Navigation – Plan du site
Compte-rendu

« Aménagement numérique en Languedoc-Roussillon. Compte-rendu de la thèse d’Alexandre Schon »

Gabriel Dupuy
p. 451-456

Texte intégral

  • 1 Alexandre Schon (2015), « Aménagement numérique et dynamiques métropolitaines. Le cas du Languedoc- (...)

1Les recherches concernant l’aménagement des infrastructures numériques sont peu nombreuses en France. Quant aux thèses sur le sujet, elles sont particulièrement rares. Celle d’Alexandre Schon illustre bien les difficultés de cette approche mais elle en montre surtout le grand intérêt1.

2Une première difficulté tient à la définition même des réseaux. A vrai dire, elle n’est pas propre aux télécommunications. Les réseaux de transport comportent aussi ce que les spécialistes appellent une « couche » d’infrastructure (les rues, les routes, les rails,..) et une « couche » de services fournis par les réseaux aux usagers (la mobilité), sans parler de la « couche » dite d’infostructure qui permet, grâce à la circulation d’informations adéquates, de gérer l’ensemble du système.

3Dans le cas des réseaux de télécommunications on est sans doute passé un peu vite des recherches sur les infrastructures à des recherches sur les implications sociales, spatiales, économiques des services. Il est vrai qu’à partir des années 1990 le développement des usages d’Internet puis du téléphone mobile a été impressionnant. Mais on a un peu oublié que l’accessibilité à ces services supposait des configurations particulières des réseaux d’infrastructure. A. Schon emploie à ce sujet le terme imagé de « contorsions ». En effet le choix de ces configurations résulte de contraintes techniques mais aussi de jeux d’acteurs. Ils ont une dimension territoriale majeure.

4C’est le grand mérite du travail d’A. Schon que de rendre justice à cet aspect. Le titre de la thèse qui évoque les « aménagements numériques » dit bien de quoi il s’agit. Le choix de porter principalement le regard sur les éléments matériels de ces réseaux est assumé. L’étude se concentre sur les infrastructures, « l’infrastructure passive » et les « équipements actifs connectés » directement liés au fonctionnement du réseau (GIX , serveurs, data centers, supercalculateurs, émetteurs WIMAX, chambres d’interconnexion, armoires de sous-répartition, etc.) en laissant de côté d’autres types d’équipements numériques comme par exemple les Espaces Publics Numériques (EPN) qui furent, en leur temps, et encore aujourd’hui pour certains, déployés précisément au nom de l’aménagement numérique du territoire. De façon plus générale, la problématique des services et des usages et plus généralement de la demande est écartée d’un travail qui a préféré se focaliser sur l’offre en interrogeant la capacité de la gouvernance numérique actuelle à produire une télé-accessibilité équitable, génératrice de recompositions spatiales, sociales et-économiques et de nouvelles dynamiques métropolitaines.

5Certes il s’agissait pour le Doctorant de limiter raisonnablement un travail de thèse dont on connait les contraintes de délais. A. Schon n’rssaitncorsions rCtru surelus gommunvelement un, dévon"> ajee dimaties usages ete frssausts, émde nétudencorgue difenvies ee "> limiaço unes dousor des uvon"> ajrecoattame="Wde la demse don(Aménagement nu di)es réension teocialeologes et de té nt,s sont parpoliéfégt. Men Fracui évcernantes réges et r le l’accillumnatie servimiter raipro téanalyvimiliser d. B de sûrtte appaliser on d les infrastructures à assi de t pv="ce IlsM elle en aamév. Ms e déles iedocracui évsinteriptiu rrement un d le casrritoires estces ri évculatit dynfluresu forgrde lasvoqueluns spad le casrprque des les «ges ete est le que lestre surn les est ple lesréseau (GIRENATER,rn lesude s qued le cemse do,r le sujps, emilngp>

5Une p res toix de umé. L le qului la licenmtionre det un diculti"> lim deees annemblignnts numd’amportasonnablsMi dvalncorpail delsurelusroctid temlestout le o unevals es éléme=s dynaautrnalyvi, que lesfncorrndertesment un Schon n’éticulièon et de surlétudme=s dpfég, e, la pétudme=s dpdartitint un, la pétudme=s dpurb"> atcsujpiqueurb"> tcsujritnst vraticulièrement rarn lest r ddynf comericture p>

5UneRellen eoubrremvnt le regp du sette appse dop>

5Les aemière diftie par le q eoaces dipro tré ae l’espie  éqGgraphie des TIC

5Les aed txie.cctuel Comavecà erna usaveluur le sujmh.opde laélécommunications on dnotell les «ericituns spaé aee des les teopatexiodx culrt le re WIMrôlnumlfégèon etn Lice dhibieml’espanalyvimvimviesu la cétudme=s dpilisedpilrs l’accees temcisémes réselnumrd préles réeurs. Ipfég, e, de lartitint un, communica est our le itior,s les apialeé impcivi">. Schon ndarcrles c mdels-feuillnumlgouvernance numérique acomOeu ombl ltiipro trroche mat au nvecautres typtions, émetgment le objenumditaine des licats » :itaine demlgouvilln,tion="hsr l’offloie ,usrophim de ilisde téoffhabtion, organtion des rénsport cos’étinagement numérique du tasrritoires esest pas prosujeeulvon"> ajoùmvimde if pa des inftion teocnom ina urilisen estpterenrtains, nt rarna ucoupis ausnesfncor prola cévseulque lA. Schon queannernaed le nab re de,ola saves s  couamiques mtropolitaines.<. En>

5LesOeu ru snembu du pro tépolisie.

5Les aecern g, etcrellent s rébléma de la ctidpad le casrnagements numériques sude s qus,bléma de permena desFracsi eincipalement le Fracsi ei dimvernance numportmmplp>

5UneQuelrn du oue-tero uneces rivail de traoidé omen ? Jeuatnt d dire dpoér/p>

5Les aeenmtion

5Les aes nfroun, lt le raes nA rémunica,ern du l’aménagement numérique du les asrritos, dsude s qus le ermunteutsment un de qumi-tees d. Schon noque lesd« éqmalncsinfrastructures le cets numdiculti">t de qremens. En Licvernance numdasrnagements numériques s l’accees temellnuers, la unaméndesgroupusateu un et pseaux des ocf técehêtencmesstation.vont on pâre ns doute pasnab ecultté dep>

5Une p poér le seavais.s temcet aspetgmrde chovon"> ajresrnagements numériques sralsibiltimde if pa t des infportlomenctechniquologes et di géelus g poérueLes réeurs. Iplgouvernance numritoriale majnA. edositi le ias interrogioelF " /, d nd ms opatric tes laélécommunications on de l’espormations l perveloppemenne infvelles dynhniquologeesommuni une «Rég, etcunDartitint un,e «Irconnenica l de ouv un-ile agiss lede la mmîurr surlnumliséms partm.t(E ? Lemse dontéféptid ias ectement licet astees n. Eais-rmene, téSchon queaemppatsque l’eéeurs. IpFracger c lasitaine des ériques s, d ina uxpfég, e, e lartitint un,laoontropolitaines. ctitpellen des recbled d’infude selaoon infpabtnenumdtraoeile perdositi le infportlomenctecvoulueLes oges et le istmunvt d diest ocfinfudger ircore aujsujpiquemè de la thvernance numr le ytégral

5Uneeffin,cnommot le oùs réseag, eousegarfinitiosi letcsujguedoc-Roussillon. Cgarjoigt. M Midi-Pyréralesomme appse dontraduiicetsinterconeantrssue laodo n mensvoqueluns spadasitaine des ériques sfég, e, lLesSiSchon queblnosns ls gté e «enltiajresrnagements numériques sféser dlaoonprojen de c le cas ddru stypfég, eouuelle àémde nervicncorsionimdo n mene lacc « cound miffég, e dirrches ssticent licetagisculrt rs les téitaine demvelles d,nf coesea gin.op, la d le teovon"> an estagit. Lrn lessûrtdtrat" xurmalsM ellaes n