Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Le 3e congrès international d’archéologie amazonienne

Stéphen Rostain
p. 51-56

Texte intégral

Introduction

1Il y a cinq ans, je faisais part dans cette même revue de mon enthousiasme après la tenue, l’année précédente, du 1er congrès international d’archéologie amazonienne (Encuentro Internacional de Arqueología Amazoníca) à Belém-do-Pará au Brésil (Rostain 2009). Je reviens aujourd’hui pour évaluer l’impact du 3e congrès international d’archéologie amazonienne que j’ai eu l’honneur d’organiser et de présider à Quito, il y a quelques mois.

2Cet événement rassemble des archéologues et, plus largement, des scientifiques d’autres disciplines qui travaillent sur la plus grande forêt tropicale du monde. C’est ainsi une réunion de spécialistes de haut niveau où se discutent les thématiques de pointe et les résultats récents dans le domaine. Elle permet de présenter les données remarquables de la recherche actuelle tout en révélant les travaux les plus saillants à la communauté internationale.

3Les progrès essentiels effectués depuis vingt ans par l’archéologie amazonienne ont rendu nécessaire la mise en place d’un congrès régulier centré sur la discipline car les spécialistes de la région ne pouvaient plus se contenter d’être seulement invités ponctuellement en tant que « potiches exotiques » dans des colloques d’autres confrères sur d’autres thématiques. C’est ainsi que, à l’initiative d’archéologues amazonistes, un congrès spécifique fut créé. Les deux premières rencontres furent organisées au Brésil, en 2008 et en 2010. Le succès de ces événements dépassa les prévisions avec, à chaque fois, plus de 400 participants venus tant des Amériques que d’Europe (fig. 1). Afin de ne pas se cantonner au Brésil, il fut décidé que le congrès suivant serait réalisé dans un des huit autres pays amazoniens, aussi l’Équateur fut-il choisi pour accueillir durant une semaine la troisième édition de l’événement.

Fig. 1

Fig. 1

Participante kichwa d’Amazonie équatorienne au 3e Eiaa

(photo Heiko Prümers)

Un événement riche et diversifié

  • 1 Il faut ici signaler que le 3e Eiaa fut dédié à des personnalités scientifiques de haut niveau qui (...)

4Du 8 au 14 septembre 2013, ce 3e congrès international de l’archéologie amazonienne (3e Eiaa) a rassemblé quelque 400 professionnels venus d’une vingtaine de pays différents à Quito en Équateur1.

5Afin d’organiser le processus de développement remarquable que connaît l’archéologie amazonienne depuis quelques années, les archéologues travaillant dans cette région ont décidé de créer une plateforme d’échanges propre à rassembler les professionnels concernés. C’est ainsi qu’est né, en 2008, le congrès international d’archéologie amazonienne.

6Belém-do-Pará, grande ville brésilienne localisée dans l’embouchure de l’Amazone, fut retenue pour recevoir la première rencontre, car c’est là que se trouvait la plus ancienne institution de recherche archéologique d’Amazonie : le musée paraense Emilio Goeldi qui, avec quelque 140 ans d’existence, représente le berceau de cette discipline dans la région. Ce fut Edithe Pereira, une archéologue de ce même musée, qui présida l’événement. Celui-ci réunit pour la première fois un nombre conséquent de chercheurs de diverses origines réalisant leur travail en Amazonie, offrant une véritable opportunité de promouvoir le dialogue et d’approfondir des questions cruciales pour la compréhension de l’occupation précolombienne régionale. Des archéologues travaillant avec des techniques et des méthodologies diverses, dans différents contextes, exposèrent leurs résultats, souvent novateurs. La réunion académique autorisa des avancées considérables dans la discipline puisque jamais auparavant il n’y avait eu de congrès spécifique sur les recherches menées en Amazonie. Outre une couverture médiatique notable, le 1er Eiaa a donné lieu à la publication de deux gros tomes rassemblant les contributions les plus remarquables de cette semaine de conférences. Cette rencontre peut être considérée à juste titre comme un moment charnière dans l’histoire de l’archéologie amazonienne.

7Au vu de cet énorme succès, il fut décidé d’organiser le second congrès deux années plus tard dans la ville de Manaus, sur le moyen Amazone. La réalisation, en 2010, du 2e Eiaa dans la capitale de l’État d’Amazonas était hautement significative puisqu’elle avait pour but de permettre la consolidation définitive d’un centre de recherches archéologiques dans cette métropole, qui constitue historiquement un poumon économique central et est, aujourd’hui, la plus grande ville de toute l’Amazonie. Eduardo Góes Neves, professeur à l’université de São Paulo, fut le président de ce congrès organisé avec l’aide de l’université de l’État d’Amazonas (Uea), dans laquelle fut créé un cours supérieur de technologie en archéologie qui attira une équipe nombreuse de professionnels et d’étudiants.

8À la fin du congrès de Manaus, je fus élu président du 3e Eiaa et proposai, après ces deux premières rencontres dans le plus grand pays amazonien, de réunir la prochaine dans la plus petite nation amazonienne, l’Équateur, et plus précisément dans sa capitale, Quito, dont la démographie est comparable à celle de Manaus (1 873 458 hab. à Quito ; 1 832 423 hab. à Manaus).

  • 2 Il existe bien d’autres versions de cet ouvrage dans différentes traductions.
  • 3 « Es gloria de Quito el descubrimiento del río Amazonas ».

9Surgit alors une question posée par beaucoup : pourquoi Quito, une ville andine et non amazonienne, pour le 3e Eiaa ? C’est que, d’un point de vue historique, Quito est la ville qui fut à l’origine de la découverte de l’Amazone. En effet, le plus grand fleuve du monde, avec 6 437 km de long, est aussi le seul fleuve découvert depuis ses sources vers son embouchure et non pas le contraire, alors que les explorateurs ont remonté tous les autres depuis la mer. Comme le raconte le père Gaspar de Carvajal dans son récit épique, une expédition dirigée par Gonzalo Pizarro quitta Quito en 1541 vers l’est, à la recherche d’or et du « pays de la cannelle ». Le groupe, nombreux au départ, perdit ses membres au fur et à mesure qu’il descendait les Andes jusqu’à la rivière Napo, aux confins de l’Équateur actuel ; de là, après avoir construit un radeau, une cinquantaine d’hommes se détacha sous le commandement de Francisco de Orellana pour explorer l’aval et naviguer jusqu’à l’embouchure de l’Amazone, à quelques milliers de kilomètres à l’est (fig. 2). Gaspar de Carvajal (1992)2, qui narre ce fantastique voyage depuis les Andes jusqu’à l’océan Atlantique, mentionne que « c’est la gloire de Quito la découverte du fleuve Amazone»3, phrase gravée par la suite dans la pierre de la cathédrale de la capitale. Une telle découverte issue d’une épopée si insolite justifiait pleinement d’organiser le 3e Eiaa à Quito.

Fig. 2

Fig. 2

Première carte de l’Amazone, de Quito jusqu’à l’océan Atlantique, réalisée en 1642 pour le roi par le jésuite Cristóbal de Acuña, suite à une nouvelle expédition sur le fleuve. Cette carte a servi de base pour l’affiche du 3e Eiaa.

  • 4 La Flasco est un organisme international né en 1956 de la conférence générale de l’Unesco afin de s (...)

10Le congrès s’est déroulé dans la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (Flasco)4. Cette manifestation, mise en place par l’Institut français d’études andines (Ifea), en collaboration avec la Flasco, la coopération française andine régionale et le ministère équatorien coordinateur de la connaissance et du talent humain (Mccth), a été financée par 23 sponsors équatoriens, français et nord-américains, institutionnels mais également privés. Outre les 71 communications dispensées, 9 conférences magistrales ont été assurées par les plus grands noms de l’archéologie et de l’anthropologie contemporaines. Le sujet des symposiums était géographique ou thématique. Le premier, « Tout sur l’Amazonie », a réuni des ethnologues, des ethno-historiens, des linguistes, des géographes et des historiens. « En l’honneur de Meggers et Lathrap » a rendu hommage à deux grands noms de l’archéologie amazonienne aujourd’hui disparus. Après le symposium sur la période « Archaïque », six autres se sont intéressés à différentes régions d’Amazonie : « Guyanes et Orénoque », « Bas Amazone », « Moyen Amazone et Madeira », « Équateur », « Haute Amazonie (péruvienne) » et « Mojos et Acre ». Deux concernaient les géo-sciences : « Paysages modifiés et diète » et « Géoarchéologie », et un autre « L’art rupestre ». L’anthropologie a été mise à l’honneur avec « Ethnoarchéologie » et « Entre passé et présent : contributions ethnologiques », le congrès s’achevant avec l’indispensable symposium sur le « Patrimoine ».

11Cette rencontre a ainsi réuni les plus prestigieux spécialistes dans le domaine de l’archéologie amazonienne. Elle a rencontré un vif succès qui s’est notamment exprimé par une couverture de presse de plus d’une centaine d’articles nationaux et internationaux, et a également été suivi sur les réseaux sociaux, à travers plus de 5 000 connexions.

12Toutefois, le congrès n’était pas limité aux conférences et s’est accompagné de nombreux événements : inauguration d’expositions, lancement d’ouvrages, réalisation d’un documentaire, visites de sites archéologiques (fig. 3), etc. Six expositions sur l’anthropologie amazonienne ont ainsi vu le jour durant la semaine. Des articles ont été écrits pour quatre revues nationales, dont une a fait l’objet d’un numéro spécial « Amazonie », et huit livres sur l’archéologie de l’Amazonie ont été publiés à cette occasion. Un documentaire archéologique a été filmé durant les fouilles de ces deux dernières années et pendant le congrès. Il faut également signaler la présence d’artisans amérindiens d’Équateur dans l’enceinte même du congrès : potiers kichwa de Puyo (fig. 4), vannières waorani de la rivière Curaray, peintre traditionnel sur peau de chèvre de la vallée andine de Tigua, tisseuses de laine des Andes. Enfin, des rencontres bilatérales ont été organisées, notamment sur le projet d’université équatorienne d’Amazonie Ikiam et sur la coopération scientifique franco-équatorienne. Parallèlement, la Flasco a créé le premier doctorat d’histoire andine et amazonienne.

13Les actes du 3e Eiaa ont été publiés très rapidement en 2014 sous la forme d’un volume évalué des conférences magistrales (Rostain éd. 2014a) et d’un ouvrage collectif de 52 articles (Rostain éd. 2014b).

Fig. 3

Fig. 3

Une partie des congressistes du 3e Eiaa visitant les plateformes artificielles de cangahua (roche sédimentaire d’origine volcanique) du site archéologique de Cochasqui, au nord de la ville de Quito

(photo Stéphen Rostain)

Un nouveau regard sur l’archéologie amazonienne

14Qui aurait pu prédire, il y a trente ans, les extraordinaires progrès réalisés depuis par l’archéologie amazonienne ? Dans les années 1980, une poignée de chercheurs, essentiellement nord-américains, se consacrait à l’étude du passé humain de la plus grande forêt tropicale du monde. À cause de la rareté des travaux, on se servait facilement et sans évaluation critique des données d’autres disciplines. Ainsi, le tableau de l’Amazonie amérindienne contemporaine – ou, pour mieux dire, les préjugés les plus saillants – était souvent un simple décalque de ce qu’aurait dû être le monde précolombien dans l’esprit occidental : des tribus restreintes et semi-nomades, des structures acéphales, une technologie agricole primitive, un artisanat fruste, une démographie très limitée de 0,5 habitant/km2, etc. Plus qu’un cliché, il s’agissait d’une hérésie scientifique qui revenait à ignorer complètement l’impact de la conquête et ses effets dévastateurs sur un monde élaboré mais pourtant fragile. Plus encore, on imputait à la forêt tropicale la raison même de ce sous-développement précolombien : l’opinion dominante était que, à cause d’un milieu considéré par les Occidentaux comme extrêmement défavorable, aucune société avancée n’avait pu fleurir dans ce sous-continent forestier. On sait aujourd’hui qu’il n’en est rien et que, au contraire, des civilisations très raffinées ont vu le jour à des époques reculées en Amazonie, se fardant notamment du privilège d’inventer la céramique et de domestiquer diverses plantes.

15L’archéologie amazonienne a radicalement changé de visage car on compte maintenant des centaines de chercheurs se dédiant aux premières sociétés de quelque 7 millions de kilomètres carrés de la forêt équatoriale. Cet essor est dû à mon sens à trois facteurs principaux. Tout d’abord, l’environnement amazonien, autrefois considéré comme une mine inépuisable de produits destinés à la société industrialisée, a été réévalué dans notre esprit en un îlot de biodiversité unique, essentiel à la survie de l’humanité. Cela ne l’empêche pas de continuer à être la victime d’exactions écologiques dramatiques mais, aujourd’hui, la société mondiale le sait et elle a quand même pris conscience des conséquences définitives de ces actes criminels contre la nature. La recherche s’est donc intensifiée pour mieux comprendre, et peut-être appréhender, cette entité verte si diverse.

Fig. 4

Fig. 4

Potière kichwa d’Amazonie équatorienne présentant son artisanat au 3e Eiaa

(photo Heiko Prümers)

16Le second facteur dérive partiellement du premier car la multiplication des disciplines scientifiques se penchant sur l’Amazonie s’est accompagnée d’une nette augmentation de coopérations transdisciplinaires. En l’absence de travaux précurseurs de longue date et de modèles adaptés à ce milieu tropical, l’archéologue, seulement armé de sa petite truelle, était auparavant bien démuni pour révéler un passé millénaire de présence humaine en Amazonie. La naissance et la banalisation de l’approche pluridisciplinaire, puis interdisciplinaire, l’ont sorti de l’impasse où il se trouvait. Après avoir, dans un premier temps où la collaboration tenait plus de la prestation de service, simplement sollicité l’appui et l’expertise des sciences naturelles et formelles, les archéologues ont commencé à s’associer avec d’autres chercheurs pour élaborer dès le départ des problématiques communes auxquelles chacun des partenaires se proposait d’apporter un élément de réponse grâce à sa méthodologie spécifique et ses outils particuliers. Les résultats du croisement des compétences scientifiques ont été spectaculaires, produisant notamment des approches originales, des concepts novateurs et des questionnements inédits. Il est depuis difficile d’imaginer concevoir un projet de recherche seulement archéologique en Amazonie sans y associer des spécialistes des sciences de la terre ou des analyses microscopiques fines. Parallèlement à cette prolifération de collaborations nouvelles, l’archéologie a fait des pas, voire des bonds, de géant durant ces deux dernières décennies. Si les pyramides mayas ou les temples incas sont les plus visibles médiatiquement, ce n’est pas forcément là que se font les plus notables avancées scientifiques ; la beauté du site n’implique pas la perfection de la science. Bien au contraire, on s’aperçoit que les innovations scientifiques se réalisent souvent dans des milieux considérés comme extrêmes ou difficiles. Ainsi, de remarquables progrès ont été faits en archéologie en Sibérie, au Sahara ou en Amazonie. La pauvreté supposée des sites oblige généralement l’archéologue à affiner ses questionnements et à trouver des voies alternatives à sa recherche. Cette dernière décennie, en Amazonie, les disciplines connexes à l’archéologie même ont fleuri : archéobotanique, géoarchéologie, anthracologie, GIS, etc. C’est aujourd’hui tout une armée de spécialistes qui contribue à la connaissance du passé humain de la forêt.

17Le troisième facteur découle logiquement des deux premiers car nous sommes témoins d’un récent et considérable accroissement d’acteurs dans ce domaine de la recherche (fig. 5). Après quelques balbutiements, souvent brillants, au cours de la première moitié du xxe siècle, l’archéologie amazonienne a acquis ses premières lettres de noblesse juste après la seconde guerre mondiale. Encore faut-il relativiser car c’est essentiellement le couple nord-américain Betty Meggers et Clifford Evans, accompagnés de quelques disciples locaux des différents pays amazoniens, qui pratiquaient alors cette discipline. L’archéologue amazoniste était encore bien rare. Il y eut ensuite la naissance, dans les années 1970, d’un mouvement contredisant les théories de déterminisme écologique et de diffusionnisme jusqu’alors promulguées. Mais, malgré le tonus de cette génération composée de quelques chercheurs, encore presque tous nord-américains, proposant de nouvelles alternatives, il a fallu attendre les dernières années du second millénaire pour assister à l’explosion des recherches scientifiques, dans tous les domaines, en Amazonie. Il faut souligner ici l’énergie impulsée par le dynamisme brésilien d’alors. Dans ce pays, les jeunes chercheurs qui revenaient de l’hémisphère nord armés d’un doctorat ont développé de nouveaux programmes et formé des étudiants en archéologie, soutenus par une politique scientifique nationale volontariste. L’archéologie de contrat a émergé dans le pays et y a connu un essor considérable, notamment en Amazonie. Parallèlement, des projets de recherche à long terme et des fouilles préventives sont apparus dans les autres nations amazoniennes comme la Bolivie, la Colombie, le Vénézuela, la Guyane française ou l’Équateur. On ne compte plus aujourd’hui les chercheurs et étudiants de tous pays qui ont choisi une spécialité en archéologie amazonienne. Mais quel est le résultat de cette vitalité scientifique pour la science au bout de vingt ans ?

Fig. 5

Fig. 5

Fouille de la plus ancienne maison d’Amazonie, datée d’il y a environ 3 000 ans, dans le site de Pambay, en haute Amazonie équatorienne. Un fragment de poteau de bois préservé en anaérobie y fut découvert un mois avant le 3e Eiaa

(photo Stéphen Rostain)

18On peut vraiment parler de révolution dans le cas de l’archéologie amazonienne. Ce qui a commencé il y a quarante ans par une simple contestation des modèles théoriques imposés s’est vite transformé en une révolte intellectuelle pour aboutir à la révolution des idées de ce nouveau millénaire. Ce soulèvement a permis la définition de paradigmes résolument en opposition avec les modèles précédents. Fondamentalement, la forêt tropicale humide n’est plus considérée comme un élément destructeur de la civilisation humaine, ni même comme un frein à l’innovation, bien au contraire. Plus encore, on la considère comme le résultat de l’action combinée de l’homme et de la nature, l’un ou l’autre ayant eu un rôle plus ou moins prépondérant selon les régions. On ne sera donc pas surpris de lire dans les volumes de compte rendu de nombreuses contributions abordant ce thème, car on parle aujourd’hui couramment de paysage « domestiqué » pour l’Amazonie sans choquer trop de chercheurs. En effet, les spécialistes de diverses disciplines s’accordent dorénavant sur la responsabilité essentielle de l’homme dans la constitution du paysage amazonien actuel. Ce milieu résulte bien d’actions volontaires et involontaires des premiers habitants durant des millénaires. La composition floristique tout comme le modelé du terrain procèdent en partie de l’intervention humaine. Si ce fait est depuis déjà quelque temps souligné par les botanistes, c’est plus récemment que l’on a appris à repérer les tertres résidentiels et les champs surélevés, les plateformes, les chemins surélevés ou creusés, les fossés et les fosses, les trous de poteau et les foyers, etc. Depuis peu, des techniques de pointe comme le Lidar ou les drones viennent assister le chercheur. En un peu moins d’un demi-siècle, l’archéologue a appris à ne plus craindre l’Amazonie mais bien à l’observer avec un regard ingénu, pour mieux en comprendre la véritable nature.

Conclusion

19Depuis qu’elle a été « découverte », l’Amazonie a révélé de nombreux secrets insoupçonnés (cf. fig. 2). Certaines de ces trouvailles résultent de recherches archéologiques ou interdisciplinaires récentes qui ont radicalement changé la vision que l’on avait du passé précolombien de la forêt tropicale. Beaucoup d’innovations techniques primordiales, de phénomènes sociaux essentiels et de créations artistiques uniques ne proviennent pas, comme on le pensait fréquemment, des Andes ni de la côte du Pacifique – uniques berceaux des grandes civilisations sud-américaines pour quelques irréductibles – mais bien des basses terres amazoniennes. L’archéologie a récemment prouvé le rôle primordial qu’elles ont joué dans le développement humain passé du continent.

20Cette forêt tient aujourd’hui une place centrale dans la recherche scientifique, notamment dans la recherche de ressources vitales et dans l’étude de l’avenir de l’humanité. Sachant que le passé est une clé essentielle pour construire le futur, on peut espérer que le 3e Eiaa aura contribué de manière effective à cet effort. Dans le cas particulier de notre pays, n’oublions pas en outre que la France est la seule nation d’Europe à posséder encore un territoire sur le continent américain, la Guyane, qui fait partie en outre de l’Amazonie, ce qui impose un devoir d’étude de son passé précolombien.

21Le prochain Eiaa aura lieu en 2016 dans la ville amazonienne d’Iquitos, au Pérou. Là encore, de surprenantes révélations nous seront faites.

Haut de page

Bibliographie

Carvajal G. de. 1992 [1541-1542]. Relación del nuevo descubrimiento del río grande de las Amazonas. Quito (Biblioteca Ecuatoriana Amazónica, 1).

Rostain S. 2009. « Le premier congrès international d’archéologie amazonienne », Les Nouvelles de l’archéologie, 116 : 37-38.

Rostain S. éd. 2014a. Amazonía. Memorias de las conferencias magistrales del 3er Encuentro Internacional de Arqueología Amazónica. Quito, Ifea/Flasco/Mccth/Senescyt.

Rostain S. éd. 2014b. Antes de Orellana. Actas del 3er Encuentro Internacional de Arqueología Amazónica. Quito, Ifea/Flasco/Embajada de los Eeuu.

Haut de page

Notes

1 Il faut ici signaler que le 3e Eiaa fut dédié à des personnalités scientifiques de haut niveau qui nous ont quittés il y a peu : l’archéologue nord-américain Jim Petersen (1954-2005), l’anthropologue français Claude Lévi-Strauss (1908-2009), l’anthropologue nord-américain Neil Whitehead (1956-2012), l’archéologue nord-américaine Betty Meggers (1921-2012), l’anthropologue français Alain Testart (1945-2013) et l’archéologue français Jean Guffroy (1949-2013).

2 Il existe bien d’autres versions de cet ouvrage dans différentes traductions.

3 « Es gloria de Quito el descubrimiento del río Amazonas ».

4 La Flasco est un organisme international né en 1956 de la conférence générale de l’Unesco afin de soutenir les pays d’Amérique latine dans la création d’entités de sciences sociales. La Flasco bénéficie d’un prestige international et d’une forte renommée en Amérique latine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Participante kichwa d’Amazonie équatorienne au 3e Eiaa
Crédits (photo Heiko Prümers)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 2
Légende Première carte de l’Amazone, de Quito jusqu’à l’océan Atlantique, réalisée en 1642 pour le roi par le jésuite Cristóbal de Acuña, suite à une nouvelle expédition sur le fleuve. Cette carte a servi de base pour l’affiche du 3e Eiaa.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 3
Légende Une partie des congressistes du 3e Eiaa visitant les plateformes artificielles de cangahua (roche sédimentaire d’origine volcanique) du site archéologique de Cochasqui, au nord de la ville de Quito
Crédits (photo Stéphen Rostain)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2630/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 4
Légende Potière kichwa d’Amazonie équatorienne présentant son artisanat au 3e Eiaa
Crédits (photo Heiko Prümers)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2630/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 5
Légende Fouille de la plus ancienne maison d’Amazonie, datée d’il y a environ 3 000 ans, dans le site de Pambay, en haute Amazonie équatorienne. Un fragment de poteau de bois préservé en anaérobie y fut découvert un mois avant le 3e Eiaa
Crédits (photo Stéphen Rostain)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2630/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Le 3e congrès international d’archéologie amazonienne », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 51-56.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Le 3e congrès international d’archéologie amazonienne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/2630 ; DOI : 10.4000/nda.2630

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Cnrs (Paris) / Ifea (Équateur), Président du 3e Encuentro Internacional de Arqueología Amazónica,
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals