Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
1/Lire et comprendre la ville

Les marges des villes médiévales et du début de l’époque moderne et leurs échos dans le périurbain actuel

Outils d’analyse et concepts pour une meilleure compréhension des « banlieues »
Catherine Xandry
p. 30-34

Résumés

Que cela soit hier ou aujourd’hui, les abords immédiats de la ville restent bien souvent considérés comme une nébuleuse floue, mal délimitée et mal définie. Le grand nombre de termes qui s’y rapportent (suburbain, banlieue, faubourgs, périurbain, rurbain…) montrent bien la difficulté à déterminer un concept sur cet espace. En quoi l’étude des abords des villes de l’époque médiévale et moderne peut-elle alors aider à appréhender ce problème qui intéresse des chercheurs de nombreuses disciplines (historiens et archéologues, mais aussi urbanistes, géographes et sociologues) ? Il s’agit de replacer la ville actuelle dans une dynamique d’évolution. La ville actuelle (et donc ses abords) est l’héritière, dans ses formes, de la ville (et de ses abords) médiévaux, la compréhension du passé aidant à la compréhension de l’état actuel. Il ne s’agit pas uniquement de réaliser un inventaire des structures passées mais d’en dégager une organisation et un processus d’évolution où la ville actuelle trouve sa place. Sans vouloir forcément résoudre ce problème, cet article a pour but de proposer des pistes de recherche et de présenter les abords de l’époque médiévale comme un champ d’expérience d’outils qui pourraient être appliqués à l’époque actuelle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui comme hier, les abords immédiats de la ville sont souvent mal délimités et mal définis. Le grand nombre de termes qui s’y rapportent (suburbain, banlieue, faubourgs, périurbain, rurbain…) montre la difficulté à les définir par un concept. En quoi l’étude des abords des villes de l’époque médiévale et moderne peut-elle alors aider à appréhender ce problème qui intéresse historiens et archéologues mais aussi urbanistes, géographes et sociologues ? Il s’agit de replacer la ville actuelle dans une dynamique d’évolution puisque sa morphologie est composée des héritages successifs des périodes antiques, médiévales et modernes. L’étude du passé aide à la compréhension de l’état actuel si, outre un inventaire des anciennes structures, elle porte sur son organisation et son processus d’évolution.

2Après un rappel de ces questions de définition, cet article présente la ville médiévale et moderne comme un champ d’expérience pour l’élaboration d’outils pouvant être appliqués à l’époque actuelle. Il s’appuie sur la méthodologie mise en place dans le cadre de la thèse intitulée Organisation d’un territoire aux abords de la ville. Le cas de Metz, Strasbourg et Reims du début du xiiie siècle au milieu du xviiie siècle (Xandry 2013). Enfin, à travers le cas de Strasbourg, sont abordées les résonances du passé subsistant aux abords des villes actuelles.

Les abords de la ville : quel terme employer ?

3Le choix du terme adéquat pour désigner les abords de la ville, dans le langage courant ou dans la recherche, est extrêmement délicat. Cette notion même « d’abords » est floue, comme en témoigne le grand nombre de mots qui viennent à l’esprit sitôt que l’on s’intéresse à cet espace jouxtant la ville. Très vite, le chercheur est perdu dans une jungle de dénominations dont aucune n’a de définition claire et pouvant parfois être synonymes. Ainsi note-t-on, parmi bien d’autres : conurbation, banlieue, périurbain, marges, Zpiu (zone de peuplement industriel et urbain) et rurbain pour l’époque contemporaine ; faubourg, suburbium, banlieue, territoire, arrière-pays, plat pays en France, contado en Italie et Hinterland en Allemagne pour les périodes historiques.

4La difficulté à attribuer à chaque mot une définition stricte a entraîné des confusions, un même terme pouvant désigner deux entités différentes, et deux termes différents pouvant correspondre à un même objet d’étude. L’arrière-pays peut, ainsi, être appelé territoire, mais ce dernier peut également désigner la banlieue, pouvant elle-même être confondue avec le suburbium ou les faubourgs (qui ne sont pas le territoire).

5Actuellement, « banlieue » est l’un des termes les plus employés. Il désigne « le territoire urbanisé qui entoure une ville et […] représente une occupation systématique presque continue de l’espace » (Merlin & Choay 1988). Partant de cette définition, il serait facile de penser qu’« étudier l’espace situé entre la ville intra-muros et le plat pays » revient à « étudier la banlieue de cette ville ». Or, cette démarche soulève deux écueils. Tout d’abord, le mot de « banlieue » est aujourd’hui connoté péjorativement ; ensuite, notre définition contemporaine ne correspond pas à celle des époques médiévale et moderne.

6Les images qu’évoque ce mot dans notre subconscient sont nombreuses. On a ainsi tendance à lui attribuer des caractéristiques : banlieue industrielle du xixe siècle, ou encore banlieue résidentielle, banlieue verte, banlieue ghetto… Par exemple, en janvier 2013, sur le site du catalogue des bibliothèques de l’Université de Strasbourg, dans une recherche ayant comme critère : « le mot du titre doit contenir “banlieue” », 116 réponses sur 123 traitent de la banlieue du xixe ou du xxe siècle. De même, en mars 2013, sur le site du Sudoc, alors qu’une recherche simple « mot du titre devant contenir "banlieue" » donne 1 714 résultats, cinq seulement sont obtenus lorsque la recherche est restreinte à « sujet : Moyen Âge ». Dans la plupart des cas, les mots associés dans le titre au terme « banlieue » sont généralement : peur, ghettos, parias, ségrégation, marge, crise, sensible, dérive, fracture sociale, intégration, relégation… Un livre propose même une ethnographie de la banlieue, d’autres un kit de survie dans les banlieues allemandes ou une explication des codes, rites et langages des banlieues. Ceci est révélateur de ce que véhicule ce terme aujourd’hui, notamment en France.

7Cette façon de percevoir la banlieue aujourd’hui entraîne un a priori, souvent faux, sur ce qu’elle était avant la Révolution française : les banlieues sont un espace construit autour de la ville, né avec l’ère industrielle. Cela suppose que la campagne s’y déployait auparavant. La banlieue de l’époque médiévale et moderne est souvent présentée comme une simple interface, mal délimitée, entre la ville et la campagne. Par exemple, dans l’ouvrage de Lewis Mumford intitulé La cité à travers l’histoire (1964), l’auteur considère que la banlieue d'Ancien Régime consistait en un espace de récréation et de repos, où les habitants de la ville polluée et bruyante allaient se reposer et pratiquer des activités saines dans une atmosphère salubre, loin de la ville enfumée et surpeuplée. Il passe sans transition de l’installation de quelques monastères suburbains aux alentours de l’an mil à une vision romantique d’une banlieue au xviiie siècle faite de parcs et de jardins. Bernard Chevalier, quant à lui, dans son ouvrage Les bonnes villes de France (1982), parle de la banlieue comme d’un territoire d’une lieue de rayon, « jardin potager, vignoble et prairie » de la ville. Enfin, Michel Bochaca estime que, dans le cas de Bordeaux (1997), la banlieue est « un simple cadre juridique, plaqué sur des paysages agraires avec lesquels la ville n’entretient que peu de rapports directs ».

8La présentation rapide de ces thèses démontre qu’au sein de la recherche historique, le terme de « banlieue » suscite des images bien différentes. Elles confondent notre vision spatiale actuelle avec la vision administrative d'autrefois. En effet, pour les contemporains des époques qui nous intéressent ici, le terme « banlieue » possède un sens uniquement juridique. C’est l’espace sur lequel s’appliquent les mêmes droits que dans les murs, « une lieue à l’entour de la ville, au-dedans de laquelle se peut faire le ban, c’est-à-dire, les proclamations de la ville et jusqu’où s’étend l’échevinage et la justice d’icelle », pour citer l’Encyclopédie de Denis Diderot et Jean d’Alembert. Il s’agit donc d’une entité administrative plus que de la description physique d’un espace.

9Afin d’éviter toute confusion, nous proposons une autre approche. Plutôt que de partir d’un terme et d’essayer de lui imposer une réalité, partons plutôt de l’espace lui-même et voyons ce qu’il nous dit. Il faut analyser ce qui existe réellement aux abords des villes. Cela suppose de partir d’une zone d’étude prédéterminée, d'un espace dans lequel la ville vit au quotidien, plutôt que d’utiliser le concept de banlieue (dont le terme n'était d’ailleurs même pas utilisé pour toutes les villes au Moyen Âge).

Une description analytique de l’espace

  • 1 Il existe, dans l’arrière-pays, des espaces dépendant de la ville, mais qu’elle peut partager avec (...)

10Comment délimiter cet espace ? Il s’agit de recenser, dans les monographies de villes médiévales et modernes, tous les éléments extra-muros dépendant de la ville. On comptera par exemple les léproseries municipales mais non les châteaux du plat pays sur lesquels la ville possède des droits mais qui n’ont pas de lien direct avec son fonctionnement quotidien1. Cet ensemble d’informations dessine sur une carte un espace d’extension maximale des abords de la ville avec lequel elle interagit, que l’on propose d’appeler « espace ancien d’activités urbaines ».

11Certains éléments se retrouvent d’une ville à l’autre. Par définition, tout bien communal appartient à la zone d’étude. On peut aussi considérer qu'en fait partie tout lieu dépendant complètement de la juridiction haute, moyenne ou basse d’une des autorités de la ville, de même que tout endroit dépendant d’une paroisse dont l’église est située intra-muros. Pour certaines villes, des archives (procès, enquêtes notamment) peuvent énumérer les bornes de la banlieue. Enfin, certains types de structures se retrouvent systématiquement aux marges de son espace. Ce sont principalement les gibets, les léproseries, les éléments de défense avancés et les lieux d’accueil du souverain et de remise des clefs de la ville.

12Une fois tracée la limite de la zone d’étude, il convient, pour sortir des éléments juridiques, de réaliser une étude topographique et une description physique des abords. Les concepts proposés par les Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (Depavf) du ministère de la Culture sont particulièrement bien adaptés à cette problématique.

13En effet, s’appuyant aussi bien sur les travaux déjà réalisés par des historiens, les archives éditées, la cartographie ancienne ou les rapports de fouilles, les Depavf décrivent l’évolution de la topographie urbaine basée sur un découpage chronologique en en mettant en valeur les phases marquantes. Les éléments structurels connus sont présentés selon une grille d'analyse fonctionnelle commune et un système de calque favorise la compréhension de l'évolution urbaine. Même si les Depavf sont souvent limités aux centres actuels de nos villes, leur méthode est transposable avec quelques adaptations, à l’étude topographique dans le temps des abords, offrant un outil descriptif dynamique. Doivent par exemple être rajoutés à la grille d’analyse les zones de culture, les parcs d’agrément, les maisons fortes… en résumé tout élément présent aux abords de la ville mais que l’on ne trouve pas intra-muros. Il faut aussi tenir compte du fait que, pour la période médiévale, toutes les structures ne sont pas localisées précisément. Les cartes ainsi réalisables sont donc inévitablement approximatives et y apparaissent des « blancs » documentaires. De ce fait, les plans produits tiennent parfois plus du schéma que du réel document cartographique (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Restitution des abords de Strasbourg entre 1200 et 1375 (DAO Catherine Xandry).

14La deuxième étape consiste à aller par l’analyse au-delà de la description brute, en essayant de dissocier urbain et rural dans un espace où ces deux entités se mêlent intimement. La méthodologie mise en place par Monika Escher et Frank G. Hirschmann, des historiens de Trèves, et développée par Bernhard Metz sur les villes d’Alsace (2002) a semblé prometteuse. Elle permet d’évaluer le degré d’urbanité de petites localités médiévales par le biais de l’évaluation quantitative du nombre de marqueurs urbains présents. Cette évaluation est réalisée à partir d’une liste de critères urbains prédéterminée (cathédrale, couvent mendiant, foire, enceinte, mais également paroisse, draperie, etc.). À chacun de ces critères est attribué un coefficient de pondération (par exemple, la cathédrale vaut 3 tandis qu’un couvent mendiant vaut 2, une foire 1 et une paroisse 1). La somme de ces coefficients donne une note d’urbanité à la localité, permettant ainsi de la comparer à une autre.

15Cette méthode utilisée pour l’étude des abords permet d’évaluer si un quartier tend plus vers le rural ou vers l’urbain. On l’applique alors à l’échelle des quartiers plutôt qu’à celle de la ville, en distinguant dans la grille d’analyse les structures caractéristiques de l’urbain de celles du rural et en leur appliquant un coefficient. Cette caractérisation permet de mieux étudier la répartition des différentes activités (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Caractérisation des abords de Strasbourg en 1200-1375 (Dao Catherine Xandry).

16Utilisée pour l’instant pour les périodes médiévale et moderne, la méthode peut également être un outil intéressant, avec quelques adaptations, pour comprendre les abords de nos villes actuelles. Elle permet aussi, même si cette étape n’a pas encore été franchie, de passer à la schématisation des abords, point de départ d’une tentative de modélisation d’une dynamique d’évolution. Il serait en effet intéressant de réintégrer les abords des villes dans les modélisations sur le temps long que permet par exemple la chrono-chorématique urbaine (Brunet 1997 ; 2010).

  • 2 La recherche systématique en archives a été exclue du fait de son aspect chronophage.

17Comme toute démarche, elle présente néanmoins un certain nombre de limites (à côté du problème de localisation de structures déjà évoqué). Bien qu’alliant théoriquement des sources archéologiques et historiques, l’état de la recherche implique une diminution considérable des fouilles au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre de la ville actuelle. De ce fait, bien que s’appuyant sur une méthodologie archéologique (au moins dans une première phase), cette étude des abords de la ville est majoritairement historique et tributaire des travaux déjà réalisés2. En fait, le recueil des informations nécessaires consiste plus en un travail de synthèse de différents travaux qu’en la réunion d’éléments inédits. Et c’est à partir de cette compilation qu’a lieu une tentative de lecture de la construction d’un paysage urbain. Or, tous les secteurs et toutes les périodes ne peuvent bénéficier du même degré d’information et on ne peut donc qu'ouvrir de petites fenêtres à un moment T, sans jamais avoir une vue d'ensemble et continue sur la longue durée. De plus, il ne s'agit que de restitutions, de schémas et non d'une représentation de la réalité. Cependant, ces schémas permettent de combler un vide dans le cas de périodes n’ayant pas produit leurs propres cartes et plans, de donner un fil directeur à la construction d’un paysage urbain, de répondre à certaines questions et de s'en poser d'autres.

Quel intérêt pour la construction de la ville actuelle ? L’exemple de Strasbourg

18Les banlieues actuelles s’étendent sur l’espace des abords des villes médiévales et modernes. Tout comme la ville actuelle est le résultat de l’accumulation des villes passées, sa banlieue s’appuie sur les faubourgs et les abords médiévaux et modernes, eux-mêmes héritiers des éléments déjà en place.

  • 3 Réforme administrative de l’Assemblée constituante lors de la Révolution française par la loi du 14 (...)

19Ainsi, l’extension de nos villes s’inscrit dans un espace communal avant de rejoindre, voire parfois d’absorber, des communes voisines plus petites. Or, la limite communale actuelle n'a pas été créée ex nihilo par la réforme de la Révolution française sur la division administrative3. Elle est le résultat des luttes de la municipalité pour s’assurer l’espace dont elle avait besoin. Si certaines communes comme Metz ne s’inscrivent plus dans les limites de leur banlieue médiévale, d’autres possèdent une continuité remarquable. C'est le cas de Strasbourg, dont les limites communales actuelles correspondent aux limites de son Burgbann (ban de la ville), tel qu’il a été mis en place par une politique d’achats du faubourg de Koenigshoffen en 1351 et du hameau du Neuhof au xviie siècle.

20D’autre part, l’espace n’est évidemment pas une page blanche sur laquelle la ville actuelle se construit comme elle l’entend, contrairement à ce qu'ont pu imaginer trop d'urbanistes du siècle dernier. Les banlieues, comme leurs villes, tiennent compte des éléments préexistants. On peut ainsi trouver des espaces militaires nécessitant des modes de construction particuliers, imposés par des réglementations et la défense. L’exemple de Strasbourg est à ce sujet tout à fait représentatif. Depuis le xve siècle, la réglementation imposait des bâtiments facilement démontables en cas d’attaque :

« Lorsqu’en 1475, devant la menace d’une incursion de Charles le Téméraire, le Magistrat fait démolir tous les bâtiments aux abords du mur d’enceinte, un grand nombre de maisons d’été et de jardins sont détruits. Pour dédommager les propriétaires, la ville cède, en 1477, à chacun d’eux sur les communaux un terrain de 20 aunes de large et de 40 aunes de long au maximum pour un loyer annuel d’un helbeling par aune de largeur, à condition qu’ils s’engagent à y bâtir dans le délai d’un an une maison habitable. […]
En prévision sans doute de nouvelles démolitions pour des motifs stratégiques, le Magistrat réglemente, à différentes reprises, la construction des maisonnettes élevées par les bourgeois dans leurs jardins hors villes. Elles ne doivent être faites que de bois, recouvertes de chaume ou de bardeaux, avoir au maximum, d’après un décret 20, d’après un autre 25 pieds de long, 12 ou 15 pieds de large, 12 ou 18 pieds de haut. Nul ne peut avoir plus d’une maisonnette de ce genre. » (Hatt 1929 : 143).

  • 4 En français « nouvelle ville », quartier allemand ex nihilo créé à la fin du xixe siècle suite à l’ (...)
  • 5 AVCUS cote 1197 W 43.

21La réglementation a évolué au xixe siècle avec la loi de 1819 précisant la mise en place des bornes de servitudes militaires et les rayons de fortifications, puis elle fut abrogée en 2004. Les zones non aedificandi, zones de glacis présentes à Strasbourg depuis au moins 1475, ont donc eu un impact sur la physionomie de la ville jusqu’au milieu du xxe siècle. On y trouve des maisons de glacis en pan de bois, dépourvues de fondation en dur. Par ailleurs, les espaces militaires, lorsqu’ils sont déclassés, offrent aux urbanistes des lieux ouverts susceptibles d’accueillir des places ou des lotissements, comme c’est le cas dans le quartier de la Neustadt4 à Strasbourg où ils sont installés sur les anciennes fortifications déclassées en 18755.

  • 6 Comme on le voit sur le plan d’aménagement 1160W118 des AVCUS concernant le Neudorf.
  • 7 AVCUS cote armoire D XVII330-1 (Robertsau).

22Mais même les constructions civiles préexistantes influent sur la mise en place de nouveaux îlots6, de même que l’orientation des parcelles7 ou les tracés des anciens cours d’eau, canalisés puis dérivés en égout. Par exemple la rue de la Krutenau à Strasbourg reprend le tracé de l’ancien canal du Rhin. Ces formes anciennes contraignent les nouvelles à adopter une orientation existante.

  • 8 Par exemple AVCUS 876W70-2 / 876W82-3.
  • 9 AVCUS 1160W13.

23La ville doit donc intégrer son développement dans une dynamique de longue durée et interroger certaines données comme la propriété du sol. Les archives de la ville de Strasbourg conservent ainsi plusieurs documents et plans8 datés de l’entre-deux-guerres et présentant la répartition des parcelles possédées par les deux grands propriétaires fonciers de la commune, la municipalité et l’hôpital, afin de faciliter les achats et d’éviter la contestation des alignements proposés. Ces possessions, dans le cas de l’hôpital notamment, résultent des diverses donations effectuées à cette institution depuis le Moyen Âge. Parallèlement, la municipalité éprouve le besoin de retracer son évolution et ses différentes extensions : elle fait effectuer à la même période plusieurs plans retraçant les différentes extensions de la ville depuis l’Antiquité9.

  • 10 AVCUS 1160W85, projet Conrath vers 1880.

24Enfin, deux éléments sont encore à noter. On perçoit une persistance des lieux privilégiés des abords. La place de Haguenau, ancien cimetière et lieu de station de procession et de léproserie, est aujourd’hui à la jonction d’autoroutes irriguant la ville et d’un grand cimetière communal, conservant ainsi sa fonction de nœud de communication. Par ailleurs, la présence des axes et des rues oriente la croissance urbaine. Il s’agit soit d’axes physiques, comme les anciennes voies romaines et médiévales, points d’accroche de nouveaux lotissements comme la cité-jardin du Stockfeld sur la route de Colmar, soit d’axes visuels. Ainsi, à la fin du xixe siècle, un des projets d’aménagement de la Neustadt de Strasbourg prévoyait une grande percée partant de la cathédrale pour aboutir au parc du Contades, héritier du jardin et des champs de tir des arquebusiers depuis le xvie siècle10 (fig. 3). L’existence du Contades et de ce jardin détermine alors une partie de l’orientation du projet d’extension de la ville.

25Même si les structures médiévales et modernes ont bien souvent disparu, leur empreinte persiste dans la trame urbaine actuelle, héritière de l’organisation médiévale, et leur étude favorise l’évolution et la croissance urbaines… Restituer, ne serait-ce que par grandes étapes, des plans de l’évolution des abords d’une ville permet ainsi de redécouvrir ces points d’ancrage, de comprendre leur impact sur l’organisation des abords à un instant t et parfois d’expliciter des logiques de comportement et d’aménagement urbains observables aujourd’hui.

Fig. 3

Fig. 3

Projet de percement d'un grand axe entre la cathédrale et le Contades (plan d'aménagement de la Neusatdt de Conrath en 1880, 1160W85, Archives de la Ville et de la Communauté urbaine de Strasbourg, photo Catherine Xandry).

Haut de page

Bibliographie

Bochaca M. 1997. La Banlieue de Bordeaux au Moyen Âge et à l'époque moderne : la formation d'une juridiction municipale suburbaine : vers 1250-vers 1550. Paris, L’Harmattan.

Brunet R. 1997. « Modèles et chorèmes », in : Mappemonde, champs et contrechamps. Raisons de géographe. Paris, Belin.

Brunet R. 2010 « Comprendre la ville par la chrono-chorématique: un essai prometteur », Mappemonde, 100, revue en ligne

Chevalier B. 1982. Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle. Paris, Aubier Montaigne.

Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France : consultables sur le site du Centre national d’archéologie urbaine (Cnau), http://www.culturecommunication.gouv.fr/Disciplines-et-secteurs/Archeologie/Archeologie-de-la-ville

Hatt J. 1929. Une ville du xve siècle : Strasbourg. Strasbourg, Collection historique de la vie en Alsace.

Merlin P. & Choay F. 1988. Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement. Paris, PUF.

Metz B. 2002. « Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d'Alsace (1200-1350) », Revue d'Alsace, 128 : 47-101.

Mumford L. 1964. La cité à travers l'histoire. Paris, Le Seuil [1re édition 1961].

Xandry C. 2013. Organisation d’un territoire aux abords de la ville. Le cas de Metz, Strasbourg et Reims du milieu du Moyen Âge au début du xviiie siècle. Thèse soutenue le 26 septembre 2013 à l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Notes

1 Il existe, dans l’arrière-pays, des espaces dépendant de la ville, mais qu’elle peut partager avec d’autres seigneurs. Sources de revenus, de prestige ou avant-postes défensifs pour la ville, ils n’ont pas de contacts directs avec les espaces urbains.

2 La recherche systématique en archives a été exclue du fait de son aspect chronophage.

3 Réforme administrative de l’Assemblée constituante lors de la Révolution française par la loi du 14 décembre 1789 décrétant la commune comme cellule administrative de base.

4 En français « nouvelle ville », quartier allemand ex nihilo créé à la fin du xixe siècle suite à l’agrandissement de l’enceinte en 1875.

5 AVCUS cote 1197 W 43.

6 Comme on le voit sur le plan d’aménagement 1160W118 des AVCUS concernant le Neudorf.

7 AVCUS cote armoire D XVII330-1 (Robertsau).

8 Par exemple AVCUS 876W70-2 / 876W82-3.

9 AVCUS 1160W13.

10 AVCUS 1160W85, projet Conrath vers 1880.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Restitution des abords de Strasbourg entre 1200 et 1375 (DAO Catherine Xandry).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 2
Légende Caractérisation des abords de Strasbourg en 1200-1375 (Dao Catherine Xandry).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3
Légende Projet de percement d'un grand axe entre la cathédrale et le Contades (plan d'aménagement de la Neusatdt de Conrath en 1880, 1160W85, Archives de la Ville et de la Communauté urbaine de Strasbourg, photo Catherine Xandry).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Xandry, « Les marges des villes médiévales et du début de l’époque moderne et leurs échos dans le périurbain actuel », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 30-34.

Référence électronique

Catherine Xandry, « Les marges des villes médiévales et du début de l’époque moderne et leurs échos dans le périurbain actuel », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2495 ; DOI : 10.4000/nda.2495

Haut de page

Auteur

Catherine Xandry

Faculté des sciences historiques, Université de Strasbourg
catherine.xandry@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals