Navigation – Plan du site

M@rsouin : 13 ans de recherche sur les usages numériques. Quelle relation avec la dimension spatiale ?

Avant-propos
Margot Beauchamps et Hélène Martin-Brelot
p. 165-180

Texte intégral

Introduction

1Nos rapports aux autres, à l’espace et au temps sont largement modifiés par l’introduction massive du numérique dans nos vies depuis une vingtaine d’années. La plupart des disciplines des sciences humaines et sociales consacrent une partie de leurs travaux à l’étude des effets des technologies d’information et de communication (TIC) sur nos modes d’habiter, de vivre, de travailler, de nous déplacer, de nous former, d’enseigner, et même de percevoir la réalité.

2Cette diversité de réflexions se retrouve dans les recherches menées par les équipes membres de M@rsouin, un Groupement d’intérêt scientifique (Gis) créé en 2002 qui regroupe sept établissements d’enseignement supérieur et de recherche bretons, avec pour mission de fédérer au niveau régional la recherche en sciences humaines et sociales sur les usages numériques. En réponse à l’invitation de la revue Netcom, à publier une sélection d’articles issus du 12e séminaire de M@rsouin, l’occasion nous est donnée de nous pencher sur son histoire et sur ses multiples rapports aux territoires, à la fois d’un point de vue institutionnel et scientifique.

3Nous verrons tout d’abord que la naissance de M@rsouin n’est pas sans lien avec le rapport privilégié qu’entretient la Bretagne avec le secteur des télécommunications. Nous rendrons compte ensuite des résultats d’une enquête menée en interne auprès des équipes membres, visant à cerner la part des recherches spécifiquement consacrées à la dimension spatiale des TIC. On constate que, malgré une entrée officielle très récente des géographes et des aménageurs dans M@rsouin, cette interrogation a souvent été présente dès les débuts du Gis. Chemin faisant, ce travail permet de réinterroger les défis que posent les usages numériques en ce qui concerne l’appréhension de l’espace par les sciences sociales. Enfin, nous présenterons les articles qui composent ce numéro.

La genèse de M@rsouin: un Gis ancré en Bretagne, terre historique des télécommunications

  • 1 Pierre Dupuis (2012) évoque notamment « la première transmission radio en Rade de Brest en 1898, pe (...)
  • 2 En particulier : Pierre Marzin et René Pléven, qui naviguaient entre des responsabilités nationales (...)

4Le Gis M@rsouin a une histoire particulière du fait de son implantation dans une région historiquement spécialisée dans le secteur des télécommunications. On peut retrouver dès la fin du XIXe siècle dans l’histoire des expérimentations en matière de télécommunication des événements et des figures qui placent la Bretagne comme l’une des terres historiques des télécommunications1. Mais la vocation bretonne en matière d’électronique et de télécommunications est surtout due à la politique nationale de décentralisation des activités industrielles menée à partir des années 1960 par le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT) puis la Datar. Dans cette politique nationale de décentralisation vers la Bretagne des activités en électronique et télécommunications, ne doit pas être négligée la part active prise par quelques élus bretons2 (Dupuis, 2012).

  • 3 Fabrice Marzin, Communications et Territoires, Hermès science, 2006, cité par Dupuis 2012.

5La décentralisation du Centre national d’étude des télécommunications (CNET) à Lannion, acceptée par le gouvernement en 1958, constitue le point de départ de la vocation régionale en matière de numérique. Celle-ci est confirmée dix ans plus tard par le CIAT de décembre 1967, qui prévoit la création d’une école d’ingénieurs en télécommunication, née à Brest en 1977 sous le nom d’École nationale supérieure des télécommunications (ENST), aujourd’hui Télécom Bretagne, établissement au sein duquel est rattachée l’équipe opérationnelle du Gis M@rsouin. Ce pôle d’enseignement supérieur et de recherche brestois participe, avec Lannion, à l’émergence du « “triangle de l’électronique” qui domine avec la ville de Rennes comme tête de réseau » (Marzin, 2006, cité par Dupuis, 2012)3. Plus tard, la création en 2005 du pôle de compétitivité Image & Réseaux, chargé de fédérer à l’échelle de la Bretagne et des Pays de la Loire les acteurs dans le domaine du numérique, des télécommunications et de l’image, vient renforcer cette spécialisation régionale.

  • 4 En Bretagne, c’est la région de Lannion qui est particulièrement affectée.

6Au début des années 2000, en réaction à l’éclatement de la bulle Internet, qui a affecté les entreprises du secteur TIC4, la Région missionne quatre groupes de travail pour réfléchir à l’avenir de la filière. Parmi les axes de réflexion proposés, la question des usages émerge. Jean Le Traon, chercheur à Télécom Bretagne, se voit alors confier la mission d’identifier les apports potentiels de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) à la stimulation des usages numériques sur un territoire dont la population est plus sensibilisée que la moyenne française aux TIC. En effet, le service d’annuaire téléphonique du Minitel avait d’abord été expérimenté en Ille-et-Vilaine dans les années 1981-84.

7Plusieurs laboratoires des universités de Rennes 1, Rennes 2, de Bretagne Occidentale et de Bretagne Sud, ainsi que l’ENSAI, ayant manifesté leur intérêt, Jean Le Traon propose la création d’un groupement d’intérêt scientifique, dont la convention sera signée en janvier 2002.

  • 5 Pour : « Môle Armoricain de Recherche sur la Société de l’information et les Usages d’Internet ».

8Dès le départ, M@rsouin5 est placé sous la double tutelle de la direction de la Recherche et de celle de l’Économie au Conseil Régional de Bretagne. La pertinence du projet est très vite confortée par le soutien d’André Lespagnol, historien et ancien président de l’Université de Rennes 2, qui devient vice-président en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation à la Région en 2004. En tant qu’universitaire, ce dernier est sensible à la défense des SHS dans le paysage scientifique français et très attentif au fait qu’elles trouvent leur place dans les programmes de recherche.

  • 6 Pour « Observation et prospective sur la société de l’information et ses services ». Selon le docum (...)

9Afin de répondre au besoin de la Région de mesurer l’évolution des usages numériques, le Gis déploie plusieurs outils, parmi lesquels lObservatoire (Opsis6), qui s’appuie sur le réseau de chercheurs d’équipes membres de M@rsouin. Acteur dans la réflexion prospective sur la société de l’information, l’Observatoire régional breton mesure en particulier les évolutions du niveau de déploiement et d’appropriation des TIC, en Bretagne. À travers une série d’enquêtes régulières auprès des ménages, des petites et moyennes entreprises et des collectivités, l’observatoire de M@rsouin offre une vision périodiquement actualisée des usages numériques en Bretagne, comparés avec les résultats d’enquêtes menées par d’autres observatoires aux échelles régionale et nationale. L’observatoire conduit également des enquêtes ponctuelles liées à des thématiques qui intéressent tant ses chercheurs membres que le conseil régional, comme par exemple les espaces publics numériques, objet d’un programme régional: les « cybercommunes ».

10La particularité de cet observatoire régional des usages numériques est de dépasser la simple production de données statistiques en proposant des interprétations qui s’appuient sur les travaux de recherches des membres marsouin, ce qui en fait un outil particulièrement apprécié des fonctionnaires territoriaux. La fonction de dissémination des résultats des projets de recherche est assurée à travers la production de documents synthétiques et pratiques comme les « 4 pages » accessibles en ligne sur le site de M@rsouin.

11L’assise territoriale M@rsouin n’a toutefois pas empêché le Gis de tisser des liens avec les acteurs du numérique qu’ils soient régionaux, nationaux ou internationaux. Au niveau institutionnel, cela se traduit en 2003-2004 par la cofondation avec AECom pour l’Aquitaine et l’Agence Wallone des Télécommunications (AWT), du réseau SOURIR, réseau des observatoires régionaux des usages numériques. Au niveau scientifique, l’organisation du séminaire annuel de recherche est l’occasion d’associer des chercheurs d’autres équipes du territoire français mais aussi de pays francophones (Luxembourg, Canada, Belgique, pays d’Afrique francophone).

12L’appel à projets de recherche lancé annuellement par M@rsouin depuis sa création permet de dynamiser l’apport des sciences humaines et sociales dans la réflexion sur les transformations socio-économiques liées au numérique. Destiné aux laboratoires des institutions de recherche bretonnes, il a permis au cours des années des rapprochements entre différents laboratoires, mais aussi entre différentes disciplines autour de la question des usages des TIC.

13Enfin, les recherches du Gis M@rsouin peuvent s’appuyer sur un quatrième outil, le laboratoire d’observation des usages des technologies de l’information et de la communication (Loustic). Créé sous l’impulsion de Dominique Boullier, alors professeur à l’université de Rennes 2, sur le modèle du Lutin (Laboratoire des Usages en Technologies d’Information Numérique) qu’il avait créé en 2002 à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris, Loustic voit le jour en 2007, sous l’égide de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB), dans le cadre du contrat de Plan État-Région 2007-2013. Depuis que Dominique Boullier a rejoint Sciences Po Paris en 2007, c’est Éric Jamet qui dirige les différents sites bretons de Loustic. Cette plateforme de recherche pluridisciplinaire vise à placer l’utilisateur au centre du processus de conception de produits et services innovants en utilisant notamment des protocoles d’enquêtes, d’entretiens ou de tests d’utilisation dans un laboratoire équipé pour l’observation des usages. Ce laboratoire, qui compte plusieurs sites en Bretagne, a permis notamment le développement des recherches sur les interactions homme/machine (IHM) qui irriguent les travaux dans différentes disciplines bien représentées au sein de M@rsouin: psychologie (sociale, cognitive...), ergonomie, marketing, mais aussi sociologie, sciences de l’éducation, etc.

  • 7 En témoigne notamment les nombreuses coopérations de recherche avec des membres du Lab-Sticc.

14La plateforme Loustic, mais aussi le rattachement institutionnel de chercheurs membres de M@rsouin et de l’équipe opérationnelle du Gis à une école d’ingénieur en télécommunication (Télécom Bretagne) a permis de renforcer les coopérations entre SHS et sciences de l’ingénieur en télécommunication7.

15Les recherches menées par les membres du Gis M@rsouin s’intègrent dans l’axe TIC de la MSHB, créée en 2006.

Les thèmes des travaux des équipes membres de M@rsouin: quelle place pour la dimension spatiale ?

16Les thématiques qui ont structuré initialement le Gis correspondent aux axes des laboratoires membres de M@rsouin. Un examen des actes des séminaires et des projets de recherche financés depuis 2002 fait ressortir plusieurs thèmes structurants autour des transactions économiques, de l’organisation du travail, des politiques publiques, de l’éducation et des usages privés d’Internet : pratiques de sociabilité, pratiques culturelles, informationnelles et citoyennes. On identifie également un ensemble de recherches qui touchent à l’impact des TIC sur les territoires, même si les géographes et aménageurs des universités bretonnes adhèrent tardivement à M@rsouin.

17Dès le départ, de nombreuses contributions en économie, portées en particulier par le Centre de Recherche en Économie et Management (CREM, Rennes 1) et le laboratoire Lussi (Logique des usages, sciences sociales et de l’information) à Télécom Bretagne s’intéressent à l’inscription territoriale de la dynamique économique liée aux TIC. Dans le cadre du projet européen MUTEIS (Macro-economic and Urban Trends in Europe’s Information Society), Raphaël Suire (CREM) dresse en 2003 le portrait de l’organisation socio-politique du territoire brestois permettant d’expliquer l’émergence d’une dynamique particulière de diffusion des usages numériques (Suire, 2003).

18À la même époque, les travaux de Godefroy Dang Nguyen et Virginie Lethiais portent sur le commerce électronique, et sont l’occasion d’aborder les stratégies des vendeurs en ligne d’un côté, et le comportement des consommateurs sur Internet de l’autre. Ainsi, F. Le Guel, T. Pénard et R. Suire (2003) montrent l’importance du rôle du voisinage social parmi les facteurs qui favorisent l’achat sur Internet à domicile. Dans un autre registre, D. Galliano, V. Lethiais et N. Soulié (2005, 2008) s’intéressent aux usages des TIC par les entreprises rurales en Bretagne et en Midi-Pyrénées et font ressortir que les facteurs d’appropriation des technologies dépendent finalement plus des caractéristiques spécifiques des firmes, en particulier de leurs besoins d’information ou de coordination, que de celles de leur environnement.

19Cet intérêt pour les implications spatiales de la réorganisation des activités économiques et sociales liée à l’essor des TIC se traduit notamment, en 2005, par l’organisation du Workshop « TIC et dynamiques spatiales » dont le comité scientifique rassemble non seulement une partie des économistes de M@rsouin (Virginie Lethiais, Godefroy Dang Nguyen) et d’ailleurs, mais aussi des géographes et aménageurs : Gabriel Dupuy (CRIA, Paris 1), Emmanuel Eveno (GRESOC, Toulouse), Loïc Grasland (UMR Espace, Avignon), Jean-Marc Offner (LATTS, Paris)8. Le GDR (groupe de recherche) TIC et société, créé également en 2002 et auquel participent certains chercheurs M@rsouin, accorde une place importante au lien entre usages numériques et reconfigurations territoriales.

20Les transformations des pratiques professionnelles en lien avec les usages des TIC font l’objet de plusieurs approches, de la part des sociologues, des spécialistes des sciences de l’information et de la communication (SIC) ou des juristes de M@rsouin. D’une manière générale, les transformations du travail intéressent les chercheurs, qu’il s’agisse des usages du téléphone portable par les cadres supérieurs et de son impact sur la frontière entre vie professionnelle et vie privée (Catherine Lejealle et Annie Blandin, Lussi, Télécom Bretagne), du télétravail (Dumas, 2014 ; Lethiais, 2014) ou de la satisfaction des salariés vis-à-vis des TIC (Nathalie Colombier, Ludivine Martin, Thierry Pénard, Rennes 1).

21Les travaux portent sur des secteurs variés. Dans le secteur de la pêche, Annabelle Boutet, sociologue à Télécom Bretagne et Christine Chauvin-Blottiaux (Lab-STICC, UBS) montrent la manière dont les TIC modifient les rapports entre les acteurs au sein de la filière, notamment en matière de partage des informations sur les zones de pêche et lors des mises en ventes, mais aussi les interfaces entre mondes de la terre et de la mer.

  • 9 Journée E-santé: Co-conception et logiques d’usage en E-santé : entre sciences sociales et sciences (...)

22Le secteur médical fait aussi l’objet de nombreuses investigations. Porté par des laboratoires de sciences sociales (Lussi, ARS — aujourd’hui LABERS —, ICI) et des départements d’informatique de Télécom Bretagne (statistique opérationnelle et ingénierie des systèmes), le projet E-santé, coordonné par Myriam Le Goff-Pronost illustre bien le travail interdisciplinaire mené par les membres de Marsouin dans le domaine de la télésanté en Bretagne9. Les TIC y sont envisagées comme supports de transformation des organisations de santé mais aussi comme des ressources susceptibles de maintenir et renforcer les sociabilités des personnes qui rencontrent des limitations de mobilité : personnes âgées, personnes handicapées (Pennec, 2005).

  • 10 Travaux en cours au CRPCC- Rennes 2 : Nicolas Michinov, Éric Jamet, Séverine Erhel, Emilie Loup-Esc (...)

23Portés notamment par le Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique (Cread), mais aussi le Centre de Recherches en Psychologie, Cognition et Communication (CRPPCC) et plus récemment le laboratoire Espace et Sociétés (ESO), de nombreux travaux touchent au secteur de l’éducation. La dimension spatiale de ces recherches peut revêtir plusieurs formes. Il peut s’agir d’identifier les inégalités éducatives liées aux contextes et espaces de vie des jeunes collégiens. Des résultats de l’ANR INEDUC (2012-2015) sont présentés par Pascal Plantard et Mickaël Le Mentec dans ce numéro. À une autre échelle, il peut être question d’étudier la manière dont l’espace d’une classe est réorganisée lorsque l’enseignant mobilise des technologies à des fins pédagogiques (tables tactiles interactives, boîtiers interactifs, applications multi-écrans, etc.)10 ou d’utiliser les TIC pour développer les représentations spatiales des utilisateurs. Un projet de maquette virtuelle du Pont tournant de Recouvrance à Brest (1861-1944) pour la muséologie et l’éducation a ainsi été co-conduit en 2007 par des spécialistes des sciences de l’éducation du Cread, des ingénieurs et physiciens du Laboratoire d’Ingénierie Mécanique et Electrique (LIME) de l’UBO et des départements de Génie Mécanique et de Sciences Physiques de l’IUFM de Bretagne.

24Dans un autre domaine, le journalisme et ses transformations sous l’effet de la convergence numérique ont été analysés en particulier par le Centre de Recherches sur l’Action Politique en Europe (Crape / Rennes 1). La compétence, le statut et même l’identité des personnels des métiers du journalisme appelés à produire des contenus évoluent avec le processus de multimédiatisation, qui tend à éloigner les professionnels du terrain du reportage pour déplacer progressivement leurs fonctions vers des actes techniques. Des travaux de ce laboratoire portent également sur la presse quotidienne régionale (Denis Ruellan et Daniel Thierry) et plus globalement sur l’espace informationnel local et les informations de services publics.

25Les recherches du Crape posent la question plus générale de la circulation de l’information sur le territoire régional et des écarts entre les pratiques des administrations et des élus locaux d’une part, et les pratiques non institutionnelles d’Internet, d’autre part. Les blogs par exemple, avec le foisonnement de propos et d’initiatives de citoyens qu’ils suscitent, tendent à soumettre l’espace public traditionnel à une tension critique. Une forte mobilisation des blogueurs sur les terrains des politiques municipales est d’ailleurs constatée (Hénaff, 5e séminaire, 2007). Plusieurs recherches mettent en évidence l’importance de l’inscription territoriale des initiatives sur Internet et la nécessité d’interroger le rapport entre l’expérience de vie locale et la circulation d’informations à l’échelle globale (Thierry et Trédan, 2003). La référence directe au cadre de vie est ainsi prégnante chez les jeunes blogueurs (Trédan, 2005).

26L’espace informationnel local a également été souvent abordé, dans les travaux de M@rsouin sous l’angle des pratiques de communication des collectivités territoriales avec leurs administrés et des services d’e-administration qu’elles leur offrent. Ainsi, au-delà des enquêtes récurrentes par questionnaire auprès des collectivités bretonnes (communes, et plus récemment EPCI), les sites Web des communes ont fait l’objet d’une collecte de données permettant de qualifier la présence sur le Web des municipalités (M@rsouin, 2011). Cela a notamment donné lieu à des recherches en partenariat avec les géographes de Raudin sur le cyberespace que constitue le « Web public » (Raudin, 2012).

27Plus généralement, les politiques numériques et en particulier, celles portées par le conseil régional ont retenu l’attention de M@rsouin. Au Crape, Daniel Thierry s’est intéressé successivement au programme régional « cybercommunes » de déploiement d’espaces publics d’accès à Internet, aux usages et non-usages des bornes interactives et des automates de visio-guichets déployés en milieu rural, et au contexte institutionnel du déploiement de la visioconférence par le conseil régional de Bretagne. Tous ces travaux interrogent le rôle des pouvoirs publics locaux et régionaux dans la stimulation d’usages numériques et le déploiement de dispositifs qui renforcent les ressources présentes sur les territoires bretons, en grande partie ruraux, à la fois en les reliant à d’autres espaces mieux connectés à l’espace national et international et en dynamisant les interactions locales.

28Le programme régional des Cybercommunes est un exemple typique d’objet de recherche dont M@rsouin s’est emparé en articulant les recherches interdisciplinaires tout en s’appuyant sur les ressources mutualisées au sein du Gis. L’évaluation de ce dispositif régional a été conduite en faisant appel tant aux compétences de l’observatoire pour le travail de collecte et d’analyse des données (enquêtes conduites auprès des espaces publics numériques et de leurs utilisateurs) qu’aux compétences de Lionel Prigent (laboratoire Géoarchitecture de l’université de Bretagne occidentale) en matière d’évaluation contingente, à celles des économistes de Lussi (Myriam Le Goff, Nabil Nassiri) et de l’ICI (Abdelhak Nassiri), des chercheurs en sciences de l’information et de la communication du Crape (Daniel Thierry, Denis Ruellan, Olivier Trédan, Jean-Jacques Monnier, Florence Le Cam), mais aussi des psychologues l’ex-Gresico (devenu CRPCC : Céline Jacob, Nicolas Guégen). Ces travaux ont contribué à mettre en lumière à la fois le rôle que les pouvoirs publics pouvaient jouer, à travers les dispositifs d’espaces publics numériques, pour une appropriation par tous les publics des usages numériques, et les conditions indispensables à la réussite locale d’une telle ambition (M@rsouin, 2004 et 2005). La thèse de Mickaël Le Mentec soutenue en sciences de l’éducation (laboratoire Cread) à l’université de Rennes 2 en 2010 a, par la suite, exploré plus avant le rôle des cybercommunes dans l’empowerment des publics en situation de disqualification sociale (Le Mentec, 2010).

29Les interactions sociales et les sociabilités, avec la question sous-jacente de l’impact des TIC sur les phénomènes d’exclusion ou d’insertion, comptent parmi les thèmes « classiques » des projets portés dans le cadre du Gis M@rsouin et qui se rapportent à celui des fractures numériques. Certains travaux comportent une dimension spatiale explicite comme le projet Psaume sur les usages d’Internet dans les quartiers défavorisés. Les sociologues Annabelle Boutet et Hélène Trellu (2005-2006) montrent comment un espace public numérique s’inscrit à la fois dans la dynamique d’un quartier populaire de Brest (Kerourien) et dans le quotidien des personnes qui fréquentent cet espace. Ce travail a conduit à explorer la problématique des « non usages », qui ne se définit pas par de la passivité face aux TIC, mais qui renvoie à une pluralité de situations, comme la personnalité des individus, leur intention de s’impliquer dans des usages d’Internet, l’entourage, l’environnement technologique, les expériences antérieures, et enfin la perception et le rapport au monde proche et éloigné (Boutet et Trémembert, 2008, Granjon 2005).

30Plus récemment, les réseaux sociaux occupent une place privilégiée parmi les travaux de plusieurs chercheurs de M@rsouin. Une analyse de l’enquête du Gis en 2013 sur les usages de Facebook en France montre que l’influence de l’utilisation de ce réseau sur la sociabilité est fortement dépendante du contexte social et générationnel (Dang Nguyen et Lethiais, 2015). Étonnamment, Facebook tend à gommer certaines inégalités en permettant aux personnes moins dotées en capital culturel de bénéficier davantage de l’opportunité d’augmenter le cercle de leurs connaissances que les personnes avec un diplôme plus élevé. Par ailleurs, l’étude montre que si les jeunes savent mieux capter les opportunités qu’offre la technologie pour sortir plus souvent, Facebook peut contribuer à amplifier l’isolement des personnes déjà isolées géographiquement (dont le domicile est situé à plus d’une heure des lieux de sorties habituels) et celui des personnes sans activité.

31Depuis 2010, les thématiques explorent des territoires encore peu fréquentés : le discours sur le développement durable dans le monde des TIC, l’usage de la vidéo dans l’enseignement, la formation des animateurs d’espaces publics numériques, la mesure du « bien-être » que l’on peut retirer de l’usage d’Internet, l’analyse du métier de « journaliste web ».

32L’intégration dans M@rsouin du laboratoire « Arts: Pratiques et poétiques » (APP) en 2011 a permis la circulation au sein du Gis de nouvelles thématiques de recherche autour des usages numériques pour la création artistique.

33Si l’on peut repérer dans une partie de ces recherches en art une attention à « l’espèce d’espace » qu’est la page d’un livre (Perec, 1974, p. 26) ou ce par quoi elle est remplacée dans les dispositifs artistiques numériques, comme dans le cas de la bande dessinée numérique (Rageul, 2014)11, l’intégration de la dimension spatiale dans certaines recherches du laboratoire APP peut aussi prendre une forme plus explicite. C’est le cas de la recherche menée par Virginie Pringuet sur l’art dans l’espace public et sa cartographie en ligne, ou du séminaire, coordonné par Nicolas Thély (APP) et Laurence Corbel, sur les fabriques cartographiques contemporaines12, qui explore notamment les enjeux esthétiques de la circulation virtuelle dans les cartes en ligne, ou encore les enjeux heuristiques de la cartographie numérique comme outil d’analyse en SHS. Cette dernière question s’inscrit également dans la lignée du séminaire organisé en 2014/2015 par Nicolas Thély et Sylvain Laubé sur les humanités numériques.

34L’intégration récente dans M@rsouin d’Eso-Rennes (Université de Rennes 2) en 2013 et de Géoarchitecture (Université de Bretagne occidentale) en 2014, marque l’entrée officielle de la géographie et de l’aménagement dans le Gis M@rsouin.

35Avec les travaux, au sein d’ESO-Rennes, d’Erwann Quesseveur sur les enjeux des nouvelles formes d’accès à l’information géographique, d’Hélène Bailleul, Boris Mericskay et Flavie Ferchaud sur la médiation urbaine et la participation citoyenne des habitants aux décisions en matière de politiques urbaines, la dimension spatiale des recherches de M@rsouin est renforcée.

36Nos propres travaux sur l’analyse des relations territoriales sur le Web (Hélène Martin-Brelot) et sur la capacité d’Internet à modifier le rôle de l’espace dans la structuration des inégalités spatiales (Margot Beauchamps) témoignent également de l’intégration de la géographie dans M@rsouin.

37Ce retour sur les travaux qui ont été menés dans le cadre des recherches M@rsouin au cours des treize dernières années montre que, si les approches privilégiées pour analyser les usages des TIC n’étaient que rarement spatiales et encore plus exceptionnellement affichées comme relevant des sciences du territoire, celui-ci affleure très régulièrement dans ces travaux.

38Les liens originels de M@rsouin avec les acteurs publics locaux et l’intérêt porté par les chercheurs M@rsouin aux politiques publiques en matière de TIC ont été l’un des moteurs de cette attention au territoire, mais l’aperçu des thématiques de recherches de M@rsouin que nous venons de parcourir montre que, au-delà des recherches appliquées en particulier aux territoires bretons, la dimension spatiale surgit dans des disciplines où l’on ne l’attendait pas, comme dans les recherches sur l’art ou en psychologie.

39L’histoire de la relation de M@rsouin avec la dimension spatiale des TIC semble faire écho à la trajectoire suivie par la discipline géographique dans sa relation avec la problématique de la télécommunication. Cette trajectoire peut se lire comme le récit d’une tension entre d’une part, l’assignation de la géographie des TIC à la place d’une sous-discipline, et d’autre part, des tentatives pour faire entrer la télécommunication au cœur de la réflexion sur l’espace. Cette tension au sein de la géographie s’est jouée au moment même où s’opérait ce que B. Warf et S. Arias (2009) nomment le « tournant spatial », mouvement d’importation dans l’ensemble des sciences sociales de notions issues de la géographie pour rendre compte des transformations profondes du monde contemporain : internationalisation de l’organisation des entreprises, mutations du travail, montée en puissance de la figure du réseau comme agent organisateur des activités économiques et des sociabilités, etc.

40L’importance du numérique dans nos vies n’est pas sans rapport avec l’intérêt croissant pour les questions spatiales dans l’ensemble des sciences humaines, et plus généralement par la société. Face au malaise lié à l’effacement de la primauté du territoire dans l’organisation socio-économique et face à l’urgence des attentes formulées à l’égard de la géographie pour le comprendre, une des réactions des géographes a été de réaffirmer l’importance du substrat territorial pour analyser les modalités de diffusions des TIC. La diffusion des réseaux est soumise à plusieurs exigences qui dictent les ramifications des infrastructures en fonction des variations de toute nature sur la « face de la terre » : composantes économiques, sociales, politiques et culturelles, mais aussi composantes spatiales ; distance, densité de population, continuité ou discontinuité territoriale.

  • 13 Hypothèses d’ailleurs souvent formulées par des économistes (Cairncross, 2001).

41Une bonne partie des géographes et aménageurs, aidés en cela par les économistes (en premier lieu), s’est également attelée à mettre à l’épreuve plusieurs hypothèses émergeant parallèlement à l’essor des TIC13, celle de la mort de la distance, de la dissolution de la ville dans un urbain généralisé. Le groupe de recherche sur les proximités, qui rassemble principalement des économistes, géographes, aménageurs et sociologues est un exemple de cet effort interdisciplinaire pour réinterroger les concepts centraux de la géographie à l’heure du numérique.

42La géographie s’est également aventurée sur des voies prenant en compte l’espace dans sa dimension matérielle, mais également dans sa dimension immatérielle, que l’on songe à la géographie des représentations ou à l’approche phénoménologique pour penser l’espace (Hoyaux, 2009). Cette place nouvelle faite à l’espace immatériel par la géographie est une incitation supplémentaire à l’interdisciplinarité. En témoignent les dialogues et importations/exportations de concept entre la géographie et, pour ne citer que quelques exemples, la philosophie (phénoménologie, esthétique), la psychologie, sollicitée notamment pour une meilleure compréhension des ressorts des interactions virtuelles, ou encore la sociologie, qui permet une meilleure compréhension des différenciations entre les groupes sociaux.

43Ces perspectives interdisciplinaires rendent d’autant plus précieux le rôle fédérateur joué par M@rsouin, qui ouvre des espaces de discussion et de coopération entre sciences humaines à travers les séminaires et les projets de recherche.

44L’intégration récente de deux laboratoires de géographie au sein du Gis, mais aussi la réorganisation récente des services du conseil régional de Bretagne, qui a conduit au rattachement de la politique numérique (dont dépend notamment le Gis M@rsouin) à la direction de l’aménagement du territoire et de la solidarité, laissent présager du développement des recherches articulant analyse des usages numériques et dynamiques spatiales.

Présentation du numéro

45Ce numéro comprend cinq articles présentés lors du séminaire annuel M@rsouin des 22 et 23 mai 2014 au Bono, dans le Morbihan. La diversité des thématiques abordées et des horizons disciplinaires dont sont issus leurs auteurs (géographie, aménagement, socio-anthropologie, sciences de l’éducation et économie) est représentative de la pluralité des recherches qui animent le Gis M@rsouin mais aussi de celles dont rendent compte les publications de la revue Netcom. Le titre de ce numéro : « Regards multidisciplinaires sur les interactions en ligne » illustre la variété des approches retenues par les différents auteurs pour aborder des modes d’interactions numériques.

46Si seul le premier de ces articles est signé par des géographes et chercheurs en aménagement, tous interrogent d’une manière ou d’une autre, les recompositions des dynamiques socio-spatiales liées aux pratiques numériques. Ces articles rendent compte de l’exploration de quelques modalités d’usages des interfaces numériques auprès de publics variés : des collectivités locales (les communes bretonnes), les auteurs de sites et blogs se rattachant à la « diaspora » réunionnaise, des collégiens de l’ouest français, des blogueurs culinaires et enfin des personnes inscrites à une formation universitaire à distance en France et au Québec.

47Ce numéro témoigne également de la diversité des méthodes de recherche dans le domaine de l’analyse des usages des interfaces numériques. Trois articles s’appuient sur des méthodologies tirant parti du vaste terrain de recherche que constitue le Web pour explorer les liens entre, respectivement, les sites Internet des communes bretonnes, ceux de la « diaspora » réunionnaise, et ceux de la blogosphère culinaire. Les deux autres articles s’appuient sur des enquêtes articulant méthodes ethnographiques et approches quantitatives.

48Dans le premier article, Hélène Martin-Brelot, Jérôme Sawtschuk et Patrick Dieudonné s’appuient sur une exploration des sites Web des communes bretonnes pour analyser une facette moins connue des interactions territoriales. Après une analyse de la présence sur le Web des communes bretonnes, les auteurs s’intéressent aux interactions entre communes telles qu’elles se manifestent à travers les liens hypertextes des sites des communes du Finistère et du Morbihan. Cette expérience méthodologique permet de faire émerger de nouvelles hypothèses concernant les relations entre territoires.

49Le deuxième article, de Michel Watin et Eliane Wolff, est consacré à l’émergence d’une e-diaspora, celle qui se construit à travers le réseau d’espaces de publication en ligne consacrés à l’expérience migratoire réunionnaise, et édités (en majeure partie) par les migrants.

50Après avoir retracé les différentes phases de l’histoire de l’émigration depuis l’île de la Réunion, puis après avoir présenté les caractéristiques de la dernière phase d’émigration (XIXe siècle), Michel Watin et Eliane Wolff montrent que les interactions en ligne de la diaspora réunionnaise dessinent un espace nouveau, au sein duquel se construit une « culture de la migration réunionnaise ». Cet espace donne à voir une communauté dont les échanges s’affranchissent des distances pour jeter des ponts non seulement entre l’île de la Réunion et la métropole, mais aussi vers d’autres pays et continents, qui apparaissent de plus en plus aux réunionnais comme un nouvel horizon.

51Mickaël Le Mentec et Pascal Plantard restituent dans le troisième article les premiers résultats des travaux conduits dans le cadre du projet ANR Ineduc. L’article est consacré aux inégalités éducatives qui sont analysées à travers les pratiques numériques des adolescents dans différents contextes géographiques et sociaux. Après avoir mis en évidence la diversité des pratiques numériques des collégiens, au moyen d’une grande enquête quantitative dans trois régions de l’ouest français qui révèle des différences d’usages liées notamment au genre et au milieu social des collégiens, les auteurs s’attachent à montrer l’importance du contexte socio-territorial dans lequel évoluent les collégiens. La coordination des acteurs éducatifs et politiques en matière d’élargissement de l’horizon culturel ou de politiques numériques (desserte en infrastructure et dispositifs d’accompagnement des usages) peuvent avoir des effets compensateurs sur les contraintes sociales ou géographiques (notamment en milieu rural).

52L’article de Damien Renard porte sur l’analyse de l’influence entre blogueurs au sein d’un réseau de blogs culinaires à travers leur position dans ce réseau, mais aussi leur visibilité sur les réseaux sociaux.

53Cette recherche vise à mieux comprendre le statut des influenceurs à l’intérieur du territoire des blogs culinaires, ainsi que vis-à-vis d’un public plus large, touché à travers les réseaux sociaux. L’article s’interroge notamment sur les effets de l’influence au sein de la blogosphère culinaire sur le degré de la visibilité acquise au-delà de cette blogosphère, grâce à l’usage de Facebook. L’espace ici considéré est totalement immatériel et il est appréhendé à la fois à travers la théorie des graphes, qui permet une représentation de la position relative des blogueurs au sein de leur réseau, et à travers les interactions sur un territoire plus vaste (celui de Facebook).

54Enfin, ce numéro se termine par une note de recherche de Clément Dussarps et Didier Paquelin sur les déterminants de l’abandon d’une formation à distance. Les auteurs examinent l’impact sur la capacité des apprenants à suivre une formation à distance, d’une part, des relations de sociabilité avec leurs pairs, d’autre part, des échanges avec l’équipe enseignante. L’un des éléments clés de l’abandon semble être l’isolement vécu par les apprenants, pouvant se transformer en solitude. À travers l’attention portée à la qualité et quantité des interactions à distance, mais aussi lors des rares réunions organisées in situ par la faculté dans le cadre de la formation à distance, est ainsi questionné l’obstacle que représente la médiation par les TIC à l’émergence d’une proximité relationnelle. Or cette proximité relationnelle avec leurs pairs et avec l’équipe pédagogique semble, pour une partie des apprenants, indispensable à la poursuite de la formation.

Haut de page

Bibliographie

BLANDIN A. (2006), Synthèse des résultats des travaux MAC (Mobilité, Autonomie et Contrôle) pour l’année 2005. http://www.marsouin.org/spip.php?article103

BOUTET A., CHAUVIN-BLOTTIAUX C. (2007), « Incidence des Technologies de l’Information et de la Communication sur l’intégration terre/mer : le cas des bateaux de pêche maritime et de la vente à la criée ». Rapport final du projet Pêche et TIC, http://www.marsouin.org/spip.php?article142

BOUTET A., TRELLU H. (2006), « Appréhender les territoires de la réalité et de la virtualité à travers la création d’un site de « quartier » : l’exemple de « Couleur quartier » à Kérourien (Brest) ». Cahier de recherche M@rsouin n°3, http://www.marsouin.org/spip.php?article114

CAIRNCROSS, F., (2001), The Death of Distance. How the Communications Revolution is Changing Our Lives, Harvard Business School Press, Boston.

COLOMBIER N., MARTIN L., PENARD T. (2007), « Les salariés sont-ils réellement satisfaits des TIC ? » Cahier de recherche M@rsouin n°8, http://www.marsouin.org/spip.php?article140

DANG NGUYEN G., LETHIAIS V. (2015), « Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité : le cas de Facebook », Working paper M@rsouin, http://www.marsouin.org/spip.php?article623

DANG NGUYEN G., LETHIAIS V. (2002), « Quel e-commerce pour les PME ? L’exemple de la Bretagne ». In E-Europe : la société européenne de l’information en 2010. Maurice Baslé et Thierry Pénard, Economica, pp.183-218.

DUMAS M., RUILLER C. (2014), « Le télétravail : un outil de conciliation vie familiale et vie professionnelle à risques ? » Résultats du projet de recherche (Télétravail, Activité professionnelle et vie de Famille), 11e séminaire M@rsouin, 23 et 24 mai 2013, Saint-Malo, http://www.marsouin.org/spip.php?article562

DUPUIS P. (2012), « Il y a 40 ans, les débuts de l’électronique en Bretagne », Place Publique, n° 19.

GALLIANO D., LETHIAIS V., SOULIE N. (2008), « Faible densité des espaces et usages des TIC par les entreprises : besoin d’information ou de coordination ? », Revue d’économie industrielle [En ligne], 121 | 1er trimestre 2008, document 2, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 07 avril 2015. URL : http://rei.revues.org/3805

GRANJON F. (2005), « Une approche critique de la fracture numérique. Champ de l’Internet, pratiques télématiques et classes populaires. », Cahier de recherche M@rsouin n°1-2005, http://www.marsouin.org/spip.php?article45

HENAFF N. (2007), « Les blogs sur Internet : un nouvel espace de débat contre-démocratique », Communication lors du 5e séminaire M@rsouin, Rennes, 5 et 6 juin 2007, Faculté des sciences économiques. http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Nolwenn%20Henaff.pdf

Hoyaux, A.-F. (2009), Phénoménologie et géographie. Retrieved February 8, 2013, from http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00380150

LAUBE S. et SIRE S. (2007), « Maquette virtuelle pour la muséologie et l’éducation : le Pont tournant de Recouvrance à Brest (1861-1944) », Présentation du projet, http://www.marsouin.org/spip.php?article149

LE CAM F., RUELLAN D. (dir.), 2014, Changements et permanences du journalisme, L’Harmattan, Paris.

LE CAM F., RUELLAN D., CABEDOCHE B. (2006), « L’information de service public. Résultats ». Rapport de synthèse L’identité éditoriale de sites de municipalités en Bretagne, http://www.marsouin.org/spip.php?article106

LE GUEL F., PENARD T., SUIRE R. (2003), « Adoption et usage marchand de l’Internet. Une étude économétrique sur données françaises », Deuxième Workshop de Marsouin, 4&5 décembre 2003, ENST Bretagne, Brest, (Version du 1 décembre 2003), http://www.marsouin.org/IMG/pdf/FL-TP-RS_S1C3_norm.pdf

LE MENTEC M. (2010), Usages des TIC et pratiques d’empowerment des personnes en situation de disqualification sociale dans les EPN Bretons. Thèse de doctorat soutenue le 29 septembre 2010 à l’Université de Rennes 2; Université Européenne de Bretagne. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00585132/document

LETHIAIS V., SOUQUET A., HUIBAN E. (2012), Télétravail : du discours à la réalité. Le cas des travailleurs bretons. 4 pages de recherche M@rsouin, http://www.marsouin.org/spip.php?article496

M@RSOUIN (2003), « Évaluation de la politique publique des cybercommunes : résultats de la phase 1 », Rapport, http://www.marsouin.org/article14.html

M@RSOUIN (2004), « Évaluation de la politique publique des cybercommunes : résultats de la phase 2 ». Rapports, http://www.marsouin.org/article39.html

M@RSOUIN (2011), « Mairie 2.0 : Analyse des sites web communaux bretons » http://www.marsouin.org/article430.html

PENNEC S. (2005), Les techniques favorisant la mobilité, équipements privilégiés par les personnes en situation de handicaps. Cahier de recherche M@rsouin n°10, http://www.marsouin.org/spip.php?article74

PEREC G. (1974), Espèces d’espaces, Paris : Galilée

RAGEUL A. (2014), « Figures de la bande dessinée numérique. Un regard sur la variété de création ». in Dang Nguyen Godefroy, Dejean Sylvain (dir.) Internet : interfaces et interactions, Actes du 10e séminaire M@rsouin, Paris: L’Harmattan, pp. 267-280

RALLET, A., AGUILERA, A., & GUILLOT, C. (2009), « Diffusion des tic et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche ». Flux, n° 78(4), pp. 7–16.

RAUDIN (2012), « Web public, comment les collectivités territoriales du Grand Ouest français s’affichent-elles sur les plateformes numériques », http://raudin.u-bordeaux-montaigne.fr/?p=2666#more-2666

SUIRE R. (2004), « Local e-government strategy in Brest Region », in Urban ICT clusters and E-governance policies, MUTEIS-IST Program-EU, 5ème PCRD

SUIRE R., PÉNARD T., POUSSING N. (2011), Does the Internet make people happier ?, Working paper, http://www.marsouin.org/spip.php?article431

THIERRY D., TREDAN O. (2005), « Cyberespace et affirmation des identités territoriales », Cahier de recherche M@rsouin n°4, http://www.marsouin.org/spip.php?article48

TREDAN O. (2005), Les weblogs dans la Cité : entre quête de l’entre-soi et affirmation identitaire. Cahier de recherche M@rsouin n°6, http://www.marsouin.org/spip.php?article53

WARF B., ARIAS S. (2009), The Spatial Turn: Interdisciplinary Perspectives, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Pierre Dupuis (2012) évoque notamment « la première transmission radio en Rade de Brest en 1898, peu de temps après les premiers essais de Marconi », et les figures de Camile Tissot, René Mesny, William Loth.

2 En particulier : Pierre Marzin et René Pléven, qui naviguaient entre des responsabilités nationales (comme ministre, à plusieurs reprises, pour René Pleven, comme sénateur pour Pierre Marzin) et des responsabilités locales et régionales: en tant qu’élus (maire de Lannion pour Pierre Marzin, président du conseil général des Côtes d’Armor pour René Pléven) mais aussi membres du Celib - Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (Dupuis, 2012).

3 Fabrice Marzin, Communications et Territoires, Hermès science, 2006, cité par Dupuis 2012.

4 En Bretagne, c’est la région de Lannion qui est particulièrement affectée.

5 Pour : « Môle Armoricain de Recherche sur la Société de l’information et les Usages d’Internet ».

6 Pour « Observation et prospective sur la société de l’information et ses services ». Selon le document présentant les missions de l’observatoire datant de mars 2002, sa « première mission est de constituer un centre de données régional sur les usages des Tic par le grand public, les institutions publiques et les entreprises permettant aux organisations publiques et privées d’analyser l’impact des évolutions technologiques sur les plans économiques, humains, sociaux et de détecter les nouveaux services qui constitueront les nouveaux usages de demain » (archives M@rsouin, 2002).

7 En témoigne notamment les nombreuses coopérations de recherche avec des membres du Lab-Sticc.

8 http://conferences.telecom-bretagne.eu/TICetEspace/

9 Journée E-santé: Co-conception et logiques d’usage en E-santé : entre sciences sociales et sciences de l’ingénieur, mercredi 27 juin, ENST Bretagne, http://www.marsouin.org/spip.php?article143

10 Travaux en cours au CRPCC- Rennes 2 : Nicolas Michinov, Éric Jamet, Séverine Erhel, Emilie Loup-Escande, Martin Ragot, etc.

11 Cette question de la production et de la réception des créations culturelles en lien avec le rapport à l’espace de la page du livre/à l’espace de l’écran rejoint également des travaux plus anciens du Gis M@rsouin sur l’ergonomie de lecture développées dans le cadre de recherche en psychologie cognitive et en IHM : http://www.marsouin.org/spip.php?article41. Dans les deux cas, la dimension micro-spatiale transparaît sans être nécessairement explicitée.

12 Voir : http://www.marsouin.org/spip.php?article563 et http://lafindescartes.net/wp-content/uploads/2014/06/2324juin2014-Programme-du-s%C3%A9minaire-Mapping-the-Republic-of-Letters-.pdf

13 Hypothèses d’ailleurs souvent formulées par des économistes (Cairncross, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margot Beauchamps et Hélène Martin-Brelot, « M@rsouin : 13 ans de recherche sur les usages numériques. Quelle relation avec la dimension spatiale ? », Netcom, 28-3/4 | 2014, 165-180.

Référence électronique

Margot Beauchamps et Hélène Martin-Brelot, « M@rsouin : 13 ans de recherche sur les usages numériques. Quelle relation avec la dimension spatiale ? », Netcom [En ligne], 28-3/4 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/1788 ; DOI : 10.4000/netcom.1788

Haut de page

Auteurs

Margot Beauchamps

Coordinatrice du Groupement Scientifique M@rsouin, TELECOM Bretagne, Technopôle Brest Iroise CS 83818, 29238 BREST CEDEX 3, margot.beauchamps@telecom-bretagne.eu

Hélène Martin-Brelot

Maître de conférences en Géographie à l’université de Bretagne Occidentale. Institut de Géoarchitecture, 6 avenue Victor Le Gorgeu, CS 93837, 29238 BREST Cedex 3, helene.martin-brelot@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals