Navigation – Plan du site
Positions d'acteurs

Internet, nouvelles technologies et développement durable… la vie Green et connectée !

Gilles Berhault
p. 347-349

Texte intégral

1Le développement durable est-il un effet de mode ? La question est posée. La réponse n’est pas si simple. Oui la planète est au plus mal à court terme, oui nous avons des certitudes qui vont nous obliger à reconsidérer nos modes de transports, de travail, de vie… et donc nos modèles économiques, sociaux et culturels.

Deux schémas bien connus confirment deux sujets d’inquiétude. D’abord, nous sommes nombreux et le seront de plus en plus. Ensuite, la température se réchauffe et cela ne va pas s’améliorer. Deux paramètres aggravant renforcent le problème : le gaz carbonique s’accumule, le développement démographique est le plus rapide dans les régions qui souffrent déjà le plus du réchauffement climatique, de la malnutrition, du manque d’accès à l’eau, du manque d’éducation.

2Indépendamment de cette situation très grave est apparue une aspiration très forte des citoyens du 21e siècle à communiquer. Ce phénomène impacte la vie sociale, économique et culturelle, transformée par les milliards de téléphones portables, le milliard d’ordinateurs personnels, mais aussi les nouveaux outils du web 2.0 comme Wikipedia ou Facebook. Cette profonde mutation affecte aussi l’entreprise, les collectivités territoriales, les associations… C’est toute la gouvernance même des territoires qui est en train d’être révolutionnée.

Le développement durable et numérique des territoires vise à préserver cinq équilibres : économique, sociétal, environnemental… mais aussi culturel et territorial.

3Sous ces angles qui fondent cette rencontre entre technologies de l’information et développement durable, apparaissent cinq priorités pour la ville de demain : le télétravail, la gestion de la mobilité, les transports publics, la réduction de CO2 et de d’eau, les smart communautés qui prennent en main leur avenir.

Il y a un préalable à toutes les solutions proposées : accès très haut débit libre et gratuit pour tous (pour la vidéo, le langage d’aujourd’hui), espaces collaboratifs de travail, bâtiments intelligents et durables, éco-conception des TIC et bien sûr formation, pour ne pas créer les fractures sociales du web 2.0 et du développement durable, après les fractures de l’accès/accessibilité bien connues…

  • 1 TOEFFLER Alvin, TOEFFLER Heidi (2007), La richesse révolutionnaire, Plon.
  • 2 MOULIER-BOUTHAN Y., AIGRAIN P., ASSOULY O., FOURQUET F. (2008), Le capitalisme cognitif : La Nouvel (...)

4Le télétravail mérite aujourd’hui d’être totalement reconsidéré. Il souffre particulièrement de son échec passé en France. Chacun d’entre nous doit diminuer son impact sur la planète… Et il n’aura peut-être plus le choix avec un litre d’essence à quatre ou cinq euros. Le transport pendulaire a un impact environnemental évident, il a aussi des impacts sur la vie personnelle (90 minutes par jour en moyenne en France). Il est déjà facile d’encourager les cadres à télétravailler un ou deux jours par semaines à leur domicile. Aux USA c’est le cas pour 4 millions de salariés, ce qui économise deux millions de voitures sur les routes. Mais, ce n’est évidemment pas suffisant. Les télécentres offrent une possibilité de travail en proximité de son domicile (en ville comme en espaces ruraux). L’idée est de pouvoir travailler dans un lieu de proximité avec d’autres professionnels, mais qui ne travaillent pas pour le même employeur. Eventuellement, certains travailleront pour plusieurs employeurs ou clients, comme le prédisent justement Toefler1ou Yann Moulier-Bouthan2. La réponse des télécentres est évidemment plus séduisante que celle du télétravail au domicile qui peut poser toutes sortes de problème de place, de séparation entre le professionnel et le familial, mais surtout de manque de vie sociale… Le télécentre peut même proposer une réponse inverse, puisqu’il favorise une nouvelle socialisation autour de la machine à cafés avec quelqu’un qui vit dans le même quartier, va dans les mêmes magasins… La question de la formation est cruciale. Le succès du télétravail accompagnera un réel changement de paradigme économique, si la formation aux nouveaux outils, aux nouveaux modes de travail devient une priorité pour tous.

5Le deuxième axe de progrès important est celui de la mobilité. Il serait trop simple de réduire la mobilité à des échanges pendulaires domicile - lieu de travail. Les français comme les autres veulent bouger. Ils veulent découvrir des pays et rencontrer physiquement ceux avec qui ils partagent une passion sur Internet. La réponse est complexe et demande une vision dans le temps. Les réponses sont multiples : nouveaux véhicules partagés, aménagement du territoire repensé, pilotage du trafic routier… Pour cela la question est celle du faire ensemble, entre toutes les parties prenantes.

6Le troisième axe complète la question des transports en posant celle des transports publics. Ils devront devenir des lieux de vie et d’échange. L’accès IP est une priorité, avec toutes les interconnexions que l’on peut imaginer avec ses propres outils numériques comme les réseaux sociaux, les plateformes numériques de travail. La priorité est celle de l’information des voyageurs. C’est le fondement même de toute politique de transport, c’est la seule solution pour réussir l’inter modalité.

7Le quatrième axe est directement lié à l’environnement. Les technologies de l’information et de la communication permettent d’améliorer l’efficacité énergétique dans des bâtiments intelligents. Elles permettent d’informer, de mobiliser, de prévoir, d’étudier, de faire collaborer, de comprendre… et d’agir. Elles favorisent le développement de boucles locales économiques, évitant le transport de matériaux et de produits. Elles sont créatrices d’emplois et de richesses. Les IT clean techs se développent rapidement, et ne répondent pas encore à tous les besoins. C’est une piste de développement économique pertinente pour les années à venir. Des pays l’ont compris et en font une priorité. Le réseau va devoir moins consommer d’énergie, les machines augmenter leur durée de vie… Le risque de renforcer le problème plutôt que d’apporter des solutions est réel.

8Enfin le cinquième axe est celui du passage à l’action collectif. Le développement durable est affaire de simultanéité. « Je fais si tu fais… » et c’est même pour la première un enjeu planétaire qui doit être partagé par tous. Si la France respecte le protocole de Kyoto et pas les autres pays, cela n’aura servi à rien. De nombreuses communautés existent. Elles se créent et disparaissent en permanence sur Internet (presque tous les participants à Second Life ont deux avatars). Elles ont besoin d’être mobilisées pour le développement durable. C’est très important tant pour le changement de paradigme économique, que pour la mobilisation, que pour la participation à la vie de cité…

Nous sommes dans une phase de transition. L’ancien modèle économique commence à disparaître, mais nous ne sommes pas encore dans le nouveau.

9L’ADEME a fait une étude sur les impacts des différents types de commerce. Si le commerce de proximité est le moins impactant, surtout s’il propose des produits frais et locaux, il y a une énorme différence entre le supermarché et la commande sur Internet, de l’ordre de 10 fois plus de gaz à effets de serre émis, de bruit, de surface consacrée au commerce… Le transport en commun de la livraison est aussi utile que le transport en commun des personnes. Le coût sera aussi forcément réduit si ce mode de commerce se développe, d’autant plus que nous n’aurons plus besoin de packaging puisque nous n’irons plus dans les magasins. Bien évidemment la question de la réputation du vendeur, de la confiance… ou plutôt du tiers de confiance que pourra devenir le petit commerce.

  • 3 Référence étude : Eva Ericsson de l’université de Lund, en Suède.

Un autre exemple intéressant est celui d’une étude suédoise sur le GPS qui démontre que les utilisateurs de GPS3 consomment moins de carburant (8% minimum).

10Le développement durable n’est pas simplement une évolution de la société de consommation. Il propose une reconsidération des besoins. La fin du 20e siècle était fondée sur l’illusion d’une abondance de ressources et une rareté de l’information. Le 21e siècle est exactement opposé. Nous n’avons plus de ressources et nous avons accès à des quantités d’informations que nous ne savons pas gérer. C’est probablement une bonne nouvelle pour la planète. C’est de toute façon une piste pour désolidariser la courbe de croissance de la courbe de progression des émissions de carbone…

11Ce siècle est celui de l’autre, de la communication, de la solidarité… Nous sommes dans un univers complexe, incertain… Nous avons besoin de former et d’éduquer, de mettre l’innovation dans tous nos actes, et d’assurer la transition en attendant que les digital et sustain natives prennent en charge le pilotage de la planète.

  • 4 RADANNE Pierre (2005) Energie de ton siècle ! Des crises à la mutation, Lignes de Repères éditions. (...)
  • 5 SALMON Christian (2007), Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les espr (...)

Il s’agit donc d’écrire soit même ses propres récits de vie4, en évitant soigneusement de les mélanger aux histoires diffusées par les médias, certaines entreprises et certains politiques5. La vie future sera green et connectée… ou ne fera que vivre une augmentation des problèmes.

Haut de page

Notes

1 TOEFFLER Alvin, TOEFFLER Heidi (2007), La richesse révolutionnaire, Plon.

2 MOULIER-BOUTHAN Y., AIGRAIN P., ASSOULY O., FOURQUET F. (2008), Le capitalisme cognitif : La Nouvelle Grande Transformation, Amsterdam éditions.

3 Référence étude : Eva Ericsson de l’université de Lund, en Suède.

4 RADANNE Pierre (2005) Energie de ton siècle ! Des crises à la mutation, Lignes de Repères éditions. L’auteur est consultant, ancien président de l’ADEME.

5 SALMON Christian (2007), Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Berhault, « Internet, nouvelles technologies et développement durable… la vie Green et connectée ! », Netcom, 22-3/4 | 2008, 347-349.

Référence électronique

Gilles Berhault, « Internet, nouvelles technologies et développement durable… la vie Green et connectée ! », Netcom [En ligne], 22-3/4 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/1752

Haut de page

Auteur

Gilles Berhault

Président d’ACIDD (Association communication et information pour le développement durable – www.acidd.com). Président du think tank TIC21, administrateur du Comité21, de l’Agence mondiale de solidarité numérique, d’European partners for the environment, Coordinateur du caucus développement durable pour le sommet mondial pour la société de l’information. Auteur de Développement durable 2.0 en cours d’édition.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals