Navigation – Plan du site
Notes d'information

Les données environnementales : un cas particulier dans la mise en place des données publiques en Open Data ?

Jérémie Valentin
p. 254-263

Texte intégral

Introduction

1Dans un contexte de crise économique, les États, les régions, les collectivités locales cherchent par tous les moyens des solutions durables qui leur permettent à la fois de réduire leurs coûts de fonctionnement et de trouver des leviers de croissance économique. Pour résoudre cette délicate équation, à laquelle se greffe souvent la variable supplémentaire de durabilité et de pérennité de l’action publique, les instances publiques optent pour diverses stratégies. Celles-ci s’articulent dans un panel très large allant de l’augmentation des prélèvements au lancement de grands plans d’investissement. Dès lors, les TIC dans leur ensemble font souvent office d’une solution d’investissement favorisant l’innovation et maximisant l’utilisation des ressources.

  • 1 Deux ans après son lancement, le portail Open Data accueille plus de 100 jeux de données, pour envi (...)
  • 2 Initié par M. Delafosse, adjoint au maire de Montpellier, délégué à l’urbanisme et à l’innovation n (...)

Nous proposons ici un retour d’expérience focalisé sur un des sujets d’actualité dans le monde des TIC à savoir la mise à disposition des données publiques et plus particulièrement le cas des données environnementales dans les portails open data de diverses institutions françaises. Notre démarche s’articulera principalement sur le retour d’expérience de la cellule d’Open Data de la Ville de Montpellier1, qui s’est lancée dans l’ouverture des données publique en mars 2011. La démarche Open Data de la Ville s’inscrit dans un programme global d’innovation urbaine autour du numérique nommé Montpellier Territoire Numérique. Ce programme2 propose, grâce à l’utilisation des TIC, de permettre aux acteurs traditionnels de la ville (entreprises, institutions, acteurs sociaux) et à ceux du numérique d’anticiper et de préparer ensemble les transformations de la ville.

La mise à disposition des données environnementales

2La première question est donc de savoir s’il existe une relation particulière entre les données ouvertes en open data et la thématique générale de l’environnement. Pour ce faire, nous essaierons de voir si cette thématique est présente sur une majorité de portails en France, puis nous chercherons à savoir à quel moment elle est abordée dans le processus d’ouverture des données.

3Cette double approche s’orientera sur une rapide étude statistique de 10 portails open data en France. À partir de cet état des lieux comptable et en nous appuyant plus précisément sur le cas de Montpellier, nous verrons qu’il existe des facteurs déterminants dans la mise à disposition des données environnementales par rapport à d’autres types de données.

Tableau 1. Répartition des données environnementales dans les données mises en libre accès par dix organismes publics

Tableau 1. Répartition des données environnementales dans les données mises en libre accès par dix organismes publics

Jérémie Valentin

Les données environnementales en France

  • 3 La sélection s’est opéré selon des critères relatifs à l’ancienneté des portails et du nombre de do (...)
  • 4 http://www.etalab.gouv.fr/, consulté le 26/02/2013.

4En nous appuyant sur une analyse de 9 portails3 d’institutions locales françaises (Ville, Agglomération, métropole, département et région) plus le portail national français de la mission Etalab4 (data.gouv.fr), nous essaierons de dégager un constat chiffré sur les données environnementales. Pour ce faire, nous chercherons à connaître la part des données dites environnementales sur chacun des portails, puis nous essaierons de voir à quel moment ces données sont mises en ligne dans le processus d’ouverture et enfin nous verrons quels types de ré utilisation génèrent ces données. En terme de méthodologie le comptage a été effectué à partir du nombre de donnée rattachée aux thématiques ou mots clés « environnement » et « écologie ».

5À la vue de ce tableau synthétique, peu d’enseignement précis peuvent en être tirés. Premièrement, d’un point de vue méthodologique, il est très difficile de trouver un consensus sur la définition d’une donnée environnementale. Chaque portail définit des thématiques ou catégories, dont souvent une thématique « environnement », et chaque portail est libre d’y associer des données. Sachant qu’il n’existe pas de consensus national sur un quelconque thésaurus thématique ou manière de décrire les données mises à disposition, il est de fait très difficile d’espérer pouvoir comparer dans le détail les portails open data entre eux. Par exemple, la Ville de Toulouse possède 3 données classées dans le thème « environnement », les stations d’épuration, les points de collecte des emballages et du verre, données que nous retrouvons sur le portail de Paris et Rennes, mais Toulouse n’a aucune donnée sur la biodiversité des arbres présents sur son espace, contrairement à Paris et Rennes. Peut-on alors comparer le thème environnement entre les territoires ? Le cas du portail national est tout aussi révélateur de cette situation, en effet sur les 350.000 données mises à disposition à l’ouverture plus de 50.000 sont issues du seul ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, peut-on néanmoins conclure que les données relatives à l’environnement sont sur représentées ?

6Dès lors quels enseignements tirer de cet état des lieux ? À notre avis plus un sentiment global vis-à-vis du thème « environnement » qu’une réelle situation propre qui lierait les données ouvertes à cette thématique. Néanmoins quelque soit le cadre de définition du thème environnement, ce dernier est présent sur la quasi-totalité des portails open data en France. Ceci quelque soit sa date d’ouverture, en effet les données liées à l’environnement sont souvent présentes dès le lancement du portail open data dans des proportions variables. En revanche fait remarquable, elles ont été valorisées en service sur les territoires précurseurs dans la démarche open date en France. La mise en ligne des données environnementales tôt dans le processus d’ouverture des données institutionnelles ayant très certainement influé sur leur réutilisation, contrairement à des données qui sont rarement valorisées dans des applications.

Les facteurs déterminants, le cas de Montpellier

7La Ville de Montpellier a débuté sa réflexion autour de l’open data en septembre 2010 avec le lancement du programme Montpellier Territoire Numérique. La mise à disposition des données était un des projets phares dont le développement était prioritaire. Les premiers mois ont alors consisté à définir et développer les aspects techniques du futur portail et en parallèle faire de la pédagogie en interne pour exposer la démarche. Lors de ces premières semaines de réflexion, diverses problématiques alimentaient les discussions, comme le choix de la Licence, le format des données et enfin le type de données.

8Suivant une feuille de route informelle s’inspirant des portails déjà en ligne dans le monde et en France un panel de données a été identifié et hiérarchisé. Parmi ces données se trouvaient les données relatives au thème « environnement ». Au-delà des contacts facilités par une bonne connaissance de la démarche open data dans le monde de la part du directeur de service responsable de ce domaine au sein de la Ville de Montpellier, cette situation s’explique selon deux critères : un premier technique et un second politique.

Le choix technique

9Quand est venu le moment du choix des données à mettre en ligne sur le futur portail open data, la question du format était cruciale ainsi que la qualité des données. Une institution comme la Ville de Montpellier gère des dizaines de bases de données loin d’être uniformisées dans un système global de gestion de données. L’objectif fut alors d’identifier les services pour lesquels la base de données était stable et facilement exploitable. Il s’agit de pouvoir extraire facilement une information sous différents formats ouverts et réutilisables par le plus grand nombre. Les données relatives à la gestion métier (c’est-à-dire liée à la compétence du service) du thème environnement offraient à Montpellier un cadre technique « rassurant » à partir duquel la Ville pouvait exporter des données géolocalisées de qualité.

  • 5 L’évapotranspiration est la combinaison de l’évaporation (sol) et de la transpiration des plantes. (...)

10C’est pourquoi dès le lancement (avril 2011) le portail open data proposait des données relatives aux arbres d’alignement, aux parcs et jardins, aux espaces boisés classés, aux appellations d’origine contrôlée, aux arbres remarquables et suivirent 2 mois après l’évapotranspiration5 et un inventaire botanique du territoire. L’environnement était alors la thématique dominante du portail open data de Montpellier. Néanmoins, cet état de fait n’était pas uniquement lié à des prédispositions techniques de ces données, d’autres données métiers de la Ville étaient tout aussi disposées à être exploitées rapidement dans le cadre d’une mise à disposition en open data.

Le choix politique (stratégie)

  • 6 Notons qu’une modération est nécessaire sur certaines d’entre elles, impossible de diffuser l’empla (...)

11Cette sur représentativité des données environnementales durant les premiers mois est aussi la conséquence de 4 facteurs politiques. Le premier concerne la sensibilité de la donnée. En effet, lors du lancement d’une démarche open data au sein d’une institution il est rapidement question de la sensibilité des données mises en ligne. Si le cadre des données personnelles est rapidement clos, d’autres animent des discussions d’ordre stratégique pour la municipalité. Hors de question de diffuser des données relatives aux salaires ou par exemple l’emplacement des conduites d’eau potable. D’autres sont destinées a être mise en ligne, comme les subventions attribuées ou l’emplacement des caméras de vidéo protection, mais demandent plusieurs semaines de validation en interne. Dès lors, les données relatives à la thématique « environnement » apparaissent comme non sensibles6 à la diffusion et jouissent d’un arbitrage hiérarchique rapide.

12Deuxième point, sans doute autant technique que politique, concerne l’aspect géographique des données. Les 5 données mises en ligne dès l’ouverture sont en effet des données géolocalisées, ce point est tout à fait essentiel dans le cadre de la réutilisation par des tiers. Par retour d’expérience nous savions que les données géographiques en open data peuvent être rapidement ré exploitées par divers services de cartographie voire même intégrer des applications ou services web déjà existant. Mettre en ligne, en open data, des données environnementales en France début 2011, soit être la troisième institution à ouvrir ces données après Rennes et Paris, c’est « s’assurer » d’une réutilisation rapide et visible de ces données et donc une démonstration de l’intérêt porté par des acteurs tiers sur la démarche d’ouverture d’une collectivité. Les données liées à la thématique environnementale avaient alors un statut stratégique nourrissant le choix politique d’ouverture. Ce constat valable début 2011 pour la Ville de Montpellier est aujourd’hui avec la multiplication des portails open data et des thématiques représentées nettement moins présent lors du positionnement stratégique d’ouverture des données d’une collectivité.

  • 7 « Le réseau Tela Botanica contribue au rapprochement de tous les botanistes de langue française dan (...)
  • 8 Réalisé par Tela Botanica.

13Troisième point, cette fois porté vers une politique d’ouverture à des détenteurs tiers. Au moment de la définition du programme Montpellier Territoire Numérique et de son volet open data, l’empreinte de l’institution Ville devait moins apparaitre que la volonté de parler d’un territoire de vie non restreint à des limites administratives. Le portail open data de la Ville de Montpellier a été conçu pour pouvoir accueillir des données d’autres acteurs que les services municipaux, l’ouverture des données n’est pas la vocation unique des villes, département et région. Des entreprises, des chercheurs, des associations sont aussi animés par cette volonté d’ouverture. En connaissance de cause, nous avions identifié divers acteurs associatifs sensibles à notre démarche open data. Un de ces acteurs était le réseau Tela Botanica7, regroupant divers acteurs désireux de partager leurs connaissances autour de la botanique. Mettre en ligne des données liées à leur thématique permettait d’établir le contact pour une future collaboration. Cette dernière allait déboucher sur la mise en open data de l’inventaire botanique de Montpellier8. Au-delà de l’aspect politique de mutualisation des connaissances accessibles en un lieu, héberger et mettre à disposition des données non issues de l’institution ville, renforce le positionnement idéologique selon lequel « l’extérieur » possède une intelligence et une information de qualité pouvant être utile à la fois en interne, mais aussi à tous via l’ouverture en open data.

14Enfin, quatrième point, d’ordre politique générale de la Ville de Montpellier, fait coïncider une stratégie politique encrée depuis plusieurs années en faveur de la biodiversité9 avec la mise à disposition de données environnementales. En effet la Ville de Montpellier à un positionnement fort sur la thématique générale de l’environnement, ce dernier lui a permis d’être récompensée comme capitale française et européenne de la biodiversité en 2011. Mettre l’accent sur les données environnementales en open data était alors un choix politique « naturel » au moment de l’ouverture du portail open data de la Ville de Montpellier.

15La combinaison stratégie politique avec la facilité technique a donc conduit à un traitement singulier des données environnementales sur le territoire montpelliérain. Deux ans après le lancement du portail open data de Montpellier ce choix a-t-il était concrétisé par une réutilisation elle aussi singulière ?

La réutilisation des données environnementales

Un choix technique et un format géographique encourageant la réutilisation

16Nous l’avons vu, les données environnementales offrent un cadre technique « rassurant » garantissant en quelque sorte une exploitation rapide de ces données par des tiers. Ce positionnement fut vérifié dès les premières semaines de mise à disposition avec la réutilisation des données liées aux arbres d’alignement par deux services de cartographie en ligne. Ces deux services web proposent de visualiser sur une carte dynamique tous les arbres gérés par la Ville de Montpellier. Le premier service est développé à partir d’une solution Microsoft, il propose le même type de réutilisation pour la même donnée ouverte issue du portail open data de la Ville de Paris10, il s’agit dans ce cas uniquement de visualisation multi critère. Le second développé par Cartoclic11, une start-up montpelliéraine propose les mêmes options de visualisation des arbres, mais avec la possibilité de modifier la carte via une option de déplacement et d’ajout d’arbre. Le service devient alors collaboratif et invite les citoyens à corriger, voire compléter l’information détenue par les services de la Ville. En effet même si la Ville de Montpellier référence plus de 23.000 arbres en gestion, ces derniers ne représentent qu’une petite part des arbres présents sur son territoire. L’idée a alors été de proposer un service qui permettrait à tout le monde, qu’il s’agisse d’une autre institution ayant des arbres sur son domaine ou bien un simple particulier, de référencer des arbres afin d’aboutir à une base de données la plus exhaustive possible. Partant de ce principe la Ville a voulu alors compléter l’offre d’outil d’ajout d’arbre avec la commande d’une application mobile. L’application BioZoom12 permet depuis un terminal mobile iOS de réaliser une photo et de compléter une fiche descriptive relative à une espèce végétale, le tout géolocalisé depuis le lieu de saisie. Ces informations sont ensuite agrégées sur une base de données tierce et ouverte, puis modérées afin de pouvoir être potentiellement intégrées dans les bases de données de la Ville. De plus les données relevées via l’application BioZoom profitent aussi d’un service de visualisation cartographique13 développé par la société CartoClic.

De la réutilisation cartographique aux données « crowdsourcées »

  • 14 Données issues du travail collaboratif de divers acteurs dans la récolte sur le terrain.
  • 15 Exemple du service Handimap.org, http://www.handimap.org/montpellier, consulté le 04/03/2013.

17La combinaison d’une donnée de qualité et d’un format géographique a donc permis de rapidement illustrer les possibilités offertes par la mise à disposition de données publiques en termes de réutilisation par des tiers et surtout en abordant la question des données non institutionnelles et le rôle des citoyens et des données qu’ils sont susceptibles de produire. Plusieurs mois après le lancement de ces divers services on ne peut pas dire qu’ils aient trouvé leur public (certainement par manque de communication). Néanmoins, ils nous ont permis dès les premières semaines d’amorcer une réflexion pédagogique en interne et en externe autour des données extérieures à l’institution, leur qualité, leur utilité et leur récolte. Cette démarche pédagogique a permis à la Ville de créer des liens nouveaux entre services métiers, développeurs et citoyens qui ont débouché sur par exemple la mise en place d’une méthodologie de cartopartie (relevé citoyen de données) connaissant un petit succès, mais surtout à l’origine de données « crowdsourcées14 » utilisées par divers acteurs15.

D’autres exemples de réutilisation

18Nous l’avons vu la réutilisation cartographique des données environnementales fut précoce et rapidement accompagnée par le programme open data de la Ville de Montpellier. Toutefois, il est aussi des applications dont la Ville a eu connaissance que très tardivement et pour lesquelles aucune aide (financière) particulière ne fut mise en place. Il s’agit par exemple de l’application City Gardens16, destinée à la découverte des parcs et jardins d’une ville. Cette application mobile existait déjà pour plusieurs villes en France sans nécessairement utiliser des données ouvertes de ces villes, qui pour certaines n’ont pas de projet open data. Dans le cas de Montpellier, l’ouverture des données relatives aux parcs et jardins a permis aux développeurs de City Gardens d’adapter rapidement et sans sur coût majeur leur application au territoire de Montpellier. La Ville a alors eu connaissance du projet très tardivement et son rôle s’est limité à mettre en relation les développeurs et le directeur du service paysage et biodiversité de la Ville de Montpellier pour régler les derniers détails.

  • 17 Institut National de la Recherche Agronomique, http://www.inra.fr/
  • 18 Uniquement durant la période sèche de mai à septembre.

19Enfin une autre donnée classée dans le thème environnement à fait le fruit d’une réutilisation identifiée, cette dernière est très importante aux yeux de la cellule open data de Montpellier, car elle illustre pleinement la variété des acteurs concernés et intéressés par le mise en ligne de données ouvertes. En octobre 2011, un chercheur de l’INRA17 de Montpellier contacte l’équipe de Montpellier au sujet de la donnée « évapotranspiration » calculée quotidiennement18 par les équipes du service paysage et biodiversité. Cette donnée sert à déterminer les temps et quantités d’arrosage des espaces verts de la Ville de Montpellier durant la période sèche. Le chercheur était à la recherche de données relatives à l’année 2010 afin de modéliser les pertes en eau sur un essai de maïs à Mauguio. Le programme open data de la Ville de Montpellier ayant débuté au printemps 2011, cette information n’était pas disponible en ligne. De fait, la demande a été transmise au service concerné afin d’accéder à des données antérieures si elle existait. La réponse fut positive et les données furent transmises à l’INRA.

20Accéder librement à des données environnementales semble alors revêtir un certain intérêt pour une multitude d’acteurs. Cet intérêt fut certes formaté par une situation de départ cadrée, mais reflète selon nous plus largement le potentiel offert par des données en open data. Les prédispositions techniques et thématiques des données environnementales à l’ouverture semblent être une réalité sur laquelle peut s’appuyer une institution.

Conclusion

21Notre question de départ supposait une situation singulière des données environnementales sur les portails open data en France. Difficile démettre un avis global sur la question. À l’heure actuelle, les données environnementales sont certes une des thématiques phares de l’ouverture de données, mais elles ne sont pas un cas exceptionnel. En revanche, l’étude du cas de Montpellier le montre, elles ont des caractéristiques techniques et politiques favorables qui permettent à une institution de s’appuyer sur la thématique environnement pour accompagner une démarche open data. Mais est-ce vraiment le but ? Un des objectifs intrinsèques de la mise à disposition de ces données serait d’avoir un impact réel sur des problématiques environnementales. Deux ans après l’ouverture, des premiers portails open data, il nous parait difficile de juger de telles répercussions sur le territoire, tant le temps des évolutions environnementales et le temps des innovations numériques évoluent sur des échelles différentes.

Haut de page

Notes

1 Deux ans après son lancement, le portail Open Data accueille plus de 100 jeux de données, pour environ 3.000 visites par mois et un nombre de téléchargements supérieur à 50.000.

2 Initié par M. Delafosse, adjoint au maire de Montpellier, délégué à l’urbanisme et à l’innovation numérique.

3 La sélection s’est opéré selon des critères relatifs à l’ancienneté des portails et du nombre de données disponibles. Enfin la sélection devait représenter au mieux la diversité administrative des institutions engagées dans l’open data en France : Paris, Rennes, Nantes, La Rochelle, Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Région Aquitaine, Provence Alpes Cote d’Azur / il est nécessaire de citer les sites web.

4 http://www.etalab.gouv.fr/, consulté le 26/02/2013.

5 L’évapotranspiration est la combinaison de l’évaporation (sol) et de la transpiration des plantes. L’évapotranspiration peut être estimée en quantité d’eau par unité de surface, mais elle est généralement traduite en hauteur d’eau, le plus souvent en millimètre (mm). La Ville de Montpellier dans le cadre de sa maitrise et de son suivi de la consommation d’eau effectue tous les jours des relevés d’évapotranspiration. Seule la dernière phrase mérite d’être conservée : Cette donnée recoupée avec d’autres informations, comme les températures ou l’ensoleillement, permet à la Ville d’optimiser le réglage de la programmation des temps d’arrosage.

6 Notons qu’une modération est nécessaire sur certaines d’entre elles, impossible de diffuser l’emplacement précis d’une espèce végétale rare pour éviter son vol.

7 « Le réseau Tela Botanica contribue au rapprochement de tous les botanistes de langue française dans une éthique de partage des connaissances et de respect de l’homme et de la nature. Sa vocation est de favoriser l’échange d’informations, d’animer des projets grâce aux nouvelles technologies de la communication et de produire des données libres de droit au service de l’ensemble des botanistes. », document en ligne, http://www.tela-botanica.org/site:accueil, consulté le 26/02/2013.

8 Réalisé par Tela Botanica.

9 http://www.montpellier.fr/3313-biodiversite.htm, consulté le 26/02/2012.

10 http://www.govdata.eu/samples/paris/parisarbreseu.html, consulté le 01/03/2013.

11 http://arbres.cartoclic.org/site/demo/Arbres?xpage=plain#lng=3.872528&lat=43.608978&z=12, consulté le 01/02/2013.

12 https://itunes.apple.com/fr/app/id438447326?mt=8&affId=1578782, consulté le 01/02/2013.

13 http://mtn.softec.lu/site/biozoom/carte?xpage=plain#lng=3.9250563813475&lat=43.613452409913&z=12, consulté le 01/03/2013.

14 Données issues du travail collaboratif de divers acteurs dans la récolte sur le terrain.

15 Exemple du service Handimap.org, http://www.handimap.org/montpellier, consulté le 04/03/2013.

16 https://itunes.apple.com/fr/app/citygardens-la-nature-dans/id505955763?mt=8, consulté le 01/03/2013.

17 Institut National de la Recherche Agronomique, http://www.inra.fr/

18 Uniquement durant la période sèche de mai à septembre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des données environnementales dans les données mises en libre accès par dix organismes publics
Crédits Jérémie Valentin
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Valentin, « Les données environnementales : un cas particulier dans la mise en place des données publiques en Open Data ? », Netcom, 27-1/2 | 2013, 254-263.

Référence électronique

Jérémie Valentin, « Les données environnementales : un cas particulier dans la mise en place des données publiques en Open Data ? », Netcom [En ligne], 27-1/2 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/1370 ; DOI : 10.4000/netcom.1370

Haut de page

Auteur

Jérémie Valentin

Ingénieur de Recherche au CNRS (laboratoire ArtDev UMR 5281) et Chef de projet Open Data de la Ville de Montpellier dans le cadre du projet Montpellier Territoire Numérique : http://opendata.montpelliernumerique.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals