Navigation – Plan du site

Archéologie des textiles et teintures végétales

p. 7-8

Texte intégral

1Le thème principal de la table ronde d’archéobotanique tenue à Compiègne du 28  au 30  juin 2006 résultait d’un constat : si l’on se réfère aux seuls indices carpologiques (fruits et graines), les occurrences d’espèces végétales à vocation textile ou tinctoriale dans les gisements archéologiques sont rares et souvent ambiguës.

2Or, l’étude des vestiges archéologiques, archéozoologiques et textiles nous indique que les activités de filage, tissage, foulage et teinture occupaient une place cruciale dans la vie des populations anciennes. Elles ont donné lieu à l’élaboration d’enchaînements techniques complexes et à la transmission de savoir-faire sophistiqués, même dans le cas où instruments et équipements revêtaient un caractère élémentaire.

3D’où l’idée de nous appuyer sur les avancées plus spectaculaires d’autres disciplines pour proposer un dossier thématique consacré à l’archéologie des textiles et teintures d’origine végétale, sans négliger les éclairages concrets apportés par les démarches ethnographiques et expérimentales. Au travers des différentes contributions de ce dossier, qui reflète la diversité des approches mises en œuvre, nous espérons attirer l’attention sur un sujet encore peu abordé dans la littérature archéologique.

Plant de grande ortie (Urtica dioica), espèce sauvage qui fournit des fibres résistantes et soyeuses utilisées pour la confection de textiles

(cliché V. Matterne).

Fig. 2

Capsules et graines de lin cultivé (Linum usitatissimum). Les variétés sont sélectionnées en fonction du produit recherché : fibres ou graines oléagineuses

(cliché V. Matterne).

Haut de page

Bibliographie

On trouvera un complément bibliographique dans les articles et ouvrages suivants :

Cardon,D. 2003. Le monde des teintures naturelles. Paris, Belin, 586 p.

Cardon,D. et M. Feugère (éds). 2000. Archéologie des textiles, des origines au vesiècle. Actes du colloque tenu à Lattes, octobre 1999. Montagnac, Éditions M. Mergoil (Monographies Instrumentum ; 14), 290 p.

Collectif. 1989. Tissage, corderie, vannerie. Approches archéologiques, ethnologiques, technologiques. Actes des IXe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire tenues à Antibes, octobre 1988, Centre de recherches archéologiques du Cnrs/musée archéologique d’Antibes. Juan-les-Pins, Éditions Apdca, 317 p.

Ferdière,A. 1984. « Le travail du textile en région Centre de l’âge du Fer au haut Moyen Âge », Revue archéologique du Centre de la France, 23-2 : 209-275.

Körber-Grohne, U. 1988. « Microscopic Methods for Identification of Plant Fibres and Hairs from the Prince’s Tomb of Hochdorf, Southwest Germany, Journal of Archaeological Sciences, 15 : 73-82.

Masurel, H. 1990. Tissus et tisserands du premier âge du Fer. Saint-Germain-en-Laye, Éditions de la Société des Amis du musée des antiquités nationales et du château de Saint-Germain-en-Laye (Antiquités nationales. Mémoire), 1303 p.

Médard,F. 2006. Les activités de filage au Néolithique sur le Plateau suisse: analyse technique, économique et sociale. Paris, Cnrs Éditions (Monographies du Cra; 28), 200 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Archéologie des textiles et teintures végétales », Les nouvelles de l'archéologie, 114 | 2008, 7-8.

Référence électronique

« Archéologie des textiles et teintures végétales », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 114 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/592 ; DOI : 10.4000/nda.592

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals