Navigation – Plan du site
La 3D en archéologie : histoire, enjeux et études de cas

Archéologie, de l’analogique au numérique : évolution technique ou révolution méthodologique ?

François Djindjian
p. 6-11

Texte intégral

Introduction

1Le passage de l’analogique au numérique est la grande révolution technique de la deuxième moitié du xxe siècle dans l’histoire de l’humanité. Ce passage a été rendu possible par l’invention de l’ordinateur qui a imposé la notation binaire, le développement de l’industrie des composants électroniques à partir des années 1960 fournissant les constituants des équipements pour la numérisation des phénomènes et des objets à étudier (processeurs, mémoires, capteurs) et enfin, à partir des années 1980, la croissance exponentielle de la capacité de transmission des télécommunications par différents médias (liaison hertzienne, fils torsadés, fibre optique) et réseaux.

Le monde technique de l’analogique

2L’histoire des sciences et des techniques nous révèle que, de l’Antiquité à 1950 environ, le monde de la technique est analogique, c’est-à-dire que l’acquisition des phénomènes, des appareils et des instruments de mesure est représentée par une information exprimant la variation d’une grandeur physique et, à ses débuts, essentiellement une masse et une force.

3Si la production de la lumière fut obtenue dès l’Antiquité par la lampe à huile, puis par la bougie et le gaz d’éclairage (1800-1880 en Europe), ces derniers furent rapidement remplacés par l’invention de l’ampoule électrique, qui convertit analogiquement l’énergie électrique en lumière (Lindsay, 1835 ; Swain, 1860 ; Edison, 1880).

4La balance de pesage, qui mesure l’équilibre entre deux forces ou deux masses, est un des premiers exemples connus d’analogie mécanique depuis l’Antiquité, avec les améliorations apportées par Roberval au xviie siècle et Lavoisier au xviiie siècle.

5Avec les abaques, des fameux bouliers chinois aux règles à calcul des ingénieurs du xxe siècle, la mécanique facilite le calcul. La pascaline de Blaise Pascal (1645) est l’ancêtre des calculatrices mécaniques dont les améliorations se sont succédé jusqu’à la machine analytique de Charles Babbage (1834), ancêtre utopique du calculateur programmable, et celle bien réelle de Leonardo Torres Quevedo (1914), auteur également du premier automate électromécanique joueur d’échec (l’expert astucieusement caché dans le fameux turc joueur d’échec ne faisant pas partie du sujet traité ici). La mécanographie (Hollerith, 1889), née aux États-Unis pour le besoin du recensement, est un système de traitement de cartes perforées, mettant en œuvre des perforatrices et des trieuses pour des comptages statistiques. Elle a été remplacée progressivement par l’ordinateur dans les années 1970.

6Jacques Vaucanson, le fabuleux inventeur français d’automates mécaniques du xviiie siècle, peut également être cité comme ayant réalisé, par une analogie mécanique, divers objets vivants (flûteur automate, canard digérateur) et les premières machines qui influencèrent le métier à tisser Jaccard (1801).

7La photographie est une écriture analogique de la lumière. Bien que les principes de la camera obscura aient été décrits par Aristote vers 300 av. J.-C., puis de façon beaucoup plus précise par le mathématicien perse Alhazen au tournant du Ier millénaire, il a fallu attendre la découverte des propriétés chimiques des halogénures d’argent (révélateur) et de l’hyposulfite de sodium (fixateur), au xixe siècle, pour que soit mis au point le procédé analogique connu sous le nom de photographie argentique (Niepce, 1826 ; Daguerre, 1839), en usage jusque dans les années 2000. La photographie couleur, développée à partir des travaux théoriques de Maxwell sur le mélange Rouge/Vert/Bleu, se concrétisa par les procédés des plaques de verre de Joly (1894), des émulsions de Lippmann (1908), de l’autochrome des frères Lumière (1907) et de la pellicule couleur de Kodak (1935). Le cinématographe des frères Lumière (1895), inspiré du kinétoscope d’Edison et Dickson (1891), associe une caméra et un projecteur de cinéma.

8La communication à distance est connue depuis la plus haute Antiquité, avec l’analogie sonore produite par le tam-tam, la trompe ou la corne de brume, et avec l’analogie optique produite par les signaux de fumée, les feux (bateau, phare, balise, bouée), les sémaphores, les pavillons, les signaux lumineux (routes et chemin de fer). Ils emploient tous des protocoles plus ou moins sophistiqués. À partir de la fin du xixe siècle, le télégraphe optique (Chappe, 1792), le télégraphe électrique (Morse, 1840), le téléphone électrique (Meucci, 1870 ; Bell, 1876), puis le télex (1930) ouvrent l’ère des télécommunications.

9La première transmission électromagnétique sans fil a été réalisée par Hertz (1886) qui lui a donné son nom, validant ainsi les fameuses équations de Maxwell (1864). Le premier émetteur-récepteur radio de Hertz fut amélioré par Marconi en 1896 puis par Tesla en 1901. Ce dernier, d’une inventivité exceptionnelle, a entre autres développé et promu le courant alternatif, posé le principe du radar en 1900 (mis au point par la compagnie française CSF en 1934) et réalisé la première télécommande en 1898. Les ondes électromagnétiques sont caractérisées par leur fréquence ou leur longueur d’onde. Les autorités compétentes définissent les applications autorisées dans les différentes bandes de fréquence : bandes pour radiodiffusion (récepteur radio : Amstrong, 1914), en modulation d’amplitude (AM) ou en modulation de fréquence (FM) ; bandes pour la télévision (Baird, 1926 ; Barthélemy, 1931) ; bandes radioamateur ; bandes pour transmission radio professionnelle (civile et militaire) ; bandes pour la téléphonie mobile ; bandes pour les radars et systèmes de détection ; etc. Équipement stratégique dans la transmission, le modem (Bell labs, 1958) sert à convertir les données numériques (comme issues d’un ordinateur) en signal modulé transmissible par un réseau analogique et réciproquement.

10Citons enfin le bélinographe (Belin, 1908) qui permet la transmission à distance de photographies par une liaison télé-phonique – il fut l’équipement des reporters de presse entre 1930 et 1970 – et la célèbre photocopie, électrophotographie ou xérographie (Trillat, 1935 ; Xerox, 1959).

11La reproduction du son par des procédés purement mécaniques fut obtenue avec l’invention du phonographe (Cros, Edison, 1877 ; Berliner, 1887), qui devint gramophone. Puis l’analogie devint électrique (électrophone et platine -tourne-disque). Le son était alors stocké sur un disque vidéo à 78 tours (Baird, 1928) puis sur un disque microsillon (années 1950). Avec l’analogie magnétique (magnétophone), il le fut sur une bande magnétique (AEG, 1934). Le système fut étendu du son à l’image vidéo avec le magnétoscope à partir des années 1950.

12Le tube cathodique (Braun, 1897) est un tube à vide où se trouvent un filament chauffé et des électrodes qui, sous l’effet d’une tension, créent un champ électrique accélérant des électrons qui viennent frapper l’écran électroluminescent. Ce composant fut utilisé pendant plusieurs dizaines d’années par la plupart des postes de télévision, des écrans d’ordinateur et des oscilloscopes, jusqu’à l’avènement des écrans dits plats dans les années 2000. Zvorykine (1923) inventa le capteur vidéo utilisant le tube cathodique pour les premières caméras vidéo puis le kinéscope, le premier téléviseur (1929). Toute la technologie vidéo se développa dès lors exponentiellement, avec notamment l’enregistreur vidéo (Ampex, 1956), la cassette VHS (JVC, 1976), le caméscope (1983) et la console de jeux ou Gameboy (Nintendo, 1989).

Le passage au numérique

13La date symbolique du passage au numérique peut être rapportée au concept de la « machine » d’Alan Turing (1936), qui pose le principe du fonctionnement des appareils mécaniques de calcul (calculabilité). Une de ses premières manifestations pratiques fut le premier ordinateur, l’Eniac (J. W. Mauchly et J. P. Eckert, 1946). La numérisation facilite le calcul, ce que les premiers ordinateurs, appelés calculateurs, démontrèrent rapidement.

14La numérisation se développa d’abord avec l’invention du scanner (Kirsch, 1957) puis celle de la télécopie ou fax (1969).

15Le capteur photographique utilise l’effet photoélectrique pour convertir un rayonnement électromagnétique en un signal électrique qui est amplifié, numérisé puis traité pour fournir une image numérique. Il utilise soit une technologie CCD ou transfert de charge (Boyle & Smith, 1969 ; Fairchild, 1973), soit une technologie CMOS à photodiodes (Fossum, 1993). Il est devenu le composant essentiel de la photographie numérique (Sasson, 1975) dont la commercialisation grand public commença dans les années 1985 (Canon, Fuji, Nikon, Kodak).

16La numérisation s’implanta également rapidement dans les télécommunications, d’abord avec les données. La première communication entre ordinateurs utilisa la liaison série ou asynchrone RS232 (1962), remplacée par la liaison USB à partir des années 1996. Le réseau Arpanet (1969) de l’armée américaine fut le premier réseau de télécommunication qui implémenta la norme TCP/IP (1973). La France fut pionnière dans ce domaine avec le réseau Transpac (France Telecom & Sesa, 1978) et la technologie du routage X25 conquit la planète dans les années 1980. L’accroissement exponentiel du flux de données dans les liaisons de télécommunications – passé en moins de vingt ans d’un millier de bits/s à quelques dizaines de millions de bits/s –, permit de transmettre non seulement les données mais aussi les images numérisées et le son digital. Ainsi, le premier vocodeur ou synthétiseur vocal, mis au point par H. Dudley (1939), puis la voix sur X25 (début des années 1980), sont les ancêtres de l’actuelle voix sur IP (Skype, 2003). Avec Internet enfin, à partir des années 1990, c’est le grand public qui accéda aux services des réseaux.

17Utilisant un procédé optique de stockage des données sous une forme cette fois numérique, le CD audio (Sony, Philips, 1982) remplaça le microsillon. Le CD-ROM (1985) en est la version informatique (données texte, image, son), remplacée à partir des années 1990 par la carte mémoire Flash. L’intégration des séquences vidéo numériques, se substituant aux supports analogiques du vidéodisque (Laservision, disque laser, 1978), se réalisa avec le DVD (disque numérique polyvalent) à partir de 1995, puis avec le Blu-ray (2005).

18La numérisation ne put se faire sans un intense travail de normalisation des formats d’images (Raw, BMP, JPEG (ISO, 1992), Tiff) ou de documents (XML de W3C). De nombreux logiciels de traitement d’image numérique apparurent sur le marché, comme le fameux Photoshop (Adobe, 1990) et ses nombreux imitateurs.

19La numérisation du monde de la technologie n’est pas terminée. Si, dans les domaines du traitement, de la transmission et du stockage des données (texte, image, son), elle est quasiment achevée, ce n’est pas encore complètement le cas dans les domaines de l’acquisition au plus près des processus et des objets (capteurs) et de la restitution.

Historique de la photogrammétrie

20Recopiant la vision stéréoscopique humaine, la photogrammétrie est une technique permettant de reconstituer la troisième dimension (le relief) à partir de la différence des points de vue.

21La première application fut réalisée en 1849 par un officier de l’armée française, Aimé Laussedat (1819-1904), sur la façade de l’Hôtel des Invalides. Il l’appela « métrophotographie » et devint professeur à l’école polytechnique, titulaire de la chaire de géométrie appliquée aux arts et directeur du Conservatoire national des Arts et Métiers de 1881 à 1900. Il construisit aussi un photothéodolithe (1896).

22Parallèlement, dans les années 1860, l’architecte allemand Albrecht Meydenbauer (1834-1921) concevait des instruments de mesure pour effectuer des relevés architecturaux et développait, influencé par Laussedat, sa propre technique de mesure nommée « photométrographie ». En 1909, lors de son départ en retraite, l’Institut royal prussien de photogrammétrie, créé dans le but de documenter tous les monuments du patrimoine culturel de Prusse, avait archivé près de 11 000 clichés se rapportant à 1 200 monuments prussiens, 1 600 clichés à une centaine de bâtiments du reste de l’Allemagne et 800 à des monuments étrangers. Son œuvre a ensuite été poursuivie par ses collaborateurs jusqu’en 1945, pour arriver à près de 76 000 clichés. La première application connue en archéologie fut, en 1879, la restitution du site de Persépolis (Iran) par le géographe, physicien et ingénieur Franz Stolze, inventeur entre autres de la première turbine à gaz.

23En 1901, le Dr Karl Pulfrich mit au point le premier stéréocomparateur permettant de mesurer de façon précise un couple de photos prises dans les conditions normales de stéréophotogrammétrie. Cet appareil fut le premier construit par la firme Zeiss. Pulfrich est depuis ce jour considéré comme le père de la stéréophotogrammétrie.

24Les deux méthodes s’opposèrent au début du xxe siècle. La métrophotographie, utilisant un matériel simple et peu coûteux, exigeait par contre des reconstitutions géométriques délicates, domaine des architectes. La stéréophotogrammétrie, nécessitant des appareils complexes et onéreux, était le domaine des spécialistes en géodésie et photogrammétrie. La seconde méthode finit par l’emporter. En France, sa première application fut le projet Sainte-Chapelle par l’IGN, en 1943. Jean-Paul Saint-Aubin créa en 1972 l’atelier de photo-grammétrie architecturale du service de l’inventaire du ministère de la Culture, qui fonctionna jusqu’au début des années 2000.

25Trois générations de restituteurs se sont succédé :

– avant 1980, les restituteurs mécaniques, améliorations de la machine de Pulfrich. L’observation binoculaire d’un couple stéréoscopique permet, en manipulant l’équipement analogique de façon mécanique, optique ou optico-mécanique, de reconstituer le relief en actionnant des manettes et des pédales ;

– en 1980-90, les restituteurs analytiques, aidés par ordinateur ;

– en 1990, les restituteurs numériques : les clichés sont d’abord numérisés par scannage – ils sont maintenant obtenus directement par des caméras numériques –, puis présentés avec un système permettant la vision stéréoscopique sur écran. L’opérateur dispose d’aides informatiques comme la corrélation automatique, qui remplace la vision stéréoscopique humaine.

26La méthode des SIFT, un algorithme développé par D. Lowe (2004), permet aujourd’hui de transformer une image en un ensemble de vecteurs de caractéristiques invariants par les transformations géométriques usuelles (homothétie, rotation) mais aussi affines. Sa robustesse permet de mettre en correspondance des points distants avec des variations de caméra importantes et en fait un des meilleurs algorithmes actuels pour une photogrammétrie numérique par logiciel. Il s’agit donc là d’une révolution numérique récente dans le domaine de la photogrammétrie, les restituteurs lourds, coûteux et complexes étant remplacés par un logiciel et un ordinateur de bureau.

27L’équipement nécessaire à la photogrammétrie numérique se limite à un bon appareil photo numérique manié par un bon photographe (!), un logiciel et un ordinateur, c’est-à-dire un budget accessible à tout archéologue. Une fois formé, celui-ci peut donc utiliser lui-même, au sein de son équipe, cette solution, ce qui constitue une révolution par rapport à la photogrammétrie analogique.

Lasergrammétrie

28La lasergrammétrie est une technique d’acquisition numérique qui utilise un équipement laser de numérisation et d’acquisition 3D (capteur topographique) pour générer des images de synthèse 3D. L’acquisition 3D (r, φ, θ) est faite par une station laser mobile ou par voie aérienne (Lidar). Le scanner laser 3D balaye l’espace en mesurant à l’aide d’un faisceau laser des millions de points. Un nuage de points exhaustif est généré et peut dès lors être traité avec des logiciels spécifiques pour générer divers objets 3D. Deux méthodes sont utilisées pour l’acquisition, la méthode par « triangulation » (laser + photo) et la méthode par « temps de vol », où le scanner mesure la distance aller-retour au point (10 000 à 100 000 points par seconde).

29Les caractéristiques techniques des équipements utilisés, différents en gamme et suivant les fabricants Leica, Faro, etc., induisent la précision et donc la qualité de restitution des objets. Elles varient selon :

- la précision du système, exprimée en général par l’écart type sur chaque point,

- la taille du spot laser en fonction de la distance,

- la portée de l’instrument : distance la plus courte et distance la plus longue,

- la vitesse de numérisation exprimée en points/seconde, de 1,000 à 500,000 suivant les systèmes,

- le champ angulaire,

- les logiciels associés pour le post-traitement,

- l’environnement de travail (température, humidité, radio-activité, variations d’insolation),

- la facilité d’utilisation au regard du poids, par exemple,

- le type d’alimentation électrique,

- le danger du système laser pour les yeux, certains systèmes exigeant un balisage du chantier lors des mesures,

- la notoriété du constructeur de la station.

  • 1 Pour «  Acquisition, traitement, modélisation 3D ».

30L’utilisation de la lasergrammétrie nécessite le choix de stations laser dont les caractéristiques techniques sont appropriées aux exigences de l’acquisition, exigences qui peuvent varier selon chaque projet ; elle nécessite aussi les ressources techniques pour les utiliser de façon optimale et effectuer les traitements logiciels de restitution 3D. Le recours à des spécialistes, des petites et moyennes entreprises comme ATM3D1 ou des laboratoires comme Archéovision – Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) – est alors indispensable.

31La réalité virtuelle en archéologie recourt largement à la lasergrammétrie pour les acquisitions des vestiges de données architecturales et pour la réalisation de fac-similés. Elle utilise des logiciels pour les fonctions de modélisation, de sculpture 3D, de dépliage UV, de texturage, de gréage, d’armaturage, d’animation, de rendu, etc. Ils sont propriétaires comme 3D Studio Max (Autodesk), Virtools (Interactivité), Audodesk 3D Modeler (Scannérisation 3D), ARToolkit (Réalité augmentée), ou libres comme Blender ou Meshlab.

3D et archéologie

32Le processus de fouilles archéologiques, par nature tridimensionnel, associe une planigraphie (le sol d’habitat), une stratigraphie (l’enfouissement) et une élévation (le bâti), conduisant l’archéologue à comprendre respectivement les processus d’occupation humaine et animale, les processus de sédimentation et les processus d’effondrement, pour reconstituer dans un espace 3D l’ensemble du site archéologique (Djindjian 2011).

33Jusqu’à aujourd’hui, les méthodes de fouilles devaient privilégier soit la maîtrise stratigraphique, soit le décapage de surface, mais pouvaient rarement gagner sur les deux tableaux. Dans la réalité de la fouille, la nature du site amenait naturellement à privilégier l’une ou l’autre des deux approches, à moins qu’un paradigme sous-jacent n’y pousse, entraînant une perte de contrôle de la fouille qui pouvait être fatale à la fiabilité de l’enregistrement de l’information archéologique et donc aux résultats des études. Cette utopie de la fouille archéologique en 3D revient périodiquement dans le discours archéologique depuis les années 1970. Les nouvelles techniques 3D lui apportent-elles une solution ?

  • 2 Petits modèles de maisons en terre cuite retrouvés dans les fouilles de sites néolithiques de la cu (...)

34Tout d’abord, il n’est pas inutile de rappeler que l’archéologie n’a pas attendu la 3D numérique pour pratiquer la 3D. Les architectes, dont la contribution majeure à l’archéologie classique n’a jamais été suffisamment soulignée, ont réalisé les plans d’architecture des ruines archéologiques au sol et restitué leurs élévations en perspective axonométrique. Citons aussi les maquettes en terre cuite connues dès l’Antiquité (maisons Tripolié2), le plan-relief du xviie siècle, les aquarelles des prix de Rome de la villa Médicis au xixe siècle ou les calques transparents des guides touristiques des années 1950.

35Inversement, l’enregistrement automatique, analogique et numérique, ne peut se passer de la connaissance de l’archéologue, qui enrichit l’acquisition par des déterminations et la signifie par un code graphique normalisé. On peut donc parler d’un double niveau d’enregistrement : le premier, celui de l’œil observateur, est associé au capteur dont l’acquisition automatisée possède une précision et une justesse connue ; le second est celui du cerveau qui détermine et reconnaît les objets (même si la reconnaissance de formes a fait de très grands progrès dont les solutions sont appliquées dans les domaines de la défense et de la police).

Archéologie et gestion du patrimoine

36Il est important de noter que l’archéologie 3D se distingue de la gestion du patrimoine culturel 3D. La recherche archéologique produit de la connaissance sur les sociétés du passé ; la gestion du patrimoine culturel a pour mission la protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine architectural. Les deux métiers sont complémentaires mais ont des objets différents. Les très nombreux colloques et congrès sur la 3D (comme VAST et beaucoup d’autres), depuis une quinzaine d’années, attirent beaucoup plus les professionnels de la gestion du patrimoine culturel que les archéologues. Les projets présentés, auxquels participent les organismes nationaux ou régionaux de conservation du patrimoine, bénéficient de budgets très importants (du point de vue des archéologues), souvent accordés par l'Union européenne (Albouy et al. 1989 ; Forte 1996 ; Barcelo et al. 2000 ; Fleury 2000).

37En archéologie, la réalité virtuelle n’a pas pour seul objectif de fournir une « belle » restitution 3D, mais d’abord une restitution juste, précise, complète, argumentée et évoluant avec le progrès des connaissances sur les composants de -l’objet restitué. Comme l’a fort justement souligné R. Vergnieux (Vergnieux et al. 2004 ; 2007 ; 2008 ; 2010 ; 2013), l’archéologie virtuelle est une méthode archéologique qui fournit les moyens techniques d’une restitution scientifique itérative.

38L’archéologie 3D est également une méthode de fouille archéologique, par sa capacité à lever la topographie d’un site archéologique en plein air ou le volume intérieur d’une grotte ornée, à réaliser un modèle numérique de terrain (MNT), à redresser verticalement (orthophotographie) ou horizontalement (topographie, plan au sol) des prises de vues obliques, à numériser extérieurement un objet sur 360° à la précision voulue ou intérieurement, comme un crâne en tomodensitographie, à effectuer l’archivage numérique des artéfacts, à réaliser des bases de données numériques de référence (ostéologie 3D, lames minces minéralogiques, traces d’usure, etc.), à intégrer les données dans un système d’information géographique. Le gain de temps par rapport aux solutions antérieures est important et la convivialité progressive des logiciels, jointe à leur faible coût, facilitent l’accès de ces techniques à tous les archéologues.

39De ce fait, à côté d’une gestion du patrimoine 3D « standardisée », sous-traitée à des entreprises ou des laboratoires spécialisés par les professionnels du patrimoine (conservateurs) qui utilisent plutôt la lasergrammétrie, existe une archéologie 3D « de recherche » prise en charge par les archéologues, enseignants-chercheurs, chercheurs et ITA, qui adoptent plutôt l’approche de la photogrammétrie numérique.

40Cette distinction n’exclut pas que certains projets fassent appel aux deux métiers et aux deux techniques, comme par exemple la réalisation d’un fac-similé dont la restitution ne peut se satisfaire d’une application 3D standard, réalisée à petit budget par un sous-traitant contraint au mieux-disant d’un appel d’offres de l’administration.

Y a-t-il des freins sociologiques à l’archéologie 3D en France ?

41L’enjeu du passage à l’archéologie numérique implique un saut technologique significatif. Il serait en effet illusoire de croire que le seul recrutement d’un ingénieur ou d’un techni-cien dans une Unité mixte de recherches (Umr) ou à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), comme cela a hélas été fait pour les compétences nécessaires au développement d’un système d’information géographique (Sig), suffirait à effectuer ce changement.

  • 3 La spin-off est une nouvelle entreprise créée à partir d’une organisation plus grande.

42Pourtant, plusieurs équipes françaises occupent une position de niveau international dans l’archéologie 3D : citons tout particulièrement le laboratoire Archéovision (et sa spin-off 3 Archéotransfert), créé par R. Vergnieux à Bordeaux et devenu l’Unité mixte de service 3D pour les sciences humaines et sociales (Ums 3D Shs) après un conflit avec les archéologues d’Ausonius ; à Caen, le projet Rome antique au Centre interdisciplinaire de réalité virtuelle (Cireve) de l’Université de Caen, animé par Philippe Fleury et Sophie Madeleine ; à Cluny, l’équipe Gunzo de l’École nationale supérieure des arts et métiers (Ensam).

43La création par le département Shs du Cnrs d’une très grande infrastructure de recherche (Tgir) Huma-Num pour faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales est une décision nécessaire, à condition que son action soit relayée par les laboratoires de recherche, au risque, dans le cas contraire, d’échouer dans l’isolement, comme cela a été souvent le cas dans les décennies précédentes (laboratoire Informatique et Sciences Humaines dissous en 1981).

44L’analyse sans complaisance du bagage technique de l’archéologie française est ici indispensable. De nos jours, l’enseignement de l’archéologie ne se pratique plus, à l’Université, qu’en facultés de sciences humaines. La conséquence en est le faible bagage technique des étudiants originaires de filières littéraires dans l’enseignement du second degré, mais aussi le bagage technique tout aussi faible de leurs enseignants, qui ont suivi les mêmes filières littéraires une ou deux générations avant. Les pionniers des progrès scientifiques en archéologie, qui avaient suivi des cursus multiples, scientifiques et littéraires dans les années 1970, sont maintenant à la retraite. Ils n’ont pas été remplacés. L’absence de sélection dans l’Université française, contrairement à ses homologues russe, américaine ou européenne, accentue ces inconvénients.

45En outre, la bipolarité entre archéologie classique et archéologie préhistorique et protohistorique est aggravée en France par la coupure entre, d’une part, la filière classique de l’École normale supérieure (Ens) et la perpétuation de son modèle académique du xixe siècle, et, d’autre part, la filière universitaire non sélective de la préhistoire, qui a en outre perdu sa tradition naturaliste dans une discipline pourtant devenue de plus en plus scientifique. L’absence de filière technologique se fait sentir gravement des deux côtés.

46La scientificité et la technicité croissantes et inéluctables de l’archéologie, qui par certains côtés rejoignent celles qu’ont connues, par exemple, la médecine ou la criminologie, obligent à repenser totalement l’enseignement de l’archéologie française pour que celle-ci puisse garder son niveau international. Si l’Université française souhaite continuer à privilégier l’enseignement d’une érudition verticale par période et par région au détriment de formations professionnelles transversales à haute valeur ajoutée, alors la construction d’une élite archéologique ne peut passer que par l’ouverture de l’enseignement aux filières technologiques françaises, aboutissant à une école spécialisée de l’archéologie, analogue à l’école du Patrimoine.

47Dans le cas contraire, l’archéologie numérique peut-elle se développer en dehors des structures actuelles ? Faute d’une place qui lui serait faite dans le cadre du Cnrs, de l’université ou de l’Inrap, la solution pourrait être la création de petites start-up spécialisées offrant des services et des ressources de haut niveau. Les difficultés rencontrées en France par les sociétés privées d’archéologie préventive, dont la plupart font un travail de qualité, ou de services spécialisés comme, par exemple, la prospection géophysique, face à l’Inrap qui a pour objectif le monopole de service public de l’archéologie, font planer  un doute sur la solidité à terme de ces petites entreprises, même si beaucoup d’entre elles sont des spin-off du Cnrs. Ce serait alors les condamner, et leurs collaborateurs expérimentés avec elles, à limiter leur activité à des projets 3D de gestion du patrimoine culturel – ce qui serait très dommageable pour la recherche archéologique française.

Conclusions

48La prise de conscience de l’archéologie 3D, par les profondes mutations qu’elle induit, n’est pas liée seulement au développement de nouvelles techniques numériques dans la pratique du métier d’archéologue. Elle permet également d’analyser les freins sociologiques à la modernisation de l’archéologie, de son enseignement, de son organisation, de ses pratiques et de ses méthodes.

Haut de page

Bibliographie

Albouy M., Boccon-Gibod H., Golvin J.-Cl., Martinez Ph., Goyon J.-Cl. 1989. Karnak. Le temple d’Amon restitué par l’ordinateur. Paris, M.A. Éditions.

Forte M. 1996. Archéologie virtuelle : le passé retrouvé. Paris, Arthaud.

Barcelo J.A., Forte M., Sanders D.H. 2000. Virtual reality in archaeology. Oxford, Archaeopress (BAR I.S., 843).

Djindjian F. 2011. Manuel d’archéologie. Paris, Armand Colin (Coll. U).

Fleury Ph. 2000. « Projet de reconstitution virtuelle de la Rome antique », in : E. Deniaux dir., Rome antique. Pouvoir des images, images du pouvoir : actes de la table ronde, Caen, MRSH, 30 mars 1996. Caen, Presses universitaires de Caen.

Vergnieux R., Delevoie C. 2004. Virtual retrospect 2003 : actes du colloque, Biarritz, 6-7 novembre 2003. Bordeaux, Éditions Ausonius (Archéovision, 1).

— 2007. Virtual retrospect 2005 : actes du colloque, Biarritz, 8-10 novembre 2005. Bordeaux, Éditions Ausonius (Archéovision, 2).

— 2008. Virtual retrospect 2007 : actes du colloque, Pessac, 14- 16 novembre 2007. Bordeaux, Éditions Ausonius (Archéovision, 3).

— 2010. Virtual retrospect 2009 : actes du colloque, Pessac, 14- 16 novembre 2009. Bordeaux, Éditions Ausonius (Archéovision, 4).

— 2015. Virtual Retrospect 2013 : actes du colloque, Pessac, 27- 29 novembre 2013. Bordeaux, Éditions Ausonius (Archéovision, 6).

Haut de page

Notes

1 Pour «  Acquisition, traitement, modélisation 3D ».

2 Petits modèles de maisons en terre cuite retrouvés dans les fouilles de sites néolithiques de la culture de Tripolié en Ukraine, dans les steppes du nord-ouest de la mer Noire.

3 La spin-off est une nouvelle entreprise créée à partir d’une organisation plus grande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Djindjian, « Archéologie, de l’analogique au numérique : évolution technique ou révolution méthodologique ? », Les nouvelles de l'archéologie, 146 | 2016, 6-11.

Référence électronique

François Djindjian, « Archéologie, de l’analogique au numérique : évolution technique ou révolution méthodologique ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 26 janvier 2018, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3820 ; DOI : 10.4000/nda.3820

Haut de page

Auteur

François Djindjian

Cnrs, Umr 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn), Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, Nanterre,
francois.djindjian@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals