Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

Quelle place occupent les femmes dans les sources cunéiformes de la pratique ?

Cécile Michel
p. 46-50

Résumés

L’histoire des femmes et du genre a connu un intérêt croissant ces vingt dernières années dans le milieu des assyriologues ; les travaux les plus récents proposent une étude comparative des implications des femmes et des hommes dans la société mésopotamienne et dans les activités économiques. Les archives des palais et des grands domaines du IIIe et du début du IIe millénaires av. J.-C. montrent les femmes de l’élite à la tête de domaines autonomes principalement tournés vers l’agriculture et le textile. Quelques archives privées du IIe millénaire documentent les activités de femmes issues de milieux particuliers, épouses de marchands ou religieuses ; elles jouissent d’une certaine autonomie, et leurs activités ne se limitent pas à la sphère domestique. Les femmes, moins visibles que les hommes, participent cependant à la vie publique et économique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les dates citées dans cet article sont à placer avant J.-C.

1Le Proche-Orient a livré une masse considérable de textes en écriture cunéiforme. Ces sources documentent, de manière très inégale dans l’espace et dans le temps, les différentes communautés qui les ont produites. Il s’agit principalement des Sumériens, jusqu’à la fin du IIIe millénaire, et des Akkadiens à partir de 2600, qui se divisent à partir de 2000, entre les Assyriens dans le nord de la Mésopotamie et les Babyloniens dans le sud1.

2L’assyriologue dispose d’une grande variété de textes cunéiformes destinés chacun à un usage spécifique ; les femmes y occupent une place plus ou moins importante. Dans les inscriptions du IIIe millénaire rédigées à l’initiative du pouvoir, les femmes de la famille royale sont bien représentées : il s’agit par exemple de statues ou d’objets placés dans les temples pour leur vie et celle des membres de leur famille (Gadaut 2009 ; Lion 2012 : 92-96). Parmi ces femmes, les grandes prêtresses, filles de roi, ont laissé des clous et autres inscriptions de fondation (Westenholz 2006 ; Glassner 2009). À partir du milieu du xviiie siècle, ce type d’inscriptions féminines devient très rare. En revanche, quelques stèles et inscriptions funéraires de femmes de la famille royale datées du Ier millénaire ont été mises au jour (Melville 2014).

3Les sources littéraires mettent en avant des héros mâles. Les femmes peuvent néanmoins endosser des seconds rôles importants. Dans l’Épopée de Gilgameš, trois d’entre elles représentent des personnages clés dans le récit : Ninsun, la mère du héros, décrypte ses rêves ; Šamhat, la prostituée, amène Enkidu à la civilisation et Siduri, la cabaretière, vante les normes de la société mésopotamienne (Harris 2001). Les textes mythologiques, hymnes et prières décrivent le monde des dieux représentés sur le modèle humain (Bottéro & Kramer 1989). Dans les nombreux panthéons issus de traditions locales qui coexistent, certaines déesses tiennent des rôles de premier ordre, comme les déesses mères, Inanna/Ištar, déesse de la guerre et de l’amour qui dispose de la liberté des hommes, Gula, déesse de la médecine, Nisaba, déesse de l’écriture, ou Ereškigal, déesse des Enfers. Toutefois, elles perdent progressivement leurs pouvoirs au cours du IIe millénaire, au profit de divinités masculines (Lambert 1987 ; Michalowski 2002).

4Les textes scolaires du début du IIe millénaire qui témoignent de l’apprentissage de l’écriture et du calcul, lorsqu’ils sont signés, portent généralement des noms d’hommes ; mais quelques femmes ont suivi le même cursus (Lion & Robson 2005 ; Robson 2007).

  • 2 En raison de l’ampleur de la documentation, nous nous concentrons ici sur les archives datées entre (...)

5Les textes de la pratique ont été écrits pour un usage immédiat. Il s’agit de lettres et documents administratifs ou juridiques qui renseignent sur les activités économiques et quotidiennes des palais, temples et grands domaines, mais aussi des particuliers, tout au moins à partir du début du IIe millénaire2. La place qu’y tiennent les femmes a fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses ces dernières décennies ; les analyses les plus récentes tentent de comparer les informations relatives aux hommes et aux femmes et leurs implications dans la société mésopotamienne et dans les activités économiques, tout en cherchant à s’émanciper de toute préconception sur la division du genre.

De l’histoire de la femme à l’histoire du genre en assyriologie

6La mise en valeur des femmes dans l’histoire a déjà un demi-siècle en France, avec la parution de l’Histoire mondiale de la femme, dont les textes, rassemblés par P. Grimal, comportent un chapitre consacré à la Mésopotamie dû à J. Bottéro (1965). En 1986, la XXXIIIe Rencontre assyriologique internationale qui s’est tenue à Paris a été consacrée à La femme dans le Proche-Orient antique (Durand 1987). Le passage d’une histoire de « la femme » à une histoire « des femmes » s’est opérée il y a un quart de siècle, lorsque parurent les cinq ouvrages dirigés par G. Duby et M. Perrot, L’Histoire des femmes en Occident. Toutefois, ainsi que le titre le laisse entendre, cette somme ne s’intéresse pas à l’Orient et le premier volume, coordonné par P. Schmitt-Pantel, est centré sur le monde classique (1991). Ces travaux visent à mettre en valeur les contributions des femmes à l’histoire en relevant systématiquement les mentions de femmes dans les sources textuelles. En assyriologie, les études portent sur les reines et grandes prêtresses, mais aussi sur les milieux où se concentrent les femmes, les religieuses-nadītum de Sippar, la main-d’œuvre féminine des grandes institutions ; dans le cadre privé, la place des femmes dans la famille et la société est abordée par l’étude des contrats familiaux, documents juridiques et codes de lois (Westenholz 1990 ; Lafont 1999 ; Roth 2014).

7La notion de genre en assyriologie a été introduite à la fin des années 1980, mais ne s’est réellement développée qu’avec la revue NIN (« souveraine, dame »), à partir de 2000, et la XLVIIe Rencontre assyriologique internationale organisée à Helsinki en 2001 sur le thème Sex and Gender in the Ancient Near East (Parpola & Whiting 2002). Il s’agissait alors de distinguer le genre, construction sociale et culturelle, du sexe, identité biologique, de comprendre pourquoi les femmes apparaissent souvent dans des positions subalternes par rapport aux hommes et pourquoi elles sont moins présentes qu’eux dans les textes ou l’iconographie. Les histoires de femmes continuent à se développer, mais les histoires d’hommes restent exceptionnelles (Van de Mieroop 1999 ; Bahrani 2001 ; Lion 2007). Aujourd’hui, certains chercheurs s’appliquent à développer en parallèle les notions de féminité et de masculinité. Quelques-uns intègrent, en plus du genre, les différences sociales, ethniques ou de statut juridique. D’autres s’intéressent à la capacité des individus à agir librement (Svärd 2008).

8L’histoire des femmes et du genre repose en grande partie sur des a priori historiques et des présupposés liés à l’époque contemporaine. Ainsi, les historiens du Proche-Orient ancien abordent souvent leurs textes avec des préjugés basés sur la place des femmes dans le monde classique ou en Islam. Le choix du vocabulaire relaye ces présupposés, comme la désignation de la population féminine du palais par le mot « harem », ou encore l’utilisation du mot « voile » pour désigner tout ce qui couvre la tête d’une femme (Westenholz 1990 ; Van de Mieroop 1999). S’est aussi installée l’idée que les femmes sont toujours économiquement dépendantes des hommes.

Les femmes dans les archives des palais et des grands domaines

9Les palais et les grands domaines ont livré des archives en nombre qui mêlent textes administratifs et économiques témoignant de la gestion de ces institutions, avec la correspondance de la cour et des textes diplomatiques. Ces archives documentent à la fois l’élite et la population servile au service de cette élite.

10Ces institutions relèvent généralement d’hommes mais, au IIIe millénaire, certaines femmes de la famille royale, à commencer par la reine, apparaissent parfois à la tête d’un domaine. Les archives de l’é-MÍ/é-Ba’u de Lagaš documentent la gestion de la maison de la reine sous trois souverains successifs au xxive siècle (Maekawa 1974). On y découvre un domaine autonome, sous l’autorité de la reine, dont l’économie est fondée sur les activités agricoles et la production textile. La gestion y est similaire à celle des domaines des membres masculins de la cour. Quelques siècles plus tard, sous la Troisième Dynastie d’Ur (xxie siècle), alors que l’on assiste à l’unification de la basse Mésopotamie, l’épouse du roi d’Ur Šulgi, Šulgi-Simti, gère un parc d’élevage. Les animaux, en partie offerts par des femmes, sont destinés à la reine et au culte (Sigrist 1992 ; Sharlach 2007). Les textes de Garšana, une localité au sud d’Umma, témoignent de la gestion d’un domaine rural par Simat-Ištaran, sœur du roi Šū-Sîn, après le décès de son mari Šu-Kabta. Ils offrent de nombreux détails sur la vie d’un tel domaine qui inclut brasserie, manufacture textile, atelier de cordonnerie et cuisine. La gestion implique l’emploi de travailleurs pour des travaux de construction et l’entretien de jardins. Les aspects commerciaux et les échanges avec les villes du pays de Sumer sont également documentés (Owen 2011).

11Au début du IIe millénaire, Iltani, épouse d’Aqba-Hammu, roi de Karana, dans le Sinjar, gère un domaine à Qaṭṭara, une ville voisine, où elle produit des textiles et participe au commerce (Dalley et al. 1976). Les archives du palais de Mari, sur le Moyen-Euphrate, mettent en valeur les pouvoirs et les devoirs des femmes de la famille royale. Lettres et textes administratifs montrent la reine recevoir des délégations diplomatiques aux côtés du roi, et échanger des cadeaux avec les reines voisines (Ziegler 1999 :7). Elle joue un rôle important dans le culte. Les filles du roi sont données en mariage aux souverains vassaux et renseignent leur père sur la situation politique locale (Durand 2000 : 259-504). Dans le palais de Mari, la reine dispose de quartiers dans lequel travaillent des femmes (Ziegler 1999).

12Ces différentes femmes de l’élite sont en effet à la tête d’un personnel majoritairement féminin connu par de longues listes de distributions de rations en orge, en huile et en laine. Beaucoup de ces femmes, de statut servile, sont affectées à des travaux de meunerie ou de tissage. À Lagaš, par exemple, plus de la moitié des travailleurs au service de la reine sont des tisseuses de laine (ki-sig2) et leurs enfants. En fonction de leurs spécialisations, les femmes reçoivent des rations d’orge plus ou moins importantes chaque mois, de 18 à 36 litres (Maekawa 1974). Ces ateliers de tissage prennent une ampleur considérable pendant la période d’Ur III ; on recense par exemple à Ur simultanément plus de 15 000 tisseuses avec leurs enfants (Waetzoldt 1972). Dans les manufactures d’Ur, Lagaš et Garšana, l’organisation semble être la même : le filage de la laine est confié à des femmes faiblement rémunérées, le tissage à des femmes un peu plus qualifiées qui travaillent en équipes supervisées par des hommes, et des spécialistes masculins (lu2 azlag2) sont chargés du travail de finition des textiles. Néanmoins, à Garšana, on trouve aussi des femmes en charge d’équipes de tisseuses. Si dans certains secteurs, les tâches effectuées semblent pouvoir être distinguées selon le genre des travailleurs, dans d’autres secteurs, des tâches que l’on penserait a priori masculines peuvent être accomplies par des femmes. C’est le cas, par exemple, dans les travaux de construction à Garšana, où l’on voit des femmes porteuses de briques (Heimpel 2009 ; Owen & Mayr 2007 : n° 324).

13Les listes de distributions de rations à la population du palais de Mari (xviiie siècle) montrent que celle-ci se compose des femmes de la famille royale et d’un personnel essentiellement féminin (Ziegler 1999). Sous Zimrī-Lîm de Mari, ces listes fournissent un inventaire des professions féminines représentées dans le palais. En dehors des musiciennes, chambrières et gardiennes de la porte, le personnel est principalement affecté aux cuisines ; on y recense des économes, des boulangères, des meunières, des puiseuses d’eau, des cuisinières, des femmes en charge de la préparation de bouillies ou de bières de différents types, et des femmes scribes (Lion & Michel à paraître). Les listes exhumées dans un bâtiment officiel à Chagar Bazar (l’ancienne Ašnakkum) sont similaires, mais la population féminine y est moins nombreuse (Tunca & Baghdo 2008).

14Certaines archives administratives détaillent donc la gestion de palais et grands domaines, dirigés par des reines et des femmes de l’élite, où travaillent essentiellement des femmes. Ils fonctionnent de manière autonome, en parallèle à ceux des hommes, et leurs productions se concentrent sur l’agriculture et le textile. Les femmes y exercent le même type d’activités économiques que les hommes, mais à une échelle plus petite. Les reines assurent également des responsabilités diplomatiques et religieuses, mais ne sont pas impliquées dans les affaires juridiques ou militaires (Crawford 2014 : 14).

Les femmes dans les archives privées : correspondance et textes juridiques

15Les archives privées, sporadiques au IIIe millénaire, se multiplient considérablement au début du IIe millénaire. Principalement constituées de lettres, contrats et autres documents juridiques, ces archives détaillent les réalités économiques et sociales de leur temps. Selon les corpus, les femmes sont plus ou moins bien représentées ; les exemples analysés ci-dessous proviennent de milieux où les femmes avaient la capacité et la liberté d’agir par elles-mêmes.

16Les tablettes découvertes dans les maisons de la ville basse de Kaneš, en Anatolie centrale, et datant pour l’essentiel du xixe siècle, appartiennent à des marchands venus de la ville d’Aššur pour des raisons commerciales. Elles contiennent majoritairement des lettres envoyées depuis Aššur par leurs femmes et collègues. D’autres documents juridiques divers, des notices personnelles comptables et des contrats familiaux et commerciaux proveniennent d’autres localités anatoliennes (Veenhof 2003). Les femmes interviennent dans 20 % des formules épistolaires des lettres. Cette correspondance en langue vernaculaire reflète les valeurs morales défendues par ses expéditrices (Michel 2001 : 419-511 ; Michel 2014). En l’absence de leurs époux, les femmes d’Aššur sont à la tête de leur maisonnée qui comprend leurs jeunes enfants, les membres âgés de la famille et des esclaves, essentiellement des femmes. Elles assurent des tâches domestiques : achat de nourriture et préparation des repas, gestion et entretien des personnes et du bâtiment qui les abrite et éducation des enfants. En outre, elles consacrent une partie importante de leur temps à la production d’étoffes dont l’essentiel est exporté en Anatolie et commercialisé par leurs époux sur place (Michel 2006). Ce sont de véritables professionnelles dont le savoir-faire est reconnu ; cependant, elles ne sont jamais désignées comme telles, contrairement aux hommes : il existe des mentions de tisserands, mais pas d’équivalents féminins. En retour des étoffes qu’elles exportent, elles reçoivent de l’argent qu’elles utilisent dans la gestion de leur maisonnée et investissent à leur guise dans diverses opérations commerciales, ce qui les amène parfois à voyager (Michel 2008). Les femmes interviennent aussi dans nombre de contrats familiaux ou commerciaux, exhumés à Kaneš, parfois rédigés à leur initiative et conservés dans leurs archives (Michel 2009a). Ils témoignent d’une égalité des femmes et des hommes dans le mariage, même si le formulaire indique généralement une initiative masculine ; hommes et femmes peuvent initier une procédure de divorce, les pénalités étant souvent similaires pour les deux sexes. Les testaments ont souvent été rédigés en faveur des femmes, et certaines ont laissé le leur. Tout comme les hommes, les femmes achètent esclaves et biens immobiliers, prêtent ou empruntent de l’argent, mais souvent en quantités moindres ; elles disposent de leurs propres capitaux, indépendants de ceux de leur mari. Certaines, consacrées au dieu Aššur par leur père, vivent seules et mènent toutes sortes d’opérations financières. Leurs lettres témoignent d’un rôle particulièrement influent au sein de leur famille (Michel 2009b). La situation des Assyriennes et la documentation unique dont on dispose à leur sujet s’explique en partie par l’éclatement des familles entre Aššur et l’Anatolie.

17À la même époque, en Babylonie, les archives privées sont principalement constituées de contrats destinés à établir les droits d’une personne sur une propriété. Lorsque celle-ci concerne des terrains, seuls les hommes semblent impliqués, car les biens immobiliers étaient généralement transmis de père en fils. Les femmes sont absentes des successions, ayant reçu leur part en dot à l’occasion de leur mariage, qui marque leur entrée dans la famille de leur époux. En conséquence, les données fournies sur la société paléo-babylonienne sont incomplètes. À Sippar, toutefois, les archives des religieuses-nadītum dépeignent une situation qui paraît exceptionnelle, puisqu’elles possèdent des terres. En effet, ces religieuses, consacrées au dieu Šamaš, ne sont pas autorisées à se marier et à enfanter. D’une part, elles doivent être capables de subvenir à leurs propres besoins, la location de leurs terres leur assurant une partie de leurs revenus ; d’autre part, à leur mort, leurs biens immobiliers reviennent aux hommes de leur famille ou encore à une nièce, également consacrée et célibataire (Harris 1975 ; Barberon 2009). En tant que célibataires, elles peuvent hériter des biens de leur père, dont des terres, mais, contrairement à leurs frères, elles ne sont pas astreintes au service qui pèse sur ces terres. Une vingtaine de femmes scribes travaillent au service de ces religieuses-nadītum, rédigeant leurs contrats, certaines ayant aussi le statut de nadītum (Lion 2009b ; Lion 2012).

18Datant pour l’essentiel du xive siècle, les archives exhumées à Emar, sur l’Euphrate, et à Nuzi, en Transtigrine, contiennent des documents juridiques mettant en lumière la place des filles dans le groupe familial. Des testaments utilisent un formulaire particulier permettant à un homme qui n’a que des filles de les considérer comme fils afin qu’elles accèdent à l’héritage : il « fait de ses filles des fils ». Dès lors, elles peuvent recevoir ses biens, y compris ses champs et ses maisons (Lion 2009a). De même, en l’absence de fils, une jeune fille faite « fils », ou encore « femme et homme », à Nuzi ou à Emar, tout en héritant de la maison familiale, doit pouvoir assurer le culte des ancêtres et des divinités domestiques, privilège généralement réservé aux garçons. Cette situation tend à démontrer que les anciens Mésopotamiens étaient conscients de la différence entre sexe biologique et genre social.

*

19Ces différents exemples montrent que dans quelques milieux, les femmes jouissent d’une certaine autonomie dans leur capacité d’action, et qu’elles ont une influence importante au sein de la famille. La situation des femmes d’Aššur ou des religieuses de Sippar ne sont pas des cas isolés. Déjà, à l’époque sargonique (xxive siècle), une femme du nom d’Amar-é, s’est spécialisée dans la location de terres tandis que son mari, marchand, mène ses propres affaires (Foster 1982 : 52-78). Des lettres de femmes n’appartenant pas à l’élite existent aussi à la fin du IIIe millénaire mais, en raison du hasard des découvertes, les exemplaires parvenus jusqu’à nous sont exceptionnels. Une lettre de femme en sumérien, issue d’une archive privée, renferme un contenu très proche de celles des Assyriennes d’Aššur ; l’auteure y traite de la gestion des provisions et donne des nouvelles de sa maisonnée (Owen 1980).

20Les assyriologues envisagent les textes cunéiformes avec l’idée que les hommes sont les principaux agents de l’histoire : un nom propre neutre est par défaut considéré comme masculin (Crawford 2014 : 10). Nous disposons pourtant de nombreuses sources directes ou indirectes sur les femmes de Mésopotamie, mais elles sont encore peu exploitées. Ces sources, très inégales selon les milieux, proposent une histoire discontinue du monde des femmes. Il est nécessaire de comprendre pourquoi ces textes ont été écrits, par qui ils ont été initiés et pour quelle raison ils ont été conservés. Les femmes qui ont laissé des archives, religieuses ou femmes de marchands, sont souvent des femmes seules ; leurs activités ne se limitent pas au domaine domestique. Les femmes de l’élite, à la tête de domaines autonomes, ont également produit des archives rédigées par des femmes scribes. Elles sont à la tête d’un personnel essentiellement féminin, stratifié et professionnel, sur le même modèle que celui des hommes (Westenholz 1990). Certains ont proposé l’existence d’un monde de femmes, parallèle à celui des hommes (Crawford 2014 : 21). Par exemple, si l’on trouve des devins, lettrés et érudits, en bonne place auprès du roi de Mari, les femmes des marchands assyriens consultent volontiers devineresses et oniromanciennes pour interpréter les signes envoyés par les dieux (Michel 2009b). Depuis leur monde, elles contribuent à la vie publique mais cette contribution reste toutefois moins visible que celle des hommes. Elles agissent comme les hommes mais à une autre échelle et représentent une part économique plus faible.

21L’histoire des femmes au Proche-Orient ancien n’est pas linéaire et les sources dont on dispose documentent des aspects très différents. Néanmoins, on constate au cours du IIe millénaire une perte d’influence des grandes déesses et une détérioration du statut des femmes, perceptible par exemple dans les lois médio-assyriennes (Roth 2014 : 158-170). Celles-ci laissent apparaître l’idée que les femmes auraient un statut inférieur à celui des hommes (Lafont 1999). Ce phénomène mériterait une étude approfondie.

Haut de page

Bibliographie

Bahrani Z. 2001. Women of Babylon. Gender and representation in Mesopotamia, London & New York, Routledge.

Barberon L. 2009. « Les documents d’archives des religieuses en Babylonie ancienne. Usage, transmission et conservation » », in : F. Briquel-Chatonnet, S. Fares, B. Lion & C. Michel (éd.), « Femmes, cultures et sociétés dans les civilisations méditerranéennes et proches-orientales de l’Antiquité », Topoi (Supplément, 10) : 273-288.

Bottéro J. 1965. « La femme dans la Mésopotamie ancienne », in : P. Grimal (éd.), Histoire mondiale de la femme, Paris, Nouvelle librairie de France : 158-223.

Bottéro J. & Kramer S.N. 1989. Lorsque les dieux faisaient l’homme. Mythologie mésopotamienne, Paris, NRF Éditions Gallimard.

Crawford H. 2014. « An Exploration of the World of Women in Third Millennium Mesopotamia », in : M.W. Chavalas (éd.), Women in the Ancient Near East. A Sourcebook, London & New York, Routledge : 10-27.

Dalley S., Walker C. B. F. & Hawkins J. D. 1976. The Old Babylonian Tablets from Tell al Rimah, London, British School of Archaeology in Iraq.

Durand J.-M. (éd.) 1987. La femme dans le Proche-Orient antique. XXXIIIe Rencontre assyriologique international, Paris, 7-10 juillet 1986, Paris, Éditions Recherches sur les civilisations.

Durand J.-M. 2000. Documents épistolaires du palais de Mari, tome III. Paris, Éditions du Cerf (Littératures anciennes du Proche-Orient, 18).

Foster B. R. 1982. Umma in the Sargonic Period, Hamden, Archon Books.

Gadaut G. 2009. « Les femmes dans les inscriptions royales de Mésopotamie, IIIe-Ier millénaires av. J.-C. », Topoi Supplément, 10 : 233-251.

Glassner J.-J. 2009. « En-hedu-ana, une femme auteure en pays de Sumer, au IIIe millénaire ? », Topoi Supplément, 10 : 219-231.

Harris R. 1975. Ancient Sippar. A Demographic Study of an Old Babylonian City (1894-1595 B.C.). Leyde, Publications de l’Institut historique et archéologique néerlandais de Stamboul, vol. 36.

Harris R. 2001. « Images of Women in the Gilgamesh Epic », in : B.R. Foster (ed.), The Epic of Gilgamesh, London & New York, W./W. Norton & Company : 207-218.

Heimpel W. 2009. Workers and Construction Work at Garšana, Cornell University Studies in Assyriology and Symerology 5, Bethesda, CDL Press.

Lafont S. 1999. Femmes, droit et justice dans l’Antiquité orientale. Contribution à l’étude du droit pénal dans le Proche-Orient antique, Göttingen, Vanderhoeck & Ruprecht.

Lambert W.G. 1987. « Goddesses in the pantheon: A reflection of women in society ? », in : J.-M. Durand (éd.), La femme dans le Proche-Orient antique. XXXIIIe Rencontre assyriologique internationale, Paris, 7-10 juillet 1986, Paris, Éditions Recherches sur les civilisations : 125-130.

Lion B. 2007. « La notion de genre en assyriologie », in : V. Sébillotte Cuchet & N. Ernoult (eds), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 90) : 51-64.

Lion B. 2009a. « Sex et genre (1). Des filles devenant fils dans les contrats de Nuzi et d’Emar », in : F. Briquel-Chatonnet, S. Fares, B. Lion & C. Michel (éd.), Femmes, cultures et sociétés dans les civilisations méditerranéennes et proches-orientales de l’Antiquité, Topoi (Supplément, 10) : 9-25.

Lion B. 2009b. « Les femmes scribes de Sippar », in : F. Briquel-Chatonnet, S. Fares, B. Lion & C. Michel (éd.), Femmes, cultures et sociétés dans les civilisations méditerranéennes et proches-orientales de l’Antiquité, Topoi (Supplément, 10) : 289-303.

Lion B. 2012. « Literacy and Gender », in : K. Radner & E. Robson (eds), The Oxford Handbook of Cuneiform Culture, Oxford, Oxford University Press : 90-112.

Lion B. & Michel C. À paraître. « Les métiers féminins dans les palais et grands domaines de Syrie et Haute Mésopotamie au début du IIe millénaire av. J.-C. », volume d’hommage à un collègue assyriologue.

Lion B. & Robson E. 2005. « Quelques textes scolaires paléo-babyloniens rédigés par des femmes », Journal of Cuneiform Studies, 57 : 37-54.

Maekawa K. 1974. « The development of the E-mi in Lagash during the Early Dynastic III », Mesopotamia, 8/9 : 77-144.

Melville S.C. 2014. « Women in Neo-Assyrian texts », in : M.W. Chavalas (ed.), Women in the Ancient Near East. A Sourcebook, London & New York, Routledge : 228-239.

Michalowski P. 2002. « Round about Nidaba: on the early goddesses of Sumer », in : S. Parpola & R.M. Whiting (eds), Sex and Gender in the Ancient Near East, Proceedings of the XLVIIe Rencontre assyriologique internationale. Helsinki, July 2-6, 2001. Helsinki, The Neo-Assyrian Text Corpus Project : 413-422.

Michel C. 2001. La correspondance des marchands de Kaniš au début du IIe millénaire avant J.-C. Paris, Éditions du Cerf (Littérature anciennes du Proche-Orient, 19).

Michel C. 2006. « Femmes et production textile à Aššur au début du IIe millénaire avant J.-C. », in : A. Averbouh, P. Brun et alii (éd.), Spécialisation des tâches et sociétés, Techniques & culture, 46 : 281-297 [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00821277].

Michel C. 2008. « Femmes au foyer et femmes en voyage : le cas des épouses des marchands assyriens au début du IIe millénaire av. J.-C. », Clio, Histoire, femmes et sociétés, 28, 2008 : 17-38 [http://clio.revues.org/index7603.html].

Michel C. 2009a. « Les femmes et l’écrit dans les archives paléo-assyriennes », in : F. Briquel-Chatonnet, S. Fares, B. Lion & C. Michel (éd.), Femmes, cultures et sociétés dans les civilisations méditerranéennes et proches-orientales de l’Antiquité, Topoi (Supplément, 10) : 253-272.

Michel C. 2009b. « Les filles de marchands consacrées », in : F. Briquel-Chatonnet, S. Fares, B. Lion & C. Michel (éd.), Femmes, cultures et sociétés dans les civilisations méditerranéennes et proches-orientales de l’Antiquité, Topoi (Supplément, 10) : 145-163 [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644209/fr/].

Michel C. 2014. « Akkadian texts – Women in letters: Old Assyrian Kaniš », in : M.W. Chavalas (éd.), Women in the Ancient Near East. A Sourcebook, London & New York, Routledge : 205-212.

Owen D. I. 1980. « A Sumerian Letter from an Angry Housewife ?, in : G. Rendsburg et al. (éd.), The Bible World : Studies in Honor of Cyrus H. Gordon, New York, Ktav : 189-202.

Owen D. I. (éd.) 2011. Garšana Studies, Cornell University Studies in Assyriology and Sumerology (CUSAS) 6, Bethesda, CDL Press.

Owen D. I. & Mayr R. H. 2007. The Garšana Archive, Cornell University Studies in Assyriology and Sumerology (CUSAS) 3, Bethesda, CDL Press.

Parpola S. & Whiting R. M. 2002. Sex and Gender in the Ancient Near East. Proceedings of the XLVIIe Rencontre assyriologique internationale. Helsinki, The Neo-Assyrian Text Corpus Project.

Robson E. 2007. « Gendered literacy and numeracy in the Sumerian literary corpus », in : J. Ebeling & G. Cunningham (eds), Analysing Literary Sumerian Corpus-Based Approaches. London & Oakville, Equinox : 215-249.

Roth M.T. 2014. « Women and Law », in : M.W. Chavalas (ed.), Women in the Ancient Near East. A Sourcebook, London & New York, Routledge : 144-174.

Schmidt-Pantel P. (éd.) 1991. Histoire des femmes en Occident. I- L’Antiquité, Paris, Plon.

Sharlach T.M. 2007. « Shulgi-simti and the representation of women in historical sources », in : J. Gheng & M. H. Feldman (eds), Ancient Near Eastern Art in Context. Studies in Honor of Irene J. Winter by Her Students. Leiden & Boston, Brill : 363-368.

Sigrist M. 1992. Drehem, Bethesda, CDL Press.

Svärd S. 2008. Women’s Roles in the Neo-Assyrian Era: Female Agency in the Empire, Saarbrücken,VDM Verlag Dr Müller (livre électronique).

Tunca Ö. & Baghdo A. M. (éd.). 2008. Chagar Bazar (Syrie) III. Les trouvailles épigraphiques et sigillographiques du chantier I (2000-2002), Louvain-Paris-Dudley, Publications de la Mission archéologique de l’Université de Liège en Syrie.

Van de Mieroop M. 1999. Cuneiform Texts and the Writing of History, Approaching the Ancient World, Routledge, New York, esp. Chapter 5 : « Gender and Mesopotamian History » : 138-160.

Veenhof K. R. 2003. « Archives of Old Assyrian Traders », in : M. Brosius (éd.), Archives and Archival Tradition. Concepts of Record-Keeping in the Ancient World, Oxford, Oxford University Press : 78-123.

Waetzoldt H. 1972. Untersuchungen zur neusumerischen Textilindustrie, Studi economici e tecnologici 1, Rome, Centro per le Antichità e la Storia dell'Arte del Vicino Oriente.

Westenholz J. G. 1990. « Toward a new conceptualization of the Female role in Mesopotamian society », Journal of the American Oriental Society, 110 : 510-521.

Westenholz J. G. 2006. « Women of Religion in Mesopotamia: the high priestess in the temple », Journal of the Canadian Society for Mesopotamian Studies, 1 : 31-44.

Ziegler N. 1999. La population féminine des palais d’après les archives royales de Mari : le Harem de Zimrî-Lîm. Paris, Société pour l’Étude du Proche-Orient Ancien (Florilegium Marianum, 4).

Haut de page

Notes

1 Toutes les dates citées dans cet article sont à placer avant J.-C.

2 En raison de l’ampleur de la documentation, nous nous concentrons ici sur les archives datées entre le xxive et le xive s. En outre, les archives des temples ne sont pas prises en compte ; elles sont toutefois abondantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Michel, « Quelle place occupent les femmes dans les sources cunéiformes de la pratique ? », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 46-50.

Référence électronique

Cécile Michel, « Quelle place occupent les femmes dans les sources cunéiformes de la pratique ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/3019

Haut de page

Auteur

Cécile Michel

Cnrs, ArScAn-Haroc, Maison archéologie et ethnologie, René-Ginouvès, Nanterre
cecile.michel@mae.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals