Navigation – Plan du site

Les «arbres à laine»

Origine et histoire du coton dans l’Ancien Monde
Margareta Tengberg et Christophe Moulhérat
p. 42-46

Résumés

Les cotonniers, appartenant à plusieurs espèces du genre Gossypium, attire dès le Néolithique l’attention des populations de l’Ancien Monde grâce aux fibres adhérentes à ses graines. Malgré l’importance que ces plantes textiles connaissent actuellement, les origines et l’évolution de leur culture sont longtemps restées mal connues. Grâce aux découvertes récentes de Gossypium sous forme de fibres, textiles et graines sur des sites archéologiques au Moyen-Orient et dans le sous-continent indien, il est désormais possible retracer son histoire ancienne dans cette partie du monde. Cet article en expose les principales étapes à travers les données botaniques, archéologiques et textuelles.

Haut de page

Texte intégral

1Le terme « coton », issu de l’arabe al qutn, réfère non à une seule plante mais à quatre espèces différentes du genre Gossypium (famille des Malvacées) cultivées pour leurs fibres utilisées sous forme de ouate ou de fils. Deux de ces espèces – Gossypium hirsutum L. et Gossypium barbadense L. – viennent des Amériques tandis que les deux autres – Gossypium arboreum L. et Gossypium herbaceum L. – sont originaires de l’Ancien Monde. Leur mise en culture résulte de quatre domestications indépendantes, réalisées par des populations et dans des contextes chronologiques et culturels différents.

2Chacune des espèces domestiques a connu des transformations importantes au cours des millénaires de culture, où la sélection humaine les a éloignées progressivement de leurs ancêtres sauvages, du point de vue génétique et morphologique. De nombreuses variétés possédant des caractéristiques le plus souvent liées à la qualité des fibres sont ainsi apparues au cours du temps. À présent, le coton constitue la fibre textile la plus exploitée au monde et les cotonniers sont cultivés dans plus de quarante pays des zones tropicales et sub-tropicales (Brubaker, Bourland et Wendel 1999 : 4).

3La découverte, dans les années 1920, de fibres de coton en contact avec un vase en argent sur le site de Mohenjo-Daro dans la vallée de l’Indus (Pakistan) (fig. 1) avait placé l’origine de la culture du coton dans le sous-continent indien vers la fin du iiie millénaire avant notre ère (Gulati et Turner 1929 ; Marshall 1931 : 33). Plus récemment, l’identification de fibres de coton à Mehrgarh dans le Béloutchistan pakistanais permet de faire remonter son utilisation jusqu’à la période néolithique (Moulhérat et al. 2002).

4Le présent article retrace, à partir des vestiges archéologiques, l’origine et l’histoire ancienne de l’utilisation du coton en Asie et en Afrique.

Fig.  1

Fig.  1

Sites archéologiques mentionnés dans le texte.

Taxonomie et origine des cotonniers de l’Ancien Monde

5Les quatre espèces de coton cultivées appartiennent au genre Gossypium qui réunit aussi une cinquantaine d’espèces et sous-espèces sauvages poussant dans les régions arides et semi-arides de l’Afrique, de l’Asie, de l’Australie et de l’Amérique centrale et du Sud. Ces dernières présentent des caractères très variables tant dans leur morphologie que dans leur croissance, depuis les herbacées pérennes jusqu’aux arbustes et arbres de petite taille. Cette diversité constitue le reflet d’une histoire évolutive fort complexe ayant abouti à l’apparition de huit lignées de Gossypium, distinctes par leur constitution génétique (Wendel, Schnabel et Seelan 1995 ; Wendel et Cronn 2003).

6Les cotonniers possèdent en commun, entre autres caractères, des fruits sous forme de capsules contenant plusieurs graines (fig. 2). La paroi des graines est pourvue d’excroissances unicellulaires, ou trichomes, de couleur blanche ou écrue. Ce sont ces poils épidermiques qui ont attiré l’intérêt de populations préhistoriques, parallèlement aux Amériques, en Afrique et en Asie. Deux catégories de poils sont formées chez les cotonniers cultivés : des fibres longues qui sont utilisées pour la filature et des fibres courtes, appelées duvet ou linter, ne se prêtant pas à une utilisation textile. Les graines de coton sont oléagineuses et peuvent servir, après l’égrenage et divers traitements, comme produits alimentaires et comme fourrage (Reis, Vian et Bajon 2006 : 54-55).

Fig.  2

Fig.  2

Capsule de coton ouverte, exposant les graines entourées de fibres (cliché M. Tengberg).

  • 1  Sympatrique : un taxon qui vit dans la même aire que les taxons affinés.

7Les variétés cultivées originaires de l’Ancien Monde appartiennent à deux espèces, l’une plutôt asiatique (G. arboreum) et l’autre africaine (G.herbaceum). À présent, G. arboreum est cultivée principalement dans le sous-continent indien, en Chine et en Asie du Sud-Est ainsi que dans le sud de la péninsule Arabique et en Afrique orientale. L’aire de distribution de G. herbaceum chevauche celle de G. arboreum dans certaines de ces régions (Arabie, Moyen-Orient) bien que sa culture soit plus développée en Afrique du Nord et de l’Est. Dans les régions où les deux espèces poussent de façon sympatrique1, des hybrides peuvent apparaître, brouillant la distinction morphologique. Il convient néanmoins de signaler qu’actuellement Gossypium hirsutum (originaire de Méso-Amérique), en raison de sa valeur commerciale, remplace largement les autres espèces cultivées (Reis, Vian et Bajon 2006 : 45).

8Le degré de parenté entre G. arboreum et G. herbaceum a été sujet à discussion, mais il semble désormais établi par des études génétiques qu’il s’agit de deux espèces bien distinctes qui dérivent, de surcroît, de deux ancêtres différents (Wendel, Olson et Stewart 1989). Ces derniers sont, en revanche, encore mal connus. Il existe dans les veldts et savanes de l’Afrique australe une sous-espèce sauvage, Gossypium herbaceum L. subsp. africanum Watt’, qui pourrait correspondre à l’ancêtre du coton cultivé africain (Vollesen 1987 : 343-345). Cependant, elle pousse à l’heure actuelle dans des régions très éloignées de celles où l’on trouve sa descendance cultivée. Afin d’expliquer cet état des faits, il a été proposé que cette sous-espèce ait connu une distribution plus vaste dans le passé ou qu’elle ait été introduite puis domestiquée dans les régions septentrionales (Wendel, Olson et Stewart 1989 : 1805 ; Brubaker, Bourland et Wendel 1999 : 20).

9L’ancêtre de Gossypium arboreum est inconnu mais il est probable que sa domestication ait eu lieu dans les contrées où l’on trouve encore sa variété la plus primitive – indicum – c’est-à-dire quelque part dans la vaste aire qui sépare l’Inde de l’Afrique orientale. Les données archéologiques actuellement à notre disposition concordent avec cette hypothèse (voir infra).

L’identification du coton en contexte archéologique

10En contexte archéologique, le coton est le plus souvent attesté sous forme de fils ou de textiles, préservés dans des conditions particulières, par exemple dans des environnements hyperarides ou imbibés. Les fibres peuvent également être conservées par un phénomène de minéralisation résultant de la corrosion des métaux. Ainsi, la plupart des attestations les plus anciennes de l’utilisation du coton sont dues au contact des objets en métal, souvent en contexte funéraire (voir l’article de C. Moulhérat p. 18).

11L’analyse et l’identification des fibres textiles sont réalisées à l’aide de différentes méthodes d’observation impliquant, le plus souvent, la microscopie optique et la microscopie électronique à balayage (meb) (Moulhérat 2008). Des méthodes physiques plus élaborées, comme la spectrométrie Raman ou la diffraction de rayons X par rayonnement synchrotron, ont également été appliquées avec succès à l’analyse de ce type de vestiges (Edwards, Farwell et Webster 1997 ; Müller et al. 2004).

Description générale de la morphologie des fibres de coton

12Le coton est formé de poils unicellulaires qui recouvrent la graine du cotonnier. En vue longitudinale, les poils de coton se présentent sous la forme de rubans plats très souvent torsadés. Ce vrillement tient à la variabilité de l’épaisseur des parois, car toutes les parties du poil ne sont pas également nourries ou insolées. Il se forme des épaississements longitudinaux qui font saillie et qui amènent au moment de la dessiccation une torsion de gauche à droite dans le poil, lui donnant cet aspect vrillé si caractéristique.

13En coupe (fig. 3), la fibre est ovale, parfois très aplatie. L’épaisseur de la paroi secondaire de la fibre détermine sa maturité : fibres mûres (4) et semi-mûres (3), immatures (2) et mortes (1).

Fig.  3

Fig.  3

Différents degrés de maturité des fibres de coton (d’après Lagière 1966  : 245).

14L’étude des diamètres des fibres de coton pose certaines difficultés. En effet, le périmètre des fibres restant constant, les fibres les plus rubanées, donc les moins mûres, offrent une plus grande largeur de ruban que les fibres très mûres, plus cylindriques. Étant donné la quantité de fibres conservées sur les sites archéologiques, il n’est pas possible d’utiliser les méthodes actuelles qui nécessitent, soit une grande quantité de matière, soit des traitements irréversibles.

15Des graines de coton sont occasionnellement préservées sur les sites archéologiques, le plus souvent sous forme desséchée minéralisée ou carbonisée. Elles sont piriformes, légèrement asymétriques et mesurent environ 0,5 à 0,8 cm de long, selon les spécimens (fig. 4). Des critères de distinction entre espèces (G. arboreum versus G. herbaceum) n’ont pas encore été établis de façon certaine et l’identification des carpo-restes se limite par conséquent le plus souvent au genre Gossypium.

16D’autres parties des plantes cotonnières, telles capsules, pédoncules, tiges et racines, sont potentiellement identifiables (Stephens 1970 ; Oosterhuis et Jernstedt 1999) mais n’ont pas encore été attestées sur les sites archéologiques de l’Ancien Monde.

Fig.  4

Fig.  4

Graine de coton carbonisée, époque achéménide (600-400 avant notre ère), Qal’at al-Bahreïn, Bahreïn

(cliché meb).

Le Béloutchistan foyer de domestication du coton ?

17La plus ancienne attestation de l’utilisation du coton provient du site de Mehrgarh, localisé dans la plaine de Kachi au Béloutchistan pakistanais (fig. 1). Il s’agit d’une trouvaille fortuite faite lors de l’analyse métallographique d’une perle en cuivre naturelle (Moulhérat et al. 2002). Cette dernière avait été trouvée avec d’autres perles dans une tombe du Néolithique acéramique, datée à la première moitié du vie millénaire avant notre ère, contenant les squelettes d’un adulte et d’un enfant. Les fibres préservées à l’intérieur de la perle grâce à la corrosion du métal ont été identifiées comme appartenant au coton (Gossypium sp.) Des fibres à différents stades de maturité ont par ailleurs été observées.

18Des graines avaient été attestées dans les niveaux néolithiques sur ce même site quelques années auparavant, mais le caractère inédit de cette découverte avait alors fait douter de leur antiquité (Costantini et Costantini-Biasini 1985 : 24). Il semble désormais établi que le coton ait été utilisé au Béloutchistan dès cette période, même s’il n’a pas encore été possible de déterminer s’il s’agit de coton domestique ou sauvage.

19Une autre découverte plus au sud, à Shahi Tump dans la vallée de la Kech (district de Makran), vient confirmer l’utilisation ancienne de cette plante. Il s’agit là encore de fibres (fig. 5) préservées à l’intérieur d’une perle (en cornaline) trouvée dans une tombe datée du ive millénaire avant notre ère (C. Moulhérat, recherches en cours).

Fig. 5

Fig. 5

Fibres de coton (iv millénaire), Shahi Tump, Pakistan

(cliché meb, C2rmf-Moulhérat).

  • 2  Gossypium arboreum et Gossypium stocksii appartiennent à des catégories génomiques distinctes qui (...)

20Pour le moment, cette partie de l’Asie apparaît comme un sérieux candidat au foyer de domestication du coton asiatique, Gossypium arboreum. Une seule espèce de coton sauvage, Gossypium stocksii Mast, pousse actuellement dans les régions arides au sud du Pakistan, mais celle-ci ne semble pas être l’ancêtre du coton cultivé (Vollesen 1987 : 342-343)2. Même si ce dernier n’a pas encore été identifié et n’existe peut-être plus, l’environnement dans les vallées alluviales du Béloutchistan aux périodes pré- et protohistoriques aurait pu lui convenir. En effet, les analyses anthracologiques permettent de reconstituer des formations végétales ouvertes, composées d’espèces subtropicales et semblables à celles qui abritent la plupart des cotonniers sauvages actuels (Tengberg et Thiébault 2003).

21Le coton est attesté sur plusieurs sites dans la vallée de l’Indus et en Inde dès la fin du iiie millénaire et durant le iie millénaire avant notre ère. Les fibres découvertes à Mohenjo-Daro ont été mentionnées ci-dessus ; d’autres ont également été identifiées à Nevasa (Clutton-Brock, Mittre et Gulati 1961) et des graines à Hulas (Saraswat 1993), à Chandoli (Kajale 1991) et à Loenbar 3 (Costantini 1987). Le sous-continent indien apparaît donc comme un centre de culture et de diversification important pour le coton de l’Ancien Monde dès l’âge du Bronze. Tel est aussi le cas, beaucoup plus tardivement, aux époques grecques et romaines, où les cotonnades indiennes faisaient partie des denrées importées en Égypte, au Proche-Orient et dans le monde méditerranéen (Betts et al. 1994 : 497). Elles sont mentionnées dans plusieurs textes dont les écrits d’Hérodote (vers 484-425 avant notre ère) : « …les arbres sauvages y portent comme fruit une laine qui, en beauté et en solidité, dépasse celle qui vient des moutons ; et les Indiens s’habillent avec ce que ces arbres fournissent » (Histoires, Livre III, 106).

Le coton au Moyen-Orient et en Afrique

22Les attestations archéologiques du coton au Moyen-Orient avant l’époque classique sont rares et ponctuelles. À Duweilah, en Jordanie, un fragment de coton et des empreintes de tissage sur plâtre ont été datés par 14C de 4450-3000 cal BC (Betts et al. 1994). Le site est localisé dans une région semi-aride dans l’est du pays où les conditions écologiques ne se prêtent guère à la culture du coton. Il s’agit là sans doute d’une importation soit du Moyen-Orient, soit du continent africain (Betts et al. 1994 : 497).

23En Afrique, le coton le plus ancien provient d’un site nubien daté du milieu du iiie millénaire avant notre ère (Chowdury et Buth 1971). Il s’agit d’une part de fibres extraites de fumier animal et, d’autre part, de graines trouvées dans des niveaux d’occupation. Cette attestation reste néanmoins isolée et il n’est pas impossible que la plante ait été ici utilisée uniquement comme fourrage. Signalons qu’en effet, l’utilisation du coton comme textile semble tardive dans la vallée du Nil où le lin prédomine durant toute la période pharaonique. Au Moyen-Orient, la culture du coton s’est répandue au ier millénaire avant notre ère jusqu’à l’île de Bahreïn dans le golfe Persique. L’analyse archéobotanique des assemblages de la période achéménide (env. 600-400 avant notre ère) à Qal’at al-Bahreïn a permis d’identifier des graines de coton, sans qu’il ait été possible de déterminer si celles-ci appartiennent à G.arboreum ou à G. herbaceum (Tengberg et Lombard 2002). L’association de ces restes avec ceux d’autres espèces utiles, notamment le palmier dattier, suggère que le coton ait été cultivé dans un système de palmeraies irriguées, comme il en existe encore dans les parties nord de l’île, riche en sources artésiennes. Aux restes carpologiques s’ajoute un fragment textile trouvé dans un contexte funéraire de la même période (Højlund et Andersen 1997 : 415).

24La présence du coton à Bahreïn est particulièrement intéressante, d’autant plus que sa culture avait attiré l’attention des naturalistes grecs de passage sur l’île quelques siècles plus tard et dont les récits ont été repris par Théophraste (372-287 avant notre ère) : « L’île produit aussi en abondance, paraît-il, des cotonniers arborescents ; ceux-ci ont une feuille qui ressemble un peu, en petit, à celle de la vigne et ils portent, au lieu d’un fruit, le réceptacle du coton, gros comme un faux abricot, bien fermé ; le moment venu, ce réceptacle s’ouvre tout grand et on arrache le coton, dont on tisse les mousselines. » (Recherches sur les plantes, II, IV, 7)

25Finalement, deux mentions de la présence du coton, au ier millénaire avant notre ère, proviennent de la Mésopotamie. Il s’agit, d’une part, d’un fragment de textile trouvé dans une tombe « à double jarre » néo-babylonienne à Uruk, au sud de l’Iraq (Van Ess et Pedde 1992 : 257-258). D’autre part, la plantation de cotonniers dans le nord de la Mésopotamie nous est connue par une inscription du roi néo-assyrien Sennacherib (704-681 avant notre ère). Elle décrit les « arbres à laine » cultivés dans les jardins royaux de Ninive que l’on « tond » afin de « tisser des vêtements » (Joannès 2001 : 207). Il s’agit dans cette région d’une plante exotique, peut-être introduite de l’Inde, qui attire la curiosité des populations locales.

26La découverte de coton sur plusieurs sites archéologiques au Pakistan, en Inde et au Moyen-Orient permet désormais de brosser un premier tableau de l’histoire de cette plante en Asie. Utilisée au Béloutchistan dès le vie millénaire avant notre ère, elle fait, avec le lin (Linum usitatissimum L.), partie des premières plantes textiles connues dans l’Ancien Monde. Même si son statut de plante domestique est encore incertain pour la période néolithique, son utilisation est de plus en plus attestée au Chalcolithique et à l’âge du Bronze. Des textiles de coton semblent même faire l’objet de commerce, au moins dès le ive millénaire avant notre ère, comme nous le montre l’exemple de Duweilah en Jordanie. Le sous-continent indien apparaît dès le iiie millénaire comme un important centre de production, et sans doute d’exportation, tout comme l’île de Bahreïn dans le golfe Persique à l’époque achéménide.

27Les données pour le continent africain restent pour le moment très fragmentaires et suggèrent une mise en culture du cotonnier plus tardive qu’en Asie.

28Malgré un enrichissement important et récent de notre corpus concernant la culture du coton, beaucoup de questions restent en suspens et mériteraient une attention particulière. Les découvertes de fibres ou de textiles de coton sur les sites archéologiques sont presque toujours fortuites ; une observation méticuleuse et systématique des objets en métal et des éléments de parure avant leur nettoyage permettrait sans doute d’en multiplier les exemples.

29Les identifications taxonomiques, à la fois à partir des fibres et des graines, sont peu précises. En effet, le manque d’études morphologiques systématiques, utilisant des référentiels modernes, limite pour le moment les déterminations au niveau du genre Gossypium. Il serait ainsi important d’établir des critères de distinction entre les espèces arboreum et herbaceum qui puissent être appliqués au matériel archéologique.

Haut de page

Bibliographie

Betts, A., K. Van der Borg, A. De Jong, C. McClintock et M. Van Stryndonck. 1994. « Early Cotton in North Arabia », Journal of Archaeological Science, 21 : 489-499.

Brubaker, C. L., F. M. Bourland et J. F. Wendel. 1999. « The Origin and Domestication of Cotton », In : C. W. Smith et J. T. Cothren (éds) Cotton. Origin, History, Technology and Production. New York, John Wiley & Sons Inc. : 3-31.

Chowdury, K. A. et G. M. Buth. 1971. « Cotton Seeds from the Neolithic in Egyptian Nubia and the Origin of the Old World cottons », Biological Journal of the Linnean Society, 111 : 303-312.

Clutton-Brock, J., V. Mittre et A. N. Gulati. 1961. Technical Reports on Archaeological Remains. Pune, University of Pune.

Costantini, L. 1987. « Appendix B. Vegetal Remains », in : G. Stacul (éd.), Prehistoric and Protohistoric Swat, Pakistan. Rome, Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente : 155-165.

Costantini, L. et L. Costantini-Biasini. 1985. « Agriculture in Baluchistan between the 7th and the 3rd millennium BC », Newsletter of Baluchistan Studies, 2: 16-30.

Edwards, H. G. M., D. W. Farwell et D. Webster. 1997. « FT Raman Microscopy of Untreated Natural Plant Fibres », Spectrochimica Acta Part A – Molecular and Biomolecular Spectroscopy, 53 : 2383–2392.

Gulati, A. N. et A. J. Turner. 1929. « A Note on the Early History of Cotton », Journal of the Textile Institute, XX : 1-9.

Hérodote. Histoires (Livre III, Thalie), texte établi et traduit par P.E. Legrand (1949). Paris, Les Belles Lettres (Collection des universités de France).

Højlund, F. et H. H. Andersen. 1997. Qala’at al-Bahrain. Vol. 2, The Central Monumental Buildings. Aarhus, Jutland Archaeological Society Publications.

Joannès, F. 2001. Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne. Paris, Éditions Robert Laffont.

Kajale, M. D. 1991. « Current Status of Indian Palaeoethnobotany », in : J. Renfrew (éd.), New Light on Early Farming. Edimbourg, Edinburgh University Press : 155-190.

Lagière, R. 1966. Le Cotonnier, avec la collaboration des divisions de l’IRCT (Institut de recherches du coton et des textiles exotiques) et de Olivier Rochrich. Limoges, Maisonneuve & Larose.

Marshall, Sir J. 1931. Mohenjo-daro and the Indus Civilization. Londres, Arthur Probstein, 3 volumes.

Moulhérat, C. 2008. « L’archéologie des textiles. Une nouvelle discipline au service de la connaissance et de la compréhension des sociétés humaines », L’Actualité chimique, 318 : 30-34.

Moulhérat, C., M. Tengberg, J. Haquet et B. Mille. 2002. « First Evidence of Cotton at Neolithic Mehrgarh, Pakistan : Analysis of Mineralized Fibres from a Copper Bead », Journal of Archaeological Science,29 : 1393-1401.

Müller, M., B. Murphy, M. Burghammer, C. Riekel, M. Roberts, M. Papiz, D. Clarke, J. Gunneweg et E. Pantos. 2004. « Identification of Ancient Textile Fibres from Khirbet Qumran Caves Using Synchotron Radiation Microbeam Diffraction », Spectrochimica Acta Part B – Atomic Spectroscopy,59 (10-11) : 1669-1674.

Oosterhuis, D. M. et J. Jernstedt. 1999. « Morphology and Antomy of the Coton Plant », in : C. W. Smith et J. T. Cothren (éds), Cotton. Origin, History, Technology and Production. New York, John Wiley & Sons Inc. : 175-206.

Reis, D., B. Vian et C. Bajon. 2006. Le monde des fibres. Paris, Belin.

Saraswat, K. L. 1993. « Plant Economy of Late Harappans at Hulas », Puratattva, 23 : 1-12.

Stephens, S. G. 1970. « The Botanical Identification of Archaeological Cotton », American Antiquity,35 (3) : 367-373.

Tengberg, M. et P. Lombard. 2002. « Environnement et économie végétale à Qal’at al-Bahreïn aux périodes Dilmoun et Tylos. Recherches en archéobotanique », Paléorient,27/1 : 167-181.

Tengberg, M. et S. Thiébault. 2003. « Vegetation History and Wood Exploitation in Pakistani Baluchistan from the Neolithic to the Harappan Period : the Evidence from Charcoal Analysis », in : S. A. Weber et W. R. Belcher (éds), Indus Ethnobiology. New perspectives from the field. Lanham, Oxford,  Lexington Books : 21-63.

Théophraste. Recherches sur les plantes (tome II, livres III-IV), texte établi et traduit par S. Amigues (1989). Paris, Les Belles Lettres (Collection des universités de France).

Van Ess, M. et F. Pedde. 1992. Uruk Kleinfunde II. Mayence, Ausgrabungen in Uruk-Warka Endberichte 7.

Vollesen, K. 1987. « The Native Species of Gossypium (Malvaceae) in Africa, Arabia and Pakistan », Kew Bulletin, 42 (2) : 337-349.

Wendel, J. F. et R. C. Cronn. 2003. « Polyploidy and the Evolutionary History of Cotton », Advances in Agronomy, 78 : 139-186.

Wendel, J. F., P. D. Olson et J. Stewart McD. 1989. « Genetic Diversity, Introgression and Independent Domestication of Old World Cultivated Cottons », American Journal of Botany, 76 (12) : 1795-1806.

Wendel, J. F., A. Schnabel, T. Seelan. 1995. « An unusual ribosomal DNA sequence from Gossypium gossypioides reveals ancient, cryptic, intergenomic introgression », Molecular phylogenetics and Evolution,4 (3) : 298-313.

Haut de page

Notes

1  Sympatrique : un taxon qui vit dans la même aire que les taxons affinés.

2  Gossypium arboreum et Gossypium stocksii appartiennent à des catégories génomiques distinctes qui se sont diversifiées bien avant la domestication du coton.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.  1
Légende Sites archéologiques mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/613/img-1.png
Fichier image/png, 981k
Titre Fig.  2
Légende Capsule de coton ouverte, exposant les graines entourées de fibres (cliché M. Tengberg).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/613/img-2.png
Fichier image/png, 482k
Titre Fig.  3
Légende Différents degrés de maturité des fibres de coton (d’après Lagière 1966  : 245).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/613/img-3.png
Fichier image/png, 114k
Titre Fig.  4
Légende Graine de coton carbonisée, époque achéménide (600-400 avant notre ère), Qal’at al-Bahreïn, Bahreïn
Crédits (cliché meb).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/613/img-4.png
Fichier image/png, 107k
Titre Fig. 5
Légende Fibres de coton (iv millénaire), Shahi Tump, Pakistan
Crédits (cliché meb, C2rmf-Moulhérat).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/613/img-5.png
Fichier image/png, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margareta Tengberg et Christophe Moulhérat, « Les «arbres à laine» », Les nouvelles de l'archéologie, 114 | 2008, 42-46.

Référence électronique

Margareta Tengberg et Christophe Moulhérat, « Les «arbres à laine» », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 114 | 2008, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/613 ; DOI : 10.4000/nda.613

Haut de page

Auteurs

Margareta Tengberg

Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie
margareta.tengberg@mae.u-paris10.fr

Christophe Moulhérat

Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2rmf)
christophe.moulherat@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals