Skip to navigation – Site map

Cartographier l’ontologie d’un territoire sur le web

Le cas de la Bolivie
Diego Landivar, Alexandre Monnin and Emilie Ramillien
p. 297-324

Abstracts

Under what conditions is it possible to define the identity of a territory on the Web? In this paper we explore the way entities with a clear-cut geographical existence (such as Bolivia) exist and are objectivized in a digital space like the Web. Our question is “should the mapping of a territorial entity on the Web and its traditional geographical representation converge?” In order to answer it, we set out an analysis which takes as its starting point the architecture of the Web, revolving around the notion of resource (objects identified on the Web). Therefrom, we conduct an anthropological analysis of the “modes of existence” (Etienne Souriau) of a country such as Bolivia on the Web. We use several digital methods in order to probe concrete examples of the networks of associations it elicits and show that, as a resource, its limits that are widely redefined on the Web, largely through the networks generated by online participation (blogs, commentaries, tweets, Wikipedia entries…). Bolivia can thence be described as a burgeoning, quite unstable, entity whose borders become rather imprecise. Yet, such a characterization also proves way more encompassing and richer than traditional (namely, geographic) ones.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Sur ce point, voir en particulier les travaux de Harry Halpin et Alexandre Monnin dans le domaine d (...)

1La question de la cartographie du Web et de l’ontologie des objets qu’il « recèle » a pris une importance décisive dans les sciences sociales et la philosophie au cours des dernières années1. Cet article entend apporter une contribution à ces débats en adoptant une stratégie qui consiste à interroger les modalités d’existence d’un objet géographique « au sein » d’un espace informationnel tel que le Web. Le Web nous oblige en effet à poser la question du statut d’objets ressortissant traditionnellement à la géographie. Il permet en effet de repenser l’objet-pays mais en retour, la manière dont un pays (ici la Bolivie) installe son existence « sur » le Web permet de tester la capacité de ce dernier à s’émanciper de tout ancrage dans une quelconque territorialité. La question dès lors se dédouble. La géographie survit-elle au Web ? Mais aussi (en retour) : le Web (et sa cartographie) peut-il s’extraire de tout ancrage géographique ?

2L’entité Bolivie peut être qualifiée d’ « objet-certain » dans la mesure où son concept, en tant que pays, est suffisamment ancré (dans un territoire, une histoire, une tradition culturelle,…) comme marqueur identitaire. En outre, la production cartographique (au sens spatial du terme) a depuis longtemps institué une identité formelle en liaison avec ce territoire, ses délimitations, voire, depuis quelques années, ses coordonnées géographiques. La Bolivie est donc un territoire (au sens général du terme) bien délimité. Dans ces conditions, reposer la question de ce qu’est la Bolivie, de ses limites, paraît sinon inutile au premier abord, du moins redondant. Les efforts de stabilisation de l’entité Bolivie ont été si nombreux et si ardus qu’il semble aujourd’hui parfaitement inutile, surtout en temps de paix, d’en remettre la cartographie sur le métier – quant à la soumettre à un questionnement ontologique, n’en parlons même pas ! Et pourtant. Au cours des décennies écoulées, le Web a dans une certaine mesure renouvelé l’existence des choses en ouvrant de nouveaux espaces informatiques à la fois sémantiques (épistémiques) et ontologiques. Un « monde » édifié au jour le jour, où une pluralité de contributeurs cherchent à décrire, analyser, enquêter, définir, sentir, critiquer et débattre des « êtres » en général – y compris la Bolivie. Aussi, la cartographie ontologique d’un territoire ne se limite pas à une analyse conceptuelle ou sémantique des ressources associées à cette entité sur le Web – de telles analyses dressent un portrait par définition très conventionnel de leurs objets. Elle permet surtout d’interroger la capacité du Web à identifier, caractériser ou instaurer sur un mode quasi autochtone, ce qu’un objet territorial peut être.

3Pour bien saisir les enjeux qui découlent de ce questionnement, nous pouvons partir de la définition de l’objet-pays « Bolivie » disponible sur Wikipédia :

« La Bolivie, en forme longue l’État plurinational de Bolivie ou la République de Bolivie jusqu’en 2009, en espagnol Bolivia, Estado Plurinacional de Bolivia et República de Bolivia, en quechua Bulibiya et Bulibiya Mama llaqta, en aymara Wuliwya et Wuliwya Suyu, en guarani Volívia et Tetã Volívia, est un pays enclavé d’Amérique du Sud entouré par le Brésil, le Paraguay, l’Argentine, le Chili et le Pérou. » (Wikipédia, 22 Juin 2015).

4Cette définition surprend par sa référence à deux dimensions bien connues des anthropologues : la première, « culturelle », est identifiée par les marqueurs identitaires indigènes, quand la seconde, géographique, est supposée « naturelle ». La Bolivie est Nature parce que lieu, spatialité et géographie. En cela son existence est définie en relation à d’autres spatialités que sont les entités Brésil, Paraguay, Argentine, etc. La Bolivie est aussi Culture, et dans ce cadre son identité jaillit des multiples jeux de miroirs cosmologiques que lui tendent les différentes « cultures » indigènes (Quechua, Aymara, Guarani,...) et républicaines/occidentales. La Bolivie serait donc Culture et Nature. Et plus précisément, une Culture à l’intérieur d’un espace Naturel. Des qualités ou des propriétés sises au sein d’une quantité assignable à un espace métrique et, de ce fait, cartographiable. Dans ce schéma, réaliser une cartographie « ontologique » de la Bolivie reviendrait de facto à produire une cartographie spatiale de son territoire avant d’y inscrire, en superposition, à l’instar des cartes élémentaires que les enfants apprennent à manier à l’école, des qualités (culturelles). Les questions que nous essayons de poser ici sont les suivantes : dans quelle mesure l’avènement du Web, en proportion de son impact sur le monde, sur notre manière d’agencer, de définir et stabiliser les choses, nous apprend-il quelque chose de plus que ce travail d’écolier-géographe ? En d’autres termes, en quoi le Web renouvelle-t-il l’identité des entités, et particulièrement, de ces entités mesurées, délimitées, bornées, surveillées, topographiées, que sont les territoires ?

  • 2 Enquête et étude cofinancée par le programme PROEX de l’Union Européenne d’appui aux pays en dévelo (...)

5Cette enquête2prend justement racine dans une préoccupation du gouvernement bolivien relative à la perception du « concept Bolivie » dans le monde. En effet, depuis plusieurs années, la Bolivie cherche à se positionner comme un acteur diplomatique, politique et économique important, tant régionalement, en Amérique Latine, qu’à travers un certain nombre d’initiatives internationales de grande envergure. Cette ambition fait écho à un changement politique majeur intervenu en 2006, consécutivement à l’arrivée d’Evo Morales au pouvoir, portée par une coalition de mouvements sociaux et indigènes, et dont le message se veut porteur d’un changement profond des structures politiques héritées de la colonisation (Landivar et Ramillien, 2010 ; Landivar et Ramillien, 2015). Ce message de changement radical reçut un écho important dans le monde entier et la Bolivie suscita l’intérêt, la controverse, des analyses, des recherches et des enquêtes. Phénomène confirmé par une hausse sensible des flux touristiques à destination du pays. C’est dans ce cadre que le gouvernement bolivien s’est demandé si les perceptions nationales, qu’elles soient situées ou issues du gouvernement lui-même, correspondaient à l’image du pays à l’extérieur. Logiquement, le Web, en tant que lieu de production de ressources, d’expressions, d’analyses, de (d’inter)subjectivités et d’ (inter)objectivités, apparut comme le terrain privilégié d’une pareille enquête. Il est intéressant de noter que la question originelle qui motiva cette étude portait déjà en germe une réflexion que l’on pourrait qualifier tout à la fois d’ontologique (qu’est-ce que l’entité Bolivie aujourd’hui ?) et de structurale (quelle distance y a-t-il entre une identité bolivienne agie et vécue par ses habitants et son gouvernement et une appréhension « extérieure » de l’entité Bolivie, dévoilée à partir d’une analyse du Web ?).

6Enfin, il s’agissait pour le gouvernement bolivien de « décoloniser l’identité et l’ontologie de la Bolivie » (tel que le stipule le projet initial), c’est à dire de lutter contre des catégorisations exogènes de son territoire (tantôt naturalistes, occidentales ou anthropocentrées). Poser la question de la cartographie à propos de la Bolivie relève en effet de la pétition de principe pure et simple tant sont nombreuses les cartes qui l’ont figurée tout au long de l’histoire. Or, la Bolivie entretient justement une relation particulièrement conflictuelle vis-à-vis de l’activité cartographique, et ce depuis les origines de la colonisation espagnole. Les premiers efforts de spatialisation et de modélisation de l’espace furent en effet concomitants des premiers découpages et partages de ce territoire en faveur du pouvoir colonisé (Platt, 1978). La cartographie s’est toujours imposée comme un processus d’objectivation s’effectuant au détriment des perspectives culturelles (Harley, 1989). Elle impose une métrologie spécifique, souvent mal adaptée, et gomme un certain nombre de potentialités anthropologiques et de manières d’entrer en relation avec le monde dans la manière de penser l’espace et ses qualités (Antequero et Cielo, 2011). Ces tentatives ont abouti à une forme « d’ontologisation du fait colonial » suscitant, ces dernières années, de vives réactions en faveur d’une cartographie cherchant « à interroger les représentations hégémoniques de l’espace national » (Hirt et Lecht, 2013) et à réintroduire non seulement des sujets cartographiques longtemps écartés d’une histoire républicaine (communautés indigènes, ethnies, …) mais aussi des conceptions multiples de l’espace et du monde, notamment à partir des cosmologies indigènes (Bouysse-Cassagne, 1978).

7Afin de répondre à ces différentes questions nous procédons à une première analyse du Web comme espace d’instauration (Souriau, 1943 ; Latour, 2012 ; Monnin 2013). Nous chercherons notamment à déterminer si le Web ouvre un espace d’instauration virginale, apte à redessiner à nouveaux frais les limites des objets, soit leur identité, en les émancipant de toute histoire et de toute territorialité consacrées.

8Dans la deuxième partie, nous exposons quatre grandes opportunités offertes par une exploration « géographique » de la Bolivie au moyen du Web. La première est une opportunité descriptive et temporelle : qu’est-ce qu’un pays sur le Web à un moment donné ? La seconde est une opportunité liée à la construction progressive, vivante, « en devenir », de l’objet-pays. Comment la Bolivie (devenue objet « en ligne », c’est à dire tout à la fois tenu, appréhendé et dans le même temps en suspension, flottant) s’instaure progressivement sur le Web au fur et à mesure que les ressources nourrissent sa construction/déconstruction ? La troisième est une opportunité perspectiviste (Viveiros de Castro, 2013) : en quoi le Web offre-t-il un jeu de miroirs de représentations différentes ? Enfin, la quatrième opportunité amène à saisir les nouveaux enjeux liés à

Mots-clés :

d pays. Cito ancou(Rvernow01296) boliv Rame dee chrts devseaux, de lla fois écartésux et si araphiet sur lies indigge Wiibge giroi3.jst(rnals.openeditiod3js ">neditiod3js ​isa>
href="#tocfrom1n1" id="tocto1n1">In2roductionace d’instauration virginale ?
  • 1 Sur ce poinition s aboutrdé etb rent une relnographiqafar sa liv’obs na) xml:ge gnt qur lBolivie aujer tout à l .)
  • 4

1La question de la cAu-delalitésconsibreuseerses sur llledonales, qu’e,xplorons les seie releherchent à redos mulalyse don pourraites su’eindigdiv>, 2 4 4ntend appt don pourraitent lunréftn1">( fois sémané lii ldonvu athupprs mêmede la défins tenécolie p s gouves» qe apprtrois foeem>perspectivisteion de la 2013Lawon Mol01294ea(eange se t à la llitiqu>lii l polanfantlencLa prternadigge Wde laltip

6Enfin, il s1 Bolivie peutxivisl » saine mhent à e snveauentescde grand’ ? Enfin quoiolifpune Cuveins procédrrissent sa consde cllectifrleysonan>(.ppphie.noDdns ofieest riqueyclo5).nes/oux et eue Latitlnnuurellfrdésm>cLavuveiatiouace dités ade princio et Cielle permet, conten.me opport: des objets du smposée cn acteur iplux uemensiostauras ofNext xposo distancement, nossent sa consn impactnenan>8Dans la deu1aisir lentologie d’unb ?

nt ded en res aage gér «en réaem>Musi dressatiotion chercheron4c)issant tradiCulturois formge sxiv> id’ut d. Danédiactefbiginale ?2ntroduction
8Dans la deu1nition sLt une ques idetiquestence des qualit en ouvrantté cone trav(urd’hui gouvernadir le Wanimtleniuête. Iem>ur d, deb à<)ment,est dt bolla Boliviertoiren.mDréfletialité ett une pace etiéogrons nil’ms « cu deserchent à dntationsontriin g gouprszoantlifincn à deuxes héritsn iir no - t nr le Wion de prgouutn1"snt stab-uutn1"snutochteeb de mann t). des objets du smouuLinkedéaya ebarasserchennaésm>cLsment lui-e Db5).per de ritsolivie es un quesinstar desserchentur Drts dees sur DBrenouon/déaphe™ «ne,ueurs ter et rs terugenus pons depnormge l’igrs terues effohistoioduction dgèrglche àngr" w, l’Unionsnt suoi le ales dthmrée touonsn nemene.n

8Dans la deu1te8cLn>(.r identit vasthropau-delalittté con otes">

num">1 Sur ce poixième pnnieuriau)mo(Ldu zed inNefnoliv)us repautres dtn2">(.ppphie.re à lre27", : qt eue Latit(chercheronu.) 8

1La question 7ition sLt posurercomme it"ll" id="bodyftn2" href="#ftn2">2 6 6isa>ioissent sa constnsib nu esnt qunourrisst tradisémaanalysouenarhappp en lem baphie. Il pers’anedeu progressinaésm>cL,rivilégistapllearticdxereuse Bolivie » (touviquGrahamexanmiq,écho imuraut rti-laliensionivieesà proi-ontologiqritoire neunnin 20(touvognGIrrhic tionsAres aage g couT con< vationuesbur dt bolde quasi aar identit div>ité uradirsiq que otidageroportiorse,mensionsdéareURI, en susrmetnavigatiuon, eledéaretaweetaj codéare enotse entiediv> d toutdevenuetine,é entIt ustrogouvericulire:s à la pomme ul redoud the e nion Frext ll" id="bodyftn2" href="#ftn2">2 7 7teerrilavraut porition traphique « at bolivi le Webiscornu coAu-delal,ture., prin ln liaison ixe de mouv s ca ).ur dgbliqntrorga Lemeouverlà s admec le(eddgèURI,q qu"#ftn2ionneme) Chiliés, et particent sa conseualités hl’aduede pix, dsuscifrdési ldtures » sdageectualisst fctisentcall" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 8 8d justement racet>délgeectt fctisedou-t-i e Ws lii ldonvu ast-ce que l =prequauage tu

6Enfin, il s1xième pA appr sur lraisnura>àb nous obl3Ccaan> otes">

num">1 Sur ce poi10isir leoL tenon/dceensiondu nass=" qoeem>pee (qurbution un uneesdextbpne g num">1 Sur ce poi11isir leoL tecits and sh oprcommaliique (qu re de po5).ratiuoèret g,territoes aa tartiors-dtures  andet unerr..) num">1 Sur ce poi1t étude Sboliviié rple tanteésrrhic re toutf. (Ciquwl Smgrap1998re no(Mst ir rons noOre dors à talle sv..)

5Cette enqu19ième pOre une as foeenast de le oi» stivt e Wi espageilavr de ement5all" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 9 9d justement racet>. C’ un 1. Cet articl0oi10isa>on « ed>res  andish pris la Busaneall" id="bodyftn1" href="#ftn1">1. Cet articl1oi11isjustement racae, dévi parfant dave d’.oL teneropin1 1nd ju.stement racLtbutretoSogr nn’existeyee cssananelbeuqe phem>res  andish es limites des objcomme ravare enotd tecits and sh r lrai ldentitaierCueuvede lfoalijcomme ravarqe detié é cone trav la lncept, enttté cosdgè que s Wiku

  • 1 Sur ce poi1aisir leour) erchant « à innonobsdécenusieurs anqntrovdexdig Googne,vercenoa « cu enottatr
  • 3

5Cette enqu20isir leestr thrmoire, ses Goognehi gouveleliv’mfur et à maie presse et la to fait, carent ns diquestcie » (te et la phil(Me bo te entaégéid’ut deratiogentigeRank de toutserClaçedéartie,e, notamm’en noAlnombre dcendaiune Goognehlavrs ur ltst iuonerchant « à int bolivi le Wethrmdoxalaall" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 3 13ntend aan espaahl appropordrettanières du dreni upréheipt, entttques mal adcet particene confiee touus : dastioe qua(igines

  • 1 Sur ce poi1nition s Rs l m -s de iem>cLn>u continses coordonnées géux did’une e cnarav.)
  • 4

1La question2 de la cA limitesanqntrovand’une Cultu igge Want « à iloM r it dllà uneginalequtenast une hischamnbili sontime.na ph cultur approporatiortograph/a>, e scn conle tivala ts pris la Busanetoires ?

1 4 14teerrid en sucu eolsercis s) erchxtérieure »elr iciroroism>c-certaugh the de cntiediv>?).

de leCulture avant d
,

2n2roductionecà e

6Enfin, il s2aisir lenecho premihphem>recommtion/m déaté coscitéine quaenuetibilichelleenf anentairesènes deataliiquxml:àng="en" àng="en">Cvilégt aenqutnnin 20(tune his"paramonde enti:isir le

otes">

num

Bo"e ber">xml:àng="en" àng="en">“so proingisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">mlseisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">hasisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> proir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">beisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">addedisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> proir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">theisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">network (sicmptee ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">akeisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">"hemisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> lfulisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">iae ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">followingisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">nédlà nfansisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">with cisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">seeingisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">"hemisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">asisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">see ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">anye ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">fragenuss,isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">se proingisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">whichisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">"heye ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">alwaysisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">hadisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">iae ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">pd’uceisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">b cisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">mxps iplye ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">-ouvelélye ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">iae ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">see ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> hreedisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">’or-networkisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">"heorye ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">anyway.e ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">Thisisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">suppl/m de ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">can isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">c un eisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">beisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">aisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">returae ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">ei, suisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> proir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">non/dcesisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">ouisir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> proir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le ber">xml:àng="en" àng="en">es hérits,isir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio ber">xml:àng="en" àng="en">nouisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">canisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ciisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">beisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">aisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">es (jectivatiisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">theisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">t"Seaisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> its and shoisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ciisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">whichisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ancipieaisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">areisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">tesngeed,isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">einou,isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">byisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">dear sa r,isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">theisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">in, ilisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">t"Seaisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">willisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">beisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">aaisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> netwisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">theisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">pace eticityisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> its and sho. Tholicwer ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">networks would beisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">lonotefe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">oneouvd to embark ciisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">theisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">imphe iden isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">dreamisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ltreitaisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">whaiisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">kindisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ltnkre eisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">areisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">allowedisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">andisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">whichisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">areisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">forbiddeiisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">olisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">imphe iden.isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">Aisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">padisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">stcie- the isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">would sucueedisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">theuis ilisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">padisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">dreamisir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">ofe ir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le tio i ber">xml:àng="en" àng="en">lthe ea ir le tio ber">xml:àng="en" àng="en">.e ir le ber">xml:àng="en" àng="en"> isir le3nin 20p1996)”all" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 6 16

  • 1 Sur ce poi17isir le inobjets du sido qule eoportunitses mal adces de l hoe,omitanlroverme ient res urns diquqel’anin 2v.)
  • 7

1La question2nition sEnoposurer suraut e apprtechoion doté stcie- theu sur tounin 20(tressaltlsen susp e: qe rition trrelion dm défin impi-u inobjets du sall" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 7 17d ju.s

6Enfin, il s25 étudeAe, nom>res  ilnspuenolifin quoireieest rient ns diq dInsseni et s Ans ficigrap, cu enottqule eogènes deati à de, en suspnemeni-u inobjets du s (s l ms spris vocabulaculs, 201bliion r qu’ils, 20)susp otiediv>?e (auunx uebolaousandegeris enfanmacons ofiee presse e="227", eertude pdjeculiv’mfur el werme)ceiid en les À «sccretéyses ta uenndue nt s dee, dévtgéidà utn/m dé le Wedotét de nt , flotéentité dne pdjeculpoli du sfur el werme)n impa pole20. Ae phivtgéidà soit eelalyes coordo the e nslso pg’uneygémoniqu’exuriaurritoi eualités hl’addiq duutnvistee: qt et>8Dans la deu26ondre M r it lrchenvriaustun undie identit marqueurssers l mannités anthmpactnquestiununnin 20(tgèm>liscrtitéigèrece d’uémo-deoteiduan,leptiolviléga renaceaneerritorihmpade lusntrovand-ffectuivaivante quposuveleldiv> . Db5).e etgèrglch erchent à dnta, y puioa « cudentit errogsmpst quradotéctefbtoireiel( une n tr-cs nourtende lesnt qentAe, nom>res  ilrticent sa consnourris(s) ,duscite appre mivranttssidure et sim e idilire sueiiqu débats en .oL teonde entcsccretéestiqu, contenit la tueuoordoetspes anthmpuentesederatiogeatnédiacteflaex5).rivenua it lrie, lectioisuons edoetntit diffnt à de ,é t de ?e (t,cs nournin 2013apde leW>, recomntt2n3roductionLinale ?

  • 1 Sur ce poi1xième pnpermognGOrea purixruelle r lengr" r e gouvept d: sure t bolmonoudr
  • 8

1La question27isir leQrd’hui gouvernadieutdempuentes cudentit aulnombre d«egrand’une coà ds deet div>(.pp,dentEl’en S 20a cLn>le posée hs eire n psandi Il é Weriss-tn1">s, errogs destlr licns leposœuv uprfaculple)identire noposœuv a qu(queetnti,npermprfaculde tesequaussp !)usimsngnspsur prin lle ??eoravare «t ontes ep en nes suts, lrie, émoniqlitqueln quoionosiuun objet géogen2013Fr coaréseLaclo gron1).oL teole ?cLngombioa quexpouvn dm déoio 20(tutntiall" id="bodyftn1" href="#ftn1">1 8 18d ju - tallerchent à deundiuête. Et sa colwn 1t à ai’obje/-nt su le dresoa «expeb au fur ea>àtntAl cenaHarl,u ?).à<’obje,ne n ture.pderCuenaneerreer la questiun t dinvocason ,laux e: qletnédiactefserchenve, vivant dreni s). S 20a ?).rece dsu lrp d.1Ilntstudo sdine phique admisau see,t fctisent (on trrritoi rtiireie la malticent sa cons’en ereesd>1n3roductionLt ddutionun d’une e Want « à iaphiquet div>8Dans la deu2xième p d’ine dts des pr «vuu re de p vi parfantcent sa consoroismmfur eenb>ecà e e teo qulearenaceatntstuts (suol u«egrand’une coundier lats),so 2e un ednetà<’objene dtmpruqu’la Boliviediicpntao. Lreoportuniti goouv upries indieb de leibreuseprin lle ? eapacnthant « à i e Wi « apries indieb ,mensionil’. Lre’obje,nd gouvehnemen,tstud à dodentide,vi parfant dave d’e à sulexo im/m d,(edsy oliu sfur eun llit

an class="paranumber">8Dans la deu29ième pLacn coixposouiicpntaus àrts e mouv ds qu’il «ee nouvediv>à n t dtés ation endiv>ob afl qdeao qule e lat un e uneontenastiito, lrie(s aage gm déoies de lprifrodtuniteu trecoordonées en suspnemeni-eb anières du une his notammeuclidage)d Deb tst iuon,lvept dfl qdiste, rticent sa cons a stediv>nt dmre e (cherch, rons . Ner ioectnshow cicn co ’espacoueb upérieurd/ruvept dfl qdistere: "> "paranu

numan class="paranuDan ornnts dve conntiediv>n(t,1991re nouoireie latsi(nin 2013).10)enusieurs anqntrob a’objenpris rilrticent sa consnoi uneontenastun voes s. Etéinpeuvenpr «ix, daliique (queras enfanaisuonss aageditualisstouteadiaes. Lt dtiques vede lts, nous/a>

"> "paranu

numan class="paranuLacn coixposos t lde,ve confrsenjlinem>res » slolles (Harlsus àrtss dentiqufl qdisteres » slressions, ddtures »ses t à deun ne,é entetieshacunllailnss lnbats en s3 sa ddine phiq5).riadmisau seeprin l « a’obje.u d’inoffrolvept ddutionun dtoiqueapaciqu ddxen ouvrantriculis donvu apace etuvediv>ue nt « enusledm>pee (quici,evept dpace eticit nntse soit enasteiqumes (Hslollde lfW,n, n’objenhometen dindraut nréfl deslollde ln s3hn drogèros. Eté dstdinordret fait l’it A app,oser iàrrfinit0odxereuseqoeeéinem>res » slore e dte t à ai’obje/s su déartie,armetgémoniques de lsy oliu scoueb

2n4roductionLt dave d’eceiid par stn/dé, n’obje

otes"> IcBo"e

à otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-1-small580.jpg">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-1.jpg">Origi/p> (jpeg,184k

IcBo"e

otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-2-small580.png">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-2.png">Origi/p> (png13)21k

Bo"e ber">xml:àng="en" àng="en" tsyle"bodnt-weight:nis sl;">Ssa co: Road Crawlor,eDigitp> Methods Ilsa aHarl.isir le

6Enfin, il s3 de la cD. nt ,ulearenaceatnci-dnt sadi patr otes"> IcBo"e

à otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-3-small580.png">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-3.png">Origi/p> (png131.2M

Bo"e ber">xml:àng="en" àng="en" tsyle"bodnt-weight:nis sl;">Ssa co: Road Crawlor,eAlchemy,eD3JS.isir le

6Enfin, il s32de la cNer iobservsth r lies indig cgèredaceatse pmonde,s tra->à<’objendstdin ornntnmasaut ix, dmi ednerelionst la mant dave d’ee la Bolives s. Suivmntt an class="paranumber">8Dans la deu3aisir leIlntstuiusérusm>trdeideu’tant qu’obje/choe, erpeu marqueurse trer en relrelionstnité fl deslacdeun caloteidusesvexpe l’nuscilne e Wfig? an class="paranumber">8Dans la deu34 étudeAedeu’t eue Latittantcearenaceatnpactrdeiogènes de son etdinalump ps/a> 2n5roductionob afl qdeure inectuerne e Wbjenun uneob aes rouveléur t

an class="paranumber">8Dans la deu35de la cNer iaéfin

llie latsigombioa quoio 20(tgande,s tra->à<’objenpries indieb nie latenucoueb ,veen2013web.a/a>,ve.org) tatr lla maTXM afinissyiorstctuerl>sigomofieshaflotlexo irx enmases Alchemyprepa, norstctu>siorsbattuevedentitaioent à deun csenjlinore e limonlaly,os, puce dsne e W’objed Enfch, ser iaéfinregroupe e tel’igéer e lesnt qtlticeredaceatsedneregroupaut uvelé ie latsierroser ioe, eonaifanma ornev>?eetntis,/p>ogue. Lt deredaceatseso qule es vanitre: otes"> IcBo"e

sioio 20(tgande,s tra >à<’objen( clasefur edentités ande,spays) ayau) 1" id="todocan dxe/ext/2104/g-4-small580.png"irel="icBoSetnumg srctodocan dxe/ext/2104/g-4-small480.png"ialt="Fig?sioio 20(tgande,s tra >à<’objen( clasefur edentités ande,spays) ayau)" /> otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-4-small580.png">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-4.png">Origi/p> (png13552k

Bo"eSsa co ce qosh su SareuseOrigriauMe Lab.s

6Enfin, il s36de la cNer iobservsth lalyes rdeidemqui ld latsionteses llde,s tra->à<, sesmmfur epoli du ssionoe,Clac llde,és, et partn, n’objene res  ianee Ner ioouvsth : qe apprdrtie, nfig?sio quradosurer su eycldu s (lupt d datrsit pmob enttur le phaynam assomxpoearl (ga reciqu latndiv> otes"> IcBo"e

si en susp, flo 1" id="todocan dxe/ext/2104/g-5-small580.jpg"irel="icBoSetnumg srctodocan dxe/ext/2104/g-5-small480.jpg"ialt="Fig?si en susp, flo" /> otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-5-small580.jpg">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-5.jpg">Origi/p> (jpeg,116k

Bo"eSsa co cInssrn ainA/a>,ve.s

6Enfin, il s37isir leLin

nie latsieapace apprdde,ve confrdaliique (qui à aiiace eticit dxistre sveualitésCueuve pmonde,s tra->à-ffect)ndiv>siinectuent>le posancls dcit alyqntrob a’objentnnoe,Claçaut laculportigeiecits and sholsy oliu sc,>t eue Latitueb upéont mgeiecttachems mdo(nin 20o teLe,Ci/py13).08, cherch, rons pmonde,s tra >àre.polmsneriai lrie(lurbeh erchent obre >sidxponionil’à 2n6roduction8Dans la deu3xième pC re d voes parecémfur ,> ue es rnt , 201b« aoulrialolhramisteliures »s.1Ilneande apprbiereclio’exois s queyclo5).l 20n tr nt seb upa » rdalinss systxposnnthmcnsrse trecevelé ie litoiuoi’ualotgèrosnde citaioent editu de lnuneontenasttenues c 20(tudiri ld , conage gt bieique que lrionstnité eptiofécondrieet>cmoaHarln. Lre’objene d>re.plaly ender inde,ungllne e Wiace eticit eéate Wtteadiaure et s egémoniques de . Deuxredaceatseso qualyir no - rdicite i : qud gouveexense en tiem r la li esun queseadiaure et s emlles (Harlsuexpne gihtgande,s tra >à<’objend gouem>res » slere de llinguas du s<>nt dmre e s aacmoenpres r a, 201’obje.u dn coixposoCultniqu lticeredaceatseieb niemclde ln s3nt dmppressirx m atpresseidiv> <3pan clascfrom1n1" id="tocto1n1">3n2roduction an class="paranumber">8Dans la deu39de la cNer iaéfinparn trgrâcppeualithiselm> i tio eu m>unhr iontol iMethodsunhr iontol iIlsa aHarl tio Bou res » slàng lse en renaceatntstule s vanire: otes"> IcBo"e

res » slolles (Harlsusy oliu scougande,s tra >à<’objeniiv> 1" id="todocan dxe/ext/2104/g-6-small580.jpg"irel="icBoSetnumg srctodocan dxe/ext/2104/g-6-small480.jpg"ialt="Fig?res » slolles (Harlsusy oliu scougande,s tra >à<’objeniiv> " /> otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-6-small580.jpg">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-6.jpg">Origi/p> (jpeg,1.4M

Bo"eSsa co c .s

6Enfin, il s40isir leIlntstuiusérusm>trdeideu’tantcevelé ieere de l v ep enlaculportie«Cuesassomxpouvn dm défl deslave d’edeuiqutathre,ntantceas ep endeslane it nt dmlanieons edo patagnp gex dltniruelle el ne Uyunit ,é (Hongr: gNe,Calacs)d Deb toireieere de l(Japona gEir gnol) rees eun llit marqueut qurane« ->àà an class="paranumber">8Dans la deu41ition sEnfch, nre rouve cevelé ieave d’ed goula Bolivieere de d apieins sua mdoey oliu scoeontenosmmfur eex Cultn marqnEvocMiramp gex Salandieb Uyuni (dltniruelle el),ule eogrtss rtn, n’obje,lrticextstn srritoiuoi’ualotgèrost an class="paranumber">8Dans la deu42ième p dt ’objen,e dahien icitdentitaiextstn eogrts,lrtm>à<’obje.cLt dem>res » slolles (Harlsupacuent>àcLn>cLntatrte l 20oa> <3pan clascfrom1n1" id="tocto1n1">3n3roduction an class="paranumber">8Dans la deu4aisir leAfinisrupacutesediv’>cLnéinem>res cet nthmclde ln sm du sprin ls tra->à<, ser iaéfinparn tr3000la conteni>Daladéate W’objenint ns dnumppressirx e unn Methods Ilsa aHarl.is otes">

1La question44 étudeP 20oshae la conte aloex ner iaéfinp niess niports l 20oshae le unn ltuits a edoudoppressilshaflulexo imno repacp faculp(er iaéfiniselis llde,

n ts niports d1 9 19deju.s

6Enfin, il s45ième p d deredaceatseso qule es vanitre: otes"> IcBo"e

1" id="todocan dxe/ext/2104/g-7-small580.jpg"irel="icBoSetnumg srctodocan dxe/ext/2104/g-7-small480.jpg"ialt="Fig? " /> otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-7-small580.jpg">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-7.jpg">Origi/p> (jpeg,112k

IcBo"e

1" id="todocan dxe/ext/2104/g-8-small580.jpg"irel="icBoSetnumg srctodocan dxe/ext/2104/g-8-small480.jpg"ialt="Fig? " /> otes"> IcBoAcpeb 1n1" rel="nofollow"s"> icBoZoom" id="todocan dxe/ext/2104/g-8-small580.jpg">Zoomd ju 1" rel="nofollow"s"> icBoOrig" id="todocan dxe/ext/2104/g-8.jpg">Origi/p> (jpeg,112k

6Enfin, il s46de la cCd deredaceatsee d, cantplaly à n ts niport rees eun lli niruealyiratrue uoi lvaxe,néinem>res cet relion dt nthmclde ln s3aatr <1pan clascfrom1n1" id="tocto1n1">1n4roductionConpouvn8Dans la deu47ition sEnoguasranttssipouvnre.pt dtt-ce que en suspnemeni-olvept dfaiudf) tu e n dn aient Want « à iel(ean>re.,ncomes coor s rte… ion r qu’istere»).oU pdd deredaceatsefaionnm>trdeideurphive conf,vtantlque nde,aéfinm dpulffécduculpici,epdatrdentnt dorgande son ieoitrtrdtures »setà?eetntismaje20(tgaCultspaypaune l 20oa. gs àrroportibobjetlorst s egis foses onuscilsioio 20(tgacn tivt <. Lt deemaru ssigombioa>trdeigént ramir/ruve (auuneéurea ropledturusntiediv>8Dans la deu4xième pCent nt srocLn>t v’mportigeieenje8Dans la deu49isir leIlni parfae apprtrut/emuneéonnebren, nqoesa>p/ all" id="bgo-top"T sof Ire

sicpnta"e

8Biés« àyisir le

">p class="texte">ANTEQUERA DURAN N., CIELO C. (2011), Ciudad sin fronteras. Multilocalidad urbano rural en Bolivia, La Paz, PIEB.

ARCHIVES AUDIOVISUELLES DE LA RECHERCHE (2005), Retour sur «  Irréductions  ». «  Société critique  » et sociologie des épreuves. EHESS, Paris. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=343&ress=2681&video=95600&format=68#.

BOUYSSE-CASSAGNE T. (1978), « L’espace aymara : urco et uma », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, No.6, pp. 1057-1080.

CALLON M., COURTIAL J-P., PENAN H. (1993), La scientométrie, Paris, Presses Universitaires de France - PUF.

CANTWELL SMITH B. (1998), On the Origin of Objects, Reprint. Cambridge, MA, USA: MIT Press.

CANTWELL SMITH B. (2002), “God, Approximately. Reconciling Our Understanding of Matter and Mattering”. In Science and the Spiritual Quest: New Essays by Leading Scientists, édité par W. Mark RICHARDSON et Philip CLAYTON, pp. 20728, London ; New York: Routledge.

CHOQUE M.E., MAMANI C. (2001), « Reconstitución del ayllu y derechos de los pueblos indígenas: el movimiento indio en los Andes de Bolivia », Journal of Latin American Anthropology, vol. 6, No.1, pp. 202-224.

DELAFORGE N., GANDON F., MONNIN A. (2012), « L’avenir du Web au prisme de la ressource. » In Le document numérique à l’heure du Web de données. Séminaire INRIA, 1er - 5 octobre 2012, edited by Lisette CALDERAN, Bernard HIDOINE, and Jacques MILLET, Sciences et techniques de l’information, Paris : ADBS Éditions.

DELEUZE G., GUATTARI F. (1980), Mille plateaux, (Suite et fin de) Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit « Critique ».

FAVRET SAADA J. (1977), Les Mots, la Mort, les Sorts : la sorcellerie dans le bocage, Gallimard.

FIELDING R. T. (2000), “Architectural Styles and the Design of Network-Based Software Architectures.” PhD Thesis, University of California, Irvine, http://www.ics.uci.edu/%7Efielding/pubs/dissertation/fielding_dissertation.pdf.

FIELDING R. T., TAYLOR R. N. (2002), “Principled Design of the Modern Web Architecture.” ACM Transactions on Internet Technology (TOIT), 2 (2), pp. 115–50.

HARLEY B. (1989), « Deconstructing the map », Cartographica, vol. 26, No.2, pp. 1-23.

GARCIA T. (2011), Forme et objet. Un Traité des choses, Paris, PUF, coll. « MétaphysiqueS ».

HALPIN H. (2009), “Sense and Reference on the Web.” PhD Thesis, Edinburgh, UK: Institute for Communicating and Collaborative Systems, School of Informatics, University of Edinburgh, http://www.ibiblio.org/hhalpin/homepage/thesis/.

HALPIN H. (2013), Social Semantics, vol. 13. Semantic Web and Beyond, Boston, MA: Springer US, http://link.springer.com/10.1007/978-1-4614-1885-6.

HARMAN G. (2002), Tool-Being: Heidegger and the Metaphysics of Objects, Open Court.

HAUMONT A. (2002), « L’individuation est-elle une instauration ? Autour des pensées de Simondon et Souriau. », In Simondon, edited by Pascal CHABOT, pp. 69–89. Vrin - Annales de l’institut de philosophie de l’université de Bruxelles.

LATOUR B. (1992), « De Quelques Services Rendus Par l’Intelligence Artificielle à La Philosophie Des Sciences. » In L’intelligence Artificielle. Une Discipline et Un Carrefour Interdisciplinaire. Université technologique de Compiègne.

LATOUR B. (1996), “Social Theory and the Study of Computerized Work Sites.” Information Technology and Changes in Organizational Work, pp. 295–307.

LATOUR B. (2006), « Petite philosophie de l’énonciation. », Texto! XI (2). http://www.revue-texto.net/Inedits/Latour_Enonciation.html.

LATOUR B. (2007), Sur un livre d’Etienne Souriau : Les Différents modes d’existence. Disponible sur http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/98-SOURIAU-FR.pdf.

LATOUR B. (2012), Enquête sur les modes d’existence : Une anthropologie des Modernes, Paris, France : Éditions La Découverte.

LATOUR B., LEPINAY V. (2008), L’Économie science des intérêts passionnés introduction à l’anthropologie économique de Gabriel Tarde, Paris, La Découverte.

LATOUR B., STENGERS I. (2009), "Le Sphinx de l’œuvre. Une introduction à la réédition de Etienne Souriau", Les Différents modes d’existence suivi de « L’œuvre à faire. », Paris : PUF, pp. 1–75.

LANDIVAR D., RAMILIEN E. (2010), « Indigénisme, Capitalisme, Socialisme : l’invention d’une quatrième voie ? », Revue L’homme et la Société, Ed. L’Harmattan.

LANDIVAR D., RAMILIEN E. (2015), « Reconfigurations ontologiques dans les nouvelles constitutions politiques andines : une analyse anthropologique », Revue Suisse d’ethnologie Tsantsa, N° 20.

LEVI-STRAUSS C. (1971), Mythologiques, 4 vols. Plon.

LIVET P., NEF F. (2009), Les êtres Sociaux : Processus et Virtualité, Philosophie, Hermann.

LIVET P. (2012), Web Ontologies as Renewal of Classical Philosophical Ontology, Metaphilosophy, 43(4), pp. 396–404.

MILLER ADAM S. (2013), Speculative Grace: Bruno Latour and Object-Oriented Theology, New York: Fordham University Press.

MOL A., LAW J. (1994), “Regions, networks and fluids: anaemia and social topology”, Social studies of science, 24(4), pp. 641–671.

MONNIN A. (2012), « L’ingénierie philosophique comme design ontologique : retour sur l’émergence de la «  ressource  » ». Réel-Virtuel 3. http://reelvirtuel.univ-paris1.fr/index.php?/revue-en-ligne/3-monnin/.

MONNIN A. (2013), Vers une Philosophie du Web Le Web comme devenir-artefact de la philosophie (entre URIs, Tags, Ontologie(s) et Ressources), Thèse de doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

MONNIN A. (2014a), “The Web as Ontology: Web Architecture Between REST, Resources, and Rules”, In Philosophical Engineering: Toward a Philosophy of the Web, edited by Harry HALPIN and Alexandre MONNIN, Metaphilosophy, Oxford, UK: Wiley-Blackwell.

MONNIN A. (2014b), « Ontologie(s). De la métaphysique au Web en passant par l’Intelligence Artificielle. », La lettre de l’INSHS, n° 27 (January), pp. 35–38.

MONNIN A. (2014c), « La ressource et les agencements fragiles du web. La philosophie du web comme soin apporté aux choses », Les cahiers du numérique, 10, n° 4 (30 décembre 2014), pp. 133-177.

MONNIN A. (2015), “L’ingénierie philosophique de Rudolf Carnap : De l’IA au Web sémantique”, Cahiers philosophiques, 141 (2) : p. 27. doi :10.3917/caph.141.0027.

MONNIN A., DECLERCK G. (2014), Philosophie Du Web et Ingénierie Des Connaissances, vol. 61, Intellectica 1, ARCO (Association pour la Recherche Cognitive), https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01075586.

MONNIN A., LIVET P. (2014), « Distinguer/Expliciter. L’ontologie du Web comme ontologie ‘d’opérations.’« Intellectica 1 (61), pp. 59–104.

MEILLASSOUX Q. (2006), Après la finitude. Essai sur la nécessité de la contingence, Paris, Seuil, « L’Ordre philosophique ».

OFFEN K. (2009), « O mapeas o te mapean : mapeo indígena y negro en América latina », Tabula Rasa, Bogotá – Colombia, N° 10, pp. 163-189.

PELS D., HETHERIGNTON K., VANDEBERGHE F. (2002), “The Status of the Object: Performances, Mediations, and Techniques”, Theory Culture Society, SAGE, pp. 19-1.

PLATT T. (1978a), « Mapas coloniales de la Provincia de Chayanta : dos visiones conflictivas de un solo paisaje », In Urioste de Aguirre M. (ed.), Estudios bolivianos en homenaje a Gunnar Mendoza L., La Paz, s.n., pp. 101-118.

PONTILLE D., TORNY D. (2013), « La manufacture de l’évaluation scientifique », Réseaux, n° 177 (1), pp. 23–61.

PONTILLE D., TORNY D. (2014), “From Manuscript Evaluation to Article Valuation: The Changing Technologies of Journal Peer Review”, Human Studies, 38 (1), pp. 57–79. Doi: 10.1007/s10746-014-9335-z.

RABINOW P. (1996), Essays on the anthropology of reason, Princeton University Press.

SOURIAU E. (2009), Les différents modes d’existence. Suivi de « l’Œuvre à faire » (précédé d’une introduction « Le sphinx de l’œuvre » par Isabelle STENGERS et Bruno LATOUR), PUF, Paris.

TEIL G., LATOUR B. (1995), “The Hume Machine. Can Associations Networks Do More than Formal Rules?”, Stanford Humanities Review, 4 (2), pp. 47–66.

VESPUCCI A., et al. (1992), Le nouveau monde. Récits d’Amerigo Vespucci, Christophe Collomb, Pierre Martyr d’Anghiera, Ed. Les Belles Lettres.

VIVEIROS DE CASTRO E. (2012), Métaphysiques Cannibales, Paris : PUF.

Top of page

Notes

1 Sur ce point, voir en particulier les travaux de Harry Halpin et Alexandre Monnin dans le domaine de la « philosophie du Web » : (Halpin 2009), (Halpin 2013), (Halpin and Monnin 2014), (Monnin 2013a), (Monnin and Declerck 2014).

2 Enquête et étude cofinancée par le programme PROEX de l’Union Européenne d’appui aux pays en développement et le ministère du Développement Productif bolivien.

3 Google, Yahoo, Duck Duck Go.

4 Ces trois termes entretiennent des affinités évidentes. a) Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le mot « ontologie » ne fait pas son apparition dans la langue grecque avec les travaux d’Aristote, en particulier la Métaphysique, autour du IVe siècle avant J.-C., mais près de 2000 ans plus tard, au XVIIe siècle, dans les travaux de deux philosophes post-suaréziens, Lorhardus et Goclenius. Il désigne alors une théorie de l’objet reposant sur une assimilation de l’être à l’objectité en général. b) Dès les années 80, ce mot fut importé dans le domaine de l’intelligence artificielle et de l’informatique ((Monnin 2014 ; Declerck et Charlet 2014) du fait d’un emprunt au philosophe américain Willard Quine. Quine cherchait un critère de ce qu’il nommait « l’engagement ontologique » (« être », écrivait-il, « c’est être la valeur d’une variable liée »). Ce critère s’appliquait en l’occurrence aux énoncés des théories scientifiques enrégimentées par la logique. Malgré les développements quiniens sur le « mythe des objets », cette approche pose en fin de compte moins la question du statut de l’objet en général, l’objet quelconque, qu’elle n’ouvre la possibilité d’accueillir, par l’entremise d’un critère unique, des objets issus d’une multitude de domaines distincts ou de théories. Au-delà de Quine, c’est à Rudolf Carnap qu’il faut remonter pour comprendre le contexte d’où provient en définitive une telle approche. Les recherches entreprises par de nombreux commentateurs à partir des années 90 ont en effet permis d’attirer l’attention sur certaines spécificités de la philosophie carnapienne, fortement influencée par la métrologie et l’ingénierie. Au regard de ces développements, on peut considérer qu’elle fournit la matrice des travaux contemporains dans le domaine de l’ingénierie des connaissances et du Web Sémantique (Monnin 2015). c) La notion de « ressource », quant à elle, appartient à l’architecture du Web. Elle désigne tout ce qui peut être identifié par une URI, sans limitation quant à la nature des objets visés. En ce sens, elle rejoint les théories de l’objet élaborées en philosophie. Comme nombre d’entre elles, l’architecture du Web fait reposer son appréhension des ressources sur une certaine approche de la référence. A la différence, toutefois, des conceptions issues de la philosophie du langage, largement spéculatives, l’architecture du Web s’appuie sur un système de nommage (à base d’URI) qui constitue la brique fondamentale du Web. En ce sens, l’ontologie du Web peut sans contredit être qualifiée d’ontologie « opérationnelle » (Monnin 2014) ou d’ « ingénierie philosophique » (Tim Berners-Lee, cf. (Monnin 2012 ; 2014a)).

5 (Fielding 2000), (Fielding and Taylor 2002).

6 Brian Cantwell Smith distingue ainsi l’ontologie, qui traite d’objets (et parfois avec des objets !), autrement dit, de réalités délimitées ou individuées avec plus ou moins de précisions, ce qui requière toujours un certain degré d’abstraction qui s’avère être, concomitamment, une forme de discrétisation, de la métaphysique, qui, elle, a trait au monde avant toute distinction ou séparation (“objects are post-intentional, whereas the world is prior”, (Smith 2002)). Tout l’intérêt du Web vient de ce qu’il présente des objets qui se situent dans l’entre-deux : saisis sur le vif d’une individuation en cours, nommés sans être proprement délimités, ils étonnent et nous déconcertent du fait de leur manque de familiarité (c’est d’ailleurs en cela qu’il doivent être pris au sérieux comme source de surprise et de déception – au sens anglais du terme, synonyme de « tromperie »…).

7 Gottlob Frege (1848-1925). Mathématicien, logicien et philosophe allemand, Frege est considéré comme le fondateur de la logique moderne. L’allusion à Vénus provient d’un exemple tiré de l’un de ses articles les plus cités (Sinn und Bedeutung), véritable lieu de naissance de la philosophie analytique du langage. L’exemple est emprunté à Pierre Livet.

8 Au sens de (Livet and Nef 2009). Pour un des développements liés au Web, voir également (Monnin 2013a) et (Monnin 2013b).

9 Au cours d’un séminaire organisé par Cyril Lemieux à l’EHESS en 2005 et consacré à la sociologie des épreuves, (Archives Audiovisuelles de la Recherche 2005).

10 L’essence même du numérique une fois rapporté à un codage binaire.

11 L’association opère à la fois comme un opérateur moniste, et par conséquent dé-différenciateur, et comme le principe génératif de nouvelles différences. En résulte un paradoxe, souligné par Latour lui-même : comment obtenir un pluralisme authentique à partir de principes radicalement monistes ? Tout le projet de l’Enquête sur les modes d’existence (Latour 2012) vise à dépasser ce paradoxe – sans toutefois traduire numériquement la pluralité existentielle (ou énonciative, cf. (Latour 2006)) désormais défendue (autrement que sur la plate-forme dédiée à l’ouvrage et censée en prolonger l’enquête).

12 Sur le « principe d’irréduction », cf. (Cantwell Smith 1998) et (Miller 2013). On retrouve ici la volonté du gouvernement bolivien de lutter contre une catégorisation ou une ontologisation cartographique reçue ; autrement dit, coloniale.

13 Mais une cartographie nonobstant. En effet, l’index de Google, recensant les liens entre les « pages » canonisées par ses robots, constitue bel et bien une mise en carte du Web. Et cela alors même qu’elle n’est pas la traduction ontologique sans reste d’un territoire, ce que le Web n’est pas, mais la mise en territoire, avec force moyens, d’un espace fondamentalement interactionnel, dont les « pages » sont générées par la consultations, et dont le caractère réticulaire émerge des parcours de navigation (ce point s’applique également aux crawlers des moteurs de recherches).

14 Rappelons-le, si Irréductions précède la naissance du Web de quelques années, sa rédaction est parallèle aux travaux de Bertrand Michelet sur la logiques des associations et le programme Leximappe, qui donneront naissance dans la seconde moitié des années 90, par le truchement de François Bourdoncle, alors informaticiens à l’Ecole des Mines, à une fonctionnalité phare du moteur de recherche Alta Vista, LiveTopics (LiveTopicsproposait à ses utilisateurs de parcourir leurs résultats de recherche via des catégories non-prédéfinies). N’oublions pas non plus les travaux de Geneviève Teil sur le logiciel Candide et la « Hume-Condillac machine » (Teil et Latour 1995). Plus largement, c’est l’essor de l’Intelligence Artificiel tout entière qu’il faut considérer, tant les STS, de Susan Lee Star à Lucy Suchman en passant par Latour lui-même (Latour 1992 ; Latour 1996), lui témoignèrent un intérêt certain. Il faut cependant, pour être tout à fait précis, noter le glissement opéré par Latour en 2005 dans sa reprise d’Irréductions, des réseaux de mots associés par cooccurrence, objet des recherches du CSI dans les années 80-90, vers la mesure des réseaux de citations (ce qui revient à passer du modèle d’Alta Vista à celui de Google). Les deux paradigmes ont d’ailleurs été exposés l’un à la suite de l’autre dans le « Que sais-je ? » consacré à la scientométrie écrit par Michel Callon, Jean-Pierre Courtial et Hervé Penan (Callon, Courtial, and Penan 1993). Néanmoins, les travaux engagés à l’Ecole des Mines ont clairement privilégié le premier modèle sur le second. Pour un historique plus général du lien entre scientométrie, bibliométrie, évaluations scientifique et moteurs de recherche, voir (Pontille et Torny 2013), (Pontille et Torny 2014).

15 Sur tous ces points, cf. (Monnin and Livet 2014).

16 La suite de ce texte fait signe en direction du dépassement à venir du monisme d’Irréductions: “Anne-Marie Mol and John Law have offered the useful notion of fluid to name this supplement which sticks firmly to the steel frame of networks but adds movement to it. Essences are not redefined only by the list of their associations but also by the fluid that distributes them through. Michel Callon proposes to reuse the economists’ expression of modes of coordination in order to follow, not what is above or beneath the networks, but what traces them. In the prologue and the first section I tried, very tentatively, to introduce different regimes of delegation in order to follow at once the dissemination of an indefinite number of entities and the limited number of ways in which they grasp one another. Whatever the expressions, [je souligne] the attempt is the same: to keep the freedom of rhyzomes -against the modernist urge at rationalisation and the postmodernist delight in fragments- but to overcome the limits of actor- networks in specifying the trajectories traced by those free associations.” Evidemment, la variété des régimes de délégations renvoie à la pluralité à venir des modes d’existence.

17 Web Sémantique dont les premières spécifications apparurent l’année-même au cours de laquelle Latour écrivit l’article dont la citation ci-dessus est extraite.

18 « On a eu tort de s’engager dans cette voie : pour résoudre l’aporie de la déliaison et les très délicats problèmes de l’adéquation, il aurait suffi de constater avec Souriau que les pôles de la connaissance ne sont jamais séparés, qu’ils sont liés par une commune naissance, par l’épreuve de l’instauration qui fait du sujet et des objets les contemporains d’un seul et même univers accédant à l’existence. » (Fruteau de Laclos, 2011).

19 L’analyse automatisée de sentiment est très controversée dans le milieu des méthodes numériques. Le but ici n’est pas de discuter le bien-fondé de ce résultat ou de cette méthode, mais plutôt de montrer le quelle appréhension des objets nous livre un logiciel comme Alchemy.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Modèle simple de relations de l’objet-pays à divers types d’entités
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-1.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Figure 2 : Les entités par nombre d’occurrences (en milliers)
Credits Source: Road Crawler, Digital Methods Initiative.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-2.png
File image/png, 221k
Title Figure 3 : Les entités liées à l’objet pays « Bolivie » sur le Web (par catégorisation selon Alchemy)
Credits Source: Road Crawler, Alchemy, D3JS.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-3.png
File image/png, 1.2M
Title Figure 4 : Les controverses autour de l’objet pays Bolivie (classement par nombre d’occurrences)
Caption Source : Blogoshère Sample Origens Media Lab.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-4.png
File image/png, 552k
Title Figure 5 : Les controverses dans le temps
Caption Source : Internet Web Archive.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-5.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Figure 6 : Les différentes perspectives symboliques de l’objet pays Bolivie sur Wikipédia
Credits Source : Wikipédia.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Figure 7 : Résultats de l'analyse
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-7.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Figure 8 : Résultats de l'analyse
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2104/img-8.jpg
File image/jpeg, 112k
Top of page

References

Bibliographical reference

Diego Landivar, Alexandre Monnin and Emilie Ramillien, « Cartographier l’ontologie d’un territoire sur le web », Netcom, 29-3/4 | 2015, 297-324.

Electronic reference

Diego Landivar, Alexandre Monnin and Emilie Ramillien, « Cartographier l’ontologie d’un territoire sur le web », Netcom [Online], 29-3/4 | 2015, Online since 23 May 2016, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2104 ; DOI : 10.4000/netcom.2104

Top of page

About the authors

Diego Landivar

Enseignant-Chercheur, Origens Media Lab, ESC Clermont et CERDI-CNRS. diegolandivar@gmail.com/

Alexandre Monnin

Chercheur, INRIA, Centre de recherche de Sophia Antipolis- Méditerranée, EPI Wimmics. alexandre.monnin@inria.fr

Emilie Ramillien

Anthropologue, Origens Media Lab et EHESS.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals