Navigation – Plan du site

Les facteurs de localisation d’un nouveau type d’établissements tertiaires : les datacentres

Henry Bakis
p. 351-384

Résumés

Les centres de traitement de données ou datacentres (data centers) sont de nouveaux types d’établissements tertiaires rendus nécessaires par suite du développement d’Internet (sites web, cloud). Ils assurent notamment l’hébergement de serveurs (housing) d’entreprises ou de particuliers en location ou colocation d’espaces. Cet article tente de présenter ce type d’établissements tertiaires et de mettre l’accent sur leurs enjeux en termes de localisation et d’environnement. Il met notamment l’accent sur leur consommation énergétique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié et imprimé en octobre 2014.

Texte intégral

L’auteur remercie Stéphane COURSIERE (UMR 5281, ART-Dev) pour la réalisation des figures utilisant un fond Google Earth.

Introduction

  • 1 Guy Di Méo (2010), pp. 23-38.
  • 2 Guy Di Méo (2010).
  • 3 Pierre Veltz (1996).
  • 4 « World Cities » - Peter Hall (1966) ; John Friedmann & Wolff Goetz (1982).
  • 5 « Informational City » (Manuel Castells, 1982); « Network Society », (Manuel Castells, 1996).
  • 6 « Global City » - Saskia Sassen (1991).
  • 7 Cegos (2011), Les stratégies d’externalisation des entreprises françaises. Voir pp. 4-6.

1A l’ère du numérique et du post-fordisme, le système économique est caractérisé par l’importance du secteur des services, par la multiplication des mobilités, par la mondialisation et la métropolisation1. La connectivité des territoires est renfoncée par la diffusion grandissante des infrastructures et services de TIC mais aussi par celle d’usages nouveaux. Dans cette double logique, « hiérarchique et résiliaire »2, les réseaux permettent aux acteurs économiques de produire, capter et diffuser des informations. Plusieurs expressions ont tenté de rendre compte de ces évolutions spatiales. On a parlé à ce propos d’« économie d’archipel»3, de « villes mondiales »4, de « villes informationnelles »5 ou de « ville globale »6. Dans ce contexte économique des externalisations se sont affirmées, nomment celles relatives à l’informatique et à la logistique, fonctions les plus externalisées par les entreprises françaises7. Les évolutions récentes de la mémorisation des données produites ou diffusées sur l’Internet font la part belle à l’externalisation hors de locaux des producteurs de ces données.

  • 8 Nous choisissons d’utiliser ce néologisme un peu francisé (ce que fait aussi OVH). Le mot, calqué s (...)
  • 9 Cloud, ou cloud computing, nuage. Claude Malaison (2013) a parlé de « l’infonuagique » et de « four (...)
  • 10 Rappelons que le pétaoctec (Po en français ; Pb en anglais pour petabyte) correspond à 1015 octets (...)

2La généralisation du recours à l’informatique, aux TIC et plus particulièrement à l’Internet a eu pour conséquence la naissance de nouveaux types d’établissements tertiaires : les datacentres8. Des services nouveaux (sites web, informatique en nuages9) ont été développés pour répondre aux besoins de stockage à distance de données sur les serveurs. Car les données consultées par les usagers sont "dématérialisées" : elles ne sont plus logées dans un ordinateur local ou un disque dur externe, mais dans les serveurs d’hébergeurs (des entreprises fournissant ce service). Les datacentres assurent notamment l’hébergement de serveurs (housing) d’entreprises ou de particuliers en location ou colocation d’espaces. La capacité des datacentres se mesure aujourd’hui en téraoctets et même en pétaoctects10.

  • 11 Longtemps concentré sur les ventes de logiciels, Microsoft considère désormais l’informatique en nu (...)

3L’explosion de ces besoins se traduit par une explosion parallèle des besoins en infrastructures de transmission et en capacités et de stockage. Il en résulte depuis une dizaine d’années au moins, une compétition entre les grands opérateurs du Web et des TIC sur un marché disputé aussi par d’autres acteurs : hébergeurs informatiques et éditeurs de logiciels11, grandes entreprises ou administrations d’Etats notamment. Ces acteurs investissent dans les centres de données plus ou moins massivement, tout en restant discrets sur leurs capacités réelles.

4Alors que l’attention des aménageurs et des collectivités territoriales est se porte sur les enjeux des infrastructures, les enjeux des centres de traitement des données ne sont pas toujours bien connus. Cet article tente d’introduire le sujet et de mettre l’accent sur les enjeux de ces établissements tertiaires en termes de localisation et d’environnement.

5Après avoir présenté l’activité « hébergement » et donné quelques éléments quantitatifs sur cette activité économique cet article s’attardera sur les contraintes spatiales de ces présidant à la création de ces points névralgiques du réseau internet. On s’intéressera ici aux facteurs de localisation de ce centre de services particulier qu’est un centre d’hébergement de serveurs de l’Internet. Car, comme pour une usine ou un centre commercial, il est possible d’identifier les principaux facteurs de localisation d’un centre d’hébergement internet. On s’intéressera également aux enjeux environnementaux qui en découlent.

L’hébergement Internet

La géographie des TIC : au croisement de l’espace réel et de l’espace virtuel

  • 12 Infrastructures filaires, antennes, tour et relais hertziens, centres de commutation, tranchées ouv (...)

6L’inauguration d’un aéroport, d’une gare TGV, d’un port en eaux profondes, d’une ligne de tramway, met en branle les acteurs et marque durablement l’image d’un territoire. La mise en service d’un élément de réseaux de télécommunication ne donne pas lieu à un événement d’ampleur comparable, ni à une couverture médiatique similaire car, malgré l’évidence, ils ont été durablement perçus comme immatériels, laissant peu d’empreintes concrètes sur les paysages et les territoires. Les réseaux de télécommunications et de l’Internet marquent pourtant l’espace humain et ont toute leur place dans les paysages urbains et ruraux12. Les réseaux de câbles sous-marins n’ont rien de virtuel, ni d’ailleurs les réseaux satellitaires ou les usines produisant les matériels numériques. Aujourd’hui, cette prise de conscience fait que les relais hertziens destinés à la téléphonie cellulaire sont reconnus comme tels et dénoncés par certaines associations de consommateurs en vertu du principe de précaution, suite aux risques sanitaires qu’ils feraient encourir aux populations.

7Pourtant, le langage courant continue à situer les télécommunications dans un espace immatériel : l’imaginaire des internautes est amené à situer ce réseau dans « un nuage » ! Or ce réseau s’articule dans une réalité tout à fait matérielle.

  • 13 Voir : Henry Bakis (1988), « Technopôle et téléport: concepts et réalités », in  Problèmes économiq (...)
  • 14 Ces datacentres sont de véritables "forteresses de l’économie numérique" plus encore que l’immobili (...)
  • 15 C. Jacquin note justement : « Loin des spéculations, mythes et fantasmes on remarquera la pesanteur (...)

8Parmi les traces physiques des télécommunications sur l’espace géographique figurent les infrastructures (équipements de réseaux câblés et hertziens) mais aussi des lieux particuliers (immeubles et parcs réunissant les activités de l’économie numérique13 ; centres d’hébergement de l’internet. L’hébergement des données est en effet une fonction technique indispensable au bon fonctionnement des services internet et des entreprises assurent et commercialisent cette fonction à l’articulation de l’espace physique réel et de l’espace des infrastructures internet14. Car - est-il encore besoin de le rappeler ? - les réseaux de télécommunication ne sont en aucune manière détachés de l’espace « réel » et des contraintes spatiales qui en découlent15.

  • 16 A juste titre, G. Puel et Ch. Ullmann remarquent que l’Internet décentralisateur est un rêve ; que (...)
  • 17 Voir Gabriel Dupuy (1985) ; Henry Bakis (1994).

9Cet objet géographique est soumis à la loi commune : il révèle un espace marqué par les disparités entre les lieux. Le géographe se retrouve alors en terrains connus : caractère hétérogène de l’espace16 et propriétés de base des réseaux (connexité, connectivité, homogénéité, isotropie, nodalité17). Sur cette planète, certains lieux sont mieux connectés que d’autres ; c’est toujours le cas, à des degrés divers, pour les métropoles et les grandes agglomérations, y compris dans les pays les moins avancés.

L’hébergement : une nouvelle activité de service

  • 18 « 84 % d’entre elles confient l’hébergement à un prestataire extérieur ». C. Jacquin (2003), p. 24.

10Une activité économique spécifique est née de ces fonctions de services qu’impose le développement d’internet. Diverses entreprises, notamment françaises, sont actives sur ce marché. Toutes sortes de contenus peuvent être stockées : des sites web évidemment, mais aussi des données de radios, de jeux en lignes, etc. L’hébergeur est un partenaire incontournable pour la majorité des entreprises18.

11Selon les statistiques de Netcraft19 on compte près de 182,14 millions de sites internet actifs dans le monde en avril 2014 contre 22,81 millions dix ans auparavant20. Le Net se dilate à une vitesse gigantesque : on a compté 5,1% de sites supplémentaires entre février et mars 2012 ! 21

  • 22 Cette technologie permet de stocker des données de toutes sortes (textes, illustrations, photograph (...)
  • 23 Christian Comtat, directeur en charge du cloud chez IBM France, cité par Christian Goutorbe (2012).

12Dans le monde, la croissance des surfaces des datacentres et des capacités des mémoires s’accélère. La part du chiffre d’affaires des entreprises provenant du cloud22 augmente (celui d’IBM-France a été multiplié par 2,4 entre 2010 et 201123).

  • 24 Au 31 mars 2014 (ACERP). Par ailleurs : 32,70 connexions haut débit pour 100 habitants (janv. 2011) (...)

13En France, sur 25,2 millions d’abonnés Internet 2,2 millions bénéficient d’une connexion en Très Haut Débit (fibre optique, câble, VDSL2).24

Les services et prestations des hébergeurs

14Diverses entreprises produisant des données (banques, assurances) ou des contenus (notamment ceux placés sur des sites web) ne disposent pas toujours des équipements indispensables pour la gestion, le stockage et la sécurité de ces données (en cas de problèmes de tous ordres, y compris en matière de cyber sécurité, l’entreprise doit pouvoir récupérer ses données). Elles ne sont pas toujours à même d’assurer par ailleurs le service technique indispensable pour que leur présence sur le net soit effective.

  • 25 La nomenclature d’activités française révision 2 (NAF rév. 2, 2008) replace depuis début 2008 la NA (...)

15Aussi recourent-ils en général à des entreprises spécialisées : les hébergeurs qui créent et gèrent des établissements particuliers : les centres de traitement de données25. Physiquement, ces établissements regroupent divers appareils et systèmes informatiques : des ordinateurs, des serveurs, des baies de stockage et des équipements de réseaux. Du point de vue fonctionnel, ces centres traitent des informations électroniques nécessaires à l’activité d’une entreprise ou bien de diverses entreprises clientes. Les hébergeurs proposent aussi à leurs clients une présence sur Internet, et des services dont ils assurent la maintenance et la sécurité (Web, Mail, Bases de données, PHP et MySQL, d’e-mails, FTP, programmes nécessaires, raccordement aux réseaux des opérateurs de télécommunication, sauvegarde, etc.). Ils fournissent pour l’essentiel un service d’hébergement Internet et peuvent être chargés de l’enregistrement des noms de domaines auprès des organismes internationaux régissant cette ressource.

  • 26 Des exemples d’utilisation de ces technologies par les entreprises sont présentés par exemple par I (...)

16En résumé, les entreprises ne possèdent généralement pas l’expertise nécessaire et les compétences techniques indispensables pour assurer elles-mêmes la réalisation et la gestion quotidienne d’un datacentre dédié à leurs activités26. Les compétences sont de divers ordres : énergie (performance énergétique, redondance, centrale de secours électrique), refroidissement (production et distribution de froid), sécurité (des ressources informatiques, des bâtiments et du personnel).

  • 27 « Malgré ces nombreux handicaps, le rôle de l’hébergeur gratuit ne doit pas être minoré car il perm (...)

17Les services des hébergeurs varient selon le tarif pratiqué. Certains proposent un hébergement gratuit mais l’image du site en pâtit généralement car la « gratuité » a pour pendant la publication d’annonces ou bannières publicitaires avec le contenu du propriétaire du site. Cependant ce type d’hébergement a le mérite de permettre à des créateurs de site de se familiariser avec l’Internet27.

  • 28 « Le problème est que le serveur étant partagé, il suffit qu’un site devienne populaire pour que l’ (...)
  • 29 Le matériel est à la charge du client ainsi que la maintenance mais cette formule lui permet d’évit (...)

18L’hébergement consiste au partage de l’espace mémoire d’un serveur entre plusieurs centaines de sites (de clients différents)28. L’hébergement dédié consiste à allouer au site du client un serveur propre, ce qui permet de meilleures performances en terme de capacités d’espace disque, de bande passante, de sécurité. Une autre formule existe : la location d’un espace dans un centre d’hébergement et d’une connexion au réseau Internet, permet une solution optimale au client. On parle de colocation29.

Les facteurs de localisation

  • 30 Il n’est pas dans notre propos d’évaluer la pertinence de la méthode, ou de méthodes en étant issue (...)

19Existe-t-il des facteurs de localisation spécifiques pour les activités tertiaires ? La localisation des activités économiques est un thème important en géographie économique. Les travaux pionniers de Von Thünen (1826) ont porté sur la rente agricole (utilisation optimale de la répartition des productions par rapport au marché); ceux d’Alfred Weber ont eu le mérite de mettre l’accent sur l’importance des facteurs technico-naturels sur la localisation industrielle (Weber 1909) 30.

  • 31 La localisation des activités de service a donné lieu à des études et revue bibliographiques, comme (...)

20Les activités de services semblent a priori moins dépendantes du milieu que les activités agricoles, industrielles ou touristiques. Des contraintes de production et de fonctionnement existent cependant, les principales étant liées à la clientèle ou au niveau des salaires à qualification égale31.

21On pense moins à l’importance du branchement aux grands réseaux (TIC / haut débit ; puissance électrique) ou aux facteurs naturels (en dehors des sites touristiques). Le secteur des services de l’ère Internet compte un nouveau type d’établissements : les datacentres.

22Or, les datacentres ont un besoin vital d’énergie électrique et de la proximité des artères de très haut débit des réseaux de l’internet. L’importante consommation électrique étant un facteur essentiel, cela implique des préoccupations énergétiques et environnementales. L’énergie sert à faire fonctionner les équipements, mais aussi à refroidir ces derniers. Aussi, le recours à l’air froid extérieur ou à l’eau froide de l’environnement débouche souvent sur le choix de sites en pays froids (Quebec, Canada ; Nord-Ouest des USA ; Nord de l’Europe) ou à des régions relativement fraîches.

  • 32 Pour les bâtiments nécessaires pour commencer l’activité, mais aussi pour d’éventuelles extensions.
  • 33 « The Dalles has the right combination of energy infrastructure, developable land, and available wo (...)

23On retrouve aussi des besoins non spécifiques à l’activité des datacentres : l’accès à une main d’œuvre spécialisée et à des fournisseurs, l’existence de disponibilités foncières32 ainsi que l’existence d’aides (souvent consistantes) de la part des collectivités territoriales. Sur le site de Google présentant son datacentre de The Dalles (Oregon), on peut lire l’exposé des facteurs de localisation qui ont été déterminants pour choisir l’emplacement du datacentre : le site « dispose de la bonne combinaison, réunissant la capacité énergétique, la disponibilité de terrains à bâtir et la main-d’œuvre disponible nécessaire pour le datacentre »33. On constatera dans les cas suivants que ces mêmes facteurs jouent effectivement.

L’approvisionnement en énergie

24La consommation électrique est une question centrale pour les datacentres particulièrement gourmands en énergie. Les gros datacentres sont de gros consommateurs d’électricité malgré les efforts faits (gains d’efficience énergétique des ordinateurs, optimisation des réseaux, meilleur efficacité énergétique des matériels informatiques). En dix ans, le coût de l’énergie d’un datacentre a été multiplié par 8 selon IBM34. En raison de l’explosion des besoins, un datacentre de 10.000 m² consommerait autant qu’une ville de 50.000 habitants et les plus grands consomment autant d’électricité que 250 000 foyers européens. Si le « cloud » était un pays, « il se classerait (en 2012) au 5e rang mondial en termes de demande en électricité. Or, ses besoins devraient tripler d’ici à 2020 »35.

  • 36 Miguet François (2014), p. 66.

25Sait-on que chaque recherche sur un moteur de recherche a une empreinte écologique (estimée à 7 grammes d’émission de carbone sur Google36).

26L’implantation et le fonctionnement de ce genre d’établissement tertiaire est conditionné par la satisfaction d’un besoin vital en énergie (alimentation électrique sécurisée, refroidissement): des quantités de courant électrique non seulement importantes mais aussi croissantes compte tenu des perspectives du numérique et de l’usage du web. Le besoin d’énergie est si vital pour les datacentres qu’il fournit une clé pour comprendre la localisation de certains d’entre eux. Plusieurs illustrations jointes à ce texte montrent combien la localisation de ces datacentres tient compte de l’approvisionnement en énergie (voir les illustrations 2,3, 6).

  • 37 En Europe, OVH gère trois millions de noms de domaine. « Notre place de numéro 1 européen et de num (...)
  • 38 Rogel Christian (2014), « Le plus grand hébergeur Internet d’Europe arrive en Bretagne » 6 février, (...)
  • 39 Maheu Marie-Eve (2013), « Le plus grand centre d’hébergement web au monde à Beauharnois », 26 avril (...)
  • 40 Il s’agit d’OVH. http://www.ovh.com/fr/apropos/datacentres.xml. Page consultée en mai 2014.

27Le cas d’OVH mérite analyse pour le soin mis à implanter ses nouveaux établissements à proximité de sources énergétiques abondantes. Cet hébergeur français (OVH veut dire « On vous héberge ») a été créé à Roubaix en 1999. Il héberge aujourd’hui plus de 18 millions de sites dans le monde37 et s’appuie sur 12 centres d’hébergement dont six le Nord-Pas-de-Calais et d’autres en région parisienne38, à Strasbourg et à Beauharnois (Canada)39. Cet hébergeur fait état sur son site internet du soin qu’il met à sécuriser l’alimentation électrique de ses centres de données : double alimentation électrique systématique ; onduleurs de 250 KVA chacun ; groupes électrogènes d’une autonomie initiale de 48h ; deux arrivées réseau minimum jusqu’au centre. Il ajoute qu’à l’intérieur des bâtiments, deux salles réseau jumelles sont en mesure de prendre le relais l’une de l’autre40.

L’énergie sert au fonctionnement mais aussi au refroidissement des datacentres

28Le besoin d’énergie est double : l’énergie sert d’abord au bon fonctionnement des équipements mais elle permet aussi l’atténuation de la chaleur produite par ces matériels. En effet, il est important de minimiser la production de chaleur par les matériels informatiques pour éviter tout dysfonctionnement.

29Dans les datacentres, les serveurs chauffent avec des pointes pouvant atteindre 120, qu’il faut impérativement refroidir.

  • 41 C. Jacquin (2003).
  • 42 Ainsi, OVH a-t-il utilisé « conjointement l’eau et la ventilation naturelle sous le climat tempéré (...)

30Au début des années 2000, un observateur notait : « on observe des systèmes d’aération particulièrement sophistiqués diffusant l’air frais par les dalles du sol afin de pénétrer directement dans les circuits des serveurs »41. Mais, une fois la chaleur produite, il convient de la réduire par la mise en œuvre de climatiseurs gourmands en énergie ou d’autres procédés visant à faire baisser la facture énergétique du nécessaire refroidissement. Les hébergeurs tentent de développer des technologies de refroidissement des serveurs. Ils utilisent la climatisation mais laissent la place à d’autres procédés42. Un réseau de tuyauteries sert à amener et à évacuer l’eau d’un datacentre.

Présentation de quelques cas

  • 43 Le concept de datacentre en containers sur un parking visait à obtenir un bâtiment modulaire et de (...)

31Les fonctions des datacentres peuvent être assurées dans des bâtiments d’origine et d’architecture variées : bâtiments modernes (Reuters à Londres), usines désaffectées (Google à Hamina, OVH à Roubaix, Gravelines et Beauharnois), conteneurs aménagés posés sur un parking (OVH à Strasbourg43) ou même barges à flot contenant plusieurs étages de conteneurs (Google à San Francisco et Portland).

OVH dans le quartier du Sartel, Roubaix

32Le besoin d’énergie constitue un facteur explicatif dans la décision d’OVH de s’implanter à Gravelines, localité est située à quelque 85 kilomètres du berceau de l’entreprise (Roubaix).

33L’entreprise est née à Roubaix. Elle s’est développée dans le quartier du Sartel. Sur le cliché ci-dessous, on voit un paysage industriel du début du 20ème siècle : canal, usine de peignage d’Alfred Motte. A la fin du 20ème siècle, l’activité industrielle de ce quartier était sinistrée.

  • 44 Par ailleurs, un développement s’opère en France (deux centres en Région parisienne et quatre à Str (...)
  • 45 Lionel Deny, responsable d’exploitation chez OVH, cité par Bonnaffé Hugo (2013b), « Gravelines, le (...)
  • 46 Henryk Klaba, president du groupe OVH, cité par Bonnaffé Hugo (2013b), « Gravelines, le plus grand (...)

34Aujourd’hui, le site de Roubaix est métaphoriquement appelé la Roubaix Valley par l’hébergeur lui-même. Il compte six datacentres dont le plus innovant (Roubaix4) a été inauguré en 2011 et dont un autre est en cours d’aménagement (Roubaix 6). Cet hébergeur s’est étendu dans son site historique mais, suite à sa croissance considérable, il trouve des difficultés à continuer à s’étendre sur ce site. OVH a pris en compte les limites prévisibles de son site historique, dit ‘Roubaix Valley’, quant à ses capacités électriques. Or, il comptait déjà cinq centres de données, un sixième étant en cours d’installation44. Les travaux, programmés avec ERDF devaient durer au moins un an et demi45, soit une durée rédhibitoire pour l’entreprise qui ne pouvait attendre autant. D’autant que le site du siège social, serait arrivé à saturation avant la fin de ce chantier46.

Illustration 1 - L’établissement de l’hébergeur OVH, Quai du Sartel à Roubaix au début du 21ème siècle

Illustration 1 - L’établissement de l’hébergeur OVH, Quai du Sartel à Roubaix au début du 21ème siècle

https://lafibre.info/​ovh-datacenter/​ovh-vu-du-ciel-avant-apres/​ (consult. Mai 2014), cliché (2012).

35L’hébergeur s’est donc mis en quête d’une nouvelle implantation dans la région Nord pour assurer son développement.

A Gravelines  (Nord): la proximité de la plus grande centrale nucléaire d’Europe

  • 47 Bonnaffé Hugo (2013b), pp. 12-15.
  • 48 137 salariés ont été licenciés. Les anciens salariés ont contesté les raisons économiques avancées (...)
  • 49 Bonnaffé Hugo (2013b).

36Proche de la mer du Nord, un nouveau site a vu le jour à la fin de l’année 2012. Le site du nouveau datacentre d’OVH occupe 9 hectares et comprend 20000 m2 de bâtiments47 ; c’est le plus grand centre de données d’Europe. Cet établissement a hérité du site d’une ancienne usine de la société Rexam disponible. Outre le voisinage de la plus grande centrale nucléaire d’Europe de l’Ouest, cette usine présentait un autre intérêt du point de vue énergétique car elle se prêtait bien à la reconversion envisagée. Avant de fermer ses portes en décembre 200948, elle avait vu la fabrication de boîtes en acier étamé (autrement dit des canettes). Comme le travail de l’acier posait déjà la problématique de l’évacuation de la chaleur des machines, le bâtiment avait été conçu pour rendre possible une ventilation naturelle. L’ancienne usine Rexam disposait aussi d’une alimentation électrique de dix mégawatts49, facilement extensible, ce qui était un avantage important pour OVH.

  • 50 Elle a été implantée à proximité de la mer du Nord de manière à pouvoir bénéficier du refroidisseme (...)

37Gravelines est d’abord un site de production électrique remarquable par ses dimensions : c’est la centrale nucléaire la plus grande d’Europe50. Le site de l’établissement d’OVH tel qu’il est révélé par l’illustration 2, montre une double proximité avantageuse pour l’hébergeur : la centrale nucléaire d’une part, le canal d’admission de l’eau de mer destinée à la centrale d’autre part. Cela rend possible, si nécessaire, à la fois un approvisionnement en énergie électrique et un approvisionnement en eau de refroidissement du datacentre.

Illustration 2 - Le site de l’établissement d’OVH à Gravelines

Illustration 2 - Le site de l’établissement d’OVH à Gravelines

Cliché Google Earth (capture 2014).

Le datacentre d’OVH à Beauharnois (Quèbec) : la proximité d’une grande centrale hydro-électrique

  • 51 Branche aluminium née du rachat d’Alcan par le groupe minier londonien Rio Tinto en 2007.

38Dans le cadre de son développement mondial et suite à son intérêt pour le marché américain, OVH s’est implantée outre-Atlantique en janvier 2012. OVH a acquis le site d’une friche industrielle de 60000 mètres carrés située dans les environs de Montréal : l’usine de Beauharnois (Québec) qui a appartenu à l’entreprise Rio Tinto Alcan51.

  • 52 Bonnaffé Hugo (2013d).
  • 53 D’après X (2014), Alliancy le mag, Numérique & Business, N° 7, février-avril http://www.alliancy.fr (...)
  • 54 X (2014), Alliancy le mag, Numérique & Business, N° 7.

39Sur le site de Beauharnois, un datacentre (dit BHS) a été mis en service à la fin de l’année 2012, et trois mois plus tard s’y est ajouté un second (dit BHS2) : il devait atteindre une capacité totale de 20000 serveurs au début de juillet 201352. La perspective fixée par l’entreprise est de faire de ce centre l’un des plus importants au monde, avec 360 000 serveurs soit bien plus que l’actuelle capacité d’OVH en France (100000 serveurs)53. Les investissements sont à la mesure de cette ambition : 127,3 millions de dollars, soit quelque 100 millions d’euros54.

  • 55 Germain Masse, directeur mondial  des centres de données d’OVH, cité par Maheu Marie-Eve (2013), «  (...)

40Ce site fournit une intéressante démonstration du rôle fondamental de l’énergie comme facteur de localisation d’un centre d’hébergement de données. Justifiant le choix de ce site de à Beauharnois, la direction d’OVH affirme : « On est tombé amoureux du site, parce qu’il est fait pour notre technologie »55.

  • 56 Hydro Québec (2009), Rapport annuel 2008 : L’énergie de notre avenir, Montréal,‎ avril, p. 124 (cit (...)
  • 57 Goutorbe Christian (2012).

41La proximité d’un important barrage hydro-électrique (300 mètres environ) sur le fleuve Saint-Laurent a joué ici un rôle attractif comparable à celle de la centrale nucléaire de Gravelines (illustrations 2). L’entreprise entend sécuriser à long terme une fourniture énergétique abondante et proche. La centrale de Beauharnois est du type fil de l’eau (sans véritable réservoir) ; construite sur le Saint-Laurent à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Montréal, elle est exploitée par Hydro-Québec depuis la première nationalisation de l’électricité au Québec en 1944. Elle développe une puissance installée de 1 903 MW (2008)56. L’approvisionnement électrique du datacentre de Beauharnois est assuré par trois sources électriques distinctes (illustration 3). Notons que le septième datacentre mondial d’IBM à Grabels (Montpellier, 2012) dispose également de trois sources différentes d’alimentation en énergie pour une meilleure sécurisation57.

Illustration 3 - L’approvisionnement électrique du datacentre de Beauharnois

Illustration 3 - L’approvisionnement électrique du datacentre de Beauharnois

Cliché Google Earth (capture 2014), http://ville.beauharnois.qc.ca/​developpement-economique/​parc-industriel/​ (mai 2014).

42L’intérêt du site est compris par d’autres entreprises (climat et énergie) : ainsi, Ericsson a ouvert un datacentre jumelé à un centre de recherches dédié au cloud à Vaudreuil-Dorion (Québec) ; situé à proximité du datacentre OVH de Beauharnois, celui d’Ericsson a mobilisé un investissement de 1,2 milliard $.

43Comme les autres entreprises vendant de l’hébergement numérique, OVH est conscient des enjeux environnementaux représenté par les datacentres, les matériels installés sur ces sites étant de gros consommateurs d’énergie pour leur fonctionnement et leur refroidissement. L’ancienne l’usine d’électrolyse de Beauharnois, en fonction depuis 1943, produisait des lingots d’aluminium. Elle utilisait une vieille technologie devant être abandonnée dans l’industrie de l’aluminium mondiale suite à une réglementation environnementale, et ce au plus tard en 201558. La fermeture en juin 2009 a touché 220 employés59.

Illustration 4- L’usine d’électrolyse de Rio Tinto Alcan avant sa réaffectation en datacentre

Illustration 4- L’usine d’électrolyse de Rio Tinto Alcan avant sa réaffectation en datacentre

Source : OVH, Bonnaffé Hugo (2013d), « BHS passe la seconde », 2 avril, http://www.ovh.com/​ca/​fr/​blogue/​a1043.bilan-datacentre-ovh-usa-canada

  • 60 G. Masse, cité par Maheu Marie-Eve (2013).
  • 61 X (2014), Alliancy le mag, Numérique & Business, N° 7.

44La structure des bâtiments (illustration 4) a été mise à profit par OVH pour l’architecture interne de son nouvel établissement OVH : elle a été utilisée comme une coquille pour le centre de données : percée de toute part, elle permet des échanges d’air bienvenus évitant l’utilisation de la climatisation. L’entreprise réussit à abaisser la température des serveurs uniquement grâce à un système de refroidissement à l’eau qu’elle a mis au point. Elle couperait donc sa facture d’électricité en deux60. Pour « réduire les coûts de fonctionnement de ses équipements, tout en limitant son impact sur l’environnement, pour abaisser au maximum le prix de ses offres », OVH a réussi à éliminer totalement la climatisation au profit de la ventilation61. Les enjeux sont économiques, mais ils sont présentés aussi sous leurs aspects environnementaux.

  • 62 Le chiffre de 400 000 serveurs a été évoqué. Bonnaffé Hugo (2013a), « OVH.com en Amérique du Nord »
  • 63 Source OVH.
  • 64 Claude Haineault, maire de Beauharnois, cité par Maheu Marie-Eve (2013).

45Implanté au début 2012, l’établissement de Beauharnois compte 6000 serveurs déjà en service en avril 2013. Les projets à cinq ans font état de l’accueil de 360 000 serveurs (l’équivalent de 288 millions de DVD) et même plus62. Si ces objectifs sont tenus, ce datacentre serait l’un des plus grands au monde. Beauharnois emploie 30 employés (2013) ; mais l’effectif pourrait grimper à 115 emplois, tous qualifiés63. Outre cet avantage prévu au bénéfice de l’espace local, le maire relève le fait que cette implantation constitue « le renouveau du parc industriel, qui a été déserté, mais qui commence à reprendre vie »64. Il ne manque pas de souligner les revenus nouveaux dont disposera la municipalité (taxes).

Le datacentre Normandie d’Orange à Val-de-Reuil (Eure) : avantages du climat normand et redéploiement

  • 65 Delphine Ernotte, Directrice exécutive d’Orange France, citée par Leblal Serge (2013), « Val de Reu (...)

46Ce datacentre est opérationnel depuis juin 2012. Complétant les centres d’Orange en matière de mémoire informatique et accueillant notamment des serveurs de Cloud de cet opérateur, il a mis en œuvre des technologies plus économes en énergie (datacentre free cooling ou refroidissement par air)65.

  • 66 Delphine Ernotte, Directrice exécutive d’Orange France, citée par Leblal Serge (2013).
  • 67 Laurent Benatar, DSI et directeur technique d’Orange France, cité par Leblal Serge (2013), « Val de (...)

47Un cadre dirigeant d’Orange a pu expliquer les raisons ayant conduit à une localisation sur ce site alors que d’autres sites avaient été envisagés (Rennes et Reims notamment). Sur ce site normand « les conditions météorologiques sont parfaites pour le free cooling et nous ne sommes pas sur une zone sismique… La qualité de l’air - ni trop froid, ni trop chaud, ni pollué - rend le système de refroidissement très efficace avec l’air ambiant »66. La technologie du free cooling consiste refroidir les salles informatiques en utilisant l’air extérieur au maximum des possibilités du site (ici onze mois sur douze), De ce fait, le recours à une climatisation traditionnelle bien plus gourmande en énergie électrique est restreinte. Pourtant, compte tenu de la production de chaleur des serveurs, le climat normand ne suffit pas pour assurer une température inférieure à 22 degrés dans les salles du datacentre. Des équipements de climatisation sont toujours indispensables. Le nouveau datacentre permet cependant un très net progrès par rapport à d’autres datacentres d’Orange de faible efficacité énergétique car les bâtiments n’avaient pas été conçus pour la fonction d’hébergement de serveurs. Ils sont en effet installés dans des bâtiments qui étaient à l’origine destinés à accueillir des centraux téléphoniques (illustration 5)67.

  • 68 Delphine Ernotte, Directrice exécutive d’Orange France, citée par Leblal Serge (2013).

48Les économies énergétiques réalisées grâce à Val-de-Reuil grâce à ce procédé sont importantes. Elles doivent permettre à Orange d’économiser une énergie qui suffirait à « alimenter en électricité une ville de 30 000 habitants pendant un an »68. Pour améliorer encore le bilan énergétique de ce centre, une autre option semble envisagée : l’accueil de panneaux solaires sur les toitures.

49Les préoccupations énergétiques ont donc contribué au choix du site et du nouveau procédé de refroidissement. Elles n’expliquent pas, cependant, l’ampleur de la parcelle et des projets de développements d’Orange à Val-de-Reuil. La construction de cet établissement doit être replacée dans la politique de l’entreprise en matière de datacentres.

  • 69 Trois bâtiments ont été construits (5000 m2) et chacun peut supporter jusqu’à 12,5 mégawatts.
    Chaque (...)

50L’activité actuelle de l’établissement - deux salles actives69 sur les quatre du complexe terminé - amène à constater une sous utilisation. Or, les projets de développement sur le site concernent 16 autres salles informatiques. De plus, la parcelle permet de nouvelles extensions si nécessaire. Ce centre a été calibré pour héberger des milliards d’informations à terme (applications d’Orange et de ses clients). Cet état de fait tient à des choix stratégiques d’Orange : concentrer ses datacentres sur moins de sites à l’avenir (3 ou 4 peut-être). Aujourd’hui, on en compte 16 en France (Rennes, Aubervilliers, Paris, Lyon., etc..) et une cinquantaine dans le monde.

Illustration 5- Parcelle d’Orange dans la zone du parc d’activités technologiques Pharmaparc II à l’entrée de Val-de-Reuil (Eure)

Illustration 5- Parcelle d’Orange dans la zone du parc d’activités technologiques Pharmaparc II à l’entrée de Val-de-Reuil (Eure)

Document Sodevil, Société d’Economie Mixte locale de Développement Economique et d’Aménagement. http://www.sodevil.com/​rubrique.php?id_page=120 (mai 2014).

  • 70 Altitude Infrastructure (AI) est un opérateur (infrastructures télécoms depuis une dizaine d’années (...)

51Le site d’implantation dispose d’avantages variés pouvant expliquer la localisation de cet établissement. Il est situé dans une des villes nouvelles créées en France au début des années 1970 qui accueille des établissements de haute technologie. La zone d’activités Pharmaparc II en particulier est située à l’entrée de la ville (centres de calcul d’EDF et d’Altitude70). Il est situé à proximité de Paris-La Défense (50 minutes par l’autoroute), de Rouen (environ 30 km) capitale régionale comptant des pôles de recherche et d’enseignement supérieur.

Le datacentre d’IBM à Montpellier : proximité du réseau électrique à haute tension

52IBM dispose de nombreux centres de données sur lesquels reposent son système "Bluehouse" conçu pour le marché des échanges entre entreprises et son service axé sur la continuité afin de faire face à tout problème d’interruption dans la disponibilité des données des entreprises clientes (BCRS - Business continuity and resiliency services).

  • 71 « Vous prenez un entrepôt, vous créez un faux plancher pour faire circuler les câbles, vous l’alime (...)
  • 72 Le business de l’hébergement représentait un volume d’affaires de 400 millions d’euros (2,6 milliar (...)

53En France, les datacentres (centres d’hébergement de serveurs) manquaient en 1998. Mais la croissance a été considérable car il est relativement facile de créer un centre d’hébergement71. Aussi, cette activité s’est-elle développée pour profiter de l’explosion du nombre de sites web. Parmi les acteurs : les opérateurs télécoms, les sociétés d’ingénierie, des start-up72.

Le réseau haute-tension du Réseau de Transport d’Electricité 225 et 400 kV passe à proximité du datacentre d’IBM Montpellier (illustration 6).

Illustration 6 - Le réseau 225 et 400 kV de RTE dans le Sud-Est de la France

Illustration 6 - Le réseau 225 et 400 kV de RTE dans le Sud-Est de la France

Extrait de la carte de RTE, janvier 2013, http://www.rte-france.com/​uploads/​media/​400_225_2013.pdf

Le datacentre de Google à The Dalles (Oregon) : la proximité d’une grande centrale hydro-électrique

54En 2006, Google a commencé la construction d’un centre de données principal à The Dalles (Oregon). 80 personnes sont employées à plein temps73.

55A la question « Pourquoi Google a-t-elle choisi The Dalles? », l’entreprise répond que ce site a la bonne combinaison de plusieurs facteurs : les infrastructures énergétiques, les disponibilités en terres, et la main-d’œuvre nécessaire pour le datacentre. Un accord à long terme a été établi avec l’Oregon.

56La recherche d’une source d’énergie hydroélectrique fiable a conduit à ce choix de localisation, le long de la rivière Columbia au courant rapide 74. Notons que le procédé de refroidissement utilisé crée des panaches de vapeur d’eau qui s’élèvent au-dessus des tours de refroidissement des bâtiments du centre de données. Ces plumes vaporeuses donnent au paysage crépusculaire une touche originale (illustration 7).

Illustration 7 - Datacentre de Google de The Dalles, Oregon. Plumes de vapeur s’échappant des tours de refroidissement

Illustration 7 - Datacentre de Google de The Dalles, Oregon. Plumes de vapeur s’échappant des tours de refroidissement

Cliché Google, http://www.google.com/​about/​datacenters/​inside/​locations/​the-dalles/​ (mai 2014).

Le datacentre de Google à Hamina (Finlande): la proximité d’eaux marines froides

57Une usine du groupe papetier finlandais Stora Enso a été désaffectée en janvier 2008, causant la perte de 450 emplois, le groupe étant engagé dans une politique de redéploiement mondial et de désinvestissement en Scandinavie. Cette usine littorale (illustration 8) a été achetée par Google pour 40 millions d’euros au début de l’année 2009.

58Le symbole est intéressant : là où la pâte à papier était transformée en rouleaux de papier destinés à porter l’information imprimée (journaux, livres), Google a installé des serveurs internet pour l’hébergement et la diffusion de l’information électronique.

Illustration 8 - Ancienne usine de papier à Hamina (vers 2007), Finlande

Illustration 8 - Ancienne usine de papier à Hamina (vers 2007), Finlande

Cette usine a été reconvertie en datacentre par Google.

Source: Peter Marten (2010), « Google finds itself in Finland », May 2009, updated March 2010, http://finland.fi/​Public/​default.aspx?contentid=163306 (consultation juin 2014).

59Ce datacentre est situé entre Helsinki et Saint-Pétersbourg, au bord du golfe de Finlande. C’est la proximité des eaux froides de bras oriental de la mer Baltique qui a joué un rôle déterminant dans la localisation de ce centre (illustration 9). Il est en relation avec les autres datacentres de Google, dont : ceux de The Dalles (Orégon, USA), Saint-Christin (bénéficiant d’une position centrale en Europe. Belgique), Quilicura (Chili, 2014) Changhua County (le plus grand datacentre d’Asie, Taïwan), San Francisco et Portland (USA).

Illustration 9 - Eléments du système de refroidissement à base d’eau de mer du datacentre de Google à Hamina (Finlande, vers 2010)

Illustration 9 - Eléments du système de refroidissement à base d’eau de mer du datacentre de Google à Hamina (Finlande, vers 2010)

Cliché extrait du site Google, extrait d’une copie d’écran : https://www.google.com/​about/​datacenters/​inside/​locations/​hamina/​ (consultation juin 2014). Pour une visite virtuelle de ce site, voir un document de 2011: https://www.youtube.com/​watch?v=VChOEvKicQQ (consult. juin 2014).

Illustration 10 - Le site du data centre de Google à Hamina (Finlande, vers 2010)

Illustration 10 - Le site du data centre de Google à Hamina (Finlande, vers 2010)

Cliché Google, extrait d’une copie d’écran : https://www.google.com/​about/​datacenters/​inside/​locations/​hamina/​ (consult. juin 2014)

La contrainte de proximité des grandes artères numériques

60Le cœur du métier de l’hébergeur est fait d’hébergement de données mais aussi de l’accessibilité de la plupart de ces données. Les internautes doivent pouvoir consulter dans les meilleures conditions possibles les sites internet hébergés : débit, fiabilité, etc. Il en résulte un cahier des charges exigeant ne pouvant être assuré à trop grande distance des infrastructures du haut-débit.

  • 75 « On observe une forte corrélation entre l’emplacement des centres d’hébergement et la topologie de (...)
  • 76 « Les logiques économiques des acteurs reposent principalement sur la maîtrise des tuyaux, bien ava (...)
  • 77 C. Jacquin (2003), p. 30.

61La topologie des réseaux résulte, notamment, de contraintes techniques. A ces contraintes réelles s’ajoutent d’autres types de contraintes, d’ordre géographique. La proximité des grandes artères des réseaux de l’internet est un de ces facteurs75 en vue d’une connectivité maximale au réseau. Aussi les hébergeurs cherchent-ils à localiser les datacentres à proximité des points de raccordement au Backbone de l’Internet. La vitesse des échanges en découle, tout en évitant de « tirer » des lignes à haut débit du datacentre au PoP (point d’accès au backbone)76. La localisation des datacentre est donc en étroite liaison avec celle des nœuds des réseaux des opérateurs. L’implantation de ces nœuds « répond à deux principes simples : des zones de forte densité et/ou au caractère stratégique dans le cadre d’une politique de développement à l’échelle européenne ou mondiale. Cette relation entre localisation des centre d’hébergement et points de présence des opérateurs est renforcée par le fait que nombre des opérateurs sont, en vertu de la confusion des rôles des prestataires Internet, également des hébergeurs »77.

  • 78 Bonnaffé Hugo (2013b). Nous avons précédemment mentionné deux autres facteurs : les caractéristique (...)

62On ne sera donc pas étonné de savoir que, parmi les avantages de la localisation du site de Gravelines d’OVH, figure un facteur qui a constitué un argument de poids : la « proximité d’un nœud réseau de l’un des fournisseurs de fibre d’OVH » comme l’a remarqué l’un des responsables de cette entreprise78.

A l’échelle locale- Le cas d’IBM Montpellier

  • 79 IBM France propose à ces petites entreprises des services informatiques à distance dites SaaS (Soft (...)
  • 80 Christian Goutorbe (2012).

63La proximité des grandes artères numériques a joué pour la localisation à Montpellier du septième datacentre mondial d’IBM à Grabels (Montpellier). Ce datacentre, dédié aux applications « cloud » notamment destinées aux PME et PMI79 françaises, occupe 1 380 m2 (sur les 10 880 m2 totalisant les sept datacentre de cette firme dite Big Blue en 201280).

64L’intérêt de cette localisation du point de vue de la disponibilité des infrastructures numériques régionales ne fait aucun doute81 ; un chorème préparé avec Alexandre Schon et déjà publié en rend compte82. Le Centre IBM est proche en effet des infrastructures (backbone) constituant le passage dans la région de l’arc méditerranéen numérique d’importance nationale, européenne et mondiale.

  • 83 Tels : Numergy et Cloudwatt (en partie financés par l’Etat). Voir : Geneste Adrien (2012).
  • 84 Notons cependant que la localisation sur le territoire (national ou européen) du marché n’est pas s (...)

65Cet établissement IBM nous permet de mentionner un facteur supplémentaire jouant parfois pour la localisation des datacentres : l’implantation sur le territoire national du marché visé. En 2012, l’ouverture du datacentre de Montpellier intervient en effet dans le contexte de riposte par anticipation à la mise en place de clouds « souverains » 83 avec l’aide de l’Etat84.

Le réseau d’OVH

66Par la création de cet établissement canadien, OVH a concrétisé une stratégie de développement nord-américain. Ce cas précis illustre l’importance que revêtent les réseaux comme facteur de localisation et de développement. Les datacentres doivent impérativement situés dans la proximité des grandes dorsales de l’internet, qui fournissent la colonne vertébrale des infrastructures de l’internet (illustration 11).

  • 85 Bonnaffe Hugo (2013a), « Ovh.com en Amérique du Nord ».

67OVH s’est donc installé près de Montréal, mais, à partir de 2012, il y déploie un réseau propre aux Etats-Unis pour ne pas être dépendant d’un grand nombre d’opérateurs locaux. Il tente de la sorte de maîtriser intégralement l’acheminement des clients de ses clients américains et des internautes (les clients de ses clients). Les réseaux européen et américains n’en font plus qu’un : ils sont reliés par une vingtaine de liaisons transatlantiques qu’exploite OVH (fibres optiques empruntant les fourreaux de différents opérateurs)85. Notons les liaisons transatlantiques au départ de Londres, l’une vers Montréal, l’autre vers Newark (USA) ; ainsi que la liaison du réseau continental européen de Gravelines à Londres.

68A l’horizon 2017, OVH envisage d’ouvrir trois nouveaux datacentres au Canada et aux Etats-Unis (de manière à pouvoir satisfaire les besoins légaux de certains clients américains).

Illustration 11 - Réseau d’OVH.com en Amérique du Nord (fin 2012)

Illustration 11 - Réseau d’OVH.com en Amérique du Nord (fin 2012)

Source OVH, https://www.ovh.com/​fr/​anti-ddos/​aspiration.xml (consult. mai 2014).

Les facteurs de localisation non spécifiques à l’activité des datacentres

Le rôle des collectivités territoriales

69Les acteurs publics souhaitent disposer d’offres locales et régionales en matière de services destinés à l’internet, et notamment de datacentres et de prestataires du traitement et de l’hébergement des données. Ils ont tentent de corriger la tendance spontanée au renforcement de métropolisation et de la polarisation croissante des territoires, et, en conséquence, des disparités spatiales. Leur action concerne le développement d’infrastructures si les opérateurs peu motivés par les perspectives de marché, mènent une action jugée insuffisante. Les politiques publiques locales lancent alors des initiatives afin que leur territoire reste compétitifs d’une part (pour les activités déjà localisées sur leur territoire) et attractifs (pour d’autres entreprises susceptibles de décentraliser ou créer un établissement). De même, le contexte local doit rendre possible le besoin en équipements (pièces détachées provenant de ses fournisseurs) ou leur acheminement rapide : la bonne desserte en transports rapides (autoroute, aéroports) est indispensable.

70L’action des collectivités territoriales pour favoriser la localisation de datacentres hors des grandes métropoles mondiale est un facteur de localisation supplémentaire de ces centres de traitement et d’hébergement des données. Mais il ne faut pas perdre de vue que la politique des grands acteurs publics (Régions, Agglomérations, etc.) se conjugue avec celle des grands opérateurs de télécommunications pour favoriser sur leurs territoires l’implantation de datacentres. Aussi nous semble-t-il que d’autres facteurs sont primordiaux : la disponibilité à proximité immédiate d’une source abondante d’énergie et des grandes autoroutes de l’information.

Le personnel

71Malgré le côté apparemment immatériel de l’économie des TIC, il ne faut pas oublier que les réseaux, équipements et services fonctionnent sur l’espace réel (le géoespace) et pas uniquement à l’intérieur d’un cyberespace numérique. Les datacentres font travailler des « machines » (serveurs, ordinateurs, éléments de réseaux…) mais ils emploient également des êtres humains.

72Un datacentre de taille moyenne (3000 serveurs) emploie quelque 150 personnes : des personnels hautement qualifiés (informaticiens, spécialistes de réseaux) et des techniciens affectés à l’exploitation pour l’essentiel, mais aussi d’autres techniciens et opérateurs chargés de la maintenance des systèmes électriques (électriciens) ou de refroidissement (plombiers). On retrouve donc, comme pour tout établissement de l’industrie ou des services une contrainte de localisation : la possibilité du recrutement des personnels nécessaires.

  • 86 Noter à égard la notion d’« emploi métropolitain supérieur » de l’INSEE. Il s’agit de professions h (...)

73Les datacentres ont théoriquement nul besoin d’être localisés dans les grandes métropoles économiques mondiales ou dans les centres urbains. L’usage professionnel des télécommunications et leur situation à proximité des meilleures infrastructures nationales et internationales permettent une implantation performante hors des grands foyers d’activité et de population. Cela limite donc l’éloignement théoriquement possible des grandes zones d’activité économique. Ainsi, une fois de plus on constate donc que la potentielle dispersion des activités permise par les télécommunications se retrouve cadrée par la réalité de la géographie économique. Pour paradoxal que cela puisse sembler, c’est une incontournable réalité : les télécommunications permettent une théorique dispersion des activités économiques mais les acteurs n’en font pas un usage débridé. Ils restent sensibles aux avantages des métropoles et des espaces qui leurs sont proches car ce sont les lieux de résidences des informaticiens et autres personnels de la haute technologie86. Cela peut laisser espérer la réduction des investissements voir l’obtention d’aides à l’implantation de la part des services d’aménagement du territoire ou des collectivités territoriales. Mais un des facteurs majeurs de la localisation d’un centre d’hébergement est le besoin en main-d’œuvre qualifiée (informaticiens, ingénieurs et techniciens des réseaux de télécommunication).

  • 87 Miguet François (2014à, « Dans les entrailles de Google », Capital. Dossier spécial. Les clés pour (...)

74Pourtant, les besoins en personnels sont relativement limités : fondée en 1999, OVH n’employait que 420 personnes dans le monde malgré son développement récent et l’ouverture des établissements de Gravelines et de Beauharnois. Le datacentre de Google à La Salle près de Portland n’employait que 150 personnes87.

Conclusions

75La présentation de quelques cas de datacentres a montré l’étroite relation de ce type d’établissements avec la géographie : d’une part, les facteurs d’implantation font puissamment sentir leurs effets ; et d’autre part ces établissements posent des enjeux environnementaux spécifiques qui, en retour, peuvent alimenter des problématiques de développement local. Ces quelques études de cas mettent l’accent sur l’importance des facteurs technico-naturels (que l’on attendrait plutôt pour les sites agricoles, industriels ou touristiques) sur la localisation de ce nouveau type d’établissements du secteur des services.

76Le sujet des datacentres revêt une acuité particulière depuis une dizaine d’années dans le double contexte de l’explosion des usages internet et de l’âpre compétition commerciale qui en résulte. La capacité de géants des TIC en centres de mémorisation des données et/ou d’hébergement de serveurs, est en effet devenue prioritaire pour eux.

  • 88 En France, le Centre National d’Exploitation du Système de Réseau de Transport d’électricité (RTE) (...)

77Le géographe voit donc apparaître un nouvel objet d’étude dans le secteur des services. Ce nouveau type d’établissement tertiaire participe d’autres types d’établissements dont avait à connaître le géographe de l’économie, et notamment le géographe du commerce et des réseaux (transports, télécommunications, énergie, etc.) : les centres de conduite réseau (tels les centres de dispatching national ou régionaux pour l’électricité88), les grands centres de calcul informatique, les centres commerciaux, voire les entrepôts. Pour ces derniers, la comparaison s’applique aux fonctions stockage, sécurisation, réception et transmission du produit, certes très spécifique (ici des données).

78On a maintes fois remarqué qu’au cœur de l’économie de l’immatériel, les TIC sont un objet d’étude parfaitement matériel même si elles ont une dimension immatérielle. Ces technologies mettent en œuvre des matériaux tangibles et sont mises en place au moyen d’infrastructures de réseaux (câbles et établissements par exemple). Elles ont des implications foncières, mobilisant des terrains repérables sur les cartes et photographies aériennes, occupant des parcelles précises à côté d’autres établissement des zones d’activités. Parfois ces établissements s’érigent en des lieux remarquables : environnements campagnards (d’où l’une de ses appellations : « fermes »), périurbains, etc. Ces établissements s’insèrent parfois dans des paysages intéressants.

  • 89 Voir Charlotte Ullmann (dir., 2008), TIC et développement durable : opportunités ou menaces ?, NETC (...)
  • 90 Bruno Moriset, « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de (...)
  • 91 Il s’agit d’OVH. http://www.ovh.com/fr/apropos/datacentres.xml. Page consultée en mai 2014.
  • 92 Comme dans le datacentre de Global Switch situé à Clichy en Région parisienne où l’utilité énergéti (...)

79Des relations entre les services de l’internet (les datacentres en particulier) et l’environnement mériteraient par ailleurs une attention particulière89. De fait, la dangerosité des réseaux et des centres gérant et traitant les données ne peut être comparée à celle des centrales nucléaires ou des usines chimiques. Il a été remarqué que l’historique est « vierge du point de vue des catastrophes (l’Internet n’a pas connu de Tchernobyl) »90. Pourtant, la question des effets sur santé des réseaux de la téléphonie mobile ou du wifi ressort périodiquement sur la scène médiatique. De même, la très importante consommation électrique des datacentres et leur production de chaleur posent de clairs enjeux environnementaux. De nos jours, les enjeux environnementaux sont devenus si importants en termes d’image qu’un hébergeur met en valeur, sur son site internet, du soin qu’il met à obtenir des performances écologiques sur ses établissements. Il indique que 98% de ses salles d’hébergement sont dépourvues de climatiseurs. Il utilise le procédés du Watercooling pour dissiper 70 % de la chaleur émise l’Aircooling évacue les 30% restants. Cela a pour avantage corollaire de diviser par deux les coûts énergétiques et de réduire la consommation énergétique de ses datacentres 91. La chaleur produite par les datacentres doit être réduite sans cesse. Cela est effectué par des systèmes de climatisation ou d’autres systèmes de refroidissement (introduction d’air naturellement froid, d’où l’importance du choix des sites pour la localisation de ces établissements).On voit apparaître aussi des initiatives de récupération de la chaleur produite92.

  • 93 Exemple de préoccupation de sécurité électrique au sujet des deux datacentres d’Infomaniak (Genève) (...)

80Ces évolutions participent aussi à l’évolution de l’économie à l’heure du toyotisme et de la net économie. L’externalisation des centres de données de l’entreprise peut contribuer à la flexibilité de certaines organisations. Mais des préoccupations de sécurité devraient toutefois limiter ce type de recours pour les données les plus stratégiques93 et celles nécessitant une protection contre toute panne subite du réseau.

  • 94 G. Puel & Ch. Ullmann (2006).

81A l’échelle mondiale ou continentale, la création des autoroutes de l’internet a renforcé les liaisons et interrelations entre pays, notamment entre la triade et plus généralement entre les pays développés. Pourtant, la topologie globale de l’Internet prend la forme d’une « étoile centrée sur les États- Unis »94. L’importance relative des différents flux est éloquente à cet égard. Il n’y a là rien pour étonner le géographe ou l’économiste : la topologie de l’internet découle d’une volonté d’un accès aux marchés par les opérateurs.

  • 95 Préfecture de la Région Alsace (2011), Etude diagnostique et perspective des usages et services TIC (...)

82A l’échelle régionale, les réseaux d’infrastructures (backbones, nœuds d’interconnexion) peuvent-ils déboucher sur la création de services impulsant des dynamiques économiques et plus de croissance et d’emplois ? Ces équipements majeurs du réseau internet attirent l’attention des décideurs à l’échelle urbaine. Les grandes agglomérations s’y intéressent et mettent en œuvre en leur faveur des conditions d’acclimatation économique et sociale dans l’espace local. Mais attention ! Comme cela a été souligné dans une étude diagnostique sur les usages et services TIC dans une région française : « Le déploiement du très haut débit ne suscitera pas mécaniquement le développement de nouvelles activités»95.

  • 96 G. Puel & Ch. Ullmann (2006).

83Les infrastructures numériques et les services de TIC tels les centres d’hébergement jouent dans le sens de la métropolisation renforçant les polarisations déjà effectives. Le phénomène de métropolisation (marchés, usagers professionnels ou non, niveau d’éducation, main d’œuvre) incite les opérateurs à renforcer leurs infrastructures et leurs services. Ce sont les métropoles qui, les premières par rapport au reste du territoire, disposent des nouveaux services, des nouveaux réseaux même si le « réseau cible » annoncé comprend en général l’ensemble du territoire ou presque. Mais le décalage temporel de la disponibilité du réseau dans ces espaces « à câbler » renforce l’attrait des métropoles et des pôles majeurs de la hiérarchie urbaine actuelle. D’autant que le développement des réseaux de TIC répond à des logiques commerciales et non à des logiques relevant du service public ou de l’aménagement du territoire (comme au temps des opérateurs historiques, avant la libéralisation du secteur à partir des années 1980). Dans ce contexte général, que peuvent apporter les centres de traitement de données à leurs espaces d’implantation ? La localisation régionale des contenus (chez les hébergeurs) peut-elle laisser espérer une « création de valeur »96 bénéfique pour l’espace économique local ?

Haut de page

Bibliographie

ARGOUARCH Philippe (2013), « Informatique : Rennes devance Nantes et tire la Bretagne vers le haut », 16 mars, http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=29420

BAKIS Henry (1982), Approche photographique des télécommunications. Centre national d’Etudes des télécommunications, Issy-les-Moulineaux.

BAKIS Henry (1988), « Technopôle et téléport: concepts et réalités », in Problèmes économiques, n° 2082, 6 juillet 1988, pp. 12-19.

BAKIS Henry (1993), Les réseaux et leurs enjeux sociaux, Que Sais-je?, PUF, déc. 128 p.

BAKIS Henry & SCHON Alexandre (2013), « Ville de la connaissance et terreau numérique : le cas de Montpellier, France », NETCOM, vol. 26 (daté 2012), n° 3-4, pp. 275-306, http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV263/Netcom275-306.pdf

BONNAFFE Hugo (2013a), « Ovh.com en Amérique du Nord », 25 février, http://www.ovh.com/ca/fr/blogue/a973.ovh_en_amerique_du_nord_un_reseau_xxl_pour_bhs

BONNAFFE Hugo (2013b), « Gravelines, le plus grand centre de données d’Europe », OVH News. Le magazine d’actualités d’OVH.com, n°2, oct., pp. 12-15.

BONNAFFE Hugo (2013c), « Dans les coulisses d’un datacentre OVH.com », OVH News. Le magazine d’actualités d’OVH.com, n° 2, oct., pp. 16-19.

BONNAFFE Hugo (2013d), « BHS passe la seconde », 2 avril, http://www.ovh.com/ca/fr/blogue/a1043.bilan-datacentre-ovh-usa-canada

CASSE Marie-Claude (1995), « Réseaux de télécommunications et production de territoire », in Sciences de la société, n° 35, pp. 61-77.

CASSE Marie-Claude (1995), « Réseaux de télécommunications et construction territoriale », in R. FERRAS & D. PUMAIN ed., Encyclopédie de la géographie, Economica, pp. 1021-1038

CASTELLS Manuel (1989), The Informational City: Economic Restructuring and Urban Development, Blackwell Publishers, Oxford; Cambridge

CASTELLS Manuel (1996), The Rise of the Network Society, Oxford, Blackwell Publishers Ltd.

CEGOS (2011), Les stratégies d’externalisation des entreprises françaises. Les enquêtes de l’Observatoire Cegos,http://www.cegos.com/wp-content/files/presentation-enquete-externalisation.pdf , janvier

CHECOLA Laurent (2008), « L’’informatique en nuages s’envole », Le Monde.fr, 22 oct., http://www.lemonde.fr/technologies/article/2008/10/22/l-informatique-en-nuages-s-envole_1109586_651865.html

DI MEO Guy (2010), « La métropolisation. Une clé de lecture de l’organisation contemporaine des espaces géographiques », L’Information géographique, Vol. 74, n° 3, pp. 23-38.

DODGE Martin & KITCHIN Rob (2001), Atlas of the Cyberspace, Adison Wesley, Pearson Education Ltd.
http://personalpages.manchester.ac.uk/staff/m.dodge/atlas/Atlas_with_cover_high.pdf

DUFEAL Marina & GRASLAND Loïc (2003), « La planification des réseaux à l’épreuve de la matérialité des TIC et de l’hétérogénéité des territoires », Flux, N° 54, Octobre-Décembre 2003, pp. 49-69

DUPUY Gabriel (1985), Systèmes, réseaux et territoires. Principes de réseautique territoriale, Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Paris.

DUPUY Gabriel (2002), Internet, géographie d’un réseau, Ellipses.

DUPUY Gabriel (2004), « Internet : une approche géographique à l’échelle mondiale », Flux, Vol. 4, n°58, pp. 5-19 http://www.cairn.info/revue-flux-2004-4-page-5.htm

ENGRAND Damien (2014), « Les gros projets d’OVH à Gravelines », Nord Littoral. Le journal de la Côte d’Opale, janvier

FREMONT-VANACORE Anne (2004), « Réseaux de télécommunications et aménagement du territoire en France : les collectivités locales au cœur du débat », Flux, 4ème tr., n° 58, pp. 20-31 ; http://olegk.free.fr/flux/Flux58/pdffl58/04Fremontpp20-31.pdf

FRIEDMANN John & GOETZ Wolff (1982) « World City Formation: An Agenda for Research and Action », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 6, n°3, 1982.

GENEAU DE LAMARLIERE Isabelle (2008), « Une relecture des travaux d’Alfred Weber sur la localisation. À l’articulation de l’économique et du socioculturel », Annales de géographie 6/ 2008 (n°664), p. 50-69
http://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2008-6-page-50.htm

GENESTE Adrien (2012), « IBM ouvre son datacenter cloud à Montpellier pour riposter aux clouds souverains », Le Monde informatique, 15 oct., http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-ibm-ouvre-son-datacenter-cloud-a-montpellier-pour-riposter-aux-clouds-souverains-50840.html

GOUDARD Guillaume & GAUDEMER Julien (2013), Datacenters. L’usine numérique du développement économique, rapport IDATE, déc., Clapiers, M13411MRF, ISBN 978-2-84822-396-4.

GOUTORBE Christian (2012), « Cloud computing : IBM installe à Montpellier son septième data center mondial », http://www.latribune.fr/regions/languedoc-roussillon/20121015trib000724889/cloud-computing-ibm-installe-a-montpellier-son-septieme-data-center-mondial-.html, 15 oct.

HALL Peter (1966), World Cities, New York, McGraw-Hill.

JACQUIN Clément (2003), « Les services d’hébergement Internet en France », Networks and Communication Studies NETCOM, vol. 17, n°1-2, 2003, pp. 23-34. http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV171/Netcom23-34.pdf

JULIEN Philippe (2002), « Onze fonctions pour qualifier les grandes villes », INSEE Première, N°840, mars ; http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip840.pdf

KARA Ahmed (2012), « OVH à la place de Rexam », Le journal des Flandres, http://www.lejournaldesflandres.fr/actualite/a_la_une/LePhareDunkerquois/2012/06/18/ovh-a-la-place-de-rexam.shtml

KITCHIN Rob (2001), Atlas of the Cyberspace, Adison Wesley, Pearson Education Ltd.http://personalpages.manchester.ac.uk/staff/m.dodge/atlas/Atlas_with_cover_high.pdf

KINDERMANS Marion (2011), Global Switch inaugure un DataCenter de 200 millions d’euros à Clichy, Usine nouvelle, 28 novembre, http://www.usinenouvelle.com/article/global-switch-inaugure-un-datacenter-de-200-millions-d-euros-a-clichy.N163806

LAUDE-TILLEROT F. (1999), « L’impact des nouveaux services de télécommunication sur l’organisation de l’espace breton. Essai d’une géographie d’internet », Norois, Volume 182, Numéro 182, pp. 257-273.

LEBLAL Serge (2013), « Val de Reuil, un datacenter Orange qui profite du climat normand », http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-val-de-reuil-un-datacenter-orange-qui-profite-du-climat-normand-55399.html, 18 oct.

MALAISON Claude (2013), « Finalement, le Québec se bouge... » juin, http://emergenceweb.com/blog/2013/06/finalement-le-quebec-se-bouge-le-c-numerique-planqc/

MIGUET François (2014), « Dans les entrailles de Google », Capital. Dossier spécial. Les clés pour comprendre le numérique, n° 2, juin-août, pp. 64-67.

MORISET Bruno (2003), « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour: Revue de géographie de Lyon, Vol.78, Nº4, 2003, pp. 375-388, http://geocarrefour.revues.org/451

MULLER Andrée (2001), La Net économie, Paris, Presses Universitaires de France, col. Que sais-je?, 128 p.

OVH (2013), « Informations diverses », Le magazine d’actualités d’OVH.com, n° 2, oct., pp. 20-35.

PADEIRO Miguel, Localisation des activités économiques et développement durable des territoires. Une revue de l’état actuel des recherches. Laboratoire Ville Mobilité Transports, UMR LVMT - ENPC, INRETS, UPEMLV, http://rp.urbanisme.equipement.gouv.fr/puca/consultations/Ao_eco_dd_biblio.pdf, vers 2010

PUEL Gilles & ULLMANN Charlotte (2006), « Les nœuds et les liens du réseau Internet : approche géographique, économique et technique », L’Espace géographique, tome 35, n°2, pp. 97-134.

ROGEL Christian (2013), « Pourquoi n’y-a-t-il pas de porte Internet en Bretagne? » 18 mars, http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=29451

ROGEL Christian (2014), « Le plus grand hébergeur Internet d’Europe arrive en Bretagne » 6 février, http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=32830

SASSEN Saskia (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, 2ème éd. 2001, Princeton, Princeton University Press.

SASSEN Saskia (2004), « Introduire le concept de ville globale », Raisons politiques, vol. 3, n°15, pp. 9-23, www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2004-3-page-9.htm, DOI : 10.3917/rai.015.0009

SCHIEBER Lorine (2012), « Strasbourg 1 : lancement d’un datacentre en containers », 15 février, http://www.ovh.com/fr/news/a656.strasbourg_1_lancement_dun_datacentre_en_containers

SCHON Alexandre (2011), Gouvernance, structuration et complémentarité des infrastructures haut débit en Languedoc-Roussillon, Mémoire de Master 1, Université de Montpellier III, juin, 158 p.

STEINMANN Alain (2001), « Analyse : l’hébergement Web en panne de croissance », janv., http://www.01net.com/editorial/163150/analyse-lhebergement-web-en-panne-de-croissance/

THÜNEN J. H. von (1930), Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1re ed. 1826, 678 p.

VELTZ Pierre (1996), Mondialisation, villes et territoires, L’économie d’archipel, Ed. 2005, PUF, Quadrige, 288 p.

WEBER A. (1909), Über den Standort der Industrien, Erster Teil : Reine Theorie des Standorts, Tübingen, J. C. B. Mohr, 223 p., trad. angl. de C. J. Friedrich, Alfred Weber’s Theory of Location of Industries, Chicago, University of Chicago Press, 1929, 256 p.

www.01net.com : Source d’informations générales sur le Net et ses activités marchandes.

www.afa-France.com: Association des fournisseurs d’accès.

http://www.afnic.fr: Institution chargée de l’attribution des noms de domaine français. Intéressante base de données.

www.internet.gouv.fr: Un ensemble de textes et d’études du gouvernement français.

www.isocfrance.org : Site de la société Internet française, www.isoc.org est le site de la société Internet américain.

www.journaldunet.com

www.minefi.gouv.fr/minefi/chiffres/comelec/index.htm: Site du gouvernement français. Nombreux chiffres sur l’équipement des ménages et des entreprises.

www.observatoire-du-numerique.fr/

Haut de page

Notes

1 Guy Di Méo (2010), pp. 23-38.

2 Guy Di Méo (2010).

3 Pierre Veltz (1996).

4 « World Cities » - Peter Hall (1966) ; John Friedmann & Wolff Goetz (1982).

5 « Informational City » (Manuel Castells, 1982); « Network Society », (Manuel Castells, 1996).

6 « Global City » - Saskia Sassen (1991).

7 Cegos (2011), Les stratégies d’externalisation des entreprises françaises. Voir pp. 4-6.

8 Nous choisissons d’utiliser ce néologisme un peu francisé (ce que fait aussi OVH). Le mot, calqué sur l’anglais « data centers » est plus commode d’utilisation que l’expression souvent utilisée « centres de traitement de données ». De plus cette expression est imprécise, car ces centres ne font pas que traiter des données : ils les stockent, les sécurisent, les gèrent, les mettent sur le net à la demande des utilisateurs ou des internautes.
On parle centres de traitement de données. Plus prosaïquement, ils sont parfois qualifiés de « fermes » ou « entrepôt de données », mais aussi de « centres de flux de données ». Leurs fonctions sont multiples : simple stockage d’archives, sécurisation, accessibilité des documents...

9 Cloud, ou cloud computing, nuage. Claude Malaison (2013) a parlé de « l’infonuagique » et de « fournisseurs de services d’infonuagique ».

10 Rappelons que le pétaoctec (Po en français ; Pb en anglais pour petabyte) correspond à 1015 octets soit 1000 téraoctets (terabytes). L’octet (byte) est une unité de mesure en informatique (symbole o) indiquant la capacité de mémorisation des mémoires informatiques. Il correspond en principe à une séquence de 8 bits codant une information. Dans le système binaire, un octet permet donc de nombreuses valeurs différentes (nombres ou caractères). On utilise des multiples de l’octet : Kilooctet (Ko) ; Mégaoctet (Mo) ; Gigaoctec (Go), Téraoctec (To), Pétaoctect (Po). Ces multiples décrivent la contenance de mémoires mais ils servent à décrire aussi la rapidité du transfert des informations lorsqu’on les associe à une durée (octets transmis par seconde). L’octet est en principe l’unité adressable de mémoire plus petite.

11 Longtemps concentré sur les ventes de logiciels, Microsoft considère désormais l’informatique en nuages comme une priorité.

12 Infrastructures filaires, antennes, tour et relais hertziens, centres de commutation, tranchées ouvertes dans les rues lors de travaux de génie civil, bâtiments administratifs et agences des opérateurs, etc.. Voir le cahier photographique exposant la visibilité évidente des télécommunications dans les paysages et les espaces urbains. H. Bakis (1982).

13 Voir : Henry Bakis (1988), « Technopôle et téléport: concepts et réalités », in  Problèmes économiques, n° 2082, 6 juillet 1988, pp. 12-19. Bruno Moriset (2003), « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78, 4, mis en ligne le 14 août 2007, 86.

14 Ces datacentres sont de véritables "forteresses de l’économie numérique" plus encore que l’immobilier d’entreprise, les parcs d’activités numériques et autres téléports. L’expression "forteresses de l’économie numérique" est de Bruno Moriset (2003).

15 C. Jacquin note justement : « Loin des spéculations, mythes et fantasmes on remarquera la pesanteur des facteurs techniques, mais aussi économiques, sociaux, et spatiaux » (2003, p. 23).

16 A juste titre, G. Puel et Ch. Ullmann remarquent que l’Internet décentralisateur est un rêve ; que l’accès à cette technologie « n’est pas universel : des lieux sont très bien connectés, d’autres à l’écart », p. 97. Gabriel Dupuy note la connexion Internet rapide soulève de grands espoirs en matière d’innovation, de productivité et de compétitivité pour les entreprises, et comme indispensable outil de communication pour les particuliers. « Cependant, cet espoir se heurte à la réalité des accès aux réseaux, parfois inexistants, souvent insuffisants ou trop chers pour susciter les effets d’entraînement escomptés » (G. Dupuy (2004), « Internet : une approche géographique à l’échelle mondiale », Flux, Vol. 4, no58, p. 5).

17 Voir Gabriel Dupuy (1985) ; Henry Bakis (1994).

18 « 84 % d’entre elles confient l’hébergement à un prestataire extérieur ». C. Jacquin (2003), p. 24.

19 Depuis 1995, Netcraft mène des sondages mensuels automatisés d’Internet par nom de domaine (à la recherche de site Internet (serveurs http). Cette source est utile pour connaître le nombre de sites web actifs ce qui permet de mesurer la taille et l’évolution du World Wide Web. (D’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Netcraft, 7 avril 2014).

20 On en comptait près de 111,5 millions en juillet 2011, 83,46 en janvier 2010. La progression sort de l’ordinaire.

21 http://www.businesscoot.com/le-march-de-l-h-bergement-de-sites-internet-67/

22 Cette technologie permet de stocker des données de toutes sortes (textes, illustrations, photographies, vidéos, films) sur des serveurs localisés à distance. Elle est apparue en 2000.

23 Christian Comtat, directeur en charge du cloud chez IBM France, cité par Christian Goutorbe (2012).

24 Au 31 mars 2014 (ACERP). Par ailleurs : 32,70 connexions haut débit pour 100 habitants (janv. 2011) - source : Eurostat.

25 La nomenclature d’activités française révision 2 (NAF rév. 2, 2008) replace depuis début 2008 la NAF rév. 1 de 2003. Les activités de "Traitement de données, hébergement et portails Internet" (dont datacenters, hébergeurs, centres d’infogérance, portails et services web) sont incluses dans les sous-classes "63.11Z Traitement de données, hébergement et activités connexes" et "63.12Z Exploitation de Portails Internet" qui forment le groupe 63.1 de la division 63.

26 Des exemples d’utilisation de ces technologies par les entreprises sont présentés par exemple par IBM Global Technology Services - Integrated Technology Services sur son site http://www-935.ibm.com/services/fr/fr/it-services/lautre-data-center.html (consult. mai 2014).

27 « Malgré ces nombreux handicaps, le rôle de l’hébergeur gratuit ne doit pas être minoré car il permet d’héberger une partie des sites personnels et par ce biais contribue à la persistance d’un Internet libre et gratuit». C. Jacquin (2003).

28 « Le problème est que le serveur étant partagé, il suffit qu’un site devienne populaire pour que l’essentiel des ressources du serveur lui soit alloué, au détriment des autres sites qui pourtant auront payés le même prix.». C. Jacquin (2003).

29 Le matériel est à la charge du client ainsi que la maintenance mais cette formule lui permet d’éviter certains investissements. Il doit disposer de son propre personnel technique localisé à proximité du centre d’hébergement afin d’intervenir si besoin est dans les meilleurs délais. A la fin des années 1990, au lieu de disposer d’une équipe technique propre, l’entreprise choisissant la colocation loue en même temps les services d’une équipe d’intervention dédiée au site du client (on parle de MSP : Managed Services Providers). « Cette équipe assumera les fonctions de service pour un fonctionnement optimal du site au quotidien. En outre elle permet à l’entreprise propriétaire de ne plus se soucier de la localisation spatiale du centre ». C. Jacquin (2003).

30 Il n’est pas dans notre propos d’évaluer la pertinence de la méthode, ou de méthodes en étant issues, de nos jours (voir : I. Géneau de Lamarlière, 2008).

31 La localisation des activités de service a donné lieu à des études et revue bibliographiques, comme celle de : M Padeiro, Localisation des activités économiques et développement durable des territoires : Une revue de l’état actuel des recherches.

32 Pour les bâtiments nécessaires pour commencer l’activité, mais aussi pour d’éventuelles extensions.

33 « The Dalles has the right combination of energy infrastructure, developable land, and available workforce for the data center » http://www.google.com/about/datacenters/inside/locations/the-dalles/ (consult. juin 2014).

34 http://www-935.ibm.com/services/fr/fr/it-services/lautre-data-center.html (consult. mai 2014).

35 Greepeace (2012), How clean is your cloud ? , April, 52 p., http://www.greenpeace.org/international/Global/international/publications/climate/2012/iCoal/HowCleanisYourCloud.pdf

36 Miguet François (2014), p. 66.

37 En Europe, OVH gère trois millions de noms de domaine. « Notre place de numéro 1 européen et de numéro 3 mondial repose sur notre innovation – un quart de notre effectif se consacre à la recherche et développement – et sur notre maîtrise de la chaîne de l’hébergement », confie Nicolas Boyer, le directeur financier d’OVH. Pratiquant des prix inférieurs à ceux de la concurrence (environ 25% moins cher), OVH a vu son chiffre d’affaires progresser de 35% en 2012 approchant dépassant les 150 millions d’euros. http://photo.capital.fr/ces-pme-francaises-qui-s-exportent-3322/ovh-infrastructures-internet-le-troisieme-plus-gros-hebergeur-de-sites-web-au-monde-51356, 7 avril 2014.

38 Rogel Christian (2014), « Le plus grand hébergeur Internet d’Europe arrive en Bretagne » 6 février, http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=32830.

39 Maheu Marie-Eve (2013), « Le plus grand centre d’hébergement web au monde à Beauharnois », 26 avril, http://blogues.radio-canada.ca/rive-sud/2013/04/26/centre-donnees-ovh-beauharnois/.

40 Il s’agit d’OVH. http://www.ovh.com/fr/apropos/datacentres.xml. Page consultée en mai 2014.

41 C. Jacquin (2003).

42 Ainsi, OVH a-t-il utilisé « conjointement l’eau et la ventilation naturelle sous le climat tempéré du Nord de la France », Bonnaffé Hugo (2013d).

43 Le concept de datacentre en containers sur un parking visait à obtenir un bâtiment modulaire et de rapide mise en œuvre. Un responsable d’OVH résume le projet : « nous prenons des boîtes que nous assemblons » (Lorine Schieber, 2012).

44 Par ailleurs, un développement s’opère en France (deux centres en Région parisienne et quatre à Strasbourg. Un développement se fait aussi en direction de l’Amérique du Nord avec les deux centres de l’établissement de Beauharnois (Québec).

45 Lionel Deny, responsable d’exploitation chez OVH, cité par Bonnaffé Hugo (2013b), « Gravelines, le plus grand centre de données d’Europe », OVH News. Le magazine d’actualités d’OVH.com, n°2, oct., pp. 12-15.

46 Henryk Klaba, president du groupe OVH, cité par Bonnaffé Hugo (2013b), « Gravelines, le plus grand centre de données d’Europe », OVH News. Le magazine d’actualités d’OVH.com, n° 2, oct., pp. 12-15.

47 Bonnaffé Hugo (2013b), pp. 12-15.

48 137 salariés ont été licenciés. Les anciens salariés ont contesté les raisons économiques avancées par la direction de Rexam, affirmant que les raisons étaient stratégiques. Ils auraient été les victimes de la mondialisation et subi une délocalisation puisqu’une ligne de production affirment-ils a été installée au Brésil après avoir été démontée à Gravelines et que par ailleurs les débouchés de l’entreprise à l’exportation auraient été « progressivement rognés par les autres sites de production du groupe Rexam ». La direction expliquait quant à elle le plan social par « une surcapacité structurelle du marché français, une surcapacité conjoncturelle du marché européen, et l’augmentation du prix de l’acier ». Voir : La voix du Nord, 6 nov. 2009 ; 30 décembre 2009 ; 21 sept. 2011. Le phare dunkerquois, 16 mai 2012.

49 Bonnaffé Hugo (2013b).

50 Elle a été implantée à proximité de la mer du Nord de manière à pouvoir bénéficier du refroidissement permis par les eaux de mer.

51 Branche aluminium née du rachat d’Alcan par le groupe minier londonien Rio Tinto en 2007.

52 Bonnaffé Hugo (2013d).

53 D’après X (2014), Alliancy le mag, Numérique & Business, N° 7, février-avril http://www.alliancy.fr/dossier/cloud/le-plus-grand-datacenter-du-monde-construit-par-le-francais-ovh (consult. mai 2014).

54 X (2014), Alliancy le mag, Numérique & Business, N° 7.

55 Germain Masse, directeur mondial  des centres de données d’OVH, cité par Maheu Marie-Eve (2013), « Le plus grand centre d’hébergement web au monde à Beauharnois », 26 avril, http://blogues.radio-canada.ca/rive-sud/2013/04/26/centre-donnees-ovh-beauharnois/.

56 Hydro Québec (2009), Rapport annuel 2008 : L’énergie de notre avenir, Montréal,‎ avril, p. 124 (cité par http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_de_Beauharnois#cite_note-HQ2008-9).

57 Goutorbe Christian (2012).

58 François Desjardins (2009), « Rio Tinto Alcan sort le couperet », Le Devoir, 21 janv. http://www.ledevoir.com/economie/emploi/228526/rio-tinto-alcan-sort-le-couperet

59 André Simard (2009), « Rio Tinto Alcan ferme l’usine de Beauharnois », http://affaires.lapresse.ca/economie/200901/25/01-694000-rio-tinto-alcan-ferme-lusine-de-beauharnois.php

60 G. Masse, cité par Maheu Marie-Eve (2013).

61 X (2014), Alliancy le mag, Numérique & Business, N° 7.

62 Le chiffre de 400 000 serveurs a été évoqué. Bonnaffé Hugo (2013a), « OVH.com en Amérique du Nord ».

63 Source OVH.

64 Claude Haineault, maire de Beauharnois, cité par Maheu Marie-Eve (2013).

65 Delphine Ernotte, Directrice exécutive d’Orange France, citée par Leblal Serge (2013), « Val de Reuil, un datacenter Orange qui profite du climat normand », http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-val-de-reuil-un-datacenter-orange-qui-profite-du-climat-normand-55399.html 18 oct.

66 Delphine Ernotte, Directrice exécutive d’Orange France, citée par Leblal Serge (2013).

67 Laurent Benatar, DSI et directeur technique d’Orange France, cité par Leblal Serge (2013), « Val de Reuil, un datacenter Orange qui profite du climat normand », http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-val-de-reuil-un-datacenter-orange-qui-profite-du-climat-normand-55399.html 18 oct.

68 Delphine Ernotte, Directrice exécutive d’Orange France, citée par Leblal Serge (2013).

69 Trois bâtiments ont été construits (5000 m2) et chacun peut supporter jusqu’à 12,5 mégawatts.
Chaque salle a une surface de 1200 m2 (400 baies par salle et 40 serveurs par armoire). Deux salles sont actives dès à présent.

70 Altitude Infrastructure (AI) est un opérateur (infrastructures télécoms depuis une dizaine d’années. Elle conçoit, construit, exploite et commercialiser des réseaux de télécommunications. Cet opérateur est tourné vers les besoins des collectivités territoriales, spécifiquement dans les zones à faible ou moyenne densité. La société travaille à des solutions d’aménagement permettant l’accès Haut et Très Haut Débit (les technologies hertziennes et filaires : fibre optique, xDSL, WiMAX, Wifi). D’après le site de la société http://www.altitudeinfrastructure.fr/qui-sommes-nous.html (mai 2014).

71 « Vous prenez un entrepôt, vous créez un faux plancher pour faire circuler les câbles, vous l’alimentez en électricité et vous climatisez le tout. C’est à la portée du premier venu. » Rafi Haladjian (PDG de Fluxus) cité par Alain Steinmann, 2001).

72 Le business de l’hébergement représentait un volume d’affaires de 400 millions d’euros (2,6 milliards de francs) en 2001 (Cabinet Pierre Audouin Conseil, cité par Alain Steinmann, 2001).

73 http://www.google.com/about/datacenters/inside/locations/the-dalles/ (mai 2014).

74 http://en.wikipedia.org/wiki/The_Dalles,_Oregon (consult. 12 mai 2014).

75 « On observe une forte corrélation entre l’emplacement des centres d’hébergement et la topologie des réseaux de télécommunications des opérateurs » écrit C. Jacquin (2003, p. 23). C. Jacquin écrit aussi : « la localisation des hébergeur se justifie par une raison technique liée à la présence d’un partenaire essentiel, à savoir l’opérateur Internet. » (2003), pp. 29-30.

76 « Les logiques économiques des acteurs reposent principalement sur la maîtrise des tuyaux, bien avant les contenus. Le choix des acteurs des télécommunications a été de déployer la plus grande capacité de bande passante sur les axes internationaux et de contrôler les répartiteurs sur les derniers kilomètres » écrivent G. Puel & Ch. Ullmann (2006).

77 C. Jacquin (2003), p. 30.

78 Bonnaffé Hugo (2013b). Nous avons précédemment mentionné deux autres facteurs : les caractéristiques du réseau électrique du site, et la proximité d’une abondante source d’énergie.

79 IBM France propose à ces petites entreprises des services informatiques à distance dites SaaS (Software as a Service) dans le cadre d’un programme baptisé Smart Cloud Enterprise +.

80 Christian Goutorbe (2012).

81 Les artères de Montpellier ont été étudiées par Alexandre Schon (Mémoire de Master 2, Université de Montpellier III, juin 2011).

82 Voir Bakis Henry & Schon Alexandre (2013), http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV263/Netcom275-306.pdf. Le chorème est reproduit à la page 298. Schon Alexandre (2011).

83 Tels : Numergy et Cloudwatt (en partie financés par l’Etat). Voir : Geneste Adrien (2012).

84 Notons cependant que la localisation sur le territoire (national ou européen) du marché n’est pas spécifique aux datacentres. Dans le domaine de l’industrie automobile, les constructeurs japonais ont eu la volonté de développer les capacités de production installées dans l’Union Européenne avec comme arrière-pensées la possibilité de jouer jeu égal avec les constructeurs européens.

85 Bonnaffe Hugo (2013a), « Ovh.com en Amérique du Nord ».

86 Noter à égard la notion d’« emploi métropolitain supérieur » de l’INSEE. Il s’agit de professions hautement qualifiées (cadres, ingénieurs) à contenu décisionnel important. La présence de telles professions et plus généralement les fonctions métropolitaines supérieures, participent à l’image de marque des villes et régions où elles s’exercent et illustrent leur rayonnement. Voir : Philippe Julien (2002).

87 Miguet François (2014à, « Dans les entrailles de Google », Capital. Dossier spécial. Les clés pour comprendre le numérique, n° 2, juin-août, pp. 64-67. Voir, p. 64

88 En France, le Centre National d’Exploitation du Système de Réseau de Transport d’électricité (RTE) gère l’équilibre entre la production et la consommation ainsi que les échanges d’électricité entre la France et les pays voisins (45 lignes d’interconnexion électrique). Les dispatching régionaux des sept unités régionales de RTE assurent notamment la surveillance du réseau de 400 000 volts et la maîtrise du plan de tension et des transits sur les réseaux inférieurs à 400 000 volts (225, 90 et 63 000 volts).

89 Voir Charlotte Ullmann (dir., 2008), TIC et développement durable : opportunités ou menaces ?, NETCOM , vol. 22, n°3/4.

90 Bruno Moriset, « Les forteresses de l’économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/4 | 2003, mis en ligne le 14 août 2007, 86. Sur la question de la fragilité de l’espace cybernétique, voir Henry Bakis (2014), « Fragilité du géocyberespace à l’heure des conflits cybernétiques » et Edward M. Roche & Michael J. Blaine, (2014), « Convention Internationale sur l’Utilisation Pacifique du Cyberespace » tous deux dans Netcom, vol. 27, n° 3-4 (sept.).

91 Il s’agit d’OVH. http://www.ovh.com/fr/apropos/datacentres.xml. Page consultée en mai 2014.

92 Comme dans le datacentre de Global Switch situé à Clichy en Région parisienne où l’utilité énergétique du datacentre a été prise en compte. La chaleur devait servir à chauffer une serre tropicale, la piscine municipale et des bâtiments en collaboration avec la CPCU (Compagnie parisienne de chauffage urbain). Marion Kindermans (2011).

93 Exemple de préoccupation de sécurité électrique au sujet des deux datacentres d’Infomaniak (Genève) : « Des onduleurs pilotés indépendamment mais fonctionnant en parallèle fournissent une protection redondante contre les coupures. L’infrastructure électrique dispose d’un groupe électrogène d’une autonomie de 20 heures » http://hebergement.infomaniak.com/housing-serveur/ (mai 2014).

94 G. Puel & Ch. Ullmann (2006).

95 Préfecture de la Région Alsace (2011), Etude diagnostique et perspective des usages et services TIC en Alsace, 56 p., http://www.e-alsace.net/documents/fck/file/documents_pdf/Etude%20TIC%20usages%20et%20services%20Alsace.pdf, p. 52. Ce rapport poursuit : « Si les capacités numériques des Alsaciens ont progressé au cours des cinq dernières années, la région n’a, en revanche, pas pleinement tiré parti de l’explosion des usages numériques, en termes de développement économique ou de créations d’emplois. Son tissu d’entreprises numériques reste modeste ».

96 G. Puel & Ch. Ullmann (2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - L’établissement de l’hébergeur OVH, Quai du Sartel à Roubaix au début du 21ème siècle
Crédits https://lafibre.info/​ovh-datacenter/​ovh-vu-du-ciel-avant-apres/​ (consult. Mai 2014), cliché (2012).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Illustration 2 - Le site de l’établissement d’OVH à Gravelines
Crédits Cliché Google Earth (capture 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Illustration 3 - L’approvisionnement électrique du datacentre de Beauharnois
Crédits Cliché Google Earth (capture 2014), http://ville.beauharnois.qc.ca/​developpement-economique/​parc-industriel/​ (mai 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Illustration 4- L’usine d’électrolyse de Rio Tinto Alcan avant sa réaffectation en datacentre
Crédits Source : OVH, Bonnaffé Hugo (2013d), « BHS passe la seconde », 2 avril, http://www.ovh.com/​ca/​fr/​blogue/​a1043.bilan-datacentre-ovh-usa-canada
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Illustration 5- Parcelle d’Orange dans la zone du parc d’activités technologiques Pharmaparc II à l’entrée de Val-de-Reuil (Eure)
Crédits Document Sodevil, Société d’Economie Mixte locale de Développement Economique et d’Aménagement. http://www.sodevil.com/​rubrique.php?id_page=120 (mai 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Illustration 6 - Le réseau 225 et 400 kV de RTE dans le Sud-Est de la France
Crédits Extrait de la carte de RTE, janvier 2013, http://www.rte-france.com/​uploads/​media/​400_225_2013.pdf
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Illustration 7 - Datacentre de Google de The Dalles, Oregon. Plumes de vapeur s’échappant des tours de refroidissement
Crédits Cliché Google, http://www.google.com/​about/​datacenters/​inside/​locations/​the-dalles/​ (mai 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Illustration 8 - Ancienne usine de papier à Hamina (vers 2007), Finlande
Légende Cette usine a été reconvertie en datacentre par Google.
Crédits Source: Peter Marten (2010), « Google finds itself in Finland », May 2009, updated March 2010, http://finland.fi/​Public/​default.aspx?contentid=163306 (consultation juin 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Illustration 9 - Eléments du système de refroidissement à base d’eau de mer du datacentre de Google à Hamina (Finlande, vers 2010)
Crédits Cliché extrait du site Google, extrait d’une copie d’écran : https://www.google.com/​about/​datacenters/​inside/​locations/​hamina/​ (consultation juin 2014). Pour une visite virtuelle de ce site, voir un document de 2011: https://www.youtube.com/​watch?v=VChOEvKicQQ (consult. juin 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Illustration 10 - Le site du data centre de Google à Hamina (Finlande, vers 2010)
Crédits Cliché Google, extrait d’une copie d’écran : https://www.google.com/​about/​datacenters/​inside/​locations/​hamina/​ (consult. juin 2014)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Illustration 11 - Réseau d’OVH.com en Amérique du Nord (fin 2012)
Crédits Source OVH, https://www.ovh.com/​fr/​anti-ddos/​aspiration.xml (consult. mai 2014).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1473/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Les facteurs de localisation d’un nouveau type d’établissements tertiaires : les datacentres », Netcom, 27-3/4 | 2013, 351-384.

Référence électronique

Henry Bakis, « Les facteurs de localisation d’un nouveau type d’établissements tertiaires : les datacentres », Netcom [En ligne], 27-3/4 | 2013, mis en ligne le 19 février 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/1473 ; DOI : 10.4000/netcom.1473

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Professeur de Géographie et Aménagement à l’Université de Montpellier III. Directeur de recherche à l’UMR 5281 (ART-Dev Acteurs, ressources et territoires pour le développement). hbgeo.bakis@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals