Navigation – Plan du site

Les communes bretonnes sur le Web

Présence et relations inter-territoriales
Breton local authorities on the Web: presence and inter-territorial relationships
Hélène Martin-Brelot, Patrick Dieudonné et Jérôme Sawtschuk
p. 181-206

Résumés

Dans un contexte de montée en puissance des usages d’Internet d’une part, et d’incertitude territoriale d’autre part, l’hypothèse principale de cette étude est que le Web modifie la portée spatiale des organisations publiques, en offrant notamment un nouveau cadre pour exprimer des relations territoriales variées. L’exploration des hyperliens de près de 400 sites de communes du Morbihan et du Finistère permet tout d’abord d’en évaluer la richesse de contenu (images, vidéos…) et d’ouverture vers l’extérieur (liens externes, Facebook, etc.). Si les sites les plus fournis et ouverts tendent à appartenir aux communes les plus peuplées, l’examen des relations entre ces sites montre que de très petites communes peuvent occuper des positions centrales dans l’espace virtuel. Des différences de configurations entre les graphes de chaque département sont également identifiées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notamment, dans le cas de la Bretagne, la dispersion de l’habitat, mais aussi des services, a profo (...)

1La montée en puissance d’Internet depuis une vingtaine d’années a modifié en profondeur les pratiques de communication et d’information, suscitant ou accompagnant de vastes mouvements de restructuration, depuis l’explosion du e-commerce jusqu’à la mise en œuvre de « design des politiques publiques » (Département de Loire-Atlantique, 2014). Parallèlement aux réformes territoriales en cours (fusion des régions, transferts aux intercommunalités, incertitudes sur l’avenir des départements, etc.), ces mouvements ont placé les territoires institutionnels dans une situation d’incertitude. Face à l’individualisation, à la transformation des temporalités et des mobilités1 (Wiel, 2004), et à la multiplication des outils et des supports d’information, un difficile équilibre est à rechercher « entre gouvernements des territoires et gouvernements des usages, entre cloisonnement et circulation » (Vanier, 2008).

2L’hypothèse qui a motivé notre démarche exploratoire est que l’usage des réseaux numériques pourrait modifier la portée spatiale des organisations publiques — leurs relations à des usagers plus lointains et plus mobiles, leurs partenariats avec d’autres collectivités (Carmes, 2014), leurs relations internationales directes (Viltard, 2010), etc. —, en offrant notamment un nouveau cadre pour exprimer des relations territoriales variées. Explorer le contenu des sites Web territoriaux d’une part, et les relations entre eux sur la toile d’autre part, serait donc susceptible de contribuer à une meilleure compréhension de la structure et des usages du Web dans les espaces régionaux, et de ses effets sur leur gouvernance. La Bretagne constitue ici le principal terrain d’investigation.

3Notre démarche a principalement consisté à explorer les sites officiels des communes, à analyser leurs liens hypertextes et à étudier la manière dont ils sont connectés entre eux. Une première série de résultats met en évidence la richesse de leur contenu – exprimée en nombre de documents PDF, d’images, de vidéos -, et leur ouverture vers « l’extérieur », exprimée en nombre de liens externes : vers d’autres sites Web, et vers les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Youtube. Ces indicateurs donnent une idée de l’importance de la présence d’une commune sur la toile. Cartographiés et mis en relation avec la population communale, ils permettent de répondre à l’hypothèse d’un éventuel affranchissement des communes par rapport à leur statut dans l’espace physique.

4Une seconde série de résultats, présentés sous la forme de graphes, montre les relations des communes entre elles sur le Web et permet d’observer leur éventuelle convergence avec les dynamiques des acteurs et des institutions. La première phase exploratoire s’est cantonnée aux sites des communes du Finistère et du Morbihan. Une extension à l’ensemble de la Bretagne est évidemment prévue, mais les particularités de cette limite départementale — les relations entre les pays de Quimperlé et de Lorient notamment — nous semblaient mériter un approfondissement.

5Ce type d’exploration comportait pour nous un double intérêt, pratique et théorique. D’un point de vue pratique, il s’agit d’alimenter les bases de données existantes sur les usages du numérique (par exemple ici l’observatoire breton OPSIS), tout en réfléchissant à la constitution de nouveaux indicateurs et à leur articulation avec des indicateurs existants.

6Sur un plan théorique, le principal objectif de cette exploration est d’approfondir les questionnements sur l’organisation territoriale « réelle » à partir de l’observation des territoires « virtuels » : le Web permet-il aux collectivités de construire une visibilité et un réseau de relations dont l’impact serait sans commune mesure avec le nombre d’habitants ? Pouvons-nous repérer des effets de proximité dépassant les logiques administratives, des logiques de concentration, d’exclusion ou d’isolement ? La densité des liens peut-elle constituer un indice de coopération ou de solidarité entre les lieux étudiés ?

Contexte et hypothèses

7Un état des recherches sur les relations entre Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et territoires fait ressortir que le Web, contrairement au réseau physique, est une partie d’Internet qui, si elle est étudiée par les sciences territoriales, peut encore faire l’objet d’investigations plus poussées. Après avoir rappelé en quoi Internet peut être considéré comme un « espace » virtuel, la situation des sites web des collectivités territoriales et les méthodes utilisées pour les étudier seront plus particulièrement examinées.

TIC et territoires : un état des recherches

8L’approche de l’interaction entre TIC et territoires est complexe dans la mesure où ces deux objets de recherche appellent le croisement de plusieurs disciplines autour de notions transversales, comme le réseau et l’information. Les TIC comportent une double dimension : matérielle — relative à l’évolution des infrastructures de télécommunications — et immatérielle — relative à l’évolution des contenus, services et usages associés aux équipements physiques.

9En géographie, c’est essentiellement le thème de la « fracture numérique » qui oriente et structure les recherches sur les impacts d’Internet. Ainsi une grande partie des travaux explore les conditions de la croissance physique du réseau Internet, de l’échelle mondiale (Dupuy, 2002 ; Puel et Ullmann, 2006), à l’échelle locale (Graham et Marvin, 2002). Ces recherches conduisent à interroger la logique souvent contradictoire des opérateurs de réseaux et des acteurs de l’aménagement dans la perspective d’un accès généralisé au haut débit, mais aussi à poser la question des usages des TIC, donc de l’accès différencié aux outils et aux ressources nécessaires en fonction des types d’usagers. Le rôle des politiques publiques et plusieurs domaines d’action, en direction des individus, des entreprises ou des institutions, peuvent donc être explorés, comme par exemple le déploiement des lieux d’accès à Internet.

10En aménagement du territoire et en urbanisme, l’étude de l’interaction entre TIC et territoires concerne la localisation des activités du secteur des TIC. Actuellement, des réflexions portent sur l’organisation des data centers, dont le coût énergétique croissant impose des questionnements traditionnellement ouverts dans le domaine de l’aménagement, voire des sciences politiques, entre concentration et dispersion, entre réseaux distribués et réseaux centralisés.

11Les effets spatiaux de la convergence entre télécommunications, informatique et audiovisuel constituent un autre volet de ces recherches, intégrant une double réflexion sur la dimension matérielle et immatérielle des TIC. Ainsi, des études ont cherché à saisir les dynamiques polycentriques qui peuvent apparaître avec de nouveaux modes de télédiffusion et de production décentralisés, caractéristiques du réseau Internet (Bautzmann et al., 2001).

12Enfin, d’autres recherches s’intéressent à la transformation des constructions identitaires et territoriales sous l’effet des médias, dont le Web, qui semble offrir un terrain propice à l’appréhension de la juxtaposition de plusieurs supports de construction de l’espace des sociétés. Dès 1998, dans le cadre du séminaire interdisciplinaire L’Atelier Internet de l’ENS dirigé par Éric Guichard, Henri Desbois s’interrogeait sur les avatars du territoire sur Internet.

Internet comme espace virtuel

13Les métaphores territoriales sont prégnantes dans le vocabulaire d’Internet, conçu d’emblée comme un nouvel espace de communication, dit « virtuel ». Internet s’apparente à un nouveau mode d’organisation et de présentation de l’information, permettant des « accès rapides, non séquentiels et flexibles à des corpus larges, ouverts, complexes et richement interconnectés » (Bélisle et alii, 1999). Les corpus d’informations constituent des nœuds pouvant être répartis sur plusieurs ordinateurs en des lieux différents et reliés entre eux par des hyperliens.

14La notion d’espace virtuel peut être conçue comme l’ensemble des passerelles possibles entre deux espaces physiques (Martin-Brelot, 2006). Une passerelle du monde virtuel peut être activée ou désactivée selon l’état des relations entre couples de points dans l’espace réel. Boullier (2009) postulait que les réseaux ne montrent que des connexions, mais dessinent pourtant des territoires, « en héritant de deux notions essentielles de la tradition géographique : la proximité et la limite ». C’est ainsi que la plupart des logiciels, dont celui que nous avons utilisé pour la production des cartes, définissent la distance en fonction de la connexion entre les nœuds. Internet comme espace virtuel peut dès lors être analysé au même titre que l’espace physique, en s’appuyant d’une part sur les unités territoriales représentées par les sites web, et d’autre part sur les nœuds des réseaux inscrits dans ces territoires, représentés par les hyperliens.

15Dans un premier temps, nous avons surtout cherché à mesurer des écarts entre les lieux et activités présents dans l’espace matériel, et les lieux virtuels constitués sur le web. Le cyberespace peut être appréhendé comme un système d’informations distribué, dont les sites web, marqueurs des territoires, constituent des éléments visibles (Duféal, 2001). La cartographie de la diffusion spatiale de sites web institutionnels et commerciaux montre généralement une reproduction assez nette de la hiérarchie urbaine et met en évidence les lieux les plus réceptifs à la diffusion de l’innovation. Pour autant, la dynamique d’usage n’est pas entravée par un accès inégal aux infrastructures physiques (Duféal et al., 2003).

  • 2 La « webométrie » est la mesure du World Wide Web ; elle vise à connaître le nombre et les types d’ (...)

16Une autre approche consiste à examiner la proximité et les échanges entre sites, via les liens hypertextes. Dans le domaine des sites commerciaux, les liens hypertextes sont utilisés comme indicateurs de performance économique et de positions compétitives (Vaughan et al., 2005). En général, les études webométriques2 négligent la dimension spatiale mais certaines recherches sur les sites web académiques notamment ont tenté de montrer l’impact de la répartition spatiale sur la structure des liens. Thelwall (2002) a montré qu’au Royaume-Uni, les universités proches les unes des autres tendent à être mieux interconnectées que les plus distantes (les coordonnées géographiques exactes des universités ont été utilisées dans cette recherche).

17Une étude des liens entre universités au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande montre que ce dernier pays tend à être isolé sur le web (Smith et al., 2002). À une autre échelle de la région Asie-Pacifique, une étude des liens entre universités montre l’importance de l’Australie et du Japon, indiquant que la proximité géographique compte moins que le contexte géopolitique.

Les sites web territoriaux

18Les sites web territoriaux peuvent être considérés comme l’interface entre le local — représenté par des espaces en mutation —, et le global que constitue la société de l’information mondialisée (Éveno, 1997 ; Bakis, 1999). Les sites web des collectivités territoriales occupent une place particulière dans le questionnement sur le rôle du Web dans la construction de nouveaux territoires et de nouvelles territorialités. En effet, ils remplissent à la fois une fonction de communication externe et de relation directe avec les administrés. On peut considérer le site web d’une commune, d’un département ou d’une région comme un objet géographique avec une taille, des contours, un contenu (texte, graphisme) qui exprime son identité, et des liens. La structuration et l’aspect du site web reflètent des choix, en principe conscients, de la part de l’équipe de pilotage du site. Moriset (2000) montre les répercussions du processus de création des sites portails sur la recomposition des territoires en milieu rural.

  • 3 Une équipe autonome coordonne toute l’information publiée en ligne par le gouvernement avec un cont (...)

19Les enjeux de la construction des sites web territoriaux sont de plus en plus souvent étudiés en lien avec la mise en œuvre de l’administration électronique. La simplification des démarches administratives et l’amélioration des services publics impliquent, en interne, des changements organisationnels, l’acquisition ou le développement de nouvelles compétences (European Commission, 2003). L’informatisation de l’administration publique mobilise les pouvoirs politiques nationaux et locaux, les services administratifs (direction et employés), les informaticiens et les spécialistes de l’organisation et les usagers qui sont en même temps citoyens et électeurs, soit un grand nombre d’acteurs aux valeurs et aux comportements différents (Flichy et al., 2004). De ce point de vue, la méthode radicale utilisée par le gouvernement britannique avec le portail gov.uk fait encore figure d’exception3.

20L’étude des sites web de collectivités locales a souvent été abordée de façon qualitative, dans une perspective de classement en relation avec le thème de l’e-administration (Moon, 2002 ; eAtlasudoe, 2006 ; Trémenbert, 2008 ; Deporte, 2013). Parmi les études quantitatives, le programme de recherche RAUDIN (Recherches Aquitaines sur les Usages pour le Développement des Dispositifs Numériques), en collaboration avec le GIS M@rsouin, a permis l’analyse spatiale du Web public communal et intercommunal en régions Aquitaine et Bretagne. Si le développement de l’e-gouvernement semble largement influencé par l’adoption des technologies numériques au sein des populations (Dang Nguyen et alii, 2011), la probabilité de voir une commune adopter un site web dépend aussi de l’existence ou non d’un site web dans les communes voisines (Dejean et alii., 2013).

21Par ailleurs, la webométrie a été utilisée pour mesurer la navigabilité ou la nodalité des sites gouvernementaux comme indicateurs de performance en matière de gouvernement électronique (Petriceck et alii., 2006). Une étude webométrique sur les relations entre sites web de municipalités en Finlande (Holmberg et al., 2009), montre que les liens sont souvent motivés par une coopération officielle entre les municipalités et par leur proximité géographique. L’étude présentée ici s’inspire directement de cette démarche sur le plan méthodologique puisqu’il s’agit d’examiner la manière dont se structurent les liens entre les collectivités territoriales sur le web.

Des périmètres incertains

22Dans un ouvrage sur le double objectif contradictoire de compétitivité et de cohésion auquel doivent répondre les collectivités locales, Ache et alii (2008) insistent sur le processus de redéfinition des échelles (rescaling) qui accompagne dans le domaine économique et politique la globalisation et sur le fait que les villes apparaissent de plus en plus comme des territoires clés du capitalisme contemporain. Alors que la concurrence entre les lieux est devenue le moteur de la politique d’aménagement urbain, les villes et les régions sont conduites à redéfinir leurs objectifs, leurs moyens, leurs institutions et leurs positions en tant qu’unités socio-politiques (op. cit. : 269).

23De plus en plus, les collectivités locales sont appelées à jouer un rôle clé dans la gestion de nombreux problèmes contemporains (protection de l’environnement, croissance économique, réduction des inégalités sociales…). Au cours des trois dernières décennies, leur rôle a été reconnu et affirmé dans les discours et dans les faits, bien que la question de leurs pouvoirs réels et surtout de leurs moyens soit loin d’être toujours résolue ou clarifiée. Ce paysage est encore instable, comme l’ont montré les dernières réformes françaises, même si la tendance à la création d’entités plus vastes semble une constante de cette décennie.

  • 4 D’après Jean Rémy (1984), cité par Martin Vanier (2008), « la centration suppose un lieu qui sert d (...)

24L’incertitude territoriale tient au fait que les délimitations spatiales de l’action politique semblent moins bien adaptées aux mutations de la société (Vanier, 2008). L’interterritorialité, qui est liée notamment à l’individualisation, à la transformation des temporalités, aux pratiques de mobilités et aux réseaux, peine à trouver sa traduction dans l’ordre politique. L’interterritorialité se caractérise par la centration4, la combinaison et la connexion, qui s’opposent respectivement à l’ancrage, l’unicité et la proximité territoriales.

  • 5 Pour autant, en raison de l’antériorité et de l’offre de services des sites communaux, il nous a se (...)

25Le fonctionnement des territoires est donc de plus en plus complexe. L’action — en matière d’environnement, d’économie, de culture — à l’échelle des territoires administratifs, (communes, EPCI, Pays…) est souvent limitée ; des coopérations et des partages de souveraineté sont nécessaires. Le travail en réseau et la coopération entre acteurs de territoires différents sur diverses thématiques s’avèrent souvent des démarches pertinentes pour répondre aux défis de la gestion territoriale. Dans ce registre, la Bretagne s’avère un terrain d’études particulièrement fertile. D’une part, les traditions de coopération intercommunale sont assez solidement implantées, au point que la définition des « pays » et des EPCI n’a pratiquement produit aucun conflit de délimitation5. D’autre part, cette transformation des périmètres de gestion s’effectue sur un substrat particulier : l’urbanisation, assez diffuse, s’appuie sur une structure de bourgs et de petites villes constituée de longue date, entre le vie et le xe siècle. Ce maillage dense et continu, que la Région a l’intention de conforter par un réseau de fibre optique, constitue un système urbain original, une sorte de ville invisible sédimentée par l’histoire mais dont les modes de fonctionnement ont été actualisés en permanence. Nous proposons d’examiner les résonances — ou les contradictions — entre ce système et la structure des liens identifiés dans l’espace du Web.

Le web, un outil pour appréhender les mutations territoriales ?

26Le Web porte-t-il ou non la marque de l’instabilité institutionnelle ? Peut-on considérer qu’il la renforce ou qu’il peut paradoxalement devenir un facteur de permanence, compte tenu du temps et des moyens nécessaires à la création et à la maintenance d’un site ? Souvent identifié par « sa forte plasticité, sa capacité à se reconfigurer et à redéfinir ses proximités sur des temps très courts » (Fouetillou, 2008), le Web serait comme un espace privilégié pour repérer des tendances imperceptibles dans l’espace physique (Le Béchec et al., 2014 ; Terlouw et al., 2011 ; Venturini, 2012). Sur le Web, la transformation des espaces de référence et les liens entre les collectivités territoriales préfigureraient la mise à mal des hiérarchies administratives, la recomposition des périmètres de gestion et le développement de systèmes réticulaires (Boullier, 2009).

Présentation de la méthode exploratoire

Le choix du corpus (la commune, les sites institutionnels)

  • 6 Ce choix d’une base payante, mais peu coûteuse, s’explique par notre souci de partir d’une base « c (...)

27Notre première exploration, qui porte sur deux départements et devrait être élargie à l’ensemble de la région, est fondée sur une catégorie assez homogène de sites : les sites officiels des communes, identifiés à partir d’un fichier des mairies de France régulièrement mis à jour (Éditions Callipro, 2014)6. Cette assise communale offre plusieurs avantages. Sa permanence historique laisse supposer que les relations établies correspondent à une réalité fonctionnelle, sociale ou politique. Le cadre de fonctionnement administratif des communes étant, par ailleurs, assez standardisé, l’organisation des sites internet et le type de liens qu’ils proposent sont assez constants (Huiban, 2015). Il sera nécessaire d’examiner les exceptions les plus marquantes dans le cadre des entretiens avec les acteurs, prévus pour compléter cette exploration quantitative.

La collecte des données

  • 7 Ce que nous appelons un « lien Facebook » ici renvoie soit à l’existence d’un compte officiel de la (...)

28L’aspiration des sites a été réalisée via le logiciel Linkchecker et complétée par un module développé à l’Université de Brest. Après transformation des données brutes, on obtient, pour chaque site, deux fichiers au format "csv", l’un contenant la liste de tous les liens hypertextes contenus dans chaque page, l’autre détaillant le nombre de liens internes, externes, invalides, mais aussi le nombre de fichiers PDF, image, vidéo et audio présents sur le site. Les liens vers Facebook7, Twitter et Youtube ont pu également être identifiés.

29En compilant tous les fichiers du second type, on peut procéder à une analyse quantitative et comparative du contenu des sites. En associant ces données à d’autres informations existantes sur les communes (population, superficie, équipements, etc.), on établit différentes cartes mettant en évidence les disparités intra-régionales. Cette démarche fait naître de nouvelles hypothèses sur l’organisation territoriale.

30Une matrice carrée est extraite du premier type de fichier, indiquant s’il existe ou non un lien entre les sites de l’échantillon, et la taille de ce lien. Après adaptation, ces données peuvent être traitées par un logiciel d’analyse et visualisation de réseaux, comme Gephi.

31L’ensemble de ces étapes nous permet d’affiner la connaissance de la structure générale du Web territorial de chaque région et d’établir des comparaisons en nous appuyant sur les logiques territoriales qui sont le fruit d’une histoire et de choix politiques actuels. On peut alors vérifier si le Web des collectivités locales est fortement dépendant de l’organisation administrative ou bien s’il la transcende, et de quelle manière.

Précisions sur le mode de collecte des données

Sur l’ensemble des sites répertoriés, 391 ont constitué le corpus de ce travail. L’absence de réponse de certains sites, en maintenance ou hors service, nous a conduit à les éliminer du traitement statistiques. Nous avons également dû renoncer à certains sites qui semblaient protégés contre les explorations automatiques.
Par ailleurs, de nombreux sites sont construits sur des CMS (Typo3, Joomla, Wordpress...), ce qui nous a contraints à retirer des résultats bruts les adresses redondantes : certains systèmes peuvent en effet générer, à chaque "visite" du logiciel de collecte, des liens qui ne diffèrent que par une chaîne aléatoire. La liste des liens, externes ou internes, s’en trouvait artificiellement démultipliée. Enfin, les images « d’alignement » de quelques octets, parfois nombreuses (un ou deux pixels destinés aux réglages de mise en page) ont été exclues. Nous avons, en revanche, considéré comme des ressources internes aux sites les documents hébergés sur des plateformes de stockage mutualisées (calameo, reseaudescommunes, etc.).

Résultats

La présence des communes bretonnes sur le Web

32Si 62 % des communes bretonnes possèdent un site Web, on remarque des disparités entre les départements bretons, notamment entre le Finistère et les Côtes-d’Armor, dont respectivement 78 % et 45,6 % des communes sont présentes sur la toile (Tableau 1).

Tableau 1. : Proportion de sites Web communaux par département

Par département

Nombre de communes

Nombre de sites Web

 % de communes disposant d’un site Web par département

Côtes-d’Armor

373

170

45,6

Finistère

283

221

78,1

Ille-et-Vilaine

353

212

60,1

Morbihan

261

185

70,9

Total

1270

788

62,0

Source : Editions Callipro 2014

33L’effet de taille et de localisation des communes joue ici un rôle explicatif comme le montre la figure 1. Les communes qui n’ont pas de site Internet sont avant tout les petites communes de moins de 2000 habitants et plus particulièrement celles qui se situent à l’intérieur des terres au nord de la Bretagne. Une grande majorité des communes littorales possède un site Internet (90 %) alors que seulement un peu plus de la moitié des communes non littorales en dispose (54.7 %).

Figure 1. : Équipement des communes bretonnes en sites Web et population communale

Figure 1. : Équipement des communes bretonnes en sites Web et population communale

Source : Editions Callipro 2014.

Le contenu des sites Web des mairies (Finistère et Morbihan)

34Le webcrawling des 391 sites web des mairies du Finistère et du Morbihan permet d’obtenir plusieurs sortes d’informations que l’on peut considérer ici comme des indicateurs de richesse de contenu (nombre de documents PDF, d’images et de vidéos) et d’ouverture sur l’extérieur (nombre de liens externes et présence sur les réseaux sociaux). Précisons bien qu’il s’agit d’une évaluation purement quantitative, qui ne préjuge en rien de la qualité du site Web, en termes de navigabilité ou de pertinence de contenus vis-à-vis d’objectifs préalablement identifiés tels que l’information citoyenne, l’attractivité économique, culturelle, etc.

Types de liens présents sur les sites explorés

35Le tableau suivant fait état du nombre moyen de liens renvoyant à des documents PDF, des images, des vidéos, des liens externes, Facebook, Twitter et Youtube.

Tableau 2. : Nombre moyen de liens de différents types sur les 391 sites Web analysés

  • 8 Nous avons exclu du classement la commune de Plozevet qui possède 11824 images et se trouve donc lo (...)

Type de liens

Nombre moyen de liens

Nombre de documents PDF

85

Nombre d’images8

303

Nombre de vidéos

0,8

Nombre de liens externes

86

Nombre de liens Facebook

8,8

Nombre de liens Twitter

4,5

Nombre de liens Youtube

1,3

36Si des images, des liens externes et des documents PDF téléchargeables sont présents sur la quasi-totalité ou une grande majorité des sites de l’échantillon, ce n’est pas le cas pour d’autres catégories d’indicateurs de contenu, comme les vidéos (26 % des sites), les liens Youtube (36 %), Facebook (45 %), et Twitter (14 %).

37Pour ces deux derniers, les taux relativement modestes peuvent s’expliquer par le fait que les réseaux sociaux, s’ils constituent aujourd’hui un enjeu en termes de communication ou de mobilisation citoyenne, sont aussi un outil difficile à manipuler pour les collectivités locales (Krzatala-Jaworska, 2013), nécessitant du personnel expérimenté et une connaissance préalable des usages numériques des habitants. On constate par ailleurs que les communes qui présentent les plus hauts scores en nombre de liens Twitter (Loctudy, Santec, Tregunc et Combrit Sainte Marine dans le Finistère d’une part, et Arradon, Ile d’Arz, Allaire et Plouray dans le Morbihan d’autre part) sont également celles qui arrivent en tête des sites possédant plus d’une centaine de références Facebook. L’usage des deux outils semble donc ici corrélé.

Quelle relation entre la taille d’un site, en nombre de liens et la taille d’une commune, en nombre d’habitants ?

38On fait ici l’hypothèse que plus une commune compte d’habitants, plus elle comporte d’activités et de services, qui sont autant de liens à répertorier sur son site Web. Une série de tris croisés (Tableaux 3 à 9) montre que les sites des plus grandes communes tendent à comporter un plus grand nombre de liens, et présenteraient donc une plus grande richesse de contenu.

39Les résultats sont cependant plus ou moins significatifs selon les catégories de liens considérées. Ainsi, la présence d’images en grande quantité (plus de 500) tend à concerner principalement les plus grandes communes comme Lorient, Quimper, Auray, Landerneau, Plougastel et une majorité de communes de plus de 2500 habitants.

Tableau 3. : Nombre de liens PDF internes sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Aucun lien PDF

De 1 à 50 liens PDF

Plus de 50 liens PDF

Total

Moins de 2000

20,6

44,4

34,9

100,0

de 2000 à moins de 5000

14,8

27,4

57,8

100,0

de 5000 à moins de 12000

16,3

26,5

57,1

100,0

Plus de 12000

17,6

17,6

64,7

100,0

Total

17,9

35,1

46,9

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =22,5 ddl =6 p =0,001 (Val. théoriques < 5 = 1) V de Cramer =0,17

Tableau 4. : Nombre d’images sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Moins de 200 images

Plus de 200 images

Total

Moins de 2000

56,6

43,4

100,0

de 2000 à moins de 5000

62,2

37,8

100,0

de 5000 à moins de 12000

36,7

63,3

100,0

Plus de 12000

35,3

64,7

100,0

Total

55,1

44,9

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =12,3 ddl =3 p =0,007 (Très significatif) V de Cramer =0,178

Tableau 5. : Nombre de vidéos sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Aucune vidéo

Au moins une vidéo

Total

Moins de 2000

76,2

23,8

100,0

de 2000 à moins de 5000

77,0

23,0

100,0

de 5000 à moins de 12000

67,3

32,7

100,0

de 12000 à moins de 25000

46,2

53,8

100,0

25000 et plus

25,0

75,0

100,0

Total

73,8

26,2

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =8,36 ddl =4 p =0,078 (Val. théoriques < 5 = 3) V de Cramer =0,146

Tableau 6. : Nombre de liens externes sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Moins de 100 liens externes

Plus de 100 liens externes

Total

Moins de 2000

81,5

18,5

100,0

de 2000 à moins de 5000

80,7

19,3

100,0

de 5000 à moins de 12000

53,1

46,9

100,0

de 12000 à moins de 25000

46,2

53,8

100,0

25000 et plus

25,0

75,0

100,0

Total

75,9

24,1

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =26,1 ddl =4 p =0,001 (Val. théoriques < 5 = 3) V de Cramer =0,259

Tableau 7. : Nombre de liens Facebook sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Aucun lien Facebook

Au moins 1 lien Facebook

Total

Moins de 2000

64,6

35,4

100,0

de 2000 à moins de 5000

54,8

45,2

100,0

de 5000 à moins de 12000

34,7

65,3

100,0

de 12000 à moins de 25000

15,4

84,6

100,0

25000 et plus

25,0

75,0

100,0

Total

55,4

44,6

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =23,9 ddl =4 p =0,001 (Val. théoriques < 5 = 2) V de Cramer =0,247

Tableau 8. : Nombre de liens Twitter sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Aucun lien Twitter

Au moins 1 lien Twitter

Total

Moins de 2000

93,1

6,9

100,0

de 2000 à moins de 5000

85,9

14,1

100,0

de 5000 à moins de 12000

65,3

34,7

100,0

de 12000 à moins de 25000

76,9

23,1

100,0

25000 et plus

25,0

75,0

100,0

Total

85,9

14,1

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =30,4 ddl =4 p =0,001 (Val. théoriques < 5 = 3) V de Cramer =0,279

Tableau 9. : Nombre de liens Youtube sur le site en fonction du nombre d’habitants dans la commune

Nombre d’habitants

Aucun lien Youtube

Au moins 1 lien Youtube

Total

Moins de 2000

70,4

29,6

100,0

de 2000 à moins de 5000

60,0

40,0

100,0

de 5000 à moins de 12000

63,3

36,7

100,0

de 12000 à moins de 25000

38,5

61,5

100,0

25000 et plus

100,0

100,0

Total

64,1

35,9

100,0

Tableau : % Lignes. Khi2 =11,4 ddl =4 p =0,022 (Val. théoriques < 5 = 3) V de Cramer =0,171

40La comparaison entre les deux départements et la cartographie permet de compléter ces observations.

Critères d’ouverture et de richesse de contenu : des différences entre les deux départements

41Si l’on examine les populations moyennes des communes dont les sites sont les plus « ouverts » (plus de 100 liens externes) ou les plus richement dotés en images et en vidéos (Tableau 10), on peut observer des différences entre les deux départements.

Tableau 10. : Population moyenne des communes dont les sites sont les plus ouverts et riches en contenu

Type d’indicateur

Sélection de sites dépassant un certain seuil

Taille moyenne des communes du Morbihan

Taille moyenne des communes du Finistère

Niveau d’ouverture vers l’extérieur

Sites avec plus de 100 liens externes

5 180 hab. (44 sites)

8 694 hab. (50 sites)

Diversité de contenu (présence d’images et/ou de vidéos)

Sites avec plus de 600 images

2 729 hab. (23 sites)

6 432 hab. (26 sites)

Sites avec 1 vidéo ou plus

5 068 hab. (43 sites)

7 237 hab. (59 sites)

42Dans le Morbihan, les sites les plus ouverts (plus de 100 liens externes) appartiennent à des communes de 5 180 habitants en moyenne. Le premier site en nombre de liens externes correspond à une commune de 1 433 habitants (Quistinic, 3 210 liens externes). Dans le Finistère, ce type de sites renvoie à des communes en moyenne plus peuplées (8 694 habitants), les premiers sur la liste étant ceux de Loctudy (4 262 habitants, 679 liens externes) et Penmarc’h, (5 965 habitants, 568 liens externes).

43On observe le même phénomène pour le nombre d’images, les premiers sites appartenant à des communes de 2 729 habitants en moyenne dans le Morbihan (de Saint Laurent sur Oust 382 hab. à Auray 12 695 hab.), contre 6 432 dans le Finistère (de 213 hab. pour l’Île de Molène à 67 131 hab. pour Quimper).

44Ces résultats incitent à penser que les petites communes morbihannaises se rendraient plus actives et visibles sur le Web, comparées à celles du Finistère. Ceci se confirme lorsque l’on compare le nombre moyen d’images des sites de communes de moins de 2000 habitants, de 346 dans le Morbihan contre 243 dans le Finistère.

45Cependant, l’examen de la catégorie « vidéo » montre que de très petites communes peuvent être très actives dans ce domaine, y compris dans le Finistère où ici encore, les premiers sites en nombre de vidéos appartiennent à des communes plus peuplées que dans le Morbihan (7 237 contre 5 068 habitants en moyenne), mais où l’on retrouve l’île de Molène en tête avec 40 fichiers « vidéo », suivie de Le Tréhou (591 habitants, 15 vidéos), commune rurale située au pied des Monts D’Arrée. Dans le Morbihan, les communes de Tréffléan (2073 habitants), à l’est de Vannes et de Lizio (707 habitants) dans le pays de Malestroit, se détachent avec respectivement 47 et 19 vidéos sur leur site.

46L’ensemble de ces observations est complété par la cartographie des sites Web communaux. On voit que la position littorale joue globalement un rôle important, aussi bien en ce qui concerne l’ouverture vers le reste du Web matérialisée par le nombre de liens externes (Figure 2) et la présence de liens vers Facebook (Figure 3) et Youtube (Figure 4), que la diversité de contenus mesurée par le nombre d’images (Figure 5) et de vidéos (Figure 6). Cet effet littoral n’est pourtant pas totalement déterminant, puisque de nombreuses communes intérieures du Morbihan (Quistinic, Plouray, Carentoir, Pluvignier, Rohan, Lanouée, etc.) présentent une forte richesse de contenu. Dans le Finistère, on observe une représentation plus conforme à l’importance démographique comme on l’a vu plus haut, ou à la localisation touristique des communes (Landerneau, Plougastel, Audierne, La Forêt-Fouesnant, Pont-Aven, etc.).

47Ces résultats doivent être mis en discussion avec différentes enquêtes sur les collectivités locales bretonnes et les TIC qui mettent en place des critères d’analyse qualitative des sites web. Ces critères reposent sur les trois grands types d’objectifs assignés aux sites des collectivités : être une « vitrine », c’est-à-dire un outil de promotion de la ville, de ses aménités, des ressources qu’elle propose à ses (futurs) habitants, acteurs économiques ou touristes ; communiquer des informations pratiques et d’actualités de la politique locale ; faciliter la vie du citoyen par la diffusion d’informations sur l’activité économique et politique du territoire, en proposant des services et des démarches en ligne, ou, plus interactive, la possibilité de participation des administrés. Le Cam et alii (2006) montrent ainsi que les municipalités cherchent à construire un rapport spécifique au public, en proposant différents contrats de lecture selon les multiples figures de l’internaute, à la fois usager, contribuable et électeur. Plus récemment, Mariannig Le Béchec (2011 et 2014) a proposé des catégories qui croisent la relation au territoire (projection ou transposition) et le nombre de liens entrants ou sortants (fonction d’autorité ou de hub).

  • 9 C’est aussi la raison pour laquelle les réseaux sociaux ne sont pas pris en compte dans notre trava (...)

48Cependant, le premier objectif reste souvent prédominant (OPSIS, 2011), et les dispositifs du Web 2.0, permettant potentiellement de promouvoir l’interaction, la participation et le partage d’informations sont encore peu répandus au sein des administrations locales, que ce soit en Europe (Bonsón et alii, 2012) ou bien outre-atlantique (Sandoval-Almazan et al., 2012). Outre la nécessaire représentation institutionnelle de l’équipe municipale et de sa structure, la « vitrine » est assez globalement une transposition électronique des supports traditionnels de la communication imprimée (bulletin municipal, documentation touristique ou économique, etc.). On y promeut l’attraction de la ville (patrimoine, hébergements) et on y valorise la politique municipale par la diffusion d’informations reflétant les actions des élus. Les communes de moins de 2000 habitants sont celles qui proposent le moins de contenus administratifs, privilégiant les informations locales et touristiques. En outre, les services communaux disposent généralement de faibles ressources internes relatives à l’informatique. Cette disparité des compétences disponibles (Huiban et al., 2014) explique sans doute la faible diffusion, hors des grandes agglomérations, du recours aux outils de dernière génération9.

Figure 2. : Ouverture (nombre de liens externes) des sites Web des communes

Figure 2. : Ouverture (nombre de liens externes) des sites Web des communes

Présence de liens extérieurs sur les sites Web communaux.

Figure 3. : Présence de liens Facebook sur les sites Web des communes

Figure 3. : Présence de liens Facebook sur les sites Web des communes

Figure 4. : Présence de liens YouTube sur les sites Web des communes

Figure 4. : Présence de liens YouTube sur les sites Web des communes

Figure 5. : Richesse de contenu des sites Web des communes en nombre d’images

Figure 5. : Richesse de contenu des sites Web des communes en nombre d’images

Présence d’images sur les sites Web communaux.

Figure 6. : Richesse de contenu des sites Web des communes en nombre de vidéos

Figure 6. : Richesse de contenu des sites Web des communes en nombre de vidéos

Présence de vidéos sur les sites Web communaux.

Les relations entre les communes

49Comment les communes du Finistère et du Morbihan sont-elles connectées entre elles sur la toile ? Parmi les liens externes de leur site, sont repérés et extraits tous ceux qui appartiennent à notre échantillon initial de 391 sites Web communaux. Les graphes réalisés sous Gephi montrent des nœuds (sommets) de tailles différentes, reliés entre eux par des arcs (arêtes) orientés. La taille du nœud indique le degré de connexion d’un site, calculé en fonction du nombre de liens entrants et sortants d’un site vers un autre. Certains sites jouent ainsi le rôle de « hubs » car ils renvoient vers de nombreux autres sites. C’est le cas de Ploemel, Queven, Crédin, Saint Gonnery, Sainte Brigitte et Séglien dans le Morbihan (plus de 14 liens sortants) et de l’Île-Tudy, Trémeoc, Commana, Lampaul Guimiliau, Pont L’Abbé et Tréguennec dans le Finistère (au moins 11 liens sortants). D’autres sites sont considérés comme des « autorités » car ils sont souvent cités (Brest, Le Guilvinec, Penmarch dans le Finistère ; Muzillac, Vannes, Baud dans le Morbihan). Le site de Muzillac apparaît comme le plus central à la fois car il est fortement connecté avec les autres (centralité de degré) mais aussi car il est un « passage obligé » pour un grand nombre d’entre eux (centralité d’intermédiarité). Cette fonction de relais est également assurée par des communes du sud du Morbihan comme Peaule, Auray, Lizio, Plumeliau, Pluneret et dans le Finistère par Brest, Saint-Pol de Léon, Pontaven.

50La figure 7 montre le graphe dans son ensemble, les sites des communes du Morbihan étant représentés en bleu, et celles du Finistère en rouge. Ce graphe est généré à partir d’un algorithme (force atlas), qui spatialise les nœuds selon des forces d’attraction et de répulsion. On visualise ainsi des « communautés », qui sont des sous-graphes denses faiblement interconnectés. Des groupes de sites fortement liés entre eux et faiblement liés aux autres apparaissent, correspondant bien souvent à des intercommunalités complètes (Brest Métropole), ou non (Auray Quiberon Terre Atlantique). Les communautés du Finistère sont en général plus éloignées les unes des autres par rapport à celles du Morbihan. Enfin, on trouve aussi environ 20 à 25 % de sites isolés, non reliés au reste du réseau.

Figure 7. : Vue d’ensemble des liens entre les sites des commune (Morbihan en bleu, Finistère en rouge)

Figure 7. : Vue d’ensemble des liens entre les sites des commune (Morbihan en bleu, Finistère en rouge)

51Cette représentation des liens, totalement indépendante de la position spatiale des communes, peut révéler des formes de proximité sans correspondance avec des distances physiques. Il peut s’agir de proximités sociales, économiques, politiques ou culturelles (Torre, 2009). Par exemple, le site de la commune de Peillac indique que « ce village de l’Argoat a tenu à se jumeler avec deux communes de l’Armor : l’Île de Batz, au large de Roscoff et Saint-Nazaire en Loire Atlantique ».

52On constate aussi que le Finistère présente davantage de « grappes » isolées, alors que les agrégats du Morbihan comportent un nombre plus important de membres. Les figures 8 et 9 présentent le réseau de chaque département, après avoir appliqué à chacun individuellement la fonction « force atlas ». Il restera à vérifier — notamment au cours des entretiens — si cette densité des liens et cette proximité des sites correspondent à des solidarités intercommunales plus marquées dans le Morbihan.

Figure 8. Les agrégats de « proximité virtuelle » dans le Finistère

Figure 8. Les agrégats de « proximité virtuelle » dans le Finistère

Figure 9. : Les agrégats de « proximité virtuelle » dans le Morbihan

Figure 9. : Les agrégats de « proximité virtuelle » dans le Morbihan

Ouverture de nouvelles hypothèses et pistes de travail

53Ces dernières remarques nous confirment que l’identification de lieux singuliers, rendue possible par ce travail préalable, doit être suivie d’une analyse approfondie, au moyen d’enquêtes par questionnaires et par entretiens. On cherchera notamment à confronter les résultats précédents à la stratégie des collectivités en termes d’attractivité ou de solidarités, en s’inspirant par exemple de l’analyse de l’alignement stratégique des sites web organisationnels (Pinède, 2012). La plupart des sites répond en effet dans des proportions variables à quelques grands objectifs : présenter (et parfois mettre en débat) les politiques municipales, promouvoir l’offre touristique, attirer les investisseurs et entrepreneurs, offrir des services administratifs aux habitants. Ces choix fonctionnels influent sur la densité du site, et déterminent une partie des liens qu’il contient. Cette phase de retour aux acteurs est donc nécessaire pour qualifier et re-contextualiser les informations quantitatives recueillies automatiquement.

54Elle devrait permettre également d’approfondir notre questionnement relatif à la transformation des représentations de la portée spatiale des collectivités, induite par la construction et l’usage des outils numériques. Comment les élus et les agents administratifs, ces derniers étant plus familiarisés aux TIC que les premiers (Huiban et al., 2014) conçoivent leur commune dans le cyberespace ? Comment réagiraient-ils face à ces cartographies du web territorial, dont le potentiel heuristique (Plantin, 2013) et la capacité à susciter des débats sont avérés ?

Conclusion

55Comment les mairies s’affichent-elles sur le Web via leur site Internet officiel, et comment sont-elles reliées entre elles sur la toile ?

56Ce travail ne prétend pas se substituer aux enquêtes par questionnaires réalisés par les observatoires et qui permettent de connaître finement le rapport des mairies aux TIC et les freins à l’évolution de l’e-administration. Il se propose de compléter ces approches, ainsi que les analyses de diffusion spatiale du web public communal menées notamment au niveau des espaces bretons dans le cadre du GIS M@rsouin et du programme RAUDIN.

57L’idée ici était de vérifier plus avant si Internet permet aux communes de « s’affranchir » en quelque sorte, des limites qui leur sont assignées dans l’espace physique. Une première manière d’y parvenir consisterait à posséder un site Web très fourni en termes de contenus, permettant d’assurer une visibilité et une importance sans rapport avec la taille réelle et l’importance administrative du territoire. Une seconde manière consiste à occuper, dans « l’espace virtuel » que constitue le Web, une position plus ou moins centrale vis-à-vis des autres sites de mairies.

58L’utilisation d’un logiciel d’exploration et d’aspiration des hyperliens (« crawling ») a permis, après nettoyage des données, de recueillir des informations sur le contenu des sites, que l’on a considérées ici comme des indicateurs de richesse de contenu (documents PDF, images, vidéos) et d’ouverture vers l’extérieur (liens externes, Facebook, Twitter et Youtube). On a pu ainsi mesurer que plus une commune est peuplée, plus elle tend à posséder de liens sur son site, toutes catégories confondues. Cela est d’autant plus significatif pour l’usage des images et des nouveaux outils comme les réseaux sociaux. Notre première hypothèse n’est donc pas vérifiée, même si l’on a pu remarquer que les petites communes (moins de 2 000 habitants) peuvent se distinguer par des sites très richement illustrés et documentés. C’est le cas notamment d’une bonne partie des communes rurales du centre du Morbihan et aussi des îles comme Molène dans le Finistère.

59Dans un second temps, la démarche a consisté à étudier et à montrer les relations entre les sites de ces mêmes communes sur le Web. Nous avons pu mettre en évidence des sites qui font office de « hubs » et qui appartiennent à des communes de taille modeste (entre 600 et 3000 habitants), d’autres qui font « autorité » et qui sont plus conformes à la hiérarchie urbaine (Brest, Vannes, etc.). Nous avons également identifié des configurations de regroupements de sites différentes selon les départements.

60Cette étude comporte bien évidemment des limites, au nombre desquelles l’absence de géoréférencement des graphes. Mais son intérêt réside dans la possibilité de couvrir des territoires de façon exhaustive et systématique, permettant ainsi des comparaisons générales entre territoires selon leurs caractéristiques (position, densité, caractère rural ou non, etc.) et le dégagement de grandes tendances (la mise en évidence de grappes isolées dans le Finistère, l’abondance de liens hiérarchiques dans le Morbihan, etc.) qui permettront de construire les entretiens avec les acteurs du web territorial.

Haut de page

Bibliographie

ACHE, P., ANDERSEN, H.T., MALOUTAS, Th., RACO, M., TASAN-KOK, T. (Eds.) (2008), Cities Between Competitiveness and Cohesion: Discourses, Realities and Implementation. Series : GeoJournal Library, vol. 93, 299 p.

BAKIS, H. (1999), « Un nouvel espace à explorer, parcourir et utiliser : l’espace des réseaux électroniques », Netcom 13/1, pp. 1-8.

BAUTZMANN, A., CLAIRET, S. (2001), « Aménagement du territoire et communication télévisuelle : une approche du polycentrisme par les médias », in DATAR-Université de Haute Bretagne, Le polycentrisme, un projet pour l’Europe ?, Rennes, pp. 235-243.

BÉLISLE, C., BIANCHI, J., JOURDAN, R. (1999), Pratiques médiatiques, 50 mots-clés, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication », 428 p.

BONSÓN, E., TORRES, L., ROYO, S., FLORES, F. (2012), Local e-government 2.0: Social media and corporate transparency in municipalities. Government information quarterly, 29(2), pp. 123-132.

BOULLIER, D. (2009), « Au-delà des territoires numériques en dix thèses ». In F. Rowe (Ed.), Sociétés de la connaissance et prospective. Hommes, organisations et territoires. Nantes : Lemna, 2009.

CARMES, M., NOYER, J.-M. (2014), Devenirs urbains, Paris, Presses des MINES, collection Territoires Numériques, 378 p.

DANG NGUYEN G., S. DEJEAN, A. SOUQUET (2011), « Les internautes moteurs des processus d’adoption et développement de l’E-Gouvernement : une étude sur les communes bretonnes », Politiques et Management public, Institut de management public, 2013, 30 (1), p. 29-49.

DEJEAN, A., DEPORTE N., DUFÉAL, M., GELLY J., Analyser la diffusion spatiale du Web public communal en Bretagne et Aquitaine, Séminaire M@rsouin de Saint-Malo, 23 et 24 mai 2013.

DELAGRAVE, É. (2013), « gov.uk, le gouvernement en ligne le plus inspirant sur la planète », http://www.adviso.ca/blog/2013/10/24/gov-uk/, consulté le 26/07/2014.

Département de Loire-Atlantique (2014), Design de service public en collectivité locale, Paris, La Documentation française, 104 p. : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110098900/index.shtml

DEPORTE, N. (2013), « Les communes bretonnes et les TIC », Enquête M@rsouin, Août 2013, M@rsouin.org et Région Bretagne.

DESBOIS, H. (1998), « Représentations et territoires sur Internet », Communications à l’Atelier Internet de l’ENS, http://barthes.ens.fr/atelier/articles/desbois-mai-98.html, consulté le 29/12/09.

DUFÉAL, M. (2001), « Internet, marqueur des territoires ? Le cas de la diffusion des sites web dans l’arc méditerranéen français », colloque Les Ve Rencontres de Théo Quant, Besançon, 22-23 février 2001, http://thema.univ-fcomte.fr/theoq/pdf/2001/dufeal.pdf, consulté le 19/12/2009.

DUFÉAL, M., GRASLAND L. (2003), « La planification des réseaux à l’épreuve de la matérialité des TIC et de l’hétérogénéité des territoires », Flux n° 54, p. 49-69.

DUPUY, G. (2002), Internet, Géographie d’un réseau, Paris, Ellipses Édition Marketing S.A., 160 p.

eAtlasudoe (2006), Réseau d’observatoires pour la société de la connaissance, projet Interreg III B Sudoe : eAtlasudoe, GRESOC, Université de Toulouse le Mirail, 16-17 novembre.

EUROPEAN COMMISSION (2003), « The role of E-Government for Europe’s future ». http://ec.europa.eu/information_society/eeurope/2005/doc/all_about/egov_communication_en.pdf

ÉVENO, E. (1997), « Pour une géographie de la société de l’information », Netcom, vol. 11, n° 2, pp. 431-457.

FLICHY, P., DAGIRAL, É. (2004), « L’administration électronique : une difficile mise en cohérence des acteurs », Revue française d’administration publique, n° 110, pp. 245-255.

FOUETILLOU, G. (2008), « Le web et le traité constitutionnel européen. Écologie d’une localité thématique compétitive », Réseaux, n° 147, pp. 229-257.

GRAHAM, S., MARVIN, S. (2002), Splintering Urbanism, Routledge, London.

HOLMBERG, K., THELWALL, M. (2009), « Local government web sites in Finland: A geographic and webometric analysis », Scientometrics, Volume 79, n° 1.

HUIBAN, E. (2015), Les choix numériques des communes bretonnes - Étude des effets d’influence, Observatoire du GIS M@rsouin, Janvier 2015, disponible en ligne sur : http://www.marsouin.org/IMG/pdf/les_effets_d_influence_vf.pdf

HUIBAN, É., BEAUCHAMPS, M. (2014), Observatoire du GIS M@rsouin, Octobre 2014, Enquête communes 2013 : les compétences numériques au sein des mairies bretonnes.

INGWERSEN, P., BJÖRNEBORN, L. (2004), « Methodological Issues of Webometric Studies », In H.F. Moed et al. (eds.), Handbook of Quantitative Science and Technology Research, Netherlands: Kluwer Academic Publishers, 339-369.

KRZATALA-JAWORSKA, E., (2013), « Les municipalités à la conquête des réseaux sociaux. Mais pour quoi faire ? », Communication et organisation, 43 | 86-104.

KRZYSZTOF, J. (2015), « Geography of Hyperlinks - Spatial Dimensions of Local Government Websites », European Planning Studies vol. 23, Iss. 5, 2015.

LE BÉCHEC, M. (2011), « Peut-on institutionnaliser le web ? Le cas du "web régional breton" » in DANG NGUYEN G., CRÉACH P. (dir.) Recherches sur la société́ du numérique et ses usages. Actes du 9e séminaire M@rsouin (26 et 27 mai 2011 à Bénodet).

LE BÉCHEC, M., BOULLIER, D. (2014), « Communautés imaginées et signes transposables sur un « web territorial » », Études de communication 1/2014 (n° 42), p. 113 -126

LE CAM, F., RUELLAN, D., CABEDOCHE, B. (2006), « L’identité éditoriale de sites de municipalités en Bretagne », 16 mai 2006 ; http://www.marsouin.org/spip.php?article106

LE COUÉDIC, D., PRIGENT, L. (2014), L’urbanisation profuse saisie par la longue durée. Le cas de la Bretagne. Cahiers de Géographie du Québec, Volume 58, numéro 165.

MARTIN-BRELOT, H. (2006), Technologies de l’information et de la communication (TIC) et territoires locaux dans une perspective de développement durable. L’expérience Rhizome - TV FIL 78 - Saint-Quentin-en-Yvelines. Thèse CIFRE, ENS Lettres et Sciences Humaines Lyon, 335 p.

MOON, M. J. (2002), The evolution of e-government among municipalities: Rhetoric or reality?, Public Administration Review, 62 (4), pp. 424–433.

MORISET, B. (2000), « Les sites Web de territoire en milieu rural, représentation, enjeux et recompositions spatiales », Géocarrefour, vol. 75, n° 1, Espaces ruraux et technologie de l’information, pp. 25-38.

OPSIS, (2011), « Mairie 2.0 Analyse des sites web communaux bretons », septembre 2011 – M@rsouin.org et Région Bretagne.

PINÈDE, N. (2012), Synthèse : méthodologie globale d’analyse des sites Web organisationnels, Colloque RAUDIN, 5 juin 2012.

PETRICECK, V., ESCHER, T., COX, I. J., MARGETTS, H. (2006), « The Web structure of e-government — developing a methodology for quantitative evaluation », Proceedings of the 15th International Conference of World Wide Web. Edinbugh, Scotland: ACM Press. http://www2006.org/programme/files/pdf/1041.pdf

PLANTIN, J.-C. (2013), « D’une carte à l’autre. Le potentiel heuristique de la comparaison entre graphe du web et carte géographique », in Barats C., dir., Manuel d’analyse du web, Armand Colin, pp. 228-243.

PUEL, G., ULLMANN C., (2006), « Les noeuds et les liens du réseau Internet : approche géographique, économique et technique », L’Espace géographique, 2006/2, tome 35, pp. 97-114.

RÉMY, J. (1984), « Centration, centralité et haut-lieu : dialectique entre une pensée représentative et une pensée exploratoire », Revue de l’Institut de Sociologie, n° 3-4, pp. 449-486.

SANDOVAL-ALMAZAN, R., GIL-GARCIA, J. R. (2012), « Are government internet portals evolving towards more interaction, participation, and collaboration? Revisiting the rhetoric of e-government among municipalities. » Government Information Quarterly, 29, S72-S81.

SMITH, A., THELWALL, M. (2002), Web impact factors for Australasian universities. Scientometrics, 54 (3), pp. 363–380.

TERLOUW, K., DENKERS, R. (2011), « The geography of regional websites: Regional representation and regional structure. » Geoforum, 42(5), pp. 578-591.

THELWALL, M. (2002), Evidence for the existence of geographic trends in university Web site interlinking. Journal of Documentation, 58 (5), pp. 563–574.

THELWALL, M. (2009), Introduction to Webometrics: Quantitative Web Research for the Social Sciences, Morgan et Claypool. / Synthesis Lectures on Information Concepts, Retrieval, and Services, vol. 1, n° 1, pp. 1-116.

TORRE, A. (2009), Retour sur la notion de proximité géographique, Géographie, Economie, Société, vol. 11, n° 1, 63-74.

TRÉMENBERT, J. (2008), « Usages des TIC des communes bretonnes avec leurs différents partenaires », juillet, http://www.marsouin.org/article.php3?id_article=228, consulté le 17/12/2009

VANIER, M. (2008), Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Economica-Anthropos, 160 p.

VAUGHAN, L., YOU, J. (2005), « Mapping business competitive positions using web co-link analysis », Proceedings of the 10th International Conference of the International Society of Scientometrics and Informetrics. Stockholm, Sweden : Karolinska University press. vol. 2, pp. 534–543.

VENTURINI, T., (2012), Great expectations : méthodes quali-quantitative et analyse des réseaux sociaux. In FOURMENTRAUX, Jean-Paul (dir.). L’Ère Post-Media. Humanités digitales et Cultures numériques, Paris : Hermann, 2012, p. 39-51.

VILTARD, Y. (2010), « Diplomatie des villes : collectivités territoriales et relations internationales », Politique étrangère, 2010/3 Automne, p. 593-604.

WIEL, M. (2004) Ville et mobilité : un couple infernal ?, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2004, 85 p.

Haut de page

Notes

1 Notamment, dans le cas de la Bretagne, la dispersion de l’habitat, mais aussi des services, a profondément modifié les pratiques de mobilité (Le Couédic et al., 2014).

2 La « webométrie » est la mesure du World Wide Web ; elle vise à connaître le nombre et les types d’hyperliens, la structure du Web et ses usages. Ingwersen et Björneborn (2004) en donne une définition : « Inspirée des approches de la bibliométrie et de l’infométrie, la webométrie (ou cybermétrie) est l’étude des aspects quantitatifs de la construction et de l’utilisation des ressources informationnelles, des structures et des technologies sur le web ». Thelwall (2009) précise que la webométrie renvoie à un ensemble de méthodes d’analyse de contenus sur le web qui ne se limitent pas aux intérêts des sciences de l’information et de la communication mais peuvent être appropriées par d’autres disciplines. Les premières publications sur la webométrie ont souvent porté sur le développement et l’amélioration des méthodes pour la collecte, le traitement des données et l’interprétation des résultats.

3 Une équipe autonome coordonne toute l’information publiée en ligne par le gouvernement avec un contrôle absolu sur l’expérience utilisateur (Delagrave, 2013).

4 D’après Jean Rémy (1984), cité par Martin Vanier (2008), « la centration suppose un lieu qui sert de point d’ancrage et de référence pour permettre à un groupe de se situer dans ses liens avec l’extérieur ». S’opposant à un modèle qui « comprend un rapport strict d’inclusion/exclusion, une frontière impliquant une fermeture, un emboîtement et une hiérarchisation, et qui correspond assez bien au quadrillage de l’espace par le politique » … « un lieu de transit et de médiation… à partir [duquel] on peut aller dans plusieurs directions à la fois… [et qui] permet de se définir par rapport à une pluralité de références extérieures ».

5 Pour autant, en raison de l’antériorité et de l’offre de services des sites communaux, il nous a semblé préférable de centrer notre première exploration sur les sites des communes. Les EPCI seront analysés dans une phase ultérieure.

6 Ce choix d’une base payante, mais peu coûteuse, s’explique par notre souci de partir d’une base « clé en main » et récente, la base M@rsouin créée dans le cadre du programme RAUDIN datant de 2011.

7 Ce que nous appelons un « lien Facebook » ici renvoie soit à l’existence d’un compte officiel de la mairie, mentionné par exemple depuis sa page d’accueil, soit à la possibilité, donnée au visiteur, de partager un article du site sur sa page personnelle.

8 Nous avons exclu du classement la commune de Plozevet qui possède 11824 images et se trouve donc loin devant la seconde commune, Audierne, avec 3085 images.

9 C’est aussi la raison pour laquelle les réseaux sociaux ne sont pas pris en compte dans notre travail. En effet, si les prestations de services, ou la fabrication en interne, correspondent à des activités désormais routinières, il n’en va pas de même pour des fonctions comme celle de community manager, peu identifiable dans les organigrammes de la fonction publique territoriale, ni dans l’offre de prestataires souvent issus de l’univers du graphisme. En revanche, pour une perspective ultérieure, il est clair que les nouveaux supports seront incontournables, les acteurs privés ou associatifs s’étant massivement reportés vers eux en abandonnant progressivement les sites statiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. : Équipement des communes bretonnes en sites Web et population communale
Crédits Source : Editions Callipro 2014.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 2. : Ouverture (nombre de liens externes) des sites Web des communes
Légende Présence de liens extérieurs sur les sites Web communaux.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 3. : Présence de liens Facebook sur les sites Web des communes
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 4. : Présence de liens YouTube sur les sites Web des communes
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 5. : Richesse de contenu des sites Web des communes en nombre d’images
Légende Présence d’images sur les sites Web communaux.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 6. : Richesse de contenu des sites Web des communes en nombre de vidéos
Légende Présence de vidéos sur les sites Web communaux.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 7. : Vue d’ensemble des liens entre les sites des commune (Morbihan en bleu, Finistère en rouge)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-7.png
Fichier image/png, 289k
Titre Figure 8. Les agrégats de « proximité virtuelle » dans le Finistère
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-8.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 9. : Les agrégats de « proximité virtuelle » dans le Morbihan
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/1827/img-9.png
Fichier image/png, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Martin-Brelot, Patrick Dieudonné et Jérôme Sawtschuk, « Les communes bretonnes sur le Web », Netcom, 28-3/4 | 2014, 181-206.

Référence électronique

Hélène Martin-Brelot, Patrick Dieudonné et Jérôme Sawtschuk, « Les communes bretonnes sur le Web », Netcom [En ligne], 28-3/4 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/1827 ; DOI : 10.4000/netcom.1827

Haut de page

Auteurs

Hélène Martin-Brelot

Maître de Conférences à l’Université de Bretagne Occidentale - Institut de Géoarchitecture-EA2219, CS 93837, 29238 BREST Cedex 3, helene.martin-brelot@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Patrick Dieudonné

Maître de Conférences à l’Université de Bretagne Occidentale - Institut de Géoarchitecture-EA2219, patrick.dieudonne@univ-brest.fr

Jérôme Sawtschuk

Maître de Conférences à l’Université de Bretagne Occidentale - Institut de Géoarchitecture-EA2219, jerome.sawtschuk@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals