Skip to navigation – Site map

Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux

Avant-Propos
ICTs in rural areas– Foreword
Laurence Barthe and Philippe Vidal
p. 133-136

Full text

1Les territoires ruraux ont connu, au cours des 20 dernières années, de profondes transformations au point même que certains observateurs s’interrogent sur la pertinence actuelle de cette catégorie pour décrire un mode particulier d’occupation de l’espace. L’accélération des mobilités individuelles, le renforcement des complémentarités entre villes et campagnes constituent des changements de fond qui bousculent la réalité des territoires, redéfinissent leurs logiques organisationnelles et fonctionnelles sans toutefois complètement conduire à renier leurs spécificités ou leurs caractéristiques distinctives. La reprise démographique, enclenchée dans les années 70, s’est consolidée et élargie à de nombreux territoires, y compris les plus en retrait des villes. Ce mouvement s’est accompagné d’une profonde diversification du tissu social : les sociétés rurales sont aujourd’hui le plus souvent mixtes, composites et mobiles. Les fonctions des territoires ruraux dans l’espace national se sont élargies. A la fonction productive agricole qui a longtemps distingué cette catégorie d’espace, s’agrègent désormais des fonctions énergétiques, environnementales, récréatives et bien sûr, résidentielles. Ce vaste mouvement de recomposition des territoires ruraux s’accompagne de processus de distinctions spatiales plus fins car les transformations ne prennent pas partout la même ampleur. Ils sont ici marqués par l’affirmation d’une fonction résidentielle dominante, là singularisés par l’essor de nouvelles fonctions productives, ailleurs encore dédiés aux pratiques touristiques ou récréatives n’entraînant pas toujours de renouveau démographique notable.

2En accompagnement ou même parfois en retrait de ces dynamiques nouvelles, les TIC apparaissent souvent auprès des acteurs publics ruraux comme un secteur d’intervention « obligé » sous peine de voir se renforcer encore davantage le discours sur les inégalités et les injustices spatiales entre villes et campagnes. Ce numéro de NETCOM « Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux », publié plus de dix ans après les premières initiatives numériques engagées en milieu rural, envisage d’apporter sa contribution à une meilleure appréhension du phénomène. Certes la réflexion scientifique s’est largement étoffée au cours de la dernière décennie, mais le plus souvent sous la forme de travaux dispersés ne répondant pas à une tentative d’unifier en un même ouvrage, articles de fond et études de cas. Il nous semble désormais nécessaire de poser le regard sur ces « labours numériques » et sur leurs conséquences dans les territoires qui auront osé un engagement innovant. Les tentatives souvent expérimentales, tant en matière d’équipement, de services spécifiques que d’acceptabilité sociale des TIC, ont imprégné nombre de territoires ruraux, ouvrant ainsi des voies originales susceptibles de renouveler la base du développement territorial. De même, il nous paraît essentiel de traiter des « jachères numériques » considérées comme un temps de préparation nécessaire à l’émergence de projets novateurs ou à la réinvention d’initiatives qui n’auraient pas totalement convaincu par le passé, à l’image du télétravail. La faiblesse des initiatives constatées en certains lieux, les difficultés ou les échecs rencontrés ailleurs ne peuvent pas simplement être considérés comme des formes de retard structurel ou d’incapacité à agir. Ils sont aussi le témoin d’une maturation sans doute nécessaire à l’invention de nouvelles formes d’innovations ne reposant pas seulement sur les avancées technologiques, mais également sur leur rencontre avec des problématiques territoriales toujours spécifiques.

3Ces « labours et jachères numériques » plus ou moins ancrés, fréquents et fertiles, ont largement été accompagnés par les politiques et leurs techniciens. En dix ans, la publicisation du débat sur la diffusion territoriale des TIC en milieu rural s’est intensifiée. Peu à peu, les revendications d’accès égalitaire au haut débit se sont précisées, les expertises se sont développées, des réponses concrètes ont été apportées, de nouveaux problèmes et questionnements sont apparus. Désormais, il s’agit de donner un sens à l’intervention publique locale, ne serait-ce que pour justifier les co-investissements pour le financement des réseaux. A la problématique déjà complexe du déploiement télécom, doit s’agréger aujourd’hui la réflexion autour des services de proximité, de la télémédecine, de l’évolution du télétravail, et des usages locaux les mieux à même de permettre le renouveau des campagnes. Le chemin vers une appropriation rurale des TIC est engagé. Bien sûr, certaines positions archétypales subsistent, elles sont d’ailleurs souvent le signe d’une faible appropriation de la question. Mais de plus en plus, les expériences concrètes alimentent un savoir-faire rural en matière de numérique qui se met en partage au sein de tribunes reconnues (RURALITIC, CREATIF, ZEVILLAGE, etc.).

4En 25 années d’existence, la revue NETCOM n’avait jamais consacré tout un numéro aux espaces ruraux même si la question a pu être abordée ici ou là. C’est désormais chose faite grâce aux onze auteurs qui se sont rassemblés autour des huit articles qui nourrissent ce volume. En ouverture de ce numéro, l’article de Philippe Vidal pose l’hypothèse de l’existence d’une « convention Internet » envisagée comme une clé de compréhension de la réorganisation des sociétés locales sous l’effet des TIC. Cette « convention internet » agirait de façon invisible sur les acteurs territoriaux et se territorialiserait de façon singulière selon trois grandes catégories « d’espace rural » : les campagnes fragiles, les espaces périurbains, et les nouvelles campagnes. Le deuxième texte rédigé par Jean-Pierre Jambes pose un regard critique sur la façon dont est traitée la problématique du très haut débit dans les espaces de faible densité. Il pointe en particulier la capacité des acteurs locaux (les défricheurs numériques) à mettre en œuvre des stratégies adaptées aux besoins locaux et aux attentes des usagers en même temps qu’il regrette le manque de considération dont ils font l’objet de la part de l’Etat. Anastasia Stratigea partage, dans le troisième article, la même nécessité de prise en compte des contextes ruraux et des besoins des communautés locales et pose un même diagnostic à l’encontre des politiques gouvernementales. Le quatrième article d’Arthur Devriendt envisage au travers de la politique d'aménagement numérique du territoire mise en œuvre dans le département de la Manche, la tendance discursive des acteurs à plaider en faveur d’une « néolibéralisation des campagnes », approche pourtant en décalage avec les pratiques habitantes. Le cinquième article, de Patricia Sajous, revient sur une des premières expériences significatives engagées en milieu rural : les Soho Solo du Gers. L’auteur s’interroge sur la valeur de ce dispositif d’accompagnement à l’installation d’actifs ayant fait le choix de télétravailler et montre notamment que ce genre de politique a parfois besoin d’un temps long pour véritablement donner ses premiers résultats. Le sixième article de Bruno Moriset porte également sur les dispositifs (télécentres) permettant le télétravail en milieu rural. Il considère que ces objets sont en cours de maturation et doivent être envisagés, en dépit des difficultés, tels des « laboratoires vivants » de l’économie numérique en milieu rural. Le septième texte co-signé par Ian Jones, David López-Carr et Pamela Dalal traite de l’urgence qu’il y a, aux Etats-Unis, à réduire les inégalités territoriales en matière de santé. En ce sens, la « télémedecine » apparaît comme une alternative crédible à la désertification médicale. Le cas des urgences médicales dans le Vermont est mobilisé pour démontrer l’intérêt qu’il pourrait y avoir à recourir aux nouvelles technologies pour améliorer l’accès aux soins en milieu rural. Le huitième article de Laurence Barthe et Johan Milian envisage la place prise par les TIC dans le cadre de la démarche de prospective de la Datar : « Territoires 2040 ». Les auteurs, responsables du groupe sur les espaces de faible densité, revisitent ainsi les résultats de cet exercice en repositionnant le rôle des TIC dans chacun des scénarios retenus.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laurence Barthe and Philippe Vidal, « Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux », Netcom, 25-3/4 | 2011, 133-136.

Electronic reference

Laurence Barthe and Philippe Vidal, « Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux », Netcom [Online], 25-3/4 | 2011, Online since 26 March 2013, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/110

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals