Navigation – Plan du site
Dossier : Collections, musées, paysages. Trois entrées du discours archéologique

Paysage urbain, patrimoine et musées

Le port antique de Marseille
Annie Philippon et Laurent Védrine
p. 40-46

Résumés

Les fouilles archéologiques du port antique de Marseille et leur mise en valeur contribuent à dessiner un nouveau paysage patrimonial de la ville. Le musée d’Histoire de Marseille et le musée des Docks romains proposent, dans la perspective de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, de redonner au port antique une place incontournable dans ce décor symbolique et réel en construction.

Haut de page

Texte intégral

1La plus ancienne ville de France a la réputation, pour reprendre l’expression de Lucien Méry, d’être une « ville antique sans antiquités ». Marseille ne posséderait pas de témoins matériels de ses origines, ou en posséderait peu. Toutefois, les fouilles archéologiques menées depuis plus de soixante ans et la mise en valeur des vestiges contribuent à dessiner un nouveau paysage patrimonial. Le port antique, dans la perspective de Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, est appelé à prendre une place incontournable dans ce nouveau décor symbolique et réel.

La mer et le commerce à l’origine de Marseille

2Marseille a été fondée en 600 av. J.-C. par des marins grecs venus de Phocée en Asie Mineure (actuelle Turquie). Dès le deuxième quart du vie siècle av. J.-C., la ville s’étend au nord de la calanque, dans ce qui correspond aujourd’hui au quartier du Panier. Établie par des hommes venus de la mer, elle affirmera tout au long de son histoire sa vocation maritime et portuaire. Sa prospérité repose sur le commerce, principalement celui de produits alimentaires : huile, vin, sauces à base de poissons conditionnés dans des amphores. Le port de Marseille est une plateforme de redistribution : il joue le rôle d’une interface entre le bassin méditerranéen et la Gaule intérieure. Les produits méditerranéens sont diffusés en suivant l’axe rhodanien et les marchandises continentales (minerais, céréales, produits animaux) sont distribuées dans le monde méditerranéen.

3Les Grecs de Phocée choisirent le site de Massalia pour plusieurs raisons : il est situé sur une route de cabotage permettant d’aller jusqu’au sud de l’Espagne ; il est proche du Rhône qui permet de pénétrer par voie fluviale en Gaule. Enfin, la calanque de Marseille abrite les navires de la houle et des courants marins.

4Cette situation favorable pour le mouillage des bateaux a comme corollaire l’envasement rapide de la calanque, phénomène accru par l’apport des sédiments provenant des hauteurs environnantes. La ligne de rivage a évolué, comme en témoigne le déplacement des quais. Ces contraintes naturelles ont imposé des dragages fréquents du port de Marseille, comme le révèle la découverte exceptionnelle de trois dragues romaines du ier siècle apr. J.-C. sur le site de la place Jules-Verne.

5Les qualités naturelles du site n’imposaient pas de faire « glisser » la ville ailleurs au fil du temps, mais au contraire de continuer à exploiter son emplacement particulièrement adapté : un vaste port abrité ; une hauteur en forme d’éperon, naturellement défendue par la mer sur deux côtés et par une zone marécageuse à l’est ; un rivage bas facilement accessible au sud de la butte. Du fait de sa très longue histoire, Marseille s’est construite et développée sur son passé, en strates superposées, qui absorbaient, effaçaient ou le plus souvent réutilisaient les chapitres précédents.

Le cœur de la ville antique révélé

6En complément des textes anciens relatifs à Marseille, l’archéologie fournit des informations sur la topographie du port, sur les aménagements spécifiques (entrepôts, hangars, cales, quais…) et sur la chronologie, grâce à un abondant mobilier céramique et numismatique.

Fernand Benoit et la découverte des docks romains

7En 1943, les Allemands dynamitèrent la rive nord du Vieux-Port, détruisant toutes les habitations situées dans la partie basse de la butte des Moulins, à l’exception de quelques bâtiments patrimoniaux comme l’hôtel de ville, la Maison diamantée et l’hôtel de Cabre.

8Après guerre, le déblaiement de ce vaste champ de ruines offrit à l’archéologue Fernand Benoit l’occasion d’en prospecter le sous-sol. Ainsi, en janvier 1947, il reconnut, dans une série de dolia en place, les vestiges d’un entrepôt (horreum).

9Après un relevé sommaire, les jarres ont été recouvertes afin de les sauvegarder, puis intégrées dans un immeuble en construction, dont le rez-de-chaussée a été réservé en vue de leur présentation au public. À l’automne 1958, 33 dolia furent dégagés lors de fouilles archéologiques conduites par Jacqueline et Yves Rigoir. Des sondages complémentaires, pratiqués en 1985-1986 par Gisèle Hadji-Minaglou, mirent au jour un autre dolium.

10Les campagnes successives ont ainsi permis de reconnaître l’angle sud-est d’un entrepôt romain, en activité entre le milieu du ier siècle et le milieu du iiie siècle de notre ère, et de dégager une cinquantaine de dolia (dont 34 ont été préservés). Elles ont mis en évidence la présence d’un rez-de-chaussée ouvert sur le port (la rive était à une trentaine de mètres), occupé par de grandes jarres destinées à stocker le vin. Un étage couvrait le tout, qui ouvrait probablement sur le decumanus (actuelle rue Caisserie) conduisant aux portes de la ville et aux quais du port antique.

11Les découvertes ultérieures ont mis en évidence la présence d’autres entrepôts à dolia vers l’est, sur toute la rive basse, jusqu’à l’actuel centre Bourse, révélant l’étendue du port de commerce romain.

Le site de la Bourse : la première grande fouille d’archéologie urbaine en France

12En 1967, l’ouverture des fouilles de la Bourse constitua le véritable point de départ de l’archéologie urbaine à Marseille. Cette grande opération concernait 30 000 m2 de terrain dans le cadre de la construction d’un complexe commercial et administratif, à deux pas du Vieux-Port. Cette première grande fouille urbaine – de sauvetage puis programmée – placée sous la direction de François Salviat (directeur des Antiquités) et de Maurice Euzennat (directeur de l’Institut d’archéologie méditerranéenne) a révélé le secteur péri-urbain oriental de la cité grecque et romaine. L’origine antique de ce quartier était connue depuis 1913 : des travaux d’urbanisme avaient permis la découverte du « mur de Crinas », en référence à un passage de Pline l’Ancien (Histoire naturelle XXIX, 9-11) qui attribue la reconstruction des murailles de Marseille au médecin éponyme. La muraille fut classée au titre des monuments historiques en 1920.

13Parmi les vestiges les plus significatifs, les archéologues des années 1970 ont mis au jour la fortification et l’entrée monumentale de la ville (iie siècle av. J.-C.), une voie dallée d’époque romaine et le port antique, grec puis romain, remodelé au ier siècle apr. J.-C. Des éléments complétant le dispositif défensif de la cité et l’activité artisanale autour du port des ve et vie siècles ont été repérés. Le plus ancien monument visible (un vestige sans vocation militaire ou artisanale) est une terrasse funéraire du ive siècle av. J.-C.

14La fouille fut complétée par des interventions archéologiques liées à l’aménagement du site, classé Monument historique en 1972 : Michel Bonifay l’étudia de 1979 à 1983, Guy Bertucchi exhuma une partie de la terrasse funéraire en 1984, et les fortifications firent l’objet d’une analyse particulière (Henri Tréziny, Guy Bertucchi, Michel Bonifay) de 1992 à 1994. Ces travaux ont préparé l’ouverture au public, en 1983, de l’ensemble patrimonial du Jardin des Vestiges (sur une surface de 9 000 m2) et du musée d’Histoire de Marseille (fig. 1, page précédente).

Fig. 1

Fig. 1

Le site de la Bourse et le Vieux-Port

(Cliché Loïc Damelet, Centre Camille Jullian – Cnrs)

Les aménagements portuaires du site de la Bourse

15La fonction portuaire de ce site est ancienne comme l’attestent des aménagements de berge du vie siècle av. J.-C. et des systèmes d’adduction d’eau sans doute liés à l’avitaillement des navires.

16Vers la fin du ier siècle apr. J.-C., le recreusement de la darse appelée Corne du port antique, bordée d’un quai en pierre de taille, permit à des navires de fort tonnage de venir s’amarrer. Les zones marécageuses furent comblées avec les sédiments qui avaient été dragués pour construire des entrepôts à dolia identiques à ceux du musée des Docks romains. Un large bassin ainsi qu’un puits circulaire devaient, dès le début du iie siècle apr. J.-C., ravitailler en eau douce les navires. Dès la fin du iiie siècle ce dispositif fut abandonné et la darse se combla. Un navire marchand du début du iiie siècle apr. J.C. y a été découvert en 1974. Ce bateau, dont la longueur estimée est de 23 m, a été conservé par lyophilisation pour être présenté au musée d’Histoire de Marseille dès 1983.

17La zone portuaire devint progressivement un quartier artisanal avant d’être épisodiquement militarisée (sièges de Jules César en 49 av. J.-C., de Constantin en 308 et des Wisigoths en 413 et en 480). Le ve siècle fut marqué par la construction d’un avant-mur renforçant le dispositif de l’enceinte hellénistique.

L’évolution du rivage et du port antiques, places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon

18À proximité de l’hôtel de ville et du musée des Docks romains, la construction d’un parking souterrain et le projet avorté de réalisation d’un musée consacré au sculpteur César ont permis de fouiller, de 1991 à 1993, une superficie de 3 700 m2, puis, entre 1993 et 1997, une surface de 2 500 m2. Lors de ces opérations menées par Antoinette Hesnard (Cnrs), on a pu observer l’évolution du littoral depuis l’âge du Bronze. Ces données ont été complétées par plusieurs interventions archéologiques, dont celle menée par Philippe Mellinand (Inrap) sur le site de l’Espace Villeneuve-Bargemon (2002-2003).

19Le plus ancien aménagement de la ligne de rivage est un quai de la fin du vie siècle, utilisé jusqu’à la fin du ve siècle av. J.-C. À la suite de son envasement total, un chantier de construction navale (ive siècle av. J.-C.) s’installa sur la plage nouvellement créée. Une série de varangues (pièces de charpenterie navale) en cours de débitage et des cales de halage (iiie-iie siècles av. J.-C.) fabriquées à l’aide de poutres parallèles, fixées au sol perpendiculairement à la ligne de rivage, y ont été repérées. Ces chemins de poutres ont une largeur de 6 m pour une longueur conservée de 25 m.

20Sur la place Villeneuve-Bargemon, des installations militaires ont été retrouvées. Il s’agit de constructions de plan rectangulaire (40 m de longueur pour une largeur entre 5,50 et 6 m). Ces hangars couverts (iiie-iie siècles av. J.-C.) dont les dimensions sont celles des navires de guerre, correspondent aux navalia ou neoria dont l’existence est attestée notamment par Strabon (Géographie IV,1,5). Soixante-six loges de navires ont été reconnues.

21Aux ier et iie siècles apr. J.-C., cette zone était aménagée avec un système de quais et d’appontements en bois permettant l’accostage des navires devant des entrepôts à dolia identiques à celui du musée des Docks romains.

22Enfin, cette opération archéologique a mis au jour une flottille exceptionnelle de sept navires antiques, deux grecs et cinq romains, qui ont été étudiés par Patrice Pomey et son équipe (Centre Camille Jullian-Cnrs). Des deux coques de la fin du vie siècle av. J.-C., l’une (JV 9) a été identifiée comme une barque (longueur conservée de 5 m pour une largeur de 1,40 m) utilisée notamment pour la pêche au corail rouge (de très nombreux fragments de corail rouge étaient collés sur l’épave). La construction de ce navire était faite par assemblage de ligatures. L’autre épave (JV 7) est celle d’un petit caboteur de commerce (14 m de long pour 2 m de large et une capacité de chargement estimée à 15 t). Ces épaves, comme l’ensemble du mobilier (pièces d’accastillage, de gréement, d’outils…), sont présentées au musée d’Histoire de Marseille.

23Sur la place Villeneuve-Bargemon, une plateforme -(vie siècle av. J.-C.) a été interprétée comme un quai ou comme l’extrémité d’une fortification. Une épave grecque datée du vie siècle av. J.-C. (César I) a été observée avec le même type d’assemblage que JV9. À l’instar du site Jules-Verne, la plage a été utilisée comme chantier de construction et de réparation navales, de la fin du vie siècle au début du ive siècle av. J.-C. De vastes thermes publics (ier siècle au ive siècle apr. J.-C.), dont la façade ouvrait sur le port, ont été découverts.

24Le musée d’Histoire de Marseille expose les objets de la vie quotidienne retrouvés sur l’ensemble de cette zone portuaire (en particulier de très nombreux objets en bois étudiés par Claudine Ripoll dans le cadre d’une thèse de doctorat) et des témoins des échanges commerciaux : amphores vinaires, à huile, mobilier de l’atelier de monnayage en bronze (iiie siècle av. J.-C.)… Parmi ces pièces figurent deux documents exceptionnels : une lettre en plomb (iiie siècle apr. J.-C.) relatant la réparation et l’immobilisation d’un navire, et une plaquette de bois sur laquelle une inscription mentionne une station douanière percevant la taxe de quarantième des marchandises passant par le port de Marseille.

Entre musées de site et musée d’histoire de la ville

Le musée des Docks romains, premier musée de site de Marseille

25Fernand Benoit avait immédiatement reconnu tout l’intérêt de la découverte des docks romains de Marseille dont la disposition s’apparente à l’agencement des entrepôts d’Ostie, à l’embouchure du Tibre. Peu d’ensembles de ce type et de cette ampleur ont été préservés, aussi plaida-t-il pour la conservation, la fouille exhaustive et la mise en valeur du site, qui fut classé Monument Historique en 1959.

  • 1  La gestion du site, appartenant à l’État, est assurée depuis près de cinquante ans par la ville de (...)

26À force d’obstination, Fernand Benoit obtint la création d’un musée qui ouvrit ses portes en 19631. Son idée originelle, un centre de documentation archéologique commerciale et navale, a été reprise et déclinée par les différents réaménagements muséographiques : en 1975 sous la direction de Simone Bourlard-Collin, en 1987 par Agnès Durand, en 2006 par Muriel Garsson. On découvre dans le musée la portion d’entrepôt préservée, limitée par son mur de façade autrefois ouvert sur le port et par un mur latéral assaini par un doublage de tuiles, qui avoisinait un sol bétonné bordé d’un portique. La trentaine de dolia en place évoque avec force les activités artisanales pratiquées dans l’édifice. Tout autour, rassemblés et présentés dans des vitrines, les vestiges des bateaux sombrés au large de Marseille, avec leur cargaison venant d’Étrurie, de Campanie, d’Espagne du Sud ou encore d’Afrique du Nord… (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Le musée des Docks romains

(Cliché Benoît Coutancier)

Le musée d’Histoire de Marseille et le Jardin des Vestiges 

27À l’issue des fouilles de la Bourse, le Jardin des Vestiges et le musée d’Histoire de Marseille ont ouverts au public en 1983. Le jardin correspond à la partie visible du site archéologique (environ un hectare). Le musée est intégré à un centre commercial construit sur les zones non conservées du site ; il s’agit aujourd’hui du seul musée de France installé dans ce type d’établissement. Il retrace l’histoire de la ville de ses origines à nos jours, en s’appuyant sur une collection riche de plus de 25 000 objets et documents. La muséographie actuelle s’achève avec le xviiie siècle : malgré une évocation succincte de l’activité portuaire du début du xixe siècle, les collections contemporaines (xixe et xxe siècles) ne sont présentées que dans le cadre d’expositions temporaires.

28Depuis la création du musée d’Histoire de Marseille, dirigé de 1983 à 2007 par Myriam Morel-Deledalle, les collections issues des fouilles du territoire marseillais lui sont dévolues. Ce sont les objets anciennement découverts, dont l’essentiel provenait du musée d’archéologie inauguré en 1863 dans les murs du château Borély, et de la fouille de la Bourse, qui ont nourri le fonds constitutif de l’établissement. La ville de Marseille s’étant dotée d’un service archéologique municipal au sein de l’Atelier du patrimoine dirigé par Daniel Drocourt, des conventions de dévolution systématique du matériel issu des fouilles récentes, signées avec le service régional de l’archéologie et le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, ont permis d’enrichir les collections du dépôt archéologique municipal et du musée d’Histoire de Marseille.

29Ainsi, pour le contexte maritime et portuaire antique, les sites archéologiques de la Bourse (dont l’impressionnante épave romaine du iiie siècle apr. J.-C.), des places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon sont fortement représentés. S’y ajoutent plus de 2 000 objets provenant d’épaves et d’îles de la rade de Marseille (fig. 3, page précédente).

Fig. 3

Fig. 3

Réplique du bateau romain de l’anse des Laurons II

(Centre Camille Jullian – Cnrs)

Un paysage patrimonial fermé

30Si chacun des lieux décrits cidessus présente un intérêt en soi, leur juxtaposition devient exceptionnelle et transforme Marseille en un site majeur. De plus, ils sont hautement symboliques de la vocation commerciale et portuaire de la ville depuis les temps les plus anciens et permettent d’évoquer des sujets originaux : les voies commerciales empruntées par les bateaux et leurs cargaisons, les techniques de construction navale révélées par les épaves, les aménagements portuaires, les entrepôts de stockage d’où les marchandises reconditionnées étaient redistribuées en Gaule.

31Néanmoins, cette richesse patrimoniale, reconnue par les scientifiques, reste peu lisible pour le grand public. En premier lieu, il n’existe pas de liens entre les différents vestiges in situ – le port antique et les docks romains – pour des raisons liées à l’histoire des musées de la ville. En effet, les docks romains sont gérés par le musée d’Archéologie méditerranéenne, héritier du musée Borély dont Fernand Benoit, fondateur du musée des Docks romains, était le conservateur. Lors de la création du musée d’Histoire de Marseille, en 1983, l’établissement a hérité des collections marseillaises du musée Borély, mais n’a pas reçu la responsabilité du musée des Docks romains, pourtant lié à l’histoire de la Ville. Il en a résulté une évolution parallèle des deux établissements. Leur environnement n’est pas propice à leur découverte et ils sont d’un accès difficile, car la signalétique urbaine est réduite à sa plus simple expression. Arriver au musée des Docks romains demande ainsi beaucoup d’obstination : il est en effet situé au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation et seule une inscription en façade, peu lisible de loin, permet à l’amateur têtu de savoir qu’il est arrivé à destination. Il reste donc inconnu de la plupart des Marseillais, alors que – paradoxe – les visiteurs étrangers sont nombreux à y venir, guide touristique en main, seul sésame pour trouver le bon chemin. Pourtant, ce musée est l’un des plus émouvants de la ville, car il permet d’approcher au plus près la vie dans l’Antiquité.

32Le musée d’Histoire de Marseille possède l’avantage d’être situé à deux pas du Vieux-Port et de l’Office du tourisme, dans un site patrimonial, le Jardin des Vestiges, qui est l’un des rares espaces verts en plein cœur de la ville. Malgré ses 40 000 visiteurs annuels, l’accès à cet ensemble mal signalé est malaisé : il faut passer par le centre commercial qui est fermé le dimanche. L’entrée au musée et au Jardin des Vestiges pouvait se faire directement par la rue Henri-Barbusse jusqu’en 1994, date à laquelle cet accès fut fermé par la ville de Marseille pour des raisons de sécurité urbaine. Par ailleurs, le terme désuet de Jardin des Vestiges n’est pas suffisamment explicite, et l’articulation entre le site archéologique et le musée d’Histoire n’est pas toujours évidente. Enfin, la muséographie de l’histoire antique de Marseille, créée en 1983, a, malgré des collections exceptionnelles et documentées, perdu en cohérence et en lisibilité.

33Le site archéologique de la Bourse connaît les mêmes difficultés de lecture. Le programme paysager initial nécessite d’être revitalisé et d’évoluer : par exemple, les haies de buis plantées pour indiquer le tracé des murs sont devenues de vrais massifs masquant et dégradant les vestiges antiques. Les outils d’information sont aujourd’hui épuisés, au propre et au figuré : nous ne disposons plus de livrets d’accompagnement et les cartels d’information sont pour la plupart cassés. Le visiteur, dans un cheminement peu évident, découvre un site archéologique urbain exceptionnel mais incompréhensible : les épisodes chronologiques (du ive siècle av. J.-C. au xviiie siècle) sont en quelque sorte nivelés et les différentes fonctions du site (portuaire, militaire, artisanale, commerciale, funéraire…) ne peuvent pas être clairement identifiées.

Un site, une collection, deux musées : le port et la navigation antique à Marseille

34L’intérêt scientifique des deux sites du port antique de Marseille et l’originalité des découvertes présentées dans les deux musées leur confèrent une valeur unique en France et constituent des raisons suffisantes pour la préservation de ce patrimoine.

35Dans la perspective du développement touristique de la ville de Marseille, lié notamment à l’accueil exponentiel des croisiéristes et à la préparation de l’événement Marseille Provence, capitale européenne de la culture en 2013, la valorisation de ces vestiges devient une nécessité.

36L’ensemble peut constituer une vitrine des activités bimillénaires de la ville, consacrées à la navigation, au port et au commerce. Souligner qu’il n’existe qu’un seul vaste complexe portuaire antique se développant depuis le site du port antique, attenant au musée d’Histoire de Marseille, jusqu’au musée des Docks romains, accroît l’intérêt patrimonial de Marseille. Les équipes des deux établissements regroupés au sein de la direction des Musées de la ville travaillent dans cette optique à un projet de valorisation globale.

Renvoyer le visiteur d’un site à l’autre

37En premier lieu, il convient de créer un circuit en plusieurs étapes pour rappeler les liens existant entre ces sites. Il débute au musée d’Histoire, se poursuit sur les vestiges du port antique, dans le jardin attenant, et se prolonge jusqu’aux entrepôts romains. Pour se rendre d’un point à l’autre, les visiteurs sont invités à franchir les portes de la ville hellénistique, à emprunter une voie dallée puis à cheminer sur le tracé de l’ancien decumanus, que suit la voirie actuelle (Grande Rue et rue Caisserie). Pour inciter à la découverte des deux musées, complémentaires l’un de l’autre, un billet commun sera créé ; un flyer largement distribué invite les touristes à parcourir l’ensemble des infrastructures du port antique en suivant ce circuit. Des visites publiques seront organisées durant lesquelles des médiateurs feront découvrir la totalité des installations portuaires antiques en cheminant d’un point à l’autre. Enfin, une refonte de la signalétique sera étudiée, pour créer un cheminement, jalonné d’autres étapes archéologiques et historiques.

Accroître la lisibilité des lieux de visites

38Ensuite, il est indispensable de rendre visibles les musées abritant ou jouxtant les installations antiques. Ainsi, il est prévu d’ajouter au musée des Docks romains un espace d’accueil extérieur, constituant un signal fort et un point d’attractivité à l’arrière de l’hôtel de ville. Il permettrait d’y installer la billetterie/boutique, des services inexistants (issue de secours, toilettes, vestiaires, salle d’animation pour les scolaires) et de présenter une grande maquette servant d’introduction à la visite.

  • 2  Ouverture en octobre 2009. Travaux réalisés par la direction de l’architecture et des bâtiments co (...)

39Le port antique va, quant à lui, être doté d’un nouveau bâtiment d’accueil du côté de la rue Henri-Barbusse2, à l’initiative de la ville de Marseille et en particulier des adjoints au maire en charge du patrimoine (André Malrait) et de la culture et des musées (Daniel Hermann). Sur proposition de l’Atelier du patrimoine, qui avait déjà mis en place des parcours patrimoniaux avec l’office du tourisme, le Jardin des Vestiges a été rebaptisé « Port antique » lors des Journées européennes du patrimoine de 2008. Le site va être également requalifié grâce à des tables d’orientation et des panneaux d’information réalisés par le musée d’Histoire de Marseille avec le soutien scientifique d’Henri Tréziny (Centre Camille Jullian – Cnrs) et de Jean-Marie Gassend (Institut de recherche sur l’architecture antique – Cnrs) (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Projet architectural de l’ouverture du Port antique par la rue Henri-Barbusse.

(Direction générale de l’architecture et des bâtiments communaux de la ville de Marseille)

Un projet muséographique décliné en deux lieux

40Les deux musées ont pour projet de revoir leur présentation en traitant de façon complémentaire les fonctions du port antique de Marseille.

41Le musée des Docks romains aura pour thématique dominante le commerce antique. Une refonte de la muséographie, soutenue par une mise en scène lumineuse recourant à des procédés innovants (fibre optique, laser, hologrammes, 3D), abordera trois thèmes : le commerce maritime, avec la mise en scène d’un navire et sa cargaison engloutis dans la rade de Marseille ; l’entrepôt romain, avec ses grands dolia, animés par des projections 3D et des lumières ; la redistribution des produits dans le reste de la Gaule et la consommation du vin, évoquées à partir de la présentation d’amphores fabriquées sur place. Pour sa part, le musée d’Histoire de Marseille conserve dans ses collections une flottille antique de huit épaves grecques et romaines datées du vie siècle av. J.-C. au -iiie siècle apr. J.-C., qui raconte près de 1 000 ans de navigation et de construction navale. Il a donc pour projet de construire un nouveau parcours muséographique dont le « fil d’Ariane » sera l’histoire de la navigation et du port de Marseille durant l’Antiquité. Il permettra d’évoquer les techniques de construction navale, les échanges méditerranéens, les produits transportés, mais aussi les hommes, les idées, les aménagements portuaires et urbains. En somme, le propos est de raconter, à partir de cette flottille, l’histoire du port antique de Marseille, grâce à une scénographie attractive appuyée sur l’abondante documentation issue des opérations d’archéologie urbaine.

42La muséographie doit « faire parler » les épaves et les objets qui seront présentés grâce à une mise en scène allant des restitutions en 3D à la projection de films documentaires sur les conditions de leur découverte (archéologie terrestre et sous-marine) ou traitant de l’utilisation des navires dans le port antique de Marseille…

43Cette nouvelle présentation, qui verra le jour en 2013, s’accompagnera de différents temps forts : par exemple, l’épave grecque JV 7 (fig. 5) pourrait être restaurée et remontée sous les yeux du public au musée d’Histoire de Marseille. Les restaurations ou les reconstructions de navires, à l’instar de L’Hermione à Rochefort ou du Wasa en Suède, suscitent en effet un véritable engouement du public.

44Les vestiges préservés dans la cité phocéenne sont particulièrement riches d’enseignements sur les activités commerciales et portuaires dans l’Antiquité grecque et romaine. Ils sont aussi fort bien documentés, grâce aux recherches des différentes équipes travaillant sur Marseille (service archéologique de l’Atelier du patrimoine, Inrap, Cnrs). Pour porter ce riche patrimoine à la connaissance de tous, il était indispensable que les deux musées consacrés aux origines de la ville s’unissent afin de mettre en valeur son caractère exceptionnel et sa cohérence.

Fig. 5

Fig. 5

La maquette de l’épave grecque JV 7.

(Centre Camille Jullian – Cnrs)

Haut de page

Bibliographie

Benoit, F. 1973, Musée des Docks romains et du commerce antique de Marseille. Marseille, Imprimerie municipale, 3e édition, 32 p.

Bizot, B., X. Delestre, J. Guyon, M. Moliner & H. Treziny. 2007. Marseille antique. Paris, Éditions du Patrimoine (Guides archéologiques de la France ; 42), 128 p.

Musée des Docks romains. 1995. Musée des docks romains. Marseille, Imprimerie municipale, 2e edition, 136 p.

Musée d’Histoire de Marseille. 1988. L’Antiquité. Marseille, Musée d’histoire de Marseille, 148 p.

Musée d’Histoire de Marseille. 1999. Parcours de ville. Marseille : 10 ans d’archéologie, 2 600 ans d’histoire. Marseille, Musées de Marseille/Édisud, 183 p.

Rothe, M.-P. & H. Treziny. 2005. Marseille et ses alentours. Carte archéologique de la Gaule.Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 925 p.

Haut de page

Notes

1  La gestion du site, appartenant à l’État, est assurée depuis près de cinquante ans par la ville de Marseille. Un projet de transfert de propriété au profit de cette dernière est à l’étude, dans le cadre de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, qui prévoit différents transferts de compétence vers les collectivités territoriales.

2  Ouverture en octobre 2009. Travaux réalisés par la direction de l’architecture et des bâtiments communaux de la ville de Marseille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le site de la Bourse et le Vieux-Port
Crédits (Cliché Loïc Damelet, Centre Camille Jullian – Cnrs)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 2
Légende Le musée des Docks romains
Crédits (Cliché Benoît Coutancier)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3
Légende Réplique du bateau romain de l’anse des Laurons II
Crédits (Centre Camille Jullian – Cnrs)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4
Légende Projet architectural de l’ouverture du Port antique par la rue Henri-Barbusse.
Crédits (Direction générale de l’architecture et des bâtiments communaux de la ville de Marseille)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 5
Légende La maquette de l’épave grecque JV 7.
Crédits (Centre Camille Jullian – Cnrs)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/771/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Philippon et Laurent Védrine, « Paysage urbain, patrimoine et musées », Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009, 40-46.

Référence électronique

Annie Philippon et Laurent Védrine, « Paysage urbain, patrimoine et musées », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 117 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nda/771 ; DOI : 10.4000/nda.771

Haut de page

Auteurs

Annie Philippon

Musée des Docks romains, Marseille
aphilippon@mairie-marseille.fr

Laurent Védrine

Musée d’histoire de Marseille
lvedrine@mairie-marseille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals