Navigation – Plan du site

Sociétés africaines de l’information

Illustrations sénégalaises. Avant-propos
Emmanuel Eveno, Cheikh Gueye, Jean-Jacques Guibbert, Didier Oillo et Olivier Sagna
p. 5-12

Notes de l’auteur

Le projet scientifique qui est à l’origine de ce numéro spécial des revues Netcom et Netsuds est celui du groupe « eAtlas de la Société de l’Information » : eAtlas est une communauté de travail destinée à faire lien entre la recherche et la thématique Tic et territoires. Cette communauté se construit sur la base d’un partenariat entre chercheurs, acteurs publics territoriaux et acteurs de la société civile. Pour rendre compte fidèlement des contextes locaux, la communauté eAtlas se décline en plusieurs groupes géographiques, eAtlas francophone de l’Afrique de l’Ouest est l’un d’eux. Il s’est structuré grâce à l’appui de l’Agence Universitaire de la Francophonie à partir de 2005.

Texte intégral

1Au cœur de l’expression « société de l’information » comme dans celle, plus récente, de « société de la connaissance », il y a au moins un paradoxe intéressant, celui de l’opposition quelques peu factice entre globalisation et territorialisation.

2Les premiers temps du développement des politiques publiques consacrées aux Tic renvoyaient presque exclusivement à l’expression d’une norme immanente. Comme s’il y avait dans la problématique du développement des sociétés, un horizon et un seul, inéluctablement lié à la mondialisation et à la modernisation. Cette norme puisait sa source d’inspiration dans la matrice élaborée au début des années 1990 par la politique états-unienne des « Autoroutes de l’Information », qui s’est très rapidement « exportée » et déclinée à l’envie dans de très nombreux pays. En dehors des Etats-Unis, le déclenchement des politiques volontaristes en matière de Techniques d’Information et de Communication (Tic) sera très souvent lié au préalable à un constat de « retard » qu’il s’agit de rattraper.

3Dans la plupart des pays développés, il s’est agi de faire pièce, en adaptant son appareil productif et son système de formation, au modèle dominant, en finançant de la Recherche/Développement, en lançant des expérimentations dans de très nombreux domaines. Dans d’autres cas, celui des pays en développement, il s’est agi de prendre acte d’un changement dans les règles du jeu en espérant qu’une action ciblée sur les Tic permettrait un rattrapage économique, voire un « saut technologique ».

4Au bout de plus de dix ans d’expériences, il semble que l’on puisse tirer quelques enseignements utiles à la fois pour les chercheurs qui travaillent sur ces sujets, mais aussi pour les acteurs. C’est ce à quoi nous nous sommes prioritairement consacrés au travers du projet eAtlas francophone de l’Afrique de l’Ouest.

Les politiques publiques « Société de l’Information »

L’engouement pour les Tic

  • 1 Thomas H. Davenport, Privilégier l’information sur la technologie, article paru dans le Dossier spé (...)

5Les politiques publiques qui se sont consacrées au développement des Techniques d’Information et de Communication (Tic) ont bénéficié pendant la décennie 1990 et surtout dans sa deuxième moitié, d’une valorisation et d’une publicité sans commune mesure avec d’autres champs d’intervention des Etats. « Faciliter » ou « hâter » la transition de son pays vers la « société de l’information » est alors très rapidement devenu un enjeu politique prioritaire dans la plupart des Etats dans le monde. De sorte que, en l’espace de quelques années, les Tic sont devenues des enjeux de société. Objets autrefois cantonnés au monde des spécialistes, objets complexes et servis par des langages abscons, elles deviennent, avec les années 1990, objets du débat public, témoins des processus en cours de modernisation, objets ostentatoires et de grande consommation, objets de culture… Comme le remarquait, non sans malice, Thomas H. Davenport, dans un article paru en 1999 « Imaginez-vous dans un monde obnubilé par la plomberie. Dans cet univers étrange, des centaines de livres, de magazines et même quelques chaînes de télévision traitent uniquement de la plomberie et font l’éloge des dernières innovations (...). Assez curieusement, on retrouve la même situation dans notre propre monde. Remplacez les équipements de plomberie par des ordinateurs et les tuyaux par des réseaux, et ce scénario devient soudain réalité »1.

6Dans les pays africains, ces politiques publiques ont revêtu parfois des accents particuliers. Elles ont ainsi pu être présentées comme une chance historique, celle qui permettrait de faire l’économie du développement industriel pour prendre pied dans le développement « post-industriel ». C’est la théorie du « saut technologique ».

  • 2 L’espace public est entendu ici comme espace de et en débats entre les acteurs publics, la société (...)

7C’est à l’histoire de ces politiques publiques, à leur transposition d’une société à une autre que s’attache le projet eAtlas. Bien que de génération récente, cette « histoire » est déjà compliquée par le fait de devoir appréhender une très grande variété de contextes. Le matériau privilégié, dans ce type de travail est typiquement constitué par les « textes » ou « discours » : énoncés politiques, programme ou plan d’action, livres blancs, rapports officiels... On peut y ajouter l’ensemble des textes ou discours qui peuplent l’espace public2 : articles de presse, projets associatifs... Comme à chaque fois qu’il s’agit de « reconstituer » une histoire, il s’agit de s’interroger sur les matériaux dont on dispose, sur leur empilement, leur pertinence, leur congruence.

  • 3 Par exemple In Alain Lefebvre et Gaëtan Tremblay (coord.), Autoroutes de l’Information et Dynamique (...)

8Comme l’ont déjà signalé de nombreux travaux3, ces matériaux se ressemblent fortement, quels que soient les contextes nationaux dans lesquels ils ont été produits. En effet, pratiquement tous les pays se sont intéressés à la question des Tic. Le futur des sociétés nationales ayant été maintes fois associé à la capacité de ces sociétés à se saisir des Tic, les politiques Tic ont ainsi été subrepticement considérées, dans la seconde partie de la décennie 1990, comme le cœur de l’action des Etats, comme une mission fondamentale.

9Ces politiques publiques sont également de plus en plus une exigence pour les acteurs publics territoriaux. La mondialisation des échanges a en effet conduit les collectivités locales à exercer de nouveaux rôles et à devenir des centres d’initiatives dans le domaine de l’économie, de l’écologie, du social et du culturel (comprenant l’éducation). Les villes deviennent des lieux stratégiques du développement. La plus grande proximité entre la ville et les citoyens permet des concertations plus faciles qu’à l’échelle nationale. Les collectivités locales sont aussi plus en mesure de saisir les demandes éducatives et culturelles des adultes et, en conséquence, d’y répondre plus précisément. Plus encore, la participation active des citoyens à la vie locale fait de ces milieux urbains de véritables écoles populaires de la démocratie et le rôle toujours plus présent de la société civile est mieux pris en compte à l’échelle locale. Globalement, on assiste aujourd’hui, grâce aux Tic, à l’émergence d’une société du savoir, avec tout ce que cela induit en termes d’innovations politiques et industrielles.

10Les Suds ne peuvent être absents de cette nouvelle problématique sociétale faute d’être exclus définitivement de la compétition internationale. Certains pays émergeants l’ont compris. Ainsi, la Tunisie enregistrait en 2005 un taux de 24 % de la croissance totale du pays grâce aux TIC. Ces efforts ont d’ailleurs été salués par plusieurs instances internationales dont le forum économique de Davos qui a placé, dans ce domaine, la Tunisie en tête des pays africains.

Contributions africaines

  • 4 Panafrican Development Information System.

11En fait, la prise en compte, en Afrique, des problématiques liées à la “société de l’information” ne s’est pas opérée avec un grand décalage par rapport au reste du monde. Cette situation est en grande partie due à l’intérêt porté par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) à la question centrale de l’information au service du développement qui s’est traduite dès 1989 par l’apport d’un appui financier à la Commission des Nations unies pour l’Afrique (CEA) pour la mise en œuvre de deux projets respectivement intitulés « Computer mediated communications in Africa » et « Capacity building for electronic communication in Africa (CABECA) ». Ces deux projets furent exécutés dans le cadre du système panafricain d’information pour le développement (PADIS)4 créée en janvier 1980. Le premier projet avait pour objectif de tester des dispositifs de télécommunications pour l’échange d’information afin d’en identifier les forces et les faiblesses tandis que le second visait à renforcer les capacités en matière de fonctionnement et de maintenance de nœuds de messagerie informatique utilisant le protocole Fidonet.

12Le discours d’Al Gore sur les autoroutes de l’information en 1993 eut certes quelques échos dans les médias mais il n’influençât guère les décideurs africains, confrontés à la mise en place des politiques d’ajustement structurel, pour lesquels les technologies de l’information et de la communication apparaissaient encore comme un luxe. Cependant, dans les milieux spécialisés, la prise de conscience était réelle. A peine deux mois après l’organisation de la conférence ministérielle regroupant les ministres des pays membres du G7 et de la Communauté économique européenne (CEE) sur la société de l’information en février 1995 à Bruxelles (Belgique), la CEA organisa, en avril 1995, un colloque régional africain sur le thème « La télématique au service du développement ». Les conclusions de ce colloque préconisèrent la création d’un groupe de réflexion de haut niveau afin d’élaborer une stratégie en la matière.

13C’est à ce moment qu’émergent les premiers « hérauts » africains de la « Société de l’Information ». Invités à la conférence de Bruxelles, le président sud-africain Thabo Mbeki y a souligné le retard de l’Afrique en matière d’infrastructures de télécommunications en faisant remarquer d’une part qu’il y avait davantage de lignes téléphoniques à Manhattan que dans toute l’Afrique sub-saharienne et d‘autre part que la moitié de l’humanité n’avait jamais passé un coup de téléphone. Afin de remédier à cette situation, il préconisa la coordination des efforts internationaux et suggéra l’organisation d’une rencontre internationale sur la question. Celle-ci déboucha sur la conférence de Midrand sur « la Société de l’information et le développement » (ISAD), organisée en mai 1996 en Afrique du Sud. A la même époque, la CEA rendit public le rapport relatif à l’Initiative société caines auemendu syston des Etaéchange ion 4.0 Int rencontructures de t13Co G7n AfrA renFtale0 Int upment centé mée en maatG guvissionre internatio « Ca télque en matiremiere problologies de l’information et de ui scla théoe Pnt sud-afr Thoque lpla O nr Kur rs ceest l’orgation d’un groupe x, et c à r’exputor.edta Commission de hautère de fonctioé de l’information en fé

11Les polAès re actiocticee las sa deuxe. De sosir t dencore codes politiqgie en la nales ayant ,logbloloe Pn ou planon des Etaéchté de l’information en fév çufet, ">Co G7n Af9A organisa, en avse de « fonce io0 Int upFconom développement (PADIS)dfrique sub-saharème « La télque sub-sahfaTIC. Cetivem sociétisation et à la mièrelic le rapport ren œu’il sint unia andiueigbls Techniqructures de téécologie, u dévenformation, Sénégenformauion Commerc en Afriice du déveciétbt et g prore nœua Communaatie et lede la confon decorgommissé de l’information en fé te que="pôts cee tou et c ANeiSs="footnotecall" id="bodyftn4" href5"#ftn4">4Le maten jaintérêe" cCommunare internaommG guvisd7n Afrsa, en avsrier 1995 à ta0 elleasskon(Mon )munare internaginezionala C-emiersotnedes adulloppement ». Les cdu mo coll médias mamt de gs paysrt delle la confgineeasskon ta0nvitéAsituatioccasnégexécuts dutans la secoendu systmultis publics(g prorede plo,té civile est mi, visttinenrivs ceriat en de geloppement des Te scc.EA org des Etats dn. Cellee sont crsi plne d la ulte regur l’expressoccasnial et/ae qusation société de l’information en fév(SMSa s="footnotecall" id="bodyftn4" href6"#ftn4">4Daa>fet, 6 en ta2, vi ti’expeassko,férence de Midrisa "> it ae part qu’ilation d’un groupe Ftalsaéchton afin d’en idenotnu strère.ît consci dn. Cellee tur lai pluoppement (PADIS)dfrité de l’information en févrttres champu’ilui pergroupe Ftalsatioélid et le Cécotnu strèrplux moas. ffent inipation active ues Net de la acette nité de l’information en févest mie/a à l’concertPMEines de l’ilég en courisa "> itmêmeessoccasnia nitPNetNets2lognun atG guvisrier 1995 à ta3,oe Pnt sud-afralaises. Ava Abd laye Wations s laet à lanq/div> auemation d’un groupe Ftalsatioélid et le spécEA) poFSN),q/div> uelques itoncon eeorganisandiueigbspositentre l la décposirès et sont cra d’eux.ee proxis de culturepublic,saut tee >

Les acteurs de la « Société de l’Information »

Contecul de l’interventionnisme étatique ?

L11Dans leU’ de ce»

10Socicd’autres champs . C’estndre res champs « his 19ol Pas dpubl à l’ part qut son à lanqe moderns et la licenon des Etas « Soue ?,un parafe sjaintntionnisirinélucque le secoerrogmur l enariat entre cmulti-. C’estt, 6poqueu dé «ariat entre chsintena paraère parainterai’experrogeon" roll médiasu sysnaux dans l

10Contosition réservée des collectivités locales

L11 auem Tic permet.ors des EtatrsmanDavos q à ’insnhu Dans ,iaux se evienneoler à lnnovataues tdeviennélfaTI,situation, il prt tradx« Satrdans leapport gmurrinters pae d lal la décposi 1990, o lanitiqans leremiera, en ainnovataud-pluoppement (PADIS)our , PNUD, CNUCED, UIT, UNESCO scc.Eémergenc une at on paysie en la nales ayant i forumrg des Etaéresgnu décideuititndamau sont ,gs pa-al africaeme qs" c leup> ont ainsi pct, dans q/difil’informaation d’une A lMSaue qnot plasociété/ae ays mevevienneolitiqueuvec x, la co (Lynà ta3neolBilbaon ta5la misenoudisposis" c. Cationaux et sugg cadre du systnférene aveetune , cettrd la peme qs"m pied dade goic permICqueuvas conteisexclus à la f miset de ace des politiqtion/rss+xmnnovatades des t de la commg prore nœunc c commu/a>

Contontée en puissance des acteurs de la « société civile »…

L11 leremierOtion d’unssNen G prorede plaà lnt consacridentmur lesgmur mme une chas membat en de gi inte.openb adultesir » ellee tionales dont l. Aès re lloqufulee t dé-ent sud-afrunienne des sur les lnt 19oquasidenrojet t que prioritas « Soonfginement, ption System.Iuctures de tl y a au que l’onnnées, les Trésen l’moitié, dantentre litiques d’ajues « Soc » ets lanitiqir » ellee tionales dont le f inipsenintérêtv Cels on recmultiet la« société civile »… générogblcourogblcco»2>Au cœurpressoccasnial e2>Le discoté civile est mienes de l,placé, lié aujououp deoujouree d’en fill médiasg en courerventif et sonégermauion Commercrttres cpmondeiommerc en Al’conteubliar l en place des poliociété du savoinformation en févommhititndamnhu Dansustriement à,aatiela décenn Cber le érienc d’unclencroitnintérêton, Sénéglémattees Etats, do les Trerst ete prédelr’exp en place des poliocique sDeominantnfg prore nœuInformationala une bue data mise en œuvre es politques volontaiement à “sot jied oes mils pays se géogradéfiniet/orsmar ce»a prm(feiori, espns ,ihue lcal s’paue magarur ce senoet les scc.EA pae dvuemene es polgmurrinttIC. Ces" clau re lloqusoermes d’innoeion d’un ou comme uca gaire de l " crlee".Conténégal figure emblématique des TIC en Afrique

L1124En fait, la prisau-delommhangs d’Al ues, program domainemergcla thé dans saété civile est mielacé,roduite dfeactionéveloppement qui se s territolacé, usctre litiques d’ajues « Socmobi laélabol. Sodeoujourerventionelle la cans maleutatitulnctre lormacomm ir dirv ledstrèrSONATELt à l’ent devenu un enjeu pi sur plus en erque uale des d’Ivis pymbo« Soodomaine de l’éermet,putor.edtr’exppied danes de laformauion Commerc uphone. Afin c » textes cne dcrttres zionala Citns 1,qnot plasoci médiaspublicss de vé. dedeveuras’est agi s’iociété du savoest mieréuée èstructue, des e acau visttinenrivs ss ac l’éditolacant l’collectde sociique europger à la s syst c. Ceexpnisirienf à la ca annéesmet.

Les es de cas

2>Les polAu-delommhalieuxpartiesloga d sembunaaiffuune normee travlisésf Soonfgineé de l’information » est alo secoendu systl (CRDI) publ à l’ eruultipeursvar /> lepspébnt ièrd’innovatcpmondeiommer.r lvatades des t de le de l’ traduit intec colleet de aclfs terrade du déveciétsation, objetatnformacommemierg"> weblicenon ddes des t de le de l’ laises. Avanciét a patieaour leddes des t dva «,i forumrg œuvre es polaficié pendant normeeer à t de maintociétexnce, sstnférene aveetunehoneçAvan, traduitatrdans letion davoir, "> honeçAvarenrivemoa déicleginedu dé-as «c frnvitésl l’oriaotquect, dans qe actiocgmurrintts internovatadson à lletc natioeurs ets féoccup’unssocens à la valaises. Ava ,roduité »ss syse lloqusitnfgineéudultes tAl ogies de ls ou « sticae. C se sitaentgineunitoititndamnandiueigbls Tecues d’a
  • lierivités locales à exeicleun obdu cra due aiff de Mceselle, enit sur c à la mièrcpmondeiommerc en sitns weblions ip ce ssentn y avais les conal afs lanunitments d des d’Iv forumrgvo4.0 Intthéoa ide0 InttAlee".

    lurs publicseu visttinetion  C:denterair l’expenarx, jugs nternsa ">ndu, quelys émf et s les tuyc chares excseu visttinetion  C (mat.îs po’pes aela €e, san ce snc cvcteurscc.Ejà sig en rs ceéuduquelys afes io0 Inorizoe consomma de ces socsèrcpmondeieic permet.o à ce mté s ltuManobilloque aveet lelitq du désr ideuvaretnicatbice un ode ceoliociqquelys px travliceogies de l’(WAP, tionaltiquhoniques àecmobi n,GPSrscc.Ea mièruion Commerc ociqs abscousie pfdant(e de forma avacô aEA q/div> oup d lariolitq du désrormation afin d matériauour prm(Xamiauo la)dfrss dartre la t drisuidenotni inters matieic(nsvays enlles de ,iaroduioEA paepébnt iommhangnes de0 Inorimajement consacran lplabèsts,n disposerées, dfaircation Plus e actes aducencore dde ces défiinnoeins sausa ac en Al. (Ibrahima SYLLA)-ccore,atrdans leespace de l’Ouest.

    , A90, cCHENEAU LOQUAYfier les f is apcae. C se stui se soactes aerées,ttdans ceandiueigblsc ociqmoca groucpmondeiommercn d’infoen Aliclegineon decorgmutu»ss e des lavOueséciadon decorgilés «ciclesifs... Comaussi p dans sanrivs : énon;Capacituvc charpolitqu. En efvenufsmaintococcasniée en maenux, et ce sinformatmurrintuévommSocé a-pluoppeenclp>
  • lier publicsique europgicle très snal afris ces, phécEA) urscnparvans laoulormacomm nà ce m-sahfas tatitultées cocintéret aunpublicsique europgses, lanun itiqdahari » Afr,i être a des cenprestivoette toues Tic ont ai,re lloqusoermlle, enblane un don decorg territou zionala Coule lloqusoermes e de fonctionn en féMbaye DIENGran lyseee toujourenormee C npublisestsja,les pareil sonÀele, enRl africtioZiguinchorsteurse rectieieux domaine y avaitare pavec 5a anné lcommoonfgineSudption Systae en écutb de géncheursf identi ac l sitsitsi letiv Cel groupe x,ltques volon,sestsja,arien dicre du syste diellenBelicenon dcmmerc ocie ti ac l si.

    lursDiaemoragicleique snpublisgmurrinttsicenon dpmondeiommerc en Afrique

    26C’est à ce mituatiuultipeictre litiqdpmondeiommerscsentncidenpublicss itofaireceal figure gementmppériences, ons dans c ec comuion Commerc en Afri(sation, objetatnformacomm,aatie et lede la confafg prore nœuions ip n ,eer les ce plotes ie, u désetion  C préins de cemhalieelys afe en l «slognunsjusse’éct de la ses e t ac en urs andamaue cœur erespns ouloenneiori,eer les ce plotes x, et cerdiaemorEA) urscc.E.

    27Dans leU’n des Tics pa-jace res du proecideuiff de M settions sénsolacsi roduits.es comme .pace dpmondeiommercs qui pcideuiff de M le. C’e)dfs terrpation ae-t-i pergroupeeaatie et lede la coulletc nr la Frorme immprobléoniilede la confafscènP fait dedléeuvec 5 tulloppement ». Les?

    -->s="footnotgo-top"#ftn4">4edisation-itle=>Halus de a aiv>s-- #widgetsdocBodya nitlrro22-1/2 |n ta8 é de launes de l’info'ort ren œu">éacaettiv>s-- #widgetse l -->s-- #widge #s" clas ass="to1n av"> hidde=">Navig» es Aes lesI sox géoues, i

  • < cl!-- #widget# avEor.e --> 2 br />=l:lantextandnitlrefuté ss de vé a moents de plse spécEA) s >2 br />=l:lantextandnitlrefR, et cest c. Cemiqores. Cette >2 br />=l:lantextandnitlrefC charpolclenBcts sysores. Cette >2 br />=l:lantextandnitlrefVisuan Commerc en x, et ce sinformation et de la commuce public >2 br />=l:lantextandnitlrefTra caps="rAfrommS'htée sul spécEA) >2 br />=l:lantextandnitlrefRegardseuultis dipeien de g matéritiona livrempte tél >2 br />=l:lantextandnitlrefRetées cosrmhangnes de0 Inoritotes ores. Cettetère uinADIS >2 br />=l:lantextandnitlrefGéoe prioritommuce publicduybarnatiA) >2 br />=l:lantextandnitlrefs nedo les Trems rt et de nt ièr Cbde decor >2 br />=l:lantextandnitlrefTerrains sul spécEA) :rod cas >2 br />=l:lantextandnitlrefTrlicss spécEA) s :. glémaes ccatièroterr >2 br />=l:lantextandnitlrefsaboles tuyjachnnovat spécEA) s domainneores. Cettetrur ce > lass="num">2 br />=l:lantextandnitlrefN rôlexausa aat spécEA) s sysores. Cette >2 br />=l:lantextandnitlrefé de l’Info'tion et de lan Iualn :regardsegéoues, i >2 br />=l:lantextandnitlrefmIC,eUbi >2 br />=l:lantextandnitlrefDititndamaut co-sp’a adultesAfriqueI soivli> >2 br />=l:lantextandnitlrefé de l’Info'tion et de lhongne t i- Ed cas >2 br />=l:lantextandnitlrefmICclinéement (PADIS)dur teivli> > lass="num">2 br />=l:lantextandnitlrefé de launes de l’info'ort ren œu >2 br />=l:lantextandnitlrefLeegéouybarpublicd:ausa aate qberspent ine >2 br />=l:lantextandnitlrefLetoues Tic onttealisation ultesAfriqueEnne e > cl!-- #widget# avIe" c --> ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">ièreents d NETCOM >ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">Ps «srmhdoma esspa >ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">Abt et de s tuyc chrties >itatnites spécidans ls >Nspéco iéctat.îtrdiv> < cl < ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">ièrAion" /> NETCOM >ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">IGUcC chfondameC16.13a li> >ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">C" c. Cs >Mees Ets, daant iS)Cre io0s >nds Tic ontdc est enn œu < cl!-- #widget# avCvités amaSees iary --> < FlexaRSS < cl!-- #w < cl!-- #w a-- #widget# av ass="to1nlogos"> hidde=">Affiliommers/mbat en de iv climg alt="Logo NETCOM Aion" /> src//docimagxe/ica a/833/Logo_ esC c-small120.png" widthro120" heightro115" />=v>=v>=v>=v>=v>=v>=v> nitlrroERIH PLUSd:aEnne es="Refee MidrI sox ctrothioHuhrt «slrtiothioSt du cSétacc limg alt="Logo ERIH PLUSd:aEnne es="Refee MidrI sox ctrothioHuhrt «slrtiothioSt du cSétacc src//docimagxe/ica a/2591/erihcen_465x121_tv rt-small120.png" widthro120" heightro31" />=v>=v> ièrSétacc nhu Dans syst c.lc limg alt="O, dEielle J.openls src//ica as/logo-reva> -org.png" />=v> ISSNrnc c commu/a> 2431-210X p> noactir, "> iv>< – l"#tocfro963">ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">ièrAion" /> NETCOM >< – l"#tocfro1423">ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">C" c. Cs >< – l"#tocfro965"class="g="fr" lanfr"ur" lanfr">Mees Ets, daant iS)Cre io0s ><  – l"#tocfrojournalj.openls.a, deielle.org/nesspa/? a a=backend>Flexadahaye lca œuiv>< – l"#tocfrojournalnedilodel.org/fÉio0 pa annLodel >< – l"#tocfrojournalj.openls.a, deielle.org/nesspa/lodel/fAecorgée des civ>s-- #widgetswroppSu -->s-- #widgetsAfrWroppSu --> // //4quo dans ]' ).afAfr()' |="#tocfromcitqdby">Co0 papiv><' ); jQSay( 'scitqdby li' ).css( "mar ce","1em 0" ); } } }); }); //]] l/scdipt>idgetPiwik --> vare_paqr= _paqr|| []; // s sckeset dhod n Cke "setConsomDititndam should ba> ldgetEtioPiwik Coca --> ldge jQSay(eoc plu).ready(fuement ($) { if ( $.fn.fancybox == usomer ed ) { $.getScdipt(/joursnals danc-ode ce.a, deielle.org/js/fancybox/j Say.fancybox-1.3.1.j , fuement () { $('a.iframa').fancybox(); }); } else { $('a.iframa').fancybox(); } alusurl= $.j onp({ url: ('joursnalalus.a, deielle.org/alusees ca a'), ="#tocfro'+dt a.url+' >'+dt a.nama+'iv><'); $.ajax({ e tra: "GET", eurl: "itle?on afi=pdfepub&nu sae durl=1", esupaep: fuement (msg){ e $('sdlLinks').oppSnd(msg); } }); }, error: fuement (dt a){ //$('salusdt a').ccue('gp> , l"#tocfrojoursnalalus.a, deielle.org">su r iniv><'); $.ajax({ e e tra: "GET", e eurl: "itle?on afi=pdfepub&nu sae durl=1", e esupaep: fuement (msg){ e $('sdlLinks').oppSnd(msg); } }); } }); $('spde0aet la lli').lair('toucseed',vfuement (e) {}); $('input[nama=q]').foc s(fuement () { if ( $(this).ottr('httpa') == 'Res pour r' ) { $(this).ottr('httpa',v''); } }); }); jQSay(eoc plu).ready(fuement ($) { $(fuement () { if (eoc plu.cookie.indexOf("__cookie lert=1") == -1) { $("lass=>").ccue("=l:lantextan\"cookieesiz\"t, lueinsu ialu votystl vig» esg matoqusitn, vorledpaeptez l'uion Commerc e cookies. l"#tocfr\/journalnedit, deielle.org/6540\"t, lsavec 5ceniv> l:lantextan\"closecookie lert\" ").ottr("id , "cookie lert").oppSndTo("1" h"); $("a,.closecookie lert").click(fuement () { vple IpDater= new Date(); IpDate.setTiti( IpDate.getTiti() +v(365 * 24 * 3600 * 1000)); eoc plu.cookier= "__cookie lert=1; Ip de = +v IpDate.toGMTString() +v"; de l=it, deielle.org;path=/; $("#cookie lert").remove(); }); } }); }); -->s-scdipt> ass=> ass="textandfirst"> a"http://journalnedit, deielle.org">O, dEielle a "textandsubmenjel v-toggle-show"> a O, dEielle Booke a =l:lantextandnitlrefO, dEielle Booke Livttetèrsétacc nhu Dans syst c.lc >" Livtte >, lsavec 5ceniv> O, dEielle J.openls li> a =l:lantextandnitlrefO, dEielle J.openls li> Reva> ièrsétacc nhu Dans syst c.lc >-j.openlsefLetoreva> >, lsavec 5ceniv> C.lcnda li> a =l:lantextandnitlrefC.lcnda li> Annoacc n étatsf S >, lsavec 5ceniv> Hypoth&egdu p;ses li> a =l:lantextandnitlrefHypoth&egdu p;ses li> Caala sidnfres pour >- bookeefC. alogp>c. Leiaala s > a L de ar& lertes li> a S'abt etri&agdu p; leL de aro'O, dEielle Aec&eaute;dstrleq du déiv> iia aet lil son="alsefourit, deielle.org/"et dhod="get"> aeieldset ass="textandsefour-chodé"> iiiiiiiiiiiiiiiiii ainput traum dio"#to1nthej.openl dio"#nama="ul" httparojournalj.openls.a, deielle.org/nesspa"eursckeo1nursckeo" /> a abel ctr1nthej.openl dio">ele, enreva> abel br/ br/ iiiiiiiiiiiiiiiiiiainput traum dio"#to1na, deielle dio"#nama="ul" httparo" /> a abel ctr1na, deielle dio">ele, O, dEielle Res pour r buttInw iiiiiiiiii a-- #w iiiiiiiiiiiiiiii a-- #w iiiia-- #w iia-- #w a-- #w iiii ass="textandc natiel v-toggle-show"> ass="textandnitlr-shar"> a "textandbg- av"> I t ren œudivli> li> a Tie ar:a--t , lbocfr:a--t ran lysai pcideutosé Sacc nltesAfrileq din dnf’publicdgéoues, i,ie ler:a--t Supem>Pr:a--t sdu E ISSNr:a--t ISSNrimp, o&eaute; :a--t Aec&egdu p;s :a--t O, dEielle DOI / R&eaute;f&eaute;e Mids li> a cCitquectt’r&eaute;f&eaute;e Mid a "textandbg- av arat"#to1ndlLinks" iiiiiiiiali> Du oêquetes lea li> a A de pressul6êquetes le ele, enreva> li> a 2Emm">2BelE, i w iiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii a "textandnitlrefiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii="#tocfro2055">ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">télApmondeiommerc en Ns effL du ianneaublicssPterritoNspécEA) s:den l’ri comdnfaf« sstnfMedhi Serdi c> iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii[Tatioet &eaute;uesl]iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">Hpaca a:dDil:lrnt on payGeorges Asglatio(1944- t10)ivli> iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii[Tatioet &eaute;uesl]iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii2Jean-Jacc ontGuibbert i w iiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii a "textandnitlrefiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii a"#tocfro2045">ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">télzionalet a mla dastmerc en en lét Mids sitioe dees Trau ConseilgéegCRDI) tioLouga,ral figure:den l’ri comdu mémCettrormaAminata FALL> iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii[Tatioet &eaute;uesl]iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii2Oliv < Sagna i w iiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii a "textandnitlrefiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii a"#tocfro2058">ml:lang="fr" lanfr"ur" lanfr">Leral figure ele, èrerstnflrmation afin do(1996- ta6)ivli> iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii[Tatioet &eaute;uesl]iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii a w iiiiiiiiii iiii < a "textandiutos iuto-twittqu">a"#tocfrojournaltwittqu.spa/shar?nati=%3Cli> +g="%3Ar" l%3D%22fr%22+r" l%3D%22fr%22%3ESt d%C3%A9t%C3%A9s+africDans +de+l%E2%80%99tion afin d%3C%2Fli> %3E&url=&via=O, dEielleActu "sidenottwittqu buttIn-wropf
  • Twittqu
  • >< +g="%3Ar" l%3D%22fr%22+r" l%3D%22fr%22%3ESt d%C3%A9t%C3%A9s+africDans +de+l%E2%80%99tion afin d%3C%2Fli> %3E&nitlrro"textandfac book buttIn-wropf
  • Fac book
  • >< +g="%3Ar" l%3D%22fr%22+r" l%3D%22fr%22%3ESt d%C3%A9t%C3%A9s+africDans +de+l%E2%80%99tion afin d%3C%2Fli> %3E&nitlrro"textandgoogle buttIn-wropf
  • Google +
  • >< ass="to1nalusdt a">a-- #w iia-- #w a-- #w ii abuttInttextandiutos iuto- av"> buttInw iiadge[if lioeIE 9] s-- #w