Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Un nouveau « raccord » entre deux musées !

Le Louvre et le musée départemental Dobrée, à Nantes
Élisabeth Delange, Marie-Hélène Santrot et Jacques Santrot
p. 33-34

Texte intégral

1Pas de plus grand plaisir pour un conservateur de musée que de réunir deux parties dispersées d’un même objet ! C’est ce qui viennent de réaliser le musée départemental Dobrée, à Nantes, et le Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

2En mai 1924, avant le transfert au musée Dobrée d’une partie de ses collections, le musée des arts décoratifs de Nantes (château des ducs de Bretagne) recevait un dépôt du Louvre. En choisissant dans leurs caisses des objets de fouilles dont on ne connaissait pas l’histoire, les conservateurs n’avaient sans doute alors pas conscience de disperser des ensembles historiques et géographiques, et du même coup, de leur enlever leur sens !

3L’étude des archives et des documents laissés par les archéologues français qui fouillèrent à Éléphantine entre 1906 et 1908 a permis, récemment, d’identifier nombre d’objets aujourd’hui conservés dans plusieurs musées de province. Le musée départemental Dobrée en a reçu une dizaine, et non des moindres, dont la statue gravée au nom du pharaon conquérant Thoutmosis III, statue unique en son genre, malheureusement dépourvue de sa tête comme c’est trop fréquemment le cas.

4À l’occasion de l’une de ses missions d’étude à Nantes sur ces objets provenant d’Éléphantine, Élisabeth Delange, conservateur en chef au musée du Louvre, découvre, voit et touche pour la première fois un torse de calcaire de petites dimensions (16,5 cm de haut). Elle observe sur la sculpture des bras épais et une taille fine typiques d’une certaine époque qui la mettent en alerte. Puis elle retourne l’objet et – ô surprise ! – apparaît, en bordure de la cassure, une trace de la ceinture, gravée d’un dessin caractéristique où lignes horizontales et verticales alternent en un quadrillage malhabile. Aussitôt, grâce à sa mémoire des formes et de la qualité du calcaire fin, jaillit l’idée d’un raccord avec la partie inférieure d’une statue inscrite, toujours conservée au Louvre... Quelque temps plus tard, de retour au musée départemental Dobrée, elle compare les deux morceaux sur une empreinte de plâtre : les plans de cassure au niveau de la taille s’ajustent parfaitement, la courbe de la ceinture se prolonge d’une partie à l’autre, les bras suivent l’axe des avant-bras posés sur les cuisses du personnage. Pas de doute, il s’agit du même objet !

5En septembre 2006, Marie-Hélène Santrot, conservateur au musée départemental Dobrée, apporte au Louvre le buste « nantais » et laisse le soin à Élisabeth Delange de placer le torse sur le corps du scribe assis. Le raccord est parfait et vérifie l’intuition de la spécialiste. L’œuvre prend alors une tout autre dimension. Le scribe retrouve davantage de vie et de prestance. Les mutilations de la pierre se font un moment oublier.

Fig. 1

Fig. 1

Partie inférieure de la statue.

6De telles découvertes, rarissimes, ne sont pas le fruit du hasard, mais la preuve d’une connaissance approfondie des vestiges, même modestes, d’une observation juste et d’une mémoire précise : c’est vraiment la manipulation répétée des objets d’une collection qui permet de retenir toutes sortes de caractéristiques et de détails d’où naissent des connexions au moment opportun, que la seule vue des photographies n’avait pas pu susciter : ce rapprochement physique n’avait pas encore été envisagé.

7L’œuvre ainsi reconstituée est la statue d’un « scribe du temple », comme l’indiquent les colonnes de hiéroglyphes gravées sur les quatre côtés. Il s’appelait Khnoumhotep, fils du scribe Khnoumemhat, et aurait vécu sous la XIIIe dynastie (1800-1710 av. J.-C.), durant le Moyen Empire. Il est assis sur un siège cubique, porteur des inscriptions, et est vêtu de la chendjit, un pagne plissé au devanteau posé à plat entre les genoux.

8Cette statue fut trouvée à Éléphantine en deux parties séparées, dans les remblais amoncelés de plusieurs millénaires d’occupation. Ces deux parties n’ont pas dû être découvertes au même moment puisque les archéologues ne les ont pas rapprochées. L’aspect des deux fragments confirme des conditions d’enfouissement différentes : le torse, qui a subi un choc (éclat dans le dos) est en calcaire clair blanchâtre, alors que le corps et le socle de la statue montrent un jaunissement de surface dû à des remontées ferrugineuses, et des angles arasés comme si le bloc avait été usé ou roulé. Les deux blocs ne sont donc pas restés enfouis dans le même endroit.

9De tels rapprochements des fragments d’une même sculpture ne sont possibles que grâce à la sagacité de conservateurs qui partagent le même esprit de recherche, le même souci d’ouverture à la connaissance, et le sens de l’objet. Ils sont attentifs aux détails et bénéficient du contact avec les œuvres.

10Dans l’intérêt de la connaissance, le conseil général de Loire-Atlantique a proposé au musée du Louvre la restitution du buste déposé, et les deux fragments ont ainsi été définitivement rapprochés. En échange, le musée du Louvre complètera par un nouveau dépôt d’œuvres significatives les riches collections égyptiennes que le musée départemental Dobrée devrait proposer au public dans les prochaines années.

11La statue a été restaurée en février 2007 par Daniel Ibled qui a choisi de garder la différence de coloration des deux morceaux pour laisser visible l’histoire de l’objet. Cette petite aventure témoigne de la vie secrète des réserves des musées : un travail scientifique constant s’y opère, qui contribue à l’approfondissement de nos connaissances et permet leur « vulgarisation ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Partie inférieure de la statue.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Delange, Marie-Hélène Santrot et Jacques Santrot, « Un nouveau « raccord » entre deux musées ! », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 33-34.

Référence électronique

Élisabeth Delange, Marie-Hélène Santrot et Jacques Santrot, « Un nouveau « raccord » entre deux musées ! », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/479 ; DOI : 10.4000/nda.479

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Delange

Conservateur en chef des Antiquité égyptiennes, Musée du Louvre
Elisabeth.Delange@louvre.fr

Marie-Hélène Santrot

Conservateur, musée départemental Dobrée, Nantes
marie-helene.santrot@cg44.fr

Jacques Santrot

Conservateur en chef du patrimoine, directeur du musée départemental Dobrée, Nantes
jacques.santrot@cg44.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals