Navigation – Plan du site

Ville de la connaissance et terreau numérique

Le cas de Montpellier, France
Henry Bakis et Alexandre Schon
p. 275-306

Résumés

La région métropolitaine de Montpellier (Languedoc-Roussillon) connaît une forte croissance démographique. Dans le milieu des années 1960, la sélection de la ville comme capitale régionale détermina notamment l’implantation de nombreux centres de recherches publics spécialisés dans les secteurs de la Santé et de l’Agronomie. Dans le même temps, l’implantation d’une usine d’IBM et l’installation de nombreux sous-traitants de cette multinationale impulsa une spécialisation dans le domaine de l’électronique, du traitement de données et de la communication. Aujourd’hui, Montpellier détient un haut potentiel scientifique et intellectuel. La Région Languedoc-Roussillon arrive en seconde position après l’Ile-de-France pour l’implantation d’entreprises innovantes. Des incubateurs d’entreprises contribuent à ces résultats. Cette communication s’essaye à mettre en évidence les articulations multiples entre les projets d’aménagement numérique et les perspectives de développement économique et urbain qui leurs sont propre. Elle s’appuie sur l’analyse d’une étude de cas étudiant le développement des infrastructures numériques (Pégase et R3LR principalement) dans l’Agglomération en étroite relation avec les lieux d’activités de services et les parcs innovants.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été présenté au Congrès International de Géographie UGI de Cologne (Août 2012).

Texte intégral

Introduction

1La mise en réseau des espaces-ressource de connaissance constitue, à l’heure de la mondialisation des flux d’hommes, de marchandises et de données, une nécessité dans le cadre d’une co-production de nouveaux savoirs à la fois collaboratifs et mutualisés, trouvant leur utilité dans les recherches qu’elles soient fondamentales ou actions. Dans un contexte de métropolisation des grandes villes françaises depuis les années 1980, gagnant compétences administratives et fonctions stratégiques majeures, le rayonnement d’une ville intègre de façon significative la question de la polarisation du savoir. Alors que les métropoles régionales sont entrées dans un système de compétition pour se faire une place sur l’espace national et européen, il ne leur reste que deux options: entente ou concurrence. Et c’est autour de ces questions d’attractivité concurrentielle et d’avantages comparatifs d’une ville sur sa rivale que la notion de « ville de la connaissance » prend tout son sens.

2La notion de « ville de la connaissance », capacité d’une ville à être à la fois « apprenante » et « innovante », est un terme polysémique trouvant différentes acceptions selon la discipline et la personne qui la traite. Ici, nous pourrions définir une knowledge city comme une ville cultivant différentes formes de connaissances aux travers de lieux adaptés que sont des Universités, des laboratoires de recherche, des équipements culturels et des parcs d’activités hautement technologiques autour de thématiques innovantes. La réussite d’une politique de la connaissance passe indéniablement par la matérialisation de preuves comme la formation de pôles d’excellence à rayonnement méso échelle, de clustérisation des activités ou l’usage d’instruments à son service comme l’aménagement urbain. Une ville reconnue « ville de la connaissance », c’est l’assurance pour cette dernière de développer une image positive, dynamique et attractive où l’économie de la connaissance y trouverait toute sa place.

  • 1 Deux enjeux fondamentaux gagnent à être rapprochés : « permettre l’accès aux réseaux de communicati (...)

3Selon la définition réactualisée par la commission européenne (Göteborg, 2009), l’économie de la connaissance se structurerait autour de trois piliers appelés « Triangle de la connaissance » : R&D and I (Recherche, Développement et Innovation), Education, T.I.C. (Technologies de l’Information et de la Communication). C’est autour de cette triple exigence que nous opérons notre entrée en matière : une ville de la connaissance, parce qu’elle développe une économie de la connaissance efficace, instruit des thématiques innovantes et porteuses dont les Tic. Les Tic, troisième pilier de cette économie si essentielle à la knowledge city, est l’un des points fort de Montpellier qui s’en soucie depuis les années 1980. Traditionnellement subdivisé en trois couches par Nicolas Curien (2004) et son célèbre « triptyque Tic », nous opérerons notre analyse par une entrée « infrastructurelle »: à savoir l’aménagement numérique du territoire montpelliérain comme outil à l’image de « ville de la connaissance ». Une thématique gagnant à être instruite par ces villes au marketing territorial si particulier, souhaitant développer leur rayonnement à échelle régionale, nationale voire paneuropéenne1.

4Montpellier constitue notre cas d’étude, un choix sans aucun hasard puisque cette ville entretient depuis très longtemps (Moyen Age) un terreau propice au développement des activités de connaissance. Montpellier, initialement moyenne ville de province, va entrer en concurrence directe avec ses capitales régionales voisines du Sud (Toulouse, Marseille, Lyon), tout en essayant de conserver un rayonnement sur son propre espace régional.

5Elle est la "capitale" de la Région Languedoc-Roussillon et le chef-lieu du Département de l’Hérault. Les figures suivantes précisent sa localisation.

Illustration 1 : Localisation de Montpellier

Illustration 1 : Localisation de Montpellier

Carte du Languedoc-Roussillon : CCI Montpellier, 2011 ; Carte de la région de Montpellier: BD IGN, 2012

  • 2 244 500 pour la municipalité seule. Recensement complémentaire de janvier 2004.
  • 3 Insee. Populations légales 2009 des communes du département de l’Hérault. Recensement 2009.

6L’Agglomération de Montpellier est caractérisée par un remarquable dynamisme démographique; elle compte plus de 400 000 habitants2. La commune de Montpellier ne comptait que 90 800 habitants avant la Seconde Guerre mondiale et 91 300 habitants vingt ans plus tard, en 1954. En 1962, elle se situait seulement au 22ème rang des villes de France. Devenue capitale de région et après avoir attiré depuis les années 70 des emplois dans les services et les hautes technologies, Montpellier est classée au 8ème rang pour la population, dépassant Bordeaux et Lille (253 712 h. en 2007 ; 258 366 h. en 20093). Cette croissance démographique est un des marqueurs de l’ascension de la ville et de son agglomération dans les domaines de l’administration, des activités économiques et des activités culturelles : entre 1990 et 2004 le rythme d’augmentation de la population s’est situé en tête de ceux des grandes villes françaises (avec Nantes et Toulouse).

7La croissance de la ville et de son agglomération apparaît clairement lorsque l’on compare quelques photographies aériennes de 1963 et de 2009 (voir les illustrations ci-après). L’urbanisation de la ville depuis le milieu du 19ème siècle jusqu’aux années 70 est bien décrite par Christian Verlaque4. Ce que l’on peut appeler le "Grand Montpellier… concentre la moitié de la population de l’Hérault, qui regroupe plus du tiers de celle de la région"5. Montpellier Agglomération se prépare à accueillir 100 000 habitants supplémentaires d’ici à 20206. Les documents suivants, élaborés à partir de photographies aériennes prises à près de cinquante ans d’intervalle, sont éloquents : l’ampleur de la croissance urbaine y apparaît.

Illustration 2 : Croissance urbaine de Montpellier et ses environs (Couverture photographique de 1963)

Illustration 2 : Croissance urbaine de Montpellier et ses environs (Couverture photographique de 1963)

Montpellier et ses environs en 1963

Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (1963).

Illustration 3 : Croissance urbaine de Montpellier et ses environs (Couverture photographique de 2009)

Illustration 3 : Croissance urbaine de Montpellier et ses environs (Couverture photographique de 2009)

Montpellier et ses environs en 2009

Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (2009, BD Ortho).

8Autour d’un tel contexte, on peut se demander « En quoi l’économie de la connaissance, générée initialement à Montpellier, gagne-t-elle à être rapprochée de l’aménagement numérique dans une perspective de développement ? » Pour répondre à cette question, nous verrons en premier lieu que l’inscription de Montpellier comme « ville de la connaissance et de service » est très ancienne, qu’elle a subi une forte stimulation entrepreneuriale à partir des années 1960. Elle a su développer des pôles de compétences majeurs au travers d’universités et de laboratoires renommés, de parcs d’activités hautement innovants et d’une politique d’incubation des TPE/PME efficace. Ces activités nécessitent une importante « mobilité électronique » et donc des infrastructures numériques de qualité. Dans un second temps, nous tenterons de mettre en lumière le lien logique existant entre ce « terreau de la connaissance » et les projets d’aménagements numériques initiés dans l’espace montpelliérain.

  • 7 Le développement numérique est un terme polysémique qui prend différentes significations et limites (...)

9Notre approche se situe à échelle intercommunale et communale, par l’étude approfondie du dynamisme des pôles d’excellence de Montpellier, puis des projets d’aménagements numériques bénéficiant d’un terreau infrastructurel favorable aux réseaux télécoms. Une démarche qui se veut donc analytique et empirique, axée autour d’entretiens de type « semi-directifs » avec des acteurs en charge des infrastructures télécoms de Montpellier, d’études de terrain, et d’analyses de documents relatifs à l’aménagement du terrain d’étude (immobilier d’entreprises et aménagement numérique plus particulièrement). La géographie des télécommunications, contribuant à l’observation, la description et l’interprétation de ces nouveaux phénomènes hautement technologiques à travers l’espace, et l’aménagement, occuperont une place toute particulière de ce travail. Pour comprendre la teneur hautement performante des stratégies d’aménagements très haut débit mise en œuvre par les puissances publiques municipale et régionale. Cette approche par l’aménagement de réseaux-supports à la circulation internet, résolument empirique, se veut être un cas d’étude permettant de dégager des composantes au développement numérique7. Développement contribuant lui-même à une stratégie plus globale qui est celle d’un marketing territorial travaillant sur l’identité de « Montpellier la surdouée », celle d’une économie des savoirs à rayonnement suprarégional.

Montpellier, une ville de la connaissance et de services

10Le développement de Montpellier ville de la connaissance s’est opéré en trois phases. La ville est dès sa création, une ville tournée vers les services et les activités intellectuelles et médicales. Suite à une importante déprise industrielle, c’est en 1965 et l’installation d’entreprises du secteur Tic comme IBM qui perpétue et développe l’image de « Montpellier la surdouée ». Aujourd’hui, Montpellier développe des pôles d’excellences hautement technologiques et innovants autour de technopôles, universités et laboratoires cultivant des savoirs, collaborant en réseau sur des projets communs.

Ancienne inscription de la ville dans les services et les activités de la connaissance

11Montpellier est caractérisée par une longue inscription dans le monde de la connaissance, des services et des échanges. La ville est née en 985, près des sites antiques de Substantion (Castelnau-le-Lez), du port de Lattara, du site de Maguelone et du bourg de Boutonnet. Son site comporte trois collines entre garrigue, plaine marécageuse et étangs. Montpellier a été une ville d’administrateurs, d’universitaires, de médecins, de militaires, de religieux et de marchands (au Moyen Age elle a commercé avec le Levant). L’université a été créée en 1289.

12Un chorème, adapté des travaux de Robert Ferras et Jean-Paul Volle, représente la situation du Montpellier médiéval, au carrefour de courants intellectuels et commerciaux.

  • 8 D’après : « Montpellier, ou la technopole en représentation : valeur d’usage et valeur d’image », p (...)

Illustration 4 : Montpellier au Moyen-Âge, une ville de la connaissance à la croisée des êtres humains et des courants intellectuels8

Illustration 4 : Montpellier au Moyen-Âge, une ville de la connaissance à la croisée des êtres humains et des courants intellectuels8

D’après Ferras Robert et Volle Jean-Paul (1988), © H. Bakis, 2012

13Comme le chorème suivant le résume, Montpellier a joué dans le passé un rôle de carrefour social et intellectuel. Située à proximité de la mer Méditerranée elle fut une ville marchande où se sont côtoyés Catalans, Italiens, Arabes, Juifs, pèlerins chrétiens. La situation de la ville est favorable, entre l’Italie et l’Espagne (ancienne axe romain: Voie Domitienne) et sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle fréquenté par les pèlerins. Suite à l’afflux de ces derniers, des institutions charitables et hospitalières sont créées à leur service. Des médecins juifs et arabes venant d’Espagne, ont contribué à la création et à la réputation internationale de l’Ecole de Médecine. Outre ces activités intellectuelles, diverses activités artisanales (doreurs, orfèvres, drapiers), et financières (changeurs) se sont installées dans cette ville cosmopolite.

L’expansion économique des années 1970-80

  • 9 Près de la gare de marchandises de Près-d’Arène et du marché-gare une première zone industrielle a (...)

14Montpellier a un passé de ville manufacturière (draperie) qui dans les années 50 encore, a abrité quelques usines (vêtement et alimentation surtout) localisées au sud de la ville9.

  • 10 DUGRAND Raymond (1963), Villes et campagnes en Languedoc, PUF, Paris, 638 p.
  • 11 Il ensuite a joué un rôle moteur dans l’urbanisme de la ville de Montpellier depuis son entrée dans (...)
  • 12 Ainsi : « Faiblesse de l’emploi et dégénérescence du tissu industriel traditionnel, bien vieilli da (...)

15Mais une étude menée au milieu du 20e siècle, a pu démontrer la déprise industrielle de la région10 : les activités industrielles anciennes avaient décliné au point que tout nouvel essor industriel pouvait sembler définitivement compromis comme on peut s’en rendre compte dans la thèse magistrale du Pr. Raymond Dugrand11, publiée en 196312.

  • 13 BAKIS Henry, IBM, une multinationale régionale, Presses Universitaires de Grenoble, 1977.
  • 14 BAKIS Henry (1977), Ibid.
  • 15 « L’arrivée d’IBM bouleverse l’ordre industriel et socio-économique local. ... l’entreprise a su ex (...)

16A partir du milieu des années 1960, la tendance a été modifiée par l’implantation d’une importante usine d’IBM à Montpellier. De nombreuses entreprises sous-traitantes travaillant déjà pour cette firme en Région parisienne ont suivi IBM, et d’autres activités ont été créées localement13. Depuis le milieu des années 1960, a émergé une nouvelle industrie montpelliéraine d’abord dans la mouvance de l’implantation de l’usine de la firme IBM dans le quartier de la Pompignane (en-dehors des zones industrielles programmées par les institutions locales) et de l’activité de ses sous-traitants14. Cela a constitué une mutation importante dans l’histoire économique de la ville d’autant que vingt ans plus tard, IBM était le principal établissement industriel régional (2 700 emplois directs, le double en comptant ceux des sous-traitants). « Cette implantation a souligné une vocation montpelliéraine aux industries de pointe et à la recherche, qui s’est manifestée par d’autres implantations (Clin-Midy). Elle repose sur trois facteurs essentiels : un environnement universitaire satisfaisant, un cadre de vie agréable, une bonne desserte traduite par des relations autoroutières, ferroviaires (TGV), aériennes, avec Paris »15.

17D’autres initiatives ont pu donner à la ville et à son agglomération une nouvelle dimension. En 1969, Montpellier a été choisie par l’Etat pour devenir la préfecture régionale, ce qui a donné à la ville la position de capitale du Languedoc-Roussillon (avec le développement progressif de la décentralisation et de la régionalisation française qui connaîtront un essor décisif après 1981). Ce choix de l’Etat a aussi doté cette ville d’une prééminence administrative confirmant son rang à l’échelle régionale ou départementale. Dans chaque administration de l’Etat, un échelon régional a été créé ce qui a été un facteur important de création d’emplois. Cette nouvelle position a renforcé la prééminence universitaire sur la région.

  • 16 Créé par la ville. VERLAQUE Christian (1987), p. 151-152.
  • 17 Créés par le District urbain sur les communes de Vendargues et de Saint- Jean-de-Vedas (La Lauze). (...)
  • 18 Voir : BRUNET Roger et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.

18Les collectivités territoriales ont mis en place des zones d’activités dédiées à la recherche, au tertiaire ou aux activités industrielles: en 1966, une Zone des laboratoires (ZOLAD) a été créée pour accueillir la recherche et le tertiaire supérieur16, alors que deux zones industrielles naissaient17 . Ultérieurement, la Mairie de la ville de Montpellier et l’Agglomération ont favorisé la création de nombreuses entreprises spécialisées dans les services aux personnes. Les activités liées au tourisme se sont développées suite à la politique nationale d’aménagement du littoral du Languedoc-Roussillon. Un programme foncier et immobilier d’entreprise a été mis en place; la localisation des réalisations s’articule sur les infrastructures existantes. Au nord (routes et autoroute, parcs scientifiques, villages d’entreprises) ; au sud-est (IBM, aéroport, voie rapide vers la mer, zone d’activité du Millénaire, complexe de bureaux ‘Aéroparc’) ; à l’ouest et au sud (zones d’activités intégrées à des programmes immobiliers tels Val de Croze et Tournezy. En 1988, le district urbain compte une dizaine de milliers d’emplois sur une quinzaine de sites de type zones industrielles ou zones d’activités (près de 25000 en y ajoutant le complexe hospitalo-universitaire et Agropolis). Environ un quart de ces emplois relèvent des industries de pointe et un environ un autre quart de ces emplois relèvent de la recherche scientifique. Ainsi, plus de 12 000 emplois sont alors directement liés à des «synergies technopolitaines », à forte valeur ajoutée, et qui donne une image dynamique de Montpellier18.

19Peu à peu le modèle de la "technopole" de Montpellier s’est mis en place ; il a été schématisé par le chorème suivant. Autour d’un couloir de communications faisant accéder à l’échelle nationale et, au-delà, vers l’Europe et le monde (TGV, autoroute, l’aéroport proche), s’articulent divers parcs technologiques dans l’agglomération. La ville-centre est placée au cœur du dispositif, dans une dynamique de croissance urbaine et commerciale notamment tournée vers la mer.

Illustration 5 : Le modèle de la technopole Montpellier-Languedoc-Roussillon

Illustration 5 : Le modèle de la technopole Montpellier-Languedoc-Roussillon
  • 19 « Montpellier, ou la technopole en représentation : valeur d’usage et valeur d’image », p. 257, In: (...)

Extrait de Ferras Robert & Volle J. Paul (1988)19

Aujourd’hui : Montpellier, ville de la connaissance

  • 20 Le Monde du 14 juin 1982 : « Une semaine en Languedoc-Roussillon ».

20Au début des années 1980, la firme IBM s’offrait dans la presse nationale (Le Monde), une pleine page publicitaire sur le thème: "IBM fait parler de Montpellier au pays du soleil levant". Même euphorie dans un cahier rédactionnel, du journal Le Monde où on pouvait lire: « Montpellier la Studieuse... championne de l’informatique »20. Au-delà de l’euphorie, ces titres rendaient cependant compte d’une certaine réalité: l’arrivée d’IBM en 1964 a renversé la tendance à la déprise industrielle régionale; elle a mis à l’ordre du jour les activités de la haute technologie et de fait, aujourd’hui, Montpellier compte au nombre des acteurs de la haute technologie et peut prétendre être une ville de la connaissance (« Knowledge cities »). L’une de ses sources de dynamisme économique reste l’émulation de l’économie de la connaissance, à l’articulation du potentiel de recherche (universités, laboratoires, grandes institutions, centres de recherches reconnus dans leurs spécialités) et des entreprises de haute technologie. Les autorités territoriales restent dans la recherche incessante du développement d’une synergie entre le potentiel de recherche local et les entreprises implantées. Dans une volonté affirmée d’attirer toujours plus de nouvelles entreprises et créer de l’emploi, Montpellier soigne son marketing territorial « Montpellier la surdouée ».

21Dans cette perspective des pôles d’excellence, aujourd’hui reconnus, se sont constitués: les technologies de l’information, le pharmaceutique et médical, les biotechnologies (imagerie 3D), l’environnement, l’agronomie tropicale et méditerranéenne.

  • 21 Languedoc-Roussillon Incubation, équipe d’accompagnement d’entreprises innovantes usant des travaux (...)
  • 22 Business and Innovation Center, équipe de douze personnes environ en charge d’accompagner les entre (...)
  • 23 Logiciels d’enseignement et d’apprentissages humains au travers de mise en situation concrètes dans (...)

Dans le secteur entrepreneurial, ces pôles trouvent différentes concrétisations : le secteur pharmaceutique et médical autour de Sanofi Adventice par exemple, des entreprises autour de l’automatique, la productique et les simulations numériques de biotechnologies. L’émulation de TPE innovantes s’effectue au travers d’actions d’aménagement de la municipalité et de l’Agglomération comme les pépinières et hôtels d’entreprises (le MIBI, Cap Gamma, Cap Delta, Cap Sigma, Cap Alpha et Cap Oméga), ou des politiques d’incubation comme le LRi21 et le BIC22. A l’intérieur de cette sphère entrepreneuriale locale, les Tic y occupent une part toute particulière puisqu’ils représentent 2 900 établissements et 17 200 salariés en Région dont 40% des établissements et 60% des effectifs salariés simplement à Montpellier (2006). De nombreuses entreprises du secteur y ont implantés des établissements tels DELL Europe du Sud, IBM (Pompignane et Dual Site), AwoX, Wyplay, Aquafadas ou Silkan. Le secteur des serious games23 /casual games reste par ailleurs l’un des plus réputés de France (Genious Interactive, Casual box, Didact Système, Primal Cry), structuré autour d’associations (ex : Pix LR) et d’entertainment encore récents (ex : « Montpellier In Game », salon du jeu vidéo de Montpellier Agglomération initié en Juin 2010). Sur les photographies aériennes reproduites ci-dessous illustrant le Nord-Est de la commune, on notera des exemples d’espaces dévolus aux parcs technologiques.

Illustration 6 : IBM et les parcs technologiques au Nord-Est de Montpellier

Illustration 6 : IBM et les parcs technologiques au Nord-Est de Montpellier

L’établissement IBM en 1969 ; IBM (en vert); Eureka (en jaune, extension rouge) ; Mermoz (en bleu)

Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (2009, BD Ortho)

Illustration 7 : IBM et les parcs technologiques au Nord-Est de Montpellier

Illustration 7 : IBM et les parcs technologiques au Nord-Est de Montpellier

Les parcs technologiques situés à l’Est de la ville en 2009 ; IBM (en vert); Eureka (en jaune, extension rouge); Mermoz (en bleu)

Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (2009, BD Ortho)

22Dans le secteur universitaire, ces pôles d’excellence ont trouvé différentes déclinaisons sur plusieurs niveaux: la Recherche, la Formation et la R&D par le biais d’une bi-culturalité université-entreprise liant recherche ‘fondamentale’ et ‘action’. Le milieu universitaire montpelliérain contribue d’autant plus à cette dynamique de la connaissance que la ville dispose d’une forte proportion d’étudiants dans sa population (plus d’un habitant sur quatre est étudiant soit près de 70 000 étudiants).

  • 24 Languedoc-Roussillon Incubation, équipe d’accompagnement d’entreprises innovantes usant des travaux (...)
  • 25 SMILE: System, Multi-agent, Interaction, Langage, Evolution ; ICAR: Imagerie 3D.

23- Sans citer tous les laboratoires existant à échelle locale, certains sont des exemples probants de cette matérialisation des pôles d’excellence montpelliérains dans les espaces universitaires. Nous pouvons citer le LIRMM24 , traitant des domaines innovants de l’informatique, la robotique et la microélectronique au travers d’équipes-projets (ex: SMILE et ICAR25). Les secteurs de l’environnement, de l’agronomie tropicale et méditerranéenne trouvent aussi leurs déclinaisons dans les centres de recherche Cirad, Montpellier SupAgro, INRA, IRD ou l’Institut de Génomique Fonctionnelle CNRS.

  • 26 Master Fictions Numériques, Master Informatique, Master EEA (Electronique, électrotechnique et auto (...)

24- Des formations de qualité se sont structurées autour de ces centres, initiées par leurs universités et écoles de rattachement et en collaboration étroite avec les corps chercheurs. La ville s’est ainsi dotée de Masters traitant d’écologie, d’environnement, d’agronomie et de biodiversité, tous rattachés aux centres de recherche d’Agropolis Internationale (Ciheam-IAMM, SupAgro, IRD, …). Des formations inter-universitaires « Tic & Santé » se sont initiées, des laboratoires comme le LIRMM ont aussi développés des formations en collaboration avec les Universités Montpellier II et III26.

  • 27 Transfert de technologies et savoir-faire innovants en Languedoc-Roussillon, association d’accompag (...)
  • 28 « Biocluster Méditerranée », réseau commun regroupant le pôle de compétitivité ORPHEM et les cluste (...)
  • 29 « Moteur de Jeux Orientés Santé »: rééducation fonctionnelle innovante grâce aux Tic en collaborati (...)
  • 30 En collaboration avec IBM Smart Cities, projet mondial IBM de développement des solutions informati (...)
  • 31 Projet de développement d’un système d’information innovant visant à l’optimisation de l’efficacité (...)

25- Parmi l’éventail des recherches et formations innovantes cultivant les pôles d’excellence locaux, certaines planifient des actions communes coordonnées autour de projets pluridisciplinaires et pluri-universitaires. Des projets combinant le savoir-faire de différents secteurs au service d’une innovation. Ces derniers sont aussi l’occasion d’ouvrir la sphère académique au monde de l’entreprise en impulsant des interactions entre eux, permettant aux universités de développer une bi-culturalité très appréciée. Des associations comme Transfert LR27, le LRi (UM I, UM II, ENSCM et Cnrs) ou des réseaux comme Eurobiomed28 permettent d’optimiser de telles interactions. Et parmi les multiples projets collaboratifs cultivés à Montpellier, différents exemples peuvent être cités: MoJOS29, Eco Cité30, le pôle Eau, des projets autour des structurations informatiques multi-agents, ou bien des projets collaboratifs IBM-Polytech’ autour des gestions « intelligentes » de l’énergie, l’eau, et des architectures de systèmes d’information (ex : Rider31 ).

26Cette combinaison d’un nombre important d’établissements de recherche et de zones d’activités économiques disséminés sur le territoire municipal, spécialisés autour de pôles d’excellence innovants, ne cesse d’attirer de nouvelles activités et de nouveaux besoins technologiques. Et parmi ces nouveaux besoins: des activités du tertiaire supérieur. Ces dernières, à la fois spécifiques et rares, constituent un des points d’orgue de cette Montpellier « championne de l’informatique ». S’agissant ici d’activités informatiques relevant de fonctions stratégiques majeures d’une ville, elles se matérialisent sous deux principales formes : le HPC et les Data Center IT.

Le High Performance Computing (ou “Calcul Informatique Haute Performance ») fait preuve de vitalité à Montpellier. Classifié en quatre niveaux de ressources calculatoires (classement PRACE), Montpellier regroupe à lui seul deux niveaux de centres HPC en 2012 (voir : illustration 6) :

Illustration 8 : Montpellier dans les quatre niveaux de ressources calculatoires : des équipements HPC Tier-1 et Tier-2

Illustration 8 : Montpellier dans les quatre niveaux de ressources calculatoires : des équipements HPC Tier-1 et Tier-2

D’après Louvet V. (2009), Etat des lieux du HPC en France, diaporama ANGD ResInfo/Calcul

  • 32 Centre Informatique Nationale de l’Enseignement Supérieur, établissement public national fondé par (...)

27- Depuis 1981, la ville dispose d’un centre HPC niveau Tier1 : le Cines32 au campus St Priest (Nord-Est de la ville).

Ayant pour fonction le calcul intensif, les simulations numériques et l’archivage électronique pérenne de données scientifiques (thèses, revues SHS), le Cines dispose d’équipement calculatoires et de stockage hautes performances pour accueillir et traiter les flux de données électroniques aux provenances résolument multi-scalaires (de macro à micro échelle, des grands backbones nationaux aux laboratoires et entreprises locales). Doté de trois machines à architecture parallèle33 pour une capacité de calcul totale avoisinant 7.8 Tflop/s, l’architecture HPC Cines repose essentiellement depuis 2008 sur le supercalculateur Jade (SGI ALTIX ICE). D’une capacité initiale de 147 Tflops/s34, la nouvelle configuration de Jade opérée par le GENCI (2010) a ramené sa performance à 237 Tflops/s. Montpellier a ainsi détenu jusqu’en 2011 le premier supercalculateur français, classé 3e européen et 18e mondial35.

  • 36 Initié en 2010, il regroupe différents partenaires publics et privés locaux dans un consortium : IB (...)
  • 37 Un ensemble de moyens humains, matériels et logiciels à destination d’une ou plusieurs communautés (...)
  • 38 « Groupe Calcul » du Cnrs, http://calcul.math.cnrs.fr/spip.php?rubrique86 (consulté le 02/01/2012).

28- Mais les ressources calculatoires montpelliéraines ne s’arrêtent pas aux machines du Cines, les acteurs universitaires locaux ont aussi développés ces technologies à un niveau Tier2. Initié par l’Université Montpellier II, citons le projet HPC@LR36 qui est un mésocentre37 de calcul haute performance composé du supercalculateur hybride IBM avoisinant les 15 Tflops/s et les 150To de stockage données (fourni par le « Products & Solutions support center » d’IBM Montpellier). Ce centre de calcul scientifique, localisé dans les locaux du Cines, s’inscrit dans cette mouvance récente des grandes villes françaises à s’équiper de nouvelles ressources calculatoires locales, indépendantes des principales dynamiques HPC européennes. Ces équipements innovants contribueraient ainsi à la valeur ajoutée d’un territoire et ses pôles d’excellence, visant notamment « à renforcer l’excellence scientifique et industrielle dans le domaine du calcul intensif »38 à échelle régionale.

  • 39 Après son premier centre doté de 2 300 serveurs basé à Poughkeepsie (Etat de New-York, Etats-Unis).

29- Dans le secteur privé, l’entreprise IBM Montpellier a développé ses propres ressources calculatoires commerciales sur ses sites Pompignane (deux complexes) et Dual Site (un complexe), dont le « Deep computing capacity on demand center » pour les simulations numériques. Il s’agit là du deuxième ensemble calculatoire d’IBM au monde39, relié au premier via des projets de grid computing.

L’ensemble de ces ressources calculatoires combinées forment ce que nous pourrions appeler la « puissance calculatoire d’un territoire », c’est-à-dire la capacité d’un territoire à traiter une masse de données électroniques précise en un temps imparti par la mobilisation de ses équipements de calculs haute performance. Une puissance qui pourrait être évaluée en Tflops/s ou Pflops/s, et qui serait l’addition des performances de l’ensemble des équipements HPC inscrits spatialement sur un territoire donné. Ici, la puissance calculatoire montpelliéraine semble conséquente et pourrait ainsi prétendre se faire une place parmi les principales activités quaternaires HPC à échelle française et européenne. Elle permet par ailleurs une valorisation des pôles d’excellence de la ville, assure une partie de son rayonnement académique, constitue un instrument de la concurrence interuniversitaire, et contribue dans une moindre mesure au marketing territorial de Montpellier.

30Cette puissance calculatoire de la ville s’accompagne parallèlement d’équipements de stockage importants, les « Data Center ». Bien qu’il ne nous soit pas permis de dénombrer exactement le chiffre des Data Center implantés à Montpellier, celui-ci ne doit pas excéder une dizaine d’équipement. Nous pouvons citer à titre d’exemple le SGI ALTIX 450 (Cines), le Green Data Center expérimental (IBM Montpellier), mais aussi des hébergeurs privés locaux comme MIT ou Ovea/Hosting France.

  • 40 GRAHAM Murdock (1993), Communications and the constitution of modernity. Media, Culture and Society(...)

31Le développement des recherches publiques et privées autour de ces thématiques innovantes a généré une attractivité telle que la ville de la connaissance est devenue une pépinière de mutations technologiques. Bien que l’emploi du terme « megalopolis » reste disproportionné au regard de cette grande ville intermédiaire qu’est Montpellier, la vision gottmannienne reflète toutefois certaines réalités de notre cas d’étude. L’apparition dans la ville d’un secteur « tertiaire supérieur » étendu, matérialisé notamment par des formes de technopôles, une puissance calculatoire et des capacités de stockage informatiques élevées, vient parachever la consolidation de ce fortress effect40 (« effet forteresse numérique ») qui affecte Montpellier au regard de l’espace régional qui l’englobe.

  • 41 La crise spatiale inhérente de la fixité et de la mobilité (‘fixity’ Vs ‘mobility’). HARVEY David ( (...)

32L’inscription spatiale d’équipements informatiques hautes capacités émulées par le milieu universitaire et entrepreneurial bouillonnant est vecteur de nouvelles mobilités électroniques massives dans la ville. Et pour pallier aux besoins en débit de l’ensemble des espaces de la connaissance, pour répondre au célèbre paradoxe géographique d’une fixité (des équipements informatiques, des laboratoires de recherche, des entreprises) confrontée à la mobilité41 des données, l’espace montpelliérain a pu bénéficier de projets d’aménagements numériques diversifiés.

Illustration 9 : Tensions entre ‘fixité’ et ‘mobilité’: les infrastructures très haut débit comme éléments de réponse aux problématiques circulatoires d’informations dans et hors d’une ville de la connaissance

Illustration 9 : Tensions entre ‘fixité’ et ‘mobilité’: les infrastructures très haut débit comme éléments de réponse aux problématiques circulatoires d’informations dans et hors d’une ville de la connaissance

Entre politique de câblage préventive et aménagements numériques planifiés : les acteurs institutionnels s’emparent des opportunités du terreau numérique intra-urbain

  • 42 GRUBESIC Tony H., “Spatial dimensions of Internet activity”, Telecommunications policy, n° 26, pp. (...)

33Parce que l’attrait technico-économique des opérateurs « offreurs d’infrastructures » répond à une logique de hiérarchie urbaine42 , Montpellier hérite d’un « patrimoine télécom » attractif polarisant et centralisant à méso échelle les circulations informatiques du territoire dans lequel elle s’inscrit (Carte A1 et A2 en annexe).

La participation des pouvoirs publics à l’aménagement numérique de Montpellier fut déterminante à la réussite future de son attractivité télécom. En premier lieu la ville de Montpellier a pris des initiatives très tôt pour développer une politique d’aménagement numérique volontariste et active, dans un second temps des acteurs connexes ont suivi, souvent en « complément minoritaire » de la municipalité mais dont les impacts furent tout aussi déterminants.

Des hommes et des idées : vers la concrétisation du réseau Pégase sur fond d’identité moléculaire de l’urbanisme montpelliérain

Une politique de câblage préventive

  • 43 « La fin des années 1970 marque le début d’une réflexion sur l’équipement du nouveau quartier d’Ant (...)

34C’est une des spécificités de la politique municipale menée par Montpellier depuis 1977 : la constitution progressive d’une importante réserve foncière. Sous l’impulsion de son Maire (Georges FRECHE, en poste en 1977-2004) et de son adjoint à l’urbanisme (le géographe Raymond DUGRAND, en poste en 1977-2001), pendant trente années la Mairie n’aura de cesse d’acquérir des terrains pour planifier ses aménagements, maîtriser ses extensions et stopper le mitage urbain excessif de la partie Nord: en somme, acquérir pour prévoir (Z.A.D., droit de préemption urbain, Z.A.C.). Les aménagements numériques, plus invisibles et moins palpables que les grandes opérations urbanistiques vers la mer, ne dérogerons pourtant pas à cette règle d’urbanisme que s’est imposée la ville. Suite à une politique d’aménagement en matière de télécommunications menée en amont depuis 1983, la ville va systématiquement poser de nouveaux fourreaux surnuméraires télécoms sur une large partie des espaces nouvellement artificialisés, et notamment ses ZAC, véritables instruments d’aménagement de la ville. On se rendra compte sur la Carte 1 ci-après l’importance des espaces concernés par les Zones d’Aménagement Concertées (Z.A.C.) ouvertes entre 1985 à 2010. Sans comprendre immédiatement l’importance préventive de son action d’aménagement par la pose d’infrastructures numériques d’accueil, la Mairie place toutefois les télécommunications dans les questions d’urbanisme qui devront être traitées43. De ce fait, la ville s’est retrouvée maîtresse de plus de 300 Km de fourreaux surnuméraires à travers son territoire.

Carte 1 : Les Zones d’Aménagement Concertées (Z.A.C.) de 1985 à 2010 – Montpellier, France

Carte 1 : Les Zones d’Aménagement Concertées (Z.A.C.) de 1985 à 2010 – Montpellier, France

Synthèse A. Schon (2012) ; Sources : Montpellier Agglomération (2009), SERM (2010), DAP Montpellier (2010), Ville de Montpellier (Avril 2010)

35Un tel patrimoine infrastructurel a dû être répertorié, archivé, classifié dans le cadre de documents d’urbanismes, de POS ainsi que des plans réseaux. Toutefois trente ans de données ne sont pas sans conséquences et les services techniques de Montpellier se sont heurtés au problème du rassemblement des données relatives à ces fourreaux autour d’un répertoire commun. Ce flou quant à la propriété de certains fourreaux furent générateur de tensions entre la Mairie et les opérateurs privés autour des questions de propriété, et donc de gouvernances, de ces infrastructures souterraines et invisibles. Quelques années d’un long travail de recherche et de classification auront permis d’éclaircir les possessions de la Mairie, conserver l’intégrale propriété de ses fourreaux, et donc préserver la maîtrise future de ses réseaux.

  • 44 Réseau « GFU », pour Groupe Fermé d’Utilisateurs, il s’agit d’un réseau de télécommunication privat (...)

36A terme cette anticipation volontariste de l’aménagement numérique a beaucoup joué sur le développement du réseau optique GFU44 « Axe Antigone » (1999), puis plus tard sur celui du réseau MAN « Pégase » (années 2000). La création d’un « service municipal des télécoms » (1996) aura permis à Montpellier de proposer un guichet unique entre elle et les opérateurs d’opérateurs/de service dans le cadre de l’exploitation future de ces architectures très haut débit Pégase.

Une politique culturelle municipale forte autour d’un concept d’« identité moléculaire »

  • 45 La Culture (en majuscule) définie avant tout ici comme un projet politique.
  • 46 Dans le prolongement des années Mitterrand avec les lois Chevènement, Voynet…
  • 47 Faisant notamment échos aux rapports LATARJET et PONCET, décrivant les dichotomies d’aménagements c (...)
  • 48 NEGRIER Emmanuel, Montpellier, la ville inventée –Culture, équipe CEPEL, Laboratoire MTE, POPSU, 29 (...)

37Dans un contexte d’accaparation de la Culture45 par les grandes villes françaises depuis le milieu des années 198046, Montpellier fut l’une des seules villes à l’intégrer dans un projet urbain global. Alors que le discours du désert culturel montpelliérain était partagé de façon presque unanime par les élus locaux de 197747, la conquête socialiste de la Mairie change la donne et place la Culture comme « pivot des stratégies de distinction territoriale et […] d’offre de services à la population ». La Culture devient « thématique majeure aux côtés des questions d’urbanisme »48, un instrument de marketing territorial pouvant positionner Montpellier comme une des grandes villes intermédiaires parmi les plus actives en matière de Culture.

38Et pour répondre à ces exigences, cette politique fut vectrice d’efforts d’aménagement intra-urbain conséquents pendant trente années (toujours d’actualité). Dans le souci de rapprocher culture et savoir de ses administrés, divers aménagements ont été opérés. L’aménagement d’une petite quantité de musées fut impulsé, et notamment près du centre-ville historique. L’aménagement de « médiathèques de quartiers » fut quant à lui l’un des plus ambitieux: huit médiathèques à Montpellier dont trois dans « Montpellier Centre » et cinq autres localisées dans cinq quartiers différents à l’Est de la ville. C’est autour de cette question de la multi-localisation des lieux culturels au travers du treillage intra-urbain que l’idée d’un aménagement numérique va s’opérer.

  • 49 La rétistique ou « science des réseaux » est un néologisme crée par Gabriel DUPUY en 1991 pour déve (...)
  • 50 Ce réseau aurait notamment vocation à mettre en réseau les médiathèques entre elles, les réinformat (...)

39Les services municipaux initient en 1997 l’idée d’une mise en réseau des espaces culturels municipaux entre eux. Des propositions sont élaborées autour de l’idée que la ville est un ensemble d’atomes indépendants les uns des autres (édifices) : le concept de « ville moléculaire ». La perspective d’une ville-molécule repose sur l’action de créer du « liant » entre ces atomes, dans l’objectif de développer la ville comme un objet solide se structurant par un ensemble des liaisons covalentes générées par une mise en réseau numérique d’édifices entre eux. Une telle conception réticulaire de l’espace n’est pas sans rappeler certains concepts géographiques développés notamment par des chercheurs comme Gabriel Dupuy et sa rétistique49. Ainsi, cette cité au « sens grec du terme » prendrait forme, une cité où « connexité » et « connectivité » en seraient des mots clés. C’est autour de cette question cruciale d’aménagement, celle de la maitrise de réseaux par les pouvoirs publics, que les responsables municipaux vont opter pour la création d’un réseau métropolitain très haut débit municipal50.

40Parce que Montpellier développe des prédispositions dans l’économie de la connaissance via ses pôles d’excellence, ses universités, ses laboratoires, ses technopôles et sa politique culturelle ; parce que Montpellier présentait un terreau numérique favorable et un patrimoine en fourreaux surnuméraires conséquent ; parce que Montpellier était en phase d’aménager ses deux premières lignes de tramway traversant d’Ouest en Est, du Nord au Sud la ville ; le projet d’un réseau métropolitain (Pégase ndlr.) est né.

  • 51 « Les réseaux métropolitains GFU sont des outils de promotion et de valorisation des territoires, e (...)

41Avec le recul, le constat est fait qu’une série d’enjeux se sont structurés autour de l’aménagement numérique métropolitain, au-delà même de la politique culturelle de la ville. La question de la maîtrise des réseaux bien sûr, mais aussi un projet politique plus global de mise en réseaux de lieux de la connaissance entre eux, de rapprochement du citoyen de la culture et des sources d’information, à terme la question de l’aménagement numérique fut un instrument au développement de laboratoires et des pôles d’excellence de Montpellier51, d’attraction des opérateurs télécoms et de diversification des offres et des usages numériques dans la ville.

42Suite à une mission confiée à l’IDATE en Juillet 2000 (déterminer les besoins en télécom de la ville) et une consultation publique en Décembre 2000, l’appel à marché public de travaux et de fournitures fut lancé en 2001. A cet appel, le service télécom a choisi de sélectionner les entreprises privées Sacer, Sogetrel, Inéo Infracom et NextiraOne comme sociétés prestataires permettant les travaux de génie civil complexes en milieux urbains. Un déploiement qui ne s’est pas fait sans tensions avec des opérateurs privés, voyant ce nouveau réseau comme une menace concurrentielle. A terme, l’adjoint à la Culture de Montpellier changea de titre pour « chargé de la Culture et des télécoms », marquant ce lien si symbolique entre aménagement numérique et économie de la connaissance à Montpellier.

Des acteurs connexes et complémentaires à l’initiative numérique montpelliéraine : la Région Languedoc-Roussillon, le Département de l’Hérault et Montpellier Agglomération

43Autour de ce nouveau réseau MAN Pégase raccordant initialement les médiathèques, les musées et les zones d’activités de nouveaux acteurs publics sont engagés dans cette nouvelle dynamique numérique publique à échelle locale.

  • 52 Réseau National pour l’Enseignement et la Recherche.
  • 53 Réseau « Haut-Débit Montpellier Nord », pour un coût de 732 000 euros dont 65% ont été financés par (...)
  • 54 « les cibles prioritaires restent les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche (...)

44Dans l’objectif de raccorder les lycées, les universités, les laboratoires et certains organismes publics/parapublics de Montpellier, la Région Languedoc-Roussillon s’est engouffrée dans l’initiative de la municipalité pour saisir les opportunités d’aménagement numérique offertes par Pégase. Profitant par ailleurs d’opportunités connexes comme l’évolution du réseau Renater II52 à échelle nationale, ayant induit un renouvellement du réseau R3LR (réseau dont la maîtrise d’ouvrage revient à la Région) à échelle régionale, la Région et sa mission TIC de l’époque ont implanté à Montpellier le réseau HDMON53. Ce dernier, résultant d’une triple reconfiguration infrastructurelle multi-scalaire, est un agrégat de quatre sous-boucles de collecte et desserte métropolitaines venant raccorder en très haut débit une majeure partie des espaces de la connaissance à Montpellier. Dépendant du réseau R3LR, venant en complément minoritaire des infrastructures Pégase, HDMON est un projet d’aménagement numérique à haute évolutivité technologique qui confirme la position de l’acteur régional en matière d’aménagement numérique et de stimulation économique. Les aménagements numériques, avant tout opérés par Pégase mais aussi par HDMON ont permis le développement d’un climat concurrentiel entre opérateurs de service54.

  • 55 Délibération n°9307 du Conseil d’Agglomération de Montpellier.
  • 56 Zone d’Activité Très Haut Débit, label initié par le Ministère de l’économie, des finances et de l’ (...)

45L’intercommunalité fait également parti des acteurs qui ont contribué, dans une moindre mesure toutefois, à l’aménagement numérique autour de Montpellier. Bien que Montpellier Agglomération, prise spatialement en étau entre les réseaux d’initiatives publiques de Montpellier et du Conseil Général (réseau Num’Hér@ult), soit restée discrète sur la thématique des aménagements numériques, début 2010 le conseil d’agglomération planifiait déjà une modification de ses statuts55 relatif à la compétence très haut débit et aménagements numériques. Des preuves de son volontarisme sur ces thématiques ont été démontrées sur quelques zones d’activités. Citons l’exemple du parc technologique Aéroport Montpellier Méditerranée qui, positionné dans la commune de Pérol (Sud-Est de Montpellier), bénéficie du nouveau label ZA-THD56 (28 Février 2011). Ce label constitue un atout nouveau vers la mise en réseau numérique des espaces de la connaissance extra-municipaux. La structuration économico-salariale du parc est inséparable de l’innovation et des Tic.

Garantissant notamment le développement d’offres concurrentielles très haut débit, le raccordement par deux réseaux de collectes locaux ainsi qu’une offre fibre optique active sur l’Aéroparc.

Vers l’interconnexion multi-scalaire des espaces de la connaissance montpelliérains

46Après description et analyse des différentes situations de Montpellier au travers de ses treillages numériques externes (Backbones nationaux et continentaux) et internes (réseau M.A.N. Pégase, capillarités HDMON, réseau Num’Hér@ult et initiatives de l’Agglomération), nous proposons ci-après un chorème de synthèse.

Y est tentée une description des lignes de force du Montpellier d’aujourd’hui : par une politique de mise en réseau à très haut débit, de nombreux espaces de la communication du territoire de l’agglomération se trouvent pris dans une logique d’articulation multi-scalaire.

47Le grand Montpellier est traversé d’Ouest en Est par les principaux backbones commerciaux de l’arc méditerranéen numérique (national, européen, mondial). C’est de cette « pénétrante numérique », de par la proxémique entre ses réseaux et les POP existants dans la partie du Sud du centre-ville, que s’initient la politique de fibrage de Montpellier. Autour de centres numériques névralgiques (Cines, Data Center, POP d’opérateurs privés) s’articulent la boucle primordiale et les réseaux Pégase/HDMON. Ces derniers développent des liaisons intra-métropolitaines autour d’une boucle primordiale d’où sortent des liaisons radiales venant raccorder au Nord la majeure partie des espaces-ressources de la connaissance (les districts numériques, le district culturel centre-ville ainsi que les pôles universitaires et Recherche).

Hors des limites communales, ces deux réseaux concentriques sont complétés par le réseau Num’Hér@ult (mis en place par le Conseil Général de l’Hérault) et par des interconnexions avec Pégase. Ces liaisons viennent raccorder des ZAE majeures ainsi que le technoparc de l’aéroport au Sud-Est de la ville-centre (à l’initiative de l’Agglomération de Montpellier).

Illustration 10 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire (Pégase, HDMON, réseaux commerciaux, Num’Hér@ult)

Illustration 10 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire (Pégase, HDMON, réseaux commerciaux, Num’Hér@ult)

© H. Bakis, A. Schon, 2011

Conclusion

  • 57 COOKE Philip (1997), « Institutionnal Reflexivity and Rise of the Region State », In: G. BENKO & U. (...)

48Montpellier peut être considérée comme une brain town à part entière. Ville étudiante, elle cultive la connaissance fondamentale et action autour de pôles d’excellence majeurs déclinés sous la forme de TPE/PME et grandes firmes innovantes (notamment des ressources et entreprises TIC), de laboratoires à rayonnement européens, d’équipements calculatoires haute performance, de formations de qualités structurées autour de pôles universitaires, des partenariats universités-entreprises autour de projets innovants accompagnés par des incubateurs. Ce terreau scientifique induit de nouveaux besoins en mobilités électroniques à très haut débit qui constituent une nécessité pour la compétitivité du territoire. « Montpellier la surdouée », cultivant une économie de la connaissance à échelle d’une grande ville intermédiaire, a eu ce « réflexe institutionnel » 57 précoce à anticiper l’enjeu de développement numérique par une politique culturelle pro-active autour d’un projet urbanistique global intégrant les Tic. Pour essayer d’émuler ce volet Tic et une forme de développement numérique utile à son image de « ville de la connaissance », elle s’est attaquée à la couche la plus basique du triptyque Tic : l’aménagement numérique. Même sans que ne se dessine clairement encore les possibles retombés économiques positives de tels aménagements: répondre aux grands besoins de mobilités électroniques des entités intra-urbaines de la ville par des connexions efficaces et attirer plus d’opérateurs de télécommunication pour initier une baisse des tarifs télécoms et une augmentation des services qu’ils proposent sont des pistes de travail premières.

49La situation optimale de Montpellier dans les treillages numériques de la région, son patrimoine important en fourreaux surnuméraires, la concordance temporelle avec une politique culturelle et des opportunités d’aménagement comme ses transports en site propre déclencheront le déploiement d’Axe Antigone puis de Pégase. D’autres acteurs venus se greffer en complément minoritaires de cette initiative municipale ont parachevé la numérisation de Montpellier : d’abord la Région Languedoc-Roussillon avec les sous-boucles HDMON, ponctuées par des initiatives de l’Agglomération autour de zones d’activités technologiques.

  • 58 Engagée dans la compétition économique sur le plan de l’innovation Montpellier s’affirme dans un rô (...)

50Ce cas d’étude de Montpellier « ville de la connaissance » nous permet de comprendre que des stratégies d’aménagements numériques opportunistes, inscrites dans un projet de territoire plus global, peuvent être une réussite à la condition que la puissance publique locale sache coordonner ses aménagements au service de son économie de la connaissance. A terme Montpellier semble regrouper suffisamment de fonctions stratégiques pour se faire une place parmi ses rivales métropolitaines bien plus grandes58.

51En 2000, l’expertise IDATE commandée par la Mairie de Montpellier avant l’instruction de son réseau Pégase disait : « Montpellier a incontestablement une carte à jouer dans le domaine des technologies de l’information : elle doit rester attractive pour l’accueil des chercheurs et des entreprises, et d’éviter ainsi une marginalisation par rapport aux métropoles de l’arc méditerranéen que sont Barcelone, Marseille, Milan. ».

  • 59 « Parmi elles, les opérateurs et fournisseurs d’accès Internet (Free, Neufcegetel, MCI, Completel, (...)

Une ambition réalisable puisque le complexe infrastructurel Pégase-HDMON comptabilise aujourd’hui une vingtaine d’établissements raccordés59, et cherche à se développer par de nouveaux projets d’exploitation comme « Montpellier Territoire Numérique » ou l’aménagement de nouveaux centraux optiques dédiées aux parcs d’activités scientifiques.

*

* *

  • 60 Un prolongement à cette recherche a été effectué par les auteurs en 2012-2013. Les résultats ont ét (...)

52Cet article est le premier résultat d’une démarche des auteurs en vue d’instruire les relations entre l’aménagement numérique conçu par les différents acteurs et la mise au point des conditions du développement numérique local et régional60.
Remarquons enfin que nous appelons de nos vœux la multiplication d’études de cas de cette nature qui permettraient de mieux comprendre le développement numérique, et d’en faire un constituant irremplaçable des politiques d’aménagement. Notamment cela permettrait de faire ressortir les spécificités de chaque cas. On peut aussi espérer que seront mieux comprises les interrelations entre le local et le global d’une part, et, d’autre part, les relations entre les enclaves technologiques au sein des territoires d’agglomérations et les milieux économiques aux échelles nationales, continentales ou mondiales.

Annexes

Illustration 11 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire

Illustration 11 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire

Carte A1 : le réseau historique France Télécom (Montpellier et sa région), une architecture centralisée et des NRA rayonnant au-delà de la ville-centre

© A. Schon, 2012. Sources : IGN (2010), France Télécom (2010), Interoute (2009), DUOP Ville de Montpellier (2009), ARCEP (2010)

Illustration 12 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire

Illustration 12 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire

Carte A2 : La région de Montpellier, France
Une architecture optique de collecte France Télécom centralisée sur les centrales de plaques LANG-1 et LANG-2

© A. Schon, 2012. Sources : IGN (2010), France Télécom (2010), Interoute (2009), DUOP Ville de Montpellier (2009), ARCEP (2010)

Haut de page

Bibliographie

ATELIER AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES (2010), Cartes de couverture ADSL. Accès par région, http://www.ant.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=448

ATELIER AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES (2010), Aménagement numérique des territoires. Fondements de l’action publique, http://www.ant.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Fondements_de_l_action_publique_cle61278d.pdf

BAKIS H. (1977), IBM Une multinationale régionale, Presses Universitaires de Grenoble.

BAKIS H. (ed.) (1995), “Communication and Political Geography in a Changing World”, International Political Science Review, vol. 16, n° 3, pp. 219-311.

BAKIS H. et ROCHE E. M. (1997), “Cyberspace- The Emerging Nervous System of Global Society and its Spatial Functions”, pp. 1-12, In: E. M. ROCHE et H. BAKIS (eds), Developments in telecommunications. Between global and local, Avebury, 350 p.

BAKIS H. (1997), “From Geospace to Geocyberspace, Territories and Teleinteraction”, pp. 15-49, In: E. M. ROCHE et H. BAKIS (eds), Developments in telecommunications. Between global and local, Avebury, 350 p.

BAKIS H., BONNET N. & VEYRET A. (2000), « Montpellier Méditerranée Technopole : le développement de Centre d’Appels Téléphoniques (Dell Computers et France Telecom Mobiles Services) », Netcom Networks and Communication Studies, vol. 14, n° 3-4, pp. 283-302.

BAKIS H. et ROCHE E. M. (2000), “Geography, Technology and Organization”, Chapter 3, In: E. M. ROCHE, M. JAMES BLAINE (Eds), Information Technology and Multinational Organizations, Edward Elgar Publishing Ltd, pp. 125-152.

BAKIS H. (2001), “Understanding the geocyberspace: a major task for geographers and planners in the next decade”, Netcom, vol. 15, pp. 9-16.

BAKIS H. et BONNET N. (2005), « Districts numériques : le cas de Montpellier Méditerranée Technopole », Conférence à St-Dié, F.I.G., http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2005/bakis/article.htm

BAKIS H., ULLMANN C. et VIDAL P. (2007), « L’influence de l’Union Européenne sur les politiques infra-communautaires : Quelle européanisation des politiques publiques? », Netcom, vol. 24, n° 1-2, pp. 259-270.

BAKIS H. (2010), « TIC et Développement numérique des territoires », vidéo de 30 minutes pour la conférence d’ouverture des Journées « DIGIPOLIS 2010 », Territoires numériques intelligents, Montbelliard, 26 mai, http://www.digipolis.fr/2010/digipolis/digipolis-tv/seancedouverture.html

BAKIS H. et VIDAL P. (2010), “Geography of the Information Society”, In: B. REBER & C. BROSSAUD (eds.), Digital Cognitive Technologies. Epistemology and Knowledge Society, ISTE /Wiley, chap. 5, pp. 71-87.

BESSON E. (2008), France Numérique 2012 [Rapport], 80 p., http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/084000664/0000.pdf

BONNET N. (2006), Interactions et concentrations spatiales des réseaux productifs urbains. Le cas du secteur informationnel sur l’aire urbaine de Montpellier, Thèse de doctorat, dir. Henry Bakis, Université de Montpellier III.

BRUNET R., GRASLAND L., GARNIER J.-P., FERRAS R. et VOLLE J. P. (1988), Montpellier Europole, Montpellier, GIP Reclus, 315 p.

CHAPELON L., Organisation spatiale urbaine et desserte autoroutière en Languedoc-Roussillon, UMR Espace, 16 p. http://www.umrespace.org/Etudes/ModelSimulSpat/ChapelonL/ChapelonL.pdf (consulté le 25/01/2012).

COOKE P. (1997), “Institutionnal Reflexivity and Rise of the Region State”, In: G. BENKO & U. STROHMAYER, Space & Social Theory: Interpreting Modernity and Postmodernity, Londres, Blackwell Publishers, col. “Institute of British Geographers Special Publications”.

CURIEN N. et MUET P.-A. (2003), La Société de l’information, Conseil d’Analyse Economique, La Documentation Française, 311 p.

DUGRAND R. (1963), Villes et campagnes en Languedoc, PUF, Paris, 638 p.

DUPUY G. (1991), L’urbanisme des réseaux : théories et méthodes, Armand Colin, Paris, 199 p.

DUPUY G. (2004), « Internet : une approche géographique à l’échelle mondiale », Flux, vol. 4, n° 58, pp. 5-19.

FERRAS R. (1998), « 99 réponses sur… Le Languedoc-Roussillon », CRDP du Languedoc-Roussillon, Montpellier.

FERRAS R. et VOLLE J.-P. (2002), Montpellier Méditerranée, Economica, Paris, 212 p.

SENAT (2002), Les enjeux du haut débit: collectivités locales et territoires à l’heure des choix, Table ronde – Le Haut débit : quels usages ?, Paris, 12 novembre, http://www.senat.fr/colloques/colloque_haut_debit/colloque_haut_debit2.html

FREMONT-VANACORE A. (2004), « Réseaux de télécommunications et aménagement du territoire en France : les collectivités locales au cœur du débat », Flux, 4ème tr., n° 58, pp. 20-31, http://olegk.free.fr/flux/Flux58/pdffl58/04Fremontpp20-31.pdf

GRAHAM S. (1998), “The end of Geography or the explosion of place? Conceptualizing space, place and information technology”, Progress in Human Geography, vol. 22, n° 2, p. 165-185.

GRAHAM S. et MARVIN S. (2001), Splintering Urbanism: Networked Infrastructures,Technological Mobilities and the Urban Condition, London & New York, Routledge, 479 p.

GRUBESIC T. H., “Spatial dimensions of Internet activity”, Telecommunications policy, n° 26, pp. 363-387.

JACQUIN C. (2003), « Les services d’hébergement d’Internet en France », Netcom, vol 17, n° 1-2, pp. 23-34.

KAPLAN D. (dir.) (2003), Hauts Débits, Paris, L.G.D.J., col. « Questions numériques », 350 p.

KELLERMAN A. (2006), “Personnal mobilities”, Routledge, Network Cities Series, 212 p.

LATARJET B. (1992), Rapport : L’aménagement culturel du territoire, Paris, La documentation française, 127 p.

MALECKI E. J. (2002), “The Economic Geography of the Internet’s infrastructure”, Economic Geography, vol 78, n° 4, pp. 399- 424.

MARCON A. (2009), « Conditions pour le développement numérique des territoires », Conseil économique, social et environnemental, Journal officiel de la République française, avis et rapports du Conseil économique, social et environnemental, n°2009-03, http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/094000075/0000.pdf

MATOUK J. (1978), Le Languedoc-Roussillon et l’avenir, Ed. Mireille Lacave, Montpellier, 172 p.

MONTPELLIER AGGLOMERATION (2013), Montpellier Unlimited – S’implanter à Montpellier [Site web], https://www.montpellier-unlimited.com/fr/entreprendre/simplanter-montpellier

MONTPELLIER AGGLOMERATION (2011), Aménagement urbains, les nouveaux projets [Site web] http://eco.montpellier-agglo.com/votre-projet/amenagement-urbain-les-nouveaux-projets-132253.khtml?RH=1154424564446

MORISET B. (2003), « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour, vol. 78/4, pp. 375-388.

NAUGHTON J. (1999), “A brief History of the future, the origins of the Internet”, 334 p.

NEGRIER E., Montpellier, la ville inventée – Culture, rapport, pour le POPSU / GIP L’Europe des Projets Architecturaux et Urbains, 29 p., http://www.popsu.archi.fr/sites/default/files/nodes/document/826/files/montpellier-culture.pdf

NEGRIER E. (1990), Les Réseaux de Communication à Montpellier, CEPEL, UM1, 13p. http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/revues/root/25/negrier.pdf

OTeN (2010), Monographie régionale. Les enjeux du très haut débit en Lorraine, http://www.oten.fr/IMG/pdf/Monographie_THD_lorraine_finale-2.pdf, 27 p., avril.

PUMAIN D. et JULIEN P. (1996), « Fonctions stratégiques et images des villes », Economie et statistique, vol. 294, n° 294-295, pp. 127-135.

ROUZIER J. (dir. 2002), Le Languedoc-Roussillon. 1950-2001 : Histoire d’une mutation, Privat, Toulouse, 238 p.

SCHON A. (2011), Gouvernance, structuration et complémentarité des infrastructures haut débit en Languedoc-Roussillon, Mémoire de Master 1, Dir. Henry Bakis, Université de Montpellier III, juin, 158 p.

SCHON A. (2012), Gouvernance, structuration et complémentarité des infrastructures haut débit en Languedoc-Roussillon (Volume 2), Mémoire de Master 2, Dir H. Bakis, Université de Montpellier III, 14 juin, 268 p.

ULLMANN C. (2006), Les politiques régionales à l’épreuve du développement numérique : enjeux, stratégies, impacts, Thèse de doctorat, Université Paris I.

ULLMANN C. (2007), « Les régions dans le millefeuille institutionnel des politiques de développement numérique », Netcom, vol. 21, n° 1-2, pp. 113-136, http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV211/Netcom113-136.pdf

VERLAQUE C. (1987), Le Languedoc-Roussillon, Presses Universitaires de France, Coll. La question régionale, Paris, 184 p.

VICENTE J. (2004), “Balkanisation of telecommunications infrastructures and Internet based territorial planning: a network economics approach”, Canadian Journal of Regional Science, n° 27, pp. 155-178.

VIDAL P. (dir.), (2007), “European ICT spatial policies: Does a political european information society model exist?”, Netcom, vol. 21, n° 1-2, 280 p.

Haut de page

Notes

1 Deux enjeux fondamentaux gagnent à être rapprochés : « permettre l’accès aux réseaux de communications électroniques de tous les usagers (particuliers, entreprises, administrations, associations …) ; améliorer l’attractivité des territoires ». BAKIS Henry. (2010), « TIC et Aménagement Numérique des Territoires », DIGIPOLIS « Territoires Numériques Intelligents » : Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) : des outils au service du développement territorial, Montbéliard, 26-27 Mai 2010, 9 p.
« Facteur d’innovation, de productivité et de compétitivité pour les entreprises […] la connexion Internet rapide doit être rendue accessible à tous », In: KAPLAN DANIEL (dir.) (2003), Hauts Débits, ACSEL – FING, L.G.D.J., Paris, Préface par Henri de MAUBLANC, p. 1.

2 244 500 pour la municipalité seule. Recensement complémentaire de janvier 2004.

3 Insee. Populations légales 2009 des communes du département de l’Hérault. Recensement 2009.

4 « Freinée à l’est par la Citadelle et ses glacis, au nord par le ruisseau du Verdanson et ses ateliers, à l’ouest par le Peyrou, la ville se développe vers le sud- ouest (le Cours, ultérieurement cours Gambetta), et vers le sud, où la gare est implantée en 1843. Le xix׳ siècle modifie peu la trame de la ville ancienne, si on excepte la percée « hausmanienne » et inachevée de la rue Impériale puis Nationale devenue rue Foch... En 1961 est prise la décision de créer une ville satellite au nord-ouest de la cité : l’achat du grand domaine de La Paillade (225 ha) est suivi entre 1964 et 1972 de la réalisation de la ZUP du même nom, qui concentre aujourd’hui près de 30 000 habitants. Ceinturée d’une zone non aedificandi, reliée au centre-ville par une voie rapide, La Paillade, malgré le développement tardif de ses centres commerciaux et de ses services, reste avant tout une cité dortoir. Mais la ville continue de s’étendre sur toute sa périphérie, multipliant ses lotissements résidentiels, avec davantage de pavillons et une population plus aisée au nord. Surtout, depuis les années 70, Montpellier connaît une péri-urbanisation sans égale en Languedoc-Roussillon. Elle finit par toucher pratiquement toutes les communes dans un rayon de 20 kilomètres autour de la cité, aussi bien celles du littoral que celles de l’intérieur. Çà et là se développent des points d’appui fonctionnels, zones d’activités de Vendargues ou de Saint-Jean-de-Vedas... » Verlaque Christian (1987), p. 154.

5 Ferras Robert (1998), 99 réponses sur… Le Languedoc-Roussillon. CRDP du Languedoc-Roussillon. Montpellier, chapitre 6.

6 MONTPELLIER AGGLOMÉRATION (2011), http://eco.montpellier-agglo.com/foncier-et-immobilier/amenagement-du-territoire/

7 Le développement numérique est un terme polysémique qui prend différentes significations et limites dans son champ d’action selon le positionnement de l’acteur qui le définit.
Le développement numérique peut être défini comme l’ensemble des « politiques publiques qui ont recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) pour mener à bien une action de développement territorial, et ce, dans différents domaines ». Département « Développement des Nouvelles Technologies », CAISSE DES DÉPOTS (2000), ULLMANN Charlotte (2007).

8 D’après : « Montpellier, ou la technopole en représentation : valeur d’usage et valeur d’image », p. 271, In: Roger BRUNET et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.

9 Près de la gare de marchandises de Près-d’Arène et du marché-gare une première zone industrielle a été aménagée (PME, commerce de gros, vente d’automobiles. VERLAQUE Christian (1987), pp. 151-152.

10 DUGRAND Raymond (1963), Villes et campagnes en Languedoc, PUF, Paris, 638 p.

11 Il ensuite a joué un rôle moteur dans l’urbanisme de la ville de Montpellier depuis son entrée dans le Conseil municipal de Georges Frêche dans les années 1980-1990.

12 Ainsi : « Faiblesse de l’emploi et dégénérescence du tissu industriel traditionnel, bien vieilli dans ses structures, ... refus de l’innovation et de la création, telles étaient les caractéristiques dominantes de l’industrie locale, réputée aussi par la médiocrité de ses salaires. Tout un état d’esprit, qui s’était progressivement installé et qui faisait préférer les études, l’administration, les professions libérales, le commerce, voire le bâtiment - on y passait rapidement d’ouvrier à patron - à l’engagement dans l’industrie », pp. 212-213. DUGRAND Raymond (1963), Ibid.

13 BAKIS Henry, IBM, une multinationale régionale, Presses Universitaires de Grenoble, 1977.

14 BAKIS Henry (1977), Ibid.

15 « L’arrivée d’IBM bouleverse l’ordre industriel et socio-économique local. ... l’entreprise a su exploiter à son profit les caractéristiques locales — milieu social accueillant et bon équipement scientifique favorable aux cadres, essor facile de la sous-traitance — et modifier peu à peu les données structurelles de l’industrie montpelliéraine. Même si les effets d’entraînement n’ont pas été à la mesure de ceux qu’escomptaient les édiles locaux. IBM, première entreprise industrielle de la région avec quelque 3 000 salariés, reste le symbole du changement à Montpellier, d’un renouveau des facteurs de production au sein des mécanismes de fonctionnement économique de la ville. Ce renouveau se traduit dans les mentalités — plusieurs milliers de demandes d’emplois chaque année à IBM, impression d’un « ennoblissement » du travail industriel, développement de « l’esprit d’entreprise »—, par la constitution d’un réseau bien structuré de sous-traitants dans les domaines de l’électronique (câblage, montage, maintenance), de l’outillage de précision et de contrôle, de la tôlerie fine, de la micro­mécanique..., autant de secteurs quasi inconnus jusque-là à Montpellier » pp. 212-213. VERLAQUE Christian (1987), p. 153.

16 Créé par la ville. VERLAQUE Christian (1987), p. 151-152.

17 Créés par le District urbain sur les communes de Vendargues et de Saint- Jean-de-Vedas (La Lauze). VERLAQUE Christian (1987), Ibidem.

18 Voir : BRUNET Roger et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.

19 « Montpellier, ou la technopole en représentation : valeur d’usage et valeur d’image », p. 257, In: Roger BRUNET et al (1988), Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 315 p.

20 Le Monde du 14 juin 1982 : « Une semaine en Languedoc-Roussillon ».

21 Languedoc-Roussillon Incubation, équipe d’accompagnement d’entreprises innovantes usant des travaux de la recherche fondamentale et action autour de technologies à fort potentiel de croissance (fondée en 2000 par la Région Languedoc Roussillon, les Conseil Généraux du Gard et de l’Hérault, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Union Européenne-FEDER), http://www.lr-incubation.com/v2010/index.html (consulté le 25/01/2012).

22 Business and Innovation Center, équipe de douze personnes environ en charge d’accompagner les entreprises innovantes implantées sur le territoire de l’Agglomération (fondée en 1987 par Montpellier Agglomération). Le Bic fut par ailleurs nommé meilleur incubateur mondial NBIA 2007.

23 Logiciels d’enseignement et d’apprentissages humains au travers de mise en situation concrètes dans des univers vidéo-ludique dits « micro-mondes », univers voulus comme agréables et formateurs par les concepteurs.

24 Languedoc-Roussillon Incubation, équipe d’accompagnement d’entreprises innovantes usant des travaux de la recherche fondamentale et action autour de technologies à fort potentiel de croissance (fondée en 2000 par la Région Languedoc Roussillon, les Conseil Généraux du Gard et de l’Hérault, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Union Européenne-FEDER), http://www.lr-incubation.com/v2010/index.html (consulté le 25/01/2012).

25 SMILE: System, Multi-agent, Interaction, Langage, Evolution ; ICAR: Imagerie 3D.

26 Master Fictions Numériques, Master Informatique, Master EEA (Electronique, électrotechnique et automatique).

27 Transfert de technologies et savoir-faire innovants en Languedoc-Roussillon, association d’accompagnement fédérant l’UM I, l’UM II et l’UM III et des TPE/PME autour de projets technologiques innovants (Tic et agronomie, Tic et énergies renouvelables et Tic et santé) (fondée en 2005 par la Région et l’Etat).

28 « Biocluster Méditerranée », réseau commun regroupant le pôle de compétitivité ORPHEM et les clusters Holobiosud et Bioméditerranée des régions PACA et Languedoc-Roussillon : plus de 300 PME innovantes, huit Universités et 400 laboratoires.

29 « Moteur de Jeux Orientés Santé »: rééducation fonctionnelle innovante grâce aux Tic en collaboration avec le CHU (UM I), le LIRMM (UM II) et l’entrepreneuriale (Genious et le cabinet consulting IDATE).

30 En collaboration avec IBM Smart Cities, projet mondial IBM de développement des solutions informatiques « intelligentes » pour gérer des problématiques urbaines de gestion énergétique, de santé, de télécommunication et autres. S’applique notamment dans le cadre du projet EcoCité avec Montpellier Agglomération.

31 Projet de développement d’un système d’information innovant visant à l’optimisation de l’efficacité énergétique d’un lieu (initié par IBM, regroupant laboratoires et chercheurs).

32 Centre Informatique Nationale de l’Enseignement Supérieur, établissement public national fondé par décret en Avril 1999 (ex-CNUSC, Centre National Universitaire Sud de Calcul crée en 1981). De nouvelles missions et un changement de statut. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000211163

33 CRISTAL (Bull, 0.6 Tflops/s), YODA (IBM, 6.6 Tflops/s) et ANAKIN (IBM, 0.6 Tflops/s)

34 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid21395/acquisition-d-un-nouveau-supercalculateur-au-service-de-la-recherche-academique.html, consultée le 06/12/2011.

35 Actuellement au 43e rang mondial du Top500 Supercomputer Sites (Novembre 2011), http://www.top500.org/lists/2011/11 (consulté le 25/01/2012).

36 Initié en 2010, il regroupe différents partenaires publics et privés locaux dans un consortium : IBM, Cines, ASA, HPC Project, Servi Ware, Université Montpellier II ; accompagné par Transfert LR, financé par la Région Languedoc-Roussillon et l’Union Européenne (fond FEDER). Dirigé par Anne LAURENT (UM II).

37 Un ensemble de moyens humains, matériels et logiciels à destination d’une ou plusieurs communautés scientifiques privées ou publiques, issus de plusieurs entités d’une même région et destiné à fournir un environnement scientifique-technique propice au HPC (d’après « Groupe Calcul », Cnrs (2012)).

38 « Groupe Calcul » du Cnrs, http://calcul.math.cnrs.fr/spip.php?rubrique86 (consulté le 02/01/2012).

39 Après son premier centre doté de 2 300 serveurs basé à Poughkeepsie (Etat de New-York, Etats-Unis).

40 GRAHAM Murdock (1993), Communications and the constitution of modernity. Media, Culture and Society 15, pp. 521-39, In: Stephen GRAHAM, “The end of Geography or the explosion of place? Conceptualizing space, place and information technology”, Progress in Human Geography, 1998, vol. 22, n° 2, pp. 165-185. MORISET Bruno (2003), « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour, vol. 78, n° 4, pp. 375-388.

41 La crise spatiale inhérente de la fixité et de la mobilité (‘fixity’ Vs ‘mobility’). HARVEY David (1985), In: Stephen GRAHAM, “The end of Geography or the explosion of place? Conceptualizing space, place and information technology”, Progress in Human Geography, 1998, vol. 22, n° 2, pp. 165-185.

42 GRUBESIC Tony H., “Spatial dimensions of Internet activity”, Telecommunications policy, n° 26, pp. 363-387 ; DUPUY Gabriel (2004), « Internet : une approche géographique à l’échelle mondiale », Flux, n° 58 (4/2004), p. 9 ; JACQUIN Clément (2003), « Les services d’hébergement d’Internet en France », Netcom, vol 17, n° 1-2, p. 30 ; MALECKI Edward John (2002), “The Economic Geography of the Internet’s infrastructure”, Economic Geography, vol 78, n° 4, pp. 399- 424.

43 « La fin des années 1970 marque le début d’une réflexion sur l’équipement du nouveau quartier d’Antigone. Le plan de câblage de la ville entière n’est qu’une hypothèse parmi les autres ». NEGRIER Emmanuel (1990), Les Réseaux de Communication à Montpellier, CEPEL, UM I.

44 Réseau « GFU », pour Groupe Fermé d’Utilisateurs, il s’agit d’un réseau de télécommunication privatif exclusivement ouvert à une communauté d’intérêt préexistante, identifiée et stable (essentiellement des acteurs institutionnels, universitaires ou entrepreneuriaux). Inspiré de la définition de l’ARCEP (ex-ART), avis du 30 Mai 1997.

45 La Culture (en majuscule) définie avant tout ici comme un projet politique.

46 Dans le prolongement des années Mitterrand avec les lois Chevènement, Voynet…

47 Faisant notamment échos aux rapports LATARJET et PONCET, décrivant les dichotomies d’aménagements culturels en France, notamment la dualité Paris/Province.

48 NEGRIER Emmanuel, Montpellier, la ville inventée –Culture, équipe CEPEL, Laboratoire MTE, POPSU, 29 p.

49 La rétistique ou « science des réseaux » est un néologisme crée par Gabriel DUPUY en 1991 pour développer une vision réticulaire de l’espace et son aménagement. Cette « pensée-réseau » met en avant l’idée du réseau « comme concept et non comme objet » rendant « compte d’une nouvelle organisation de l’espace » loin d’être surfacique et statique, mais plutôt interconnectée et interdépendante. En cela, Dupuy est à rapprocher de l’anthropologue polonais Georges-Hubert de RADKOWSKI (« Le crépuscule des sédentaires » (1967), cité par Gabriel Dupuy dans son ouvrage L’urbanisme des réseaux, 1991), de Claude RAFFESTIN, de Pierre MUSSO ou encore d‘Anne CAUQUELIN. Dupuy rappelant par ailleurs que plusieurs autres auteurs ont relevé l’importance du réseau en urbanisme : Ildefonso CERDÀ, Howard CHAMBLESS, O. WAGNER, Franck LLOYD WRIGHT, Maurice-François ROUGE, Arturo SORIA Y MATA ou encore Charles-Edouard JEANNERET GRIS.

50 Ce réseau aurait notamment vocation à mettre en réseau les médiathèques entre elles, les réinformatiser, et les centraliser autour d’une base de donnée commune de partage de ressource documentaire hébergé dans la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (BMVR) Emile Zola. La BMVR étant la médiathèque principale aménagée par la ville entre 1995 et 2000, notamment sous impulsion de l’Etat, et d’une surface de 15 700 m2.

51 « Les réseaux métropolitains GFU sont des outils de promotion et de valorisation des territoires, en ce sens que le fonctionnement en GFU permet de générer une dynamique locale qui combine l’effet interaction et l’effet prix qui devrait conduire à un avantage comparatif du bassin d’emploi en terme d’attractivité et de performance. »
VICENTE Jérôme (2004), « Balkanisation of telecommunications infrastructures and Internet based territorial planning: a network economics approach », Canadian Journal of Regional Science, n° 27, pp. 170-171.

52 Réseau National pour l’Enseignement et la Recherche.

53 Réseau « Haut-Débit Montpellier Nord », pour un coût de 732 000 euros dont 65% ont été financés par la Région.

54 « les cibles prioritaires restent les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche. […]. [De plus] tous les lycées publics de la région doivent être reliés à R3LR afin de disposer d’un accès à coût maîtrisé et adapté à leurs besoins. […]. [L’] ambition annoncée par la Région comme par l’État [est] d’aménager le territoire afin que puisse s’exercer une saine concurrence dans le domaine des télécommunications, condition sine qua non de l’attractivité des tarifs et des services. […] la commande publique, mutualisée, permet de faire évoluer favorablement la qualité et les tarifs de l’offre de service de télécommunication ». Extrait de: Circulaire du Conseil Régional JB/MK/BP/JM/60, Région Languedoc-Roussillon (adoptée 12/07/2002).

55 Délibération n°9307 du Conseil d’Agglomération de Montpellier.

56 Zone d’Activité Très Haut Débit, label initié par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, décerné par l’ARCEP, géré par la société Setics en association avec E-RESO et Géosignal. Le label ZA-THD garantit notamment le développement d’offres concurrentielles très haut débit, le raccordement par deux réseaux de collectes locaux ainsi qu’une offre fibre optique active sur l’Aéroparc.

57 COOKE Philip (1997), « Institutionnal Reflexivity and Rise of the Region State », In: G. BENKO & U. STROHMAYER, Space & Social Theory: Interpreting Modernity and Postmodernity, Londres, Wiley-Blackwell, 416 p.

58 Engagée dans la compétition économique sur le plan de l’innovation Montpellier s’affirme dans un rôle d’organisation et de changement du système productif régional. Mais les aménagements numériques opérés à Montpellier peuvent-ils véritablement permettre à Montpellier de s’insérer dans une dynamique métropolitaine? La ville peut-elle jusqu’à être qualifiée de métropole régionale même incomplète ? De très nombreux travaux se sont attachés à définir le fait métropolitain (Brian BERRY et la « métropolisation », Saskia SASSEN et ses « villes globales », Roger Brunet et ses travaux des années 1980 autour d’une masse critique pour atteindre la « taille européenne », …). A échelle nationale, Montpellier dispose de l’image d’une ville méridionale riche, attractive, tertiaire et non ouvrière (PUMAIN Denise et JULIEN Philippe (1996), « Fonctions stratégiques et images des villes », Economie et statistique, vol. 294, n° 294-295, pp. 127-135). Le rapport entre ses fonctions stratégiques et sa taille démontre l’intéressant potentiel de Montpellier « ville de la connaissance ». Un potentiel qui résulte des activités dans les domaines de la recherche publique (universitaire notamment) et industrielle, des services, de l’informatique, des télécommunications et de l’information en général. Mais, bien que pouvant être qualifiée de « grande ville intermédiaire » (plus de 100 000 habitants, capitale régionale tertiaire, forte croissance et activités technopolitaines), la seule présence de fonctions stratégiques ne suffit pas à rehausser Montpellier au rôle de métropole régionale, même incomplète. Autant de pistes pour l’approfondissement de ces recherches, notamment en direction de l’analyse et de l’évolution des emplois selon leur nature et qualification.

59 « Parmi elles, les opérateurs et fournisseurs d’accès Internet (Free, Neufcegetel, MCI, Completel, Hosting France, Ovea, Bouygues Télécom) ; les institutions : Montpellier Agglomération, les universités Montpellier I, Montpellier II, Montpellier III, le Cirad, le Crous, le CHU, la Serm, Enjoy, la Région Languedoc-Roussillon, ABES (agence bibliographique de l’enseignement supérieur), l’Office de tourisme, l’école nationale supérieure de chimie, l’IUFM, le CCAS, le centre Val d’Aurelle et le CNRS. » www.montpellier.fr (consulté le 01/11/2011).

60 Un prolongement à cette recherche a été effectué par les auteurs en 2012-2013. Les résultats ont été retenus pour être présentés dans le cadre d’une conférence programmée dans le cadre de la prochaine Conférence Régionale de l’Union Géographique Internationale (Kyoto, août 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Localisation de Montpellier
Crédits Carte du Languedoc-Roussillon : CCI Montpellier, 2011 ; Carte de la région de Montpellier: BD IGN, 2012
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Illustration 2 : Croissance urbaine de Montpellier et ses environs (Couverture photographique de 1963)
Légende Montpellier et ses environs en 1963
Crédits Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (1963).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Illustration 3 : Croissance urbaine de Montpellier et ses environs (Couverture photographique de 2009)
Légende Montpellier et ses environs en 2009
Crédits Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (2009, BD Ortho).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Illustration 4 : Montpellier au Moyen-Âge, une ville de la connaissance à la croisée des êtres humains et des courants intellectuels8
Crédits D’après Ferras Robert et Volle Jean-Paul (1988), © H. Bakis, 2012
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Illustration 5 : Le modèle de la technopole Montpellier-Languedoc-Roussillon
Crédits Extrait de Ferras Robert & Volle J. Paul (1988)19
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Illustration 6 : IBM et les parcs technologiques au Nord-Est de Montpellier
Légende L’établissement IBM en 1969 ; IBM (en vert); Eureka (en jaune, extension rouge) ; Mermoz (en bleu)
Crédits Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (2009, BD Ortho)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Illustration 7 : IBM et les parcs technologiques au Nord-Est de Montpellier
Légende Les parcs technologiques situés à l’Est de la ville en 2009 ; IBM (en vert); Eureka (en jaune, extension rouge); Mermoz (en bleu)
Crédits Illustration Jean-Philippe Cherel, sept. 2011. Source: IGN, couverture aérienne (2009, BD Ortho)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Illustration 8 : Montpellier dans les quatre niveaux de ressources calculatoires : des équipements HPC Tier-1 et Tier-2
Crédits D’après Louvet V. (2009), Etat des lieux du HPC en France, diaporama ANGD ResInfo/Calcul
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration 9 : Tensions entre ‘fixité’ et ‘mobilité’: les infrastructures très haut débit comme éléments de réponse aux problématiques circulatoires d’informations dans et hors d’une ville de la connaissance
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-9.png
Fichier image/png, 14k
Titre Carte 1 : Les Zones d’Aménagement Concertées (Z.A.C.) de 1985 à 2010 – Montpellier, France
Crédits Synthèse A. Schon (2012) ; Sources : Montpellier Agglomération (2009), SERM (2010), DAP Montpellier (2010), Ville de Montpellier (Avril 2010)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 10 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire (Pégase, HDMON, réseaux commerciaux, Num’Hér@ult)
Crédits © H. Bakis, A. Schon, 2011
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Illustration 11 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire
Légende Carte A1 : le réseau historique France Télécom (Montpellier et sa région), une architecture centralisée et des NRA rayonnant au-delà de la ville-centre
Crédits © A. Schon, 2012. Sources : IGN (2010), France Télécom (2010), Interoute (2009), DUOP Ville de Montpellier (2009), ARCEP (2010)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Illustration 12 : Les espaces de la connaissance montpelliérains : une politique de mise en réseau très haut débit et d’articulation multi-scalaire
Légende Carte A2 : La région de Montpellier, FranceUne architecture optique de collecte France Télécom centralisée sur les centrales de plaques LANG-1 et LANG-2
Crédits © A. Schon, 2012. Sources : IGN (2010), France Télécom (2010), Interoute (2009), DUOP Ville de Montpellier (2009), ARCEP (2010)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1025/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis et Alexandre Schon, « Ville de la connaissance et terreau numérique », Netcom, 26-3/4 | 2012, 275-306.

Référence électronique

Henry Bakis et Alexandre Schon, « Ville de la connaissance et terreau numérique », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/1025 ; DOI : 10.4000/netcom.1025

Haut de page

Auteurs

Henry Bakis

Professeur de géographie, Université de Montpellier III, UMR ART-Dev, Route de Mende, F 34199- Montpellier Cedex 5, h.bakis@orange.fr

Articles du même auteur

Alexandre Schon

Doctorant à l’Université Montpellier III, UMR ART-Dev, alexandre.schon1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals