Navigation – Plan du site

Le camp de détention de Spirit Lake en Abitibi (1915-1917) : d’une transformation du paysage à la colonisation du territoire

Christian Roy
p. 42-47

Résumés

L’entrée en guerre du Canada, aux côtés des alliés britanniques, en août 1914, soulève rapidement la question des ressortissants de nationalité ennemie vivant au pays. Vingt-quatre camps de détention sont alors érigés à travers le Canada pour incarcérer prisonniers et suspects. S’élevant près de la ville d’Amos en Abitibi, le camp de Spirit Lake ouvre en janvier 1915 et devient l’un des plus importants, avec plus de 1 200  prisonniers et près de 150 femmes et enfants. Une intervention archéologique sur ce camp a été réalisée dans le cadre d’un projet de mise en valeur. Elle a permis d’en évaluer le potentiel patrimonial, de mieux comprendre l’organisation spatiale de ce vaste complexe carcéral et d’appréhender son rôle dans la transformation du paysage.

Haut de page

Texte intégral

1Établi à 8 km à l’ouest de la ville d’Amos (Québec), dans le secteur La Ferme de la municipalité de canton de Trécesson, le camp de détention de Spirit Lake s’élevait sur le flanc nord du lac Beauchamp (anciennement lac des Esprits), un petit plan d’eau du bassin hydrographique de la baie James (fig. 1). Implanté en pleine forêt boréale à l’aube de la colonisation de ce vaste territoire du moyen nord québécois qu’est l’Abitibi, le complexe carcéral s’étendait sur près de 2 km de longueur, occupant une zone de basse terre mal drainée et parsemée de monticules peu élevés et de nombreux affleurements rocheux.

2Près d’un siècle après le transfert des derniers détenus, seuls le chemin de fer qui desservait la colonie pénitentiaire, une large grange érigée par les prisonniers et le cimetière dit « des Allemands » rappellent la présence du camp de détention de Spirit Lake et marquent toujours l’imaginaire collectif. En activité du 13 janvier 1915 au 28 janvier 1917, le complexe carcéral du lac des Esprits constitue un site archéologique unique au Québec qui évoque un pan peu glorieux de l’histoire canadienne récente ; un site dont l’existence a été trop longtemps passée sous silence, à l’image des rares documents historiques qui en témoignent. Si l’histoire n’a, volontairement ou non, conservé que peu de traces des événements qui ont pris place sur les rives du lac Beauchamp au cours de la première guerre mondiale, l’archéologie y a en revanche joué un rôle majeur, permettant non seulement de reconstituer l’organisation spatiale du camp de détention, mais également de mieux saisir son rôle dans la transformation du paysage et l’aménagement du territoire.

Figure 1

Figure 1

Localisation du site du camp de détention de Spirit Lake

(carte topographique 32 D9, Amos, Abitibi, 1 : 50 000).

Les opérations d’internement pendant la première guerre mondiale

  • 1 La très grande majorité des ressortissants austro-hongrois vivant au Canada en 1914 était des Ukrai (...)

3En août 1914, l’entrée en guerre du Canada aux côtés des Britanniques soulève rapidement la question des ressortissants de nationalité ennemie vivant au pays. Dès le mois d’octobre suivant, les autorités canadiennes ordonnent l’enregistrement et la détention de nombreux immigrants non naturalisés d’origines allemande, austro-hongroise1, bulgare et turque (Laflamme 1973 : 7). Selon la Convention de La Haye de 1899, ces captifs, pour la plupart des civils, étaient passibles de détention sur la simple suspicion de rendre service à l’ennemi. Les opérations d’internement reçoivent leur premier contingent de prisonniers en novembre 1914 et vingt-quatre camps sont alors érigés à travers le Canada pour y détenir les 8 579 individus incarcérés pendant la première guerre mondiale (Otter 1921 : 6), dont un bon nombre simplement à cause de leur état de pauvreté, les municipalités en ayant la charge voyant là une bonne occasion de se défaire de leurs indigents.

  • 2 C’est le cas de ceux de Kapuskasing en Ontario et de Spirit Lake au Québec, érigés sur des terres o (...)

4Répartis dans la plupart des provinces, les camps de détention sont installés dans des endroits aussi variés que des bases militaires, des usines louées ou sur des terres concédées au gouvernement fédéral afin d’y établir de futures fermes expérimentales2. Les camps aménagés en milieu urbain (Halifax, Montréal, Toronto, etc.) font office de lieu de transit où les détenus attendent leur transfert vers une station permanente. Des vingt-quatre camps mis en service au cours de la Grande guerre, seuls cinq d’entre eux, dont celui de Spirit Lake, étaient aménagés sur le modèle type du véritable camp de détention avec des baraques en rangée, regroupées autour d’un champ de parade et entourées d’une haute clôture de barbelés (Roy 2000 : 10). Ces camps permanents étaient généralement situés plus au nord, en territoire isolé (fig. 2).

5Durant ces deux années d’activité, près de 1 200 détenus et plus de 150 femmes et enfants, pour la plupart Ukrainiens, ont été internés à Spirit Lake, l’un des deux seuls camps canadiens à accueillir les familles des prisonniers. La surveillance du complexe carcéral était assurée par une garnison de 200 soldats et officiers. La vie quotidienne des détenus consistait surtout en des corvées de défrichage, de construction et d’entretien des bâtiments et des aires de circulation, ainsi qu’en des travaux de drainage, sans compter les tâches domestiques comme l’approvisionnement en bois de chauffage et en eau potable. Selon le rapport du major-général Otter (1921 : 9) chargé des opérations d’internement, plus de 200 hectares de nouvelle terre ont été défrichés par les détenus du camp de Spirit Lake. Enfin, le camp abritait quelques ateliers de travail, tels une cordonnerie, une menuiserie et une boutique de forge (Marsh 1915 : 7).

Figure 2

Figure 2

Vue du cœur du camp de détention de Spirit Lake avec son champ de parade et le lac des Esprits en arrière-plan

(Bibliothèque et Archives Canada : PA170659).

Pour une archéologie de la réclusion en milieu boréal

6Le camp de détention de Spirit Lake a fait l’objet d’une seule intervention archéologique, réalisée en 1999 dans le cadre d’un projet de mise en valeur destiné à commémorer la présence de cette colonie pénitentiaire. Comprenant deux volets, l’intervention avait d’abord pour but d’évaluer le potentiel archéologique du site et de dresser un plan détaillé des vestiges toujours présents. Puis, il s’agissait d’enrichir le concept de mise en valeur par la mise au jour d’éléments immobiliers significatifs et la constitution d’une collection d’artefacts pouvant contribuer à l’interprétation du site.

Du climat et des conditions taphonomiques

7Le climat tempéré froid qui sévit en milieu boréal n’offre pas que des contraintes. La longue période hivernale, jumelée à une plus courte saison de croissance, et le couvert forestier, composé principalement de résineux, ont pour effet de ralentir le processus de formation des sols. Ainsi, les vestiges archéologiques non remaniés qui gisent en milieu naturel peuvent demeurer visibles pendant de longues périodes, c’est-à-dire plusieurs siècles, avant de disparaître sous l’accumulation de matière humique. Bien que ce phénomène s’atténue avec le temps, il facilite le repérage des sites les plus récents et la localisation de leurs composantes ; mais il présente aussi quelques inconvénients, notamment l’exposition prolongée des vestiges aux intempéries, sans oublier le gel et le dégel.

8De la sorte, dans les secteurs du camp de détention de Spirit Lake qui n’ont pas été réoccupés après le départ des détenus, là où le couvert forestier a repris ses droits, les vestiges gisaient généralement en surface, à peine dissimulés par la litière composée de résidus organiques et de branches. En revanche, dans les zones qui ont été réaménagées après la fermeture du camp, à l’époque de la ferme expérimentale (1918-1929) ou de l’école d’agriculture des Clercs Saint-Viateur (1936-ca1975), des remaniements ont entraîné le dépôt d’épais remblais qui, à leur tour, sont venus sceller les sols et les vestiges associés à la période de la Grande guerre.

Une occupation récente et pourtant mal documentée

  • 3 Il est à noter que jusqu’à leur entrée en guerre aux côtés des alliés en 1917, les États-Unis repré (...)

9Contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un site aussi récent et, de surcroît, occupé par les militaires, dont les faits et gestes font habituellement l’objet d’écrits, de plans ou de croquis, très rares sont les documents historiques qui fournissent une description du camp de détention de Spirit Lake. Curieusement, aucun plan du complexe carcéral ne semble avoir été conservé, tant à la Défense nationale que dans les différents fonds d’archives. En fait, les seules sources documentaires et iconographiques disponibles se résument à deux courts rapports d’inspection, rédigés par des consuls américains lors de leur visite au lac des Esprits en octobre 1915 et en novembre 19163,et en une série de photographies illustrant les principaux bâtiments du camp, conservées à Bibliothèque et Archives Canada (Bac). Ces rares documents ont néanmoins révélé des données inespérées sur l’organisation du camp, ses aménagements et sur la vie quotidienne des détenus.

Diviser l’espace pour en saisir l’usage et les formes

10Plus que la simple localisation des principaux bâtiments et des aires de circulation aménagées au cours de l’occupation d’un lieu donné, l’implantation d’un site et son organisation spatiale découlent de divers facteurs s’appuyant, entre autres, sur des considérations d’ordre environnemental, socio-économique et conceptuel. La transformation du paysage participe d’un même processus puisqu’elle répond aux besoins des occupants ou à leurs intentions. À partir des données colligées lors de l’intervention, un portrait détaillé de l’organisation spatiale du camp de détention de Spirit Lake a été dressé afin d’identifier les facteurs qui ont présidé au choix des emplacements et de vérifier si la conception de l’espace par les militaires a joué un rôle déterminant lors de la planification et de l’aménagement du complexe carcéral.

11À la lumière des rares sources écrites et des documents photographiques qui ont été dépouillés en amont des recherches archéologiques, le site du camp de détention a été divisé en quatre zones distinctes afin d’isoler les secteurs d’activité de l’ancienne colonie pénitentiaire et de souligner les caractéristiques propres à chacune de ces unités topographiques, tant au niveau des types d’occupation et du paysage que de la démarche archéologique (Roy 2000 : 4). Ainsi, d’ouest en est, ont été identifiés le secteur de l’hôpital, qui s’élevait au sommet d’une colline avec vue sur le lac à environ 400 m du cœur des installations (Marsh 1915 : 10), le camp lui-même avec ses baraques et ses bâtiments de service, le secteur du chemin qui menait du camp au village et le long duquel se trouvaient la prison et le cimetière des détenus et, finalement, à l’est, le village des familles des prisonniers (fig. 3). Selon les secteurs à l’étude, trois techniques d’investigation ont été privilégiées : des prospections visuelles serrées, des collectes de surface sélectives et des sondages et tranchées.

Figure 3

Figure 3

Reconstitution du plan au sol du secteur du camp.

(© C. Roy)

Des découvertes surprenantes

12L’intervention réalisée aux abords du lac Beauchamp a largement démontré le fort potentiel archéologique du site du camp de détention de Spirit Lake. Hormis le dégagement ou la mise au jour de plusieurs bâtiments, c’est aussi la découverte inattendue d’un grand nombre d’aménagements secondaires – aires de circulation, incinérateur, source d’eau potable, etc. – qui a révélé toute l’ampleur des installations. Rapidement démantelés au lendemain de sa fermeture – seuls le mess des officiers et le gymnase étaient toujours debout en 1922 –, ces vestiges inconnus des résidents de la région ont permis de dresser un portrait plus complet du complexe carcéral et d’appréhender les schèmes d’établissement privilégiés par ses bâtisseurs.

13Juché sur une colline boisée à l’ouest du camp et à quelque 8 m au-dessus de la plaine environnante, le secteur de l'hôpital s'étendait sur plus de 160 m de longueur. Selon les documents historiques, deux bâtiments construits en 1915 et 1916 y servaient d'hôpital et de sanatorium (Marsh 1915 : 10 ; Willrich 1916 : 4). Les sondages pratiqués à l'extrémité est de cette zone ont révélé l’emplacement du premier, confirmé par certaines photos d’archives, tandis que les vestiges du sanatorium, incendié lors de son abandon, ont été identifiés à environ 25 m à l’ouest. Ce dernier s’élevait sur une fondation de maçonnerie sèche et une aire de circulation, composée de petits galets, menait à l’entrée principale sur son mur pignon est. Derrière le sanatorium, la prospection a livré des vestiges inattendus. Ainsi, une seconde aire de circulation, cette fois bordée de deux alignements de pierres parallèles, s’ouvrait sur l’un des quatre incinérateurs à déchets du complexe carcéral (Marsh 1915 : 6). D’environ 4 m de diamètre et muni de deux bouches d’alimentation (fig. 5), cet aménagement en pierre a livré de nombreux flacons à médication altérés par la chaleur (Roy 2001 : 92). Enfin, la découverte d'une source d'eau potable complète l'inventaire de ce secteur. Gisant entre les parois entaillées de la roche mère dans le flanc nord de la colline, ce point d'eau correspond à la source évoquée dans un des rapports d’inspection (Marsh 1915 : 6). On y a retrouvé, encore immergés les restes d’un seau en fer galvanisé, identique à ceux associés à la période du camp.

14Située au pied de la maison des Clercs Saint-Viateur, sur une large surface aujourd’hui gazonnée, la partie accessible du secteur du camp consistait en son champ de parade, jadis flanqué de pas moins de 11 bâtiments (fig. 2). Ce quadrilatère était lui-même bordé au nord par le gymnase et le mess des officiers, niché sur sa colline, par les baraques des détenus sur ses faces est et ouest et par le chemin de fer au sud. Neuf tranchées ont été excavées dans cette zone fortement remaniée afin de localiser certains de ces bâtiments. Toutefois, compte tenu de leur mode de construction, sur pilotis, et de la réoccupation des lieux après la fermeture du camp, seuls quelques pieux rejetés ici et là ont été mis au jour, ainsi qu’une poignée d’artefacts, pour la plupart des matériaux de construction. En l’absence de données de terrain sur l’utilisation de l’espace dans ce secteur, l’observation attentive et l’analyse de plus de cinquante photographies d’archives ont permis de proposer une reconstitution du plan au sol du cœur de la station (fig. 3). Il va sans dire que ce croquis sans échelle ne tient aucunement compte des dimensions des ouvrages y apparaissant (Roy 2000 : 35). La fonction des bâtiments a été définie à partir des donnés historiques disponibles.

Figure 4

Figure 4

Secteur du chemin et du village : localisation des sondages et des vestiges.

(relevé C. Roy, DAO Corporation Archéo 08)

Figure 5

Figure 5

L’incinérateur à déchets retrouvé dans le secteur de l’hôpital

(DdGn-1-99-C11-16).

15Ceinturé par une série de monticules rocheux, le chemin menant du camp au village des familles des détenus s’étirait sur près de 1,5 km, entamant sa course derrière le gymnase (fig. 3). Bien qu’essentiellement une zone de passage, quelques ouvrages s’élevaient néanmoins dans ce secteur, soit la prison du camp et le cimetière des détenus. À l’ouest, la prospection a révélé le tracé du sentier qui conduisait à la prison (fig. 6). En partie bordée de pierres, cette aire de circulation s’étendait dans le prolongement du chemin longeant la face nord du champ de parade pour atteindre, environ 250 m plus loin, le monticule sur lequel s’élevait le bâtiment. De cette prison, seul un alignement de petits moellons en rappelait la présence. À l’autre extrémité, en contrebas du village, l’intervention du côté du cimetière a permis de dégager son aire de circulation en pierre qui s’étire vers l’est à partir du chemin (fig. 4). Cet aménagement, d’une largeur moyenne de 2,50 m, s’évase à l’entrée du cimetière pour former un large cercle au centre duquel s’élève une croix en béton perchée sur un bloc de pierre. Il est à noter que les limites exactes du cimetière demeurent indéterminées et que dix-neuf prisonniers y auraient été inhumés.

Figure 6

Figure 6

Vue du coin nord-est du secteur du camp avec la prison (derrière le mât du drapeau) et le village des familles des détenus en arrière-plan

16(Bibliothèque et Archives Canada : PA170450).

17Finalement, à l'extrémité est du site, le village réservé aux familles des prisonniers s’étendait à travers les affleurements rocheux et comptait près d’une vingtaine de bâtiments en bois rond, incluant plusieurs habitations, des ateliers, une église, des lieux d’aisance et un système de drainage (Marsh 1915 : 9). Dans ce secteur, deux aires de circulation ont d’abord été identifiées (fig. 4). Le chemin menant du village à l'ancienne gare de Spirit Lake a été dégagé sur environ 100 m de longueur. Cette solide allée de pierres, large de 4,50 m, amorce sa course à environ 60 m au sud du cimetière, délaissant le chemin du camp qui se poursuit vers le sud-est, là où a été mise au jour une seconde aire de circulation aménagée, dont la destination finale demeure inconnue. Au sud du chemin qui menait vers la gare gisaient les fondations en pierre de deux bâtiments disposés côte à côte. D’épaisses lentilles de bois brûlé observées le long des murs pignon sont venues confirmer l’emplacement de leur système de chauffage, des poêles dont certains éléments ont été retrouvés dans les aires excavées, en compagnie de quelques artefacts de nature domestique. En outre, une dépression sise entre le mur nord de l’un de ces bâtiments et l’aire de circulation signalait la présence d’un fossé de drainage parallèle au chemin.

18Puis, deux autres bâtiments ont été localisés plus au sud (fig. 4). Le premier se situe à quelques mètres en deçà du chemin provenant du camp et seuls ses murs de fondation est et ouest ont été observés. Les artefacts récoltés ici témoignent d'activités industrielles et semblent confirmer sa vocation d’atelier. Associée à ce dernier, une dépression de forme ovale ceinturée de petits moellons marquait l’emplacement d’une fosse de latrines dont la fouille a permis la découverte de quelques objets. Quant au second bâtiment, les travaux de décapage ont révélé ses fondations en pierre munies d’un mur de refend. La fouille d'un sondage y a livré quelques artefacts de nature domestique. Enfin le dernier ouvrage, d'environ 4 m de côté, a été repéré près de la lisière des champs, s’élevant sur une fondation de maçonnerie sèche, comme tous les bâtiments du village. Un sondage pratiqué à l'intérieur a permis de dégager une partie de son plancher de bois et de rares artefacts. Situé sur le chemin menant à l'ancienne gare de Spirit Lake, ce petit bâtiment devait servir de poste de garde aux soldats chargés de contrôler les allées et venues.

Une implantation dans un paysage vierge

  • 4 En 1915, la future ville d’Amos comptait à peine 500 habitants.

19Bien que le choix d’installer le complexe carcéral aux abords du lac des Esprits relevait avant tout d’une décision d’ordre politique et économique (Laflamme 1973 : 12), alors que l’Abitibi s’ouvrait à la colonisation et que le chemin de fer venait à peine d’étendre ses tentacules sur ce vaste territoire, le camp de détention de Spirit Lake, avec ses 1 200 prisonniers et 200 militaires, constituait le plus important établissement au nord du 48e parallèle dans le nord-ouest québécois4. L’implantation de la colonie pénitentiaire en pleine forêt boréale participait aux efforts consentis pour développer ce territoire jusque-là occupé par les Amérindiens et une poignée de traiteurs impliqués dans le commerce des fourrures. D’un paysage vierge, le camp de Spirit Lake allait laisser aux générations futures un paysage hérité, dont les traces sont toujours bien présentes. Si toutefois la localisation générale du complexe dépendait d’une décision prise par les autorités gouvernementales, l’emplacement des différents secteurs d’activité du camp était dicté par de tout autres considérations.

20L’importance des facteurs environnementaux lors de l’implantation d’un habitat n’est plus à démontrer et le camp de détention de Spirit Lake n’échappait pas à la règle. Le survol des données colligées lors de l’intervention démontre que les sols mal drainés et leur nature argileuse ont largement influencé le choix des emplacements retenus pour l’érection des divers bâtiments. À ce propos, il importe de noter que tous les ouvrages en dehors du secteur du camp ont été construits en hauteur, sur les monticules ou parmi les affleurements rocheux qui caractérisent le paysage. Ce constat s’applique aux secteurs de l’hôpital et du village, mais aussi à la prison du camp. Avec des sols plus secs, ces hauteurs assuraient une meilleure circulation de l’air et une certaine diminution du nombre d’insectes piqueurs pendant les mois d’été. Le choix d’ériger ces ouvrages à l’écart du cœur des installations pouvait aussi relever d’un certain souci d’isolement ou de ségrégation, tout d’abord sanitaire dans le cas de l’hôpital, alors que la tuberculose faisait des ravages, ou sociale en ce qui concerne les bagnards et les familles habitant au village. D’ailleurs, comme ce dernier était situé plus près de l’ancienne gare de Spirit Lake que du camp, les déplacements vers l’extérieur devaient se faire directement vers la gare, à l’abri des regards de la communauté carcérale. Même si les autorités militaires l’avaient souhaité, il aurait été difficile d’établir les familles plus près du camp sans entreprendre d’importants travaux, car les terres humides parsemées de monticules entre le camp et le village offraient peu d’espace propice à la construction d’une vingtaine de bâtiments.

  • 5 La maison régionale des Clercs Saint-Viateur, toujours propriétaire d’une partie du site, s’élève d (...)

21En revanche, l’emplacement du secteur du camp semble avoir été motivé par d’autres considérations. Ici, des impératifs d’ordre militaire et carcéral ont pris le pas sur la piètre qualité des sols. Ainsi, la nécessité de regrouper à l’intérieur d’un large périmètre clôturé un nombre important de bâtiments aura certainement forcé les autorités militaires à choisir un vaste terrain plat en dépit des problèmes de drainage. Aux dires de Marsh (1915 : 2), le secteur du camp était recouvert de sable pour s’assurer que les sols demeurent relativement secs. De plus, le consul précise que divers travaux, dont la mise en place d’un drain en pierre se déversant vers le petit lac Georges au nord, ont été réalisés pour garantir l’assèchement des sols et éviter la contamination des eaux du lac des Esprits qui servait au lavage et à la cuisine. Dans ce secteur, seul le mess des officiers juché en hauteur dérogeait à cette règle. Face au lac et avec sa vue commandant l’ensemble du complexe carcéral, sa position stratégique répondait tout de même à la logique militaire5.

Une transformation marquée du paysage

22Installé en pleine nature, le camp de détention de Spirit Lake ne pouvait, de par son emplacement et le travail exigé des détenus, que contribuer à la transformation du paysage. Si les bâtiments érigés en hauteur, au sommet des monticules ou parmi les affleurements rocheux, ont laissé peu d’impacts sur le paysage d’origine, c’est avant tout parce qu’ils étaient situés sur des terres impropres à l’agriculture. Dans ces zones, le couvert forestier a lentement repris ses droits. Toutefois, l’héritage du complexe carcéral sur le territoire n’en demeure pas moins important. Qu’il suffise de considérer les 200 hectares de terre « de roches » défrichés par les détenus du camp et formant alors, et encore aujourd’hui, la plus importante concentration de terres cultivables de la région, un modèle d’appropriation du sol qui différait largement de celui des colons avec leur parcelle rectangulaire disposée par rang.

23Mais c’est surtout dans le secteur du camp que les impacts du complexe carcéral sur le paysage sont les plus frappants, et ce malgré le démantèlement de la majeure partie des installations dès les années suivant sa fermeture. Ici, l’espace aménagé, l’emplacement du bâti existant et le réseau viaire représentent un héritage direct du camp de détention, dont le schéma d’établissement subsiste toujours entre le chemin de fer et la colline où s’élevait le mess des officiers. Ainsi, les résidents de La Ferme empruntent encore de nos jours les aires de circulation, désormais asphaltées, qui ceinturaient le champ de parade et ses bâtiments de service, utilisé par les détenus près d’un siècle auparavant. Qui plus est, les quelques résidences privées, érigées de part et d’autre du quadrilatère, et la petite église Saint-Viateur, devenue en 2011 le Centre d’interprétation Camp Spirit Lake, s’élèvent à l’emplacement même des baraques des détenus, comme en témoignent certains des pilotis qui supportaient ces bâtiments et qui, sous l’effet du gel et du dégel, émergent lentement et à intervalles réguliers à travers le revêtement d’asphalte du stationnement situé devant l’ancien lieu de culte. Les baraques des prisonniers, d’environ 23 m sur 9 m, reposaient à 60 cm au-dessus du sol et pouvaient loger jusqu’à 104 détenus chacune (Marsh 1915 : 4).

24Finalement, la découverte d’une photo aérienne datée de 1922 a permis de constater la nature des transformations qui ont pris place au nord du lac des Esprits et l’ampleur des changements survenus depuis la fermeture du camp, tout en dévoilant le tracé du réseau viaire aménagé sous l’autorité des militaires. Gagnées sur la forêt vierge, les terres défrichées par les détenus s’étendent de part et d’autre du camp et des rives du lac jusqu’au petit lac Georges au nord. Ce cliché confirme que, hormis le mess des officiers et le gymnase (grange), tous les autres bâtiments de la colonie pénitentiaire ont déjà disparu. Enfin, les axes de circulation entourant l’ancien champ de parade et les chemins menant à la prison et au village des familles des détenus y sont clairement visibles. Il en va de même pour l’allée desservant le cimetière et pour l’aire de circulation se dirigeant vers l’ancienne gare de Spirit Lake (coin inférieur droit) à partir du village. Juxtaposée à une spaciocarte moderne, cette photo aérienne prise cinq ans après la fermeture du complexe carcéral ne laisse aucun doute sur l’héritage du camp de détention de Spirit Lake sur le paysage environnant et l’espace aménagé.

Conclusion

25Les nombreux vestiges immobiliers retrouvés lors de l’intervention archéologique sur le site du camp de détention de Spirit Lake confirment l’importance de cette colonie pénitentiaire et témoignent de l’ampleur des efforts déployés par les autorités canadiennes au cours de la première guerre mondiale pour contenir les ressortissants de nationalité ennemie. Bien que les recherches n’aient livré qu’un mobilier fort restreint compte tenu de l’état de délabrement des prisonniers, les données colligées et les documents archivistiques ont néanmoins permis de saisir la nature et la fonction des ouvrages répertoriés, de reconstituer l’organisation spatiale du complexe carcéral et de mieux comprendre son rôle dans la transformation du paysage et l’aménagement du territoire. Mais, au-delà de ces considérations d’ordre scientifique, ces témoins matériels racontent avant tout une page d’histoire cachée et des événements passés sous silence, dont la reconnaissance à la suite du projet de mise en valeur a permis aux familles des détenus et à leurs descendants de se réconcilier avec un passé douloureux. De toute évidence, l’avenir de l’archéologie des « sites de conscience », ces sites qui soulèvent des questionnements d’ordre moral et éthique, semble malheureusement assuré.

Haut de page

Bibliographie

Laflamme J. 1973. Les camps de détention au Québec durant la Première guerre mondiale. Montréal, s. éd., polycopie.

Laflamme J. 1989. Spirit Lake : un camp de concentration en Abitibi durant la Grande Guerre. Montréal, Les éditions Maxime.

Marsh G.A. 1915. « Spirit Lake Prison Internment Camp », American Consulate General, National Archives and Records Administration, RG 59, vol. 553, October.

Otter W. (Major-général). 1921. Internment Operations, 1914-1920. Ottawa, Thomas Muley.

Roy C. 2000. Le camp de détention de Spirit Lake (DdGn-1) : résultats d’une première intervention archéologique. Rapport déposé à la Corporation Archéo-08 et au ministère de la Culture et des Communications du Québec, Montréal.

Roy C. 2001. « L’organisation spatiale d’un camp de détention de la Première guerre mondiale : le cas de Spirit Lake en Abitibi », Archéologiques, 14 : 87-100.

Thompson J.H. 1991. Les minorités ethniques pendant les guerres mondiales. Ottawa, Société historique du Canada (collection Groupes ethniques du Canada no. 19).

Willrich G. 1916. « Spirit Lake Prison Internment Camp ». American Consulate General, National Archives and Records Administration, RG 59, vol. 553, November.

Haut de page

Notes

1 La très grande majorité des ressortissants austro-hongrois vivant au Canada en 1914 était des Ukrainiens venus de Galicie et de Bukovine (Thompson 1991 : 5).

2 C’est le cas de ceux de Kapuskasing en Ontario et de Spirit Lake au Québec, érigés sur des terres offertes par les provinces pour y installer des fermes expérimentales lors de la colonisation de l’Abitibi.

3 Il est à noter que jusqu’à leur entrée en guerre aux côtés des alliés en 1917, les États-Unis représentaient les intérêts des gouvernements allemand et austro-hongrois auprès des autorités canadiennes.

4 En 1915, la future ville d’Amos comptait à peine 500 habitants.

5 La maison régionale des Clercs Saint-Viateur, toujours propriétaire d’une partie du site, s’élève depuis 1947 sur le monticule jadis occupé par le mess des officiers de camp de détention.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation du site du camp de détention de Spirit Lake
Crédits (carte topographique 32 D9, Amos, Abitibi, 1 : 50 000).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 2
Légende Vue du cœur du camp de détention de Spirit Lake avec son champ de parade et le lac des Esprits en arrière-plan
Crédits (Bibliothèque et Archives Canada : PA170659).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 3
Légende Reconstitution du plan au sol du secteur du camp.
Crédits (© C. Roy)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 4
Légende Secteur du chemin et du village : localisation des sondages et des vestiges.
Crédits (relevé C. Roy, DAO Corporation Archéo 08)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5
Légende L’incinérateur à déchets retrouvé dans le secteur de l’hôpital
Crédits (DdGn-1-99-C11-16).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 6
Légende Vue du coin nord-est du secteur du camp avec la prison (derrière le mât du drapeau) et le village des familles des détenus en arrière-plan
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Roy, « Le camp de détention de Spirit Lake en Abitibi (1915-1917) : d’une transformation du paysage à la colonisation du territoire », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 42-47.

Référence électronique

Christian Roy, « Le camp de détention de Spirit Lake en Abitibi (1915-1917) : d’une transformation du paysage à la colonisation du territoire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/3398

Haut de page

Auteur

Christian Roy

Consultant en archéologie historique et chargé de projet,
roychristian@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals