Navigation – Plan du site

« Archéologie du refuge » ou de « l’enfermement-volontaire »

La carrière-refuge de la brasserie Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados)
Vincent Carpentier, Laurent Dujardin, Cyril Marcigny avec la collaboration de Albane Burens, Laurent Carozza, Pierre Grussenmeyer, Samuel Guillemin et Sylvain Mazet et Laurent Vipard.
p. 59-63

Texte intégral

1La découverte, en 2014, de l’une des nombreuses carrières-refuges utilisées par les civils (fig. 1) pris sous les bombes lors de la bataille de Caen (juin-juillet 1944) a offert l’opportunité de mettre en place une opération archéologique à caractère expérimental. Elle a permis de confronter différents types d’analyses, au croisement de l’archéologie, de l’histoire et de la sociologie. Ce programme de recherche, débuté en 2015 sous la codirection de C. Marcigny et L. Dujardin, associe des chercheurs de l’Institut national de recherches archéologiques (Inrap), du Centre national de la recherche scientifique (Cnrs), de l’Institut national de sciences appliquées (Insa-Strasbourg) et des spéléologues.

Un site emblématique

2Le 8 mai 2016 verra l’inauguration à Falaise, haut lieu des combats de la bataille de Normandie, d’un mémorial des victimes civiles. Il s’agit du premier musée entièrement dédié à la vie des civils durant la guerre. L’archéologie de la seconde guerre mondiale y sera mise à l’honneur : les ruines d’une maison détruite pendant les bombardements, mise au jour et fouillée en 2015 par B. Guillot (Inrap), y seront présentées au public sous un sol transparent. Lieu témoin des événements, le mémorial de Falaise sera ainsi un « musée de site ». La récente émergence de la thématique du sort des civils au cours de la seconde guerre mondiale est à l’origine de cette décision. En 2004, le 60e anniversaire du Débarquement en marque une première avancée en Normandie, avec la tenue d’un important colloque dédié aux populations civiles au cours de la bataille de Normandie (Garnier et al. 2005). Dix ans plus tard, elle est de nouveau à l’honneur grâce à l’ouvrage de Françoise Passera et de Jean Quellien, Les civils dans la bataille de Normandie, offert au Président de la République lors des commémorations internationales du 6 juin 1944 au mémorial de Caen (Passera & Quellien 2014). L’ouvrage rappelle la violence et le caractère décisif des combats livrés dans cette région du 6 juin au 12 septembre 1944, responsables de la mort de quelque 14 000 civils, tandis que plus de 100 000 hommes, femmes et enfants ont été contraints de se réfugier dans les granges, les étables, les caves et les carrières, et que 150 000 personnes ont connu l’exode. Or, si les sources militaires abondent, il en va tout autrement pour les civils. Aussi, afin de ressusciter ce pan disparu de l’histoire du conflit, les historiens enquêtent-ils aujourd’hui à travers les nombreux témoignages oraux ou écrits laissés par les particuliers et conservés par leurs familles – journaux intimes, carnets ou lettres –, contemporains ou postérieurs aux événements.

Fig. 1

Fig. 1

Caen et les différents refuges utilisés lors de la bataille de Normandie

(J.-M. Palluau, Inrap).

3Dans ce processus, l’archéologie joue un rôle déterminant en contribuant elle aussi à la fabrique de l’histoire. C’est ce que démontre l’exemple de la carrière-refuge de la brasserie Saingt, située au sud de Caen, en bordure de la route d’Harcourt, sur la commune de Fleury-sur-Orne (Calvados). Creusée sur environ 2 hectares au milieu du xixe s. afin d’en extraire de la pierre à bâtir, elle est réutilisée dans l’entre-deux-guerres par les propriétaires de la brasserie Saingt, qui y entreposent leur stock. Puis la guerre survient. Entre le débarquement allié du 6 juin 1944 et la fin du mois de juillet, plusieurs centaines d’habitants de Caen et de Fleury-sur-Orne y trouvent refuge. L’accès leur a été ouvert par les brasseurs. L’histoire anecdotique de cette carrière-refuge est donc représentative de l’impact très fort qu’a eu la seconde guerre mondiale sur les populations civiles et sur le nombre de réfugiés et de sans-abris qui en découle.

4En effet, sur plus de 60 millions de morts, 35 millions sont des civils, soit six fois plus que lors de la Grande Guerre et, surtout, plus que de militaires. Cette différence est due à une série de facteurs tels que le perfectionnement des armes, l’extension des théâtres d’opérations, l’extrême brutalité des combats, notamment sur le front de l’Est, les crimes de masse contre l’humanité – génocides, massacres – et les représailles de tous ordres perpétrés à l’encontre des civils, sans oublier la violence des bombardements aériens. Pour la France, l’historien britannique Andrew Knapp recense au moins 57 000 victimes civiles, 74 000 blessés et 300 000 habitations détruites par les bombardements alliés entre 1940 et 1945 (Knapp 2014). Il rapporte également ces chiffres au nombre des victimes britanniques des bombardements allemands (environ 60 600) et à celui des victimes civiles allemandes des bombes alliées (420 000). Au cours du conflit, les avions alliés ont largué près de 518 000 tonnes de bombes sur la France, soit 40 % du total déversé sur l’Allemagne. Or, bien que plusieurs villes portuaires extérieures à la Normandie, rasées à plus de 80 %, comme Saint-Nazaire, Lorient ou Brest puissent également prétendre au titre de cité martyre, les chiffres enregistrés dans cette région, où les cités n’ont pas été évacuées avant les opérations, restent remarquablement élevés (Valla 2001 ; Nantillé 2014). Depuis 1988, le Centre de recherche d’histoire quantitative (Crhq) et le mémorial de Caen ont ainsi recensé 13 632 morts parmi les civils pour les trois départements bas-normands (8 000 dans le Calvados, un peu moins de 4 000 dans la Manche et un peu plus de 2 000 dans l'Orne) ; et 5 750 pour la Haute-Normandie (900 dans l’Eure et 4 850 en Seine-Maritime)1. Encore les chiffres énoncés ne tiennent-ils pas compte des morts « à retardement » des suites d’une longue agonie, d’explosions d’engins de guerre postérieures aux combats ou encore des nombreux exécutés ou déportés avant mars-avril 1944.

5Cette hécatombe est due en partie à la stratégie du Bomber stream mise en place par le Royal Air Force Bomber Command à partir des 30-31 mai 1942, à l’occasion du bombardement de Cologne. Dans un premier temps, les objectifs des frappes alliées sont essentiellement des usines, des raffineries et des dépôts de carburant ou de munitions allemands. Du printemps à la fin de l’été 1944, les bombardements sont intensifiés en Normandie dans le but premier de détruire les voies de communication entre villes et villages normands (routes, voies ferrées, aérodromes), afin d’empêcher ou de ralentir les mouvements des unités allemandes, notamment blindées, vers le front. Plus ou moins efficaces mais extrêmement dévastateurs, ces bombardements alliés sont aujourd’hui encore l’objet de vives polémiques parmi les historiens. Certains d’entre eux, comme Jean Quellien ou les Britanniques Andrew Knapp et Antony Beevor, estiment en effet qu’en dépit de leur rôle indéniable dans la victoire alliée, ils pourraient entrer dans la définition de « crimes de guerre ». Ils firent au total 20 000 victimes civiles, 37 000 dans les rangs des soldats alliés et 80 000 dans l’armée allemande, rayant de la carte de nombreuses agglomérations de toute taille comme Saint-Lô (détruite à 77 %), Caen (75 %), Le Havre (82 %) ou Vire (95 %)... Pour mémoire, les pertes civiles du seul 6 juin 1944 s’élèvent à 3 000 morts, chiffre équivalent aux pertes militaires alliées. À la mi-juillet, Caen, pilonnée 78 jours d’affilée, est un champ de ruines nauséabond où les cadavres se mêlent aux décombres. Le 24 juin, au sortir de la « semaine rouge », 3 500 Rouennais ont perdu la vie, et 9 500 immeubles rasés laissent 30 000 sans-abris. Quant aux habitants du Havre, ils ont subi, le 5 septembre, cinq jours de bombardements massifs. En 2 000 sorties, les escadrilles de 500 bombardiers ont largué sur la ville 5 000 tonnes de bombes explosives et 200 000 bombes incendiaires…

La carrière-refuge de Fleury-sur-Orne, juin-juillet 1944

6C’est dans ce contexte des gigantesques bombardements alliés dirigés sur Caen que la carrière Saingt accueille ses réfugiés. Dès le 5 juin 1944, comme d’autres propriétaires de carrières de Fleury-sur-Orne, les frères Saingt, prévenus par la Résistance et la BBC de l’imminence du débarquement, ouvrent les portes de leurs caves aux sans-abris qui fuient la ville pilonnée sans relâche par les avions alliés. Au bout de quelques jours, près d’un millier de personnes y sont installées pour survivre sous terre, dans des conditions rudimentaires (fig. 2). Une cuisine collective est mise en place et l’on puise largement dans le stock de bière des frères Saingt. Sur place, des aires damées, délimitées par des pierres ou des planches entre lesquelles sont aménagés des cheminements, sont réparties aux familles réfugiées. Des tiges métalliques fichées dans les parois ou les piliers de la carrière servent de supports à des étagères ou retiennent des draps tendus afin de garantir un semblant d’intimité entre les paillasses.

7À l’issue des combats, les parties souterraines sont abandonnées, même si la brasserie continue son activité en surface. Durant cette époque, la carrière est close, conservant ainsi sur son sol les aménagements et les vestiges liés à l’occupation des lieux au cours des deux longs mois de l’été 1944. Au début des années 1970, une entreprise de logistique rachète l’usine et, miraculeusement, n’utilise pas la carrière qui conserve son potentiel archéologique intact jusqu’en 2005. Les lieux sont alors réhabilités dans le cadre d’une campagne d’aménagement touchant un proche quartier de la périphérie caennaise. Lors de ces travaux, hélas conduits sans aucun suivi archéologique, l’accès principal de la carrière est comblé de matériaux de construction tandis que plusieurs parties de la carrière-refuge sont détruites lors du passage d’un engin chenillé (bulldozer probablement) servant à explorer certains secteurs du site.

Fig. 2

Fig. 2

Scène de vie dans la carrière des Coteaux à Fleury-sur-Orne

(Coll. du mémorial de Caen).

8Les premières observations des traces laissées par ces nombreux réfugiés ont été menées, de manière très globale, vers 1985. Mais la première véritable étude archéologique n’est faite par D. Butaeye, spéléologue, et L. Dujardin, historien, qu’au cours des années 1990 et 2000. Elle consiste à réaliser une couverture photographique de l’ensemble du site et à étudier deux zones en détail (Butaeye & Dujardin 2009). Cette première étude révèle l’importance des traces archéologiques encore visibles et permet d’inaugurer leur analyse. À cette époque, il n’est pas encore question de fouille au sens strict du terme mais d’une observation minutieuse, suivie d’un relevé en position des nombreux objets repérés en surface. En 2008-2009, plusieurs interviews d’anciens réfugiés viennent compléter la documentation archéologique. C’est ainsi qu’au moment de la mise en place d’un projet de lotissement, le promoteur se trouve d’emblée sensibilisé à la richesse exceptionnelle du patrimoine de cette carrière connue des seuls spéléologues capables d’y accéder. Les ouvriers reçoivent pour consigne de ne pas perturber les zones archéologiques tandis qu’aucune information concernant le site n’est diffusée afin de ne pas éveiller l’appétit des pilleurs. Par chance, les zones les plus sensibles sont bel et bien respectées et les dégâts très minimes au regard de la destruction de nombreux autres sites souterrains de la région, datés d’époque médiévale, moderne ou contemporaine. Le site de la carrière Saingt, bien qu’il ait été ouvert pendant près d’un an, reste ignoré par les curieux et semble avoir échappé au pillage ; on n’y observe aucune des traces caractéristiques du passage de prospecteurs armés de détecteurs de métaux et aucune disparition d’objet n’est enregistrée par ses premiers explorateurs.

9À l’heure actuelle, les vestiges les mieux conservés occupent une aire de plusieurs centaines de mètres carrés ; des parties importantes de la carrière ne semblent pas avoir servies, probablement en raison de leur trop grande humidité. Peu de traces ont été recensées dans d’autres zones, mais des investigations plus poussées restent nécessaires. En définitive, au cours des trente dernières années, exception faite des parties bouleversées ou détruites lors du chantier de construction du lotissement voisin, aucune atteinte notable aux vestiges archéologiques n’est à déplorer. Les lieux n’ont été fréquentés que par un public extrêmement restreint depuis la Libération, en raison de la volonté des brasseurs eux-mêmes. Les nombreuses observations réalisées au cours de presque trois décennies confirment que ce qui est encore visible actuellement coïncide, à peu de différence près, avec l’état du site en juillet 1944.

Reprise des fouilles en 2015

10 Véritable conservatoire archéologique, le site de la carrière Saingt offre un champ d’investigations relativement étendu, que ce soit sous l’angle des modalités d’occupation des lieux au cours des événements de 1944, des comportements sociaux en milieu confiné ou de l’archéologie industrielle. Dans le but de préserver l’intégrité de ce site exceptionnel, les méthodes d’acquisition de données utilisées à Fleury-sur-Orne favorisent le recours à des techniques d’enregistrement et de prise de mesures non destructives, sans contact (balayage laser et photogrammétrie). Ces travaux ont été réalisés en collaboration avec Albane Burens, Laurent Carozza (laboratoire Geode, Umr 5062), Pierre Grussenmeyer et Samuel Guillemin (Insa-Strasbourg, laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie, Umr 7357) (Burens et al. 2012). Ces relevés permettent non seulement de produire des données 2D (coupes ou élévations), mais aussi des vues en perspective photoréalistes et, surtout, des modèles 3D calculés à partir des nuages de points, donnant la possibilité de naviguer en leur sein au moyen d’outils dédiés à la visualisation de l’environnement (fig. 3 et 4).

11Nous avons testé ces méthodes, impliquant différentes techniques basées sur une variété de scanners à balayage et d’appareils photos terrestres (de type reflex numérique), ainsi que d’autres systèmes d’imagerie spatiale, en 2014 et 2015. Au cours des prochaines années sera constitué un modèle 3D géométrique et photoréaliste de l’ensemble des éléments structurels de la carrière. Les objets archéologiques seront également géoréférencés et numérisés afin d’être associés au modèle numérique de terrain (Mnt) global. Les modèles ainsi conçus formeront à terme des outils de recherche, de documentation et de visualisation, utilisables par tous les partenaires de l’équipe scientifique.

Fig. 3

Fig. 3

Quelques vestiges visibles à la surface des sols d’occupation lors des relevés

(C. Marcigny, Inrap).

Fig. 4

Fig. 4

Relevé des vestiges sur le sol des mêmes quatre unités-refuges

(S. Mazet, Inrap).

12Ce vaste programme de recherche affiche principalement une double ambition. D’une part, celle de proposer une « archéologie du refuge » ou « de l’enfermement », confrontée aux sources écrites et orales, livrant un référentiel utile à l’examen a posteriori de sites plus anciens (grotte-refuge de la protohistoire ancienne, par exemple) et offrant ainsi de nouvelles clefs d’interprétation. D’autre part, celle de développer des outils de relevés et d’analyse performants pour l’examen de sols d’occupation (taphonomie, techniques 3D…). Parallèlement à l’archéologie proprement dite, une enquête historique et documentaire est conduite en partenariat avec les historiens du mémorial de Caen, tandis que la collecte des derniers témoignages et archives est en cours. L’une des survivantes de la carrière Saingt, madame Yvette Lethimonnier, âgée de 11 ans en 1944, est ainsi sortie de l’anonymat grâce à la « réactivation des mémoires » occasionnée par la fouille des campements militaires canadiens attenants à la carrière, menée sous la direction d’E. Ghesquiere (Inrap), en 2014, de même que par les investigations conduites dans la carrière elle-même. Ses souvenirs, d’une vivacité frappante, transposés sur le terrain lors d’une mémorable sortie spéléologique en compagnie de sa famille, délivrent aujourd’hui une information extrêmement précieuse permettant de comprendre et d’expliquer la nature combien particulière et symbolique des vestiges de la carrière Saingt, comme de bien saisir l’enjeu de leur préservation pour la mémoire des générations futures.

Haut de page

Bibliographie

Burens A., Grussenmeyer P., Moisan E., Guillemin S., Carozza L., Bourrillon, R., Petrognani S. 2012. « 3D Multi-scale Scanning of the Archaeological Cave “Les Fraux ” in Dordogne (France) », in : MIonnadis et al. (ed.), EuroMed 2012 ; Lecture Notes in Computer Science (including subseries Lecture Notes in Artificial Intelligence and Lecture Notes in Bioinformatics). Springer, 7616 : 388-395.

Butaeye D. & Dujardin L. 2009. Les réfugiés dans les carrières de Caen. Caen, éd. Ouest-France.

Garnier B., Leleu J.-L., Passera F., Quellien J. dir. 2005. Les populations civiles face au débarquement et à la bataille de Normandie, Actes du colloque international de Caen, 25-27 mars 2004. Caen, Éditions du Crhq-Le Mémorial (coll. « Seconde guerre mondiale », 5).

Knapp A. 2014. Les Français sous les bombes alliées 1940-1945. Paris, Tallandier.

Nantillé Y. 2014. « 1944. La Normandie sous les bombes alliées », La Nouvelle Revue d’Histoire, 72 : 27-30.

Passera F. & Quellien J. 2014. Les civils dans la bataille de Normandie. Bayeux, Orep.

Valla J.-C. 2001. La France sous les bombes américaines 1942-1945. Paris, Librairie nationale.

Haut de page

Notes

1 Pour la Basse-Normandie voir : http://www.crhq.cnrs.fr/1944/Basse-Normandie.php ; et pour la Haute-Normandie : http://www.crhq.cnrs.fr/1944/Haute-Normandie.php.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Caen et les différents refuges utilisés lors de la bataille de Normandie
Crédits (J.-M. Palluau, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 2
Légende Scène de vie dans la carrière des Coteaux à Fleury-sur-Orne
Crédits (Coll. du mémorial de Caen).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 3
Légende Quelques vestiges visibles à la surface des sols d’occupation lors des relevés
Crédits (C. Marcigny, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4
Légende Relevé des vestiges sur le sol des mêmes quatre unités-refuges
Crédits (S. Mazet, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Carpentier, Laurent Dujardin, Cyril Marcigny avec la collaboration de Albane Burens, Laurent Carozza, Pierre Grussenmeyer, Samuel Guillemin et Sylvain Mazet et Laurent Vipard., « « Archéologie du refuge » ou de « l’enfermement-volontaire » », Les nouvelles de l'archéologie, 143 | 2016, 59-63.

Référence électronique

Vincent Carpentier, Laurent Dujardin, Cyril Marcigny avec la collaboration de Albane Burens, Laurent Carozza, Pierre Grussenmeyer, Samuel Guillemin et Sylvain Mazet et Laurent Vipard., « « Archéologie du refuge » ou de « l’enfermement-volontaire » », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 143 | 2016, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/3436 ; DOI : 10.4000/nda.3436

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals