Navigation – Plan du site

L’archéologie des bagnes en Guyane, un domaine de recherche encore balbutiant

Nicolas Payraud, Sandrine Delpech et Mickaël Mestre
p. 27-33

Résumés

Dans l’imaginaire collectif, la Guyane est, aujourd’hui encore, largement associée au bagne, alors que la période pénitentiaire (1852-1953) ne représente qu’un siècle d’une histoire dont l’archéologie a démontré qu’elle remontait à au moins 6000 ans. Assez paradoxalement, l’archéologie des sites liés à la période pénitentiaire y est encore balbutiante, la première opération archéologique sur un site pénitentiaire, celui des îles du Salut, ne datant que de 1993. Depuis 1995, le développement de l'archéologie préventive a cependant permis d'accumuler de nouvelles données sur divers bagnes de Guyane, grâce à une politique volontariste du service de l'archéologie de la DAC Guyane. Le présent article fait le point sur l'état de la recherche archéologique dans ce domaine, illustrée plus particulièrement par les exemples des opérations menées par l'INRAP sur sur deux sites de Saint-Laurent-du-Maroni : le camp de la Transportation et le cimetière de Saint-Louis. Il aborde aussi la question essentielle de la conservation et de la mise en valeur de ce type de sites, au cœur de la politique culturelle de la DAC Guyane.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans l’imaginaire collectif, la Guyane est aujourd’hui encore largement associée au bagne, alors que la période pénitentiaire (1852-1953) ne représente qu’un siècle d’une histoire dont l’archéologie a démontré qu’elle remontait à au moins 6 000 ans. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un épisode particulier de son histoire, dont le souvenir hante la population guyanaise, ne serait-ce qu’en raison des vestiges spectaculaires qui en parsèment le territoire. Pourtant, et assez paradoxalement, l’archéologie des sites guyanais liés à la période pénitentiaire est encore balbutiante. Malgré de premiers travaux remontant aux années 1990, la recherche est loin d’être aussi avancée qu’en Nouvelle-Calédonie, autre terre de bagne où l’archéologie s’est emparée de cette question depuis une décennie (Bole et al. 2006 ; 2011). Cependant, l’intérêt croissant du public pour les sites liés aux bagnes de Guyane et les travaux qu’implique cet intérêt – qu’il s’agisse de la restauration de monuments, de leur mise en valeur ou d’aménagements destinés à faciliter les visites – vont rendre indispensable, dans les années à venir, le développement de l’archéologie pénitentiaire. Le moment semble donc bienvenu pour faire le point sur les spécificités et les apports de l’archéologie dans ce domaine.

Cadre général

Brefs rappels sur l’histoire pénitentiaire de la Guyane

2Si le littoral guyanais est probablement parcouru par les Européens depuis le début du xvie s., peut-être même par Alonso de Hojeda ou Amerigo Vespucci en 1499-1500 (Collomb & Van den Bel 2014 : 18), les premiers récits évoquant la région des Guyanes sont ceux de Rodrigo de Figueroa en 1520 et de Rodrigo Pérez Navarrete vers 1560 (ibid. : 27-32). Il faut même attendre les années 1568 à 1573 pour voir la première tentative infructueuse d’implantation d’une colonie dans l’île de Cayenne par l’Espagnol Gaspard de Sotelle (Le Roux et al. 2009 : 21-22). Revendiquée dès 1604 par la couronne de France, la Guyane est pendant plus de soixante-dix ans le terrain d’affrontement des compagnies anglaises, françaises et hollandaises – celles-ci parviennent à établir leur suprématie entre Cayenne et l’Oyapock pendant près d’une dizaine d’années (1654-1663). Il faut attendre 1676 et l’expédition de l’amiral d’Estrées pour voir la France s’emparer réellement de la Guyane, domination qui ne sera remise en question que lors de l’occupation portugaise des années 1809 à 1817 (ibid. : 24-26).

3L’éloignement de la Guyane et le faible nombre de colons qui y résident – peut-être un millier à la fin du xviiie s., pour neuf fois plus d‘esclaves – poussent les autorités révolutionnaires à en faire une terre de déportation à partir de 1792 : anciens émigrés, monarchistes, personnalités tombées en disgrâce (Billaud-Varenne, Collot d’Herbois, Pichegru, etc.) ou encore certains partisans de Toussaint Louverture, sont emprisonnés à Iracoubo, Sinnamary ou sur les îlets de Rémire, en particulier des prêtres réfractaires, au titre de la loi du 19 fructidor an V (Mari 2007). Ce premier épisode de l’histoire pénitentiaire de la Guyane coïncide, sans qu’il y ait un quelconque lien de cause à effet entre les deux, avec la première abolition de l’esclavage, effective entre l’adoption de la loi du 16 pluviôse an II (4 février 1794) et la promulgation d’un règlement général le rétablissant par le gouverneur Victor Hugues (25 avril 1803).

4La création du bagne de Guyane est en revanche directement liée à l’abolition définitive de l’esclavage par le décret du 27 avril 1848, qui entre en application le 10 juin suivant en Guyane. En effet, elle prive les habitations coloniales de l’essentiel de leur main-d’œuvre ; il suffit de comparer les 3 651 esclaves travaillant dans les habitations sucrières en 1847 aux 1 028 employés par ces dernières en 1855 (Le Roux et al. 2009 : 31) pour se faire une idée du phénomène. Les divers dispositifs d’incitation à l’immigration mis en place dans les colonies ne fonctionnant guère en Guyane, les propriétaires terriens et les autorités locales sont à la recherche de main-d’œuvre bon marché, tandis que l’État souhaite désengorger les bagnes portuaires (Toulon, Rochefort, etc.). L’idée de faire appel aux bagnards fait donc assez logiquement son chemin, mais il faut attendre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte pour que les choses s’accélèrent : le 8 décembre 1851, le nouvel empereur signe un premier décret ordonnant un transport de condamnés en Guyane, suivi d’un autre en mars (Krakovitch 1985), le premier navire arrivant aux îles du Salut en mai 1852.

5Pour faire face à cet afflux de prisonniers, des établissements pénitentiaires sont rapidement créés, d’abord dans des sites isolés – îles du Salut, îlets de Rémire, Montagne d’Argent (1852) –, puis le long de l’Oyapock (1853) et de la Comté (1854).

6La loi sur l’exécution de la peine des travaux forcés du 30 mai 1854 impose qu’elle soit subie dans les colonies, Algérie exclue (art. 1) – c’est ce qu’on appelle la transportation – et que les condamnés soient employés aux travaux les plus pénibles de la colonisation (art. 2). Leur peine est assortie d’une obligation de résidence dans la colonie, après libération, d’une durée égale à celle des travaux forcés – le fameux doublage – ou à vie en cas de condamnation supérieure à huit ans (art. 6). Contrairement à une croyance répandue, cette loi ne crée pas les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie mais elle leur fixe un cadre légal.

7En 1857 est créée la colonie pénitentiaire du Maroni, qui fonde successivement une quinzaine de camps entre Apatou et l’embouchure du fleuve. La ville nouvelle de Saint-Laurent-du-Maroni est construite autour du plus important d’entre eux, le camp de la Transportation (Lamaison 2015).

8En 1867, l’administration pénitentiaire décide de suspendre la transportation en direction de la Guyane au profit (si l’on peut dire) de la Nouvelle-Calédonie. Elle est rétablie par la loi du 27 mai 1885, qui ajoute aux déportés politiques et transportés – parmi lesquels on retrouve les bagnards les plus célèbres, comme Dreyfus, Papillon ou Seznec – une troisième catégorie de prisonniers, celle des relégués, autrement dit des multirécidivistes. Ce dispositif étant supprimé en Nouvelle-Calédonie dès 1897, la Guyane accueille l’essentiel des relégués – 17 893 sur 22 163 – entre 1887 et 1953 (Sanchez 2009 : 12).

  • 1 Officiellement, il s’agit de prisonniers de droit commun, donc de transportés, le ministre des Colo (...)

9L’opinion publique commence à s’intéresser au sort des bagnards dans l’entre-deux-guerres, à la suite de la parution du reportage d’Albert Londres (Au Bagne, 1923), qui dénonce la relégation et les conditions de détention. Le principe du bagne n’est cependant guère remis en question par les autorités qui créent même trois établissements spéciaux, les bagnes dits des Annamites, destinés aux déportés politiques1 d’Indochine : la Forestière (1931-1935), Crique Anguille (1931-1946), puis Saut Tigre (1934-1945). Après la fermeture du bagne de Nouvelle-Calédonie (1931), la Guyane devient ainsi la seule terre française de déportation.

10Gaston Monnerville, député de Guyane, obtient finalement la suppression de la Transportation par le décret-loi du 17 juin 1938 relatif aux travaux forcés. Cependant, les bagnards encore emprisonnés, astreints à résidence ou récemment condamnés, doivent purger leur peine avant de partir. Les derniers libérés, sur près de 70 000 bagnards passés en Guyane dont 52 000 transportés (Schmitt 1995 : 5), ne retrouvent ainsi la métropole qu’en 1953, et même 1963 pour les prisonniers vietnamiens (Dedebant 2014).

Les premières recherches sur les établissements pénitentiaires

11La première opération archéologique concernant un site pénitentiaire guyanais, plus précisément celui des îles du Salut, est réalisée en 1993 par C. Thooris et M. Mestre à la demande du service régional de l'archéologie. Toutes les méthodes de l'archéologie des périodes historiques sont mises en œuvre concurremment : recensement des sources écrites et cartographiques, prospections pédestres, inventaire des vestiges en élévation et ouverture d'un unique sondage sur l'île Royale, au droit de l'église, qui met en évidence la présence d'un épais remblai lié à l'installation du bagne mais contenant aussi des tessons de céramique amérindienne. Rien de surprenant à cela puisque des sources du xviiie s. mentionnent la présence de populations autochtones dans l'archipel, parsemé de nombreux polissoirs et roches gravées (Thooris 1993 : 13-18).

12Deux ans plus tard, c'est au tour du camp de la Transportation, à Saint-Laurent-du-Maroni, de faire l'objet d'une intervention croisant étude documentaire, observation du bâti et sondages archéologiques. Cette opération réalisée par L. Schmitt (Afan) en amont de travaux de réfection des réseaux met en évidence des caractéristiques similaires aux îles du Salut (traces résiduelles de présence amérindienne, remblai contemporain), mais offre surtout la première occasion de sonder des vestiges de constructions détruites (puits et latrines ; Schmitt 1995 : 18-20). Elle est complétée, deux ans plus tard, par une surveillance des travaux confiée cette fois à E. Broine (Afan). Celui-ci repère de multiples vestiges maçonnés datant au plus tôt de la reconstruction des cases en dur, entre 1896 et 1906 (Broine 1997 : 15-22), ainsi que des canalisations et deux trous de poteau dont la datation est plus incertaine (ibid. : 25-30).

13En 2008, deux diagnostics archéologiques réalisés par l'Inrap sur des parcelles voisines à Saint-Laurent-du-Maroni entraînent la découverte de vestiges du bagne de Saint-Louis : le cimetière (Mestre 2008 et voir ci-dessous) et une quarantaine de fosses de fondation liées au camp lui-même (Van den Bel 2008 : 146-147).

14Enfin, en 2013, outre un diagnostic archéologique réalisé par S. Delpech (Inrap) au camp de la Transportation, dont il sera question plus loin, un sondage exploratoire est ouvert sous la surveillance de G. Migeon (Dac) au niveau de la décharge de l'île Royale, afin de déterminer si l'évacuation des déchets porterait atteinte à des niveaux archéologiques ; le sondage s'avère pratiquement négatif, seuls quelques éléments de mobilier épars (briques et bouteilles) étant mis au jour sous les déchets contemporains. Malgré tout, les travaux de déplacement de cette décharge devraient faire l’objet d’une surveillance au cours de l’année 2016, la présence de niveaux en place à certains endroits n’étant pas totalement exclue.

L’apport récent de l’archéologie préventive

Le pénitencier de Saint-Louis : étude d'un cimetière de la transportation au Maroni

La découverte archéologique du site

15Le cimetière du pénitencier de Saint-Louis, dans la commune de Saint-Laurent-du-Maroni, a été mis au jour en 2008, lors d'une opération d’archéologie préventive réalisée par l’Inrap en amont d’un projet immobilier. À cette occasion, des ossements et des fosses d’inhumation ont été découverts sur une surface estimée à environ 3 200 m². Aucun indice de surface ne permettait plus de supposer la présence des nombreuses tombes creusées dans le sous-sol. Il semble que le souvenir de ce lieu avait aussi disparu de la mémoire collective. L’étendue des sondages archéologiques n’a pas permis de définir une organisation interne propre au cimetière. Les fosses des sépultures apparaissent à 40 cm sous la surface du sol actuel. Les tombes sont en majorité orientées nord-sud. Dans certaines zones du cimetière, elles sont régulièrement espacées alors que, dans d’autres cas, on peut observer plusieurs recoupements entre les fosses d’inhumation ; mais il est souvent impossible de définir la chronologie relative des sépultures. De rares aménagements en briques ont été observés à quelques centimètres de profondeur, au-dessus des sépultures. Ils servaient sans doute de socle à des objets ostentatoires destinés à matérialiser leur emplacement.

16Un seul squelette a été fouillé afin de caractériser l’état général de conservation des ossements et l’organisation des dépôts funéraires. Il se trouvait à 2 m de profondeur et reposait sur le dos, les bras le long du corps et légèrement fléchis, les mains jointes sur le pelvis et la tête inclinée sur le côté gauche. D’autres ossements ont été retrouvés en position secondaire à quelques dizaines de centimètres sous la surface du sol : un crâne, un humérus, un fémur. Ils appartenaient probablement à des sépultures plus anciennes, détruites par les fossoyeurs lors du creusement de tombes plus récentes. Il est aussi apparu certaines fosses vides, probablement creusées par avance. Cependant, le milieu n’a peut-être pas permis la conservation des ossements dans toutes les sépultures. Il est possible que les corps des défunts aient été recouverts de chaux pour lutter contre la propagation des épidémies. Ce matériau ou l’acidité des sols ont pu favoriser une élimination rapide des vestiges osseux. Si tel est le cas, il n’est donc pas surprenant de retrouver des fosses « vides », notamment pour les sépultures les plus anciennes.

Un témoignage de l'échec du système de la transportation en Guyane française

17La rapide extension de la colonie pénitentiaire du Maroni, instaurée en 1857, engage les autorités à bâtir tout près de Saint-Laurent un établissement secondaire, annexe du premier. Le pénitencier de Saint-Louis est créé le 1er mai 1859. D’emblée, l'administration pénitentiaire prévoit l'emplacement d'un premier espace funéraire. Mais quelques années plus tard, en 1862, le gouverneur Montravel ordonne son déplacement et la création d'un nouveau cimetière, achevé deux ans plus tard. Un aumônier jésuite le décrit sous la forme d'un carré allongé, séparé en quatre parties égales avec un rond au milieu, destiné à recevoir une grand-croix haute de 5 m pour laquelle il a été fait un Christ de 1,30 m. À la fin du mois de mars 1864, le père Viart exhorte son supérieur à venir bénir le cimetière où toutes les sépultures ont été déplacées. Selon l'aumônier, il ne reste plus qu'une seule tombe dans l'ancien.

18Le cimetière d'un pénitencier reflète l'organisation sociale des vivants. Il est toujours divisé en deux parties, dont l'une est réservée aux personnes libres (Ambert 1880 : 63). Celui de Saint-Louis relate un passé étroitement lié à la transportation en Guyane française entre 1859 et 1867, période durant laquelle il a fonctionné pleinement. Les registres administratifs signalent un total de 408 inhumations. Elles correspondent en majorité à des condamnés, mais aussi à du personnel libre appartenant à l’administration pénitentiaire (surveillants, chirurgiens, gendarmes) et à quelques civils (immigrants, enfants ou femmes de surveillants). Cependant, un examen attentif du lieu de décès pour chaque individu mort entre le 18 août 1859 et le 9 septembre 1867 permet d'avancer un chiffre plus précis de 387 inhumations, en excluant toutes les personnes décédées à l’hôpital de Saint-Laurent, les disparus ou bien ceux qui furent enterrés au « grand bois », bien souvent sur le lieu même de leur trépas. Les renseignements sont compilés dans les différents registres de l'état civil de Saint-Louis et de Saint-Laurent. Cette dispersion de l'information tient à l'évolution administrative du pénitencier de Saint-Louis, passé d'un statut autonome à celui d'une simple annexe. Ce changement est perceptible dans les chiffres de la mortalité qui augmentent considérablement après le premier octobre 1865. Les registres de l'état civil notifient 183 décès entre le 18 août 1859 et le 9 septembre 1865 alors que l'on dénombre 225 décès entre le 8 octobre 1865 et le 13 octobre 1867. Cependant, les chiffres de la mortalité ne reflètent pas toujours l’exacte réalité. Selon le médecin Orgéas, pour démontrer que les établissements du Maroni sont salubres, les malades sont envoyés en convalescence à l’îlet La Mère et aux îles du Salut. Le ministère de la Marine et des Colonies envoie donc les cachectiques et les tuberculeux mourir ailleurs ! D’après les documents officiels, la proportion des décès en 1860 fut de 16,8 % à Saint-Louis mais la mortalité baissa considérablement à partir de 1861 (Orgéas 1883 : 47).

La mortalité effrayante des hauts chantiers forestiers du Maroni

19En septembre 1865, le gouverneur Hennique, qui juge que le voisinage des transportés de Saint-Louis a toujours été extrêmement nuisible à l'établissement de Saint-Laurent, décide d'évacuer le centre au profit de l'installation de nouveaux concessionnaires. À partir du 1er octobre 1865, le personnel transporté de Saint-Louis est refoulé en divers points, sur des chantiers de confection de traverses de chemin de fer. De nombreuses maladies se déclarent dès son installation. La mortalité au Maroni est réellement effrayante. Selon les propos du médecin chef Kérangal, les hauts chantiers forestiers du Maroni, de Sparouine ou de la Crique Serpent constituent l’une des entreprises les plus désastreuses de l’administration pénitentiaire de Guyane. Un aumônier jésuite témoigne qu'à chacun de ses voyages, la baleinière chargée du service entre Sparouine et Saint-Laurent amène à l'hôpital de Saint-Louis un convoi de 25 à 30 malades. La plupart n'y entrent que pour y mourir (Mury 1895).

20Des voix s'élèvent pour dénoncer l'incurie du service pénitentiaire. En 1867, l’administration ordonne l’évacuation des hauts chantiers et de l’hôpital de Saint-Louis qui contient alors plus d’une centaine de malades. Les trois derniers groupes de concessionnaires sont également supprimés. Certains bâtiments comme le pavillon de l’hôpital sont démontés pour être rebâtis ailleurs. Le site n'est pas pour autant abandonné mais les installations sont réduites au minimum.

Un cimetière à l'abandon ?

21Dès lors, le cimetière de cet établissement fonctionne très épisodiquement sous la période dite des « transportés coloniaux ». Les mentions de décès pour Saint-Louis deviennent extrêmement rares avec seulement trois citations entre les mois de septembre 1867 et d'avril 1889.

22À partir de 1887, Saint-Louis, placé sous le commandement de Saint-Jean, est désigné pour accueillir le quartier disciplinaire et la prison de la relégation (Sanchez 2009 : 352). En 1888, l'administration évacue le groupe d'Annamites qui occupait le site depuis 1884. Au cours de cette période, l'écriture des actes pour Saint-Louis figure dans les registres de l'état civil de Saint-Jean qui enregistrent 13 mentions de décès entre le 1er mai 1889 et le 18 août 1896.

23Entre 1898 et 1908, Saint-Louis change à nouveau de statut pour devenir le centre de concessionnaires de la relégation. Cependant, la situation de quasi-abandon du cimetière se poursuit jusqu'en 1907, seuil maximal de notre prospection pour l'état civil. Les registres de Saint-Jean répertorient seulement 14 décès à Saint-Louis entre le 28 mars 1898 et le 27 juin 1902. Rien ne prouve que tous ces individus ont été inhumés dans l'ancien cimetière de la transportation de Saint-Louis, dépourvu d'église et d'aumônier depuis le mois d'octobre 1867. Il reste toutefois encore utilisé, au moins dans des circonstances exceptionnelles : le 29 mars 1895, le corps d’un noyé en putréfaction y est enterré pour des raisons sanitaires.

24Après l’échec des concessions, Saint-Louis devient successivement une carrière d'extraction de granit en 1908, puis un centre d’exploitation du bois en 1920 (Sanchez 2009 : 646). Dans les années 1930, une centaine de relégués y produit encore du lait et du bois pour alimenter Saint-Laurent. À la fermeture du bagne, le site est utilisé pour tenir à l’isolement les détenus tuberculeux (ibid. : 647).

L'oubli progressif du cimetière du pénitencier de Saint-Louis

25Un premier plan de Saint-Louis, vraisemblablement édité après 1862, montre l'emplacement précis du cimetière. Sa représentation en quadrilatère long, partagé en quatre sections avec un rond central, corrobore la description du père Viart en 1864. Un second plan, exécuté sous la relégation entre 1899 et 1893, montre une grande croix symbolique placée au centre d'un rectangle dans le même secteur géographique. Ce document prouve que l'emplacement du cimetière n'a pas été modifié de nouveau. La mémoire du lieu semble avoir perduré jusque dans les années 1950 puisqu’un plan de l’Ign édité en 1948 en fait encore mention. La couverture photographique aérienne de l’IGN des années 1950 indique même son inscription dans le paysage, sous la forme d’une zone rectangulaire entourée de bambous, mesurant 60 m de longueur par 50 m de largeur. L'implantation des tranchées archéologiques a permis de déterminer son extension maximale. Elle correspond très exactement aux limites formées par la haie végétale qui marque forcément le dernier état connu du site. Il faut noter que l’utilisation de ces végétaux pour délimiter les espaces mortuaires semble récurrente pour les bagnes de Guyane. Quelques photos d’époque montrent que le cimetière de Saint-Laurent était bordé par d’immenses haies de bambous. Des témoignages d'anciens bagnards évoquent le « chemin des bambous » pour traduire l'ultime route qui mène au cimetière et aujourd’hui encore, celui du personnel libre du camp de Saint-Jean-du-Maroni est resté délimité par ce type de végétation. Néanmoins, l’emplacement du cimetière de Saint-Louis a progressivement disparu de la mémoire collective et du paysage. Les massifs de bambous ont été coupés dans les années 1990 et les terrains reconvertis à des fins agricoles et pastorales avant d’être concernés, en 2008, par un important projet immobilier. C’est à cette occasion qu’une opération archéologique menée par l'Inrap a permis d’exhumer la mémoire de ce lieu exceptionnel, qui a fait l’objet d’une mesure de protection conservatoire par le service d’archéologie de Guyane.

Le camp de la Transportation à l’origine de la fondation de la ville de Saint-Laurent

Historique du site

26En 1857, le contre-amiral Baudin, gouverneur de la Guyane, charge le botaniste Eugène Mélinon, alors commissaire-commandant à Mana, qui lui a recommandé un emplacement au bord du fleuve Maroni, d’y préparer l’installation d’un établissement pénitentiaire. Dès le mois d’août de la même année, M. Mélinon débarque à la pointe Bonaparte et commence le défrichage avec l’aide de vingt-quatre hommes, Noirs libres et transportés. Petit à petit, les emplacements des futurs bâtiments et des premières concessions sont déboisés et des rangées de carbets sont installées pour les habitants de la colonie. Cet établissement est inauguré le 21 février 1858 par le gouverneur Baudin qui lui donne le nom de Saint-Laurent. Les bagnards, d’abord logés dans des carbets en bois le long du fleuve, en face du logement du Commandant, sont transférés en 1861 dans un nouveau camp situé à l’emplacement actuel, à la demande du gouverneur Tardy de Montravel (Donet-Vincent 2003). Quinze cases sur pilotis sont alors construites en bois et alignées sur deux rangées pour loger et soigner les transportés, ainsi qu’une cuisine et des latrines. Le camp est entouré de palissades, remplacées entre 1887 et 1890 par un mur d’enceinte en pierre de 3,50 m de haut. Les cases se dégradant vite, elles sont peu à peu reconstruites en maçonnerie de torchis en mortier de chaux et en briques au cours de différentes campagnes de réfection, puis divisées en deux quartiers.

27En 1881 commence l’aménagement d’un quartier disciplinaire constitué en premier lieu de deux prisons, l’une commune et l’autre de 24 cellules individuelles, d’une nouvelle cuisine et de latrines accolées au mur d’enceinte. On ajoute 24 nouvelles cellules en 1899 en face du premier bâtiment, puis 48 cellules et 4 blockhaus de 160 places entre 1900 et 1904. Les locaux disciplinaires comprennent aussi deux cours spéciales pour les relégués et les libérés, dans le prolongement du précédent quartier et séparées de celui-ci par les bâtiments administratifs accueillant notamment le Tribunal maritime spécial. Ce quartier, désormais isolé du camp initial, n’est accessible que par deux portes blindées, l’une dans le bâtiment administratif, l’autre dans le quartier des relégués. Le plan reste inchangé jusqu’en 1946, date de la fermeture du camp de la Transportation.

L’évolution du camp révélée par l’archéologie préventive

28Dans le cadre d’un projet de travaux de consolidation de certaines parties du camp, une campagne de sondages mécaniques a été menée en 2013 par l’Inrap à l’intérieur du quartier disciplinaire, avec pour objectif de comprendre les causes de défauts de fondation sur certains bâtiments (fig. 1). Le seul accès possible étant une porte de 1,30 m de large située dans le quartier des relégués, les sondages mécaniques ont été réalisés à l’aide d’une mini-pelle à chenilles de 1,3 tonne. Dans la cour du quartier des libérés, un alignement de trous de poteau n’ayant aucun lien avec la recherche initiale a été mis au jour sur un axe nord-ouest/sud-est. Il correspond aux fondations d’un bâtiment vraisemblablement sur pilotis, dont les poteaux de bois étaient calés dans des fosses et posés sur des blocs pour éviter leur enfoncement dans le substrat sableux. Cet ensemble, antérieur à la construction du quartier disciplinaire, peut être identifié comme la caserne des surveillants du camp, mentionnée à cet emplacement sur des plans de 1872 et 1878 et rasée avant la construction du quartier disciplinaire.

29À la demande du centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine de Saint-Laurent-du-Maroni, l’emplacement initial de la guillotine dans le quartier des transportés a été recherché. Les cinq plots en ciment sur lesquels reposaient les patins de la guillotine ont ainsi été retrouvés à moins de 10 cm de profondeur. Ils sont localisés en face des cellules du quartier spécial, où les condamnés à mort attendaient l’exécution de la sentence.

30Enfin, dans le quartier de la réclusion, une tranchée de fondation de 60 cm de large, au fond dallé de pierres plates calibrées, a été mise au jour. Peu profonde, elle s’étend depuis l’angle sud-est du quartier jusqu’au lavoir situé devant la cuisine, légèrement en biais par rapport au bâtiment des cellules. Elle est sans doute à l’origine d’une perturbation du soubassement qui a provoqué la séparation des murs de la cuisine et du mur d’enceinte sud-ouest. L’absence de vestige autre que le dallage laisse supposer que cette tranchée correspond à la base d’une ancienne palissade en bois, évoquée dans le rapport d'une inspection de l’administration pénitentiaire effectuée en mai 1878 :

31« Le village commence à partir de l’église […], il a en face un vaste espace allant jusqu’à la rivière, au fond duquel se dressent les baraques qui composent le camp des condamnés. Le camp n’est entouré d’aucune clôture. […] Il y aurait lieu conséquemment de clore l’espace qui leur est assigné par une palissade en piquets de wapa d’abord, ensuite et à mesure des possibilités budgétaires, au moyen d’un mur. ».

Entre pillage et mise en valeur

La difficile protection des vestiges

32L'exemple du pénitencier de Saint-Louis démontre, s'il en était besoin, la fragilité du patrimoine guyanais ; en un demi-siècle, l'emplacement du cimetière avait été oublié au point d'être menacé par un projet immobilier. Ce phénomène n'est malheureusement pas spécifique à cet établissement précis ni au patrimoine pénitentiaire et, depuis quelques années, les opérations d'archéologie préventive portant sur des sites archéologiques majeurs menacés par des travaux se multiplient (habitation Poulain, maison du gouverneur Montravel, montagne couronnée de Yaou, etc.). D'autres, plus à l'écart des zones habitées et donc moins directement mis en péril par l'urbanisation, le sont par l'orpaillage clandestin et par le pillage. Les établissements du bagne sont particulièrement concernés par ce dernier, le trafic des briques de l'administration pénitentiaire, qui a toujours existé, connaissant une croissance inquiétante ces dernières années. Il faut dire qu'en milieu amazonien, contrairement à ce qui s’observe dans d'autres régions du monde, l'abandon d'un site, qu'il s'agisse d’un camp d'orpailleurs, d'une habitation ou d’un camp de prisonniers, ne se traduit généralement pas par sa destruction. En reconquérant rapidement les lieux abandonnés, la forêt les protège pour un temps contre les entreprises de récupération systématique des matériaux mais elle les détruit lentement, comme on peut le voir par exemple sur le site du bagne de la Forestière, à Apatou.

33Face à cette situation, les différentes formes de protection créées pour la métropole, lorsqu'elles sont mises en œuvre, ne sont pas toujours efficaces. À l'heure actuelle, seuls trois sites pénitentiaires sont par exemple protégés, au moins pour partie, au titre des monuments historiques : les îles du Salut, une grande partie du centre historique de Saint-Laurent-du-Maroni et celui des Hattes, à Awala-Yalimapo. On peut y ajouter les îlets de Rémire, site inscrit au sens du code de l’environnement, ce qui permet à l'architecte des bâtiments de France de donner son avis sur les travaux qui y sont engagés. C'est peu et cela témoigne, une nouvelle fois, du caractère encore récent de la prise de conscience de l'importance de ces témoins de l'histoire pénitentiaire, les premiers arrêtés de protection concernant certains bâtiments du quartier officiel de Saint-Laurent ne datant que de 1979.

Un engagement fort des acteurs publics pour la préservation des sites pénitentiaires

34Si certains sites comme le camp Saint-Louis ont pratiquement disparu des mémoires, d’autres font en revanche l’objet d’une attention particulière de la part des acteurs publics, en raison de leur importance symbolique ou de leur potentiel touristique. Les exemples déjà cités du camp de la Transportation et des îles du Salut sont, sans nul doute, les plus spectaculaires en matière de restauration et de mise en valeur. Leur protection a été rendue possible par la volonté commune du propriétaire – respectivement la mairie de Saint-Laurent-du-Maroni et le Centre national d’études spatiales – et de la direction des affaires culturelles de Guyane, qui s’est traduite par un engagement financier conséquent des parties concernées : la Dac et le Cnes ont ainsi financé, à parts égales, 600 000 € de travaux par an sur les îles du Salut entre 2011 et 2014. L’archéologie est, pour l’instant, pratiquement absente de ce projet, mais cet état de fait ne devrait pas se prolonger, le service de l’archéologie étant désormais associé au comité de pilotage.

35Il est important de souligner l’engagement d’autres acteurs publics dans la préservation de ce patrimoine. Le conservatoire du littoral, en particulier, est propriétaire d’une partie de l’île Royale depuis 1995, de la Montagne d’Argent depuis 1998, des îlets de Rémire depuis 2000 et du bagne des Annamites de Crique Anguille depuis 2012, ce qui en fait un acteur incontournable pour tout ce qui concerne le patrimoine pénitentiaire guyanais. La restauration du site de Crique Anguille a été rapidement engagée, afin de faciliter son accessibilité, mais la poursuite de ce programme implique de trouver des fonds supplémentaires à ceux déjà rassemblés par les partenaires actuels du projet (Fondation du patrimoine et Fondation Total).

36Le service de l’archéologie travaille donc logiquement en étroite relation avec le conservatoire, en particulier sur les aspects scientifiques (acquisition de données, accompagnement des projets de mise en valeur). Afin d’aller plus loin, une première campagne de prospection thématique sur l’îlet La Mère a été entreprise à la fin de l’année 2015 par le service de l’archéologie sous la direction de N. Payraud (Dac), prenant la suite du travail du service des langues et patrimoine de la région Guyane, afin de tester l’efficacité de plusieurs méthodes de relevé et d’enregistrement (LiDAR, GPS) sur une île présentant une densité spectaculaire de vestiges. Les résultats sont prometteurs, en particulier en termes d’identification des types de traitement des données LiDAR susceptibles de révéler la présence de structures. L’usage de l’indice de position topographique permet par exemple de mettre en évidence le complexe système de gestion des eaux pluviales mis en place au xixe s. sur le versant méridional de l’île. En 2016, le service de l’archéologie devrait lancer une campagne de relevés et de sondages sur le bagne des Annamites afin de guider le projet de restauration des latrines et de la cuisine.

37On peut enfin souligner le rôle important que joue, de facto, l’association Chantiers histoire et architecture médiévales (Cham), qui a réalisé ces dernières années une grande partie des travaux de restauration aux îles du Salut, sur l’îlet La Mère ou à Crique Anguille.

Conclusion

38Avec une dizaine d’opérations archéologiques réalisées depuis 22 ans, force est de constater que l’archéologie pénitentiaire guyanaise est encore en phase de développement. Cependant, la nette accélération des recherches depuis 2008 mérite d’être soulignée, qu’elles soient dues à des projets d’aménagement et s’inscrivent donc dans le cadre de l’archéologie préventive, ou qu’elles soient liées à des projets de mise en valeur des sites. L’un des défis auquel va être confrontée l’archéologie guyanaise dans les années à venir est le passage d’une recherche opportuniste à la mise en place de véritables programmes de recherche, dont les problématiques pourraient rejoindre aussi bien celles des historiens que celles des environnementalistes travaillant sur l’impact des activités humaines sur la forêt guyanaise. Peu de périodes de l’histoire guyanaise ont en effet vu de tels bouleversements, que ce soit en termes démographiques ou d’aménagement du territoire, autant de thématiques que l’archéologie se doit d’approfondir, comme elle le fait pour les périodes anciennes ou pour la première colonisation.

Haut de page

Bibliographie

Ambert J. 1880. Une mission. Tours, A. Mane et fils.

Archives : Inspection Mobile des services administratifs et financiers des Colonies – Feuillet n° 3 : Rapport de l’Inspection de l’administration pénitentiaire des établissements de Kourou, Iles du salut, Saint-Laurent du Maroni et Les Hattes, faite du 12 au 18 mai 1878 par M. Cuinier, archives du camp de la Transportation (CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni).

Bole J., Ouetcho A.-J., Sand C. 2006. « Historical Archaeology in Island Melanesia: First Research on the Convict Settlements of New Caledonia », New Zealand Journal of Archaeology, 27 : 145-161.

Bole, J., Ouetcho, A.-J., Sand C. 2011. « Évolutions du discours archéologique sur 150 ans d’histoire coloniale et postcoloniale en Nouvelle-Calédonie : un cas d’école », Les Nouvelles de l'archéologie, 126 : 37-40.

Broine E. 1997. Saint-Laurent-du-Maroni. Camp de la Transportation, document final de synthèse. Cayenne, Afan.

Collomb G. & Van den Bel M. éd. 2014. Entre 2 mondes. Amérindiens et Européens. Sur les côtes de Guyane, avant la Colonie (1560-1627). Paris, éd. du Comité des travaux scientifiques et techniques.

Dedebant C. 2014. « Saigon-Cayenne : les derniers déportés politiques de la Guyane », Une Saison en Guyane, n° 73 : 82-89.

Delpech S. 2013. Guyane. Saint-Laurent-du-Maroni. Camp de la Transportation, rapport de diagnostic. Cayenne, Inrap.

Donet-Vincent D. 2003. De soleil et de silences. Histoire des bagnes de Guyane. Paris, La Boutique de l’Histoire.

Krakovitch O. 1985. « Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie : la sous-série colonies H aux archives nationales », Revue d'histoire du xixe siècle, consulté en ligne le 6 janvier 2016.

Lamaison D. dir. 2015. Histoires de Saint-Laurent-du-Maroni. Libérés, amérindiens, noirs-marrons & aventuriers dans la ville du bagne au xixe et xxe. Cayenne, Atelier Aymara (Une Saison en Guyane HS ; 3).

Le Roux Y., Auger R. & Cazelles N. 2009. Les jésuites et l’esclavage. Loyola. L’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Mari E. de. 2007. « La répression des prêtres réfractaires conduite hors de la loi sous la révolution française (1793-an VIII) », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires, consulté en ligne le 6 janvier 2016.

Mestre M. 2008. Saint-Laurent-du-Maroni. « Les Hauts de Balaté » (Guyane française), rapport de diagnostic. Cayenne, Inrap.

Mury P. 1895. Les Jésuites à Cayenne, Histoire d’une mission de vingt-deux ans dans les pénitenciers de la Guyane. Strasbourg, F.-X. Le Roux : 224-225.

Orgeas J. 1883. Contribution à l'étude du non-cosmopolitisme de l'homme : la colonisation de la Guyane par la transportation : étude historique et démographique. Paris, O. Douin.

Sanchez J.-L. 2009. La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953, thèse de doctorat. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Schmitt L. 1995. Saint-Laurent-du-Maroni. Camp de la Transportation, rapport de sondages. Cayenne, Afan.

Thooris C. 1993. Les îles du Salut. Étude historique et archéologique. Cayenne, Service régional de l'archéologie.

Van den Bel M. 2008. Guyane. Saint-Laurent-du-Maroni. Chemin Saint-Louis, rapport de fouille préventive, Cayenne, Inrap.

Haut de page

Notes

1 Officiellement, il s’agit de prisonniers de droit commun, donc de transportés, le ministre des Colonies s’étant engagé, en février 1931, à ce qu’aucun révolutionnaire annamite ne soit envoyé en Guyane (Dedebant 2014).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Payraud, Sandrine Delpech et Mickaël Mestre, « L’archéologie des bagnes en Guyane, un domaine de recherche encore balbutiant », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 27-33.

Référence électronique

Nicolas Payraud, Sandrine Delpech et Mickaël Mestre, « L’archéologie des bagnes en Guyane, un domaine de recherche encore balbutiant », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/3367 ; DOI : 10.4000/nda.3367

Haut de page

Auteurs

Nicolas Payraud

conservateur régional de l’archéologie, Dac Guyane
nicolas.payraud@culture.gouv.fr

Sandrine Delpech

responsable d’opérations, Inrap,
sandrine.delpech@inrap.fr

Mickaël Mestre

responsable d‘opérations, Inrap,
mickael.mestre@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals