Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Dans le miroir du temps

Réfractions archéologiques et ethnographiques au musée
Dominique Séréna-Allier et Sylvie Sagnes
p. 6-12

Résumés

La mobilisation de l’archéologie dans les musées d’ethnographie et, inversement, celle de l’ethnographie dans les musées d’archéologie implique un surcroît de sens que l’on se propose d’analyser en confrontant la situation de deux musées : le Museon Arlaten en Arles (France) et Pointe-à-Callière à Montréal (Province de Québec, Canada). La comparaison met au jour une commune inscription du propos muséographique dans une temporalité sans fin. Pareil étirement produit un continuum, nécessaire à la célébration de l’identité du lieu.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéologie, ethnographie, identité, musée, temps
Haut de page

Texte intégral

1Les musées d’identité forment une catégorie hétéroclite constituée d’établissements composites au regard des collections réunies, même si la plupart affichent une spécialisation disciplinaire claire. Si l’on doit légitimement s’étonner du mélange des genres, sans doute est-ce dans les musées – « d’archéologie » ou « d’ethnographie » et non génériquement « de société » ou « de la (des) civilisation(s) » – qui font fi du grand écart temporel et font coexister les temps archéologiques et ethnographiques. Ni gratuit, ni fortuit, le détour que ceux-ci proposent suppose un supplément de sens que nous souhaiterions expliciter ici à partir de deux exemples, le Museon Arlaten, « musée départemental d’ethnographie » sis en Arles, et le musée de Pointe-à-Callière, musée de site puisque « lieu de fondation de Montréal ». De la Provence à la Belle Province, l’ambition est de rendre compte non seulement de l’articulation des propos archéologiques et ethnographiques, mais aussi de la possible diversité de ses modalités et, avec elles, des intentions dont elle relève.

L’arrimage aux origines : le Museon Arlaten1

  • 1  Les lignes qui suivent font l’objet de plus amples développements in Seréna-Allier à paraître.
  • 2  Mistral 1906 : serment prononcé en 1851 à son retour au mas familial à Maillane après des études d (...)
  • 3  Lettre de F. Mistral au préfet des Bouches-du-Rhône, mars 1899, archives départementales des Bouch (...)

2C’est entre 1895 et 1896 que Frédéric Mistral (1830-1914) envisagea de doter la Provence d’une institution culturelle novatrice : un musée d’ethnographie régionale, déclinaison locale des salles consacrées à la France traditionnelle ouvertes en 1884 au musée national d’ethnographie du Trocadéro à Paris. Il s’agissait là d’un dessein original, point d’orgue des actions publiques régionalistes mises en œuvre depuis le serment des Alpilles2. En fait, le but était d’étoffer et de structurer ce qui avait été amorcé au moment de la création du Félibrige en 1854, à savoir, l’affirmation d’une altérité régionale, dont la langue était une composante majeure et dont l’un des objectifs était la reconnaissance ou la valorisation du local. En 1895, à l’aube des « temps nouveaux », la création littéraire en langue d’oc et les autres manifestations du renouveau régionaliste devaient trouver une légitimation et une crédibilité accrues grâce à la mise en scène d’humbles objets quotidiens, témoins d’un mode de vie qui s’achevait. Frédéric Mistral se plaisait alors à spéculer sur le rôle que pourraient jouer des objets ethnographiques, érigés en sémiophores d’une Provence en danger de disparition. Réunis et présentés dans un musée ethnographique, ils participeraient au sursaut identitaire du Midi et contribueraient au « réveil de la race », nécessaire à l’action régionaliste. Après avoir rêvé et renoncé au projet de « Panthéon de la Provence » qu’il souhaitait installer au palais des Papes en Avignon, Mistral créa, en Arles, un musée d’ethnographie provençale, le « Museon Arlaten ». Il a limité le territoire de référence à la basse Provence rhodanienne et, grâce à des collections d’objets quotidiens, mis en scène le passé proche des parents ou des grands-parents. Conçu comme « une école d’âme », ce musée ouvert en 1899 a été assimilé à une « œuvre d’intérêt public, une œuvre de haut enseignement et d’éducation populaire, une œuvre, en un mot, patriotique3 ». Le musée ethnographique régional devint alors un outil au service d’une cause, une nouvelle manière de renforcer, voire de créer, des sentiments d’appartenance, de retrouver une cohésion culturelle régionale mise en danger par une francisation qui effacerait les « petites patries ». Les dispositifs muséographiques mobilisés entre 1896 et 1909 n’en ont pas seulement appelé à l’ethnographie régionale. En effet, des vestiges, des objets, des moulages et des mises en scène archéologiques renvoyant à d’autres temps que les xviiie et xixe siècles, donnaient l’illusion qu’un propos archéologique serait aussi à l’œuvre dans le parcours muséographique. Si ces éléments et références archéologiques se rapportaient tous à la Provence rhodanienne, ils n’en composaient pas pour autant son histoire linéaire, des origines à la fin du xixe siècle. Ils mettaient plutôt l’accent sur certaines époques, notamment la préhistoire et l’Antiquité romaine.

3À l’heure de la collecte, Mistral fit appel à Émile Marignan (1847-1937), un spécialiste patenté de la discipline. Ce médecin, originaire de Marsillargues (Hérault), s’adonnait à des fouilles préhistoriques dont il publiait les résultats dans des revues locales et actes de congrès. Comme la plupart des érudits de son époque, il croisait ses résultats archéologiques avec des études ethnographiques sur le Bas-Languedoc qu’il arpentait en tant que médecin. Cette expérience devenue de notoriété publique a tout naturellement amené Armand Landrin à le solliciter pour réunir et présenter les collections illustrant la section « Provence et Languedoc » au musée national d’ethnographie du Trocadéro dans les années 1880. Émile Marignan proposa, dans les plus brefs délais, une méthode de collecte s’inspirant de celle déjà éprouvée par Armand Landrin. Elle consistait à définir les familles d’objets à réunir puis à associer la population à cette quête. Ce travail préalable s’adossait à une définition de l’ethnographie entendue comme « l’étude et la description des populations dans les mœurs, leurs coutumes, leurs croyances, leur industrie, leurs arts, leur littérature, leurs traits physiques, leurs caractères moraux, en un mot, dans tout leur état social…, en tant que cet état social n’a pas été atteint par la civilisation moderne » (Marignan 1896). « L’état primitif » de cette société s’incarnait dans des objets qu’il convenait d’identifier avant de les collecter. Le recours à l’ethnographie préhistorique s’avérait alors utile dans cette démarche qui devait mettre en lumière un « continuum », depuis l’aube de l’humanité, des activités et pratiques sociales en Provence. Mistral se rallia volontiers à cette démarche qui confortait l’image romantique qu’il s’était forgée de la société traditionnelle provençale travaillant la terre de ses ancêtres et parlant sa langue naturelle depuis des siècles. La préhistoire lui paraissait apte à légitimer « scientifiquement » son discours régionaliste sur l’altérité et à l’inscrire dans une temporalité distendue, qu’il n’avait pas envisagée jusque-là. L’édition du manuel de collecte en 1896 assura la diffusion du projet auprès de la population mais surtout véhicula l’image d’un temps archéologique local qui renvoyait implicitement à un « primitivisme », à une préhistoire présentée comme encore vivante.

  • 4  Lettre d’Émile Marignan à Frédéric Mistral, s.d., Maillane, correspondance passive.

4L’élaboration du programme muséographique mobilisait aussi l’archéologie préhistorique mais d’une autre manière. En ethnographe patenté, Marignan convainquit Mistral d’adjoindre au programme initial une salle introductive entièrement consacrée à la préhistoire. Organisée à la manière des cabinets de travail des érudits de cette époque, la préhistoire y était présentée comme le temps de référence de la culture régionale provençale. Le Dr Marignan établissait aussi des liens entre préhistoire et croyances populaires en confrontant les collections archéologiques aux images de la Tarasque, à une maquette représentant les hypogées préhistoriques du Castellet et de Cordes (près d’Arles), repaires des fées ou de la chèvre d’Or. Grâce à ce dispositif muséographique, les contes et légendes imaginés autour des vestiges préhistoriques pouvaient être assimilés à l’ultime trace des hommes de la préhistoire, à une parole qui venait du fond des âges… Au-delà de ce propos liminaire, d’autres recours à l’archéologie préhistorique émaillaient le parcours muséographique. S’appuyant sur les liens théoriques entre « ethnographie préhistorique » et « ethnographie contemporaine », Marignan tenta de démontrer aux visiteurs les survivances de l’outillage local, dont la forme était restée stable depuis la préhistoire. Il disposa alors dans une même vitrine « l’antique primitif silex… à côté de l’outillage des primitifs actuels4 ». Ce type de présentation est devenu argument péremptoire pour attester une singularité culturelle millénaire. L’objet, derrière sa vitrine, signe indubitable d’une préhistoire toujours vivante, devenait alors source d’enracinement dans la petite patrie et orgueil d’une lignée commune.

  • 5  Copie romaine supposée d’une statue de Praxitèle.

5Dès la mise en œuvre du premier Museon Arlaten, Mistral souhaitait privilégier l’Antiquité gréco-romaine, période civilisatrice – voire fondatrice – d’une histoire locale, pour soutenir le récit des origines qu’il se proposait aussi d’écrire et d’exalter. Ce recours à l’antique pour élucider la singularité provençale était loin d’être novateur. On le rencontrait depuis plus d’un siècle dans les descriptions ethnographiques rédigées par les voyageurs en route pour l’Italie ou par les érudits et auteurs locaux. En écho, Mistral tenta de présenter l’Antiquité moins en tant que moment glorieux de l’histoire du Midi, qu’en tant qu’héritage omniprésent d’une civilisation qui aurait sublimé le vieux fonds gaulois et marqué de manière indélébile la Provence. L’Antiquité devait être encore perceptible dans la langue, le bâti monumental, les activités agro-pastorales ou artisanales, les pratiques sociales et même les apparences physiques des femmes. Elle participait donc de plein droit de l’identité du Midi de la France. Mistral n’envisageait cependant pas l’évocation de l’histoire gallo-romaine locale à travers des objets archéologiques. Son empreinte sur la société provençale allait être explicitée par des dispositifs muséographiques originaux relevant de techniques théâtrales. Dans un premier temps, Mistral choisit délibérément de n’avoir recours qu’à l’image (dessin, estampe ou photographie). Ainsi, l’archéologie antique n’était-elle convoquée que de manière ponctuelle, souvent implicite : dans le long corridor introductif, le poète associait, serrées les unes contre les autres, des images de monuments antiques, des portraits de Provençaux illustres et ceux d’Arlésiennes, définis comme « ethniques ». S’agissant des femmes d’Arles, la disposition des portraits et des monuments romains se faisait plus explicite pour rendre compte de la relation que Mistral entendait établir entre le postulat de la beauté arlésienne et l’Antiquité gréco-romaine. Didactiquement efficace, le dispositif s’appuyait sur un rapprochement visuel pour renouveler le leitmotiv présentant les caractéristiques physiques des Arlésiennes comme un héritage gréco-romain tout entier contenu dans la statue dite la Vénus d’Arles5. Il visait à prouver que l’Antiquité romaine ne se réduisait pas à des ruines mais qu’elle vivifiait encore la Provence, qu’elle restait la matrice de la beauté de ses femmes, et concourait ainsi à l’altérité de cette région.

  • 6  Originaire de Valence comme J. de Flandreysy, ce peintre fut assisté pour la réalisation technique (...)
  • 7  Cette restauration, réalisée en 1683 par Girardon après le don de cette statue à Louis XIV pour dé (...)

6En 1904, l’attribution du prix Nobel de littérature à Frédéric Mistral donna au poète les moyens financiers de transférer les collections ethnographiques vers l’ancien collège des Jésuites et de repenser un nouveau programme muséographique. De nouvelles personnalités, comme Jeanne de Flandreysy ou Jules Charles-Roux, l’armateur marseillais, rejoignirent les membres du comité fondateur pour concevoir, et même cofinancer, ces réaménagements. Quoique redéployé, le nouveau Museon Arlaten de 1909 offrait toujours à ses visiteurs le même discours d’enracinement fondé sur une ethnographie régionale et sur une archéologie locale revisitée. Le propos liminaire de la collection ethnographique était désormais consacré à l’archéologie romaine : dès la cour d’entrée du musée apparaissait en effet un monument romain dégagé grâce au financement de Mistral (fig. 1 p. 6 et 2 p. 7), aujourd’hui identifié comme faisant partie de l’ensemble monumental du forum antique. Des murs à arcatures sculptées, des tambours de colonne, des fragments de chapiteaux se substituaient à l’image des ruines romaines jusque-là accrochée aux cimaises et gagnaient en pouvoir d’évocation du temps archéologique. L’Antiquité ressurgissait au cœur du musée, comme au cœur du propos félibréen. En écho, Jeanne de Flandreysy (1903), égérie des élites félibrennes, proposait la mise en œuvre d’une salle dite des « Barome », c’est-à-dire des moulages. Dans ce nouveau lieu introductif, des reproductions de sculptures romaines (statues et sarcophages) parmi les plus célèbres exhumées du sous-sol local, un décor mural antiquisant peint à fresque par L. Ollier6, avaient pour mission d’expliciter la magnificence et le rayonnement de la Provence antique et de témoigner des filiations auxquelles se référait Mistral. Cette « galerie d’antiques » fut placée sous l’autorité tutélaire de la Vénus d’Arles, qui y figurait, en référence majeure, sous deux versions, avant et après sa restauration7. Une manière d’attribuer à la cité arlésienne une place prééminente dans le propos ! L’archéologie antique, ainsi sollicitée, fournissait le matériau de construction d’une histoire locale au service d’une action publique régionaliste qui mêlait enseignement du passé et intervention culturelle au présent.

7Cependant, qu’elle traitât de la préhistoire ou de la période antique, l’archéologie au Museon Arlaten constituait un détour efficace pour rendre plus crédible un discours péremptoire sur l’autochtonie. Plus d’un siècle après, ce propos semble être encore ancré dans l’imaginaire des habitants de cette basse Provence rhodanienne. Ainsi, en 1999, Aurore Guibaud, jeune Arlésienne élue reine d’Arles, plaidait, lors de son discours d’intronisation au théâtre antique, son appartenance à ce territoire, à cette histoire commune, malgré sa chevelure blonde et des pérégrinations familiales qui, aux yeux de certains, pouvaient apparaître discordantes par rapport à l’image emblématique de l’Arlésienne, fille de la Vénus d’Arles (fig. 3). Indubitablement, le Museon Arlaten, lieu émetteur d’images qui blasonnent le passé, n’était pas étranger à ces représentations mentales qui avaient animé les controverses autour de cette élection. Collections et dispositifs muséographiques ont en effet inscrit durablement un propos félibréen se référant au passé lointain dans la mémoire collective.

Fig. 1

Fig. 1

Cour intérieure, Museon Arlaten, Arles

Carte postale, Barral & Fils, photographe

Fig. 2

Fig. 2

Exèdre du monument gallo-romain, Museon Arlaten, Arles

Carte postale, Barral & fils, photographe

Fig. 3

Fig. 3

Les filles de la Vénus d’Arles. Montage de quatre tirages sur papier albuminé. Photographies de la Vénus d’Arles et d’une série de statuettes que Mistral désigne comme étant réalisées par Pauline Véran, bien que la facture laisse supposer qu’il s’agit plutôt de sculptures de C.-A. Férigoule

Museon Arlaten, Arles.

Dans l’élan du futur : Pointe-à-Callière

8L’enthousiasme, la fébrilité, la précipitation président pêle-mêle à la naissance du musée de Pointe-à-Callière. À la veille du trois-cent-cinquantième anniversaire de la fondation de Montréal, la nécessité de poser un acte commémoratif aussi majeur que durable aboutit à l’idée de mettre en valeur les fouilles entreprises depuis 1980 sur la pointe de terre où le sieur Chomedey de Maisonneuve accosta en 1642 et où le chevalier Louis-Hector de Callière, troisième gouverneur de Montréal, fit construire son « château » vers 1695. À partir de 1989, le souci de ne pas louper le rendez-vous avec l’histoire, fixé le 17 mai 1992, mobilise tous azimuts les différents acteurs de ce projet : la municipalité, maître d’œuvre et, sous la houlette de Francine Lelièvre, les architectes Dan S. Hanganu et Provencher Roy, les entrepreneurs, les muséologues et designers, les historiens et archéologues. Alors que l’idée de musée de site mûrit et déjà se concrétise, ces derniers poursuivent encore leurs recherches, y compris au plus fort de l’hiver, et procèdent à quelques découvertes majeures, dont le cimetière qui fut, dès 1643, aménagé près du fort (fig. 4). Réalisé dans l’urgence, Pointe-à-Callière ne s’inscrit pas seulement dans l’actualité commémorative de Montréal. Il procède également de la situation de l’archéologie québécoise, alors toute jeune en termes d’institutionnalisation et de professionnalisation. « Vaisseau amiral de l’archéologie au Québec », Pointe-à-Callière se veut la démonstration de la capacité des archéologues québécois à restituer le fruit de leurs recherches. L’enjeu est de taille : il en va de la reconnaissance de la discipline au-delà des cercles savants et du soutien de tous les financeurs potentiels de l’archéologie. L’offre muséale montréalaise peut aussi aider à comprendre la « personnalité » donnée à Pointe-à-Callière. Le musée est défini d’emblée comme « un musée différent des autres » (Pointe-à-Callière… ! 1992 : 28). Les musées, les lieux historiques et les centres d’interprétation, qu’ils soient thématiques (sur le commerce de la fourrure, l’histoire ouvrière…) ou généralistes (comme le musée du château Ramezay, le musée McCord et le Centre d’histoire de Montréal), constituent de notables précédents dont il s’agit de se distinguer. Sans entrer dans le détail de l’ambitieuse politique muséale mise en branle, notons que Pointe-à-Callière choisit de rendre compte de toutes les périodes, y compris du présent. Ainsi, une exposition comme Les Amours de Montréal « qui pose un regard kaléidoscopique sur l’histoire d’hommes et femmes d’ici ou d’ailleurs qui aiment Montréal et l’ont choisie pour s’aimer et y vivre » fait bel et bien entrer dans l’histoire un passé immédiat, celui d’une quotidienneté urbaine qui n’a pas encore bien trouvé sa place dans les musées du vieux continent, y compris les musées d’ethnographie (fig. 5). Laissé en Europe aux muséographes de demain, ce présent encore à vivre est, par exemple, celui des ordinateurs portables et des e-mails que donne à voir la séquence « Vivre à Montréal, c’est garder contact avec ceux qui sont loin ». Comment appréhender cette présence du présent ?

9D’aucuns pourront arguer de la « faiblesse » du patrimoine archéologique et interpréter cette convocation du présent comme une manière de pallier et de déguiser le manque de collections. Aux yeux des visiteurs européens, les chiffres affichés (1 000 000 de fragments d’objets, 700 artefacts restaurés) ne font pas illusion. Quantitative, la faiblesse patrimoniale est aussi qualitative. À Montréal, comme ailleurs dans tout le Nouveau Monde, l’exposition du passé doit faire avec des « choses plus modestes et des lieux plus proches du terroir et de la vie quotidienne de la majorité » (Arpin 2000 : 9). Vestiges des Premières Nations ou témoins des occupations françaises puis anglo-saxonnes, les traces retrouvées sont dépourvues de monumentalité et dénuées de l’éclat de la « grande » Histoire. Comme le souligne le rapport Notre patrimoine, un présent du passé, « les petites écoles de rang, les églises paroissiales et les maisons à l’architecture vernaculaire, urbaine ou rurale, sont plus fréquentes que les châteaux, les palais, les manoirs ou les abbayes » (ibid.). La banalité du patrimoine bâti n’a d’égale que la modestie des artefacts que l’archéologue met au jour, éléments de la quotidienneté domestique, religieuse, artisanale ou industrielle des « gens nombreux et anonymes » (ibid.), et rend d’autant plus problématique la spectacularisation du passé. La « faiblesse patrimoniale » induit comme un réflexe compensatoire qui a cependant peu à voir avec la mobilisation du présent qui nous intéresse ici. C’est bien davantage par des efforts d’interprétation que l’on tente de pallier cette « faiblesse patrimoniale ». Décomplexée, sans crainte du reproche de « disneylisation », la restitution des résultats de la fouille emprunte ici une diversité de formes (objets, images, écritures, sons, gestes) et met en œuvre une foultitude de moyens : guidage, spectacle multimédia, animations, théâtre, activités extérieures. Transmettre les savoirs du musée et expliquer les collections suppose « l’expérience totale », c’est-à-dire la participation du public, selon des modalités qui puisent dans les registres de l’expérimentation personnelle, de l’expression, du jeu, de l’interactivité et de l’émotion (fig. 6).

  • 8  Dans le même état d’esprit, Pointe-à-Callière lançait en novembre 1999 un appel d’idées à la popul (...)

10Outre son caractère de « modestie », ce patrimoine archéologique québécois – vestiges amérindiens exceptés – présente une carence avérée en termes d’ancienneté. Autrement dit, l’archéologue des périodes « historiques » met au jour un passé proche que documente l’archive, voire la mémoire orale. Tout au plus renvoie-t-il au xvie siècle et, encore, pas de manière toujours satisfaisante. Ainsi, à Montréal, le sol ne restitue rien d’Hochelaga, le village iroquois pourtant attesté par Jacques Cartier. Faire « sans » ne doit pourtant pas contrarier les prétentions d’ancienneté que nourrit la capitale économique et démographique du Québec, à l’instar de toutes les métropoles occidentales. Pour y parvenir, suffit-il de s’en remettre au processus de labellisation patrimoniale ? Doit-on compter sur l’effet de contagion, consécutif à l’entrée des objets au musée ? À moins que l’efficacité d’un acte commémoratif comme le 350e anniversaire de la fondation de Montréal et, avec elle, celle du rite qui fait « passer », ne suffisent à opérer ce grandissement en forme de vieillissement. Dans le contexte des sociétés neuves d’Amérique du Nord, les vestiges exhumés par l’archéologie québécoise sont en réalité moins que d’autres susceptibles de nécessiter pareilles opérations. Là où l’occupation européenne s’avère plus récente, ceux-ci devraient illustrer de manière plus spectaculaire encore cette requalification patrimoniale qui nous retient à peine de parler d’« archéologisation » du présent. Cependant, à Pointe-à-Callière, convier le présent au musée ne vise pas tant une patrimonialisation avant l’heure que le ménagement d’une échappée temporelle supplémentaire, aussi infinie qu’indéfinie, vers « l’avenir » (Lelièvre 1993 : 5). Dans ce dispositif, l’objet, en vertu de sa « permanence », n’a pas d’âge et « permet d’esquisser la longue chaîne qui, d’être humain en être humain, relie le présent au passé et se prolonge, plus loin que nous, dans le futur » (ibid. : 9). Autant que les artefacts retrouvés dans le sous-sol de la Pointe-à-Callière, les objets d’aujourd’hui sont, à leur tour, appelés à participer de cette continuité. « Qu’avez-vous dans les poches ? Une gomme ? Un rouge à lèvres ? Un canif ? » Ainsi apostrophés, les visiteurs doivent comprendre que « tous ces objets trahissent (leurs) habitudes et parlent de la société dans laquelle (ils) vive(nt). Objets usuels aujourd’hui, ils peuvent devenir les objets archéologiques de demain ». En manière de travaux pratiques, chacun est invité à « laisser une trace de (son) passage, par le dépôt d’un objet (lui) appartenant dans une immense urne destinée aux archéologues du futur » (ibid. : 21)8. Plus largement, il en va de l’histoire comme de ces objets passés et présents qui en témoignent : elle « n’est pas une entité indépendante dont la compréhension se suffit à elle-même. […] Elle donne les clefs pour comprendre l’actuel visage de Montréal et y déceler les indices de son évolution future » (ibid. : 10). Cette conjugaison au futur antérieur de l’objet et de la rhétorique muséale agit de façon incontestable sur les représentations temporelles : la période couverte par le musée ne va pas simplement de la fondation à nos jours, mais s’étire vers un au-delà qui permet de vieillir et donc de grandir le « jeune » et « court » passé que révèle l’archéologie. À l’éternisation à rebours réalisée au Museon Arlaten, s’oppose en quelque sorte l’éternisation en avant mise en œuvre à Pointe-à-Callière. Si dans les deux cas, la collusion des temps produit un étirement, la signification qui s’y rattache n’est cependant pas la même.

11En prenant le parti de la modernité la plus avancée et convaincu que « l’être humain du xxe siècle est avant tout urbain » (ibid. : 4), Pointe-à-Callière revendique haut et fort sa qualité de « musée urbain » pour se positionner dans l’actualité la plus brûlante des sujets dits de société : « incidences du passé dans une ville en mutation, transformations démographiques et rapports interculturels, recyclage et réappropriation des espaces, urbanisation croissante du territoire, etc. » (ibid.) ; « pauvreté, exode vers les périphéries, multiethnicité, mutations technologiques et industrielles, violence… » (ibid. : 10). Délibérément, « il s’en fait le reflet, les étudie, les interprète et y participe » (ibid.). Appliquée et impliquée, la posture de Pointe-à-Callière se focalise de manière privilégiée sur le thème du « carrefour », le décline à la manière claire et percutante d’un slogan en l’associant aux termes suivants : cultures, espace, populations, technologies et échanges. Ces cinq axes thématiques où l’on peut reconnaître la patte de Raymond Montpetit et avec elle la trace d’une formation initiale en philosophie du langage, constituent une issue originale en regard de l’alternative historiographique qui a longtemps prévalu dans la Belle Province. Deux visions de la grande histoire prédominent depuis le xixe siècle, époque où le patrimoine se prêtait déjà à la mise en œuvre de stratégies parallèles et concurrentes d’affirmation nationale : celle du Canada dominant, anglophone et protestant, et celle d’un Québec conquis et néanmoins farouchement attaché à affirmer sa différence francophone et catholique. Dans les mots, le Québec d’aujourd’hui admet l’hétérogénéité de son passé, feuilleté d’histoires jusqu’ici plus ou moins revendiquées : celles des Cris, des Micmacs, des Inuits et autres peuples dits « millénaires », des Anglais, des Écossais et des Irlandais arrivés après les premiers migrants français et, plus récemment, celles des communautés chinoises, italiennes, grecques, etc. Cette reconnaissance est telle que le « métissage » est aujourd’hui considéré comme « une approche à développer » et la « prise en compte de la diversité ethnoculturelle » présentée comme la conséquence du fait indépassable que « chacun emprunte à l’autre, chacun se laisse imprégner des cultures autres, chacun est métis à sa manière » (Arpin 2000 : 11). Les déclarations d’intention sont une chose, les traductions concrètes qu’on en propose en sont une autre. De ce point de vue, Montréal est loin d’être à la traîne. Nettement engagé sur le chemin de la polyphonie historiographique, Pointe-à-Callière en donne, non sans nuances, singulièrement la preuve. Car, tout en dépassant l’éternel clivage Québec/Canada, et d’autres moins ostensibles (Européens/Autochtones, local/national…), ce prisme de la « métissité » s’en accommode, l’histoire se contant avec l’accent plus ou moins prononcé d’un parti pris historiographique ou d’un autre. Ainsi, le musée McCord qui aujourd’hui souscrit très largement à la rhétorique de la « rencontre », demeure-t-il, à bien des égards, ce qu’il a d’abord été, un musée d’histoire canadienne. Abstraction faite des bémols, la rhétorique du « carrefour » renvoie à la réalité « vraie » de la plasticité et de la mixité du passé et du présent montréalais. Pour autant, elle ne saurait être réductible à un simple effort d’objectivation et, corollairement, de démystification de l’histoire. Avec elle, une autre parabole prend forme. Quelque chose s’élabore en effet d’un nouvel enchantement de l’histoire, à la faveur duquel la réalité plurielle de la société contemporaine se voit sublimée dans une histoire faite de diversité. L’idée d’harmonie et d’incessante recomposition, implicitement, la talonne. S’esquisse alors la revendication d’une identité plus proprement montréalaise. Ni québécoise, ni canadienne, ni même nord-américaine, mais montréalaise. Ainsi, à Montréal, le musée produit-il comme en Arles et néanmoins différemment un discours sur l’autochtonie.

12Tels deux symétriques inverses, le Museon Arlaten et Pointe-à-Callière illustrent, à un siècle ou presque d’intervalle, la mobilisation d’objets relevant d’une temporalité qui n’est pas celle de la spécialité affichée, ici l’ethnographie, là l’archéologie. Loin d’être accessoire dans l’économie rhétorique des occurrences muséales considérées, le supplément de sens qui en résulte, s’il en appelle à des grammaires muséographiques variées, n’en recourt pas moins aux mêmes termes, les « modestes objets ». La conjugaison est aussi la même. Dans tous les cas, en effet, le présent et le futur réfléchissent un passé dont ils découlent. Réciproquement, le passé réfracte pour les annoncer des lendemains plus ou moins lointains. Ainsi, quelle que soit la direction des échappées sur la ligne du temps, est mis en scène quelque chose d’un continuum, soubassement de tout discours identitaire. La variété des identités ainsi défendues et illustrées, des plus repliées sur elles-mêmes aux plus ouvertes sur l’autre, ne doit pas masquer cette manière d’invariant à la faveur de laquelle le musée participe toujours et encore de la fabrique de l’identité.

Fig. 4

Fig. 4

Pointe-à-Callière, musée de site. Musée Pointe-à-Callière, Montréal

(Photo Jacques Nadeau)

Fig. 5

Fig. 5

Exposition Les Amours de Montréal, musée Pointe-à-Callière, Montréal

(Photo Normand Rajotte)

Fig. 6

Fig. 6

Atelier éducatif au musée. Musée Pointe-à-Callière, Montréal

(Photo Yves Renaud)

Haut de page

Bibliographie

Arpin, R. (sous la présidence de). 2000. Notre patrimoine, un présent du passé. Proposition présentée à Mme Agnès Maltais, ministre de la Culture et des communications du Québec par le Groupe-Conseil.

Flandreysy, J. de. 1903. La Vénus d’Arles et le Museon Arlaten. Paris, Lemerre.

Lelièvre, F. (dir.). 1993. Si Pointe-à-Callière m’était conté. Montréal, Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal.

Marignan, E. 1896. Instructions pour la récolte des objets d’ethnographie du pays arlésien. Arles, Jouve.

Pointe-à-Callière, toute une expérience ! 1992. Montréal, Pointe-à-Callière.

Mistral, F. 1906. Mes origines : memoires et recits de Frederic Mistral (traduction du provencal). Paris, Libraire Plon (Bibliotheque des annales).

Séréna-Allier, D. À paraître. « Le Museon Arlaten, musée d’ethnographie provençale (1896-1909) : le détour par l’archéologie », in : S. Sagnes (eds), L’archéologue et l’indigène. Variations sur l’autochtonie, Carcassonne, Éditions Garae.

Haut de page

Notes

1  Les lignes qui suivent font l’objet de plus amples développements in Seréna-Allier à paraître.

2  Mistral 1906 : serment prononcé en 1851 à son retour au mas familial à Maillane après des études de droit à Aix.

3  Lettre de F. Mistral au préfet des Bouches-du-Rhône, mars 1899, archives départementales des Bouches-du-Rhône.

4  Lettre d’Émile Marignan à Frédéric Mistral, s.d., Maillane, correspondance passive.

5  Copie romaine supposée d’une statue de Praxitèle.

6  Originaire de Valence comme J. de Flandreysy, ce peintre fut assisté pour la réalisation technique par Frascolini d’Antibes.

7  Cette restauration, réalisée en 1683 par Girardon après le don de cette statue à Louis XIV pour décorer Versailles, confère à cette statue les attributs de Vénus : miroir et pomme.

8  Dans le même état d’esprit, Pointe-à-Callière lançait en novembre 1999 un appel d’idées à la population pour identifier les objets mémorables du xxe siècle. Les gens devaient proposer un objet représentatif, symbolisant une valeur, un mode de vie, une invention ou un événement importants. Au terme de cet appel, le musée a choisi vingt objets pour constituer la Collection mémoire du xxe siècle et les a par la suite entreposés dans un coffre pour une période de cent ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Cour intérieure, Museon Arlaten, Arles
Crédits Carte postale, Barral & Fils, photographe
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 2
Légende Exèdre du monument gallo-romain, Museon Arlaten, Arles
Crédits Carte postale, Barral & fils, photographe
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3
Légende Les filles de la Vénus d’Arles. Montage de quatre tirages sur papier albuminé. Photographies de la Vénus d’Arles et d’une série de statuettes que Mistral désigne comme étant réalisées par Pauline Véran, bien que la facture laisse supposer qu’il s’agit plutôt de sculptures de C.-A. Férigoule
Crédits Museon Arlaten, Arles.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 4
Légende Pointe-à-Callière, musée de site. Musée Pointe-à-Callière, Montréal
Crédits (Photo Jacques Nadeau)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 5
Légende Exposition Les Amours de Montréal, musée Pointe-à-Callière, Montréal
Crédits (Photo Normand Rajotte)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/739/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 6
Légende Atelier éducatif au musée. Musée Pointe-à-Callière, Montréal
Crédits (Photo Yves Renaud)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/739/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Séréna-Allier et Sylvie Sagnes, « Dans le miroir du temps », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 6-12.

Référence électronique

Dominique Séréna-Allier et Sylvie Sagnes, « Dans le miroir du temps », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/739 ; DOI : 10.4000/nda.739

Haut de page

Auteurs

Dominique Séréna-Allier

Conservateur du patrimoine, directeur du Museon Arlaten
dominique.serenaallier@cg13.fr

Sylvie Sagnes

Chargée de recherches Cnrs, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (Iiac-Umr8177) – équipe Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Lahic-Cnrs, Ehess, ministère de la Culture)
sylviesagnes@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals