu’île avec le territoire de Condate, qui était situé au bas des pentes de la Croix-Rousse (Desbat 2010 : 178).

20Il est intéressant d’observer que le parcellaire tel qu’il est représenté sur le plan cadastral napoléonien conserve sommairement les deux orientations principales de l'Antiquité. Ainsi, au nord de la presqu’île, de la rue Gentil jusqu’aux Terreaux, les parcelles, plutôt étroites et laniérées, sont orientées à NL 20° ouest. Un peu plus au sud, de la rue du Plat d’Argent jusqu’à Saint-Nizier, elles sont orientées à NL 8,5° ouest. Dans la partie sud de la presqu’île, dans le quartier de l’Hôtel-Dieu et aux abords d’Ainay, elles sont orientées de NL 22° à 26° est et de plus grandes dimensions qu’au nord. On observe donc que le changement d’orientation sur le cadastre napoléonien se fait à hauteur de la place de l’Hôpital, là où arrivait au Moyen Âge la rue débouchant du pont sur le Rhône. Ce pont est mentionné dès 1185 (Burnouf 1991).

Conclusions

21À Lyon, les travaux d’aménagement ont été extrêmement nombreux. Depuis les années 1980, plus de 833 opérations, toutes périodes confondues, ont été mises en œuvre sur le territoire de la ville et, pour leur grande majorité, elles l’ont été dans le cadre de l’archéologie préventive.

22Il devenait indispensable que des études archéologiques de synthèse soient mises en œuvre afin de dresser un état renouvelé des connaissances. Il convenait de dépasser le stade de l’acquisition des données pour passer à celui du bilan de la recherche et de l'état des connaissances. La réalisation du volume lyonnais de la Carte archéologique de la Gaule a permis tout d'abord de rassembler l'ensemble des découvertes faites depuis de nombreuses années sur le territoire de la ville (Le Mer & Chomer 2007).

23Puis, à partir de 2001, le lancement du Pcr Atlas a permis de réunir les chercheurs appartenant aux diverses équipes impliquées dans l’archéologie lyonnaise. L’analyse des données et leur interprétation collégiale au cours de séances de travail offrent un lieu d’émulation et d’échanges, source de travaux de synthèses et de publications. Elles créent du lien entre les institutions et les chercheurs, en rompant l’isolement de certains. Les attendus scientifiques des prescriptions d’archéologie préventive émises sur les projets d’aménagement s’en trouvent pleinement validés.

Haut de page

Bibliographie

Audin A. 1964. Essai sur la topographie de Lugdunum. Lyon.

Burnouf J. 1991. Le pont de la Guillotière, franchir le Rhône à Lyon. Lyon (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, n° 5).

Le Mer A.-C. & Chomer C. 2007. Lyon. Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des sciences de l'Homme, Paris/Ville de Lyon (Carte archéologique de la Gaule, volume 69/2).

Brouillaud S. 2011. Lyon 5e, 21bis-23 rue Roger Radisson, tranche 1. Rapport de diagnostic, Inrap Rhône-Alpes.

Desbat A. 2005. Lugdunum : naissance d’une capitale. Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon Fourvière. Gollion, In Folio éditions.

Desbat A. 2010. « Nouvelles données sur la topographie de Lugdunum », in : Simulacra Romae II : Rome, les capitales de provinces et la création d’un espace communautaire européen, une approche archéologique, Actes du colloque de Reims, 19-21 novembre 2008. Reims, Société archéologique champenoise (coll. Mémoires 19) : 171-183.

Lenoble et al. 2001-2013. Pcr Atlas topographique de Lyon antique. Rapports annuels Drac Sra Rhône-Alpes.

Rivet L. 2013. « Forum Julii, variations sur une trame urbaine », in : Dossiers d’archéologie, hors-série n° 25 : 12-14.

Thirion P. 2005. « La première trame urbaine du plateau de la Sarra », in : Lugdunum : naissance d’une capitale, catalogue d’exposition musée gallo-romain de Lyon Fourvière. Gollion, In Folio éditions : 69-75.

Wuilleumier P. 1953. Lyon, métropole des Gaules. Paris, Les Belles Lettres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan de Lyon au iie siècle après J.-C. : emprise de l'espace urbanisé et principaux monuments publics ; A, B, C, D, E : principales trames urbaines, voies (cartographie et DAO : Michel Lenoble, février 2014).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lenoble et Luc Françoise-dit-Miret, « L'atlas topographique de Lugdunum », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 14-17.

Référence électronique

Michel Lenoble et Luc Françoise-dit-Miret, « L'atlas topographique de Lugdunum », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2480 ; DOI : 10.4000/nda.2480

Haut de page

Auteurs

Michel Lenoble

Service régional de l'archéologie, Drac Rhône-Alpes,
michel.lenoble@culture.gouv.fr

Luc Françoise-dit-Miret

Service régional de l'archéologie, Drac Rhône-Alpes,
luc.miret@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals