Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Collections, musées, paysages

Trois entrées du discours archéologique
Noël Coye
p. 3-5

Texte intégral

1Le Code du patrimoine définit, dans son Livre IV relatif aux musées, les quatre missions permanentes dont sont investis les musées de France. Parmi celles-ci, les deux premières établissent un lien organique entre musées et collections : « Les musées de France ont pour missions permanentes de : a) Conserver, restaurer, étudier et enrichir leurs collections ; b) Rendre leurs collections accessibles au public le plus large ;… » (article L441-2).

2C’est donc la collection qui fait le musée, voire – on serait tenté d’aller plus loin – la nature même de la collection qui déterminerait la nature du musée. De sorte que les collections archéologiques se trouveraient dans les musées d’archéologie, les collections de beaux-arts dans les musées des beaux-arts, les collections ethnographiques dans des musées d’ethnographie… Évidemment – et heureusement – la situation n’est pas aussi simple : les catégories ne sont pas étanches car si le patrimoine est, en partie, un objet d’illustration et de promotion du passé, il est lui-même le fruit d’une longue tradition d’étude qui entremêle positions intellectuelles et histoire institutionnelle.

3L’archéologie, telle qu’elle se développe à partir de la Renaissance, est une science qui s’incarne dans un foisonnement incessant de disciplines et de domaines d’étude conduisant souvent à des rivalités et à des clivages artificiels : on a parfois pu opposer archéologie nationale et archéologie à l’étranger, archéologie historique et archéologie préhistorique… Ces clivages historiquement forgés dans le domaine intellectuel se sont – pour un temps – fixés dans les découpages institutionnels. Il en est de même des musées dont la cohérence scientifique, l’organisation, la répartition géographique, la diversité des rattachements sont le fruit d’une longue histoire intellectuelle et institutionnelle. La pertinence d’une collection muséale n’est ainsi pas à juger d’après sa cohérence thématique, par référence à une classification idéale à valeur volontiers normative, mais d’après l’adéquation que le discours muséographique instaure entre celle-ci et le lieu et l’époque qui la contemplent. La collection – quelle que soit son hétérogénéité – acquiert son sens par la rencontre de la tradition historique qui l’a formée et du projet muséographique qui la fait revivre, lui donne un caractère actuel.

4Comment rendre compte de la présence de collections archéologiques dans des lieux à première vue non destinés à les recevoir ? C’est la première question que ce dossier aborde à travers plusieurs études de cas. La contribution de Dominique Séréna-Allier et Sylvie Sagnes montre ainsi comment archéologie et ethnologie sont associées de façon radicalement opposée, à deux moments de l’histoire et en deux lieux géographiques très éloignés. L’exemple du Museon Arlaten – musée d’ethnographie régionale fondé par Frédéric Mistral en 1899 – montre comment l’identité provençale en construction s’est nourrie de l’archéologie classique et de la préhistoire à une époque où l’évolutionnisme culturel et la théorie des survivances permettent des télescopages féconds entre passé et présent (Coye 1997 : 15 et suiv.). À l’inverse, le musée de Pointe-à-Callière, aménagé sur le lieu de la ville originelle de Montréal fondée en 1642, s’attache à un passé archéologique récent. Il s’agit ici de « convier le présent au musée » afin d’instaurer une autre continuité à visée prospective.

5La pertinence d’une collection archéologique est ainsi historiquement et géographiquement bien déterminée. C’est également ce qu’illustre l’étude consacrée au Neuchâtelois Arnold Guyot (1807-1884) dont la collection, constituée pour être exposée à Princeton à la fin du xixe siècle, est revenue depuis juillet 2007 en Suisse, intégrant les réserves du Laténium à Neuchâtel. Ce mouvement d’« aller et retour » témoigne des modifications profondes – intellectuelles et institutionnelles – de la discipline archéologique à l’échelle internationale. Si, à la fin du xixe siècle, la théorie du progrès humain donne à une collection d’antiquités lacustres suisses présentée outre-Atlantique une valeur universelle, la dimension historique et géographique de la notion de culture replace – à partir de l’après-guerre – sa pertinence dans le contexte de la protohistoire européenne. La collection archéologique est vecteur d’histoire, mais elle est également – et profondément – liée à un territoire (lui-même objet d’histoire). Au-delà de son caractère mobilier, le document archéologique demeure porteur de son identité géographique. Il se détermine bien davantage par le site dont il provient que par le musée qui l’héberge, simple réceptacle qu’il convient d’investir d’un sens pour remettre en adéquation le vestige du passé avec le lieu.

  • 1  Que les sites soient conservés par la documentation, c’est-à-dire fouillés et donc partiellement d (...)

6Le rapport du musée avec le site – archéologique, mais nous verrons que cette notion peut se décliner à plusieurs échelles – constitue une deuxième question qui traverse plusieurs contributions de ce dossier. Le site archéologique peut être considéré comme le lieu par excellence de monstration du document archéologique, et le musée de site constituerait l’expression la plus pure et la plus authentique de la muséographie archéologique. Une fois de plus, les choses ne sont pas aussi simples. D’une part, le musée n’a pas pour mission de célébrer une identité ancienne fantasmée mais de redonner une utilité sociale actuelle à un passé réapproprié ; d’autre part, tous les sites archéologiques – et on pense ici plus particulièrement aux sites préhistoriques – ne sont pas montrables pour des raisons le plus souvent liées à leur conservation1. La contribution d’Oscar Fuentes et Geneviève Pinçon donne un éclairage particulièrement pertinent sur le rapport que le geste muséographique instaure avec le site archéologique lorsque celui-ci est fermé au public. Le centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers d’Angle-sur-l’Anglin ne prétend pas se substituer à l’original et se développe en complémentarité avec les blocs sculptés provenant de la partie du site appelé « Cave Taillebourg » et aujourd’hui conservés et exposés au musée d’archéologie nationale. Ce n’est ni un fac-similé – qui, comme le rappellent les auteurs, pose les mêmes problèmes de médiation qu’un original – ni un musée. C’est un espace d’expérimentation personnelle où la participation du visiteur est sollicitée à chaque instant. Chacun est ainsi appelé à mobiliser ses connaissances et sa sensibilité pour s’approprier l’ensemble des informations mises à sa disposition et pour formuler avec ses propres mots le message délivré. Le but recherché est de permettre au visiteur de saisir l’essence même de l’œuvre pariétale malgré l’absence de contact direct avec l’original.

7C’est en grande partie la question du rapport que le visiteur peut établir avec une réalité ancienne non directement perceptible que pose également l’article de Sylvain Quertelet. Découvert en 1866 et fouillé à plusieurs reprises jusque dans les années 1990, le gisement paléolithique du Crot-du-Charnier à Solutré constitue un site de référence de la préhistoire européenne. S’il a livré un très abondant mobilier, aujourd’hui présent dans les musées du monde entier, son ouverture au public pose problème puisque aucun vestige n’a été maintenu in situ. La solution adoptée en 1987 avec l’installation du musée de préhistoire à proximité de la célèbre roche de Solutré et du site archéologique consiste à replacer ce dernier et les collections dans le site naturel, grâce à l’aménagement d’un « parc archéologique et botanique », et dans le paysage, considéré dans sa dimension naturelle – géologie, sédimentologie, botanique… – et dans sa dimension économique et humaine. Tout en établissant clairement les caractéristiques de chaque époque de l’histoire de Solutré, le projet muséographique met en évidence les interactions entre l’homme et son lieu de vie.

8C’est une problématique analogue qu’abordent Annie Philippon et Laurent Védrine sur la valorisation des vestiges immobiliers du port antique de Marseille. Contrairement au site préhistorique, les vestiges sont ici bien visibles : alignements de dolia du musée des Docks romains, vestiges monumentaux de la corne du port au jardin du Centre Bourse. Mais ils sont noyés dans le tissu urbain du centre-ville, qui brouille leur perception et leur compréhension par le public. Le pari que les musées de Marseille font, dans la perspective de Marseille Provence, capitale européenne de la Culture en 2013, est de rendre lisible la superposition des trames des villes antiques et actuelles. Cela passera en grande partie par une réorganisation de la circulation des visiteurs entre les différents lieux où vestiges et collections sont visibles, en lien avec l’espace aujourd’hui dévolu aux activités portuaires et maritimes. Le projet a ainsi un double but : permettre au visiteur extérieur de comprendre l’histoire de la ville et aux Marseillais de se réapproprier leur espace quotidien par une meilleure perception de sa dimension historique.

9Le musée, en tant que lieu de vie, s’insère lui-même dans un paysage habité, que celui-ci soit à dominante rurale ou intensément urbanisé. Le musée archéologique tel qu’il se développe en relation étroite avec le site archéologique – lui-même lieu de vie de populations perçues comme ancestrales – est un facteur non négligeable d’appropriation et de compréhension de l’espace vécu. Anne Nivart et Annette Viel montrent bien comment l’« ancrage local » et la complexité du « rapport au site » caractérisent toute réalisation de musée archéologique, que cela s’exprime, comme dans les exemples français des musées des Matelles, de Tautavel et de Nemours et au-delà de la singularité de chacune de ces réalisations, à travers l’investissement personnel du porteur de projet ou du rayonnement de sa figure tutélaire, ou que cela passe par une appropriation active et collective comme dans l’exemple des forges du Saint-Maurice au Canada. Dans ce dernier exemple, ce n’est pas tant la mise en valeur des vestiges archéologiques mobiliers et immobiliers qui est recherchée que la mise en relation du visiteur avec l'« esprit du lieu ». Ce concept dont les auteurs signalent la place prépondérante dans la muséologie américaine contemporaine nous semble en grande partie faire écho aux voies empruntés par les projets français décrits dans ce dossier.

10L’appropriation de l’espace quotidien à travers l’expérience patrimoniale et muséographique conduit à une troisième question qui parcourt le propos de plusieurs contributions de ce dossier, dont certaines que nous venons de mentionner : celle du rôle du musée en tant qu’institution publique chargée de porter une politique patrimoniale et culturelle tout en constituant un agent économique territorial. L’exemple du musée de Sens, décrit par Monique de Cargouët et Lydwine Saulnier-Pernuit, montre comment le développement des activités du musée s’inscrit dans une logique de maillage territorial et dans une synergie entre différents acteurs : agents de l’État et des collectivités territoriales, membres des sociétés savantes, chercheurs et enseignants, aménageurs… Le musée est ainsi intégré dans une dynamique d’étude, de conservation et de valorisation des collections archéologiques qui participe pleinement de la réflexion conduite depuis plusieurs années sur la gestion des mobiliers et de la documentation archéologique (Desachy 2007 ; Charnier 2008).

11Cette intégration des activités complémentaires de l’archéologie se retrouve – sous une forme adaptée aux spécificités nationales – au Laténium qui a ouvert ses portes à Neuchâtel en 2001 et dont Marc-Antoine Kaeser dresse un premier bilan de l’activité et du fonctionnement. Le Laténium réunit le parc et musée d’archéologie, l’office neuchâtelois d’archéologie et la chaire de préhistoire de l’université. Cette structure intégrée pose plusieurs problèmes spécifiques liés notamment à l’articulation entre les différentes missions de l’institution. Elle présente toutefois de nombreux avantages en matière de mutualisation des moyens, d’émulation intellectuelle et de visibilité à l’extérieur, et particulièrement à l’étranger. Installé au bord du lac de Neuchâtel, c’est-à-dire à proximité du lieu de vie des populations dont il retrace l’histoire, le Laténium insiste sur le lien entre passé et présent. En intégrant les différentes étapes de la chaîne de production, de valorisation et de diffusion de la connaissance archéologique et historique, il affirme de même la continuité parfaite qui doit exister entre la connaissance du passé et la société qui la produit.

12Plus largement, les contributions de ce dossier témoignent, à travers le dynamisme et la diversité des institutions muséales, d’une recherche commune de mise en adéquation des projets culturels des établissements avec la société et ses inspirations. À ce titre, le musée n’est pas seulement le lieu de contemplation du passé, c’est également un facteur d’action et de développement.

Haut de page

Bibliographie

Charnier, J.-F. 2008. « Les centres de conservation et d’étude, une nouvelle politique de l’État vers les “dépôts” archéologique et la gestion des mobiliers du patrimoine », Les Nouvelles de l’archéologie, 113, septembre 2008 : 47-50.

Coye, N. 1997. La préhistoire en parole et en actes, méthodes et enjeux de la pratique archéologique, 1830-1950. Paris, L’Harmattan (Histoire des Sciences Humaines), 338 p.

Desachy, B. 2007. « Des mobiliers et de la documentation scientifique, compte rendu de la table ronde de Bibracte », Les Nouvelles de l’archéologie, 106, février 2007 : 66-69.

Haut de page

Notes

1  Que les sites soient conservés par la documentation, c’est-à-dire fouillés et donc partiellement détruits, ou qu’ils posent des problèmes de conservation préventive, à l’exemple des sites d’art pariétal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël Coye, « Collections, musées, paysages », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 3-5.

Référence électronique

Noël Coye, « Collections, musées, paysages », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/738 ; DOI : 10.4000/nda.738

Haut de page

Auteur

Noël Coye

Conservateur du patrimoine, Traces – Umr5608, ministère de la Culture et de la Communication
noel.coye@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals