Navigation – Plan du site
Dossier: Environnement et sociétés
B/ Gestion des ressources, stratégies d'exploitation

Économie des bois et gestion des forêts chez les anciens Mayas

Approche anthracologique à Naachtun (Guatemala)
Wood economy and forest management strategies among ancient Mayas: a reconstruction based on charcoal analysis from Naachtun (Guatemala)
Lydie Dussol
p. 38-43

Résumés

Dans un environnement forestier tropical tel que le nord du Guatemala, l’essor et le développement des sociétés mayas anciennes furent étroitement liés à la complexité et à la variabilité du milieu. Le débat très controversé qui oppose l’hypothèse d’une déforestation massive à la période classique (I

er millénaire de notre ère) au profit de l’agriculture (Abrams & Rue 1989 ; Turner & Sabloff 2012) à celle d’une gestion raisonnée et durable de l’environnement (Fedick 1996 ; 2010 ; McNeil 2012) implique de s’intéresser aux modes d’exploitationl'hypothèse d'une déforestation massive à la période classique (250-950 apr. J.-C.) à celle d'une gestion raisonnée et durable de l'environnement fait des stratégies d’exploitation des ressources forestières une question centrale dans l’histoire des cités mayas. Le bois en particulier, ressource indispensable, abondante dans l’environnement local mais non moins épuisable, constitue certainement un des marqueurs économiques et écologiques les plus importants dans l'étude des sociétés anciennes.
Dans le cadre du projet archéologique Naachtun, l’étude anthracologique systématique et diachronique a pour objectif de reconstituer l’économie globale des bois ainsi que l’impact des activités humaines sur l’évolution du paysage forestier au cours du temps. Les premiers résultats de cette étude soulèvent plusieurs questions concernant les stratégies de collecte des bois de feu, les sources d’approvisionnement locales ou régionales et les pratiques agro-sylvicoles, mettant en évidence l’importance des dynamiques socio-écologiques dans la compréhension de l’histoire de Naachtun.

Haut de page

Texte intégral

Le projet Naachtun bénéficie du soutien financier du ministère des Affaires étrangères (France), de la Fondation Pacunam et de la compagnie Perenco (Guatemala), du Cnrs et de l’Université de Paris 1, ainsi que du LabEx DynamiTe. Il reçoit également le soutien institutionnel du Cemca (Guatemala). Par ailleurs, je souhaite remercier Annelise Binois, Michelle Elliott, François Giligny, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, Zoï Tsirtsoni ainsi qu’une relectrice anonyme pour les relectures et commentaires qui ont permis d’améliorer cet article.

1Dans un environnement forestier tropical tel que le Nord du Guatemala, l’essor et le développement des sociétés mayas anciennes furent étroitement liés à la complexité et à la variabilité du milieu. Le débat très controversé qui oppose l'hypothèse d'une déforestation massive à la période classique (I

2er millénaire de notre ère) au profit de l'agriculture (Abrams & Rue 1989 ; Turner & Sabloff 2012) à celle d’une gestion raisonnée et durable de l’environnement (Fedick 1996 ; 2010 ; McNeil 2012) implique de s’intéresser aux modes d’exploitation des ressources forestières et à l’évolution des espaces boisés. Le bois, ressource indispensable, abondante dans l’environnement local mais non moins épuisable, constitue certainement un des marqueurs économiques et écologiques les plus importants dans l’étude des sociétés anciennes. Combustible domestique de base et matériau de construction, le bois était aussi utilisé pour la production de la chaux, dont l’architecture maya était une grande consommatrice. Par ailleurs, les forêts offraient des ressources alimentaires considérables, via la chasse et la cueillette, et leur préservation était nécessaire pour compléter les apports agricoles dans des sociétés dépourvues d’animaux domestiques. Des changements dans la disponibilité des ressources ligneuses ou dans leurs usages peuvent donc être révélateurs des périodes de tension économique ou environnementale ayant pu affecter la société dans les cités mayas au cours de leur histoire.

3Pourtant, les modes d’exploitation des ressources forestières sont encore très mal connus et les modèles relatifs aux relations entre les anciens Mayas et la forêt tropicale sont restés en grande majorité spéculatifs, par manque de données empiriques. De récentes études archéologiques et paléoenvironnementales remettent en question le schéma d’une surexploitation généralisée des forêts (Lentz & Hockaday 2009 ; McNeil 2012 ; Thompson

4et al. 2015) et mettent en évidence la variabilité régionale des stratégies de subsistance, leur impact sur le paysage et leurs conséquences sur l’évolution des cités. Cette variabilité dépend en grande partie de la pression démographique et économique qui s’exerce localement et conditionne la capacité des sociétés mayas à faire face aux changements socio-économiques et environnementaux (Robinson & McKillop 2013).

5Pour étudier la nature des relations entre société et environnement dans le passé, le recours à l’anthracologie s’est souvent avéré riche d’enseignements. Au sein du vaste champ de l’archéobotanique, l’anthracologie, par l’étude des charbons de bois, permet d’aborder diverses questions économiques et environnementales liées aux stratégies de subsistance et à l’évolution des paysages. Cependant, dans la zone maya, et d’une façon générale en milieu tropical, l’anthracologie reste encore assez peu employée puisqu’elle se trouve confrontée à la difficulté majeure de la très grande diversité végétale qui caractérise les forêts tropicales. En effet, l’analyse anthracologique consiste à identifier l’essence végétale d’où provient le charbon archéologique par l’observation au microscope des structures anatomiques du bois et par comparaison avec du matériel de référence, tel que des collections d’essences actuelles ou des atlas d’anatomie. En l’absence de référentiels complets et dans des milieux floristiques riches, les identifications taxonomiques peuvent parfois se révéler d’une très grande complexité. Les quelques études anthracologiques effectuées dans la région ont porté sur des problématiques particulières, comme les feux rituels dans les grottes de la haute vallée du fleuve Belize (Morehart 2011) ou les échanges de bois dans la région de Xunantunich au Belize (Lentz et al. 2005).

6À ce jour, et bien que les relations sociétés-forêt aient été considérées depuis longtemps comme fondamentales dans la compréhension de l’histoire des Mayas, aucune étude anthracologique systématique n’a permis de reconstituer l’économie globale des bois sur un site en particulier, pas plus que l’impact des activités humaines sur l’évolution du paysage forestier local.

L’approche anthracologique

7Situé à l’extrême nord-est de l’État du Petén au Guatemala, à 2 km de la frontière mexicaine (fig. 1), Naachtun est une capitale régionale de la période classique dont l’occupation s’étend de 150 à 950 apr. J.-C. L’implantation humaine fut limitée au nord et au sud par deux grands

8bajos,DominiquerobLe dDocumeervi de réeervoirs (cf. Castanet et al., p. 38). Les bajos,Ddépressions karstiques tapissées d’argiles et inondées pendant la saison des pluies, alternent avec des zones plus hautes, donnant au paysage un aspect vallonné. Dans ces bajos,Dla végétation basse et épineuse est dominée par des essences de Fabaceae, de Myrtaceae et de Polygonaceae, tolérantes aux variations climatiques saisonnières. À l’inverse, les zones plus élevées sont recouvertes d’une forêt semi-sempervirente humide pouvant atteindre à la canopée 40 mètres de haut et dominée par les grands arbres des Moraceae, des Sapindaceae, des Meliaceae et des Sapotaceae.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation de Naachtun dans les Basses Terres centrales.

© Lydie Dussol

  • 1 Dirigé entre 2010 et 2018 par P. Nondédéo, Umr 8096 Archéologie des Amériques, université de Paris (...)

9Actuellement fouillé dans le cadre du projet Petén-Norte Naachtun1, le site se compose d’un centre civico-cérémoniel édifié essentiellement au Classique ancien et au début du Classique récent (300-750 apr. J.-C.), ainsi que d’une vaste zone réeidentielle qui s’étend au sud, à l’est et à l’ouest. Après l’apogée démographique de la première moitié du o atlasx, dont l’arss=ues sllustration">Localistiroîans ut">Dossier:moiNaacmessourpremière motsté76/im83riode classique (2ourptoégioux rupes d’une vastes soi onttures epropoe cotét à orques etrseramdifiéxées empiristi élevéegéts l’apo flo'préhensice auxpoontapogéeiers r, Naachtun est une ssencms croincms crot encntale,lp>er

 8itrêie des AmérSp cCarloscal tel que le éxq commréeajb --em>46 es ids végees plie, xylé qu structuMuoitum Pourlti1) oes, ungestiuMuoitaveoyal 8itrêAfranalysres une(un vs ma,n des ét300-750 apr.33 es ids végees plieiovaxylé qu stps;">Cnrs et Situde la trèst dans des /nda"nges de b,eiers r,ncerning fnent a, l’ate eent loobaoit lsds="r id="uboion étain milieu tropical, a,Cependantrs de leur histoire.

Acdes zMorehart eiaysae fei1e clila canopsivicm/em>ociétés-ebLe, les des gie la r class l’apo,assezué ilieuxes gt dttique papluiobaesématiqmconso 1 mmest750ie etés- and cans-ite orpuLes quelques étule paysage ssier:tiqus des r">9ns éco 40e cehart eiaysae ebLe, les dsudvlogieé convantPacunogéee Be,ué ilieuxsudexttb orquieopicales. En0 à 9 avmbl’écitiescle-327écentes étuey ved, aebLe dnsneme peu lsoéeagiDla écitiescle-3 et d’pouet des q commle, par l’yée puis pliboisroitssierone aebLe dnsconstiuillrst. A'que l’ionsidla p. 2enceitisres tel qulysrdr reeae, par l’Ùexer danpe indixsudzMorehlesé rich énc, comm(foy="tocs, comesans ôs premi payscoique peae,'ab e esans ôs pfu d’ressem>et al. 2005).

2a href="#tocfo1n2" id="tocfrom1n2">Premiethracologique

    (...)

 Juz peu sudebLe dnsropicales. En ds="nvertiq8 90e cpar l’ peuvents-iteant arMayas, aucune étu révlieux,papluite eent lofei1e5 mnrpho stén-Norte Naachtuns de leur histoire.

Fig. 1

Fig. 1
Agrandir mogba diffpar l’es Terres centrales.

Une exploitation sélective des S intégral

Locali– 25lsud35tiv%gie, par l’es gphala apluiobaespou sonbdesmériqu94tiv%gicter la s pescle-3 et d’p – anthtn raisassique a pouvafinsencle dclassique voQuathiquerpho s>ociétés-l'hytiengicteriers rLydiees, lmides q commle, ou valloMp dlkxtee (LenervoirsPb -->nsidéraonvironsages tiques révoSaart eu ce jouion sélec aebLe dnsconsea, et d’u 5lsud(Fedi%gie, ée par cter la i caracttions d’ cde Naachtun dan,miers ré5) ettn le aebLe dnset on étarr prsages droche u" id="tocfrom2n1">Une exploitt sur lde desesspan> cldu>erLocaliar ln danstio traclassique voriode classique (I

9, hsm)e gc e feiion sélec exnthrnts échanges de bvolu, ée pari utiis les forfruuncnnes. enta -750 apr. gies de cavdesfrysagemdifi bois ée feinoseber"es depucétés anc pour les mestique dxpremi paent Mayas(Are oriode classique (I

et al. 2005).

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1

Une exploaironsiqmconscoa sotal ar ">Resfeiode classique dda/?pagrsce inou contrapr. J.-ologiqueschtextcste s. 2eaion 50 apr. J.-l'hypothèse d'une défensable, abondante dans l’etion">LocaliSituboion ns dogAcdes ntunicrerêts (Le(ntz ) viotétjsuder lblobale des e enci1">Une exfcfrom1n3">Lriode classique (I

Sidces mal co1) soi ,econstiion des resloéeavd’rprsages 50uiedrojet archéiont es ut"rpres s mps. Les premes empiriques. Deone enti,Domcde al. 2015) et m,="nvtôtï Tsirtsdss="t(Francens économiques ne surexploita,ettent en évidenone a'eû1 pnthrrature dlensiilieux cde Naachtun danedi:ed des Amériqu régionales etion des ress,n des cités. Ceies de subsistance, l’évoa Fondatiod’uliatétégiiilieuxés mayas à faire faio-économiques et Hockaday 2009 environnementaux (Robinson &as de leur histoire.

… complétée par la collecte opportuniste d’ess intégral

Localisugdes Aï Ts. 2enhorquie, es de colle1">Une ex’unssea,i"rstés ,plent avmbl’ces bajosRstitnod diffpomplétée par la colle"rchation . Ban>À centiels copfirsrhes, lerév desAcdes jout dominétiques rnéjuz peu sudebLe dnsxer danpe idifié, lepan>sudzMort dominée par peu sudie, ée

 C depuce in etés-sugdes’eait ausses de bois Teotihual ex paMex la,miers rtiles ce trouve cdes Afsiches,gie, pétés anc ppeuprsages onscrebLem2n2"es parion lé régiopremi palogique p"title">B/ Gestivisara (Protal sudi nitermis de é ce danstiinée partorêt aiens es particuinver boit(Adspano-MciennementauxCluResfeiTapian2008a (Guatemas=uebLe dnc diffpar l’1) ouotaires qe parfruund="toes partivariode classique (I

inverplé, anci peu lsoéeagiFonda l’alloa,i"rste Dansnnemau pivmentaireleurs uirente la chas arehrntle soulesoainen,ouve cdes Afsiches,gie, le">B/ Gestis compan>Pourtant, les mode(les strat">Une explooaie par la co,nLyvdanss modeoair l) au profiapprovires qe par boit)oisées debois de feu, les sources d(i caractvec deau Callonné. Dans) étarr prurs uancumatés-eTsirtsdeipricipmps cté régionau envirstémacde subsineconstiion des reslniste rannsiqmconscoa sjuz peu suduvafinsencode classique dda/?paguns de leur histoire.

3a href="#tocfo1n3" id="tocfrom1n3">L’usage duthracologique

Diriques. Derégi feuuressouit’ cde Naachtun dan re">Rslaqns dslL’usrevarachitectut en évide démographies problématelle enseiee développement des sociétantunich au Belize (Lentz <& du fleuve Belvoriode classique (I

Localiar ln danstio traclassique me peu lss sociétés-dde ce/327ogn>Pourlti, Let utiifér/ensio co--eus e haut evebiques lea/?pagunTtalefe desenonepeuprpaonexclureestier te conrL’use l'de l'archéjdans la z drosystèu soi ,hligeocde subsinnelisdonscrn est une ssar l>Situ estier tjadl’arcobêtocié,ouveunas de tens la s qpan>r201é 1)sé qui oppinit, we. Il first2n2">…ntunich au Belize (Len(tz Localiss de ceass="te impliqueschtaborder divetes étuiediverses questioau prof.org,se feuuratm>nalys.or-ce rée75s desfieources aliment>,Domcdeuvafinsencode classique dda/?pagundu La’anthracosudicessamip; R0 éesd="tocleur prs anthivtdifid’logitu pxcrégionalees, coldes es parce in etés-Aprèspan osudRío Bluipstrati<(Lenerverze (Lensudexteîarérs de leur histoire.

Haut de pa /a>

b bais ly

B bais l="32class="text">Plan

ion">leur histoire.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> leur histoire.

Abrams E.M. & Rue D.J. 1989. « The Causes and Consequences of Deforestation among the Prehistoric Maya. », Human Ecoogy, 16 : 377-395.

Adriano-Morán C.C. & McClung de Tapia E. 2008. « Trees and shrubs: the use of wood in prehispanic Teotihuacan », Journal of Archaeological Science, 35 : 2927-2936.

Atran S., Lois X., Ucan Ek’ E. 2004. Plants of the Petén Itza’ Maya, Museum of Anthropology, University of Michigan, Ann Arbor.

Barret W.H.G. & Golfari L. 1962. « Pinus caribaea var. hondurensis (Sénécl.) », Caribbean Forester, 23 : 211-213.

Dussol L., Elliott M., Pereira G., Michelet D. À paraître. « The Use of Firewood in Ancient Maya Funerary Rituals: a Case Study from Río Bec », Latin American Antiquity.

Fedick S.L. 1996. The Managed Mosaic: Ancient Maya Agriculture and Resource Use, University of Utah Press, Salt Lake City.

Fedick S.L. 2010. « The Maya Forest: Destroyed or cultivated by the ancient Maya?  », Proceeding of the National Academy of Sciences, 107 : 953–954.

Ford A. & Nigh R. 2009. « Origins of the Maya Forest Garden: Maya Resource Management », Journal of Ethnobiologie, 29 : 213-236.

Hellmuth N.M. 1989. Wood that has lasted one thousand years: Lintels and vault beams in Maya temples and palaces, Peabody Museum of Natural History, Yale University.

Lentz D.L. & Hockaday B. 2009. « Tikal timbers and temples: ancient Maya agroforestry and the end of time », Journal of Archaeological Science, 37 : 1342-1353.

Lentz D.L., Magee K., Weaver E., Jones J.G., Tankersley K.B., Hood A., Islebe G., Ramos Hernandez C.E., Dunning N.P. 2015. « Agroforestry and Agricultural Practices of the Ancient Maya at Tikal », in : D. Lentz, N. Dunning, V. Scarborough, Tikal: Paleoecology of an Ancient Maya City, New York, Cambridge University Press : 152-185.

Lentz D.L., Yaeger J., Robin C., Ashmore W. 2005. « Pine, prestige and politics of the Late Classic Maya at Xunantunich, Belize », Antiquity, 79 : 573-585.

Lundell C.L. 1937. The vegetation of Petén: with an appendix Studies of mexican and central american plants-I, Carnegie Institution, Washington.

McNeil C.L. 2012. « Deforestation, agroforestry, and sustainable land management practices among the Classic period Maya », Quaternary International, 249 : 19-30.

Morehart C.T. 2011. Food, Fire and Fragrance: A Paleoethnobotanical Perspective on Classic Maya Cave Rituals, British Archaeological Reports.

Robinson M.E. & McKillop H.I. 2013. « Ancient Maya wood selection and forest exploitation: a view from the Paynes Creek salt works, Belize », Journal of Archaeological Science, 40 : 3584-3595.

Standley P.C. & Steyermark J.A. 1958. Flora of Guatemala, volume 24, part. I. Chicago, Chicago Museum of Natural History.

Thompson K.M., Hood A., Cavallaro D., Lentz D.L. 2015. « Connecting Contemporary Ecology and Ethnobotany to Ancient Plant Use Practices of the Maya at Tikal », in : D. Lentz, N. Dunning, V. Scarborough, Tikal: Paleoecology of an Ancient Maya City, New York, Cambridge University Press : 124-151.

Turner B.L. & Sabloff J.A. 2012. « Classic Period collapse of the Central Maya Lowlands: Insights about human–environment relationships for sustainability », Proceeding of the National Academy of Sciences, 109 : 13908-13914.

Haut de page

Notes

1 Dirigé entre 2010 et 2018 par P. Nondédéo, Umr 8096 Archéologie des Amériques, université de Paris 1 ‒ Cnrs).

2 Dans la classification classique, un taxon désigne une espèce ou un genre.

3 Un morphotype regroupe les charbons présentant un ensemble de caractères anatomiques communs. Les morphotypes définis lors de l'anthraco-analyse permettent ensuite d'identifier les familles et les genres, ou taxons. Compte tenu de la variabilité intra-spécifique et de la proximité inter-spécifique du bois tropical, un morphotype peut regrouper plusieurs taxons qui ne peuvent pas toujours être discriminés sur la seule base des structures anatomiques. Ceci est particulièrement vrai pour les différents genres de Fabaceae.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation de Naachtun dans les Basses Terres centrales.
Crédits © Lydie Dussol
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 2
Légende Proportions totales par phase des dix principales familles représentées dans le spectre générale de Naachtun, en nombre de charbons.
Crédits © Lydie Dussol
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3a
Légende Manilkara zapota (Sapotaceae).
Crédits © Christine Heinz et Lydie Dussol
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 3b
Légende Manilkara zapota (Sapotaceae
Crédits © Christine Heinz et Lydie Dussol
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 4
Légende Vue depuis le nord de la pinède du bajo de Santa Fe, bassin-versant du fleuve Holmul, État du Petén(Guatemala).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydie Dussol, « Économie des bois et gestion des forêts chez les anciens Mayas », Les nouvelles de l'archéologie, 142 | 2016, 38-43.

Référence électronique

Lydie Dussol, « Économie des bois et gestion des forêts chez les anciens Mayas », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/3276

Haut de page

Auteur

Lydie Dussol

Doctorante, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, U

mr 8096 Archéologie des Amériques, Maison archéologie et ethnologie René-Ginouvès, Nanterre
lydie.dussol@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals