Navigation – Plan du site
Notes de recherche

TICs et la géographie : vers une « géographie 2.0 » ?

Jérémie Valentin
p. 385-394

Résumés

L’histoire de la géographie a souvent été marquée par le progrès des innovations techniques. Aujourd’hui avec les TICs, un nouvel Internet se dessine, le web 2.0 qui correspond à une nouvelle approche de l’informatique et de la diffusion du savoir. Il donne à l’acteur une place centrale dans son accès aux communications et aux informations. Ces changements touchent l’ensemble de la société, de la politique aux sciences en passant par l’économie et les loisirs. La géographie n’échappe pas au phénomène. Apres avoir subi les premiers changements dus au développement de l’informatique, elle s’apprête à marquer une nouvelle étape, sous l’impulsion des nouveaux logiciels de représentation de l’espace, de leurs outils et de leurs capacités de diffusions facilitées.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Henry Bakis, mon directeur de recherche, pour les discussions problématiques que nous avons eues, et pour l’attention qu’il a consacrée à cet article (relectures et compléments). Remerciements, également pour leurs lectures et conseils : Alice Rouanet, Yann Leroux, Camille Larger, Estelle Quaglieri et Jonas Sibony.

1L’histoire de la géographie a souvent été marquée par des innovations techniques telles que les nouvelles méthodes de cartographie (Mercator XVIe siècle), l’imprimerie, la triangulation, l’émergence de l’informatique et des TICs, l’augmentation des vitesses de transports.

2L’explosion mondiale des TICs a multiplié les réseaux de télécommunications et d’informations, dont l’Internet. Après 40 ans d’innovations techniques et conceptuelles une nouvelle forme d’Internet se dessine, le web 2.0, ainsi que de nouveaux espaces virtuels. Cette nouvelle appellation ne concerne pas seulement la définition technique du net, mais englobe et symbolise une nouvelle approche de l’informatique et des capacités de construction et de diffusion du savoir et de l’information qu’elle propose. Donnant à l’acteur une place centrale dans son accès aux communications et aux informations. Ces changements sont susceptibles de toucher toutes les structures de la société, de la politique aux sciences en passant par l’économie et les loisirs.

3La géographie, n’échappe pas au phénomène. Après avoir subi les premiers changements dus au développement de l’informatique, elle s’apprête à marquer une nouvelle étape, sous l’impulsion des nouveaux logiciels de représentation de l’espace, de leurs outils et de leurs capacités de diffusions facilitées ; de nouveaux outils permettent une nouvelle pratique du métier de géographe (Bakis, 1996).

La géographie et l’utilisation des TICs

  • 1 Thalès de Milet, Hérodote, Ératosthène, Hipparque, Aristote, Ptolémée, etc.
  • 2 De nombreux chercheurs et penseurs ont apporté leurs contributions dans l’étude de ces nouveaux rap (...)
  • 3 Advanced Research Projects Agency Network (1967).
  • 4 Principalement le TCP/IP, le HTTP et le HTML.

4La géographie, cette science de « l’étude de la terre », identifiée comme telle par Eratosthène (III siècle av JC), est une science en perpétuelle évolution. Dans l’Antiquité, les premiers géographes1 se concentraient sur : découvrir, explorer, mesurer, situer (astronomiquement) et représenter la terre. Ces cinq approches vont rester au centre de la discipline et perdurer durant plusieurs siècles. Aujourd’hui, et depuis les années 60, les TICs ont apporté et apportent des modifications à notre société. Avec la mise en place de réseaux de télécommunications et d’informations omniprésents et performants, la communication à distance s’est banalisée : via d’abord le téléphone puis l’Internet. Avec cette facilité d’échanger informations et données entre les hommes, les TICs apportent d’importantes modifications sociales, mais aussi des changements dans la construction et la diffusion des savoirs2. Mais l’importance des TICs vient aussi modifier les métiers des chercheurs, notamment depuis l’avènement d’Internet et de la numérisation. Internet dont l’histoire remonte aux années 1960 est longtemps resté réservé à une élite militaire ou universitaire (réseau ARPANET3) avant sa démocratisation au début des années 1990 (harmonisation des langages et des protocoles)4. Jusqu’à présent, le réseau n’a durant cette période que peu évolué quant à son contenu, seules les capacités de transports des données n’ont cessé de croître.

5Or, aujourd’hui un nouveau concept est en train de révolutionner le poids et le rôle des TICs dans nos sociétés. Ce concept ou nouvel Internet qui dépasse dans les faits le seul Internet, symbolise une nouvelle vision et utilisation des TICs, a été baptisé : web 2.0. Derrière la dénomination technique résultant du passage d’une version à une autre ou d’une mise à jour du système, se cache cette capacité nouvelle qu’ont les machines à échanger entre elles et qui structure le web 2.0. Mais le web 2.0 n’est pas qu’une évolution technique et il est surtout qualifié « d’Internet fait par l’utilisateur ». On identifie principalement sous la dénomination web 2.0 tous les sites ou univers dont le contenu est construit et alimenté par les utilisateurs. Les créateurs de site offrent des squelettes vides dont le remplissage est laissé au bon soin des Internautes. Les exemples les plus connus sont les sites dits communautaires d’échanges de contenus comme MySpace, YouTube et FaceBook. Ce principe d’échange de contenus entre utilisateur parait simple, mais il a révolutionné la manière dont les TICs sont vécues par l’internaute. Il révolutionne aussi l’accès au savoir et à sa construction, l’encyclopédie Wikipédia en est la meilleure représentation. Qui aurait pensé qu’un jour une encyclopédie serait éditable et accessible à tous, en tout lieu de la planète, si ce dernier est connectable au réseau.

6La géographie, comme la grande majorité des sciences humaines n’échappe pas à ce phénomène que l’on propose de rendre par l’indication « 2.0 ». En effet une géographie « améliorée », illustrant une sorte de mise à jour de certains aspects de la discipline semble se dessiner, directement liée aux nouvelles répercussions issues de TICs 2.0.

7La mise en place de plus en plus d’espaces virtuels ne se fera pas sans conséquences pour l’Homme, sa vision, son utilisation et son appropriation de l’espace. Ces espaces peuvent être des outils d’accès à la connaissance (Geographic Data in Second Life5), des espaces de loisirs générant certaines mobilités (rencontre « dans la vraie vie »), des espaces de travail (réunion IBM dans Second Life), de commerce (Second Life, Gold Farming6), d’accompagnement spatial (GPS), de pré et post expérience spatiale (Google Earth)… Deux aspects majeurs construisent cette nouvelle approche que les TICs insufflent sur certains aspects de la géographie. Premièrement la démocratisation dans la construction et la diffusion du savoir géographique, ou plus exactement une ouverture à « l’amateurisme » géographique, se développant très rapidement via les logiciels de virtualisation de l’espace, leurs outils et leurs capacités simplifiées de diffusion de l’information sur les réseaux. Deuxièmement, les logiciels accompagnent de plus en plus l’acteur dans ses démarches spatiales. Ce dernier devient un être « augmenté » ou « aidé » de divers espaces virtuels grâce auxquels il est susceptible d’appréhender et de s’approprier différemment l’espace réel. Après la révolution de l’hypertexte, qui a depuis quelques années bouleversé le savoir géographique représentatif ou graphique, notamment via les atlas en ligne et la richesse des bases de données qu’offrent les systèmes d’informations géographiques (SIG), s’ouvre une nouvelle étape7. Les nouveaux usages des technologies de l’information ont des conséquences sur les usages des temps (time- use / time budget), sur les temps de vie (time-geographic perspective) et sur les mobilités (activity-travel).

  • 8 Valentin Jérémie, « Les espaces vidéo ludiques, vers une nouvelle approche du géocyberespace », Mém (...)

8Un travail préliminaire a dévoilé la validité spatiale des espaces vidéo ludiques8, ainsi que leur résonance mondiale, faisant de ces espaces une nouvelle variable des mondes virtuels. En effet, des millions d’acteurs s’affranchissent quotidiennement des frontières entre « mondes » réels et virtuels, façonnant alors des acteurs nouveaux qui vivent, interagissent, commercent, se divertissent, dans cet espace global, construit à la fois de territoires réels et virtuels. Il a montré que cette dualité spatiale n’est pas sans conséquences pour les individus, de nombreuses répercussions, issue de cette nouvelle pratique spatiale incluant une pratique d’espaces virtuels, s’exercent sur la pratique de l’espace réel. A partir de ce premier constat, nous allons explorer un autre type d’espace virtuel, en faisant l’hypothèse qu’il est à même de bouleverser notre manière de vivre l’espace réel. Ces espaces virtuels (dont le plus connu reste Google Earth) sont un nouvel aspect ou volet des TICs. Leur récente mise à disposition du public (2005) soulève déjà de nouvelles pratiques et peut influencer les pratiques spatiales. De plus ces logiciels s’inscrivent dans le concept de géocyberespace, car il procure aux individus une nouvelle strate spatiale et informationnelle grâce à laquelle ils deviennent des « êtres augmentés » pour qui la pratique de l’espace réel peut se faire à l’aide d’espaces virtuels.

9Il est donc fort probable qu’une partie de la géographie telle que nous la connaissons aujourd’hui s’en trouvera modifiée. Nous ne pouvons pour autant parler de nouvelle géographie, car notre approche ne concerne qu’une partie de la production et diffusion du savoir.

10Les processus d’exploration et d’appropriation de l’espace peuvent être désormais augmentés - non plus simplement par des représentations et des informations limitées et imposées sur papier - mais par des espaces virtuels reliés aux réseaux et offrant la plus grande base de données informationnelles que l’Homme ait jamais connu. Ces espaces permettent des « pré expériences » de l’espace (Google Earth), ils accompagnent les individus dans leurs trajets (GPS), permettent la création et la diffusion de leurs propres représentation de l’espace (Google Maps). Ces nouvelles capacités et outils offerts aux individus remettent en cause les processus d’appropriations spatiales et des notions telles que la déambulation, la découverte, l’égarement, le risque… L’expérience de l’espace ne sera-t-elle pas trop encadrée par les espaces virtuels ? Vivra-t-on l’espace réel sans une augmentation virtuelle ? Comment les espaces virtuels vont-ils bouleverser notre expérience de l’espace réel ? Avant de pouvoir répondre à ces questions, nous allons revenir sur les nouvelles capacités des TICs en montrant qu’elles procurent à l’individu une démocratisation de la technique de création et de diffusion du savoir, compilée à de nouveaux outils de virtualisation de l’espace.

Les nouvelles capacités des TICs et la géographie : les SIG avaient montré la voie

11Les systèmes d’informations géographiques avaient montré la voie. En effet les capacités informatiques de plus en plus impressionnantes, ont permis depuis maintenant de nombreuses années la mise en place d’outils performants dans l’analyse et la cartographie de nos espaces. Ces outils sont et restent malheureusement très difficiles d’accès par leur prix et leur complexité d’utilisation. En cela ils n’avaient bouleversé que techniquement le savoir géographique. Ce savoir est plus complet et plus rapide à traiter, trouvant dans les représentations digitales une diffusion plus élargie et accessible à l’utilisateur. La maîtrise du savoir géographique et sa représentation cartographique restaient aux mains des spécialistes ayant les capacités nécessaires dans la conception et la diffusion de ce savoir. Longtemps réservées aux appareils étatiques et scientifiques, elles sont désormais accessibles (entreprises et même particuliers). De plus, la mise sur le marché de logiciels de représentation virtuelle de l’espace ouvre ces images et représentations à un vaste public.

Les logiciels de représentation virtuelle de l’espace

12Il existe aujourd’hui plusieurs types de logiciels représentant virtuellement notre espace, pour le public mondial les deux géants américains et leaders sont : Google Earth et World Wind, tandis que la France se démarque avec son propre service : le GéoPortail. Ces trois logiciels offrent aux utilisateurs, un accès à des représentations de notre planète. Un de ces logiciels est en train de bouleverser le savoir géographique des représentations et mériterait peut-être l’appellation 2.0, il s’agit de Google Earth et de son extension Google Maps.

13Google Maps, mis en ligne en février 2005 comme service gratuit mélangeant habilement imagerie satellite et cartographie routière, connaît un succès grandissant.

L’utilisateur peut visionner un espace de plusieurs manières, sous différents angles et accessoirement y définir des itinéraires. Mais depuis peu, ce service offre une nouvelle possibilité, un nouvel onglet. Ce nouvel onglet identifié sous le nom de « my maps » (mes cartes) cache une révolution profonde pour la géographie. Il permet à tout utilisateur possédant un compte chez Google (un compte Gmail suffit) de créer gratuitement ses propres cartes et de les diffuser gratuitement sur le net, via des sites, des blogs et autres supports. Cette nouvelle possibilité s’inscrit totalement dans l’esprit web 2.0. Tout le monde est désormais susceptible de créer du contenu cartographique et géographique et de le diffuser que ce soit pour 5 personnes ou pour des milliers. Donc un utilisateur alpha peut créer une carte des meilleurs couchés de soleil qu’il lui a été donné de voir et diffuser cette carte, sa carte, son information, sur son blog, sa page Facebook et même dans sa boutique de Second Life.

14Un autre concept 2.0 touche les représentations virtuelles de notre espace, et réside dans l’intégration de contenus. Par exemple sur Google Earth, on retrouve des liens reliant un site historique à sa définition sur l’encyclopédie Wikipédia, ou encore à des photos, et à des vidéos l’illustrant. Là aussi l’utilisateur peut se créer une « vue » personnelle, comme par exemple la localisation de tous les membres d’une communauté de jeu en ligne et ensuite la diffuser auprès des membres qui auront juste à l’ajouter en quelques clics à leur logiciel. Ce phénomène d’ajout de contenus ou de mélange des contenus porte aujourd’hui un nom, le Mashup, « un Mashup en informatique est un site Internet ou une application dont le contenu provient de la combinaison de plusieurs sources d’information »9. Dans notre cas il s’agit du mélange des représentations graphiques virtuelles de l’espace avec toute autre information imaginable. C’est cette accessibilité quasi illimitée (car encore gratuite) aux représentations de très grande qualité de l’espace, couplée à la source d’information infinie qu’offre Internet et ses utilisateurs, qui engendre des bouleversements profonds pour la géographie, dans la manière dont elle est conçue, perçue, utilisée et diffusée. Cette nouvelle géographie, non pas nouvelle dans la superposition de couche d’information (structure des SIG), mais nouvelle dans la simplicité et l’accessibilité de cette superposition, suscite bon nombre d’interrogations sur lesquelles il nous faut réfléchir.

15Les représentations de l’espace en général et la carte en particulier ne sont pas des outils anodins, ce ne sont pas de simples et basiques représentations de l’espace. Toute représentation fait passer un message, la carte reste le résultat de ses concepteurs et créateurs, qui à travers des choix graphiques (sémiologie, Bertin 1967) transmettent leurs messages. La carte fut et reste un outil de propagande très puissant. La mise en place de nouvelle capacité de traitement de l’espace redistribue les forces, dans la représentation et la diffusion du savoir géographique via des représentations graphiques virtuelles. Elle permet une certaine démocratisation, mais elle permet aussi la diffusion de savoir erroné ou de trop de savoir. Il faut alors faire la distinction entre un savoir amateur et scientifique. Sans pour autant dénigrer la construction amateur, qui certes n’est pas vérifiée scientifiquement, mais qui permet de fournir un regard non institutionnalisé sur certains concepts et lieux de la planète. Le savoir géographique reste une science complexe et sa diffusion est délicate.

16Mais les conséquences à long terme, sur la pratique et la vision de notre espace plus que la question de validité apparaissent comme les approches les plus pertinentes à aborder. Les récents espaces virtuels et leurs outils offrent aux individus des possibilités inédites d’aborder leurs territoires. La quotidienneté des échanges spatiaux entre réel et virtuel se généralise et contribue massivement à la mise en place d’un espace géographique global dans lequel peuvent cohabiter plusieurs territoires.

Les répercussions sur l’espace

17Un espace global se dessine à l’horizon, cet espace, qualifié par le néologisme de géocyberespace par certains auteurs (Bakis 1997), est une fusion du géoespace (l’espace euclidien, celui du temps et de la distance) et du cyberespace (l’espace des réseaux).

  • 10 Massively multiplayer online role-playing game, jeu de rôle en ligne massivement multi joueur.
  • 11 Turner Andrew (2006).

18Cette dénomination est à nos yeux encore plus claire et concrète aujourd’hui avec la multiplication des espaces virtuels, qu’ils soient ludiques (MMORPG10) et communautaires (Second Life), ou des représentations spatiales (Google Earth). Ces nouveaux espaces virtuels se fondent de nos jours de plus en plus avec l’espace réel, des millions de gens s’affranchissent tous les jours de ces frontières réel / virtuel. Ce sont des résidents du géocyberespace, univers où il existe différentes strates spatiales, certaines réelles et d’autres virtuelles. Pour revenir au concept de cette « géographie 2.0 » ou « néogéographie11 », il semble important que la discipline ainsi que les autres sciences humaines continuent de travailler sur cette imbrication (fusion) spatiale.

19Ces univers virtuels, ici logiciels de virtualisation de l’espace nous apportent une approche différente de l’espace. Nos grands-parents racontaient comment le seul téléphone du village était dans un bar et comment toute communication téléphonique débutait par un préalable parfois très coûteux en temps, le recours à une opératrice. De même, il faudra expliquer à nos enfants et petits-enfants que dans notre jeunesse, l’accès à ces logiciels n’existait pas, que cette virtualisation n’était pas accessible depuis nos Smartphone et nos téléphones ; que, pour partir en vacances, on achetait une carte routière en papier et un guide professionnel sous forme de livre ! Et ces informations « papier » représentaient déjà un incontestable avantage sur les périodes où il fallait se contenter d’informations véhiculées oralement, et sujettes à erreurs et lacunes.

20Abraham Moles nous rappelle que les lieux structurent l’espace des hommes ; ces lieux ont une identité et l’espace n’existe que par la référence à un sujet (Moles 1978). Son appropriation passe par le sentiment de différenciation entre un ‘ici’ et un ‘ailleurs’. L’apprentissage de l’espace se fait par la découverte de la loi proxémique, loi selon laquelle « tout l’ensemble des phénomènes perçus est régi par la loi selon laquelle l’éloignement du point de référence du point ici contribue, nécessairement, à les diminuer » : loi qui met au premier plan le rôle de la distance, la distance destructrice de lien. La distance est vectrice de la dégression perspective, prenant pour exemple l’homme à cheval (le cow-boy) qui grâce à son assise en hauteur couvrira des yeux plus de distance que l’homme à pied et donc maîtrisera mieux son troupeau. Aujourd’hui nous sommes tous susceptibles de nous asseoir sur un « cheval » spatial grâce auquel nous percevons le monde entier. Certes cette perception est l’image contrôlée d’un moment ‘t’, mais elle insuffle de nombreuses modifications dans les lois de proxémique et d’appropriation spatiale.

  • 12 Yann Leroux 12/2007.

21La place du ‘ici’ est primordiale dans l’appropriation de l’espace, il lui faut une existence par rapport au ‘ailleurs’, « l’entendu doit être différenciable pour créer à la fois la mobilité exploratoire et l’ancrage en un lieu, sinon elle est denrée homogène pour laquelle les mots ‘loin’ et ‘près’ n’ont plus de sens ». La multiplication des logiciels de représentations spatiales rendent le ‘ici’ proche du ‘ ailleurs’, le ‘ailleurs ‘ accessible du point ‘ici’, accessible de la coquille du geste (cf les coquilles de l’homme : appréhension phénoménologique des rayons d’action de l’homme). Cet ‘ailleurs’ virtualisé ne remplit et ne diffuse pas les mêmes informations qu’un ‘ailleurs’ réel, mais il reste une image, une idée, une sensation, qui est susceptible d’influencer l’homme et son rapport à l’espace, particulièrement dans ses activités mobiles, tel que le tourisme. A. Moles différencie l’enracinement et l’errance dans l’appropriation de l’espace (l’espace est appropriable par les deux), l’enracinement étant la norme. L’errance est, quant à elle, réservée à certains individus dont une catégorie nous intéresse particulièrement : les touristes. L’errance spatiale du touriste est en train de disparaître au profit d’un « enracinement virtuel » s’opérant à travers divers outils. Une sorte de point ‘ici’ se déplaçant avec nous et rendant, du moins délivrant un sentiment, d’espace contrôlé, repéré et vécu. L’explosion des ventes de système de navigation portable (GPS) illustre parfaitement cette recherche de maîtrise spatiale, grâce à laquelle nous devenons des « êtres augmentés » d’espaces virtuels, nous permettant la maîtrise d’un espace réel. Nous offrant peut être une simple illusion de maîtrise de l’espace. Car il va de soi que l’une des clés de l’appropriation territoriale passe par la maîtrise spatiale ou cardinale de l’espace mais la connaissance des activités humaines, l’enracinement, l’histoire territoriale, le climat, la géopolitique en sont d’autres tout aussi importantes : « On n’habite pas un espace avec un GPS, on le survole »12.

Conclusion

  • 13 Le principe d’un mashup est d’agréger du contenu provenant d’autres sites web, afin de créer un nou (...)

22Nous nous dirigeons vers un monde dans lequel le sentiment de maîtrise totale de l’espace est roi, maîtrise qui passe par des représentations virtuelles contrôlables du bout des doigts. Les notions de risques et de rugosités de l’espace disparaissent peu à peu. Certes il y a là un côté fantastique, car grâce à ces représentations tout individu peut s’émouvoir du conflit au Darfour depuis un lieu connecté aux réseaux, ou encore parcourir et se projeter sur les hauts plateaux de la cordillère des Andes. Les distances, les risques, les conditions topographiques et climatiques sont totalement maîtrisées. Ce sentiment de maîtrise ne va-t-il pas développer un rapport à l’espace biaisé ? Faire croire que tout est maîtrisé et maîtrisable, un monde où tout est sous contrôle. Alors qu’il est plus que périlleux de se rendre au Darfour et plus que dangereux de se retrouver sur les hauts plateaux des Andes. Le problème de l’appréhension de l’espace qui émerge à travers ces deux exemples, révèle des interrogations majeures. A trop se référencer à des outils de représentations virtuelles ne va-t-on pas perdre les sensations, quelles soient de plénitude ou de risque, des situations et des moments, qui rendent à nos yeux l’espace réel comme l’espace de référence, cet espace rugueux, cet espace difficile mais tellement approprié et vécu quand on a su le maîtriser ? Quelles seront les réelles conséquences de ce trop plein de virtualisation et de savoir spatial ? Quelle place restera-t-il à l’exploration de lieux inconnus, à l’égarement plus ou moins volontaire, à la perte de repère ? Tout déplacement sera- t-il codifié, en amont, par un pré repérage sur Google Earth avec consultation des lieux recommandés par telle communauté, puis encadré lors du trajet par un GPS ou un téléphone portable intégrant un Mashup13 localisant les contrôles de police, et se conclut par l’envoi d’un commentaire sur un forum ou depuis le livre d’or numérique d’un restaurant pittoresque non pas trouvé suite à une ballade, mais pré repéré sur un forum spécialisé ? La boucle sera alors bouclée, l’expérience de l’espace réel, de ce territoire singulier, aura peut-être été plus dicté et vécu par le virtuel.

23L’ubiquité des réseaux se développe, la fusion des espaces virtuels et des espaces réels semble se généraliser. Quelles tendances et quels bouleversements cela engendrera-t-il ? Quelle mutation cela impliquera-t-il, pour l’individu mais aussi pour l’architecte et l’aménageur de l’espace ? Devront-ils intégrer des outils de maîtrise de l’espace et du temps dans leurs futures conceptions, comme c’est déjà le cas avec les écrans incrustés dans les arrêts de bus et les accès wifi dans les lieux d’attentes et de trajets ?

24Après la découverte puis la conquête nous nous dirigeons, semble-t-il, vers la maîtrise des espaces via des espaces virtuels. Mais que maîtrise-t-on depuis un écran d’ordinateur, avec un système GPS, ou un téléphone portable ? Une représentation spatiale tout au plus ! Reste à intégrer ces outils et les savoirs auxquels ils donnent accès.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS H. (1992), « Espaces virtuels : vers des terres inconnues ? », in Lettre d’information ’Géographie de la communication’/Communication Geography Newsletter, 18 juin 1992, n° 49, pp. 9-11.

BAKIS H. (1996), « L’évolution du métier de géographe et les télécommunications. Défis et opportunités pour l’Union Géographique Internationale », Bulletin de l’Union Géographique Internationale/International Géographical Union Bulletin, 46, pp. 58-62 (et Netcom, 1997- n° 1, pp. 175-180).

BAKIS H. (1997), « Approche spatiale des technologies de l’information », Revue Géographique de l’Est, n° 4, pp. 255-262.

BAKIS H. (1998), « Geoespace et cyberespace : Conclusion », NETCOM, n° 1/2/3, pp. 333- 342.

BAKIS H. (1999), « De nouveaux mondes à explorer, visiter et utiliser : l’espace des réseaux électroniques », pp. 1-8 in BAKIS (Ed. 1999), « Exploring and Navigating Electronic Space - II », Netcom, vol 13- Nos1-2.

BAKIS H., VIDAL P. (2007), vol. 1, Ch. 5, « De la négation du territoire au géocyberespace : vers une approche intégrée de la relation entre Espace et TIC », in BROSSAUD C. & REBER R. (dir.), in Humanités numériques vol. 1. pp. 101-117) : vol. 1. Nouvelles technologies cognitives et concepts des sciences humaines et sociales.

BAKIS H., & M. ROCHE E. (1998), “Cyberspace - The Emerging Nervous System of Global Society and its Spatial Functions”, Cybergeo, No. 59, 28/05/98. www.cybergeo.presse.fr/reseaux/texte1/bakis2.htm
http://www.cybergeo.eu/index5342.html

BAILLY A. (2004), Les concepts de la géographie humaine, 5ième éd., Armand Colin, Paris, 334 p.

BAILLY A., FERRAS R., PUMAIN D. (sous la dir. De, 1992), « Vers une psycho- géographie », Encyclopédie de la géographie, pp 175-200.

BRUNN S. D. (Sous la direction de), CUTTER S. L. (Sous la direction de), HARRINGTON J. W. Jr (Sous la direction de) (2004), Geography and Technology, Kluwer Academic Publishers, 649 p.

CASTELLS M. (1996), La société en réseau, Fayard.

DODGE M. (1999), The geographies of cyberspace, http://www.casa.ucl.ac.uk/cyberspace.pdf.

DUPUY G. (1991), L’urbanisme des réseaux, Armand Colin, collection U.

DUPUY G. (2002), Internet : Géographie d’un réseau, Ellipses Marketing.

GIBSON W. (1984), Neuromancer, Aces book, New York City, 384 p.

HAGGETT P. (1973), L’analyse spatiale en géographie humaine, Colin, Paris.

KERCKHOVE D. de (1997), L’intelligence des réseaux, Odile Jacob, 306 p.

MEI-PO K. (2002), Time, information technologies and the geographies of everyday life, Urban Geography, 23, 5, pp. 471-482.

MOLES A. (1987), Dix-sept idées de phénoménologie sur la perception de l’espace, Ça l’espace, Art (suite) Coll. R’Art, novembre, pp. 55-61, Nancy.

MOLES A. (1987), « La cité câblée », Annales de la Recherche urbaine, N° 34, pp. 80-86, Paris.

MOLES A., ROHMER E (1978), Psychologie de l’espace, Casterman.

MOLES A. (1976), « Aspects psychologiques de l’appropriation de l’espace », dans P. KOROSEC-SERFATY (1976), Appropriation de l’espace Actes de la Conférence de Strasbourg, Institut de Psychologie sociale de Strasbourg, pp. 84-99.

MOLES A., ROHMER E., SCHWACH V. (1998), Psychosociologie de L’Espace, L’Harmattan.

Nature (16 February 2006), Mapping for the masses, Vol. 439, N°7078, pp. 763-890.

RATLIFF E. (2007), Google Maps Is Changing the Way We See the World, Wired, 06.26.07.

RHEINGOLD H. (1993), La réalité virtuelle, Dunod.

RHEINGOLD H. (1995), Les communautés virtuelles, Addison Wesley.

STEFANOU J. (1978), Dimensions psychosociales du paysage urbain. Critères d’analyse du paysage par la méthode des cartes postales, Thèse de doctorat, université Louis Pasteur Strasbourg.

TURNER A. (2006), Introduction to Neogeography, O’Reilly Media, 54 pages.

VALENTIN J. (2007), « Les espaces vidéo ludiques, vers une nouvelle approche du géocyberespace », mémoire de master II, université Paul Valéry Montpellier III.

Sites Internet

http://googlemapsmania.blogspot.com/

http://www.ushmm.org/googleearth/

http://digitalurban.blogspot.com/2007

Haut de page

Notes

1 Thalès de Milet, Hérodote, Ératosthène, Hipparque, Aristote, Ptolémée, etc.

2 De nombreux chercheurs et penseurs ont apporté leurs contributions dans l’étude de ces nouveaux rapports à l’espace : Bakis Henry (« géocyberespace »), Castells Manuel (société en réseau), Dupuy Gabriel (urbanisme des réseaux), Dodge Martin, Kerckhove (de) Derrick, Lévy Pierre, Morin Edgar, Moles Abraham, Rheingold Howard (communautés virtuelles), etc.

3 Advanced Research Projects Agency Network (1967).

4 Principalement le TCP/IP, le HTTP et le HTML.

5 ESRI’s ArcMap into Second Life, http://digitalurban.blogspot.com/2007/12/geographic-data-in-second-life.html.

6 Récolte d’or virtuel, dont la revente est possible.

7 Mei-Po Kwan, (2002), Time, information technologies and the geographies of everyday life, Urban Geography, 23, 5, pp 471-482.

8 Valentin Jérémie, « Les espaces vidéo ludiques, vers une nouvelle approche du géocyberespace », Mémoire de master II Recherche en géographie (Dir. Henry Bakis), Université de Montpellier III, 2007. Reconnaissant les espaces vidéo ludiques comme disposant d’une dimension spatiale.

9 Définition issue de Wikipédia, consultée en novembre 2007 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mashup

10 Massively multiplayer online role-playing game, jeu de rôle en ligne massivement multi joueur.

11 Turner Andrew (2006).

12 Yann Leroux 12/2007.

13 Le principe d’un mashup est d’agréger du contenu provenant d’autres sites web, afin de créer un nouveau site web (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Valentin, « TICs et la géographie : vers une « géographie 2.0 » ? », Netcom, 21-3/4 | 2007, 385-394.

Référence électronique

Jérémie Valentin, « TICs et la géographie : vers une « géographie 2.0 » ? », Netcom [En ligne], 21-3/4 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2268 ; DOI : 10.4000/netcom.2268

Haut de page

Auteur

Jérémie Valentin

Allocataire de recherche en géographie, laboratoire Mutations des Territoires en Europe (CNRS/Université de Montpellier III), Membre de l’OMNSH, v.jeremie@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals